Flash – 13h : MAIN BASSE SUR L’ITALIE, par François Leclerc

Billet invité

Après le plongeon des bourses asiatiques enregistré à la clôture, leurs consœurs européennes ne parviennent pas à garder le nez hors de l’eau, en dépit des interventions destinées à soutenir les cours. Même Madrid et Milan redescendent après être montées. La nervosité est grande sur les marchés, à la mesure des incertitudes et de l’approche de l’ouverture de Wall Street.

Les CDS sur la dette américaine se tendent, atteignant 57,55 points de base, tandis qu’ils baissent légèrement sur la dette des pays de la zone euro. Reflétant la petite détente intervenue sur le marché obligataire après l’annonce de l’intervention de la BCE.

Cette dernière a, selon le Corriere della Sera, adressé une lettre au gouvernement italien, co-signée par Jean-Claude Trichet et son successeur Mario Draghi. Selon le journal, elle dresse la liste des mesures à prendre, leur calendrier d’application et même les décrets législatifs à adopter. Comme si la banque centrale prenait la main en Italie, avec l’exigence détaillée d’une libéralisation de l’économie, de privatisations accélérées et de réformes libérales du marché du travail. Un véritable programme de gouvernement, toujours selon le journal.

Partager :

105 réflexions sur « Flash – 13h : MAIN BASSE SUR L’ITALIE, par François Leclerc »

  1. La contrepartie de l’intervention de la BCE pour l’Italie et l’Espagne est donc un l’équivalent d’un PAS (Plan/Programme d’Ajustement Structurel), dont le FMI a le secret.

    Renseignez vous sur le net pour savoir ce quel bonheur est un PAS ; j’y vois pour ma part des méthodes de réorganisation de l’économie d’un pays selon les canons du capitalisme le plus sauvage. Renseignez vous et vous comprendrez comment un pays devient durablement assujetti (cf. une très brève description, un constat pris sur la toile, presque au hasard).

    Ce genre de constat est quasiment unanime et ne déroutera pas les lecteurs de ce blog. Le FMI lui-même ne dément pas des « formes d’échec » (cela dépend si on se place du point de des peuples ou du point de vue de  « l’élite mondialiste »), et réfléchit à des réformes des PAS, pour plus tard …

    Naturellement en zone Euro, pour la Grèce entre autres qui subit déjà l’équivalent d’un PAS, un élément de solution telle que laisser flotter sa devise ou dévaluer est interdit, mais tous les autres points contraignants sont obligatoires.

    « Les plans d’ajustement structurels

    Les plans d’ajustement structurels ont été imposés à partir des années 80 en contrepartie de 1’octroi de nouveaux prêts ou de I’échelonnement d’anciens prêts par le FMI et la Banque mondiale.
    Ce type d’ajustement a pour finalité d’assurer que le pays pourra reprendre le service de sa dette extérieure (paiement des intérêts et remboursement des prêts). L’ajustement structurel repose habituellement sur le dosage des éléments suivants : dévaluation de la monnaie nationale (afin de réduire les prix des produits exportés et de récolter des devises fortes pour rembourser la dette), hausse des taux d’intérêt (pour attirer le capital international), réduction des dépenses publiques (licenciements dans la fonction publique, réduction des budgets de santé et d’éducation, etc.), privatisations massives, réduction des subventions publiques de fonctionnement à certaines entreprises ou à certains produits, blocage des salaires (pour éviter que la dévaluation ne provoque un enchaînement inflationniste).
    Non seulement les programmes d’ajustement ont abouti à une endettement sans cesse accru, mais ils ont en outre simultanément entraîné une baisse des revenus des populations locales (suite aux licenciements, à la suppression de services publics, etc.) et une hausse des prix (suite à une TVA élevée, à la libéralisation des prix, etc…). »

    1. je suis bien d’accord avec vous. Ce que je n’arrive pas à comprendre, c’est que, apparemment, personne (parmi les politiques de gauche , je pense à la tendance Mélenchon ou Montebourg), n’intente une action contre Trichet et la BCE pour non respect des traités. Même au niveau des états, il serait surprenant qu’ils soient tous d’accord (je pense à la finlande, pays -bas, autriche, et même la pologne bien qu’elle ne fasse pas partie de la zone « euro »). les gros pays de la zone euro imposent-ils ces déviances aux petits ? avec quels arguments ? Que fait le parlement euopeen ? C’est vraiment la fin de la démocratie ?

      1. En tout cas « ils » semblent eux-même ne pas respecter un traité qu’ils ont pourtant imposé contre la volonté du peuple… C’est vrai que je ne comprends pas non plus pourquoi on n’en entend pas plus parler que ça…

  2. Devant l’entrée du siège social de sa banque, un trader gare sa Porsche Panamera (Turbo!) flambant neuve, histoire de frimer devant ses collègues.
    Comme il commence à sortir de sa voiture un camion, à toute allure, passe si près qu’il arrache la porte ! Puis disparait aussi vite.
    Le trader se rue sur son portable et appelle la police.
    Cinq minutes après les flics sont là. Avant même qu’un des policiers n’ait pu poser la moindre question, le trader commence à hurler : « Ma Panamera, ma superbe Turbo est foutue. Quoi que fassent les carrossiers,ce ne sera plus jamais la même ! Elle est foutue, elle est foutue ! »
    Quand il semble avoir enfin fini sa crise, le policier hoche la tête avec dégoût et dit : « C’est absolument incroyable à quel point, vous autres banquiers, vous êtes matérialistes ! Vous êtes si concentrés sur vos biens que nous ne pensez à rien d’autre dans la vie. »
    « Comment pouvez-vous dire une chose pareille à un moment pareil ? » sanglote alors le propriétaire de la Porsche.
    Le policier répond: « Vous n’avez même pas conscience que votre avant-bras droit a été arraché quand le camion vous a heurté. »
    Le banquier regarde son bras avec horreur.
    « PU…T..AIN !!! »
    Ma Rolex ?!!!!..

  3. La zizanie continue:
    Finish PM Katainen says no two countries can make Euro decision on behalf of others.

    Les British dans la visée des marchés et agences(enfin).
    Market talk that UK’s sovereign outlook will be revised if the BoE cuts its growth forecast in its quarterly inflation report on Wednesday.

  4. Ecoutez donc cette magnifique chanson (voir lien) de François Béranger écrite vers 1999. Il avait tout compris le brave.
    Oui, François, c’était bien vu, « En avant… pour le grand bon en arrière ».

    Béranger tu es mort trop tôt, mais au moins cela t’aura épargné de voir la déconfiture des acquis sociaux.

    http://www.youtube.com/watch?v=B5uO0OGczd0

    1. A 13H les banques italiennes remontaient ( la BCE dictant sa loi sur l’Italie) alors que la Soc Gen chutait , mais à 17H30, les trois banques chutaient de concert car le « remède » n’avait convaincu personne . A propos de remède, ces plans d’austérité sur les peuples sont comme la saignée systématique appliquée par les médecins de Molière, affaiblissant encore plus le malade jusqu’à le tuer .

    1. Il est bien le jeune Canfin, il me semble qu’il fait partie de ceux qui réfléchissent et qui travaillent au Parl. Européen.

    2. L’article écrit par ces deux petits hommes verts est bien dans le style de ce parti : anti-démocratique.
      Voici en effet la solution qu’ils préconisent :

      « D’autre part, il faut créer des mécanismes de transmission directe entre la banque centrale et un pôle financier directement chargé de financer les investissements utiles socialement et écologiquement. Dotés d’un accès privilégié au financement, ce pôle financier pourra prêter à des taux faibles, ce qui accroit la rentabilité économique de ces investissements utiles. En Europe, ce bras armé peut être la Banque européenne d’investissement.  »

      Un « pôle financier » capable de prendre des décisions motivées publiquement, et responsable politiquement, est un Gouvernement d’un Etat démocratique. Pour qu’il puisse agir, il faut restaurer la République, c’est à dire restaurer la responsabilité du Gouvernement devant le Parlement et la responsabilité du Parlement devant les électeurs, en réformant le financement des partis qui met les députés dans la main des apparatchiks.
      Et il faut, bien sûr, que l’Etat reprenne le contrôle de la monnaie nationale. Et bien d’autres réformes encore !

      Pourquoi des Verts ne peuvent-ils l’admettre ? Tout simplement parce que, comme d’autres groupes qui se veulent « de gauche », ils sont résolument partisans de la supra-nationalité. Or la démocratie ne peut être -à vue humaine- que nationale. Le débat politique suppose en effet une communauté de culture politique et une solidarité qui n’existent qu’au niveau de la Nation (la Belgique le démontre par l’absurde).

      L’Union européenne est dictatoriale et ne peut que l’être, puisqu’elle a été conçue contre les nations, et utilisée pour supprimer la responsabilité politique. Les classes dominantes, constatant que la démocratie était bien installée au niveau national, ont promu l’Union européenne pour imposer leur pouvoir par-dessus les Gouvernements nationaux. C’était bien vu et cela a bien marché.

      Cette crise ne sera pas la fin du monde, mais elle offre l’occasion de mettre fin à l’Union européenne et de reconstruire des démocraties nationales. Après, les Etats redevenus souverains pourront conclure des accords, mais il faut d’abord supprimer une organisation nocive, qui ruine les pays d’Europe et accroît les tensions entre eux, ainsi que dans chacune des sociétés nationales.

      Puisque ce blog est économique, et puisqu’il y a urgence dans la zone euro, le bon sens commande de revenir au SME qu’il n’aurait pas fallu supprimer.

  5. « Selon le journal, elle dresse la liste des mesures à prendre, leur calendrier d’application et même les décrets législatifs à adopter. Comme si la banque centrale prenait la main en Italie, avec l’exigence détaillée d’une libéralisation de l’économie, de privatisations accélérées et de réformes libérales du marché du travail. Un véritable programme de gouvernement, toujours selon le journal. »

    Heureusement que l’on défend notre démocratie en Afghanistan (72 tués au dernier pointage), car pour ce qui est de la défendre chez nous !…

  6. Sauver les financiers en appliquant à tour de bras des plans d’austérité aux peuples jusqu’à ce qu’ils en meurent, à force de privations ou en se révoltant .
    Le progrès, c’est le retour à la médecine du XVIIe siècle :

    On saigne à peu près pour n’importe quel motif. Du nourrisson au vieillard, chacun subit la douloureuse épreuve sans protester : qui oserait contester le savoir d’un prestigieux docteur, issu des rangs de la faculté ?

    La saignée vient à bout de bien des maux croit-on : elle facilite la percée dentaire du nouveau-né, adoucit la grossesse des femmes enceintes et rend l’accouchement moins douloureux. La duchesse de Bourbon, fille de Louis XIV, attrape la vérole, l’une des plus terribles maladies d’autrefois. On la saigne à quatre reprises.

    Le marquis de Sourches raconte le plus sérieusement du monde qu’un courtisan de Versailles accourt au passage du roi. Il est tant ému qu’en s’inclinant pour la révérence, il heurte violemment le coude de son voisin. Un flot de sang volumineux s’échappe du nez blessé. Le médecin que l’on appelle aussitôt prescrit pour soigner le traumatisme…une saignée !!!

    Quand on ne saigne pas, on purge. Quoique différent, le remède est tout aussi désagréable à endurer. Il s’agit d’introduire à l’aide d’une énorme seringue une grande quantité d’eau aromatisée dans le corps du patient par le postérieur. Le liquide injecté doit, pense-t-on, nettoyer les entrailles et permettre l’évacuation rapide des « mauvaises humeurs » responsables d’une douleur à l’estomac, d’un désordre intestinal, d’une digestion difficile. Le roi lui-même ne peut échapper aux purges quotidiennes (Jusqu’à dix huit en une seule journée !!!) que lui administre son médecin personnel Fagon.

    Actuellement, le remède préconisé par nos charlatans est la saignée plus la purge .

    Voilà de quoi généraliser dans le monde des rassemblements d’indignés « Puerta del sol » pour aboutir à la création d’assemblées constituantes à la 1789 . Merci de nous avoir fourni ce matin sur le forum le lien de la pétition Appel du 20 juin 2011 pour la création d’une Assemblée Constituante http://www.convergencedesluttes.fr/petitions/index.php?petition=14

  7. Le silence de Johannes Finchk devient assourdissant,pourtant il avait bien avance que la Bce
    Mangerait de la. Dette sauce Paella et bolognaise.

  8. J’ai déjà acheté un bout de l’Acropole, un morceau de Coufoue, maintenant je vais me retrouver avec le Colisée et la Sicile. Il est bien gentil JC Trichet, mais que voulez vous que je fasse avec tout cela….

  9. Si la même chose devait se passer pour la Belgique, la BCE devra alors se mêler du débat interne à la Belgique car comme l’a rappelé un président de parti flamand hier, la scission d’un arrondissement électoral est plus important que l’avenir de l’économie belge et mondiale. Autrement dit le programme d’austérité devra donc ne s’imposer qu’à la communauté la plus pauvre du pays.

Les commentaires sont fermés.