467 réflexions sur « LE TEMPS QU’IL FAIT, LE 10 FÉVRIER 2012 »

  1. « L’intérêt de l’aticle réside dans les commentaires… »
    On est d’accord ( le figaro …)
    Mais quel journal est encore digne d’intérêt ?
    Au point de vue  » commentaires » ?
    J’ai dit  » journal » pas blog

  2. N’étant ni économiste, ni un spécialiste financier, il y a un truc qui me chiffonne depuis pas mal de temps… et peut-être que certains pourraient m’éclairer….

    Pourquoi la Grèce ne déclare-t-elle pas officiellement au monde entier ceci….?

    « Chers amis investisseurs,

    Après avoir pesé le pour et le contre, nous en sommes arrivés à la conclusion que le problème de la dette était derrière nous…. car nous n’allons pas la rembourser…. rien, nib, woualou… c’est fini… on circule…

    Deux bonnes nouvelles!!!

    1/ Suivant l’adage qui dit… « Qui paye ses dettes s’enrichit »…. nous sommes fiers de vous annoncer que nous sommes de nouveau …. riches… Zéro dette… C’est pas beau ça….

    Et 2/ Qu’étant de nouveau dans le vert et n’allant pas tarder de ce fait à retrouver notre Triple A (Ha Ha Ha!!!), nous sommes prêts à accueillir les fonds de ceux qui ne savent pas quoi en faire (« le taux…? Oh, je ne sais pas… mais bas, très bas le taux… »)…. Alors certes, ça ne sera pas la martingale mais vous aurez la certitude que votre argent ne risquera plus rien… Zéro dette…

    Pour tout ceux qui se plaindraient du manque à gagner que notre décision entrainera, je tiens à rajouter qu’ils ne faut pas qu’ils s’inquiètent…. étant donné qu’un de leurs plus grands bonheurs sur terre est « de faire de l’argent », passé la première décharge, le premier dépit… il est certain qu’ils reprendront du poil de la bête et repartiront de plus belle avec une véritable motivation… toute belle, toute neuve… un moral et une foi en béton armé…

    Bonne continuation à tous et n’hésitez pas à venir dans notre beau pays où la population vous accueillera le sourire aux lèvres et la joie retrouvée….

    Vive la Grèce et vive l’Europe…

    signé… Un peuple heureux »

    Voilà, je ne comprends pas pourquoi, étant donné que les prêts sont plus chers car assurés…. La Grèce ne décide-t-elle pas de ne pas rembourser et de se refaire une belle virginité financière…
    Qu’est-ce qui se passerait…? Les casques bleus entreraient dans Athènes pour prendre possession des lieux…?

    Tous les pays d’Europe devraient faire la même chose… « Nous déclarons que les pays de la zone euro n’ont plus de dette souveraine… »… ça compenserait la planche à billet américaine…

    Et puis quitte à prendre la décision de ne pas rembourser, moi, personnellement… j’emprunterais à tout va, à n’importe quel taux… (Combien…? Vous me prêtez à 38 %…? Ok, je prends…)… tout ce que je peux… sur tous les marchés…. afin de me constituer une petite cagnotte bien ronde, histoire d’avoir 3 ou 4 années devant moi pour réorganiser le pays en continuant à payer les fonctionnaires……

    Alors bien sûr, je ne suis pas expert mais parfois, quand on se fait botter le cul, faut savoir revenir aux fondamentaux, aux règles naturelles…. tant prônées par les libéraux… « La Grèce est libérale… vous avez joué… ben, vous avez perdu!!! … ça arrive… fallait pas avoir de l’argent en trop… fallait pas le placer… »

    Non, qu’en pensez-vous Julien..?…. ça frise le Nobel d’économie ça… c’est pas de la gnognote…?
    Je savais bien que je finirais par avoir la grande idée…

    Bon, comme je viens de sauver le monde, je vais me faire un p’tit verre de Chablis…

    1. @ Al

      Vous avez raison.
      La dette a engraissé les capitalistes en Grèce et ailleurs depuis des décennies.
      Elle doit faire l’objet d’un audit public, et d’une répudiation.
      C’est ce que défendent les secteurs révolutionnaires, en Grèce comme ailleurs.

      C’est ce que refusent partout les politiciens professionnels, de gauche comme de droite,
      qui n’entendent pas sortir du cadre capitaliste.

    2. « Et puis quitte à prendre la décision de ne pas rembourser, moi, personnellement… j’emprunterais à tout va, à n’importe quel taux… (Combien…? Vous me prêtez à 38 %…? Ok, je prends…)… tout ce que je peux… sur tous les marchés… »

      Je me suis fait la même réflexion.
      Et je pense aussi que le rapport de force bailleur de fonds/emprunteurs c’est renversé, ce que le système veut ignorer à tout prix.
      Apres tout si j’ai 1000 Euros de découvert ..c’est mon problème
      Si j’avais 1000 méga Euros de découvert ça deviendrait surtout le problème de ma banque.

  3. http://www.placeaupeuple2012.fr/entretien-avec-jacques-genereux/

    Ca recoupe évidemment l’analyse de Jorion mais il y a les solutions et plus de détails, pour ceux que ca intéresse…

    J’ai trouvé ca excellent, ca m’a vraiment conforter dans les idées que je m’etais déjà faites.

    En tout cas ca fait plaisir, dans tout ce « bordel » pas forcément très joyeux et bien la résistance est là, nous avons a nouveau les moyens et les forces de faire bouger le monde, de lui faire re prendre son sens progressiste, du moins c’est ce qu’il me semble.

    Du FdG en passant par les économiste tel que Frédéric Lordon, vous monsieurs Jorion et bien d’autres qui sont par exemple présent dans une serie d’émission de La Bas Si J’y Suis :

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2370
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2371
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2372

    La suite lundi!

    1. Malheureusement, nous avons déjà donné avec la gauche plus rien.
      Les mêmes, car ce sont exactement les memes, PC, PS ou ex-PS,
      aucun ne propose de sortir du cadre capitaliste.

      D’où la logique de la « révolution par les urnes »,
      qui serait un oxymore, si la dite « révolution »,
      n’était pas simplement le retour à la soupe des nomenclaturistes.

      Le changement aura lieu, en France comme ailleurs,
      en dépit des politiciens professionnels.

  4. Le gouvernement grec approuve le plan d’austérité

    Le gouvernement grec a approuvé vendredi soir un projet de loi engageant le pays dans les réformes exigées par l’Union européenne et le Fonds monétaire international pour la mise en oeuvre d’un second plan de sauvetage de 130 milliards d’euros, indiquent des responsables gouvernementaux. « Cela a été approuvé », a annoncé un ministre participant à la réunion de cabinet.

    Le projet de loi devrait être voté par le Parlement dimanche, ce qui devrait rapprocher la Grèce d’une solution financière alors qu’elle doit honorer d’importantes dettes obligataires au 20 mars.

    L’Union européenne demande au gouvernement grec de fournir le détail de réductions supplémentaires des dépenses publiques d’un montant de 325 millions d’euros. Elle exige également un engagement clair des dirigeants des partis de la coalition gouvernementale à appliquer les réformes.

    http://www.lepoint.fr/economie/le-gouvernement-grec-approuve-le-plan-d-austerite-11-02-2012-1430345_28.php

    De mieux en mieux… les Grecs vont voir leur salaire baissé de 20% sans broncher alors qu’ils sont déjà devenu très pauvres. Je parle même de la démocratie, elle semble avoir disparu là-bas.

    1. De mieux en mieux… les Grecs vont voir leur salaire baissé de 20% sans broncher alors qu’ils sont déjà devenu très pauvres. Je parle même de la démocratie, elle semble avoir disparu là-bas.

      Pourquoi voir que le mauvais coté des choses, si cela peut permettre à d’autres plus méritants et plus habiles sur terre d’augmenter significativement leur propre salaire.

      Pour mieux faire le bien, n’est-ce pas d’abord le premier devoir de la vie humaine dans les sociétés et dans le principal enseignement commercial de notre civilisation.

      Pourquoi vouloir alors changer de valeurs de vie au plus tôt ? Pensez quand même un peu aux gens qui ne pourraient plus guère fonctionner de la sorte surtout dans un monde bien plus autre, non je ne vous comprends toujours pas, laissez donc faire les experts qui savent quand même beaucoup mieux ce qu’ils font.

    2. Visualisons pour le plaisir un ordre de grandeur.…..

      Il est question d’un prêt de……………………………. 130 . 000 . 000 . 000 €uros………

      Pourquoi pas plutôt……………………………………. 130 . 325 . 000 . 000 €uros…….. ???

      Les souffrances liées aux réductions supplémentaires exigées ne prendraient-elles pas le chemin du choix délibéré d’un certain sadisme??

  5. Aussi passionnant qu’effrayant, c’est dire si c’est effrayant.

    Reste plus qu’à écrire un nouveau livre, sans doute sera-t-il (un jour..) une référence des programmes d’enseignement en sciences économiques et sociales.

  6. L’heure est grave, quand fera t’on enfin dégorger ceux qui ont tant et tant accumulé ?
    A un moment il faut tout de même admettre qu’il faut savoir prendre ses pertes comme l’ont expliqué plus d’un analyste/expert crédible.
    Il reste bien la solution de planter un cierge et de croire au miracle en cette journée du 11 février comme en 2011 !

    L’émission Terre à terre de ce matin 7h00 était particulièrement remarquable, on était dans le concret et aussi le concept :
    les dettes financières « odieuses » et les dettes écologiques qui résultent du pillage du sud par le nord (CADTM).
    http://www.franceculture.fr/emission-terre-a-terre-la-dette-ecologique-2012-02-11

    « En écho à la conférence internationale du 07 novembre 2011.
    Avec notamment : Jean Gadrey, professeur émérite à l’Université Lille 1 ; Sylvain Angerand, des Amis de la Terre et Nicolas Sersiron, du Comité pour l’Annulation de la Dette du Tiers Monde (CADTM) »

    A retenir, 2 dettes :
    La dette financière (140 Ma $ en Afrique, une paille)
    La dette écologique, colossale, bien >>>>>> à la financière :
    . Environnementale : extraction à tout va, à la sauvage des MP, des forêts, sols, eaux.
    . Climatique : son origine se situe en 1950
    ===> garantir l’équité, la justice pour TOUS les êtres humains de cette planète (un rêve).

    La sauvegarde du parc naturel Yasuni en Equateur a été donnée en exemple pratique.
    Rappel de réalités et besoins essentiels :
    Les intérêts excessifs déjà payés, l’illégitimité de la dette, la finitude des ressources vitales, accès nécessaire aux biens commun par tous, la corruption des dirigeants (souvent installés par les puissances dominantes), la pression des multi-nationales, les méfaits de la colonisation, les écarts scandaleux de revenus, de consommations de ressources, la sur-production des matières premières, le jack-pot des pays riches.

    Rappels importants : la stratégie Mac Namara qui a profité aux pays riches, la technique de la BM sous l’égide de Paul Volker en 1980 amenant des pays à rembourser 4x la dette, le grand tournant néo-libéral
    20% consomment 80% des richesses.
    Afrique : 4% Co2 pour 20% d’habitants
    Nos sociétés sont fondées sur le pillage des MP !

    Espoirs : sensibilisation des citoyens en cours, les débats citoyens sont de plus en plus nombreux.
    Propositions de solutions et d’actions comme « s’indigner », développer des réseaux (AMAP, finances solidaires, forums sociaux), retrouver l’élan de 68, voir rapport FAO

  7. L’extrème droite ne les « sauve » pas, il n’y a que les lecteurs abusés du journal Le Monde qui croient que les seuls à avoir démissionné du gouvernement sont les ministres d ‘extrème droite, il y en a aussi deux du « parti socialiste », ce qui ne les sauvera pas non plus.
    Par ailleurs on annonce l’arrivée d’un contingent de l’Eurogendfor sur une base militaire grecque.
    http://www.aegeantimes.gr/article.asp?id=37012&type=1&kata=0
    Ce corps de gendarmerie européen créé à l’initiative, entre autres de Michelle Alliot-Marie (vous vous souvenez, celle qui proposait le savoir faire français en matière de maintien de l’ordre au démocrate tunisien Ben Ali…)
    Bien sur, aucun rapport avec les possibles « dysfonctionnements » dans la chaine du maintien de l’ordre local, (cf les infos sur les déclarations de syndicalistes policiers grecs)
    Comme le dit Paul Jorion, l’heure est grave et nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas…

  8. Comme vous le soulignez, Paul, ce qui fascine en lisant l’excellent blog greek crisis, c’est justement cette impression que la troîka est en train de creuser la tombe d’un système qu’elle voudrait pourtant réparer.
    Je me demande en effet si, avec la Grèce, le Portugal, l’Espagne, la troïka n’est pas tombée sur un os, en ce sens que ces pays ont encore la mémoire des dictatures, abolies il y a moins de quarante ans, et qu’ils n’ont pas l’air de vouloir y retomber : au sud, il y a semble-t-il de l’espoir que s’inventent de nouvelles formes de résistance, ressent-on à la lecture de greek crisis.

    Je suis plus sceptique en revanche sur nos capacités collectives de résistance dans nos pays du nord, France, Allemagne, où le souvenir des révolutions, des guerres, des conflits s’est bien estompé. Et où, paradoxalement, ce qui constituait le premier objectif de la construction européenne, à savoir la paix en Europe, le plus jamais ça, s’est dilué dans des préoccupations purement mercantiles. Sachant, comme vous le remarquez, que ce que l’on impose aux Grecs nous sera également demandé, j’ai bien peur qu’ici le réveil soit d’autant plus douloureux N’oublions pas que nous sommes tous grecs !

  9. Bonjour Paul et Merci,

    « Dédicace au démon de la perversité »

    Le démon d’ la perversité
    Est une force irrésistible
    Qui pousse les gens de la cité
    A parfois se tromper de cible !

    Edgar Poe avec Baudelaire
    Nous le racontent dans une nouvelle
    Qui n’a rien d’extraordinaire
    Dans la situation actuelle !

    Il est demandé à la Grèce
    Des efforts presqu’ intolérables
    Qui pourraient faire qu’elle disparaisse
    Des nations encore fréquentables !

    Ceux qui formulent les exigences
    Ne savent pas que viendra leur tour
    Bientôt ailleurs et même en France
    Sans prendre le temps d’un détour !

    Sacré démon quand tu les tiens
    Tu es sûr de gagner la lutte
    Car ici ils n’y voient plus rien
    Dans un système en pleine chute !

    Signature : luami CREER
    « Un médiateur d’ l’innovation
    Qui allie raison et passion
    Pour mieux vivre le temps restant
    Et en partager les instants ! »

    Bon voyage dans la Vie !
    http://luami.viabloga.com

  10. y à un truc qui me chiffonne, c’est: regarder les grecques, c’est notre avenir commun.
    Je n’ai rien contre ce constat, si ce n’est son envergure.
    Regarder l’Afrique et « les pays en éternel potentiel de développement », les travailleurs Chinois, les couillons de l’humanité…
    Je ne sais toujours pas si ce chiffre est exact, mais on ma déclaré que la dette des pays pauvres étaient 17 fois le montant initial emprunté (les intérêts non échus ce substituants au capital).
    Et c’est pas faute de richesse (la productivité à crédit financier et énergétique, un jour on s’en moquera) car il y a deux fois plus de route commerciale du sud au nord, que du nord au sud.
    C’est pas par manque d’empathie envers les Grecques, mais depuis mon BTS il y a une bonne dizaine d’année, je sais qu’on produit assez de calories pour l’humanité et depuis que je suis né il y a toujours de la faim.
    Je digère pas les « une heure d’avion » de Kouchner (à 2 heures, on s’en fou).
    Je digère pas la faim dans le monde (et cette affiche d’un enfant remplit de carence de mon enfance).
    Pourquoi juste les grecques?, si la nation n’est pas suffisante?
    La nation est une simplification de nos problèmes (un espace géographique qui ne permet à lui seul de venir à bout des contraintes à venir que ce soit en énergie, en matière et en humanité), mais ces problèmes sont tellement nombreux, que je vois aucun regret à utiliser cette simplification (et me soucier de cette élection, car je n’ai aucun poids sur le monde), que de m’infliger encore la misère humaine qui dépasse largement ma capacité à les prendre miennes (sinon comme un acteur, qui touche son chèque de bonnes consciences, à la fin du spectacle).
    Je sais bien que ce n’est pas la finalité de votre vidéo, mais cette émotion est là.

    1. J’ai passé un weekend en Allemagne (bien au dessus de la forêt noire, vue d’ici, c’est la fédération dissidente) et je dois rajouté, mieux vaut être un Français séjournant un Allemagne (qui vous valorise et vous accueille), qu’un Allemand en France (on râle).
      Puisque c’était un mariage (d’une cousine importante pour moi), j’ai bien aimé que la messe soit avec un et une pasteur accompagné d’un prêtre catholique (be open).
      Emmanuel Todd a raison, y a beaucoup d’attente de notre part des Allemands.
      Je me souviens aussi d’un silence de la belle-sœur de la marié , qui avait un enfant handicapé, suite à ma question: « à vous avez trouvé quelqu’un pour garder cet enfant ».
      Puis je me suis aperçut que son mari n’était plus là.
      Elle venait auparavant de me dire que depuis sa naissance, elle n’avait eût une soirée sans s’en occuper (et il était déjà grand).
      Les allemands payent aussi et pas qu’un peu.
      Fallait quand même que je le précise, puisque j’utilise la nation;

    2. La nation est une des « rétentions tertiaires » suivant Bernard Stiegler.
      Ca vous fait peut être une belle jambe, mais reconnaissons que les « rétentions », les supports de notre identité hors de nous, sont les rails de nos vies.
      Les rétentions « tertiaires », sont simplement celles les plus « médiées », les moins immédiates (primaire : je sais où j’ai posé ma fourchette ; secondaire : je sais que j’ai pris l’adresse de mon banquier sur mon calepin ; tertiaire, l’étage du dessus dans ce qui fait « raison » mentale. C’est vrai que la boucherie de 14-18 n’est pas une bonne raison de s’attacher à la nation.
      C’était simplement l’espace de réalisation communes des plus hautes choses qui nous « infinitisent », dont notre système d’éducation, lequel partait des « hussards noirs » et allaient aux agrégés qui estoient si reconnus… (en l’an 70 avant wikipedia)

      1. Y manque plus que cette hideuse expression: « tronçon commun » (ma sœur a fait l’IUFM), pour ce dire que derrière chaque élite universitaire sommeille un militaire, qui apparait à chaque appellation de nouveaux concepts ou de notions élaborés. 🙂
        C’est vrai que le « village global » offre une rétention tertiaire des plus flous (n’ayant d’institution pour le peuple, mais juste pour les personne morales, hormis des occasions de tribunal pénal international), laissant trop de place aux communautaires.
        (et qu’on ne fasse pas passer les structures Européennes pour des institutions pour le peuple, à moins que le peuple ne ce résume à la nomenclature d’une taille de camembert, à la définition de dogme économique et à la suppression de référence historique sur la monnaie)
        Et en même temps je suis bien content de n’avoir eût à faire la guerre aux Allemands (même si mon désintérêt pour le foot est un handicap masculin 🙂 ).

      2. Mais c’est marrant qu’on assume pas vraiment ces rétentions tertiaires. On parle de laïcité, sans jamais faire le lien avec l’édit de Nante (pas de lien entre le tronçon des marmots et le citoyen), c’est comme ci on voulait pas assumer l’histoire comme une continuité à notre présent, déjà qu’on sature de « que du bonheur », le peu de politique qui arrive aux citoyens est conceptuel avec quelques exemples sans profondeur.
        Les libéraux ont réussis à faire passé cette rétention au Quaternaire et les nationalistes réussissent à le faire passer au secondaire, je sais que la caissière de ma banque est d’une origine plus lointaine (et vu qu’on a pas soldé l’Algérie-Française, c’est pas gagné).

  11. « Marx critique le système capitaliste qui est fondé non pas sur la production de richesses utiles mais sur la production de valeurs d’échange en vue du profit. »

    aurait-il du dire à la place de « production de richesses utiles », « préservation* et valorisation de biens nécessaires à notre humanité »? en tout cas c’était un premier pas vers le recentrement sur l’humain de richesses dont l’humain se dépossède lui même…d’ailleurs l’espace de dialogue qu’est ce blog ne devrait pas trop se décentrer non plus…

    *preservation = écologie en anglais, je crois, sans trop jouer sur les mots, (mais on ne se refait pas) pour moi la seule croissance valable est celle qui participe au cycle de la vie…

    Samuel : oui, oui depuis longtemps les peuples de sud « sucrent » notre petit café-sang …pourquoi la prise de conscience ne pourrait-elle pas partir aujourd’hui d’un ou des pays européens…alors là je lève mon verre à cette petite cité dont l’empeinte historique a été colossale… et si ce n’était pas terminé?

  12. Si, il y a un comportement psychiatrique chez ceux qui au sommet de l’Europe et de la BCE ne veulent pas voir les chiffres, l’économie mondiale, la dette américaine etc…
    Bon on a Stiglitz, Krugman, Jorion…Mais eux la haut dans leur nid de coucou, ils ne connaissent pas: Quoi? Hein? Cest ki ces mecs? Des gauchistes?
    Je sais, il ne faut pas stigmatiser les collègues universitaires de Jorion…
    O combien de profs d’économie à coté de la plaque dans toute l’Europe?
    Se faire ridiculiser par leurs élèves? Jamais! Vive le mensonge! Il y va de l’autorité du prof.
    Si monsieur Jorion, si vous etes sain d’esprit, malheuresuement je doute des facultés mentales de ceux qui nous dirigent, ou alors plus prosaiquement, ce sont des vendus.
    Mais c’était peut-etre votre message à lire entre les lignes?
    Conscients certes, mais par ici la monnaie?

Les commentaires sont fermés.