CERCLE D’ÉPISTÉMOLOGIE ÉCONOMIQUE, jeudi 13 octobre de 18h00 à 20h00

UNIVERSITE DE PARIS I – PANTHEON SORBONNE

Maison des Sciences Économiques dans la salle du 6e étage
106-112 bd de l’Hôpital, 75013 Paris.
(Métro : Campo-Formio ou Place d’Italie. Autobus : 57, 67, 27, 83 et 47)

Paul JORION traitera le thème suivant : “Pourquoi la science économique n’a pas eu lieu ”

Je ferai également à Paris deux exposés le vendredi 14 mais qui sont malheureusement « à guichets fermés » : dans le cadre des « Hautes études européennes » de l’ENA le matin et d’un séminaire conjoint de l’Académie Diplomatique Internationale (ADI) et de la Revue Politique et Parlementaire (RPP), l’après-midi.

Partager :

10 réflexions sur « CERCLE D’ÉPISTÉMOLOGIE ÉCONOMIQUE, jeudi 13 octobre de 18h00 à 20h00 »

  1. Je ne suis pas salarié. Aucune université n’a voulu de moi depuis mon retour des États-Unis. Je pense que mes propos dérangent le monde académique, mais les choses peuvent évoluer !

    Elles sont déjà en train d’évoluer, apparemment ! 🙂

  2. Excellent sujet monsieur Jorion !

    Relisant les écrits de J.B Say, selon qui les produits ouvrent des débouchés aux produits, on est d’emblée dans une situation doctrinaire déniant le fait que quelque chose pourrait « coincer ».

  3. Pourquoi ?
    Parce que une économie basé sur des écritures comptable alors même que la comptabilité est l’art érigé pour maquiller, cacher ou dissimuler la réalité avec les vêtements du sérieux mathématiques ne peut qu’échouer car le postulat de départ est d accepter la malhonnêteté du procédé de fausse complexification à dessein de pouvoir s’en servir sciemment entre « happy few » donc baignant le dans secret des dieux (justifiant au passage la position hiérarchique, qui n’est plus que parasitaire car l’on est devenu faussement indispensable par l’opacité du systeme que l’on a mis en place, exemple: Enron).

    1. Diogène de…@
      « la comptabilité est l’art érigé pour maquiller,…. »
      Luca Paccioli: « De divinis proportionae » premier traité publié de comptabilité en partie double.
      L’idée maîtresse de l’époque est l’existence de règles régissant l’harmonie dans la structure d’une activité commerciale.
      Le lien avec les règles d’harmonique en musique, les canons de la beauté grecque en sculpture ou le nombre d’or en architecture est patent.
      Ouvrez les yeux et regardez dans quel un monde nous vivons: la musique est dis-harmonique (pour ne pas dire dissonante), la sculpture est représentative d’horreur, l’architecture vise à surprendre par le déséquilibre des masses…..
      Vous vous étonnez après que des financiers inventent des montages qui sont ubuesques et que la comptabilité s’y adapte ?
      Moi pas !

  4. les « trous noirs » absorbent tout : même les infos les concernant !!
    Présent au coeur des activités des Forums sociaux mondiaux, TJN publie une liste exclusive du « secret financier 2011 » que présente Mémoire des luttes. On découvrira que les trous noirs de la finance internationale ne se situent pas tous dans les mers lointaines…
    http://www.medelu.org/Paradis-fiscaux-et-secret

Les commentaires sont fermés.