CE QU’IL FAUT POUR QUE ÇA CHANGE

Ce texte est un « article presslib’ » (*)

C’est Jean-Claude Michéa qui a fait remarquer que pour qu’une aspiration aux valeurs de la démocratie moderne émerge en Europe, il a fallu que les guerres de religion se transforment en un tel fléau qu’elles soulèvent dans les populations un sentiment d’écœurement généralisé.

Comment réagissaient les gens avant que le stade de l’écœurement ne soit atteint ? Certains commentateurs ici et ailleurs depuis quatre ans nous en offrent d’excellentes illustrations : 1) la conviction qu’il y a certainement moyen de s’en sortir à titre individuel (voire même de faire un peu d’argent ?) : “Monsieur Jorion – entre nous – dois-je acheter de l’or, pour protéger mes – ô combien modestes ! – économies ?” ; 2) la conviction que cela ne me concerne pas moi directement : “Quand ils sont venus chercher les communistes, comme je n’étais pas communiste, je n’ai rien dit…”

Nous sommes plus ou moins sensibles à l’écœurement. Pour les pires d’entre nous, il n’intervient pas avant que ne soit atteinte la chute du petit poème de Martin Niemöller : “Et quand ils sont venus me chercher, il n’y avait plus personne pour rien dire”. Il faut noter qu’arrivé à ce stade-là, même les moins ouverts à l’empathie d’entre nous finissent par comprendre.

Une fenêtre s’est ouverte à la chute de Lehman Brothers – dont le discours de Toulon fut un symptôme. On l’a alors, en haut-lieu, laissée se refermer, pour se contenter de tentatives navrantes (et d’une certaine manière aussi, désopilantes) de reconstruction à l’identique du système à l’agonie. Il ne restait dès lors plus au changement que l’option de l’écœurement, qu’on finirait bien par atteindre un jour.

Aussi, quand on entend aujourd’hui percer l’écœurement dans certains propos de Messieurs Samaras en Grèce et Monti en Italie, on ne peut s’empêcher de penser qu’il s’agit là de petits signes très prometteurs.

(*) Un « article presslib’ » est libre de reproduction numérique en tout ou en partie à condition que le présent alinéa soit reproduit à sa suite. Paul Jorion est un « journaliste presslib’ » qui vit exclusivement de ses droits d’auteurs et de vos contributions. Il pourra continuer d’écrire comme il le fait aujourd’hui tant que vous l’y aiderez. Votre soutien peut s’exprimer ici.

Partager :

332 réflexions sur « CE QU’IL FAUT POUR QUE ÇA CHANGE »

  1. “Il faut noter qu’arrivé à ce stade-là, même les moins ouverts à l’empathie d’entre nous finissent par comprendre.”

    Je crains que ce ne soit pas nécessairement le cas.
    A ce moment là, on cherche une explication. Une victime expiatoire.
    Les boucs-émissaires servent à cela.

  2. Je n’ai pas lu Michéa, mais enfin aux guerres de religion succède l’absolutisme, et certainement pas l’aspiration à la démocratie. La démocratie ne s’insinue que sur l’échec de l’absolutisme et s’installe comme moindre mal. La démocratie est système par défaut : elle n’a jamais été nulle part une aspiration.

    1. La démocratie est système par défaut : elle n’a jamais été nulle part une aspiration.

      En êtes-vous certain ?
      La démocratie des maîtres n’a-t-elle jamais existé et n’existe-t-elle pas encore pour les plus riches et les plus puissants ?

      1. Je pensais aussi que la démocratie n’a existé qu’avec de l’esclavage virtuel (kw) ou physique …mais en lisant “identité de la france ” de Braudel , on peut aussi dire que la société pré-industrielle , avec sa structure parcellisée optimisée (village/bourgs /villes) …peut etre qualifiée de démocratique (les capétiens n’ont jamais pu lever d’impots sans émeutes ) …meme si un système centralisé linéaire parasitait le système morcelé .

      1. Non, Bernard (voyez, je fais de terribles efforts quant à votre prénom : c’est zorro qui va en être jaloux …).

  3. @Vigneron :
    J’ai le disque dur plusmou que le tien , Les chiffres des stocks de sécurité ne semblent pas facile d’acces …..mais :
    /////Le max de la « montagne de beurre européen » des stocks d’intervention c’est 86 avec 1,2 millions de tonnes, liquidés grâce aux quotas laitiers. En 2010 les stocks étaient de 100 000 tonnes soit trois semaines de conso européenne.
    Sur le blé, la France stocke 2 à 3 millions de tonnes, soit plus de deux mois de conso nationale, aliment pour bétail compris (60%), //////
    ne me rassure pas tant que ça !
    on est passé de 1, 2 millions de tonnes à 0,1 … donc 3 semaine de beurre et ……2mois de conso de blé (y compris les poules /a rajouter ou a enlever ?)
    Me voilà qd meme soulagé car je n’ai pas de vache et pas assez de place pour faire mon blé .
    Plus de problème , les gens ! vous avez 2 mois de réserves ….sauf qu’il faut les distribuer (les tickets sont imprimés ?) ,faut que ça arrive carrouf et faut y aller a carrouf …faut aussi aimer les queues (non , non , pas de ça chez nous !) .. et puis du blé au beurre , ça lasse tres vite ..Something else ?
    Comme je l’ai dit , les “fusibles” du système sont placés en série (pour ceusse qu’ont des notions d’élec) et pas en parrallele . Et c’est LA , le problème des système centralisés .
    En fait, ce que je cherche a montrer c’est notre dépendance a la croyance du système actuel en sa fiabilité et sa pérénité . Les stocks sont traités en “dynamique” , stocks zero , 1,5 jours chez Lebler car stock ds les camions et les cargos …car la machine ne peut pas s’arreter !
    Et pour ne pas qu’elle stoppe , on dépensera les 2/3 de l’énergie qui nous reste en “cout de fonctionnement”.

    1. C’est bien pour cette raison, qu’il faut re-localiser la production.
      Abandonner cette agriculture intensive destructrice des sols et de l’éco-système, de plus dépendante et consommatrice de pétrole.
      Seule un agriculture paysanne peut permettre le renouveau…
      Au fond ce n’est qu’une application concrète de la “redistribution” des richesses…

      1. A mon humble avis : NON !
        Ce renouveau passera immanquablement par une période de chaos, pour ceux qui n’auront su ou pu se préparer…
        Et cette vison ne m’enchante guère.

    2. on dépensera les 2/3 de l’énergie qui nous reste en « cout de fonctionnement ».

      faux problème , le phare du monde nous a dit aujourd’hui qu’il a la solution : du nucléaire, toujours plus de nucléaire

      pour l’indépendance de la france ( car savez-vous que le niger est un département français ………………………….

  4. l’indignation ne suffit pas, ce qu’il faut c’est des alternatives et des gens pour les porter. Des politiques en somme, des vrais.

Les commentaires sont fermés.