QUI EST VRAIMENT FRANÇOIS LECLERC ?

La question revient souvent dans vos commentaires : « Derrière le pseudo, qui est vraiment François Leclerc ? »

Un élément de réponse : le paysage urbain d’une ville où son visage est partout.

0Shares

149 réflexions sur « QUI EST VRAIMENT FRANÇOIS LECLERC ? »

  1. Big François is watching you… 🙂 🙂 😉

    La dernière fois que la question a été posée par écrit sur le blog, j’avais répondu : un bot…
    Pas grand monde ne m’a cru.

    1. François Leclerc n’existe pas, c’est un mythe, une idée, un vent…Derrière ce pseudo on ne peut plus banal se cache un groupe de dangereux terroristes dont l’intention est clairement de faire sauter le système, la banque et mes éconocroques…Ce groupe dont l’influence néfaste se répand dans l’hexagone et bien au delà par la magie d’un internet circonvenu est dirigé par un ignoble individu dont le nom de guerre est « vigneron », noble profession à laquelle il n’a évidemment jamais appartenu, qui maintient l’unité du mouvement d’une main de fer et condamne de façon systématique aux pires affronts tout dissident ainsi que tout nouvel impétrant porteur de la vérité…Il est aidé dans sa sombre tâche par des lieutenants aux méthodes tout autant expéditives. Un de ceux-ci, au nom de code de « Julien » s’est fait connaître par ses positions extrêmes dans la ligne du parti est ses excommunions que ne renieraient pas la fleur des commissaires politiques…
      En ce jour de deuil de la disparition de Soljenitsyne, je lance un appel : échappez au goulag de la pensée jordonienne dont les méandres sulfureux causeront votre perte, échappez à l’emprise diabolique du « François Leclerc » qui vous soumet à ses influences pernicieuses, résistez aux invectives des Kapos de ce qu’on ne peut assimiler que comme une secte millénariste jusqu’auboutiste, rejoignez-moi dans LA RESISTANCE !
      Pour preuve indubitable de mes assertions, vous pouvez voir ICI un portrait récent du VRAI François Leclerc dont vous constaterez qu’il ne ressemble en rien à l’être décharné et hagard supposé couvrir les murs de nos belles citées…

      1. Loréal Alain, votre billet le vaut bien…Super…C’est rigolo…Du coup, je ne sais plus très bien où se trouve la vérité…Qui croire ?

      2. Étant lecteur quotidien de ce blog, je me pose certaine questions sur effectivement le jeu de ping-pong dialectique que se livre certain intervenants…à se demander si certains n’ont pas un certain don de d’ubiquité…. (Cas de figure fréquents sur pas mal de blog, cela permet soit d’attirer le « chat lent » …… voir de créer du « buz » , le buz étant l’appellation informatique de « publicité »)
        Pour ce qui est de l’explosion de la zone €, seuls ont PEUR ceux qui sont confortablement assis dans la société (salaire, projets, frigo toujours plein….) mais il refuserons de reconnaitre qu’il sont en situation de « conflit d’intérêt »………. Chez les « bien-assis » les situations d’imposture intellectuelles apparaissent régulièrement dans le discours…. Les Libres Penseurs perçoivent rapidement ce genre de situation.
        Cordialement fil.

    2. En parlant de temps ancestraux, nous étions intervenus, Igor, Piotr et moi (pas Lui) sur le début d’un sujet.
      Réaction d’un découvreur du blog : « vous êtes tous communistes ici..?? ».

      Y’a des moments, tu peux pas t’empêcher de rire…

      1. Plus Karluss, plus Betov, plus Tartar… et Krapo Rouge ! Ouais, ça faisait un peu le « Soviet Social Blog » à Paulo… Failli me chafrer vignerouge !

      2. Tu as quelque chose contre les rouges, Karluss…???

        Méfies-toi quand-même que ceux cités ont une réflexion qui nous honore.
        Et j’espère que tu en fais parti.

        Sinon… tu penses ce que tu veux. Aussi.
        Mais pas au détriment des autres.

  2. mystère…. mystère… technicien de surface chez Lepic and Co ltd, seule trace, de François Leclerc, et ce blog… je n’ai pas reconnu la ville.

  3. Sur Wikipédia, juste une notice pour François Leclerc du Tremblay, éminence grise de Richelieu.

    Un lointain ancêtre ?

    1. Vous n’êtes pas à l’heure anglo-saxonne :
      Philippe François Marie, comte de Hauteclocque, maréchal de France !
      On ne dit pas ‘big ben » on dit « big François des pendules à l’heure »…… 🙂

    2. Il est clair que le clerc qu’est Leclerc éclaire d’éclairs nos chemins dans la nuit.
      Entre Philippe et Marie, François a bien symboliquement gagné son bâton de Maréchal….. 🙂

  4. J’avais cru lire que c’était un prof de physique à la base. Il a fait une formation d’économiste par la suite?
    Parce que s’il est autodidacte en eco, il est vachement fort, plus doué que ceux qui ont des diplômes.

      1. Piotr.
        Sais-tu que le Schwarsy a une tête qui n’est pas trop mal faite, en parlant de cela. (je parle des boyaux à l’intérieur)
        Et, chose moins amusante, en tant qu’Autrichien de naissance, il pourrait postuler à la présidence de l’Union Européenne….
        Là, ce serait par contre la preuve de ce qu’est devenue la « démocratie »…

  5. Merci à Paul du cadeau ! Big brother is not watching you, but those in charge ! Ceux qui sont aux affaires.

  6. Ah, non, c’est pas ça, si mes souvenirs du blog sont bons, François Leclerc est un descendant de communard. Là on tient mieux le fil ! 😉

    1. Non. Le char.
      Et vu sa façon de déblayer l’actualité de sa propagande, j’aurais été de lui, j’aurais annoncé : « je m’appelle Teuse »

      Sinon, en parlant de déblayage, je recherche des pilotes pour une mission de largage sur oual strit.

      1. Largage de quoi?
        On voudrai pas qui vous arrive des ennuis façon qui vous savez…
        J’espère que vous habitez un pavillon individuel,ça limitera les dégâts collatéraux.

      2. Piotr, je vous rassure, Camarade, j’accepte de mourir exécuté lorsque j’aurai une barbe blanche.
        Soit, vers une centaine d’années vécues en ayant une pilosité rouquine de base.
        Et c’est donc pas demain la veille…

        Ceci écrit, le Benne La Denne a participé largement au coulage des US et ça, seuls les historiens ne s’en rendront compte.
        Secret d’état oblige.

  7. Faut-il interpréter la pilosité de François Leclerc comme la marque d’une nationalité belge ?
    Les panneaux de cette ville mystérieuse semblent être en anglais en tous les cas.

    1. Molière, L’École des femmes (acte III, scène 2, Arnolphe à Agnès) :

      « Le mariage, Agnès, n’est pas un badinage :
      À d’austères devoirs le rang de femme engage,
      Et vous n’y montez pas, à ce que je prétends,
      Pour être libertine et prendre du bon temps.
      Votre sexe n’est là que pour la dépendance :
      Du côté de la barbe est la toute-puissance. »

  8. Tout est dans l’analyse de l’ombre et la lumière ……..
    Leclerc à l’affiche de la société du spéctacle Photoshopée !
    Saint Thomas, priez pour nous si j’en crois mes yeux !

    1. j’étais sûr, mais après postage, qu’on me ferait une remarque dans ce genre… non non réellement, ça lui irait bien. foin d’arrière-pensées 😉

  9. François Leclerc est un homme qui travaille dans les milieux de la finance, diplomé en sciences dures et habitué à produire des rapports.

  10. Le jour de ce post à une importance ? C’est les 61 ans de la déclaration de Schuman aujourd’hui?

  11. Ah mais bien sûr ! C’est une affiche pour un Leclerc ! A Brest méme !
    Mais c’est Michel-Édouard, avec la complicité de son vieux père Édouard, qui fait une pub anticipée pour le bouquin à venir de son cousin caché François, en exclu lulu dans l’espace culturel du centre Leclerc perso du viel Édouard, à Brest.
    Faut dire que les deux cousins Michel-Édouard et François sont de vieux complices de toujours… Se sont tous deux egalement piqués d’économique et de journalisme. Des vieux chenapans, anciens du PSU, des débuts de Que Choisir et de La Gueule Ouverte. La belle époque quoi… Et oui !
    Bé quoi ? vous saviez pas ? François Leclerc c’est le fils caché d’un des nombreux frangins d’Édouard ! Le plus curetons de tous, et c’est pas peu dire ! , un grand théologien, homme d’église que j’ai oublié son prénom… Pas Michel en tout cas, celui qu’ils appellent « le trouble » à Landeneau, pour pas confondre avec « Leclerc » le bienfaiteur…
    Tain, qu’est ce que c’est beau la famille ! Snif, en ai d’l’eau dans les yeux, sob…

    1. Vigneron.
      Veux-tu que je te parle des mulier..???
      Ceux qui font porter la charge par d’autres.

      Je pourrais t’en faire une encyclopédie aussi épaisse que le carrefour transformé en rond-point.

      Ceci écrit, sache que je ne défends aucun de ces rapaces qui ne vivent que sur les cadavres des con-sommateurs.

      1. Vous me rassurez ,je croyais que vous parliez des Mulliez.Et là je me disais que vous cherchez vraiment les ennuis.

    2. D’ailleurs, histoire de se marrer sur les différentiels, la viande coûte 32% moins cher en Allemagne qu’en France.

      1. Normal, l’Allemagne c’est le quart-monde. l’éclaireur des pays en voie de sous-développement, des futurs immergeants… Vont pas tarder à bouffer du manioc en ersatz de choucroute, te dire…

      1. Paul Jorion aime bien les webgagdets, manifestement. La photo de François est bonne, quoi qu’il en soit. Il a une « gueule » digne d’un film d’Audiard, d’après moi…

      2. Ouais Grégory, on aime bien Audiard, mais bon, si Jorion nous avait collé l’affiche du lien de Cedrru en lieu et place de l’original pour révéler la véritable identité de François- sauf votre respect, Maître François ! , si ce n’est la qualité, la quantité du moins des curieux sur le blog s’en trouverait sensiblement accrue. Peux m’tromper, mais… non.

      1. Un autre questionnement aussi venant de la part d’Yvan sur autre chose,

        Quelle importance, il y a parfois autant de justesse d’esprit dans un homme qui croit comme dans un autre qui ne croit pas,

  12. François Leclerc, ou F.L. comme la Tour, est une référence dans le paysage économico- contestaitaire français issu de la crise économique du début de 21eme siècle.

    Comme le célèbre monument il est nécessaire de soigneusement l’entretenir (il fait partie du patrimoine culturel de ce blog).

    Son inimitable style ampoulé (une fois encore à l’instar de la Tour) brille de milles feux dans les nocturnes ténèbres des marais financiers et bancaires.

  13. François Leclerc c’est un cerveau,
    une éminence grise, conseiller occulte de mr Jorion.

     » Éminence grise est une expression désignant un conseiller influent qui reste dans l’ombre d’une personnalité politique ou autre.

    Cette expression fut pour la première fois employée pour Joseph François Leclerc du Tremblay dit aussi le Père Joseph (1577-1638) conseiller occulte de Richelieu, Premier ministre de Louis XIII. Parce qu’il était capucin, il portait une bure grise. Parce qu’il fut créé cardinal peu avant sa mort, et qu’on le considérait aussi puissant que Richelieu, il eut droit au titre d’éminence. Il joua un rôle déterminant dans la dernière phase de la Guerre de Trente Ans, notamment par l’intervention de la Suède qu’il provoqua.  »

    source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89minence_grise

    c’est le Skynet de terminator qui attend que le monde sombre pour prendre le pouvoir. 🙂

    1. Les ami(e)s taisez-vous, taisez-vous et écoutez-moi d’abord et cela rien qu’une seule fois.

      Trop d’éminences grises ce n’est pas non plus toujours bon pour l’homme.

      Quand la grande révolution du socialisme mondial viendra sur terre, pourrais-je encore avoir droit de prendre le même petit déjeuner ce matin là, évidemment à ce moment là on aura déjà moins besoin de mes services et de mes lamentations de plus en société.

  14. du bon boulot dans Photoshop, hormis l’affiche déchirée qui rend moins bien ; François Leclerc est un prophète des temps modernes, il met ses colonnes à la une tel un maréchal engagé au service d’une cause plutôt marxiste, mais reste influencé par Plotin. On peut penser qu’il est un messie envoyé par Paul pour lutter contre la Sainte Crise.
    c’est sûrement un franc-maçon (un peu comme frère vigneron…) !

    1. Tu parles ils m’ont lourdé fissa ! ces même pas tâcherons-manœuvres du GODF ! Du coup me suis mis au GOLF ! Na ! et là, rien à voir ! Ni Cr, très sympa, bonne marrade ! Pi me suis mis aussi sur les rangs pour les Services chinois (les secrets pas ceusses en porcelaine Ming), ca s’présente pas mal, mais moins guillerets, les gonzes.

  15. Vous êtes sûrs que ce n’est pas la bobine de « l’équipier du mois » chez le MAC DO de La Motte – Beuvron ?

  16. bonsoir,
    un pseudi de plus sur internet, j’aime bien le raisonnement FL, alors après tout son vrai nom, on s’en fout
    merci pour vos articles FL
    les communistes idéalistes je déteste pas, le monde serait meilleur si nous l’étions tous (surotut moins cupides:-)
    bonne nuitée à tous

    le dow tient le coup vers 12700, mais ca commence à craquer, à surveiller 12580/12560 —> si on pète 12550 en cliut, les communistes pourraient être contents (obj mai 2011 dans ce cas 12480 voire 12325 voire si on pétait 12320, direction 11840/50

    12678, prises de profits de dernières minutes 🙂

  17. Ce post, j’en rêvais et Paul Jorion l’a fait ! Hier encore, parole, j’avais cherché vainement la bouille du maître François sur GooglePics. Le moins que l’on puisse dire est que ses avatars infinitésimaux nous laissaient sur notre faim.
    Reste que le benjamin d’un certain triumvirat mériterait d’accéder à son tour à la une. Si François Leclerc nous a souvent dévoilé avec bienveillance certaines facettes de ses activités et de ses méthodes, nous sommes nettement plus carencés en ce qui concerne les activités parallèles de celui dont personne n’ose ici prononcer le nom. 🙂

  18. Monsieur Paul,
    Je vous écris pour vous dire que mes petits garçons négligent de plus en plus leur travail depuis qu’ils fréquentent votre établissement. Non seulement ils ramènent de moins en moins d’argent à la maison, mais je les surprends de plus en plus à ricaner bêtement devant leurs écrans en lisant vos messages ainsi que ceux de ces terribles messieurs Vigneron et Yvan. Je croyais que l’agonie du capitalisme était un sujet sérieux. Je m’aperçois que vous vous y attaquez par les voies les plus déloyales, à savoir en sapant la force de travail de notre belle jeunesse. J’ai donc décidé, puisque certains membres de votre équipe ne remplissent pas leur fonction proscriptive, d’activer le filtre de modération parentale.

    1. Ils me disent que c’est parce que vous ne leur avez pas chanté assez de berceuses quand ils étaient petits. Je ne fais que répéter ce qu’ils me disent.

      1. vous êtes un devin aussi bien en sciences économiques qu’en matière de psychologie des âmes orphelines !
        (pourtant, d’après Onfray…)

      1. bravo, mes enfants appellent ma sœur « tantine » et elle travaille à Bourg… il y a un génie sur ce blog !

      2. Dites, les petits gars… vous voulez pas aussi publier ma photo ?

        Ça arrive à des gens bien plus connus que toi sur ce blog ! 🙂 🙂

  19. Et en plus c’est un poete, un vrai:

    Moi, mes souliers ont beaucoup voyagé
    Ils m’ont porté de l’école à la guerre
    J’ai traversé sur mes souliers ferrés
    Le monde et sa misère.

    Signé: F. Leclerc ,
    C’est lui: C’est le chanteur -compositeur quebecois!

  20. Vous pensez bien que j’ai lu tous les commentaires plutôt deux fois qu’une ! Mais d’abord une liste de démentis (j’en lis tellement auxquels je ne crois pas) !

    Je tiens en premier lieu à ne pas me laisser déposséder de mon nom en laissant croire que j’utilise un pseudo : je n’en ai qu’un et c’est le vrai. Tout en n’ignorant pas combien un nom a peu d’importance et qu’il ne faut pas trop faire d’histoire à ce sujet. Les hommes de l’ombre, qui en changent souvent, en font pourtant une, appelant légende la vie fabriquée des personnages fictifs auxquels ils doivent s’identifier. Ils ne sont pas à un paradoxe près. Moi, je préfère la lumière et le soleil.

    Passons sur les références historiques : on n’est pas responsable de ses parents, surtout quand ceux qui sont évoqués ne le sont pas, à ma connaissance dois-ajouter par précaution. Ainsi que sur les citations littéraires : je ne suis pas du bord de Big Brother, mais de ceux qui constatent les progrès incessants de la traçabilité. Ce qui me donne l’occasion de dire en passant que j’ai beaucoup de respect pour George Orwell (première période), les anarchistes de la Révolution Espagnole et tous ceux qui dénoncèrent le stalinisme dès la première heure, ils ne furent pas si nombreux et il fallait du courage.

    Glissons sur cette ville non identifiée où je suis à l’affiche, qui n’est sortie de l’anonymat que pour vite y retomber. Enchaînons sur ces histoires de diplôme, car que vaut de nos jours un bac+8 (et je n’y suis pas parvenu) ? Arrêtons-nous plutôt sur de flatteuses ascendances communardes, identifiées du côté de la rue du Faubourg Saint Antoine, quand les ouvrières y avaient encore leur domicile et travaillaient dans des ateliers de couture, avant cette année-là de passer à autre chose…

    Ma barbe ? Elle n’est pas indexée sur la crise politique Belge comme d’autres, et n’est que le fruit d’une vieille conviction (une de plus): rien n’était plus pénible pour moi que de devoir me raser tous les matins, car je n’ai jamais eu l’ambition d’être un professionnel de la politique et un représentant du peuple. Pas de Havane, par contre, la Faculté est passée par là. Pour ouvrir et fermer le chapitre de la finance, un milieu dans lequel je suis supposé avoir eu mes aises, je l’ai effectivement un moment frôlé, mais vite fui. Je n’y étais d’ailleurs qu’une pièce rapportée, auprès de qui – je peux maintenant l’avouer – on n’aurait pas du tant s’épancher…

    Enfin, je n’ai jamais fréquenté le Parti Socialiste Unifié (PSU), ni les Frères Trois Points, et, si j’ai bien écris pour des journaux, ce n’était ni pour la Gueule Ouverte, ni dans Que choisir, deux organes par ailleurs tout à fait respectables. Pour les initiées – en espérant ne pas être traité de provocateur machiste – j’ai par contre eu les honneurs des colonnes du Torchon brûle, cette fois-ci sous pseudonyme comme on s’en doute, ce dont je suis assez fier même si c’est délicat à revendiquer.

    Pour conclure cette longue liste de ce que je ne suis pas, ma famille n’a pas fait dans la grande distribution et je n’ai jamais été distribué dans un film d’Audiard. J’aurai pourtant rêvé d’un petit rôle dans la fameuse scène de la cuisine des Tontons flingueurs.

    Que reste-t-il à dire ? Que par exemple j’ai été exempté du service militaire, évidemment sous un prétexte bidon. Pour profiter immédiatement de cette année de gagnée – sans jamais ensuite cesser – pour parcourir notre monde, non pour le plaisir de la collection (des pays, des aventures et des galères) mais pour tenter d’étancher une grande soif qui n’a jamais été assouvie. En privilégiant chaque fois que je l’ai pu les endroits où cela bougeait vraiment.

    La suite serait beaucoup trop longue à raconter.

    1. Gardez votre mystère François. ce que vous dites est plus important que ce que vous fûtes (il y a des lustres que ne j’avais plus employé le passé simple du verbe être…).

    2. absence de démenti concernant la franc-maçonnerie, brother François, le monde des vignes, qu’il soit d’un côté ou de l’autre de la grande muraille, nous ouvre fûts et barriques. C’est en disciple dionysiaque que nous vous suivrons dans la ronde des Révolutions.
      (relisez Plotin, vous verrez) …

      1. Pour moins faire de tort et de cachotteries à l’humanité, non merci la franc-maçonnerie pour
        le prophète, plutôt mourir dignement sur le terrain comme un brave, si vous saviez comme
        les jeunes gens ou pas en reviennent beaucoup de la vigne dans ma région.

        Je dirais même que plus vous voyez des hectares de vignes dans un région, et plus vous pouvez commencez déjà d’envisager d’aller voir ailleurs, si le monde ne bouge pas déjà un peu plus dans les mentalités.

        Comme quoi les meilleures récoltes au monde ne produisent pas toujours non plus enfin c’est déjà un autre sujet.

      2. Jérémie, rien compris à ce que vous racontez. Pourtant, mon frangin et moi, on est plutôt costauds quand il s’agit de donner dans l’amphigourique…

      3. C’est fait exprès, plus mon langage devient obscur et moins conventionnel pour les oreilles
        et plus je me sens plus à même d’aller gambader dans les hauts-paturages, faut voir parfois comment les gens de la plaine et des grandes villes préfèrent plutôt se conduire entre-eux.

        Soit d’abord un frère comme nous autres histoire d’apporter quelque chose de plus concret et de moins triste à la société.

      4. @karluss (brother & co)

        Paroles de Jérémie :

        C’est fait exprès, plus mon langage devient obscur et moins conventionnel pour les oreilles.

        Tain ! Jérémie c’est le Leo Straus du blog Jorion ! Amphigourie plus ésotérisme plus jérémiades = Art d’écrire jérémien.
        Francs-Maçons et vignerons, planquez vos abattits ! Usez de tout votre art d’écrire et de toutes les dissimulations disponibles et opportunes ! V’là le Grand Inquisiteur ! Le nouveau Torquemada !

      5. @ Vigneron

        Depuis le temps tu devrais savoir Vigneron que je n’épargne personne, aussi bien les plus cathos que les plus attachés à la vigne, je suis pourtant pas bien méchant dans ma parole.

        Inquisiteur toi-même, la Franc-Maçonnerie serait-elle donc tellement plus importante à défendre à tes yeux que le pauvre et modeste homme que je suis dans ma cataracte ?

        Pourquoi vouloir alors sonner directement le rappel des troupes contre le mauvais esprit
        du prophète, tu n’es quand même pas une petite poule mouillée.

        Et encore je suis dans mes bons jours aujourd’hui, je n’irais donc pas plus loin à ce sujet
        si cela peut te rassurer pour toi et tes frangins.

        Et tu me répondras pas plus honorable et vénérable pour l’homme de s’en prendre à notre
        si bel édifice public,

        Et puis en plus je ne t’ai rien fait à toi Jérémie, c’est vrai Vigneron.

      6. Allez pour se détendre un peu l’atmosphère, et boire le bon coup de l’amitié.

        « Un homme était propriétaire et il planta une vigne; il l’entoura d’une clôture, y creusa un pressoir et y bâtit une tour; puis il la loua à des vignerons et partit en voyage. Quand approcha le moment des fruits, il envoya ses serviteurs aux vignerons pour en recevoir les fruits.

        Mais les vignerons comme ils avaient beaucoup évolués depuis le temps ne se saisirent même plus des serviteurs dans la vigne, ne battirent plus l’un, ni l’autre, ni ne lapidèrent
        plus aucune personne pour le travail qui pouvait être mal fait. De nouveau il envoya d’autres serviteurs, plus nombreux que les premiers, et les vignerons alors les traitèrent de même,
        c’est-à-dire avec beaucoup plus de délicatesse et de douceur de vivre au coeur.

        Finalement il leur envoya son fils, en se disant: Ils jugeront quand même davantage mon
        fils depuis le temps que je le gâte et je le bénisse.

        Mais les vignerons, en voyant le fils, se dirent par-devers eux: Celui-ci est encore fortement
        mal conçu : venez, venez alors les Frangins ! tuons-le, que nous ayons son héritage. Et, le saisissant, ils le jetèrent hors de la vigne et le jugèrent de nouveau comme tant d’autres
        dans le même temps.

        Lors donc quand viendra le maître de la vigne, que fera-t-il à ces vignerons-là ? »
        (Mt 21, 33-40)

    3. Pour conclure cette longue liste de ce que je ne suis pas, ma famille n’a pas fait dans la grande distribution et je n’ai jamais été distribué dans un film d’Audiard. J’aurai pourtant rêvé d’un petit rôle dans la fameuse scène de la cuisine des Tontons flingueurs.

      Mais vous êtes tous les jours dans la cuisine européenne, et je peux vous garantir que les « flingues de concours » et les « motifs de fâcheries » que vous balancez a longueur de billets sont de vrais moments de bonheur aussi.

      Pour ouvrir et fermer le chapitre de la finance, un milieu dans lequel je suis supposé avoir eu mes aises, je l’ai effectivement un moment frôlé, mais vite fui. Je n’y étais d’ailleurs qu’une pièce rapportée, auprès de qui – je peux maintenant l’avouer – on n’aurait pas du tant s’épancher…

      Ah mais si, pour le bien de tous ! Comme quoi les voix de la « mains invisible des marchés » sont impénétrables. Peut-être veux-t’il tel la créature de Franckeistein, sa mort ou sa rédemption ?

    4. Le détective, par l’histoire et sa qualité d’investigation, vous connaît un peu, mais par une pudeur qui doit lui être reconnue, ne dira rien de plus.

      Bon vent.

  21. J’apprécie ce clin d’oeil permettant, entre autres, aux fidèles intervenants de se défouler joyeusement. Rire : vital, hygiénique 🙂
    Monsieur François Leclerc, j’ignore qui vous êtes, votre CV, etc.
    Mais vous êtes là. M E R C I !…

    1. @Kay
      Faire de notre éclaireur obstiné et infatigable, une icône planétaire. Vous y allez fort et avec du style, bravo.

    2. @ Kay : excellent clip !

      J’en profite pour moi aussi remercier François.
      La synergie des divers auteurs du blog fonctionne : une somme supérieure au tout.
      Le fil croisé de Fukushima (dont François est le maitre d’œuvre) avec celui de la Grande Crise apporte un éclairage profond sur le monde où nous devons vivre et pour la majorité survivre.
      Je suis convaincu que ce blog a une énorme influence mais que ça sera dur de transformer les idées en actions… comme toujours.

      1. Si après ça on se prend pas la grosse tête, je comprends plus… 😉
        Je vais filer ça à ma femme, elle a quelques copines qui sauvent le monde en permanence.
        Le basset est dans la 403 et le coupable sous les verrous. Je reviens au prochain épisode.

    3. @ Kay
      La grande classe ! Merci à vous.
      Vous allez Lui coller tous les paparazzis du globe aux trousses 🙂

    4. bravo Kay, une idole est née, le mythe est en marche, voici l’ère du leclerianisme ! Elle durera mille ans !

  22. tous ceux qui dénoncèrent le stalinisme dès la première heure, ils ne furent pas si nombreux et il fallait du courage.

    Vous pensez à qui exactement ?

    1. C’est un sujet sur lequel, ici, nous tenons à une certaine discrétion, quoique que George Orwell ait déjà été cité depuis quelque temps.

    1. @Jean-Luc

      Petard ! Si c’est pas de l’enfumage illicite ça…L’avènement d’un Tonton rasta au paradis des élus, à la promesse de Jah, pour effacer le souvenir de l’avènement d’un Tonton au paradis élyséen, qui resta promesse…
      La propagande droitiste n’a donc aucune limite… 🙂
      Et bientôt Tonton Brassens … ça promet !

      1. @ karluss

        Plus maintenant c’est surtout une question de richesse, de savoir et d’économie, les choses doivent certainement beaucoup évolués aussi dans les cieux depuis le temps.

      2. 🙂 🙂 attention Vigneron, enfumage est un mot sus…pect’ depuis quelques temps sur ce blog…
        Et ne me parlez pas du Sétois qui, à vouloir aller à reculons, a eu la malencontreuse idée de disparaître le jour de mon anniversaire, du coup je n’fête plus celui-ci !

      3. Jean Luc, c’est à dessein que j’employai ce mot, n’ayant au demeurant rien de l’enfumeur et toux du gros fumeur, comme pas mal du petit fumiste. Jah love !
        Au fait, en parlant de Tonton, saviez-vous qu’il y eut un autre homme politique contemporrain illustre qui fut surnommé « le Sphinx » avant lui ? On l’appelait aussi « il Divo » ou le « Pape noir », Giulio Andreotti. Ainsi Mitterrand fut le troisième après celui de Gizeh et Andreotti, donc Tonton ou « le Sphinxter ».
        ( Désolé. Excusez moi auprès des proches, merci.)

  23. On saura toujours peu de choses sur autrui, surtout lorsque les gens commencent déjà à nous en parler, parfois même le propos des autres ne nous permet pas plus de nous faire notre propre opinion à son sujet, alors forcément ça n’aide pas toujours mieux l’homme à se passer plus courageusement de l’avis des autres en société.

    Qu’ils viennent tous à me dire que c’est un homme de bien, que je m’interroge déjà sur ce qu’est réellement un homme de bien, qu’ils viennent tous à me dire que c’est un homme qui n’aime toujours pas se raser le premier, que je m’interroge déjà sur l’utilité d’un plus grand nombre de costumes gris en société ?

  24. Pour Marlowe, François Leclerc est un homme qui tente, et qui réussit souvent, à penser et à parler avec un goût prononcé de la vérité et de la liberté, ce qui est suffisament rare pour être remarqué, même sur ce blog.
    Cela suffit au détective qui n’acceptera pas de mandat pour faire de plus amples recherches.

  25. Euh… Quelqu’un pour s’occuper de l’étrange cas Julien Alexandre ?!
    Qu’on sache enfin si notre modérateur dévoué a vraiment ce visage d’ange prépubère ?
    🙂

    1. Julien, c’est un empereur décati par les complots et réinséré dans la modération du village blogal… !

      quant à votre visage, il a changé, mais qu’avez-vous autour du cou ?

      1. y’a pas de doutes on nous a refait notre Martine. C’est plus la même, on la reconnaît plus.

  26. Rappelez-vous « l’étrange histoire de Benjamin Button ». Julien est en fait le plus âgé de la bande.

  27. Image, partout.
    Ah bon… Vous m’indiquez où à Bxl, j’irai voir.
    L’image, est-ce seulement un bon moyen pour connaitre quelqu’un?
    Les images nous trompent bien souvent.

    1. Tout-à-fait,

      C’est comme les Grandes Marques de ce monde, un trop beau Logo sur une affiche ne veut pas forcément dire que les gens qui y travaillent sont beaucoup mieux pays et traités que d’autres,
      un jour peut-être les gens s’en rendront davantage compte comme partout ailleurs.

      A quoi bon être très bien coté en bourse si les êtres en patissent davantage dans l’esclavage.

  28. Ce billet confirme le soupçon que j’avais d’un indéfectible glissement du blog vers le Culte de la Personnalité auquel le XXème congrès du PCUS s’était attaqué mais on le constate ici, en vain. C’est maintenant la bande des trois, qui tente d’embrigader les consciences avec ses mains de fer de Shivaïstes.
    Je sais que cet été sur les plages bretonnes, les estivants sur la plage n’auront d’autres choix que d’applaudir au passage du dirigeable avec le portrait géant du dirigeant-guide Jorion.
    Mais qui est vraiment Jorion ? Après une enquête minutieuse, il est devenu évident que c’est une personnalité multiple (pécheur, anthropologue, enseignant, trader, économiste, agitateur etc.) qu’on appellera par commodités le Zelig de l’économie, souterraine, évidemment.
    Malgré sa barbe et ses multiples transformations, on le reconnait aisément à Athènes en amphore en compagnie d’Aristote. Sur les fresques d’Orvieto en enfer avec Dante. Une peinture de Watteau le montre en compagnie de Jean-Baptiste Say. Sur une aquarelle de Turner, il serre la main à Ricardo. Géricault le met en valeur aux coté de Robespierre. Sur la toile de Caillebotte devant le Palais Brogniart, il apparait dans l’ombre de Marx. Il tient l’ombrelle de la maîtresse de Lénine à Tachkent en 1921 lors de son discours fondateur de la République d’Ouzbékistan (sur la photographie originale, celles disponibles sur le Net ont effacés les deux personnages sur ordre de Staline). Après Tachkent, on le retrouve ensuite dans le Kent sur une photographie tachée du groupe de Bloomsbury, courtisant la sœur de Keynes. Ce n’est pas little big man, mais Great Big Brother, le vrai et malgré ses russes de sioux, je l’ai reconnu sur CNN à coté d’Obama lors de sa fête de la victoire contre Geronimo. Et aujourd’hui il tente de se faire passer pour son complice sur la grande photo qu’il nous présente. La politique éditoriale de Jorion est d’envahir les consoles des supermarché de sa propagande insidieuse, et de faire taire les opposants en exterminant les b.a.v. crapauds en cybérie. La bande des trois avec ses multiples pseudos qui tentent comme des pseudopodes d’endoctriner les consciences à l’insu du plein gré de chacun, est révélatrice des personnalités historiques sous lesquelles le masque de Jorion s’exprime. Alors me direz-vous, qui se cache réellement derrière le masque de Jorion : Quel personnage a pu produire cette créature mutante de Jorion ? On en trouve la trace dans les multiples écrits qui témoignent de l’entreprise totalitariste jorionesque : c’est PSDJ.
    N.B. Je confonds John Wayne et Bernard Blier, mais indubitablement la grande photo de Jorion à Londres est très ressemblante.

    1. @Rosebud1871

      Vous avez fumé là ?
      Non mais sérieux, ça va pas de nous pondre un fromage iconoclaste juste parce Jorion et deux bidouilleurs s’amusent trois secondes avec un logiciel ! Sans blague, vous préféreriez quoi ? Que l’on soit tous des clones de Gouwy, pas-de-passé, pas-de-prénom, pas-de-lunettes, pas-de-barbe. Anonyme avec un grand A. Bien qu’en vérité autrement plus imbu de soi que celui qui expose sa tronche, parce que bon, hein, il se trouve que c’est juste la sienne et qu’il va pas non plus en faire tout un cake.

      1. @ Martine Mounier 10 mai 2011 à 21:30,
        J’enfume les passifs alors ? À mon regard ce fil n’a aucun rapport avec Gouvy, pour vous si. Aussi me vient à l’ID que vous n’avez pas gouté mon pessimisme sur un débat démocratique sur le nucléaire ni d’avoir tempérer votre enthousiasme, ça me vient à l’ID parce que vous introduisez Gouvy dans ce fil et que vous êtes la seule. Avec Photoshop le cadavre de Ben Laden comme preuve n’est pas un souci. Timisoara, c’était pas mal, Katyn aussi. Les images, ça brille, et j’entends bien votre révolte à ce que j’envoie un pavé iconoclaste. Je salue P.J. de jouer le jeu. Je ne connais pas d’autre « technique » pour contrer l’idolâtrie, que celle qui consiste à saper son image et à accepter qu’elle soit sapée, mais c’est normal il y a des défenseurs, des protestataires, des admirateurs, des dévots. J’ai le souvenir que vous aviez conseillé à PSDJ quelques bonnes lectures qui tracent du coté d’interroger ce qu’est l’identité et suis déçu qu’elles ne vous aient pas envoutées. Ce n’est pas rien qu’il y ait une image sur une CIN. Et qu’un nom fasse lien pour toutes les images instables de l’être au cours d’une vie. J’ai le souvenir d’être intervenu comme asocial sur un blog professionnel très fréquenté il y a quelques années, sous une forme anonyme avec un pseudo qui disait le « quelconque » mais en postant ce que j’appelle un scud, un missile visant à faire exploser les débats de tranchées. Le patron publia, mais ouvrit illico un autre fil sur l’anonymat avec un grand A comme vous dites, où bien sûr il y a eu beaucoup de protestation contre l’anonymat. Au bout de 80 messages divers, j’ai déclaré mon identité. Personne n’a pris langue avec moi. Et depuis, changement de règles, il faut s’inscrire sur ce blog. Rien pour, rien contre, juste un choix avec des conséquences. Je me fie au textuel et me fous de la carte d’identité de celui qu’on appelle « l’auteur » qui est déjà une sacrée fabrique comme notion ! Qu’est ce qui parle, qu’est ce que ça dit, d’où ça parle, à qui ça s’adresse, qu’est ce que ça demande et qu’est ce que ça fabrique, je préfère. Les foules pleurant Staline, ou allemandes ayant le béguin pour le Führer, communiantes quoi, ce n’est pas évitable, juste un souci pour organiser l’objet. Le peuple, comme Vigneron, connais pas, sinon comme collection encartée. Le seul endroit où je m’imagine que je le côtoie jusqu’à me fendre (spaltung) d’en être pour m’y fondre, c’est dans les manifs, mais ça ne dure pas. Ailleurs, c’est la foule. Je vous conseille un bouquin, « l’anatomie de la troisième personne » je n’en ai pas épuisé le sel, c’est une enquête qui trace et sur la notion de représentation dans un état moderne, et sur la notion de transfert, dans leurs moments de fondation concomitant. Vous voulez savoir qui je suis ? ça n’a ici aucun intérêt. Pour votre imbu, ajouter vable la prochaine fois, vous me ferez plaisir. À vous de recoudre, mon décousu. Pour la séduction mieux vaut PSDJ mais pour vous faire plaisir Vive Leclerc, Vive Jorion, Vive Alexandre, Vive Mounier ! « Nous savons qu’il existe dans la masse humaine le fort besoin d’une autorité que l’on puisse admirer, devant laquelle on s’incline, par laquelle on est dominé et même éventuellement maltraité » Freud 1939

      2. @Rosebud1871

        Je me souviens très bien, partant d’une discussion sur le genre, avoir « conseillé » à Pierre Sarton Du Jonchay quelques lectures sur les queer studies. De la même manière que je me souviens très bien de votre ajout de quelques auteurs essentiels, malheureusement oubliés de moi au moment de mon commentaire. En même temps, si vous lisez mes commentaires — ce qui semble être le cas —, vous avez peut-être remarqué, puisque je l’ai cité plusieurs fois, que je fais parfois référence au travail de Christine Angot sur le Je et sur nom. Pourquoi ? Parce que là où vous opposez liberté de l’être au nom civil (sexe/famille/appartenance/statut social), je postule que le nom n’est totalisant que dans la mesure où nous laissons l’autre fixer notre identité à partir de lui. La question essentielle n’est pas, comprenez-moi bien, celle du moi nominal exposé ou pas, modestement ou non, mais bien plutôt celle de la réappropriation du Je comme Jeu. Autrement dit la possibilité d’un moi social comme espace littéraire. L’anonymat n’étant en rien le dépassement de la vanité, ce qui somme toute bien logique, puisque c’est son contraire et non son dépassement. C’est la raison pour laquelle j’évoquais la figure de Gouwy : parce que nous avons bien vu dans le cas présent qu’il n’y avait nul besoin de visage et de nom pour que surgisse une icône. Les Vive Leclerc, Vive Jorion, Vive Alexandre, Vive Mounier ! peuvent toujours être dans la tête de ceux qui jalousent ou admirent plus que de raison, c’est malheureux mais c’est ainsi. Au fond, le visage ne fait pas le dévot, pas plus que son absence ne fait l’esprit libre. C’est cela que je voulais dire.

      3. erratum :
        1/au travail de Christine Angot sur le Je et sur le nom.
        2/ce qui, somme toute, est bien logique.

        Désolée.

      4. @Martine Mounier 11 mai 2011 à 20:33
        Je n’oppose pas liberté de l’être au nom civil, puisque votre liste (sexe/famille/appartenance/statut social) est ce qui bétonne du coté de l’être et de l’essence. L’identité est d’abord symbolique, suffit d’écouter les affres des futurs parents dans le choix du prénom, et pour le nom ils n’ont pas le choix, ou si peu… le nom de la mère de nos jours etc.
        Ça n’empêche pas de se prendre pour un chapeau, ou de prendre sa femme pour tel, ou de changer de nom etc. La littérature sur les effets de changement de nom, d’effet de ça dans l’exil est abondante.
        nous laissons l’autre fixer notre identité à partir de lui. Si Martine Mounier est votre vraie identité patronymique, rien ne vous oblige à vous prendre pour Martine Mounier, c’est même de l’abus de confiance ; par contre si on veut vous joindre, il vous faut convenir d’un code auquel vous pourriez répondre, ça se fait un nom de code
        moi nominal exposé ou pas, réappropriation du Je comme Jeu. Autrement dit la possibilité d’un moi social comme espace littéraire.
        Bon problème de sémantique du lexique. « Moi, je », sont des termes que j’utilise référencé au frayage de Lacan. Et je crains les soucis de convertibilité avec votre propre jargon, qui plus est quand je lis nominal (z’êtes sous influence de PSDJ ?). Moi social comme espace littéraire. Ajar=Gary ? Point de vue de la Préfecture de police, indubitablement. Au delà, ça se discute toujours…Canguilhem avait écrit que la psycho ça finit à la Préfecture de Police.
        Pour le jeu, j’aime bien le sujet de Lacan, essentiellement sans essence, purement réduit à s’évanouir dès son apparition, produit dans le temps de sa profération, instaurateur d’existence entre deux signifiants qui l’hébergent fugacement. Un tel sujet évanescent est en rupture de ban ontologique, et se fout pas mal du regard oblique des passants honnêtes comme disait Brassens sur son banc public avec un « c », le banc. La somme des pseudos vaut comme au théâtre où le « même? » s’éclatera dans des figures parfois incompatibles, mais même le pseudo « anonyme » n’est pas anonyme. Gouvy, je viens de vérifier mais je me suis trompé, je croyais que c’était un canard dans un dessin animé. J’étais pas loin le dessein était animé mais de quoi … ? Enfin tant que Jorion ne se prend pas pour Jorion, tout va bien, qu’on le prenne pour Jorion est inévitable mais qu’il se mette à croire qu’il est le Jorion que Martine Mounier prend pour Jorion mérite réflexion.

      1. @schizosophie 11 mai 2011 à 08:23
        Sapristi point : le bonus sur les russes de sioux était pour votre dé-prime de consommation.

  29. Socrate a dit un jour : « Je sais que vous n’allez pas me croire, mais la plus haute forme de l’excellence humaine est de se questionner soi-même et de questionner les autres.

    Quand on prend le temps de regarder l’affiche autrement, qu’est-ce qu’on y remarque ?
    D’un coté l’image d’un homme peut-être un peu abimé par la vie, sans doute à cause
    d’une trop belle femme préférant davantage aller au coiffeur et s’éclater en second plan.

    Et puis des passants l’un montrant plutôt du doigt autre chose dans la rue, et puis une
    autre marchant bien droit près d’un poteau avec son petit portable à la main, l’expression
    du monsieur sur l’affiche en disait pourtant assez long sur le monde actuel, mais non à force
    et avec l’habitide plus grand monde n’y accordait autant d’importance et cela comme dans les premiers temps de l’humanité avec les premiers prophètes de l’écriture.

  30. Déjà 138 commentaires le 11 mai à 10h00… Bigre, il va falloir passer à :
    QUI EST VRAIMENT FRANÇOIS LECLERC (II)

  31. Ca y est, je sais. Je sais !!!!! Je sais qui est Leclerc. C’est un Quatremer dopé et désarimmé. J’ai bon ?

  32. Mais c’est un truc de OUF, ce blog !

    qui est vraiment François Leclerc ?


    Avec une telle bouille, pour sûr : C’EST SOCRATE !
    Petit à petit, l’oiseau fait son nid… AH, CES ARTISTES !

Les commentaires sont fermés.