UNIVERSITÉ EUROPÉENNE DE TIRANA, mercredi 8 juin à 12h00

Je me suis adressé aux étudiants et aux professeurs du département d’économie.

Au moment des questions, une professeure a fait une brillante comparaison et distinction entre ce que j’avais dit et ce que l’on trouve chez Marx et Lénine. J’étais très admiratif. On m’a expliqué ensuite que, dans sa bouche, le simple fait qu’un rapprochement soit possible disqualifiait entièrement ce que j’avais pu dire !

Partager :

26 réflexions sur « UNIVERSITÉ EUROPÉENNE DE TIRANA, mercredi 8 juin à 12h00 »

  1. Commentaire lu sur le site du Monde à propos des millions libyens avalés par Goldman Sachs:
    « D’après The European Union Times, les USA auraient bloqué fin février 32 milliards $ (qui seront en fait injectés aux USA), et l’U.E. 45 milliards €. Conséquence : pays subsahariens privés de réseau indépendant de coms par satellite, plus de sous pour développer des institutions en contrepoids à l’IMF et à la BM. Le franc CFA a de beaux jours. Olivier Sarkozy co-pilote l’activité mondiale de Carlyle. Mais qui enquêtera sur ces détournements de fonds majeurs ? »
    http://www.lemonde.fr/libye/reactions/2011/06/07/goldman-sachs-et-les-millions-libyens_1533022_1496980.html

    1. il s’agit de soutenir Kadhafi ? Je ne le crois pas.
      Il s’agit d’en foutre un coup supplémentaire sur Goldman Sachs ? Est-ce bien utile ? Le plein est déjà fait.
      Info sur Olivier Sarko ? On sait déjà
      Conclusion: Commentaire inutile

      1. Conclusion : commentaire inutile.

        Et commentaire de commentaire alors… Et pourquoi intervenez-vous si c’est tellement « inutile »….
        Et là on dit : stop.

      2. utilité de la redondance pour la mémorisation …

        et pour lutter contre le lavage de cerveau subi par le biais de feu-le-contre-pouvoir médiatique .

      3. C’est le principe du réseau social qui contourne les obstacles.

        Une table ronde foireuse dans les Cévennes avec des organisateurs qui se croient drôles ?
        Pas de problème, on intervient à Tirana !

        Des élites occidentales et dominatrices sourdes aux suggestions répétées et affinées inlassablement depuis des années ?
        Pas de problème, on va demander aux opprimés ce qu’ils en pensent et leur suggérer adroitement de se prendre en main et de s’associer à ceux qui les prennent en compte !

        Attention, Paul, vous devenez dangereusement subversif !

  2. http://www.lemonde.fr/libye/reactions/2011/06/07/goldman-sachs-et-les-millions-libyens_1533022_1496980.html
    D’après The European Union Times, les USA auraient bloqué fin février 32 milliards $ (qui seront en fait injectés aux USA), et l’U.E. 45 milliards €. Conséquence : pays subsahariens privés de réseau indépendant de coms par satellite, plus de sous pour développer des institutions en contrepoids à l’IMF et à la BM. Le franc CFA a de beaux jours. Olivier Sarkozy co-pilote l’activité mondiale de Carlyle. Mais qui enquêtera sur ces détournements de fonds majeurs ?

    1. Même si tu bégaies, Zeno, lorsque l’on recoupe avec l’info sur le vol de Goldman Sachs, il ne fait aucun doute que nous sommes face à une Mafia très organisée.
      Et, autre aspect non négligeable, qui racle les fonds de tiroirs avec une avidité qui n’est comparable qu’avec mon appétit pour les fruits de mer…
      (N.B. : je n’aime en effet pas QUE la choucroute, la charcuterie, le fromage, … )

    2. La liste des intéressés dans la chute de Kadhafi s’allonge :
      http://www.lepoint.fr/monde/l-espagne-reconnait-la-rebellion-kadhafi-promet-de-resister-jusqu-a-sa-mort-08-06-2011-1339850_24.php
      « L’Espagne est devenue mercredi le neuvième pays à reconnaître le CNT de la rébellion comme unique interlocuteur légitime des Libyens, accentuant l’isolement du colonel Mouammar Kadhafi qui a promis qu’il ne se soumettra jamais et appelé le peuple libyen à la résistance. »
      « La France, l’Italie, le Royaume-Uni, le Qatar, la Gambie, la Jordanie, le Sénégal et Malte avaient déjà pris une telle mesure. »

      1. @Yvan

        Problème, l’Union Africaine est toujours opposée à l’action occidentale en Libye et demande instamment l’arrêt des frappes franco-anglaises et un cessez-le-feu…
        Les dollars du colonel ont laissé des traces diront les cyniques. À voir s’il n’y a que ça… Ça « résiste » dur le bin’s…
        Rappel : mi-juillet faudra passer devant le Parlement français pour continuer à faire joujou avec les Charlot de Gaulle, les rafales, les zélicots, les canons de la marine – tu savais que ça faisait pratiquement depuis l’affaire de Suez que la Royale n’avait pas tiré son coup (de canon) en direction des côtes ? mai 2011 : le mâle est réparé ! pas loin du tout de Suez, à Misrata – plus les commandos de marine au sol… Ça fera quatre mois de guerre… Dura Lex sed Lex.

        Wiki :

        La frégate Courbet intervient dans l’opération Harmattan visant à faire respecter la résolution 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies. Une centaine d’obus de 100 mm ont été tirés par cette frégate de type La Fayette sur des positions libyennes à terre, dans la nuit du 8 au 9 mai. La même avait déjà mis en déroute, au canon, des vedettes rapides qui minaient le port de Misrata, en coulant l’une d’entre-elles au canon, dans la nuit du 28 au 29 avril.2
        Le 12 mai, le Courbet a soutenu la frégate canadienne Charlottetown et le destroyer britannique Liverpool qui ont pris à partie des embarcations rapides des forces navales pro-Kadhafi qui avaient l’intention d’attaquer le port de Misrata.

        Une frégate française portant le nom d’un grand peintre et illustre communard tirant au canon vers les côtes libyennes… On vit une époque stupéfiante.

      2. Cet épisode dure depuis des semaines maintenant et je suis toujours aussi circonspect sur le mobile réel de cette guerre.Plus ça va, plus cela ressemble à un braquage pur et simple.

        Sans oublier un article récent dans sur le figaro.fr (oui je sais…dsl) évoquant sans ambages la participation active de fondamentalistes aux combats côté rebelle. Cela ne semble émouvoir personne.

      3. Courbet : l’amiral du combat colonialiste, et non le peintre communard
        donc bien dans l’esprit de la mission !

      4. Heureusement qu’on ait pas été obligés d’aller aider les « rebelles » tunisiens et égyptiens…
        T’imagines que je te demande de me citer un « cmt » de l’un de ces pays…???

        Tu serais mal barré, là.

        D’autant que les élections tunisiennes ont été reportées à l’automne, voire plus si affinités.
        Ce qui n’est pas étonnant : en Tunisie, l’automne est vachement trop frais pour faire une révolution ou une révolte.

  3. Si vous rencontrez Kadaré, qui est un auteur que j’apprécie beaucoup, demandez lui s’il sait qui a ramené Doruntine, parce que le suspens a peut-être assez duré (31 ans déjà!).

  4. Je serais curieux de savoir comment des étudiants albanais conçoive l’économie en général.
    Après des décennies de communisme autarcique, puis deux décennies sous un régime mafieux (des régimes mafieux?) et la pluie d’or de l’UE via le Kosovo, ont-ils intégré le système ultra-lib ou voient-ils les choses d’une façon locale?

      1. On m’a expliqué ensuite que, dans sa bouche, le simple fait qu’un rapprochement soit possible disqualifiait entièrement ce que j’avais pu dire !

        On ne peut pas oublier des décennies d’errements sans conserver quelques réflexes de bêtes blessées !

        Vous décontenancez ?
        Tant mieux !
        Après, vient toujours la réflexion… quand les faits donnent raison au perturbateur, ce qui est votre cas.

      2. « Au vu des résultats, le communisme a-t-il représenté pour notre époque une utopie progressiste ou réactionnaire? Quel est son héritage?

        Le communisme réalisé a représenté un monstrueux détournement du mouvement ouvrier révolutionnaire. Il a mis au pouvoir une nouvelle classe dominante, la bureaucratie du Parti-État qui a exploité et opprimé la population comme aucun autre régime connu dans l’histoire; car aucun autre régime ne disposait de moyens techniques et idéologiques de terreur, d’intervention dans la vie quotidienne des gens, de manipulation idéologique comparables. Il a détruit le mouvement ouvrier des autres pays, en le subordonnant à la politique impérialiste de la Russie. Il a corrompu et prostitué, de manière irréversible, les idées et le vocabulaire du mouvement révolutionnaire, il a déconsidéré l’idée d’une transformation sociale; il a fait apparaître aux populations le régime capitaliste comme le paradis réalisé sur terre. Lorsque, aujourd’hui, dans un pays ex-communiste, on veut critiquer le capitalisme, les gens quittent la salle (j’en ai fait l’expérience en juin dernier en Hongrie). Son seul héritage est qu’il a montré sur tous les points, absolument tous, ce qu’il ne faut pas faire, ce en quoi consiste le contraire absolu d’une politique d’émancipation. »

        Cornelius Castoriadis, Communisme, fascisme, émancipation (1991) in Une société à la dérive, Seuil

  5. Un groupe d’etudiants qui m’ont écouté hier vont choisir un passage de Le capitalisme a l’agonie, le traduire en albanais, pour en faire ensuite l’objet d’un débat.

  6. On m’a expliqué ensuite que, dans sa bouche, le simple fait qu’un rapprochement soit possible disqualifiait entièrement ce que j’avais pu dire !

    « (…) celui qui poursuit une fin lointaine ne doit pas tout faire dépendre du succès immédiat » 😉

    ou encore : « Chaque fois que j’ai dû participer à une entreprise commune, à quelque aventure bien humaine, je me suis trouvé comme celui qui sort du théâtre avant le dernier acte, pour prendre un peu l’air, et, apercevant le grand vide obscur avec toutes ses étoiles, abandonne chapeau, pardessus et tragédie pour s’en aller »

    ( L’Homme sans qualités, Robert Musil. Traduction : Philippe Jaccottet, Editions du Seuil )

    J’aime beaucoup ce blog. N’y voyez pas là une flagornerie. Moi qui n’entends rien à l’économie ( dans tous les sens du terme et de ma vie ), j’apprécie d’autant plus la clarté analytique des propos qui y sont tenus. Aujourd’hui, bien loin d’un Gustave Le Bon ou d’un Freud, l’époque nous donne à voir une « psychologie des foules » en strates mouvantes, en stratégies changeantes, dans le sable du temps qui, que l’on soit expert ou clochard céleste, ne doit pas nous faire oublier que l’économie est devenu… un sentiment – autant qu’une réalité. Que ce sentiment, ces sentiments, pardon, opposent exaspération, volonté de changement ( ou désir ? ), et volonté de contrôle : parfois au sein, comme un serpent, du même individu… En économie « progressiste » on parlerait, pour les réunir à la même table, d’une volonté de changement à traduire dans un contrôle « humanisé », profitable à tout un chacun donc, de l’économie.
    L’économie inscrite dans les Droits de l’Homme ( mesdames vous avez compris la majuscule ) ? Paul Jorion je vous écoute, favorablement.

    Et pour finir comme j’ai commencé, Musil : « Une utopie, c’est à peu près l’équivalent d’une possibilité ».

  7. « l’économie est devenue »

    Décidément, toutes mes fautes se rapportent au masculin/féminin…
    Lacan, ou Jacques-Alain Miller son brillant légataire, si vous m’entendez…

Les commentaires sont fermés.