LE NUCLÉAIRE CIVIL ET NOUS

Gouwy m’a contacté, et il m’a répondu, ce dont je le remercie. Vous trouverez sa réponse ci-dessous. Je lui ai proposé de mettre sa réponse en commentaire, il m’a laissé le choix de la présentation. Je ne répéterai pas ce que j’ai dit dans Gouwy et moi ! sur mes interrogations ; ceux qui ne l’ont pas encore lu peuvent le faire maintenant.

Personnellement, je me rangerais du côté des commentateurs de mon billet de ce matin qui ne sont pas sûrs que le débat sur les interventions de Gouwy ait eu pour résultat qu’on en sache beaucoup plus maintenant sur Fukushima qu’on n’en savait avant qu’il ait débuté ici : je ne crois pas que quoi que ce soit ait véritablement été clarifié. Je me méfie aussi de tout effet de décompensation qui ferait qu’on penserait : ça n’a pas pété, DONC ça ne pouvait pas péter. J’ai dénoncé cela dans un billet intitulé « Un certain temps ! », comme une erreur logique dans la gestion du risque qui fait qu’on minimise celui-ci monstrueusement.

À la moindre hésitation parmi nous sur la manière de mener le débat, les sirènes se remettent à susurrer à nos oreilles : « Je vous l’avais bien dit qu’il fallait laisser cela aux experts ! » Les experts savent sans doute mais ils veulent garder leur boulot, éviter les poursuites pénales, etc. autrement dit : ils sont jusqu’au cou dans le conflit d’intérêts. Le principal message qui nous est une fois de plus parvenu, c’est la puissance de l’omerta, et la raison est bien simple : les intérêts précisément que je viens d’évoquer.

J’ai dit dans une vidéo récente que l’on mène ici les débats que l’on ne mène pas ailleurs, ou ceux que l’on interrompt ailleurs. Cela restera vrai : le fait que l’information soit difficile à obtenir sur ce qui s’est passé et sur ce qui se passe encore, n’est pas un point marqué par un nucléaire civil qui aimerait qu’on le laisse vaquer en paix à ses petites affaires, cela met en évidence au contraire l’opacité qui entoure un secteur dont les dangers, en cas d’accident, sont intolérables. Dans ce domaine, comme Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima l’ont amplement démontré, la transparence n’a pas de prix. Bien sûr, il faudra continuer de trier le bon grain de l’ivraie et ce ne sera pas facile tous les jours, ni pour François, ni pour Julien, ni pour moi, ni pour chacun d’entre vous, mais qui a dit que ce serait une vallée de roses ?

Message de Gouwy, reçu à 13h21

J’ai déjà dit qui j’étais et ce que je faisais. Je ne vous en dirai pas plus oralement.

Si vous attendez un nom, vous n’en aurez pas. J’ai mes raisons, la première étant que je n’ai aucune envie de laisser traîner une identité ou un email nominatif, sur Internet.

Si vous voulez des références ou des “sources”, vous n’en aurez pas non plus, pour les mêmes raisons !

J’ai expliqué à 2 reprises ce qui m’a amené à intervenir sur votre site, pourquoi, comment… Sur ce sujet non plus, je n’ai rien à ajouter.

Vous avez choisi de ne pas publier ces explications, d’en mettre une partie uniquement ou de les sortir de leur contexte, c’est votre droit le plus absolu mais laissant par là, la porte ouverte à toute une “discussion” de chaumière sans aucun intérêt (pour moi), à des querelles de personnes, des supputations toutes plus grotesques ou infondées les unes que les autres, en outre, mettant en cause une autre personne que moi qui n’a jamais rien eu à voir avec votre site.

Je ne trouve pas d’intérêt à participer à une discussion dans laquelle 90% des posts (validés) portent sur de tels “sujets”. Je suis un scientifique, pas un “papoteur”. Croyez-moi que j’ai autre chose à faire !

D’autre part, compte tenu de la “qualité” de la plupart des posts que vous validez, je ne comprends pas en quoi je suis sensé faire l’objet d’une “attention particulière”.

Sur le sujet “Fukushima” (je ne me permettrais jamais de juger de la pertinence des autres sujets qui sont totalement hors de mes compétences), je peux affirmer que ce qui est dit est en quasi totalité des inepties ou pour le moins des inexactitudes. Il n’existe sur votre site, aucun intervenant ayant des compétences et des informations, nécessaires et suffisantes pour d’aider à comprendre ce qui s’est passé, se passe et peut se passer. Au contraire, les avis donnés ne contribuent qu’à “mettre le flou” !

Ceci ne semble pourtant pas vous déranger outre mesure, pas plus que la plupart des affirmations ne sont jamais étayées ou démontrées.

A partir de là, en quoi un “affabulateur” de plus ou de moins peut il bien vous préoccuper au point de mériter un “billet personnel” ?

Demandez vous à tous de vous contacter, de se justifier et de présenter un CV ?

Jugez vous tous les intervenants ou les lecteurs de votre site comme “inaptes à faire le tri” et à juger du fond des choses par eux-mêmes ?

Sont ils juste bons à traîner des fils de discussions sur des banalités, des potins et des avis personnels sans aucun fondement ?

Un fil de 500 commentaires dont 450 de “potins de coin du feu” est-il plus intéressant qu’un fil étayé et commenté de “seulement” 50 ?

Si “modération” il doit y avoir c’est sans doute en ce sens qu’elle devrait exister, je pense, sinon, on ne parle plus de “modération” mais de censure ou au minimum “d’orientation”.

Un tel état d’esprit est totalement “hors de mes convictions”, vous le comprendrez !

Je vous ai donné cette adresse email par correction. Je suis intervenu sur votre site sans y être invité et effectivement, sans y laisser de coordonnées. C’était la moindre des choses que je m’en explique.

Je n’ai rien à gagner (et rien à perdre sauf du temps) à y être intervenu. Je pensais les fils de discussions ouverts et donc susceptibles “d’ouvrir les yeux, sinon les esprits” par des croisements, des recoupements ou la mise en évidence de certaines “aberrations”.

J’ai mal compris le but. Je suis désolé d’avoir “semé le trouble”, veuillez croire que telle n’était vraiment pas mon intention !

J’ai lu votre billet … Le “cas Gouwy” !!!

Il n’y a pas de cas Gouwy. J’ai donné mon avis et les infos que je pouvais donner comme n’importe quel intervenant. J’ai choisi un pseudo qui n’est pas mon nom comme 90% des intervenants. J’ai mis une adresse email, non pas “fausse” mais bloquée comme j’ai choisi un pseudo, car obligatoire pour pouvoir poster. Je ne pensais pas qu’elle pouvait avoir une quelconque utilité (testez-vous toutes les adresses email de tous les intervenants ?)

Je ne comprends pas en quoi je suis un “cas”.

Tout ce que j’ai pu lire sur votre site est dans la même lignée : des gens qui s’appelle “Jack” ou “Phimouk” ou “Pad” … et qui ne font qu’énoncer des avis pour la plupart très “personnels” !

Je ne suis bien entendu, pas le seul à posséder certaines informations mais il est vrai que certaines informations ne sont pas disponibles partout ou pour tous, pour différentes raisons.

Il est bien évident que sans être un peu “investis” et sans certaines connaissances, les gens se poseront longtemps des questions sur Fukushima et ne trouveront pas toutes les réponses.

Ceci n’empêche pas, je pense, que certaines choses méritent d’être comprises ou perçues à “leur juste valeur” quand des accidents comme ceux du Japon, arrivent… d’où mon intervention ! Ca n’engage que moi ici et sur quelques autres sites. D’autres scientifiques l’ont fait ou le font ailleurs ou autrement. Paradoxalement, ce sont souvent ces derniers qui sont perçues comme des “contrefaçons” ou des “affabulateurs”. Là dessus non plus je ne suis pas un cas 🙂 !

On peut ne pas informer sans désinformer comme on peut ne pas tout dire sans pour autant mentir. C’est ce que je pensais.

Vous pouvez maintenant la “mentionner”….

Cordialement

Partager :

182 réflexions sur « LE NUCLÉAIRE CIVIL ET NOUS »

  1. quand on a trop de fraises , on les DONNE à son voisin .

    Toi, tu n’habites pas la campagne sinon tu saurais que quand on a trop de fraises, on fait des confitures et quand on a trop de légumes, on les met en bocaux pour l’hiver.
    A la campagne, on ne peut compter que sur soi et on ne sait jamais comment sera l’hiver.

    1. Les égoïstes et les généreux habitent autant à la campagne qu’en ville je pense. Sache que la générosité est une très bonne option de survie en milieu difficile. Bien plus que le “chaqu’un sa gueule”

      1. @Mescalito

        Tout à fait raison ! cf l’Entraide, “un facteur de l’Evolution” de Kropotkine… On peut aussi lire Darwin dans le texte !!! Marre de tous ces pseudo néo-darwinistes qui ont foulé aux pieds sa théorie en faisant croire que la loi de la jungle était celle de la Nature.

      2. L’altruisme pur n’existe pas ou peut etre ds les rites (inconscient) …La “générosité” est une forme déviée d’agression (comme le sourire qui découvre les dents pour mordre) ….Qd je donne des fraises des laitues et en ce moment des dizaines de pieds de tomate (anciennes non hybrides de chez KOKO et biogerme) , je me fais plus de plaisir que celui qui reçoit . Les mots ont un sens plus profond qu’on le pense : le receveur devient mon “obligé” , meme si ce n’est pas ma démarche , c’est un geste de hierarchisation , de valorisation de ma personne (ma FACE) dans le groupe . Le don “oblige” au contre don , qui reste potentiel , au moins d ‘égale importance , sans humiliation , et conserve plus de valeur tant qu’il n’est pas rendu .
        L’essentiel est de ne pas faire perdre la face a l’autre : qd je donne je dis que j’en ai trop , que j’ai besoin de place ….
        excellente émission sur Confucius et un peu sur les rites chez Enthoven …Aussi bien en economie qu’en philo ou socio , les débats actuels tournent autours du pot sans s’y poser : le droit naturel .

      3. Je ne s sais qui est Kropotkine mais il devait habiter Moscou, pas le milieu de la Sibérie.
        Sérieux : Tu crois que tu vas savoir ce que c’est la vie à la terre en lisant des bouquins de philo ?
        Remarque bien qu’il y a des parisiens qui se croient cultivateurs parce qu’ils ont fait pousser un pied de basilic en plastique sur leur fenètre !
        A la télé, j’ai mème vu un reportage sur l’écologie. Il y avait couple qui faisait un compost dans sa cuisine (véridic) et un autre qui habitait au milieu d’une banlieu et qui avait supprimé sa chasse-d’eau pour se faire un chiot avec de la sciure (véridic aussi)
        Il n’ont pas dit ou ils trouvaient leur sciure. Si ça trouve, il l’achète dans des paquets en plastique marqués litières pour lapins d’appartement.

      4. La “générosité” est une forme déviée d’agression (comme le sourire qui découvre les dents pour mordre) …

        Ouais c’est ça, et la caresse une mandale atténuée aussi. On connait l’refrain..
        Eh Kercoz, à un m’ment donné, faut arrêter l’délire éthologique à un demi fifrelin. Zallez au d’vant de petits soucis relationnels, à compliquer à loisir en croyant faire simple et surtout en croyant en savoir plus que les autres sur les tenants véritables des usages locaux… Si les gens vous font chier et que vous rêvez que d’autarcie bienheureuse ou de groupes ultra restreints et exclusifs, dites le et c’est marre. Les campagnes en sont pleines de mecs comme ça et no souci, le voisinage l’intègre sans problème. Le jour où ça craint vraiment pour lui et qu’il demande à l’aide, et même s’il demande pas d’ailleurs, y’aura encore quelqu’un ou quelques uns pour être là kâmême. sans espérer de retour qu’ils savent ne jamais voir d’toutes façons. Juste parce que c’est comme ça.

        Et le coup des “salades en trop”, pas la peine d’en rajouter, dans l’genre “c’est pour pas jeter mon pôvre !”. Ca va sans l’disant. Par chez moi on repère tout d’suite celui ou celle dont on peut dire “té lui, c’qu’il te donne des deux mains, prends le d’une, va !

      5. “Si ça trouve, il l’achète dans des paquets en plastique marqués litières pour lapins d’appartement.”
        Dom, il va falloir intervenir plus souvent.

        Ca fait un bon coup d’aération sans gaz d’échappement.

      6. @Vigneron :
        ////Eh Kercoz, à un m’ment donné, faut arrêter l’délire éthologique à un demi fifrelin. Zallez au d’vant de petits soucis relationnels,///
        Pas de problème (“”N’ayez pas peur “”) . J’ai une conformation ,merci maman, entretenu par qqs années de rugby , et d’autres d’escalades ……..qui m’ont toujours permis, dans la vraie vie , d’éviter les insultes et les roquets …Mais bon , sur le net , je n’y suis pas trop habitué et ne sais donc , pas réagir ….donc pour le relationnel je vais suivre votre exemple caricatural . Se faire tacler , passe encore, mais a tout plaisir il faut des limites . je me permets de vous retourner le compliment …profondément .

      7. @ vigneron, y à eût un sacré rictus en te lisant, mais voila ce n’est ni de la générosité ni de l’avarice de faire des conserves mescalito et dom, c’est juste que la plupart ce méfie de ce qu’on leurs donnes, y voit un subterfuge pour avoir un retour, ou tout simplement être une poubelle qui permet de ce donner bonne conscience, le don et le partage hormis en cas de coup dur, nécessite un peu de convivialité et de sympathie, y à pas à plus théoriser.

      8. >kercoz
        Le don entre voisins de longue date c’est un échange de bons procédés biens entretenu et bien huilé, de la politesse, sans rapport de force. A force de dons réciproques on ne sait plus qui a commencé, et on s’en fiche, ce qui compte c’est la relation.
        Le don peut être un rapport de force, surtout si l’autre ne peut pas dire non ni “rembourser”, mais dans ce cas il était préexistant au don, et à la campagne on (auquel je ne m’inclus pas étant citadin mais j’ai bien connu chez mon grand-père) a vite fait de repérer ceux qui ont des arrières pensées.

      1. J’habite le massif-central et j’y suis née. Mes parents sont agriculteurs et moi aussi, eux dans l’élevage, moi dans la culture des protéagineux.
        Depuis cette année, je me lance dans le pole AB en particulier la lentille bio.
        En plus de mon exploitation, je produis à 100% les provisions de ma famille et les miennes + le bois de chauffage.
        C’est pas une question d’ètre égoiste, c’est une question de vie. On utilise et on garde ce qu’on produit. Ce qui ne peut pas ètre conservé ou vraiment en trop grande quantité, on le vend sur les marchés ou à la ferme.
        Personne ne viendrait me demander une partie de ma production gratuitement et personne ne comprendrait que je vienne proposer de lui donner. Ca serait encore plus mal vu que le demander.
        Mème en tant que particulier faire son jardin, c’est beaucoup de travail chaque année et année après année. Ce n’est pas un loisir mème si c’est plaisant de voir pousser sa production. Il arrive aussi qu’elle ne pousse pas ou pas assez tot.
        Tout le monde comprend bien que personne ne sait comment sera l’hiver. On achète la farine pour 2 mois et quelque fois, ce n’est pas assez.
        On ne sait jamais si les provisions à l’automne seront suffisantes.
        Ici, on est pas habitué à prendre sa voiture pour faire 40 kilomètres si il manque 1/2 kilo de sel et il n’y a pas de boulanger qui passe.
        Je trouve que vous jugez vite.

      2. C’est pas une question d’ètre égoiste, c’est une question de vie.

        Héhé.. Ben voilà qui est dit. C’est c’que j’appelle du “vrai bon sens paysan”. Bien dom. C’est du massif, du central.

      3. Mon cousin est dans les Vosges et c’est pareil. C’est mème pire. Lui est a 900 mètres et son premier voisin est à 2 kilomètres à vol d’oiseau, à 4,5 par la route.
        Moi je suis à 500 mètres, j’ai 6 ou 7 mois pour les cultures, lui il ne peut commencer qu’en mai et fin septembre, c’est fini.
        Ici j’ai Internet grace à une clef Orange sur mon portable, lui ne reçoit mème pas le réseau.
        C’est pas du bon sens, c’est obligatoire.
        On est pas plus fort que la nature, mon gars !

      4. Ok, ok, mais avouez que votre commentaire n’en disait pas tant.

        Je suis aussi agriculteur dans les landes, quoique mes parents ne l’étaient pas, élevage de brebis, un peu de forêt, je troque des agneaux contre des légumes qui vont avec, (ou des confitures que certains ont en trop)….l’idée de ne pas faire tous la même chose, et d’échanger fonctionne assez bien par ici, d’ou mon commentaire.

  2. Je pense que GOUWY est soit:
    -Quelqu’un qui n’a jamais discuté sur les blogs/forums
    soit
    -Un troll.

    Sur internet, soit tu agis à visage découvert et tu peu utiliser des “titres de la vie réelle.” pour appuyer tes propos.
    Soit tu agit anonymement, et tu n’emploie rien de ta “vie réelle” pour appuyer tes propos. Car tout le monde peut se faire passer pour tout le monde. Et beaucoup ne s’en privent pas.

    Et n’importe où, si tu te pointe parmi des inconnus en leur disant: “Poussez vous je suis un expert je connais la vérité et vous avez faux” Que ce soit vrais ou non, ça passe mal.

    Et pour la conclusion de GOUWY
    « (…) On peut ne pas informer sans désinformer comme on peut ne pas tout dire sans pour autant mentir »

    Autant je suis d’accord avec la première partie que pour la deuxième… ça s’appelle un mensonge par omission pour moi. Donc ne pas tout dire, c’est mentir.

    1. C’est benh vrai ça !!!

      Comme : si tu laves ton linge ça salie le tout à l’égout !
      On ne peut pas tout avoir !

      Et casse toi pov’con n’est pas une citation de la princesse de clèves !!!

      Nah !!!

  3. Tout à fait mère denis!!!!!La Clèves du chevet…..bon en tout cas c’est une bonne rigolade ce soir!
    Juste pour informer qu’en réalité on ne devrait pas se donner des semences entres voisins!….
    C’est dans le mème ordre d’idée qu’il est interdit de faire son fumier d’orties…….
    La semence,la vraie devient rare et tient difficilement la route quant au fait de planter sa graine l’année suivante!Notemment avec les graines de potirons et potimarrons…..
    Je terminerai en soulignant que je suis une” nouvelle “à suivre ce blog,3 mois environ,

Les commentaires sont fermés.