LES PRÉVISIONS SANS RISQUE

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

Un thème qui revient souvent dans mes billets récents, c’est celui des accélérateurs de crise. J’en parle par exemple à propos de l’idéologie libertarienne dont Alan Greenspan, qui fut près de vingt ans le président de la Fed, était un éminent représentant. Une fois atteint un certain degré de gravité dans la crise, rien de tel en effet que l’idéologie du « chacun pour soi » pour précipiter la chute. On l’a vu, en 2008, quand Goldman Sachs et Deutsche Bank furent confrontées au dilemme « sauver le système financier ou sauver ma propre peau » : il n’y eut pas même un moment d’hésitation.

Mais il n’y a pas que les représentations : quand la crise est trop sérieuse, les mécanismes qui se mettent automatiquement en place contribuent eux aussi à favoriser l’effondrement. De ceci, le Wall Street Journal donne un bon exemple dans son édition d’hier. Dans un article intitulé Buyers Battle for Europe’s Bad Loans (les acheteurs se battent pour les prêts toxiques européens), David Enrich et Steve Eder ne démontent pas ce mécanisme mais ils procurent l’information que je vais vous rapporter.

Vous connaissez l’histoire du serpent Ouroboros, qui se mord la queue ? Voici la suite. Les banques européennes se débarrassent en ce moment d’actifs toxiques. Certains hedge funds, « fonds d’investissement spéculatifs » en français, se portent acheteurs. L’un de ces fonds s’appelle Marathon Asset Management LP. Il vient de rédiger un document de 135 pages expliquant à l’intention de ses clients comment profiter de la crise bancaire européenne. Parmi ses clients : le fonds de pension des employés du comté de San Bernardino en Californie méridionale. Parmi les acquisitions récentes de Marathon, rachetées à prix bradés à des banques européennes : la dette subordonnée d’une société américaine du secteur immobilier commercial et une part du crédit révolving d’une des principales sociétés de jeu américaines.

Si les banques européennes se débarrassent en ce moment de crédits de ce type, c’est qu’ils ne valent plus tripette, la probabilité de se faire rembourser étant très réduite. Pourquoi diable des hedge funds comme Marathon se portent-ils alors acquéreurs ? Parce que ce sont des « fonds-vautours » : ils mobiliseront une armée d’avocats qui trouveront la faille juridique qui permettra de presser comme des citrons les emprunteurs en situation délicate dont ils ont racheté la dette toxique, condamnant probablement ces sociétés à la faillite, mais non sans en avoir extrait au préalable le moindre « red cent » restant.

Les employés virés à l’occasion de ces faillites provoquées par des fonds-vautours (tous les Marathon Asset Management de ce monde) habitent un comté américain quelconque qui, avec un peu de chance, se trouvera être le comté de San Bernardino, ce qui d’ailleurs ne serait pas tellement étonnant car, comptant pas mal de réserves amérindiennes, il se trouve à la pointe de l’industrie du jeu, et qui ne sera du coup pas au bout de ses peines, une dose de chômage supplémentaire venant s’ajouter à ses soucis présents, dont la tactique désespérée de son fonds de pension d’investir dans des fonds-vautours est déjà l’un des symptômes. Le serpent Ouroboros se mord encore une fois la queue.

Du fait que j’ai eu l’occasion de prédire la crise des subprimes, on me sollicite souvent pour d’autres prévisions. Dans la plupart des cas, je m’en abstiens soigneusement, une multitude d’évolutions étant également probables. Parfois, comme dans ce cas-ci, la catastrophe à venir étant sur des rails, je me prononce sans hésiter.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

28 réflexions sur « LES PRÉVISIONS SANS RISQUE »

    1. salut Karlus
      Moi je considère l’argent comme du sang qui circule pour alimenter harmonieusement les cellules et ainsi permettre l’épanouissement d’une entité,en l’occurrence vous moi et les autres..
      Des qu’un organe nécessite plus de sang ,c’est l’ensemble qui se mobilise et cela se fait naturellement dans la mesure des moyens disponibles…
      Si un VIRUS installe des besoins personnels indépendant de l’ensemble ,pour attirer à lui toute les ressources sanguines ,l’entité devient exsangue et agonise ,faut il sauver le VIRUS ou l’entité ?

      1. il faut du vin rouge et de l’ail, en plus du virus on détruit ainsi les vers, comme dirait le poète !
        à la tienne !
        (pas d’eau dans le vin, et des aulx)

    2. Il fut un temps où les puissants de ce monde ordonnaient de lâcher les chiens, la civilisation aidant
      aujourd’hui on envoie les juristes, de tout poil.

    3. bien Karluss..
      un remède de gd mère..
      à tout hazard

      1 verre de vin rouge (pas spécialement de qualité)
      un peut de thym,cette autre feuille vous laisse deviner?,du sucre,cette cannelle précieusement et intelligemment rappée ( le papa JP vas m’envoyer à l’école ?)et oui,c’est pas tout les gars..
      Non ,pas un zeste de citron,bien que ?aller faites un effort svp??
      je parle de vin chaud bien sur..

      un indice ….mal aux dents??
      pluche ,vous trouvez????

      1. Salut cher Rigoris

        On peut aussi, dans les hivers « rigoreux » se faire une tisane efficace à tous coups avec les mêmes ingrédients, en ajoutant les clous de girofle et le miel

        Jacqueline

      2. à hafidi jacqueline ..

        voila ,vous avez gagner et félicitation..
        +
        clous de girofle ,miel et voila le remède..(ce qu’il manquait )
        bisous chère hafidi jacqueline ..

        Me fais pasteuriser un max sur ce site que j’adore et grâce à vous je reprend un peut confiance aux remèdes naturels..
        à pluche

  1. Comme prévu les hedges funds US et UK attaquent sans attendre l’euro et les bourses européennes…ce matin ..!
    (alors que la situation des US est équivalente à celle de la Grèce mais chutttt juste en page intérieure du Financial times plutôt que la « Une »).

  2. vous ne pouvez pas prévoir le tremblement de terre et le tsunami du Japon
    et la catastrophe avec les réacteurs nucléaire.

    ni l’affaire DSK

    je pense que ça a une influence sur les prévisions
    on n’a pas toutes les données pour dire exactement ce qui va ce faire.
    il y a toujours une part d’inconnu qui se rajoute aux belles prévisions

  3. Reste à savoir si ces fonds vautour seront en mesure d’extraire quelque chose cette fois-ci…

    M’est avis que comme beaucoup de monde, les fonds vautour sont bien incapables eux-mêmes de se projeter au delà de leur horizon habituel.

    Et en l’occurrence, leur business étant de racheter des créances ‘toxiques’ à prix sacrifiés pour pouvoir ensuite saisir tout ce qui peut l’être et réaliser ainsi une opération juteuse, quoi de plus normal que de saisir cette splendide opportunité ?

    Là où cela coince un peu, à mon avis, c’est quand ils expliquent à leurs clients que c’est une manière de profiter de la crise européenne. Ah ?

    Je sais bien qu’il est très courant pour une entreprise ayant subi des pertes de céder des actifs pour récupérer des liquidités et éponger ses pertes, mais là, on parle de banques européennes qui se débarrassent d’actifs toxiques américains.

    Et dans l’histoire, je me dis que les banques européennes jouent assez finement leur coup. Ca fait des mois et des mois que les medias et les agences de notation tirent à boulets rouges sur la situation en Europe.

    En apparence, cela fait bien les affaires des Américains et des Anglais parce que cela permet de ne pas trop s’appesantir sur leur situation financière réelle, autrement plus catastrophique.

    Mais en attendant, cela permet aussi à qui sait se montrer un peu plus clairvoyant de se débarrasser sans trop de soucis de ses actifs toxiques américains ou anglais, l’inverse étant évidemment autrement plus difficile pour des actifs européens.

    Et puis quand même, en règle générale, s’il y aurait bien UNE opportunité à saisir dans le cas de la dette européenne, ce serait d’acheter de la dette grecque à prix sacrifiés… En attendant, cela permet à l’euro de revenir à une parité plus confortable vis à vis du dollar.

    C’est tout de même un drôle de jeu qui se déroule en ce moment sous nos yeux, non ? Une sorte de Qui perd gagne ?

    Maintenant, je suis bien d’accord pour y voir non pas tant finalement un accélérateur des événements en cours que le marqueur d’une accélération qui est déjà en cours.

    En plus, à l’heure où des grands fonds tels que PIMCO ont annoncé avoir bazardé tout ce qu’ils avaient comme titres du trésor américain ou assimilés (Fannie Mae,…), est-ce vraiment judicieux d’investir dans de l’immobilier commercial qui ne vaut strictement RIEN ?

    1. Mais enfin mon bon Monsieur, tous ces ces pantalons à une seule jambe ne sont pas faits pour être portés, ils sont là pour faire des affaires!

  4. Déjà à l’époque le simple prêts de titres (actions) était assez mal géré par les intermédiaires ce qui provoquait parfois des dénouements de transactions assez ubuesques, car il fallait bien finir par livrer les titres manquants ou perdus. On imagine sans peine le foutoir inextricable qu’a engendrée la titrisation des dettes et la gestion de ces titres.

    En tout cas on est obligé de croire sur parole les gestionnaires qui vous annoncent avoir réduit à néant leur exposition sur telle ou telle créancier.
    La seule question qui compte c’est :
    Qu’avez vous acheté à la place ?

    Et là vous vous pouvez commencer à vous inquiéter…

  5. En parlant de predictions, j’ai une question: Si la Grèce restructure sa dette, qu’est-ce qui va se passer avec les CDS sur la dette grecque? quelqu’un sait combien de CDS il y a sur la dette grecque et quelles sont leurs conditions? D’un coté la Grèce doit restructurer, sa dette est impayable, mais d’un autre, cela peut produire un autre effet Lehman Brothers, et une deuxième fois en quatre ans c’est un peu trop …. Roubini dit que les CDS ne sont pas là pour une restructuration mais pour un vrai défaillance, mais vu que les CDS existent et ils ne sont pas défendus …

    1. lien à partir d’un article d’Hervé Nathan :

      http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2011/05/le-moulin-%C3%A0-rumeurs-contre-la-gr%C3%A8ce.html

      Roubini, La Marquise, et bien d’autres : guerre financière et propaganda =) aucun ne sera santo subito …
      Montrer les autres du doigt pour cacher ses propres turpitudes …
      Crier au scandale, et faire ses petites affaires …Expliquer à l’autre ce qu’il doit faire …pour mieux l’anéantir ? Sans l’Europe en état de marche, les USA sont finies. Fin de l’occident.

      consternation parmi les populations …

      pour paraphraser Hara Kiri :  » FMI, un mort « …

  6. ça semble confirmer la prochaine crise qui se présente : le secteur immobilier commercial américain.

    C’est sûrement une bonne affaire pour les banques européennes qui auraient du mal à mettre en faillite des sociétés américaines … sont plutôt nationalistes nos amis américains. 🙂
    Entre eux ça devrait mieux se passer. ^^

    1. L’audit est la phase qui doit permettre à un gouvernement comme en Equateur récupérer des milliards pour les budgets sociaux ou à un peuple de répudier la dette:

      Pour la Grèce:la majorité de la dette publique grecque est composée de titres. La première question à se poser est : quelle est la part de la dette publique qui provient des titres émis pour sauver le système bancaire ? Quelle part de cette dette n’est finalement même pas arrivée dans le pays car elle est juste le résultat de mécanismes financiers et d’attaques spéculatives sur le marché financier ? Quelqu’un doit-il rembourser ce qu’il n’a jamais reçu ? Est-il juste que le peuple grec paie pour cela ?
      source: http://www.cadtm.org/Pourquoi-un-audit-de-la-dette-en

      1. Quelqu’un doit-il rembourser ce qu’il n’a jamais reçu ? Est-il juste que le peuple grec paie pour cela ?

        Vous posez là une question essentielle . Le jour où les peuples de tous les pays exigeront l’annexion des minuscules paradis fiscaux aux pays dont ils ne sont détachés que pour des raisons de dissimulation financière et d’évasion fiscale, il sera possible de savoir qui a reçu et qui n’a rien reçu pendant une crise financière et par conséquent qui doit payer .

        Alors que l’OTAN déclare des guerres pour des raisons prétendument éthiques,, on peut se demander pourquoi elle n’a jamais cherché à faire disparaître les minuscules paradis fiscaux, injustifiables sur le plan éthique et qui font le malheur des peuples du monde entier, en leur imposant d’adopter une fiscalité équivalente à celle du pays le plus lourdement taxé ou en les annexant aux pays voisins fiscalement transparents.

  7. L’exemple cité dans cet article est assez comique. Pour autant il est normal qu’il existe une économie de la liquidation : que faire d’une entreprise ou d’un business qui n’est pas viable ? Des gens vivent de ça, comme les croques mort.
    Mais il ne faut pas pour autant en conclure que le but de tout business est le même, d’être un croque mort, c’est là la limite de cet article. Le seul fait qu’il y ait des business qui vont être liquidés ne prouve rien de global.

  8. tout à fait de votre avis, c’est sans risque!
    La crise systémique nouvelle obligera la BCE à combler les trous et à acheter une grande quantité de créances pourries… Elle le fera!

  9. Oui, vous avez raison ( du moins je partage votre opinion )
    Le plus extraordinaire , ce sont les signes ( cygnes) de cette déliquescence. Nombreux et si différents.
    On a juste l’ impression que le nombre de cygnes noirs a largement dépassé les blancs.
    Et on les oublie, chacun à la suite, remplacés par un nouveau encore plus incroyable…
    Rien ne nous sauvera, je l’écrivais déjà sur votre blog , je crois, en 2008. L’affaire est depuis longtemps entendue.
    Cela ne doit pas nous empêcher de nous battre pour un monde meilleur, mais nous savons tous que la cause est vaine. Mais nous nous battrons, chacun à notre façon, parce que l’ on ne peut pas mourir sans combattre…
    « Il faut oser ou se résigner à tout » ( Tite Live)
     » Perdre la vie pour sauver son honneur. Perdre son honneur pour sauver son âme » ( Devise d’ une famille espagnole)

  10. Les prévisions sans risques…. mais non aujourd’hui c’est le temps des risques sans provisions.

  11. bonjour
    concrètement ca veut dire quoi toute ses prédictions?
    que la bourse de paris va s effondrer?
    que pensez du titre Technicolor????

    1. Bien vu, Fred.
      Associer la bourse à un des métiers de la société Technicolor est judicieux.

      Mais vu ce qui se pointe, la chute des bourses paraitra tellement annexe, accessoire, futile, dérisoire, co(s)mique, ridicule, virgulien, poussièratoire, inimportant-c’est-la-rose, …

      Ouvre les yeux, Fred.

  12. @Paul Jorion,

    Je trempouille dans la commission financière du CE de l’établissement de l’entreprise qui m’emploie, et je suis actuellement en lutte contre des membres de cette commission qui souhaitent placer le trésor de guerre du CE. Je m’acharne (pour l’instant avec succès) à prouver que les propositions qui nous sont soumises sont dangereuses à court terme, mais je n’ai pas vraiment de contre-proposition constructive à formuler.
    Le mieux à mon avis serait de rester liquide sur un (ou mieux, des) comptes rémunérés, au moins pendant une année, le temps d’y voir plus clair…
    Sauriez vous me dire quel autre type de placement serait le(s) moins pire ?
    J’avoue quand même, qu’à la place du trésorier, je me sentirais seul, assis sur un gros tas de quelques M€ !!

    Les propositions sont hallucinantes je cite par exemple :
    « Cet établissement nous propose d’améliorer la performance de nos placements en créant un portefeuille d’obligations avec des échéances de remboursement réparties sur 2014 et 2015, émises par des emprunteurs privés, apportant un taux de rendement actuariel élevé supérieur à 4%.
    Avantages : le rendement de l’obligation jusqu’à l’échéance est connu, et « garanti » sauf défaillance de l’émetteur.

Les commentaires sont fermés.