L’EUROPE À DEUX DOIGTS DU DÉSASTRE, par Alexandre Letourneau

Billet invité

Ce qui se joue actuellement n’est plus ni moins que l’avenir de l’Europe. Ce que la plupart des gens ignorent, c’est que son destin est lié à celui de la France. En effet, afin de contenir les flots de ventes des obligations de pays en difficulté tels que l’Italie, la Grèce, l’Espagne et l’Irlande, l’Europe a mis en place le FESF (fonds européen de stabilité financière). Son but est de racheter les obligations des pays européens en difficulté. Très vite, le fonds a connu ses premières difficultés : initialement prévu pour 440 milliards d’euros, il a vu sa taille fondre à 255 milliards. En effet, seuls les pays ayant une notation triple A ont eu le droit de se porter garants (la France, l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas, le Luxembourg et la Finlande). Le 11 mars 2011, sous la pression des marchés financiers, les États ont décidé d’augmenter la taille effective jusqu’à 440 milliards poussant l’Allemagne et la France à faire le grand écart. Hélas, 440 milliards, c’est à peine suffisant pour aider la Grèce. En cas de contagion de la crise à l’Espagne ou à l’Italie, le FESF est dans l’incapacité de faire quoi que ce soit.

Dans les faits, la France et l’Allemagne sont les principaux contributeurs au FESF (la contribution étant calculée en fonction de la quote-part dans la banque centrale européenne). Son principe est celui d’un montage financier qui consiste à permettre à des emprunteurs en situation de défaut de paiement de « redorer » leur signature en mutualisant le risque. Cela ne résout en rien le problème de la dette mais permet de gagner du temps. À ce jour, le FESF est la dernière carte à jouer de l’Europe.

Je rappelle souvent que le FESF prend naissance dans un paradoxe idéologique des politiciens. D’un côté, ces derniers crient à ceux qui veulent l’entendre que les marchés « ont toujours raison », qu’ils ont une capacité de s’autoréguler et que rien ne doit entraver la formation du prix (entre l’offre et la demande). Ces seules affirmations justifient aux yeux des gouvernements les mesures de libéralisation que nous connaissons depuis des décennies. D’un autre côté, les mêmes affirment que les marchés ne comprennent rien aux problèmes de la dette, qu’ils sont incapables de s’autoréguler et donc qu’il faut intervenir massivement (à coup de 1.000 milliards via les banques centrales, le FESF, etc.) pour corriger les excès de ces derniers qui menacent s’effondrer. Voilà le signe flagrant qu’à ce jour, il y a non seulement une défaillance politique mais également une grave incohérence idéologique.

Mais outre des problèmes d’utilité et d’efficacité, le FESF possède un énorme point faible : il est lié à la note souveraine de la France. Si une agence de notation avait l’idée de dégrader d’un seul cran la note de la France et que celle-ci décide de se retirer du fonds, alors le FESF reposerait essentiellement sur l’Allemagne et l’Europe volerait automatiquement en éclat puisque des pays comme la Grèce se retrouveraient « sans couverture ». Cela provoquerait un véritable chaos financier qui se propagerait dans la journée même à l’Italie, l’Espagne, le Portugal et même la France. Même si la France décidait de rester dans le fonds, la notation de celui-ci (actuellement triple A) serait affectée, renchérissant ses conditions de financement. Cruel dilemme.

D’ailleurs, cette dernière commence à susciter l’inquiétude. La croissance de la France s’enlise et la dette s’approche dangereusement des 100 % du PIB. Une fois de plus, le budget totalement surréaliste basé sur une croissance de 2.5 % (revu à 2 %) va être déficitaire…

Attirés par l’odeur du sang, les spéculateurs s’en prennent à présent à la France. En effet, le CDS sur la dette française est en passe de s’envoler atteignant des plus hauts historiques.

Ainsi, à travers les faiblesses de la France, l’Europe se retrouve sans défense avec le pistolet des agences de notation pointé sur la tempe.

Un seul tir sur la France et c’est l’Europe qui vole en éclat.

Partager :

294 réflexions sur « L’EUROPE À DEUX DOIGTS DU DÉSASTRE, par Alexandre Letourneau »

  1. Breaking news 2: 23.13

    Les ventes à découvert des valeurs financières interdites pour 15 jours en France.

    L’Autorité des marchés financiers (AMF), le gendarme boursier français, a interdit les ventes à découvert des valeurs financières cotées en France pour une durée de 15 jours, a annoncé à l’AFP, son président Jean-Pierre Jouyet.
    « Nous avons décidé d’interdire (…) les ventes à découvert sur les actions de onze banques et assurances cotées sur le marché français, cela pour une durée de 15 jours », a déclaré M. Jouyet.

    afp

    idem Belgique/Italie/Espagne à confirmer plus tard

    1. Bien sûr c’est pas normal, les amplitudes sont trop fortes pour refléter des réalités, un mot n’arrête pas de me trotter en tête, insistant comme un mal de de dents : « psychopompe », le système est devenu psychopompe.
      Mais qui est le passeur ?

  2. Reuters – Le régulateur européen des marchés financiers a annoncé jeudi l’interdiction des ventes à découvert en Belgique, en France, en Italie et en Espagne à partir du vendredi 12 août.

    Merci, Monsieur Paul Jorion.

  3. Lu sur le Forum de boursorama:

    Posté par jtchoung ( moneymaker ) · boursomarquer · ignorer
    La Suite de L’histoire A LIRE important
    Hier à 01:15

    Aujourd’hui les marchés font du chantage à la bce pour qu’elle rachète leurs obligations d’Etat en faillite (Grèce, Italie et autres…)

    Si la Bce ne rachète pas, les marchés font tout péter

    La suite est très simple,

    Tous les détenteurs d’obligations grecques vont vouloir s’en débarraser, et la bce aura l’obligation de tout racheté.

    Une fois que les détenteurs privés d’obligations grecques auront tout refourgué à la bce, ils pourront faire sauter la grèce, sachant que pendant qu’ils cherchent à revendre leur obligations, ils achètent des CDS sur la grèce.

    Avec l’argent récupéré du fait de la vente des obligations grecques à la bce, Les investisseurs cherchent des placements autres qu’européens, ils achètent des obligations américaines et achètent de l’or, tout sauf des obligs européennes.

    C’est pourquoi les taux des obligs américaines n’ont fait que baisser et que l’or n’arrete pas d’éclater des records tous les jours

    Donc d’un coté ils couvrent leur investissement en refourgant leurs oblig et d’un autre ils touchent le jackpot grâce aux CDS.

    La suite:

    La grèce fait offciellement faillite, suivent chypre, la belgique, le portugal, la poglogne, l’espagne…

    Ces pays en commençant par la grèce, se disent que comme c’est la bce qui est devenu leur premier créancier, ils peuvent sortir tranquillement de l’euro et de l’europe pour reprendre leur souveraineté.

    Des pays suivront l’exemple de la grèce

    L’europe craque de toute part, c’est la fin de l’europe

    La défiance est telle sur les marchés que plus personne ne se fait confiance, les taux explosent.

    Les taux sont répercutés à l’économie réelle,

    Les ménages doivent emprunter à 7% sur 15 ans pour financer leur achat immobilier.

    Les prix de l’immobilier chutent

    Les personnes qui avaient des prêts immo à taux variables sont étranglés par le poids des échéances (ca ne vous rappelle rien ?)

    Des décisions très claires doivent être prises:

    Fin de l’Europe …
    C’est un scénario très sombre mais je ne crains qu’on s’y dirige à grand pas

    Nous sommes actuellement en train de vivre des moments historiques je pense…

    A suivre

    1. 7% sur 15 ans ? Il y a eu pire en France, à la fin des années 80 : les prêts « aidés » par l’Etat , dits prêts PAP , sortes de « subprime » à la française pour les familles à faible quotient familial , des prêts sans apport initial avec des taux entre 12 et 14% sur 20 ans . Le piège était grossier mais j’ai eu la naïveté de m’y laisser prendre car les mensualités de départ étaient à peine supérieures à mon loyer et augmentaient de 4% chaque année jusqu’à la fin . Comme, avec l’inflation, les salaires augmentaient alors systématiquement , depuis des années, de plus de 5% par an ( parfois même de 8%), je ne me suis pas méfiée .
      Mes faibles revenus d’alors avec mes charges de famille me donnaient « droit  » à ces prêts « aidés » PAP, prêts aidés par l’Etat, présentés alors comme une mesure sociale aidant les familles à accéder à la propriété et à relancer la construction : on m’a même donné l’ argument touchant que la construction de ma petite maison allait payer les salaires de quatre personnes pendant une année.

      Hélas, il y eut presque aussitôt après le blocage des salaires et des milliers de propriétaires PAP surendettés-expulsés qui ont dû continuer à rembourser pendant 20 ans, même redevenus locataires après que leur maison ait été saisie ( frais d’huissier à chaque rappel) et bradée aux enchères au tiers de son prix à des amis du banquier .

      Je ne m’en suis sortie qu’en louant ma chambre et celle d’un de mes enfants à des étudiants pendant une dizaine d’années, c’est à dire jusqu’à ce que les taux baissent et qu’il s’écoule encore quelques années avant que les bénéficiaires de prêts aidés ( non renégociables car « aidés »par l’Etat , nous disait-on ) puissent trouver une autre banque qui leur permette de les racheter avec un taux supportable de 6% ( pas 12 ou 14, ouf ) et des mensualités fixes jusqu’à la fin. Une longue galère qui s’est bien terminée . Hélas les enfants étaient déjà partis quand ils auraient pu récupérer une chambre personnelle .

      Pendant combien de temps encore des gouvernements censés représenter le peuple qui les a élus continueront-ils de duper les pauvres et de démolir des familles pendant deux décennies afin d’ enrichir la poignée de gros spéculateurs et de banquiers qui a financé leur campagne ?

      1. Vaut-il mieux être « propriétaire »avec un crédit (même mathématiquement non remboursable), plutôt que locataire, au moment ou tout fout le camp?

        MAIS OU PASSE DONC TOUT CET ARGENT QUE L’ON DONNE A L’ÉTAT ?
        IL N’Y A RIEN DE CONCRET.
        TOUT EST PRIVATISE ET DÉJÀ PAYANT, ALORS, A QUOI SERVENT NOS IMPÔTS, LES TAXES SUR TOUT?
        LE BUDGET DE L’ÉTAT EST FAKE !?
        CALCULEZ EN MOYENNE CE QUE DONNENT LES 60000000 DE FRANLANDAIS, EN PESOS TOUT LES ANS (TVA INCLUSE, TIPP, ETC)
        ET VOUS COMPRENDREZ QUE L’ÉTAT EST L’UN DES PLUS GROS ACTIONNAIRES, AVEC RECAVE ILLIMITÉE DANS LA POCHE DU CONTRIBUABLE.

        « TO BIG TO FAIL », NON!
        « CONÇUS GRAND POUR NE PAS ECHOUER », OUI (j’ai quelques lacunes en anglais) « made big to not to fail? »

  4. J’ai cru à une blague, mais non je suis allé voir et ça a l’air de se confirmer . J’en suis le premier étonné. Je trouve ça trop beau pour être vrai.

    Ceci étant dit : Bravo M. Jorion !

    « Les ventes à découvert interdites dans quatre pays européens
    PARIS (Reuters) – Le régulateur européen des marchés financiers (ESMA) a annoncé jeudi l’interdiction des ventes à découvert en Belgique, en France, en Italie et en Espagne à partir du vendredi 12 août. »
    http://www.combourse.com/News/Les_ventes_a_decouvert_interdites_dans_quatre_pays_europeens__940349.html

    http://www.rss-actualite.fr/bourse-cac40.php
    http://www.boursier.com/actualites/reuters/interdiction-des-ventes-a-decouvert-en-belgique-france-italie-92411.html

  5. conclusion :
    U.K.S.A. = united Kingdom state of america
    U.S.K.A. = united state kingdom of america

    =

    Union Still (to) Keep Away

  6. Le rebond dû aux démentis va faire psiiiiiiicht, si en fait de rumeurs, ce sont les quelques 15000 milliards de dollars d’actifs pourris qui restent dans le monde qui commencent à partir en fumée. Dans ce cas des « gogos » vont se faire avoir.

    1. Comment peut-on tomber sur 0,0% ? C’est totalement improbable d’obtenir le même PIB sur deux trimestres de suite avec cette précision là…

      1. on est au dixième près…sans oublier qu’il y aura publication de correction au trimestre suivant…correction qui est habituellement de l’ordre de 0.1 à 0.2 points…sauf cas extrême comme aux USA pour le premier trimestre…mais je ne trouve pas ce chiffre étonnant vu la production manufacturière et le niveau des dépenses de consommation, sans parler de la balance commerciale…

      2. et dans l’absolu, les décideurs se contrefichent du niveau du PIB, ce qu’ils veulent connaître, c’est son évolution de trimestre en trimestre, d’année en année…

    1. Ce qui me déplait dans cet article, c’est de tenter d’influencer le lecteur en disant une partie de la vérité pour lui faire accepter plus facilement les futurs plans de rigueur.

      Oui, la dette de la France ne cesse de se creuser depuis 1974 sans que l’alternance de gouvernance y puisse quelque chose. Mais ce que l’article ne dit pas c’est que la loi Pompidou de 1973 (dite loi Rothschild) sur la banque de France en est la cause principale.
      L’auteur de l’article se garde bien également de remettre en cause le modèle libre-échangiste de l’Union Européenne et la mise en place de la monnaie unique.

      Au vu des commentaires, les moutons se sont déjà fait à l’idée d’être tondus une fois de plus. Déplorable !

  7. Parti pêcher/ Ido a pescar/ gone fisching/ vado a pesca/ пошла рыбалка

  8. il faut saigner les spéculateurs, ils ne prennent pas vraiment de risques et sont le poison de la finance.

  9. Jolis commentaires, mais creux pour la plupart.Une espèce de soupe à la grimace,froide et amère vous sera bientôt servie. Pour flinguer les commentaires sur l’immobilier, il est bien naif de croire que le pays sera sauvé de la faillite en faisant uniquement le commerce de montagnes de pierres dotées de fenêtres et de portes.Des bruits courent déjà que l’effondrement en la matière sera de 30 à 40 % dans les 5 ans; mais chutt, ne pas l’ébruiter afin de plumer encore quelques centaines de milliers d’abrutis.La grand messe aura bientôt lieu quand l’état, contraint de ne plus pouvoir emprunter ne pourra plus financer, CAF,Assédics,retraites, social, fonctionnaires……un avant goût en 2006, avec en perspective la guerre civile.Pour mettre aux pas tous les économistes en culottes courtes sachez que l’effondrement du communisme en URSS devait inéluctablement entrainer celle du capitalisme; l’un existant et se justifiant par rapport aux autres.Comptez sur les USA et la CHINE pour nous donner le coup de grâce.J’imagine les tronches devant les PC.Tout ceci dans une perspective d’une 3 ém guerre mondiale.La aussi comptez sur les USA qui selon leur habitude, afin de sauver leurs intérêts attaquerons l’IRAN, soutenu par la CHINE et la RUSSIE.Bonne nuit.

Les commentaires sont fermés.