LE CHEMIN DU DÉFAUT GÉNÉRALISÉ, par Pierre Sarton du Jonchay

Billet invité

La mécanique de l’autodestruction financière fonctionne avec une précision mathématique. Les dettes toxiques inondent tout comme l’eau de refroidissement des réacteurs de Fukushima. Le système financier international est intégré par le dollar et dans un moindre mesure par l’euro. Les mégabanques sont les pompes et la tuyauterie du réacteur financier international en fusion.

La liquidité de secours est issue de la dette publique des États émetteurs de monnaie de réserve internationale. La crise des subprimes a asséché la liquidité interbancaire. La transformation des dettes en activité économique réelle s’est interrompue avec la mise en défaut des emprunteurs subprimes.

Les États ont accru massivement leur déficit budgétaire pour soutenir la demande. Et émettre la dette que les banques centrales transforment en liquidités afin de dissimuler la réalité des pertes de crédit des banques aux actionnaires, épargnants et déposants. Les pertes du système financier n’étant pas imputées et menaçant les créanciers en euro et en dollar incitent tous les investisseurs et tous les épargnants qui le peuvent à mettre leurs liquidités à l’abri hors des zones dollar et euro.

Depuis 2007, les dettes publiques sont mises en pension dans les banques centrales. La liquidité centrale est prêtée aux banques qui la reprêtent aux États. Les nouveaux emprunts publics génèrent de nouvelles liquidités. Cependant, l’économie réelle en zone dollar et zone euro n’est pas financée faute de rentabilité prévisionnelle eu égard à la chute probable des revenus réels.

La liquidité en dollar et en euro va grossir les réserves de change des émergents. Les pays non dollar et non euro accumulent des excédents commerciaux contre des créances en dollar et en euro dans les comptes financiers internationaux. L’économie étatsunienne et européenne vit globalement à crédit.

L’explosion des crédits en dollar et en euro accroît l’insolvabilité des emprunteurs publics et privés étatsuniens et européens. Le dollar et l’euro se dévaluent à proportion de l’inquiétude croissante sur la solidité du système financier international. Mais la dévaluation ne traduit pas l’ampleur des pertes mondiales de crédit que les pays créanciers nets ne souhaitent pas comptabiliser dans leur réserves de change.

L’économie réelle se met à l’arrêt aux États-Unis, en Europe et au Japon. Elle ralentit dans le reste du monde à cause de la baisse probable des exportations et de la rentabilité des investissements. Tout est dissimulé par la pyramide mondiale des crédits. Tous les paiements internationaux vont se bloquer d’un coup quand un emprunteur systémique, État ou banque annoncera son défaut.

La croissance des charges d’intérêt par les primes de crédit et les déficits emplois-ressources va conduire un emprunteur majeur à avouer la banqueroute. La seule question encore sans réponse dans le bluff généralisé est l’identité du gouvernement ou du banquier qui sera désigné responsable de la chute d’ensemble.

Le blocage est politique et décisionnel. Les gouvernements et les banques se tiennent réciproquement. Il n’existe aucun dispositif international d’imputation des pertes de crédit sur les parités de change des monnaies de réserve. Les États emprunteurs en dollar et en euro ne peuvent pas renégocier leur dette sans renoncer au statut de monnaie de réserve qui fonde le système monétaire international.

Le défaut du système est la divergence ingérable entre la croissance économique des emprunteurs en monnaie de réserve et le service de la dette qu’elle implique pour l’économie réelle. La prime de crédit assumée par l’économie réelle en zone dollar et en zone euro croît plus vite que la rentabilité des investissements ; laquelle est grevée par des taux de change surévalués au regard de la compétitivité économique réelle.

La masse mondiale des crédits se retrouve déconnectée du potentiel de production économique. Les taux de change entre monnaie déterminent un prix mondial des dettes très supérieur au prix de la production réelle des emprunteurs. Il apparaît que soit les États et les banques sont globalement insolvables, soit les monnaies valent globalement moins que ce que croient les créanciers et épargnants.

Pour restaurer la liquidité des échanges mondiaux, il faut nécessairement ramener le prix actualisé des dettes à ce que peuvent effectivement rembourser les emprunteurs systémiques qui ne peuvent pas disparaître. Et il faut informer les créanciers et épargnants de ce qu’ils n’ont pas et doivent par conséquent produire par davantage de travail et de production rémunérés.

L’apurement des pertes de crédit, l’ajustement des parités de change et la relance des économies domestiques pour reconstituer l’épargne perdue impliquent un étalon monétaire international ; qui soit à la fois le prix stable de toute richesse à produire, le prix réel de crédits internationaux effectivement remboursables et le prix liquide de tout engagement international réel ou financier.

Une chambre de compensation internationale des primes de crédit par les primes de change est la solution imposée par la logique du droit. L’alternative est l’imputation sauvage des pertes de crédit par la force physique, la manipulation politique et la spéculation financière des produits dérivés.

La dévaluation des monnaies surendettées suppose une évaluation internationale concertée des États et banques emprunteurs nets avec les États et banques prêteurs nets dans ces monnaies. Elle implique que les emprunteurs cotent officiellement leur prime de crédit. Le dépôt des comptes validés par les garants permet aux créanciers internationaux de mesurer le risque qu’ils prennent à conserver leurs créances.

En échange d’une cotation officielle régulée de leur prime de crédit les États et banques emprunteurs nets obtiennent la possibilité de dévaluer la monnaie d’emprunt. Mais cette dévaluation doit être officiellement négociable par la prime de change. Elle est proposée à la souscription libre des déposants internationaux qui subissent potentiellement dans leur monnaie la dépréciation de leurs avoirs internationaux.

La cotation officielle et transparente de primes de crédit et de primes de change offre des critères objectifs de négociation générale de l’équilibre des crédits et des changes. Le prix nominal international du total des dettes et monnaies internationalement garanti définit l’étalon international. Le prix international de n’importe quelle dette en monnaie nationale se calcule par conversion à la parité nominale en monnaie internationale.

Une monnaie insuffisamment dévaluée compromet la compétitivité de l’économie domestique qui remboursera la dette publique et l’ensemble des emprunts en monnaie nationale. Une monnaie insuffisamment évaluée d’un pays financièrement excédentaire expose les épargnants domestiques à des pertes de change immédiates sur l’excédent des paiements courants.

Tout le temps que les gouvernements perdent à décider de la mise en œuvre d’une compensation internationale régulée des changes et des crédits approfondit les destructions d’emploi, les pertes de revenus et les pertes de crédit public. Les conflits politiques et sociaux nationaux et internationaux s’amplifient inexorablement. Les opérateurs financiers accumulent des profits fictifs qui disparaitront dans la compensation, dans les émeutes ou dans les procès politiques ou judiciaires.

La mise en défaut des États par les dettes publiques met un terme logique au paradigme de l’asymétrie financière de l’émission monétaire. Ni le calcul politique, ni le calcul financier ne peuvent forcer la confiance dans l’équilibre économique des prix anticipés par le crédit. Si l’emprunteur ou le prêteur est mis en infériorité de compréhension du prix à terme négocié l’un ou l’autre finit par se dérober à force d’être leurré.

Il reste le scenario du risque maximal par maintien de l’asymétrie financière : état d’urgence mondial avec blocage des dépôts dans les banques, suspension des Parlements et administration des paiements internationaux par les banques nationalisées garanties sans limite par les budgets publics. Dans ce scenario, les frontières se ferment ; les États répudient leurs dettes et recouvrent leurs créances par la pression militaire et le chantage économique et politique.

Partager :

82 réflexions sur « LE CHEMIN DU DÉFAUT GÉNÉRALISÉ, par Pierre Sarton du Jonchay »

  1. http://www.numerama.com/magazine/19511_2-les-services-informatiques-du-parlement-europeen-au-service-d-une-censure.html

    ayaya c’est versailles le parlement européen…

    remarque c’est pas nouveau que les femelles chimpanzés acceptent des avantages en nature contre des faveurs sexuelles aux mâles dominants.

    http://www.horizonpleinair.com/Insolite/singe-troc-viande.html

    l’humain, un chimpanzé ++… et un chimp avec une kalash ça donne ça :

    http://www.youtube.com/watch?v=keHtNLOiMdI

    (c’est un fake, je précise de suite)///

  2. Bien sur qu’il faut un défaut généralisé , mais il devrait déjà être chiffré pour faire les dévaluations demain matin , hors quand on voit l’europe et les usa le temps qu’ils ont mis pour n’arriver à rien…….alors si on inclus tous les autres pays.
    Ce sera donc l’état d’urgence mondial et la foire d’empoigne qui durera des décennies.

  3. Houlà ça sent le sapin………………!

    Apocalytique !!!!!!!

    BFM annonçait à 15 h de l’austérité économique pour la France à la rentrée, nouveau tour de vis, après l’austérité voilà l…….austérité et les indignés espagnols se sont fait viré ce jour à Madrid : http://www.eitb.com/infos/europe/detail/715330/20-blesses-dispersion-dindignes-madrid/

    Souhaitons ardemment que ce soit une logique d’evolution constructive qui l’emporte sur la logique destructrice enclenchée depuis ces dernières années par tant de bassesses, d’aveuglements et de cupidité !

    Il serait temps pour plus de sagesse et de probité……..entre autre !

    Vos analyses sont plausibles mais…………..
    Quid d’un scénario moins noir M. du Jonchay ????

    1. BOUMMMMMMMMM !!!!!!!!!!!!!!!!! AHHHHHHHHHHHHHHHHHH

      LA BOMBE A ECLATE…………….

      A suivre : à qui le poids des obligations ?
      Si c’est aux peuples , c’est la révolution.
      Si c’est aux porteurs , c’est la guerre.

  4. A nouveau bravo, mais quelle masse d’informations!

    Ci-dessous un aparté induit par votre texte.
    Il porte sur un point général avec lequel je ne suis pas d’accord:
    vous accordez une importance trop grande aux banques.
    Toute votre description laisse à penser que les banques sont un
    interlocuteur et un acteur « incontournable » à défaut d’être
    légitime.

    Il me semble que le système bancaire n’est qu’un rouage de l’économie.
    Il en est un élément , pas même essentiel, et il faut à toute
    force le ramener à un rôle subalterne. Un bon banquier
    est un technicien compétent qui se tait et éxécute
    la part le concernant de l’immense réglementation encadrant
    la moindre des professions.
    Où irait-on si les plombiers prenaient tout-à-coup
    un rôle prééminent dans les affaires publiques ?

    C’est dire que la distinction entre banque traditionnelle
    (en Europe) et banque d’affaire n’a pas lieu d’être.
    La banque dite d’investissement n’est rien d’autre qu’un hedge-fund
    actuel. Le « marché » lui est un casino qui détourne l’énergie
    et les flux financiers, au détriment des investissements matériels.
    D’ailleurs, faire rentrer cette profession dans les clous
    d’une société à compétence universelle -sans zone
    de non-droit- est un corollaire à l’interdiction des paris nus.
    Quelqu’un a écrit sur ce blog que rien ne se fera en matière
    de réforme avec les banquiers ou leurs proches.
    C’est de jour en jour plus vrai.

  5. Tout est bloqué, dites-vous !

    La solution ne serait-elle pas de créer des monnaies complémentaires pour vivre et investir dans l’économie réelle ?

    La Suisse avec le Wir est restée depuis 1934 stable avec cette seconde devise utilisée par 75% des PME.

    Si ce blocage persiste de la finance scripturale des banques centrales et commerciales perdure à partir de septembre en France, je pense que les particuliers comme les dirigeants de TPE-PME et des moyennes entreprises, qui font vivre la majorité des salariés et du pays auront le choix de mettre en oeuvre d’autres solutions alternatives, pour franchir ce cap difficile, qui devrait durer jusqu’en 2018 (j’inclus en prospective, les conséquences de la situation actuelle, qui ne peuvent s’estomper en un jour).

    Les citoyens et consommateurs que nous sommes tous en découvrant en masse à la rentrée 2011 l’ampleur du désastre annoncé par plusieurs journalistes, chroniqueurs et personnalités comme les rédacteurs de ce blog vont agir pour sauvegarder leurs intérêts légitimes et leurs territoires de vie sociale et professionnelle en se fédérant autour des nouvelles initiatives qui émergent pour sortir de cette crise par le haut et créer le monde d’après, qui soit plus conforme à leurs réels besoins et ceux des générations futures (Génératioh Y…).

    La dégradation perceptible d’un monde qui s’écroule ne doit pas nous faire continuer dans une économie et une finance prédatrice devenues obsolètes et dangereuses pour la pérennité de l’Humanité. Nous devons donc construire dès maintenant de nouveaux paradigmes, de nouvelles organisations et activités pour le bien commun de tous.

    Nécessité faisant loi, j’ai confiance en l’être humain pour trouver par son intelligence collective les solutions qui apporteront les réponses attendues tant par les citoyens, les consommateurs, les professionnels, les entreprises, les associations, les collectivités et les états.

    Oeuvrons donc avec pertinence et intelligence pour créer et développer ces solutions et donner aux peuples de la Terre, l’assurance et la confiance pour pérenniser une qualité de vie fondée sur le respects des Lois de Vie et de la Nature.

    Daniel Maniscalco

    1. Et oui monsieur Maniscalco, vous avez parfaitement raison.

      Cela fait longtemps que je considère les choses ainsi, tout simplement parce que la majorité reprend son destin en main et que cela est la logique et non pas l’inverse.

    2. @ D Maniscalco

      Bien envoyé !

      Merci, vous avez entièrement raison, voilà des propos censés et bienvenus !

      Prenons notre avenir en main en toute conscience !

      1. Croire en un avenir meilleur c’est être démago ?

        Penser positif c’est de la démago ?

        Je comprends pourquoi le monde ne tourne pas rond ….

      2. Dire qu’on croit à un avenir meilleur et qu’il nous faut prendre les choses en mains, qui va être contre cela ? On enfonce des portes ouvertes avec ces vœux pieux qui sont démago oui. Rien de concret dans ce prêche de Maniscalo.

  6. « Revenu exprès de vacances, le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn a estimé que Rome et Madrid ne devraient pas avoir besoin de plan d’aide, au regard de leurs fondamentaux économique » oh c’est bête, en plus je suppose qu’il était en Grèce, » Rome et Madrid ne devraient pas avoir besoin de plan d’aide », je le sens bien ce garçon, y part en vacances quand il y a le feu, et en plus y revient pour dire une connerie

  7. La France et l’Allemagne seront les deux derrniers dominos à tomber car il vont devoir prendre en charge à deux le poids de quasiment tout le reste de la zone Euro.

    Explaining How The Just Announced ECB Market Rescue Pledged 133% Of German GDP To Cover All Of Europe’s Bad Debt.

    Two weeks after Zero Hedge readers were informed about it, slowly the sell side is coming to the realization that not only will the EFSF have to be expanded (that much was known), but that Germany, and specifically the outright economy, will be on the hook by an unprecedented amount of money. And expanded it will have to be: not by two, not by three, but by a cool four times, to a unbelievable €3.5 trillion which according to Daiwa’s Head of Economic Research, Grant Lewis, an action which will be necessary to convince financial markets of euro area resolve to save Italy and Spain. Says Lewis: « France, Germany contribution to EFSF’s capital would increase to 80% if Spain, Italy had to drop out of guarantee structure. Says France, German contingent liabilities would be > 50% of GDP if EFSF expanded; added to France, Germany current debt may trigger downgrades to both countries. »

    http://www.zerohedge.com/news/explaining-how-just-announced-ecb-market-rescue-pledged-133-german-gdp-cover-all-europes-bad-de

    1. La poutre US contemple la paille Européenne.
      C’est fatiguant et minable -les minables parlent aux minables-
      Qui est dupe et complice ?
      CDS gagnant ? non, sucette gagnante.

      1. Yes !

        De toute façon, la galère va être suffisamment vaste et partagée pour que l’envie de désigner un ou des nations « coupables » devienne RIDICULE (merci patrice leconte ………lol)

  8. La société Randgold secondée par Bouygues tirent 250 kg d’or à la semaine sur le site de Loulo dans le sous-sol Malien. Où va cet or ? et combien y a t’ il de mines d’or en exploitation ? La masse financière globale devrait s’en ressentir, non ? C’est quoi le problème ?

    1. C’est une bonne question parce qu’elle montre l’écart entre notre perception des problèmes et la réalité de leur ampleur…

      Sauf erreur, au cours du jour de l’or il faudrait 71 semaines de production (à 250 kg par semaine) pour atteindre une valeur de un milliard de dollars… sachant que l’unité de compte de la crise et le teradollar (T$, mille milliards de dollars)… il est facile (euh) de voir le problème !

      Même s’il y avait mille mines d’or en exploitation au même rythme, il faudrait un an et demi pour atteindre cette valeur… sachant que le PIB US est de 15 T$, équivalent à sa dette, voilà voilà.

  9. Désolé : je ne comprends RIEN à ce jargon économiciste. Tout ce que je vois c’est un fameux et gigantesque bordel où sont des individus, des groupes – banquiers, boursicoteurs, « marchés » et autres agioteurs – qui n’ont qu’une seule obsession : se faire du fric, encore du fric, toujours du fric. Pour en faire quoi ? C’est le fond de la question. A laquelle il n’est répondu NULLE-PART ! ! !

    1. @ L’indispensable

      Vous voyez juste.
      Mais soyez juste avec le blog.
      Il est au contraire ouvert à toutes les propositions.
      Les interventions se succèdent pour sauver le capitalisme, avec rafistolage,
      ou pour le dépasser vers une réelle démocratie

  10. Aujourd’hui sur le CAC 40 (et les futures) :

    – baisse à l’ouverture de 100 points (« peur »)
    – hausse de 150 points (rattrapage technique + « chiffres meilleurs que prévus »)
    – baisse de 150 points (rumeur de dégradation US)
    – actuellement hausse de 100 points (non ça n’était qu’une rumeur!)

    Total 500 points et avec 7 Milliards échangés, ça fait des sous…

    Alors à Paul Jorion ou d’autres spécialistes : est ce que cet argent est finalement quand même dans les poches de quelques banques, ou bien est ce qu’elles perdent autant qu’elles gagnent ? Y en a qui shortent et achètent le marché, mais y en-a-t-il qui gagnent et ne pourrait-on pas dénoncer les « gagnantes », vu que ce gain est facile (les banques ont les moyens techniques de gagner), alors que les citoyens vont payer ?! En clair démontrer aux citoyens – vu qu’ils s’en rendent pas compte – qu’ils sont les dindons de la farce qui se joue en ce moment…

    1. Mheuh non …mauvaise langue !…Au JT sur A2 ce soir, ils ont dit que votre président allait téléphoner à Obama !…Voyez bien que votre président s’occupe de vous…;-)

  11. Vous avez bien raison , çà va craquer , quelque part , je pense . Il y a une partie de bras de fer
    entre USA et Europe pour savoir où . Force est de constater que les Us tout au moins les hedges
    funds sur CDS sont à l’oeuvre et que leurs autorités laisse faire , çà les arrange semble-t-il .
    Pour les amener à négocier faudrait que çà craque d’abord chez eux , j »ai un doute …

  12. « Il apparaît que soit les États et les banques sont globalement insolvables, soit les monnaies valent globalement moins que ce que croient les créanciers et épargnants »
    Comme un état ne peut pas disparaitre et qu’il a globalement besoin de son système bancaire pour survivre, le poids de la charge de la dette globale se reporte, depuis un certain temps déjà, sur les monnaies. On ne pourra pas reproduire le schéma Grecque pour et les Etats Unis et la Zone Euro et le Japon et l’Angleterre…
    D’ailleurs la hausse des biens tangibles voir refuges comme le Franc suisse, les œuvres d’art, l’immobilier à Paris, l’or… ne sont que l’expression de cette baisse de valeur des monnaies fiduciaires et ceci depuis plusieurs années. Les zones $, €, Yen et £ en tête puisque ce sont dans ces pays que les dettes sont les plus importantes.
    Les indicateurs de mesure (sont-ils vraiment cohérents ?) de la hausse des prix des biens de consommation ne traduisent pas encore partout cette réalité, sauf clairement en Angleterre.
    5% de hausse des prix et une bonne protection des salaires les plus bas, via une hausse des recettes fiscales et une ponction significative sur les bénéfices des entreprises, pendant une bonne dizaine d’années permettrait à la dette de retrouver un volume acceptable et à la croissance de redevenir plus saine. Cela ferait certes du mal aux rentiers mais beaucoup de bien aux personnes et institutions endettées, états compris.
    Pour l’instant la BCE tente de résister mais les marchés vont lui forcer la main.

  13. puisqu’on ne parle pas d’or ici,
    parlons du papier.
    bernanke vient de passer une commande.
    tout va bien

  14. Si on analyse l’histoire de l’économie depuis que l’économie est économie, on a grossièrement phases :
    phase 1 = 1870 / 1914
    phase 2 = 1920 / 1940
    phase 3 = 1945 / 1976
    phase 4 = 1976 / 2008
    phase 5 = 2008 / ……..

    Chaque phase de l’économie a correspondu à une innovation financière, lorsque celle ci faisait défaut
    phase 1 = 1870 / 1914 : C’est la période de l’impérialsime européen. Chaque pays européen tente de conquérir des territoires dans le monde avec plus ou moins de succès. ( UK, FRANCE, Allemagne, espagne ….). Le développement de l’économie est assurée par l’étalon or, le fameux gold standard. Ce système monétaire impose de créer de la monnaie fiduciaire en contrepartie d or à l actif. La compensation se fait via les banques centrales.Les économies sont donc confrontées à deux problématiques : 1/ Conquerir des mines d’or, ce qui leur permet de creer de la monnaie 2/ avoir des balances commerciales excédentaires. Pourquoi ? Car si une balance commercaile est deficitaire il y a un transfert d or de banque centrale à banque centrale. On voit bien que dans ce système un pays deficitaire par un transfert d or se trouve assez rapidement dans une impasse recessive ( politique d austerité monétaire ) …. à moins de dévaluer sa monnaie, ce qui peut dégrader considérablement l’inflation importée. En opposant les pays entre eux, ce systeme stable au niveau inflationniste pose les germes de la premiere guerre mondiale. Le but de cette guerre etant de pouvoir beneficier d espaces territoriaux, ce qui assurera des balances commerciales positives et une politique expansionniste.
    phase 2 = 1920 / 1940 : La première guerre mondiale modifie les equilibres economiques. L’allemagne doit livrer son stock d’or à la france et ne peut plus de facto mener de politiques economqiues ( car basés sur l’or). Les etats unis et le royaume uni pour contourner ce problème décident d un nouiveau systeme , le change étalon. Les monnaies sont convertibles en dollar et en livre sterling qui sont les seules convertibles en or. Pour relancer l allemagne et l autriche, les etats unis decident de preter massivement des dollars qui seront utilisés par l allemagne dans ses echanges exterieurs. Tres vite ce systeme est mis en defaut par des epidodes hyperinflationnistes qui sont le fait du manque de reserves de l allemagne.
    La crise de 1929 finit d achever l exchange standard puisque chaque pays prefere revenir à l etalon or. Au niveau theorique, une revolution vient cepandant d etre apporteé, jusqu a present l explication du chomage était du à un salaire réel trop elevé. Il fallait baisser le salaire nominal pour que le chômage diminue. Keynes en reprenant cette analyse

    1. Etudier en detail , l’ historique de cellules cancéreuses , ne donne aucune information sur la vie normale de cellules normales (non cancéreuses) .
      Comme la bonne question : «  »Y a t il une vie avant la mort «  » il faut se demander se qu’etait l’économie avant les économistes ……..

  15. J’ai vu sur Tf1 un « économiste » (Bouzou) qui disait que les Français qui ont un petit portefeuille d’actions ( 5 millions de Français ) n’ont pas grand chose à craindre .
    Il faut juste varier en prenant de l’assurance vie , livret A etc . . .
    Et qu’il faut éteindre son écran pendant plusieurs jours et que tout va rentrer dans l’ordre .
    Voilà , rendormez vous, les médias Français s’occupent de tout .
    Achetez de la dette, vous allez être gagnant …

    1. Bouzou le clown. Je l’ai vu officier aussi à BFM.
      Décidément, le cirque médiatique tourne vite …

    2. Grand dialecticien Bouzou : donc les 60 millions d’autres ont de bonnes raisons de fouetter entendent les téléspectateurs.

  16. Bonjour tout le monde,

    C’est clair qu’il faut s’accrocher avec le jargon technique.
    Etant donné que l’Apocalypse ne passionne que les gens en manque de sensation forte et que nos dirigeants n’en sont pas (pour eux, ça signifierait un suicide), à mon avis, il reste une option, la suivante:
    Les politiciens, les investisseurs et les économistes se battent entre eux (comme on le voit avec l’inculpation de Lagarde par exemple), ils se tirent dans les pattes pendant que Stiglitz et notre ami Monsieur Paul Jorion n’en croient pas leurs yeux et crient les seules solutions raisonnables dans le vide intersidéral de l’égoïsme et de l’égocentrisme de leurs confrères (y’a-t-il vraiment un sentiment de confrérie entre économiste ou politicien? C’est peut-être ça le problème de fond…)
    Les choses se stabilisent d’ici l’année prochaine (voire 2 ans) et le monde repart de plus belle.
    Tout de suite, arrive une ère tout aussi funeste où les vainqueurs de l’arène politico-économique (autant dire aristocratique) mondialisée n’ayant plus aucune légitimité démocratique, puisqu’ils ont pris le pouvoir, nous en font baver à coup sûr comme au bon vieux temps d’avant la Révolution.

    Une crise économique n’est pas une erreur dans le système comme les technocrates veulent nous le faire croire. C’est le passage d’une élite à une autre. C’est la conséquence d’une « mue » dans l’éthique des participants à la course au pouvoir. La dernière s’est finie dans le sang de la guerre 39-45, celle-ci (ce n’est pas spécialement une chance) se finira dans l’emprisonnement psychique des perdants et du peuple avec tout son lot de paternalisme bien-pensant voire (pour la génération d’après) d’abjecte domination.

    Désolé de voir les choses en noir, mais selon moi ni l’Apocalypse ni le miracle du virage à 180° sont des choses sur lesquelles il est bon de s’attarder…

    Tim K.

  17. American dream:

    Près de 46 millions d’Américains vivent grâce à des bons alimentaires.

    Près de 46 millions d’Américains, soit 15 % de la population, vivait en avril 2011 grâce à des bons alimentaires, a indiqué vendredi 5 août le ministère de l’agriculture des Etats-Unis. Ce chiffre record a augmenté de 2,5 % entre mai 2010 et avril 2011.

    http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/08/05/pres-de-46-millions-d-americains-vivent-grace-a-des-bons-alimentaires_1556711_3222.html#ens_id=863164

  18. Ra gna gna…Non, la monnaie stable est un concept pour spéculateur international. La globalisation économique veut un étalon international pour pouvoir engranger ses profits.
    Il est bien evident qu’un monde ou les monnaies sont en concurrence, sans monopole mondial comme le dollar, c’est la plaie du capitaliste spéculateur et globalisé: Aucun profit fiable à l’horizon!
    C’est la ou je me réjouis! Au contraire, tout va dans le bon sens: La perte de légitimité du dollar doit etre vue, comme le début d’une nouvelle ère de prospérité.
    C’est bien simple: L’effondrement des USA est le début de résolution de la Crise.
    C’est Bretton Wood et ses idioties qui sont les responsables. L’hégémonie mondiale d’une monnaie, étatique ou issue d’un « gouvernement mondial » est utopique et contradictoire avec l’idée meme, originelle du libéralisme.
    L’argent n’a pas de valeur (Le prix), ce n’est qu’un support arbitraire d’échange. La perversité du systeme c’est que croire que l’argent c’est la richesse des peuples.
    Non.
    La richesse des peuples, c’est son savoir, ses compétences, sa capacité a rebondir rapidement grace à sa culture, ses connaissances cumulées pendant des siécles. Son tissu industriel, ses labos de recherche.
    In fine, sa philosophie.
    L’argent n’est que foutaise.

    1. sauf que le savoir des peuples (si quelqu’un s’en souvient) ça fait combien de pleins pour aller au boulot, on est bien d’accord que l’humanité ne ce résume à l’argent, mais l’humanité est aussi matériel et injuste, et PSdJ essaye de l’améliorer, même pour ceux qui ne savent pas lire, ni voir un tableau, ni être logisticien,ni être chercheur, etc…, mais qui auront peut-être des enfants qui le seront 🙂

  19. Paris et Rome ont décidé de convoquer un G7 finance anticipé:

    Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a annoncé vendredi qu' »avec le président français (Nicolas) Sarkozy, nous avons pris la décision d’anticiper à dans quelques jours la convocation d’un G7 des ministres des Finances ». « La situation est très difficile et elle réclame des interventions coordonnées. Il faut reconnaître que le monde est entré dans une crise financière globale qui concerne tous les pays », a indiqué M. Berlusconi, en soulignant avoir parlé aussi avec les dirigeants européens, allemand et espagnol.

    BELGA

    Sarkozy grand organisateur de G Vain,g6,g8,g7,g14 etc …jamais le moindre résultat sinon on n’en serait pas la.Du show, toujours du show.

    Si on faisait plutôt un Brenton Woods comme le demande P Jorion?

    1. Serait peut-être temps de demander à notre chère Christine , si opportunément promue , de tenter d’expliquer à son tsar bien-aimé tout le bien qu’elle pense(ait?) d’un « gadget » bien connu de ce blog……………..

      http://www.boursorama.com/forum-marche-des-changes-le-bancor-remplacant-du-dollar-403127649-1
      …………et surtout lui suggère de la convier à table , en digne représentante du FMI…..!!

      …..à moins qu’une subite et grosse fatigue……………..

  20. Berlu : le monde est entré dans une crise financière globale qui concerne tous les pays.
    EH Bien Berlu..Ah berlu….mais berlu…………respire Berlu………….faut pas transpirer comme çà Berlu……….çà t’empechera pas d’être reconnu coupable……..la dette c’est toi qui l’a faite.

  21. J’ajoute: On croit que les USA sont la premiere puissance économique.
    Peut-etre et peu importe!
    L’essentiel, c’est que les USA restent la premiere puissance scientifique de l’humanité. La plupart des innovations qui ont bouleversé le XXieme siécle viennent de ce pays.
    Tristement pour l’Europe, nous sommes distancés.
    Ceci explique cela. Explique facilement « in fine » pourquoi l’euro sera toujours à la remorque du dollar. La finance peut gesticuler, cela n’a pas de sens.
    Seuls, les russes du temps de l’URSS ont défié les USA au niveau scientifique. Les résultats sont éloquents: Premier homme dans l’espace. Les russes ont cumulés d’extraordinaires techniques qui font encore l’admiration, meme si elles sont militaires: Torpilles supercav naviguant à plus de 400 kmh sous l’eau, le tokamak Iter est une invention d’Andrei Sakarov.
    Station micro ondes type HAARP: Sura.
    L’installation de « chauffage ionosphérique » Sura est située près de la petite ville de Vasilsursk, près le la Volga et à 100 km de Nizny Novgorod. Elle est capable d’irradier 190 mégawatts. dans la gamme des 4.5 à 9.3 MHzMachine a tremblement de terre (Achetée par les américains)
    La plupart des armes chinoises modernes sont copiées des russes….
    Désormais seuls les russes sont capables d’envoyer des hommes dans l’espace.
    C’est l’argent et la politique totalitaire qui détruit les peuples. Les russes pourraient etre bien supérieurs aux européens grace à leur génie. Mais bon, leur histoire politique est assez lamentable…

    1. à raisonner ainsi on part pour l’Antarctique et on fini par trouver que le ratio humain pingouin est encore trop favorable aux humains. (ceci dit très gentiment)

    2. D’un point de vue recherche sans doute que les USA sont toujours en avance,mais pour effectuer ces recherches et ces avancées scientifiques ils auront toujours besoint de l’europe.Car l’europe a le quasi monopole dans le domaine des machines-outils de précision(principallement l’allemagne(Siemens) et la suisse(Charmilles); les japonais perdant petit à petit leur réputation depuis qu’ils ont transféré leur production en chine) et des instruments de mesures.Dans l’optique spatiale par exemple; essentiellement au niveau des miroires ce sont la Belgique (avec Amos) et la France qui sont à la pointe.
      L’europe n’est donc pas à la traine dans les avancées technologiques,le problème est que l’on ne trouve jamais l’argent pour lancer de grands programmes de recherche.
      Les Etats-unis sont dans le probleme inverse,ils ont l’argent pour les programmes(enfin jusqu’ici) mais ne fabrique pratiquement plus de machine-outils ou d’instruments de mesures.
      Bref c’est comme avec les bond du trésor US vis à vis de la chine;c’est je te tiens tu me tiens par la barbichette.

  22. Les décideurs useront de tous les moyens pour gagner encore un peu plus de temps …
    Avant la grande débâcle.
    La seule issue qu’ils envisagent pour sortir du système actuel c’est uniquement lorsque toute les options auront été épuisé et qu’il n’y aura plus aucun échappatoire qu’un changement.

  23. Visiblement ce peuple n’a toujours rien compris.Idem pour le système et ses ‘dirigeants’ politiques.

    USA: plus forte hausse du crédit à la consommation depuis 2007!!!

    Le recours des Américains au crédit à la consommation a augmenté en juin à un rythme jamais vu depuis le début de la récession, selon des chiffres publiés vendredi par la banque centrale (Fed) des Etats-Unis. L’encours de ces crédits a bondi sur ce mois de 7,7% en rythme annuel par rapport au mois précédent, la plus forte hausse depuis août 2007, pour atteindre 2.446,1 milliards de dollars. La hausse en dollars (15,5 milliards) est trois fois supérieure à celle attendue par les analystes. Les Américains ont tâché pendant deux ans, entre l’été 2008 et l’été 2010, de guérir de leur dépendance au crédit à la consommation et de se désendetter, face à un chômage élevé. Mais depuis octobre, l’encours des crédits a connu neuf mois de hausse d’affilée. Selon les chiffres de la Réserve fédérale, les crédits renouvelables (essentiellement ceux contractés en payant par carte de crédit) ont augmenté en juin de 7,9% en rythme annuel, sensiblement au même rythme que les crédits non renouvelables (crédits auto et prêts étudiants principalement), en hausse de 7,6%.

    agences

    1. Ces chiffres réclament des interprétations. Que signifie par exemple l’augmentation de l’en-cours des cartes de crédit ? Que les américains sont insouciants ou qu’ils tirent le diable par le queue ?

      1. LEMONDE.FR avec AFP | 05.08.11 | 18h36 • Mis à jour le 05.08.11 | 21h35

        « Près de 46 millions d’Américains vivent grâce à des bons alimentaires

        Selon les données mensuelles de FirstData, une société de services de paiement électronique, les consommateurs américains ont financé depuis le début de l’année une part croissante de leurs achats de biens de première nécessité et d’essence par l’emprunt, à cause de la montée des prix. »

    2. Les Américains en sont au même point que de nombreux Français, le recours obligé au crédit de détresse, pas le choix, avant la plongée. Le piège absolu.

      En France, c’est par le recours au crédit que certains salariés pauvres croient pouvoir compenser le gel des salaire ou la perte de leur emploi en période d’inflation réelle mais non reconnue par le pouvoir , par des manipulations malhonnêtes du type de produits entrant dans les calculs de l’indice des prix de l’INSEE . Par exemple, la baisse du prix des ordinateurs, que tout le monde ne possède pas ou ne remplace que rarement, entre dans le calcul de l’indice des prix au même titre que la nourriture de tous les jours, alors que le tabac, justement à cause de l’augmentation exponentielle de son prix, n’y figure plus depuis longtemps . Quant au prix des carburants …

      On essaye de se désendetter et de guérir sa dépendance au crédit quand les revenus permettent de vivre jusqu’à la fin du mois.
      Quand ils ne le permettent plus, c’est la spirale infernale du crédit revolving sans acquérir le moindre équipement, rien que pour boucher les trous, causant un trou encore plus grand, d’où un second crédit revolving dont le remboursement s’ajoute à celui du premier, d’où un troisième crédit …jusqu’à ce que la banque, après s’être bien servie en pompant toujours plus d’agios, coupe finalement à l’intéressé tout accès à son compte bancaire .

      Les ménages américains pauvres , progressivement rejoints par l’ancienne classe moyenne, en sont là eux aussi .

  24. Si, si…il reste peut-être une petite chance à l’Humain….
    Lors de la faillite de l’Argentine au début des années 2000, les Argentins ont crée des monnaies entre eux, d’abord dans un quartier, puis des villes. ..
    Initialement basées sur des échanges, puis des petits biens, certaines rémunéraient le travail et étaient même imprimées…
    Les Argentins ont souffert mais ils ont eu le mérite de montrer qu’ils pouvaient se passer du « système ». Ils ont obligés les politiques à tenir compte du « peuple » .
    Et j’ai le sentiment que leur sens de la « débrouille » et de l’entraide ont évité une guerre avec les créanciers, ou des émeutes généralisées…
    Peut-être pourrons nous faire pareil?

  25. Mon Pierrot,

    de deux choses l’une,

    soit je suis devenu méga super intelligent depuis 3 semaines, à force de manger du poisson ou autre, je ne sais,

    soit vous avez fait un effort incroyable de façon à permettre au crétin que je suis -donc- toujours de commencer le début du commencement d’une compréhension de vos textes.

    Imaginez bien que je privilégie la deuxième hypothèse.

    Pas que je suis totalement de votre avis (maintenant que je comprends)… Mais un vrai grand merci.

    Bonne soirée.

    1. Idem et je trouve la comparaison avec la centrale de Fukushima réaliste et pédagogique !

      Salutations !

  26. Je crois que nos décideurs et les peuples seraient plus enclin à réfléchir sur un nouveau Bretton Woods que sur une chambre des compensations, cela rappelle qu’il n’en a pas toujours été ainsi.
    (et dire que j’ai vu un film en 3D à 6 ans et qu’aujourd’hui c’est une nouveauté et les petits cinémas s’excusent de ne pas l’avoir encore, alors que cela fait plus de 20 ans que des films en 3D existent, on est vraiment malléable).
    Bien sur en soi cela ne résout rien, ça complique un peu même avec cet or dont on ce passerai bien et les tenants du progrès (avec leurs nouvelles lunettes 3D à leurs vues) qui expliqueront que c’est dépassé.
    Mais ce sénat qui franchit les millénaires d’une Grèce à un empire, ces droits de l’homme, qui ne sont que poussière de savoir d’écolier (il faudra que je trouve d’autres exemples), des qu’on les réveilles c’est comme ci ils avaient été toujours là.

  27. Jamais vos textes n’ont atteint ce degré de limpidité. Sera-t-elle suffisante pour que des bénéficiaires du sytème évaluent que le risque de se faire sauter avec la machine devient inexorable ? Des types dans le genre du duc d’Aiguillon, du vicomte de Noailles ou de Le Guen de Kérangal !

  28. Explosition d’une bombe financière imminente?

    CNBC says US Government is bracing themselves for a S&P downgrade as early as today.

    S&P has no comment on whether credit announcement is soon regarding US.

    zero hedge

  29. @psj je voulais seulement vous feliciter , votre article est brillant et dieu sait si vous avez parfois une ecriture complexe. Mais là, cet article est lumineux

  30. L’experience CLOUD qui prouve que le rechauffement climatique n’est pas le resultat des hommes. C’est surtout les rayons cosmiques et les formations de nuages qui en sont la cause principale.

    Les resultats de cette experiences ont mis deux ans a etre publies. La sience est emminemment politique. Reportage ARTE de ce soir.

    Je suis heureux que les fables a Al gore et autres charlatans soient detruites par les scientifiques.

    1. Je ne vois pas le rapport avec le billet ci-dessus. D’où une grosse suspicion quant à l’honnêteté intellectuel du propos. Propagande ?

      Je n’ai pas vu ce documentaire, mais il est très sain qu’une chaîne comme ARTE donne la parole à des scientifiques climato-sceptiques s’ils ont des arguments. De là à sauter sur l’occasion pour traiter des milliers de scientifiques de fabulistes et de charlatans, il y a un très grand pas à franchir…

      1. Je l’ai vu hier soir , très instructif ,très étayé avec des savants en général vieux qui n’acceptent pas que l’on réfute leurs analyses, il est vrai que cela gène le dogme en cours , et pas que les écolos , mais tout les gens qui comptent profiter ou profite déja de l’industrie verte , voir meme les gens du nucléaire industrie sans rejet de C0².

      2. La terre aussi, avec son noyau de fer qui tourne sur lui-même, déclare un champ magnétique (pôle nord / pôle sud), et là aussi ce champs magnétique oscille, (les variations enregistrées par les poteries sont une des méthodes de datation en préhistoire),
        Il semblerait que peut-être lui aussi aurait un cycle, que lui-aussi serait en relation avec l’eau atmosphérique, le climat,
        Il paraîtrait qu’actuellement l’intensité du champ magnétique terrestre serait plutôt faible (peut-être que lui-aussi est influencé par les cycles magnétiques de la galaxie ou du soleil)

        « la terre cet aimant géant » documentaire France 5, 52 mimutes
        http://www.internationalnews.fr/article-inversion-des-poles-la-terre-cet-aimant-geant-documentaire-52-50113469.html

      3. @cécile

        J’ai vu ce docu sur les inversions du champ magnétique terrestre. Le Nord qui se barre en sucette ! adorable ! L’est pas belle la vie ?
        Wiki :
        http://fr.m.wikipedia.org/wiki/Inversion_du_champ_magn%C3%A9tique_terrestre

        Le champ magnétique terrestre s’inverse a un intervalle moyen de 100 000 ans environ. On ne connait pas la durée moyenne de transition. La dernière modification est peut-être survenue il y a 780 000 ans. Ce dernier changement a été nommé l’inversion Brunhes-Matuyama. Les inversions passées sont gardées en mémoire dans la polarité des roches magmatiques s’étant répandues de manière symétrique autour des rifts océaniques. En effet, ces rifts déversent de la lave à un taux relativement constant, ce qui donne de larges bandes sol océaniques dans lesquelles on peut lire la direction de ce champ. Au moins une fois durant l’histoire de la Terre, le champ magnétique a gardé une direction constante pendant 30 millions d’années.
        (…)
        Vers une nouvelle inversion ?
        Aujourd’hui, le champ géomagnétique total diminue. D’autres sources prévoient cette inversion vers les années 4000. Cette détérioration a commencé il y a approximativement 150 ans et s’est accélérée ces dernières années. Depuis, la force du champ magnétique terrestre a décru de 10 à 15 %. Cependant, personne n’est sûr que la diminution de ce champ continuera dans le futur. Comme jamais personne n’a observé ces inversions et comme le mécanisme de génération du champ magnétique n’est toujours pas bien compris, il est difficile de dire si les variations observées sont les signes d’une nouvelle inversion.

        Conséquences de cette inversion

        Phase d’inversion du champ magnétique

        Lors de l’inversion du champ magnétique, une absence totale de champ est impossible en vertu du premier principe de la thermodynamique. En effet, dans un tel cas, la quantité d’énergie jusqu’alors évacuée par le champ magnétique produirait une chaleur telle à la surface de la Terre que la majorité des espèces vivantes ne survivrait pas. Une modélisation de la NASA[2] montre que pendant cette période, l’axe du champ magnétique tourne rapidement (quelques centaines d’années) jusqu’à l’inversion totale.

        Bombardements cosmique de longues durées

        Plusieurs événements pourraient se produire lors de « bombardements cosmiques » de longue durée :

        création d’espèces nouvelles par mutation à partir d’espèces existantes. Ces dernières ne s’éteignant pas obligatoirement, et pouvant peut-être même se reproduire, durablement ou non, avec les nouvelles ;
        extinction massive de certaines espèces, bien que ce type d’anéantissement puisse également être dû à d’autres phénomènes naturels (telluriques, météorologiques, météoritiques, etc.)
        Bombardements de courtes durées

        Lors de « bombardements cosmiques » de courte durée, les phénomènes suivants pourraient être observés :

        faibles variations, différenciations, au sein d’une même espèce ;
        extinction de certaines variétés d’espèces.
        Des bombardements cosmiques d’astroparticules du type des sursauts gamma galactiques ou intergalactiques pourraient provoquer, par ionisation de l’atmosphère, une augmentation brusque de la fréquence des événements kérauniques (éclairs) et ainsi modifier (en amplitude et en fréquence) les pics des résonances de Schumann, elles-mêmes considérées comme des « thermomètres » du climat terrestre.

        Extinctions

        Il n’existe pas de corrélation entre, par exemple, les grandes crises biologiques que la vie a traversées au cours des âges et les inversions de champ magnétique [3].

      4. à Marcel
        quelque part, peut-être le lien est là, la scientifique du documentaire d’Arte, sur les nuages intervient aussi à la fin de cet autre documentaire de la RTBF:
        « Pôle magnétique, la Terre perd le nord »,
        http://www.notre-ecole.net/rtbf-pole-magnetique-la-terre-perd-le-nord/
        (dans, son intervention, il contredit le réchauffement anthropique, non pas de parce que l’homme en polluant ne perturberait pas le climat, mais parce que la galaxie est plus forte)

        Le documentaire, daté de 2005, traite du champ magnétique non pas solaire, mais terrestre, l’accélération de son oscillation, l’ accroissements de la distance de ses déplacements, la baisse d’intensité de son champ
        (-existe-t-il un rapport avec ce fait, qu’ on change d’étoile polaire, régulièrement ?
        le centre du ciel, (le ciel tourne autour de la polaire, qui montre le nord),
        et l’axe de la rotation de la terre, forme un angle
        )

        Je ne comprends pas ce que sont ses rayonnements cosmiques
        (mais, si j’ai bien compris, ils intéressent beaucoup le CEA (recherche sur l’atome) et l’ASN ou (mais protection de radiations nucléaires)

    2. Depuis quelques années, les grandes chaleurs inquiétantes de juin sont compensées par un mois d’Août pourri . Au final, ne s’agit-il pas simplement d’un déplacement des saisons dans l’année, toutes avancées d’un mois ?

    3. Dans le réchauffement, il y a convergence entre le cycle du soleil, le cycle magnétique et sans doute aussi la pollution a-t-elle un impact sur la bonne santé de l’environnement.
      Bref, tous, adeptes du réchauffement anthropique, mais aussi climato-septiques semblent dire un réchauffement, et aucun d’entre eux n’encouragent à poursuivre la pollution

  31. Une monnaie insuffisamment dévaluée compromet la compétitivité de l’économie domestique qui remboursera la dette publique et l’ensemble des emprunts en monnaie nationale. Une monnaie insuffisamment évaluée d’un pays financièrement excédentaire expose les épargnants domestiques à des pertes de change immédiates sur l’excédent des paiements courants.

    Un pays comme la Chine, créancier des USA, a donc intérêt à vendre et à prêter en yuans pour exiger ensuite d’être payée pour ses exportations et pour les remboursements des dettes de ses débiteurs dans sa propre monnaie, le yuan, même s’il est sous-évalué, plutôt qu’en monnaie de singe, un dollar incertain .

  32. Euh , j’ai bossé de nuit ..un peu fatigué ..mais au paragraphe 3 ..
    …Les États ont accru massivement leur déficit budgétaire pour soutenir la demande.
    Et émettre la dette que les banques centrales transforment en liquidités afin de dissimuler la réalité des pertes de crédit des banques aux actionnaires, épargnants et déposants…
    ou ..
    …Les États ont accru massivement leur déficit budgétaire pour soutenir la demande.
    et émettent de la dette que les banques centrales transforment en liquidités afin de dissimuler la réalité des pertes de crédit des banques aux actionnaires, épargnants et déposants…
    Super article et bàv
    alain

  33. Merci pour cette analyse très poussée et ces suggestions aussi intéressantes que pertinentes.

    Alors que cette crise de la dette d’Etats était parfaitement prévisible depuis 2008 (voire avant)pourquoi, à votre avis, une telle cécité jusqu’à ce jour ? Les Etats espéraient ils une quelconque indulgence des « financiers » ? Ceux là même qui ont tout intérêt à affaiblir les Etats, surtout les plus velléitaires en matière de régulations financières…

    Je suis assez d’accord avec « Daniel » : les banques doivent être remises à leur place. Cette place est celle du développement économique au service de l’Homme. Et elle est noble. Bien plus noble que celle qu’elles occupent aujourd’hui. H. Ford (qui ne peut pas être qualifié d’anti capitaliste primaire…) ne disait – il pas : « une entreprise qui ne produit que de l’argent est une entreprise médiocre ». Nos banques actuelles sont donc, dans leur grande majorité, des « entreprises médiocres ». Les propositions que vous faites peuvent contribuer à cette remise en place. Mais elles induisent un courage politique certain. Espérons que nos dirigeants auront ce courage car la solution de facilité nous mène tout droit au scénario du risque maximal… qui nous mène tout droit vers la fin de la société humaine telle que nous la connaissons via des guerres (et pas que économiques) et/ou des révolutions des peuples contre les Etats aussi démocratiques soient ils.

  34. Les gouv. occidentaux ont jusqu’à maintenant « réussi » à escamoter une tiers-mondialisation rampante: financer à crédit le train de vie des pays européens. Les banques centrales, et notamment la FED, ont fait le nécessaire pour mettre en oeuvre une politique économique charactérisée par des bulles. C’était le seul moyen pour cacher une évolution indésirable tout en maintenant le système tel qu’il est.
    On commence à se rendre compte aujourd’hui que cela ne marche plus. Il faudra donc revoir ces deux facteurs: trouver des moyens pour dompter la mondialisation d’une part, et de réformer le système financier d’autre part.
    Mais je doute fortement que cela se pourrait faire avec la classe politique actuellement en place.

Les commentaires sont fermés.