L’actualité de la crise : LE ROYAUME DES ILLUSIONS ET LA PORTÉE DE L’INDIGNATION, par François Leclerc

Billet invité

Chacun a le nez sur sa crise. Les Européens d’un côté, les Américains de l’autre, sans omettre les Japonais. Au-delà des frontières de ce monde qualifié d’Occidental, les pays émergents subissent le contre coup de la crise des autres.

Au nombre de toutes les illusions qui sont propagées – elles ne manquent pas – celle qui veut croire que chacun aurait dans son petit coin la solution à ses propres problèmes est une des plus répandues et des plus fausses. Les crises régionales ne sont certes pas identiques, leurs contextes étant différents, mais elles sont de même origine. Elles appellent donc une réponse d’ensemble, que l’on est loin d’entendre souvent formulée.

La prochaine nomination d’un nouveau directeur général du FMI illustre on ne peut plus crûment le fait que les vrais enjeux ne sont pas publiquement débattus. L’attention se porte sur la nationalité des candidats, mais pas sur leurs intentions, sur l’orientation qu’ils proposent pour le FMI. Tout au plus parle-t-on de sa gouvernance.

Le risque est grand que ce qui avait été entamé ne soit remis en cause, ou au moins retardé. Sans le clamer sur les toits, le FMI se positionnait discrètement afin de devenir l’artisan d’un nouvel ordre monétaire, une sorte de banque centrale mondiale en mesure de régler le problème qui ravage toute l’économie occidentale : la dette, dont on ne sait plus comment se débarrasser et que l’on voudrait recommencer à produire. Tout confondue, elle est l’addition de la dette « publique » avec la « privée », si la distinction a un sens, car on a vu comment les vases étaient communicants – à sens unique – quand cela s’est révélé indispensable à la survie du système.

L’émergence d’un nouvel ordre monétaire sanctionnant la fin du rôle prédominant du dollar et l’arrivée d’un cocktail de devises incluant au moins le yuan chinois et l’euro est une longue voie sinueuse qui s’est finalement imposée, tout en étant repoussée. Moins clair est le savant mécanisme permettant de tirer un trait sur la montagne de dette que ce même système a produit et qui n’est définitivement plus remboursable. Plus limité au modeste – quoique conséquent – niveau du marché immobilier américain, mais à l’échelle de l’ensemble des grands acteurs privés et publics qui interviennent sur ce que l’on a coutume d’appeler les marchés mondiaux.

Comment faire ? Les questions sont posées, mais restent en l’air. A croire que les réponses ne sont pas pour nous, si tant est qu’elles existent. Car elles imposent des remises en cause que rien dans l’attitude de ces acteurs ne permet de croire qu’ils sont prédisposés à commencer de les concevoir.

Les Européens cafouillent lamentablement à propos de la Grèce, pris au piège de leurs contradictions et de leur détermination à éluder la nature de leur problème. Ils vont rouler la dette et presser le citron, que peuvent-ils inventer d’autre ? Les Américains ne préparent pas mieux, face aux échéances de déplafonnement de leur dette publique et de la prochaine élection présidentielle. Car si les impasses s’expriment au plan financier, leurs conséquences sont autant de gouffres qui dans tous les domaines pourraient s’ouvrir sous leurs pieds.

Une période s’achève, cruellement pour certains. Beaucoup moins pour d’autres qui ont encore l’illusion – une de plus – qu’ils vont élégamment s’en tirer, protégés par leur matelas et ce qu’il leur permet d’acheter, y compris les consciences. La croissance et la richesse à crédit reposaient sur le bon fonctionnement d’un mécanisme qui ne va pas pouvoir être remis en marche. Il ne se profile plus comme choix possible que de redistribuer – mot honni – la richesse disponible ou de la défendre, non sans violence si nécessaire, abrité derrière les murs de toute nature des citadelles d’aujourd’hui.

De leur côté, crédités de scores inégalés de croissance masquant les déséquilibres de leurs sociétés, les pays émergents ne sont pas au mieux, déstabilisés par les effets de la crise occidentale. Les hausses de l’énergie et des produits alimentaires suscitées par la spéculation financière ainsi que l’afflux des capitaux se dirigeant vers les zones à plus fort taux d’intérêt contribuent à générer une forte inflation. Le modèle de développement mondialiste qui a été emprunté crée de fortes distorsions.

Telle qu’elle a été pratiquée, la mondialisation est en passe d’atteindre ses limites, il faut la reconfigurer pour continuer. Mais l’idée poursuivie par les milieux financiers occidentaux, selon laquelle ils allaient pouvoir exercer leurs talents sur ces nouveaux terrains de jeu – et réutiliser les recettes qui leur ont si bien réussi – rencontre des obstacles imprévus. Ils ne sont pas encore les sauveurs qu’ils croyaient pouvoir naturellement être, il va leur falloir inventer des stratagèmes pour pénétrer les places. Comme Monsanto avec ses OGM.

Le monde entier se tient par la barbichette. Si le sujet n’était pas aussi décisif pour la vie de centaines de millions de personnes, c’est sur ce mode plaisant que pourrait être résumée la situation. Dans ce domaine également, un grand écart s’impose pour appréhender les contours de ce que pourrait et devrait être une autre mondialisation. Pour ne pas en laisser le privilège à ceux qui n’ont su en impulser qu’une version mercantile et lui en substituer une autre qui reposerait sur une autre logique.

Oxfam vient de tirer une nouvelle fois la sonnette d’alarme en avertissant que nombre des neuf milliards d’habitants du monde de 2050 est promis à souffrir de la faim si le modèle qui s’est imposé de production agricole n’est pas changé. “Le système alimentaire ploie sous l’intense pression du changement climatique, de la dégradation écologique, de la croissance démographique, de la hausse des prix de l’énergie, de l’augmentation de la demande de viande et de produits laitiers, de la concurrence pour l’obtention de terres pour produire des biocarburants, de l’industrialisation et de l’urbanisation ».

Selon Oxfam, des investissements plus importants sont nécessaires dans l’agriculture paysanne et familiale, la valorisation des ressources naturelles, un meilleur accès aux marchés pour les petits exploitants, la lutte contre le gaspillage – notamment de l’eau – et l’arrêt des subventions à la production des bio-carburants, la fin de la domination du marché des semences et des matières premières agricoles par quelques compagnies multinationales.

La gauche parle de réforme et la droite de rupture, deux lunes qui ne font plus le poids. Des logiques irréductibles ont commencé à s’affronter autrement qu’en paroles. De Madison à Athènes, du Caire à Madrid, jusqu’où portera l’indignation qui s’exprime par bouffées ? C’est une bonne question, mais il n’y a pas d’autre moyen d’y répondre qu’en y contribuant.

Partager :

214 réflexions sur « L’actualité de la crise : LE ROYAUME DES ILLUSIONS ET LA PORTÉE DE L’INDIGNATION, par François Leclerc »

  1. Hypocrisie à 200 % :
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/06/01/regulation-financiere-bruxelles-sermonne-washington_1530280_3234.html
    “”Un échec à trouver une cohérence suffisante dans ce domaine pourrait obliger l’Union européenne à incorporer des obligations de réciprocité dans son cadre de régulation, afin de reproduire l’approche retenue dans d’autres juridictions”, prévient Michel Barnier dans la lettre.”

    CA A TOUJOURS ETE FAIT !!!!!!!!!!!!!!

    Les US ont toujours montré qu’il était possible de faire ENCORE PLUS dérégulé !!!!!!!!!!!!

  2. Mercredi 1er juin 2011 :

    ALERTE – Grèce : Berlin conditionne nouvelle aide à un geste des créanciers.

    BERLIN – L’Allemagne conditionne toujours une éventuelle nouvelle aide à la Grèce à une participation des détenteurs privés de titres de dette grecs, a déclaré mercredi un porte-parole du ministère des Finances allemand, parlant d’attentes fortes de Berlin dans ce sens.

    (©AFP / 01 juin 2011 12h26)

  3. En écoutant Juppé sur France Culture ce matin , je me suis dit qu’il doit avoir votre blog dans ses favoris.

  4. le monde de 2050 est promis à souffrir de la faim

    même si les solutions existent :

    Comment “nourrir 9 milliards d’êtres humains en 2050” ? La réponse coule de source, pour le rapporteur spécial de l’ONU, Olivier De Schutter : en laissant tomber l’agriculture intensive au profit de l’agroécologie. Une technique qui “cherche à améliorer la durabilité des écosystèmes en imitant la nature plutôt que l’industrie”…
    http://www.lesmotsontunsens.com/l-agroecologie-permettrait-de-doubler-la-production-agricole-en-10-ans-selon-l-onu-10111

  5. bonjour

    la décroissance des uns (usa, ue, gb, jap) ferait comprendre aux autres (russie, chine, inde, brésill) qu’il faut bien croître, donc logiquement, sous peine de se retrouver avec une mega-crise sur le dos un jour, mais il est sans doute trop tard ?

    oui, car en temps de crise, chacun essaie de se sauver soi-même, bon courage pour la suite

    une question : et vous tous, à part des idées, comment vivez-vous votre consommation ?

    Pas de de robien ? pas d’assurances ou de retraite par capi fi ? pas de crédit à la consommation ? une ou 2 ou 3 cartes de crédit ? une, deux ou trois voitures ? résidence secondaire ? locataires, rente, héritage immo ? pas de surconsommation d’addictions virtuelles, pas de mcdo ni de coca, pas d’abonnement au cable ni au satellite, pas d’achats chez Mulliez ? car la bourse et les multinationales, si elles sont en si bonne santé, c’est uniquement car elles “captent” l’essentiel de votre consommation, avec la formation de quasi-monopoles au fil des lustres – gaffe, dans 20-30 ans, ce sera trop tard, l’alternative sera anihilée définitivement …

    à mon sens, la solution passe par là, mais en êtes-vous capables ? ou pour être moins ressenti comme agressif : la majorité des gens en est-t-elle capable ?

    entre l’abstinence du moine tibétain pour les extrêmistes, et une consommation raisonnée pour les autres, il existe de nombreux moyens pour faire plier le système surendetté, malheureusement, je ne crois pas que vous soyez prêts à cela, ne serait-ce que pour vous-mêmes, d’où le problème insoluble, car les autres là-haut, le savent bien …

    1. “la majorité des gens en est-t-elle capable ?”

      Olivier, si tu commences à poser des questions pertinentes,…. On va être copains.

      As-tu oublié que la télé est là pour te faire gober les pires conneries…??? Merci freud…

      As-tu oublié que les Portugais vomissent en masse les copinages qui sont aussi légion, ici, en France…??? Copinages-corruptions-abus de position, bien sûr…

      Je sens donc en toi une envie de Démocratie et donc de Justice.
      On se fait une Place de la Bastille del sol, un de ces quatre..????

  6. Irlande : la décote sera de 80 à 90 % ! ! !

    Mardi 31 mai 2011 :

    Les banques irlandaises Bank of Ireland, Irish Life & Permanent (IL&P) et Education Building Society (EBS) ont annoncé mardi qu’elles allaient mettre à contribution certains créanciers privés pour se recapitaliser, imitant ainsi leur rivale Allied Irish Banks.

    Dans des communiqués séparés, ces établissements ont indiqué qu’ils allaient rembourser avant l’échéance prévue certaines dettes dites « subordonnées » ou « junior », mais avec d’énormes décotes, économisant ainsi d’importantes sommes par rapport à ce qu’elles auraient dû verser à leurs créanciers.

    Les investisseurs détenant des dettes dites « seniors » bénéficient, à des degrés variables, d’une protection supérieure à ceux possédant des dettes « juniors », dites aussi « subordonnées », plus rémunératrices mais plus risquées.

    Bank of Ireland prévoit de racheter jusqu’à 2,6 milliards d’euros de dettes avec une décote de 80 à 90 % par rapport à leur valeur nominale, IL&P va racheter 840 millions de dettes avec une décote de 80 %, et EBS reprendra 260 millions de dettes avec une décote, là encore, de 80 à 90 %.

    http://www.news-banques.com/irlande-boi-ilp-et-ebs-mettent-a-contribution-leurs-creanciers-junior/012177804/

  7. La première des illusions M. Leclerc est de croire en une possible réponse d’ensemble. Si, en théorie, s’est probablement ce qu’il faudrait faire, c’est aujourd’hui du domaine de l’utopie. Car qui peut faire une réaction d’ensemble, et pour s’attaquer à quoi ?

    Une réaction d’ensemble s’attaquera obligatoirement au système, et ce de manière frontale. Il s’agira donc d’une confrontation purement et simplement avec les puissants de ce monde. Ce qui veut dire que ceux ne sont pas les gens comme vous et moi qui pouvons mener cette réaction d’ensemble – nous, nous serons les victimes collatérales. Non, dans cette approche d’ensemble, seuls les puissants peuvent s’attaquer aux puissants, et donc apporter une réponse globale. Mais comme ceux-là même qui pourraient ou devraient agir sont pieds et mains liés à ceux qu’ils devraient combattre, ils n’en ferons rien.

    C’est ainsi, et contrairement à ce que vous écrivez, que le réponse globale que vous attendez ne peut être la somme que de l’ensemble des actions locales. Ce n’est pas une illusion, bien au contraire, c’est le seul champ d’action possible. Attendre que vos représentants politiques s’attaquent à un système dans lequel ils s’épanouissent, c’est se délester d’une tâche qui vous revient. Ne sous-estimez pas votre capacité d’action. Sans la sur-estimer pour autant, beaucoup de choses sont possibles à petites échelles. Simplement, faut le vouloir, et se bouger.

    Finalement, n’est-ce pas de la perte de temps que de discourir sur la marche du monde menée par les puissants quand ceux-ci n’en n’ont strictement rien à faire de votre avis ? C’est bien d’avoir une conscience du monde, mais il est au moins aussi important de discourir sur ce que vous pouvez faire, et non pas uniquement sur ce que les autres – les puissants – devraient faire.

    Alors non, une réponse d’ensemble, d’une seule voix, est impossible. Et d’ailleurs, quelle légitimité pourrait avoir cette réponse «d’ensemble» ? Et c’est qui ou quoi «ensemble» ?

    Quant à la nomination du nouveau directeur du FMI, même si son rôle est important, le FMI est là pour appliquer le Consensus de Washington. Point barre ! Il n’est pas du tout question de remettre en cause ce consensus actuellement, donc, et même si une telle instance devrait être un peu plus démocratique, cela ne servirait à rien d’impliquer d’avantage les citoyens dans cette histoire.

    Je sais ô combien il est difficile de faire bouger les gens qui ont actuellement 40-60 ans, ceux-là même qui expliquent la paralysie du monde, mais il faut vraiment vous débarrasser de vos vieux schémas de la marche du monde, de cette appréhension infantilisée du monde.

    Il faut multiplier les actions locales. Un ensemble de «plusieurs» sera toujours plus fort qu’un ensemble de «un».

    1. @Quentine

      Une réaction d’ensemble s’attaquera obligatoirement au système, et ce de manière frontale

      Extraits de Sun Tzu L’Art de la Guerre:

      “Si vos ennemis sont plus puissants et plus forts que vous, vous ne les attaquerez
      point, vous éviterez avec un grand soin ce qui peut conduire à un engagement général;
      vous cacherez toujours avec une extrême attention l´état où vous vous trouverez.”

      “Hâtez vos préparatifs lorsque vos adversaires se concentrent ; là où ils sont puissants, évitez-les.
      Plongez l’adversaire dans d’inextricables épreuves et prolongez son épuisement
      en vous tenant à distance ; veillez à fortifier vos alliances au-dehors, et à affermir vos
      positions au-dedans par une politique de soldats-paysans.
      Quel regret que de tout risquer en un seul combat, en négligeant la stratégie
      victorieuse, et faire dépendre le sort de vos armes d’une unique bataille !”

      Non surtout pas de manière frontale, la répression est déjà prévue par le système, c’est tomber dans le piège des gardes-fou qui sont en place.

      Il faut réfléchir à des scénarios inspirés des méthodes de Gandhi, elles ont réussi à faire plier l’Empire anglais en se servant de la non-violence pour que le piège tendu se retourne contre son créateur, mettant parfaitement en évidence qui sont les agresseurs et surtout la véritable justification de cette répression.
      Le système des indignés est un bon commencement qu’il faut structurer, pour le faire essaimer.

      Il faut jouer avec les armes de ce système: l’argent donc la consommation, identifier et cibler les produits des groupes financiers sur lesquels il faut faire pression, boycotter leurs marchés, ce qui aboutit au même résultat qu’une grève de la production, en évitant encore une fois l’appareil répressif qui finira par déloger les grévistes, informer par tous supports possibles de ces actions individuelles de manière à ce qu’elles puissent se développer à l’international, mettre l’accent sur le comportement individuel sans mettre en danger frontal les acteurs comme vous et moi en préservant du sentiment de peur sur lequel est basé ce système par ce type de stratégie. Ce n’est pas pour rien que l’on voit des pays comme Israël, faire du lobbying auprès de tous les gouvernements occidentaux pour promulguer des lois anti-boycott, ou visant à en limiter l’impact de développement par exemple en interdisant de citer dans les appels le pays ciblé. C’est donc que cela fonctionne, preuve par la réaction!

      Ce sont des exemples, il y en a bien d’autres à imaginer, ce dont il faut être conscient, c’est que cette lutte ne peut être effectuée qu’à partir des pays consommateurs et pourvus de moyens de communication, et quelques % de rentabilité en moins font réfléchir plus efficacement ces financiers que toutes autres notions. Le temps, c’est de l’argent!

    2. @Quentine :
      Tu as raison . Le système a une dynamique , et cette dynamique une inertie tres forte ….Nous faisons partie de cette dynamique et de cette inertie …chacun de nos interets est impliqué ds cette inertie . Nous sommes dans une toupie en pleine rotation …et de l’interieur de cette toupie il est impossible de modifier son système ….faut juste attendre le mur !
      Pourtant il est possible de choisir (égoistement) une solution individuelle . Solution assez proche du modèle d’atterrissage et assez autonome pour ne pas dépendre des catas liées au système .
      Actions locales ? Meme pas ! Actions individuelles , familiales : 1 pied ds le système , 1 pied en dehors , circuits courts , productions autonomisées si possible, et extensions en option …
      Et vous verrez que vous ne serez pas tout seul !
      C’est la somme de ces choix solitaires qui peut faire une solution locale .

    3. @Cavalier Ponzi: “Il faut réfléchir à des scénarios inspirés des méthodes de Gandhi, elles ont réussi à faire plier l’Empire anglais en se servant de la non-violence pour que le piège tendu se retourne contre son créateur, mettant parfaitement en évidence qui sont les agresseurs et surtout la véritable justification de cette répression.”

      C’est un mythe. L’Empire anglais n’a plié que parce qu’ils étaient éreintés par la guerre contre l’Allemagne. Et puis parce que les deux nouvelles grosses puissances voyaient d’un mauvais oeil l’Empire british (et français) qui leur faisait concurrence. Et puis aussi parce que la colonisation pure et dure devenait intenable pour les mentalités modernes suite à la propagande soviéto-ricaine. Et puis aussi parce qu’à côté de Gandhi, il y avait aussi des nationalistes violents.
      Les pouvoirs en place ont préféré colporter la légende non-violente. Il n’est jamais bon que les dominés pensent qu’ils peuvent se révolter par la force. Idem avec la lutte des droits civiques, on a mythifié Martin Luther King pour faire oublier Malcolm X, dont le mouvement était beaucoup plus gênant.

      1. @Moi
        Peu importe que ce soit un mythe ou pas!
        Aujourd’hui tout est médiatisé, c’est d’ailleurs un des support de la propagande ultra-libérale et le terrain commence à être favorable pour que le “spectacle” de la répression injustifiée crée l’empathie.
        Les médias et internet sont des armes redoutables qu’il faut utiliser de la même manière que le pouvoir le fait, de manière binaire. Laisser l’adversaire se montrer tel qu’il est, c’est à dire de réprimer des manifestations non-violentes, va mettre en relief le bien-fondé des manifestants indignés, et de manière contagieuse indigner bon nombre de ceux qui en visionnent les images.
        Le tout est d’observer un comportement adéquat, ne pas résister physiquement, filmer, prendre des photos, évacuer avant que cela dégénère, puis recommencer pour toujours mobiliser.
        C’est bien entendu théorique, mais ce type de stratégie pourrait avoir des chances de prospérer, couplée avec les actions individuelles à effectuer au quotidien dans le cadre de sa consommation personnelle. une indignation médiatisée d’une part permettra de faire la promotion des méthodes individuelles, dont le boycott qui pourrait se révéler efficace.

  8. Les manifestants “indignés” dans le sud de l’Europe disent:

    “Les français dorment !” (Sauf Stéphane Hessel et quelques autres)

    Normal on se prépare à la grande torpeur
    de l’été!
    Ce n’est pas perdu pour tout le monde cependant,car le gouvernement
    en profite en général pour passer quelques nouvelles lois scélérates.
    De Gaulle avait finalement bien raison lorsqu’il disait: “Les français sont des veaux.”

      1. Aujourd’hui, je me suis indigné, j’ai posté ceci à mon directeur de poste local :

        Cher Monsieur,

        Ce courrier concerne votre démarche insistante, le mot est faible, visant à obtenir une adresse exacte pour le courrier
        Tout d’abord, j’espère que vous êtes bien conscients qu’en agissant ainsi, c’est votre propre emploi que vous êtes en train de supprimer. En effet, l’accomplissement de cette réforme permettra de remplacer beaucoup de personnes par des machines. Et c’est rêver de croire que vous, qui me lisez, ne ferez pas partie de la charrette.
        Ensuite, cette réforme, que vous faites avancer à coup de pieds est une dégradation avouée du service public. En effet, votre courrier laisse entendre clairement que l’avenir ne permettra pas de faire parvenir une adresse inexacte alors que la Poste en est capable aujourd’hui. Croyez moi, ce n’est pas le monde qui s’adaptera à la distribution du courrier, mais bien l’inverse. Et si la Poste ne comprend pas cela, elle disparaîtra.
        Enfin, figurez vous que « La Poste » m’a écrit une lettre d’information générales récemment (courrier joint) et Oh Surprise !! Ce courrier est mal adressé. Là encore, croyez-moi : On ne peut exiger des autres ce que l’on n’est pas capable de faire correctement soi-même.
        Alors pour conclure, j’espère que vous avez compris le sens de ma démarche : Offrir un front uni vous-moi, face aux polytechniciens de La Poste et d’ailleurs qui produisent sans répit des réformes inapplicables au monde réel.
        Cordialement

  9. Avec la hausse des coût de l’energie on va assister à plusieurs phénomènes

    Le premier est une reconfiguration spatiale du capitalisme : le capitalisme s’est bati sur une regionalisation du monde qui va voler en eclat si le coût des transports devient significatif (energie + frais de douanes etc)

    Ensuite cette hausse de l’energie va agir egalement sur nos modes de vie ou plutot de consommation : notre système s’est bati sur l’idée d’une energie infinie ce qui est une erreur. (cf ces histoires de niveau d’eau, secheresse par rapport aux centrales nucléaires)

    Il faudrait d’ore et déjà anticiper cela en faisant un etat des lieux de nos savoir faire industriels, de nos capacités agricoles etc

    Mais nous sommes bloqués en la matière par plusieurs facteurs qu’il faut faire voler en eclat au plus vite :

    Le système politique irresponsable qu’il faut remodeler pour qu’il puisse etre la réelle expression de la volonté du peuple

    Le système financier (ca j’ai lu avec interet le capitalisme a l’agonie de PJ)

    Les medias et la culture de l’entertainment qui soutient les systèmes précédants

    Nous avons du pain sur la planche il faut maintenant avancer sans quoi notre système s’effrondrera sur le peuple et non sur les responsables de son effondrement

    1. Trois fois oui et le reste …

      – Reconfigurer la politique (en finir avec l’électoralisme et la particratie)
      – Faire table rase de la rente (en finir avec le poker menteur sur les dettes)
      – Limiter le divertissement (pour affronter le réel, notre condition, la mort)

      Suivre le rythme de la nature – Hiberner en hiver – Vivre avec la lumière du jour – Planter les millions d’arbres fruitiers – Investir massivement dans le local/bio – Investir massivement dans l’artisanat – Taxer la pub et les évènements énergivores – Couper la TV et Internet x heures par jour ou par semaine – La semaine des 3-4 jours – Dormir sur le lieu de travail – Télétravail et covoiturage – Développer un réseau de transport destiné à prendre le relais du modèle auto solo – Condamner une rue sur deux dans les centres villes – Développer des potagers collectifs – Mettre les chômeurs et les retraités au travail (artisanat, agriculture, potager collectif, gardiennage, enseignement, fonctionnariat) tout en leur donnant l’occasion de se former pour se rediriger – En finir avec le politique nataliste suicidaire et criminelle – Transformer les bâtiments commerciaux vides en centre de troc – Réhabiliter la place du village – etc …

      Paradoxalement la civilisation humaine n’a jamais été confrontée à une tâche aussi conséquente bien que le système est prisonnier de son inertie et tend à mettre les hommes sur le côté en les privant de toute alternative si ce n’est de se tourner contre le système. La réponse du système (ou de la logique) c’est de créer les conditions de sa propre destruction sans proposer quoique ce soit de neuf. Le système est cohérent !

      1. Tout à fait d’accord
        S’inspirer des kibboutz ou de toutes autres communautés paysanne et ouvrière (1000 à 5000 habitants maxi – condition de la démocratie -), avec le maximum d’autarcie + des productions régionales ou nationales pour les objets nécessitant une production de masse + un peu de commerce international pour ce qui ne peut être produit en France
        Retour à la terre. Les villes gigantesques approvisionnées par des noria des camions, faudra oublier.
        Après 2050: — Autarcie énergétique, autarcie productive, objets à longue durée de vie et réparables, mise en commun des objets et des équipements, mais échanges culturels internationaux (donc internet, satellites…)
        Et à terme – enfin – disparition de l’argent. Ouf ! et bon débarras.

  10. Un invité discret chez Audrey Pulvar ce matin avant 7h00 sur F Inter à l’occasion de la sortie de son bouquin “Pour éviter le krach ultime”. Préface de Stéphane Hessel.
    Pierre Larrouturou, économiste, ingénieur agronome, ex-membre du Conseil National du Parti Socialiste, responsable des états généraux de l’emploi d’Europe Ecologie.

    Que de choses essentielles dites en 5 minutes, cela nous change du blablabla insupportable et qui va crescendo à l’approche de 2012.
    Clair, limpide et vrai, loin de la démagogie et autres billevesées.
    http://sites.radiofrance.fr/franceinter/em/six-sept/index.php?id=105534

    Points forts :
    on aurait pu éviter la 1ère crise, attention, rien n’est réglé
    seule voie : la JUSTICE SOCIALE
    le niveau des inégalités est monstrueux, le partage salaires/dividendes est inacceptable
    de nombreux domaines ont atteints leur point de basculement….négatif
    mais il n’y a pas de fatalité ===> ACTION et vite

    Les indignés grecs et espagnols ont compris avant nous.
    Je diffuse largement car c’est un modèle de concision.

    1. Larrouturou est toujours intéressant (sauf pour ses choix d’encartement).

      Sinon, les grecs et les espagnols n’ont rien compris plus vite. Ils ont juste dégusté les premiers. Ce qui reste du modèle social français est encore suffisant pour pondérer les effets de la crise et en retarder les effets néfastes, si bien que si cela révèle, si besoin était, sa pertinence à l’origine (parce que le pauvre traine aujourd’hui un tête toute bastonnée), cela retarde d’autant une certaine prise de conscience. Cela dit, espérons que le sens politique si particulier de notre pays n’ait pas totalement disparu. C’est un facteur qui lui pourrait enfin dynamiser certains mouvements. Mais je pense qu’il est encore un peu tôt.

      1. Assez OK surtout par rapport aux réactions de mes différents cercles de connaissances.
        Il faut être personnellement touché ou avoir des proches dans le besoin avant de réagir.
        Cependant une vulgarisation au plus grand nombre est indispensable pour ne pas passer à coté de l’essentiel.

  11. Mercredi 1er juin 2011 :

    Le Portugal a levé mercredi 850 millions d’euros en bons du Trésor à trois mois à un taux d’intérêt record, après avoir reçu les premières tranches du prêt accordé par l’Union européenne (UE) et le Fonds monétaire international (FMI).

    L’Etat portugais a payé un taux moyen de 4,967 %, avec une demande 2,7 fois supérieure à l’offre, selon les données publiées par l’Institut de gestion du crédit public (IGCP), qui avait prévu de lever entre 750 millions et un milliard d’euros.

    “Ce taux est un nouveau plus haut historique pour un financement à trois mois”, a indiqué Filipe Silva, stratégiste obligataire à la Banco Carregosa, dans une note envoyée à l’AFP.

    http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/finance-marches/actu/afp_00348677-le-portugal-leve-850-millions-d-euros-a-trois-mois-a-un-taux-record-171355.php

    1. BA
      Parfois le basique m’échappe.
      “L’Etat portugais a payé un taux moyen de 4,967 %, avec une demande 2,7 fois supérieure à l’offre, selon les données publiées par l’Institut de gestion du crédit public (IGCP), qui avait prévu de lever entre 750 millions et un milliard d’euros.”
      Il s’agit bien d’une demande des souscripteurs ? Éclairez moi…
      Si c’est bien le cas, j’ai dès lors du mal à comprendre que que les taux d’intérêts battent leur record historique…

      1. Il s’agit d’une enchère compétitive :

        1. l’état portugais indique qu’il souhaite lever entre 750 et 1000 millions d’Euros
        2. les souscripteurs placent leurs demandes, c’est à dire le montant qu’ils souhaitent acheter et le taux qu’ils sont disposés à accepter pour le coupon. Ils se basent tous sur le taux du marché le jour de l’enchère donc toutes leurs demandes sont à des taux qui avoisinent celui ci. Certains demandent un peu plus, d’autre un peu moins suivant leurs estimations de ce que les autres souscripteurs vont proposer et de l’assurance qu’ils souhaitent avoir de ce que leurs demandes soit allouées, comme pour toute enchère compétitive
        3. l’état portugais dépouille les demandes
        La somme des demandes est de 2322 millions qui se répartit ainsi
        – 850 millions à des taux compris entre 4,850% et 5,090% avec une moyenne pondérée à 4,967%
        – 1472 millions à des taux supérieurs à 5,090%
        4. l’état portugais décide d’accepter toutes les demandes comprises entre 4,850% et 5,090%%, levant ainsi 850 millions
        Demande/offre = 2322 / 850 = 2,7 taux moyen 4,967%

        Vous trouverez sur ce tableau tous les détails de l’enchère:
        http://www.igcp.pt/fotos/editor2/2011/Resultado_Leiloes/ResLeiloes_BT_2011_pt_uk.xls
        (voir la dernière colonne du tableau pour cette enchère : BT23SEP2011

        Le fait que la demande soit très largement supérieure à l’offre signifie qu’il y avait beaucoup de souscripteurs potentiels intéressés à des taux aux alentours du taux du marché. Comme celui ci bat des records historiques, le montant final alloué bat lui aussi un record historique.

      2. @Chris

        Ça signifie surtout que le trésor portugais n’a pu lever le milliard escompté dans le meilleur des cas, car il aurait été obligé alors de céder un taux de plus de 5%, qui aurait fait encore plus mauvais genre…
        Imaginez la cata. Ce cher BA nous l’aurait affiché illico en gras, le 5% trois mois du Portugal ! Et ils ont très très très peur de l’agent propagandiste de marché BA, au trésor portugais…

  12. “La gauche parle de réforme et la droite de rupture, deux lunes qui ne font plus le poids.”

    Faut voir… Est-ce que “la gauche”, c’est le PS ? Parce que dans ce cas, oui, on est dans la lune.

    1. Tous ensemble comme en rando de Jean-Luc à Alain (pourquoi pas) en passant par Eva, Cécile et Martine, place et honneur aux femmes. Et aussi TSN.

    2. La gauche française en gros ne vise que des places pour le caviar.
      Pour y arriver, le PS distille des illusions sur la “réforme”
      d’un capitalisme “indépassable”, et “horizon” unique.
      Le FdG fait la voiture balai du PS avec la “transformation sociale”,
      en fermant les yeux sur le capitalisme agonisant;
      qui nous met devant l’alternative socialisme ou barbarie.
      Cette gôche caviar a renoncé à toute ambition en dehors des places dans le système.
      L’indignation se passe de ces politiciens,
      la révolte les dépassera,
      la révolution se fera contre eux.

  13. mon beau miroir Helvète
    http://www.mediattitudes.info/2011/05/la-double-casquette-du-procureur.html
    “Peut-on être à la fois gestionnaire d’entités opaques dans les paradis fiscaux et magistrat chargé de traquer la fraude et le blanchiment? Neuf ans après son élection au poste de procureur général du canton, Daniel Zappelli apparaît toujours au registre des sociétés panaméen comme gérant de deux sociétés offshore: Astromar Investments SA, créée en juin 1987, et Zigma Marine Services SA, fondée trois ans plus tard.”

  14. à yvan qui dit

    yvan
    1 juin 2011 à 14:12
    « la majorité des gens en est-t-elle capable ? »

    Olivier, si tu commences à poser des questions pertinentes,…. On va être copains.

    As-tu oublié que la télé est là pour te faire gober les pires conneries…??? Merci freud…

    As-tu oublié que les Portugais vomissent en masse les copinages qui sont aussi légion, ici, en France…??? Copinages-corruptions-abus de position, bien sûr…

    Je sens donc en toi une envie de Démocratie et donc de Justice.
    On se fait une Place de la Bastille del sol, un de ces quatre..????

    je réponds : merci d’être gentil, ça change 🙂 c’est par l’exemple et la preuve personnelle qu’on convainc les gens, “je ne crois que ce que je vois” – quant à la tv, y’en a que 10/15 millions sur 60, que font les autres ? ils se gavent, ou ils se cachent, ils tiennent à leur ipad et à leurs petits plaisirs quotidiens par abonnements, alors je me répète mais faites-vous tous ici, partie de la minorité qui sait vivre en éliminant certaines “dépenses”, ou des philosophes qui font pas ce qu’ils disent, ou si peu …

    alors yvan, tu voyages à cheval, à pieds, en voiture ou en avion ? tu manges bio ou findus, ça m’intéresse toutes ces choses là, que je situe la réalité, c’est comme en économie 🙂

  15. à yvan qui dit

    yvan
    1 juin 2011 à 14:12
    « la majorité des gens en est-t-elle capable ? »

    Olivier, si tu commences à poser des questions pertinentes,…. On va être copains.

    As-tu oublié que la télé est là pour te faire gober les pires conneries…??? Merci freud…

    As-tu oublié que les Portugais vomissent en masse les copinages qui sont aussi légion, ici, en France…??? Copinages-corruptions-abus de position, bien sûr…

    Je sens donc en toi une envie de Démocratie et donc de Justice.
    On se fait une Place de la Bastille del sol, un de ces quatre..????

    je réponds : merci d’être gentil, ça change 🙂 c’est par l’exemple et la preuve personnelle qu’on convainc les gens, “je ne crois que ce que je vois” – quant à la tv, y’en a que 10/15 millions sur 60, que font les autres ? ils se gavent, ou ils se cachent, ils tiennent à leur ipad et à leurs petits plaisirs quotidiens par abonnements, alors je me répète mais faites-vous tous ici, partie de la minorité qui sait vivre en éliminant certaines “dépenses”, ou des philosophes qui font pas ce qu’ils disent, ou si peu …

    alors yvan, tu voyages à cheval, à pieds, en voiture ou en avion ? tu manges bio ou findus, ça m’intéresse toutes ces choses là, que je situe la réalité, c’est comme en économie , surprends-moi 🙂

  16. Brèves en tous genres:

    Les comptes Gmail de hauts responsables américains piratés

    Les comptes de messagerie Gmail de hauts responsables américains, de dissidents chinois, de responsables militaires et de journalistes ont été piratés, a annoncé Google, précisant que l’attaque provenait de Chine.

    La Bourse de New York a enregistré sa plus forte baisse en près de dix mois mercredi, des mauvaises nouvelles sur la Grèce s’ajoutant à des indicateurs économiques inquiétants aux Etats-Unis :

    « Anonymous » prend le FMI pour cible

    mercredi 01 juin 2011, 22:35
    Les pirates informatiques du groupe « Anonymous » ont appelé à une attaque en ligne contre le Fonds monétaire international pour protester contre les restrictions sévères imposées à la Grèce dans le cadre de son sauvetage financier.

    Avertissement du gouvernement aux « indignés » de Madrid

    Le gouvernement espagnol a lancé une mise en garde aux manifestants qui occupent la place de la Puerta del Sol à Madrid, soulignant qu’ils ne pouvaient porter atteinte aux droits des commerçants riverains. « Il est impossible que des citoyens privent d’autres de leurs droits », a déclaré le ministre de l’Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, sur la radio Cadena Ser. « Quand les commerçants se plaignent d’être privés de leurs droits ou de difficultés à se déplacer, alors il faut trouver un accord », a ajouté M. Rubalcaba.

    Forte baisse du pétrole à New York.

    L’Egypte va augmenter le salaire minimum à 117 dollars

    Le ministre des Finances égyptien Samir Radwane a annoncé que le salaire minimum mensuel allait être augmenté à partir de juillet à 700 livres égyptiennes (117 dollars), contre 400 livres (67 dollars). Le salaire minimum sera ensuite « graduellement » relevé pour atteindre 1.200 livres (203 dollars) d’ici cinq ans.

    Le monde n’a jamais été aussi riche .
    En Europe, la Suisse est le pays qui compte la plus forte proportion de ménages millionnaires, avec près d’un sur 10.

    http://www.lalibre.be/economie/actualite/article/664582/le-monde-n-a-jamais-ete-aussi-riche.html

    Agences+ lesoir.be + lalibre

  17. Les résultats des stress tests bancaires retardés.

    L’Autorité bancaire européenne va recueillir de nouvelles données. La publication des résultats des résultats des tests de résistance, initialement prévus en juin, est donc reportée.

    Le superviseur des banques européennes, chargé de faire passer des tests de résistance à 90 établissements, est toujours en train de décortiquer la première série de données qui lui ont été fournies par les intéressées, a indiqué mercredi une porte-parole à l’AFP.

    Après ce premier examen, « une autre série de données sera réclamée aux banques » dans le courant du mois de juin, afin de corriger les éventuelles erreurs ou incohérences décelées par les experts, a expliqué cette porte-parole de l’Autorité bancaire européenne (EBA).

    L’EBA, basée à Londres, avait lancé en mars cette nouvelle série de tests à la demande des autorités européennes. Elle avait alors indiqué que les résultats devaient être connus avant la fin juin.

    Le processus devrait être un peu plus long que prévu, le superviseur escomptant désormais une publication des résultats « mi-2011 », sans plus de précision. « Il est important que les tests soient menés de manière rigoureuse », a souligné la porte-parole.
    62 % des actifs bancaires européens testés

    Les tests concernent 90 banques représentant plus de 65 % des actifs bancaires de l’Union européenne (UE).

    Ils avaient été réclamés par les dirigeants européens pour faire taire les critiques de laxisme qui avaient terni les précédents. Deux banques irlandaises ayant réussi l’épreuve en 2010 s’étaient en effet retrouvées peu après au bord de la faillite, et leur sauvetage par l’Etat avait précipité le plan d’aide international à l’Irlande.

    Certains experts ont reproché à l’EBA d’avoir écarté, dans ses nouveaux tests, la possibilité de défaut d’un pays européen sur sa dette, évoquée notamment dans le cas de la Grèce. Le superviseur a néanmoins promis que l’exposition de chaque banque aux dettes souveraines serait détaillée et publiée « dans un souci de transparence ».

    Les tests sont menés par les banques elle-mêmes mais les résultats sont ensuite contrôlés par leurs pairs, sous la supervision de l’EBA et de la Banque centrale européenne.

    Leur publication sera accompagnée, pour les banques les plus fragiles, de « recommandations » que chaque régulateur national sera ensuite chargé de faire mettre en oeuvre.

    (afp)

    http://www.lesoir.be/actualite/economie/2011-06-01/les-resultats-des-stress-tests-bancaires-retardes-843461.php

  18. La Biélorussie, en crise financière, appelle le FMI à son secours après avoir dévalué de 36 % en une semaine.
    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20110602-crise-financiere-bielorussie-fmi-loukachenko-europe

    Voila un symptôme de l’allumette complémentaire après l’attentat récent à Minsk, qui va faire trembler un régime autocratique qui n’est pas encore dans les affres de la déstabilisation contagieuse actuelle.
    Avec comme pour la Grèce, la recette de la privatisation contrainte sur laquelle se penche dans ce cas également la Russie !

  19. 25 Mai 2011, Conférence de l’Union Africaine à Addis-Abéba en Ethiopie : Décision de l’Union Africaine sur le règlement pacifique de la crise libyenne.

    http://www.afrikeco.com/article6365.html

    Extrait, point 5 :

    5. En attendant l’instauration d’un tel cessez‐le‐feu, et compte tenu de la situation humanitaire catastrophique qui prévaut sur le terrain, comme l’a notamment souligné la Secrétaire générale adjointe des Nations unies aux Affaires humanitaires et Coordonnatrice des Secours d’urgence, la Conférence a exigé une trêve immédiate dans les combats et dans les bombardements aériens menés par l’OTAN, afin de donner un répit à la population civile, d’atténuer ses souffrances et de permettre l’acheminement de l’assistance humanitaire tant nécessaire à tous ceux qui en ont besoin. A cet égard, la Conférence est de l’avis mûrement réfléchi que la poursuite de l’opération militaire de l’OTAN sape l’objectif même pour lequel celle‐ci a été originellement autorisée, à savoir la protection de la population civile, et complique davantage toute transition vers un système démocratique en Libye.

    Cause toujours… nous on bombarde.

    1. Vigneron.

      Regardes pourquoi la Libye doit perdre la guerre :
      http://www.lemonde.fr/libye/article/2011/06/07/goldman-sachs-et-les-millions-libyens_1533022_1496980.html
      “En Europe, SocGen ne fut pas seule à accueillir la manne du “Guide” de la Grande Jamahiriya populaire et socialiste. Aux Etats-Unis, le fonds libyen s’est principalement tourné vers le meilleur d’entre les meilleurs : Goldman Sachs (GS). De janvier à juin 2008, il lui versa donc 1,3 milliard de dollars. En février 2010, il n’en restait que 25,1 millions. De la somme initialement apportée, 98 % avaient disparu. Certes, on connaît des entreprises – AIG, General Motors, Lehman Brothers, Fannie Mae et Freddie Mac… – dont l’action, durant la crise financière, a chuté dans des proportions similaires. Mais, pour des placements d’un investissement souverain, il doit s’agir d’un record du monde toutes catégories.”

      Raclage de fond de tiroir tous azimuts…

Les commentaires sont fermés.