YOUN SUN NAH

Il y a des critiques qui sont tellement vachardes qu’on se dit après les avoir lues, que ce dont elles parlent doit vraiment être très bien. Cela vient de m’arriver, à la lecture d’un article dans Le Monde : « L et Youn Sun Nah, deux chanteuses pas très convaincantes » :

« …Youn Sun Nah en fait trop, épuisante de virtuosité. Sur la forme, le principe est un peu répétitif. Elle pose, avec le guitariste Ulf Wakenius la mélodie, qu’elle double de la voix, sans louper un quart de ton, une quintuple croche. Puis les deux improvisent. Dans la vitesse la plupart du temps. Et même sur tempo lent ils en mettent partout. C’est bluffant au premier abord. Puis assommant. Du jazz, elle oublie le nécessaire swing et la fantaisie ».

Le critique s’appelle Sylvain Siclier. La virtuosité l’épuise, la musique l’assomme.

Allez, en prime, pour un samedi matin. Par simple masochisme, bien entendu.

Partager :

133 réflexions sur « YOUN SUN NAH »

  1. C’est le succès que les critiques supportent mal:

    « Fin septembre 2010, elle sort un nouvel album Same girl, toujours sur le label allemand ACT. L’accueil public et médiatique est toujours plus enthousiaste et l’album se place en première place des meilleures ventes d’albums jazz en France durant tout le mois d’octobre[réf. nécessaire]. Le 12 janvier 2011, “Same Girl“ est récompensé par l’Académie du Jazz en recevant le Prix “Mimi Perrin“ du Jazz Vocal 2010 (pour le meilleur album de jazz vocal de l’année). L’album figure aussi parmi les quatre finalistes dans la catégorie Grand Prix de l’Académie qui récompense le meilleur album de l’année. »

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Youn_Sun_Nah

    1. Oui, c’est le fétichisme de l’exclusivité, on aime l’artiste tant que l’on peut se revendiquer des happy few qui le connaissent. Quand les happy few deviennent les happy many, le bénéfice de représentation sociale diminue d’autant. Et on passe à autre chose.

    2. Je l’ai entendue jeudi soir sur France Musique pour la 1ère fois, enregistrée au printemps de Bourges. J’ai été touchée par la personnalité de son style. Excellent article dans le numéro 1 de Jazz news.
      Une critique n’engage que son auteur. exemple: sur Télérama le film de Wim Wenders sur Pjna Bausch n’a pas été apprécié alors qu’il l’est du public apparemment..
      Bon, j’avais vu quelques vidéo nostalgiques des années 70 sur ce blog (attention je m’y connais …) si on commence à discuter Jazz , à continuer à lire ce blog je ne trouverai plus le temps de bosser. Comme dit le proverbe breton « à trop écouter la météo, on reste au bistrot ! »
      Propos banal : quel plaisir de suivre les débats riches et variés sur ce blog. Merci

      1. Mm pour Pina, l’apport de Win Wenders est primordial dans l’accueil favorable du public.
        Je me souviens trop de l’ennui que j’ai eu au théâtre. .. et là, grâce aux décors et à tout l’univers de Wenders on ne s’ennuie pas du tout. Je n’ai pas applaudi avec le public qui me semblait rendre hommage à Pina… j’avais plutôt envie d’applaudir Wenders ! Une question cependant : qu’a-t-il bien pu trouver de si bien chez Pina ?

  2. La première prestation à orchestration luxuriante m’exaspère, la seconde minimaliste m’enchante , quelques réserves cependant sur le mirliton.Encore queue…

      1. Le Siclier en question non seulement il a l’oreille myope, mais en plus il écrit vraiment mal et avec des fautes d’orthographe. Ça faisait longtemps que je ne lisais pas une critique de « Le Monde » et je trouve que ça a bien dégénéré par rapport aux années 80-90. À côté Télérama c’est du Proust.

      1. Oui, ben, par les temps orthographiques qui sévissent, le modérateur il doit pas quitter le clavier souvent…(Sur ce blog à peine moins que sur tant d’autres….)

  3. Baaaaaaaaaaaaaaah! Loin de mes oreilles !!!

    Tiens, je pourrais faire critique au Monde…

  4. pour Youn Sun Nah, n’ayant jamais écouté, je ne me prononcerai pas; en revanche pour L. (alias Raphaelle Lannadère), j’avoue avoir été content de trouver dans LeMonde, en écho à ma propre écoute, un gros bémol au concert de louanges entourant cette nouvelle chanteuse, concert mené de façon complètement délirante par Télérama proclamant en couverture L. comme nouvelle incarnation de la chanson francaise, nouvelle Barbara, ayant produit un album qui est « le plus intense depuis des décennies », « à la voix bouleversante » , etc… faut pas pousser non plus.

  5. Tiens, je vois sur le Net qu’il a la bêtise facile…

    « Sujet: Article Le Monde2 réalisé par un peintre: Sylvain Siclier »

    http://forum.aceboard.net/6302-246-26081-0-Article-Monde2-realise-peintre-Sylvain-Siclier.htm

    « Tom Waits déploie son petit cirque musical »

    http://www.lemonde.fr/culture/article/2008/07/26/tom-waits-deploie-son-petit-cirque-musical_1077514_3246.html

    Mais tout s’explique: lui la chanteuse qu’il aime c’est…Mylène Farmer (même s’il n’ose pas trop le dire):

    http://farmeraddict.blogspot.com/2010/12/presse-la-critique-de-lalbum-dans-le.html

  6. On m’a fait le même coup :

    Plus confus que réellement inesthétique (quelques beaux essais de calligraphie figurative), Etude n° 11, opus 25 est un bien mauvais traitement infligé à Chopin au nom de “ l’amitié franco-polonaise ”.

    L’étude n°11 de opus 25 est impressionniste, elle se construit dans un flot… mais c’est confus paraît-il…

    [url=http://www.casimages.com/img.php?i=11042301161733083.jpg][img]http://nsa25.casimages.com/img/2011/04/23/mini_11042301161733083.jpg[/img][/url]

  7. Tous les critiques ne sont pas bouchés:

    Eh oui,après Voyage l’an passé, c’est la même fille (same girl), la Sud-Coréenne Youn Sun Nah qui chante le matin calme avec la même voix, juste encore plus juste, émouvante et sidérante quand elle acrobatise dans l’aigu ou les forte.
    Avec le même guitariste, parfait, Ulf Wakenius, un Suédois entre deux âges que la jolie jeune femme doit menotter au radiateur pour qu’il n’aille pas voir ailleurs, dans la file des chanteuses qui rêveraient de réussir un duo comme Voyage, l’an dernier .
    La contrebasse ou le violoncelle de Lars Danielsson, les percussions de Xavier Dessandre-Navarre s’ajoutent ici ou là, mais Youn commence solo, avec « My favorite things », égrenant sur les lamelles d’une kalimba quatre notes qui « asiatisent » sur un seul accord la célèbre mélodie de Rodgers & Hammerstein.
    Oubliés Julie Andrews dans « La Mélodie du bonheur », John Coltrane et son soprano et tous les autres : seul reste le timbre si tendre, qui fait se pâmer les Ulysse du jazz ayant juré de ne plus céder aux sirènes.
    Car Youn Sun Nah chante comme si elle inventait le chant sur des chansons sans défaut, « Same Girl », de Randy Newman, ou « Enter Sandman », de Metallica, prenant des risques fous.
    La ravissante « Chanson d’Hélène », de Philippe Sarde et Jean-Loup Dabadie pour « Les Choses de la vie », clôt un disque radicalement neuf pour cette même fille dont les possibilités semblent illimitées.

    Je vous laisse deviner le journal de parution. Il commence par T et fini par A.

  8. Ce critique là ne doit pas apprécier la voix de Babara streisand par exemple, ça doit être trop parfait et sans saveur ! Qu’est-ce qu’il faut pas lire. Les talents n’ont pas besoin de critiques, c’est ça qui leur est renvoyé. Ils devraient se méfier ces gens-là car on voit de plus en plus de spectacles qui n’ont jamais pignon sur papier journal. Ils font néanmoins de très belles tournées et rassemblent de très « beaux » publics. Il faut surtout être attentif à la qualité d’écoute du public. Comment sort-il d’un spectacle, c’est là qu’on repère le talent.

  9. Je ne reconnais pas les propos du critique dans ce que j’entends ici. A un tel point que j’ai cherché rapidement si d’autres morceaux ne correspondaient pas plus à sa description – sans succès. Pas d’impro, pas de suivi de la guitare mécaniste. Sur ce qu’on entends ici et ailleurs, en tous cas, on reste clairement du coté de la ligne tracée par Miles Davis, qui avait expliqué qu’il n’était pas nécessaire de jouer beaucoup de notes, « seulement les plus belles ».

    1. Hemingway

      Oltre le dolcezze dell’Harry’s Bar
      e le tenerezze di Zanzibar
      c’era questra strada…

      Oltre le illusioni di Timbuctù
      e le gambe lunghe di Babalù
      c’era questa strada…

      Quetsa strada zitta che vola via
      come una farfalla, una nostalgia,
      nostalgia al gusto di curaçao…
      Forse un giorno meglio mi spiegheró…

      Et alors, Monsieur Hemingway,
      ça va?…

      Et alors, Monsieur Hemingway,
      ça va mieux?…

      (Ah si tous les avocatas étaient comme P. Conte !)

      1. Pablo,

        Paolo Conte, est prévu en novembre à Paris et cet chantera cet été à Monaco.

        J’ai une telle angoisse de le voir un jour s’arrêter (angoisse n’est pas un mot trop fort).

    2. Je viens d’écouter : « my favorite things » où elle chante pratiquement a capella, elle est vraiment bien.

      J’espère qu’elle va être un peu plus mise en avant, et que les instruments qui l’accompagneront seront choisis avec soin.

  10. c’est drôle la musique, ce que ça réveille d’ancien, ou bien t’offre crois-tu une première fois, ou de telle façon impromptue que ça modifie les vieilles choses, mariée à une lumière qui les enlève à leur torpeur, les subsume, tu crois changer, tu changes mais c’est un autre… le même truc un autre jour te laisse de marbre ou bien tu l’envoies au diable… la séduction (feu doctor Baudrillard nous en prévient) … Youn Sun Nah après 3 mn m’épuise, c’est comme ça, je clique et passe à autre chose, Gil Scott-Heron & Jamie xx – NY is Killing Me http://www.youtube.com/watch?v=W7c3wRzUUjs&feature=player_embedded#at=176 pourtant la musique me fait papillonner même ce matin d’abus nocturne trop manifeste, et avec elle rien ne me paraît plus obscure que les adhésions du bon goût, les dépenses les partis pris en la circonstance, une énergie en pure perte; le magique de la musique c’est qu’il s’éteint avec la dernière note, ouvre au silence, ce qui résonne nous appartient, et on ne va pas s’y transformer fantôme d’un vieux combat; please pas de militance politique à ce propos, qui te refile son amertume, la plus belle construction étant bric et broc que lisse la dernière vague, et les criailleries ne rajoutent qu’à l’aspérité du réel qui te laisse pantois. vite j’envoie valser le post sinon moins une j’efface… allez tout bon WE à tous !
    Caribou – Sun http://www.youtube.com/watch?v=euS2SlC68q8
    Alfred Garryevič Schnittke (1934-1998) – Requiem Aeternam
    http://www.youtube.com/watch?v=eCjyVtOlEXU&feature=channel_video_title

    1. Plus on écoute Youn Sun Nah et plus on pense, à propos du pauvre Siclier, au mot (un peu adapté pour la circonstance) de John Osborne: « Demander à un artiste ce qu’il pense des critiques, c’est comme demander à un réverbère ce qu’il pense des chiens. »

  11. Du moment qu’il y a Rihanna, et qu’elle a de bonnes critiques 🙂 Tout le monde me charrie avec cette lubie mais bon…. Disons qu’elle est au de là de la critique, dans une stratosphère où les critiques apparaissent comme de minuscules fourmis, très loin en bas…

    Ceci dit le monde fourmille de talents et regardez combien peu passent à la radio, sauf après 1h du matin sur FR Int. Il y a plein de chanteurs et de chanteuses en France au talent inoui et bouleversants, mais cette richesse est exclue des médias. Jamais d’inconnu dans le média…

    On me disait très justement qu’il est scandaleux qu’on paye la redevance, mais qu’on a aucun droit de regard sur les programmes…

  12. Après une discussion animée avec ma pétulante compagne sur un bien trop long commentaire, que je pensais polémiste et drôle, à base d’opéra wagnérien interprété à Bayreuth par 90% d’asiatiques et d’une déferlante de cadres indiens dans les entreprises européennes, … ce qui effectivement est ni drôle, ni triste mais juste une réalité possible. Je limite mon commentaire à Jean Sablon et aux sud coréens ^^.

    Jean Sablon

    Starcraft est un jeu informatique américain, à très gros succès international et 99% des meilleurs joueurs sont sud coréens. C’est devenu un sport national dans leur pays.
    Dans le milieu des joueurs, ils ont une sacré réputation « d’extra-terrestres », de gens hyper bosseurs, hyper passionnés … d’où l’expression geek « C’est un coréen ! ».
    Exemple de partie
    un petit docu sympa sur le sujet

  13. Chut, n’en parlez pas aux critiques … et Merci pour Youn Sun Nah

    Aziza Mustafa Zadeh – The Princess of Jazz
    http://www.youtube.com/watch?v=QJ5pwsHAx9I&feature=related
    http://www.youtube.com/watch?v=OHasx7psUCw&feature=related

    Sheila Chandra – Un ovni magnifique
    http://www.youtube.com/watch?v=-5nzeG052_c
    http://www.youtube.com/watch?v=bbcKO92OGNI&feature=related

    Hatsune Miku – L’Holograme Vocaloid Adulé au Japon (et par moi aussi 😉
    http://www.youtube.com/watch?v=4PAoIuoce20&feature=related
    http://www.youtube.com/watch?v=qVRJQQlvx1k&feature=related

      1. Kerjean, je ne comprend pas votre phrase, si elle répond à mon post.
        Les performances, on y trébuche, il y a toujours des choses hors de notre pensée.
        hatsune miku chante toujours juste et à n’importe quelle vitesse, c’est un programme donc ça va on comprend.
        youn sun nah fait un peu la même chose mais ce n’est pas un programme et ça dérange notre ordre des possibles.
        Là,il faut beaucoup écouter pour ne pas faire de critiques à la Sylvain Siclier
        Après, aimer ou ne pas aimer, là est une question… 😉

  14. La Musique Est une Langue, La Langue Est Une Musique

    La musique est une langue particulière. Une langue universelle.
    Elle ne s’écoute pas. Elle se ressent.
    Elle ne se comprend pas, pourtant elle peut, par petites touches, se rendre très familère, très personnelle, parfois intime.
    Il existe différentes écritures imparfaites, car l’interprète garde sa liberté entre les notes.
    Les instruments respirent.

    La langue est une musique. Chaque langue est la composition d’un peuple qui s’est uni.
    Elle s’écoute autant qu’elle se ressent.
    En dehors du peuple, elle demeure incompréhensible et il est difficile pour l’étranger de l’apprivoiser. Pourtant, par petites touches, elle peut se rendre très familère, très personnelle, parfois intime.
    Il existe pour chaque langue une écriture presque parfaite. Presque, car le liseur et le chanteur gardent une liberté entre les lettres.
    Les voix résonnent.

    1. Si la langue est une musique, quel amant ce Jean-Sébastien Bach !! 😉 (encore une que Piotr ne fera pas).

  15. Excusez moi Maître Paul, mais…..

    Je veux bien que l’intelligentsia d’ayatollahs cultureux parigos classent ça dans le Jazz, mais personnellement, j’ai 50 ans, je suis fan de Jazz. Jazz que , de plus, j’ai pratiqué plus de 30 ans dont dix en professionnel. J’ai écouté et fait tourné tous les standarts depuis les vieux dixies jusqu’à Jaco, aux frères Breacker et Par Metheny.
    Je ne vois absolument pas, mais alors pas du tout, ce qu’il peut y avoir de Jazz dans les extraits que vous nous proposez.

    J’imagine aisément qu’aux branchouilles de salon, il suffit d’un arrangement ténébreux avec un bandonéon plein de reverb, un batterie excitée et des vagissements animaux pour figurer dans le « bouleversifiant » ou même le Jazz.
    Désolé, c’en n’est pas.
    ça me fait plutôt penser à Bjork ou Laurie Anderson et ce produit n’est pas inintéressant, mais il n’y a strictement rien de Jazz la dedans. Mais alors rien du tout.

      1. @ Kerjean

        Ca n’est pas Paul Jorion qui a écrit qu’elle chantait du jazz, c’est moi qui l’ait laissé entendre à travers une phrase d’un commentaire.

        En revanche je ne regrette pas ce que je pense et si tu n’es pas d’accord, tu devrais écrire au Jury des différents endroits où elle a gagné des prix (notamment à Antibes où elle a été élue révélation jazz de l’année.

        Quant au New Morning, à l’époque où j’y allais, il n’y avait que des artistes de jazz qui s’y produisaient.

        http://sites.radiofrance.fr/francemusique/em/open-jazz/emission.php?e_id=65000050&d_id=410002150

        Youn Sun Nah gagne plusieurs récompenses :
        Festival de Jazz de Montmartre (1998),
        prix de soliste au Concours national de jazz de la Défense (1999),
        artiste jazz de l’année 2003 en Corée, puis élue
        « Révélation Jazz » en 2005 à Juan-Les-Pins.
        En avril 2006, elle se produit pour la première fois, avec son quintet, au New Morning à Paris./blockquote>

      2. Ho pardon Maître.
        Je n’ai pas vu les guillemets. Quel âne.
        Vous ne me faites donc plus l’honneur du tutoiement.
        je regresse.

      3. @Edith
        si c’est avec des morceaux du même tonneau que les cinq là haut, c’est que le jazz est en très très mauvais état.

    1. Et c’est quoi le jazz?
      Je doute que les chanteurs et musiciens d’aujourd’hui arrivent à se contenter d’une seule étiquette, comme jazzman par exemple. La musique c’est tellement démocratisée qu’il est quasi impossible de n’avoir qu’une seule influence de style.
      Autant on arrive à dire ce que ce n’est pas, qu’on arrive pas a définir ce que c’est.
      Peut on encore chanter du jazz « pur » si on a moins de 40 ans?
      Mais de toute façon, la seule chose qui importe, c’est que les gens aiment n’est ce pas? 😀

  16. @ Kerjean

    Même si je suis d’accord avec vous sur le fait que Youn Sun Nah ce n’est pas du jazz, j’aimerais savoir qu’elle est votre définition du jazz

    1. Je sais que c’est nul, mais je suis infoutu de vous donner une définition. Par contre, je suis tout à fait capable de vous dire « c’en est » ou c’en est pas ».
      Par exemple quand Jarreau chante Spain ou Take Five, c’est du Jazz. Pas quand il chante Imagination ou High Crime(qui sont malgré tout très bons)
      Quand Metheny joue Have You Heard, Jazz. Et par contre, This is not America, non.
      Ou alors la version Make The Jake knife chanté par Sinatra avec pourtant les plus grands jazzmen du moment derrière les outils ou la baguette, c’est pas du jazz. Le pauvre Frank est trop poussif, il se fait bouffer. Le même morceau par Ella , c’est magique, elle te choppe la bête(big band ) par les … et te la fait tourner autour de la tête.
      Le jazzeux est rarement consensuel, cool et modéré. Il est plutôt d’un naturel sectaire. Il a vite fait d’excommunier les autres jazzeux . Quelque part c’est même à ça qu’on reconnait un jazzeux.
      Par contre, vous pouvez dire qu’un truc est du Jazz quand c’est consensuel dans toutes les chapelles.
      Or là, cette jeune femme est intéressante certes, mais ça n’a rien de Jazz, pas de recherche harmonique, pas de recherche rythmique, aucune exultation mélodique, aucune histoire racontée, aucun monde exploré, une ambiophonie d’une pauvreté rédibitoire, un cartésianisme du chant sage comme une image malgré les chichis, aucun jeu avec le temps, avec la mesure, de personne, c’est carré comme un arrangement d’Obispo. Orchestration d’une pauvreté plus proche du folk que de quelque jazz que ce soit, malgré les dérisoires chichis plutôt comiques sur « Ne me Quitte pas » qui ne méritait pas ça.

      Je préfère écouter ça avec l’oreille dont je me sers quand j’apprécie Bjork, quoique c’est très loin d’être au même niveau. Mais si je prends mon oreille jazz, un turban me pousse sur les oreilles, une barbe sur le manteau et je prépare déja une fatwa .

      1. Lol… Au moins vous êtes sincère sur votre « puritanisme jazzistique » (ça me rappelle les discussions très chaudes entre « érudits » qu’il y avait dans les boutiques de disques de jazz d’occasion parisiennes que je fréquentais dans les années 80-90 et auxquelles je n’ai jamais osé participer – il y avait toujours de très vieux musiciens noirs américains qui avaient joué avec tout le monde dans les années 50 et qui racontaient des anecdotes croustillantes dans leur français approximatif).

        Et vous pensez quoi du Esbjörn Svensson Trio? De ça par exemple: « Elevation of Love »
        http://www.youtube.com/watch?v=gtEztYjk88s&feature=related

      2. Merci,

        je ne connaissais pas. ça déchire. Excellent. Comme quoi, quand on veut faire cracher un ternaire, y a de quoi dire. Et sans foutus chichis comme la Coréenne.
        Voilà du Jazz comme je l’aime. De l’engagement, du lyrisme, du romantisme, de l’héroIsme de la recherche pour pour l’émotion, sans affectation.

      3. Le jazz se joue toujours en référence à autre chose, le phrasé de Ravel peut lui redonner des ailes. le jazz ne se réduit pas à jouer du jazz. Echenoz et Christian Gailly l’écrivent. Ibrahim Maalouf se le fume – Hashish http://www.youtube.com/watch?v=52Pr8f8biI8
        et encore le cher Samson François in
        – Ravel Piano Concerto for Left Hand
        http://www.youtube.com/watch?v=zHAy1_qnJ5M&feature=related
        Monique Haas & Max Rostal – Ravel Violin Sonata (II) – Blues. Moderato
        http://www.youtube.com/watch?v=Lv51XiXYkOI
        et Michelangeli !!!! – Ravel Piano Concerto – [2] Adagio ( quelques éclats de Bach)
        http://www.youtube.com/watch?v=ftJ-gJ-l5HQ&feature=related

        ou encore, et là je dis vraiment n’importe quoi à cause du jazz qui m’y fait revenir ou partir, Claudio Arrau Chopin Nocturne 11 Op. 37 No 1
        http://www.youtube.com/watch?v=zl683bGRrcE

    2. Moi aussi, d’accord pour dire que c’est pas vraiment jazz (du moins les extraits ici présents). Peut être lui manque t il simplement le Blues pour être vraiment Jazz. D’autre part dans ce que je considère jazz je ressent souvent les silences comme joués, placés, assénés ; en bref un feeling particulier qui fait dire que c’est du jazz : le swing??
      Ceci dit sa voix est un instrument fantastique et elle en fait ce qu’elle veut, alors loin de moi tout idée de cautionner le critique à la noix.

      Merci pour votre link Esbjörn Svensson Trio. : comme kerjean, je découvre, et c’est du jazz c’est sur!!!! :  » ça déchire »

      😀 http://www.youtube.com/watch?v=LoHFCQXuAlk&NR=1

      http://www.youtube.com/watch?v=Jv5j_Lx2R4g&feature=related

      http://www.youtube.com/watch?v=MA-g77MUBDM&feature=fvwrel

      1. @ Dup et Kerjean

        Pourtant j’ai entendu des fanatiques de jazz dire que le Esbjörn Svensson Trio ce n’est pas du jazz. Il faut dire que leur dernier disque, « Leucocyte » (2008) s’en éloignait sérieusement, pour aller vers quelque chose de plus expérimental. Quelqu’un a écrit sur Amazon: « Enregistré en deux jours à Sydney en 2007 à l’occasion d’une tournée australienne, Leucocyte poursuit une quête, entamée il y a longtemps, vers une fusion entre un jazz profondément lyrique hérité de Keih Jarrett et des sonorités actuelles où percent l’influence de groupes de rock alternatif, ambient ou progressif comme Radiohead ou Brian Eno. Toutefois, la formule a ici été poussée plus loin… »
        http://www.amazon.fr/Leucocyte-Esbjorn-Svensson-trio/dp/B000WDW5H6/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1303891532&sr=8-1

        Quelques titres de ce dernier disque:

        Premonition-Earth part 1
        http://www.youtube.com/watch?v=FxxQ15G_6YY
        Premonition-Earth part 2
        http://www.youtube.com/watch?v=f7wE7zYx9kQ&feature=related
        « Leucocyte »
        http://www.youtube.com/watch?v=9Yt8GPO4BgU
        « Jazz »
        http://www.youtube.com/watch?v=ANjKfUHeUIg
        « Decade »
        http://www.youtube.com/watch?v=sKzIiCZu9_A
        « Ajar »
        http://www.youtube.com/watch?v=4fwjERGGgRw

        Malheureusement, on ne saura jamais jusqu’où ils seraient allés, le Trio ayant été arrêté en pleine ascension en 2008 après la mort de son leader et pianiste, noyé dans un accident de plongée à 44 ans.

      2. J’ai tendance a me méfier des fanatiques en général, pour moi c’est bien du Jazz, à la première écoute j’ai de suite pensé a ça :

        http://www.youtube.com/watch?v=bR3fQzhdgZY désolé pour le son, j’ai pas trouvé mieux.

        Du rock progressif ? fusion? Jazz? au final peu importe tant que « ça déchire » 😉

  17. Mouais… je dirais qu’il faut laisser ce journaliste se ridiculiser en disant que Youn Sun Nah n’a pas de swing… il doit avoir de la m….. dans les oreilles comme dirait une autre artiste injustement dépréciée. Déjà il se contredit en disant qu’elle ne rate pas une quintuple croche, ce qui n’est guère donné à tout le monde sur le plan du swing.

    Que sa technique soit un atout majeur, on ne peut pas le nier, mais de là à en oublier tout le reste autour, comme une musicalité imparable, un sens du rythme et de l’harmonie confondant, cette perfection dans la sobriété parfois… me laisse baba.

    Les critiques musicaux feraient bien d’être musiciens eux-mêmes avant d’écrire du grand n’importe quoi.

    Quant au terme de Jazz ou pas, ce n’est qu’un mot, définissant un style tellement élargi, que cela n’a aucune importance, même si pour moi, c’est bien du jazz, ce n’est pas le mot qui va changer la qualité de cette artiste.

    Pour moi, Youn Sun Nah et Esperanza Spalding sont sans aucun doute les artistes les plus talentueuses et douées de ce siècle naissant. Ces deux là tirent vers le haut tous les musiciens du monde. Et rien que pour cela, on devrait leur dire MERCI !

    Allez, j’en rajoute une couche 😉

    http://www.youtube.com/watch?v=BjWEaHlz5FU&feature=channel_video_title

    http://www.youtube.com/watch?v=Obam773-U8Q&feature=related

    Et merci d’avoir introduit la musique sur ce blog. Cela repose le quart de neurone qui me reste.

  18. C’est ce qu’on appelle de la cool-jazz je crois…

    Il y a une reprise de jazz dans les extraits ( My Favorite Things – Coltrane )

    C’est vrai que si l’on cherche le swing ,les impros ou les syncopes …

    1. Oui merci Paul,

      vous m’avez permis en moins de 24H de me faire découvrir plus de nouveaux talents que ce que j’en ai écouté ces dix dernières années. Merci beaucoup.

      Merci beaucoup aussi à ceux qui mettent des liens. Bon, j’ai un peu les oreilles qui résonnent, mais c’est pour la bonne cause.

  19. Summertime écrit par Gershwin est un standard du jazz.

    Ecoutez les différentes manières dont ce morceau peut être interprété …. alors avant de se positionner sur le fait que yun sun nah c’est ou c’est pas du jazz, il faut être sacrément calé !

    J’ai accompagné au piano une chanteuse de jazz pour ce morceau, chaque jour était différent selon son envie, il n’y avait plus qu’à la suivre.

    http://www.youtube.com/watch?v=j1bWqViY5F4

    http://www.youtube.com/watch?v=1j6avX7ebkM&feature=related

    http://www.youtube.com/watch?v=mzNEgcqWDG4

    http://www.youtube.com/watch?v=IG4nPM9uxwg

      1. Paul Jorion,

        Finalement, la voix et la manière d’interpréter de Yun sun Nah se rapprochent beaucoup de celles de Cathy Berberian
        bravo.

      1. je suis d’accord avec Michel, Janis m’a imprégné pour toujours à l’âge de 8 ans(moi pas Janis) sa version merveilleuse de Summertime. Je ne peux l’écouter sans énormément d’émotion.

  20. Merci de m’avoir fait découvrir…La voix sonne bien, la fille est très belle. Un je-ne-sais-quoi de froid, peut-être…A voir en concert, pour se faire une opinion plus affirmée.

Les commentaires sont fermés.