ANNIE LE BRUN SUR LE MONDE, ET SUR LA VIE EN GÉNÉRAL

Asami Sato m’avait interviewé pour son site Yellowcultureclub, elle interviewe ici Annie Le Brun.

Il y a quelques mois à peine, je ne connaissais pas Annie Le Brun. C’est difficile à croire aujourd’hui car elle a fait en sorte que, de la meilleure manière qui soit, nous nous connaissions ; j’en ai parlé ici. Elle ne m’en voudra pas de révéler ici que si nous tentions avant le 25 février de changer le monde séparément, nous le faisons désormais ensemble (le monde n’a qu’à bien se tenir et… il en tremble le bougre !)

Fukushima, l’argent, les enfants, Facebook, la marchandise, le sport…

 

Partager :

75 réflexions sur « ANNIE LE BRUN SUR LE MONDE, ET SUR LA VIE EN GÉNÉRAL »

  1. Magnifique femme. Un doute m’assaille, les outils du divin marquis qu’elle a mis à jour, outils pour nous défaire de tout ce qui nous trompe sur nous-même, les enseignera-t-elle à PJ?…
    A la question d’Asami sur la première chose que l’on fait le matin, Robert Mitchum avait cette réponse laconique, je me rhabille et je rentre chez moi…

    1. le doute masaï est proverbial chez les banthous …

      pour une surréaliste , elle est drolement campée dans le Réel !

      1. Non pas le surréalisme, cet héritage, cet épouvantail, mais son but.

        Lecteur d’Annie Le Brun, je dirais: au détour d’une vie: de plus en plus campée dans le réel

    2. @Renou
      …Et quand un journaliste demandait à Mitchum comment était-il devenu acteur :
      « Un jour, j’ai vu Rintintin à la TV, et je me suis dit, si il peut le faire, je peux le faire » !

    3. Annie est magnifique.
      Elle a un « charme » naturel.
      Un joli sourire, que j’ai l’impression d’avoir vu déjà, quelque part…

      « Même l’objet le plus familier à nos yeux devient tout autre si l’on s’applique à le dessiner :
      on s’aperçoit qu’on l’ignorait, qu’on ne l’avait jamais véritablement vu ».
      Degas Danse Dessin, de Paul Valéry

  2. C’ est très difficile de placer un comment après une interview comme celle-la, tout y est ; simplicité, élégance, intelligence, réflexion.

    C’ est du grand art. La seule chose qui vaille la peine, le reste pas vraiment, pas assez.

    So thanks!

  3. Je me suis senti en communion, dès cette émission, de 1988.
    Tout un poême, à voir absolument!

    1. Merci pour ce document.
      J’en retiendrais que la poésie peut être partout, qu’elle est en lien avec l’éphémère, qu’elle s’oppose à ce qui peut être quantifiable, qu’elle est là pour repassioner la vie.

      1. À la fin de la vidéo : « La poésie …n ‘a pas d’ autre sens que de nous mener vers ce que nous ne savons pas voir »

      2. Suite:
        Cette belle personne n’ a pas changé sur l essentiel elle est toujours là à contempler : assise par terre comme ça.
        On retrouve cette étoile topo-logiquement ou elle doit être dans le grand cerveau collectif, et non dissociée ou facebouctisée, ni naine double ou triple ou que sais je encore.

    2. Mon ordi me dit : « Impossible de lire ce média. L’ url est introuvable. »

      Quelqu’un aurait-il une solution ?? Merci? j’ ai vraiment envie d’ entendre et voir ce document…

  4. Une modeste paraphrase de l’interview

    MOLOCH INVERSE

    Chaque rare fois que je pénètre dans un supermarché je suis prise d’un malaise diffus et le sentiment de devenir une marchandise calibrée, étiquetée, enchaînée à l’intérieur d’un rayon immense et insidieusement doué d’une mobilité factice me serre la gorge. C’est Moloch je me dis, un monstre étalant son pouvoir d’avaler tout porte billets bien dodu qui passe à portée de son appétit insatiable en l’attirant par des leurres rivalisant d’appâts tous plus rutilants, plus chimiquement parfumés les uns que les autres.

    Et récemment, après être sortie de ce véritable lieu de débauche non sans y avoir laissé m’arracher un petit morceau de pouvoir d’achat, je me suis dit que j’avais tout faux. En fait, ce Moloch affamé, avide de proies à déplumer, il n’existe que dans mon imagination. Il n’avale rien, il vomit, il faut qu’il vomisse pour pouvoir ingérer de plus en plus souvent, de plus en plus vite, et offrir à ses victimes consentantes, serviles, une nourriture prédigérée aseptisée, élaborée dans ses multiples estomacs et présentée le plus souvent dans des barquettes étanches isolant le possible acheteur d’une réalité qui d’ailleurs lui restera inaccessible même à la maison quand il aura déchiré l’emballage faussement protecteur et lui-même issu d’une espèce de processus industrialisé et ruminé. Je n’en revenais pas d’avoir pu débusquer ce dieu protéiforme à l’instantanéité prodigieuse, et j’ai rejoint au plus vite une porte du magasin pour aller respirer dehors un air moins pollué.

    Je ne me fais pas beaucoup d’illusions. Ce dieu inversé aux origines et aux dévastations multiples tapies dans des usines ou des entrepôts, il s’immisce chez les petits commerçants et le marché de mon quartier à coup de crachats et de toux dont il est difficile de se préserver.

    C’est là qu’un travail de repérage s’impose. Repérage des produits (quel affreux mot !) issus d’une terre qui devrait bien commencer à s’insurger au lieu de s’affaiblir, repérage de compagnons assez nombreux et prêts à se dessiller pour entamer des actions de salubrité publique et commencer à affamer, en vue de son anéantissement plus ou moins progressif un système qui ne vit que de la production de déchets.

    1. @hafidi jacqueline
      Voilà quelques années que je fais la démarche petits producteur, au travers des magasins paysans et circuit court , vers chez moi il y a un producteur de blé seigle lin qui fait son pain , il ne fait que cela ,produit ,récolte , cuit , vend , son pain un pure bonheur , c’est pas que du pain ,c’est une région ,des champs , entourés de mini montagne , ma région quoi !!!!! La dernière fois que je suis allé dans une grande surface ,c’était un magasin sur les fruits et légumes 80%, il y avait des fruits du monde entier arrosés d’une fine brume , une seule chose manquait , la terre ,pas une miette , même les patates ,les carottes .Au haut parleur une gentille dame nous a annoncée que c’était la semaine de la chips , toutes les chips ,goût lardon, feu de bois , si si c’est vrai . J’étais à la caisse avec mes 300gr d’olives , j’attendais mon tour et j’ai eu comme une forme de peur , de l’angoisse , c’était « soleil vert » .Pour ceux qui ont vu le film , il ne manquait plus que la biche en train de brouter dans un sous bois , projetée sur un grand mur .Mais j’ai dû faire un cauchemar !!!!!!!

  5. L’homme contemporain au mieux agit, au pire s’agite, la pensée est une entrave à son action ou à son agitation.
    « J’agis donc je suis », non plus « Je pense donc je suis. »
    Il n’existe que dans l’action, dans la mouvement brownien permanent, dans la consommation
    sans fin de marchandises.
    S’il s’arrête de s’agiter, il dépérit. Il lui faut s’étourdir, et surtout ne pas penser.
    C’est le divertissement au sens où l’entendait Pascal.
    D’où son incapacité à faire face aux défis de notre temps.

    1. @Macarel

      « J’ai donc je suis » convient aussi très bien à ce que vous dites, quoi que ce soit peut-être un état d’esprit plus spécifique à l’homo œconomicus. On remarque d’ailleurs que le système est bâti de telle sorte qu’il faille nécessairement faire pour avoir, ce qui nous renvoie mine de rien à l’un des fondements philosophiques essentiels des religions (le mérite) et… des shadoks (« il vaut mieux pomper et qu’il ne se passe rien que de ne pas pomper et qu’il se passe quelque chose de pire »). J’agis donc j’ai, et j’ai donc je suis en somme.

    2. C’est à dire ?quel est sont défi?
      Est ce ne pas dépérir? Est ce simplement d’exister individuellement dans un monde globalisé?

    3. La liste serait trop longue Macarel, pour nommer tous ceux qui, aujourd’hui comme hier et comme demain, invalident et disqualifient tes p’tits mots.
      J’écris donc je suis?…

      Brownien je vois pas, Browning avec ou sans Tod, je vois bien. Les cinglés et la démence nous sauverons toujours des normosés. Et tu sais quoi? On n’y peut rien. La terre est ronde et si tu la veux carrée, ce ne sera que dans ta tête. L’optimiste dira que c’est déjà ça mais tu feras rigoler le pessimiste (ce qui n’est pas rien).
      Un chef d’oeuvre en Kdo.

    4. « L’Homme contemporain »… Tu m’en diras tant…
      Et avant ou « sous » Pascal, comment qu’il était piroumieux ton « Homme contemporain » Macdo ? Je connais très peu d’hommes ou de femmes « contemporains » qui soient dupes des objets de son divertissement, aujourd’hui peut-être bien moins encore qu’hier ou avant-hier. Mais c’est tellement mieux l’hier. A preuve que c’était mieux : hier t’avais un Pascal, aujourd’hui t’as plein de faux Pascals, à tous les coins d’rue, tous bouts d’champs.

      1. @vigneron

        La complexité fait que non, on est pas aujourd’hui nécessairement plus lucide qu’hier sur quoi que ce soit, même avec une meilleure éducation et un accès décuplé à l’information. On peut même envisager que ce soit l’inverse, dans le sens que cette profusion nous amène à nous fourvoyer bien plus rapidement et bien plus profondément qu’avant. Je ne suis pas sur de ce fait que poser la question en terme de mieux ou de pire soit le plus sur chemin pour trouver une réponse satisfaisante.

        Quand bien même nous serions totalement conscients du marasme dans lequel on s’agite, notre impuissance individuelle autant que collective (jusqu’à présent au moins) à résoudre le problème rend l’utilité même de cette lucidité discutable: Un condamné à mort est-il plus heureux une fois qu’il le sait?

  6. On pourrait lui opposer la thèse de Baudrillard illustrée par les attentats du 11/9, à savoir qu’il y a une résistance face à l’uniformisation. Elle décrit parfaitement il me semble, la naïveté de la jeunesse, ces pauvres jeunes gens qui ont d’autres chats à fouetter, avant de s’occuper de politique. Mais….la résistance couve; elle ne sera jamais vaincu, de même que toute personne qualifiée de folle garde quelque en elle-même une partie raisonnable et qui comprend qu’elle est submergée par un délire, mais elle n’est pas égale à la maladie. L’être humain est beaucoup trop complexe pour être vraiment domestiqué. L’Histoire ne peut avoir de fin….

    Je pense qu’on ressens dans ses paroles l’inquiétude que faisait peser sur tout le monde Mr Sarkozy.

    On se lasse aussi des gadgets, d’ailleurs toute invention arrive à un stade où elle ne peut plus être améliorée, et l’innovation ne trouvera rien au delà du stade technologique actuel. A partir de là cette course va elle aussi s’arrêter.

    Le trop des propositions et diversifications d’offres crée une inflation qui finit par une dévaluation.

    Je trouve encore plus grave que tout ce qu’elle décrit, le fait que l’université française, les élites, les profs, etc, sont tranquillement PS en majorité et comme l’ont dit certains, le libéralisme n’a pu prendre cette ampleur et cette extension qu’avec la complicité de l’université.

    On ne se sent pas soutenu par les intellectuels français, quel que soit leur mérite.

    1. La thèse de Baudrillard sur le 11/9 comme résistance à l’uniformisation…
      Prendre ses désirs pour la réalité. Relire Rosset.

      1. Je sens que je vais me fâcher….

        Je n’étais pas sûr non plus en écrivant tout cela hier, d’ailleurs cette idée de Baudrillard est assez ancienne….

        Clément Rosset ? « Je pense que la quiétude de l’esprit empoisonne, comme fait aussi la graisse » , pour citer Bernanos.

        En fait il y a deux sources d’abrutissements, l’une consiste dans le divertissement ad libitum, comme le dénonce A. Lebrun, mais simultanément l’appauvrissement du vocabulaire qu’elle évoque ne correspond qu’à une crise de l’intelligence. « Réfléchir tue », comme la cigarette, tel est le diktat de notre société.

      2. Ne te fâche pas, sauf si tu en as besoin. Auquel cas, n’hésite pas à citer Bernanos pour balayer Rosset, même si la choucroute n’y verrait aucun rapport.
        « En fait il y a deux sources d’abrutissements, l’une consiste dans le divertissement ad libitum, comme le dénonce A. Lebrun, mais simultanément l’appauvrissement du vocabulaire qu’elle évoque ne correspond qu’à une crise de l’intelligence. « Réfléchir tue », comme la cigarette, tel est le diktat de notre société. »
        Et la deuxième? Ecrire en franssais?…

  7. Une des rares personnes qui pense encore aujourd’hui, avec Jorion.
    Intellectuelle & Artiste : bel alliage.
    3H46, étrange bruit de fond.

    1. octobre
      3H46, étrange bruit de fond

      Comme c’est étrange en fête ,quelques lectures,quelques poèmes attrapés au vol au vent de l’enfance .

      « Etrange est !
      Dit l’Ange en tapant du pied
      Etranger vous-même
      Dit l’Ane
      Et il s’envole.

  8. « Votre éloge de notre « façon de penser » – nous sommes bien près d’avoir la même – se trouve agrandi par l’ombre admirable qu’évoquera toujours cette expression, quand c’est vous qui l’employez. »
    Guy Debord. Lettre à Annie Le Brun du 9 octobre 1992.

    1. j’ai été sidéré par le creux du 33 ; de la société du spectacle

      d’ailleurs le dogme du spectacle excuse tout .

      et autorise toute dérive , mais bon , livré au hasard .

      bref, le phrasé est chiadé .
      et estomaquant , surtout pour ceux qui ont soif de rêve évolution .
      heureusement qu’ils ont encore un corps qui les rappelle à la vie

  9. Quelques sentiers récents pour suivre la trace d’Annie Le Brun (en particulier les incomparables dialogues -nourris aussi de silences- conduits par Alain Veinstein, sans bruit de travaux – mais aussi sans le chant de la tourterelle ou celui des cloches…- ni « musique », celle qui rend les cafés -et autres lieux publics- de plus en plus infréquentables):
    http://www.franceculture.fr/emission-carnet-nomade-dans-les-maisons-de-victor-hugo-2012-05-05
    http://www.franceculture.fr/emission-tout-feu-tout-flamme-de-francois-angelier-tout-feu-tout-flamme-de-francois-angelier-2012-04
    http://www.franceculture.fr/emission-le-journal-de-la-philosophie-appel-d’air-annie-le-brun-2012-03-26
    http://www.franceculture.fr/emission-le-rendez-vous-emission-du-lundi-13-fevrier-annie-lebrun-helene-hazera-et-la-session-de-mam
    http://www.franceculture.fr/emission-du-jour-au-lendemain-annie-le-brun-2012-04-24
    http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-annie-le-brun-2011-10-03.html
    http://www.franceculture.fr/emission-du-jour-au-lendemain-annie-le-brun-2011-06-30.html
    http://www.franceculture.fr/emission-du-jour-au-lendemain-annie-le-brun-2011-02-17.html
    http://www.franceculture.fr/emission-du-jour-au-lendemain-annie-le-brun-2010-07-02.html

    Sinon… adhésion à peu près complète à tous ces propos, opinions que je ressens au plus profond de moi depuis très longtemps, et que le temps qui passe ne fait malheureusement que confirmer et justifier.

  10. Annie Lebrun est habitée par cette fraicheur intérieure si distinctive et rare, séduction véritable de l’être humain que l’on peut se hasarder à nommer poésie vivante et rai(é)sonnante.
    Suis charmé.

  11. Il est vivifiant d’éntendre une voix qui éclaire un coin si obscur, et vous porte à penser que c’est ce que vous attendiez au fond de vous mème.

    Merci à tous de me l’avoir fait découvrir

  12. Et encore bravo à Asami Sato.
    Très belle cet interview en plan fixe où l’on voit Annie Lebrun filmée de 3/4 une partie de son visage baignée dans la lumière et qui de temps à autre s’élance de son siège vers l’avant joignant alors le mouvement de tout son corps à la parole. Une pensée vivante et limpide qu’anime le « sentiment de la vie » que n’aurait pas dédaignée un Jean-Jacques Rousseau. Une même veine de résistance.

  13. Une amie a trouvé une place chez E&Y, au bout de 3 mois elle frôle déjà le burn-out et la crise de nerfs…. les boîtes US sont de véritables sectes… c’est pire que le communisme, il n’y a plus de vie privée car le boulot continue après l’horaire de travail, c’est scandaleux ! les gens tombent malades dans cette boîte !

    Le libéralisme au fond, ce qu’on demande de croire à l’individu est pire que le communisme en termes d’endoctrinement et d’abolition de l’individu.

      1. Faites gaffe Lisztfr.
        Sortez-la impérativement de ce piège infernal et de toutes vos forces.
        Vous avez parfaitement identifié à quelle genre d’ordure nous avions affaire, donc pas d’hésitation !
        J’ai bien lu que pour vous elle est une amie.

      2. Pauv’ petite Ernst & Joungette…
        I Wouaï, classée première boite au monde pour les futures mères de famille…

      3. Sur le net j’ai cherché e§y ,cela ne m’avait pas parlé . La phrase slogan lorsque le lien apparaît  » aide les entreprises à reconnaître et à exploiter leurs opportunités  » exploiter , voilà un mot qu’il est joli !!!!! Pourquoi pas exploser, dynamiter 🙂

    1. Mais Lisztfr, TINA est totalitaire ; affirmer qu’ il n’ y a pas d’ autres alternatives est un discours totalitaire.
      Je ne sais pas comment vous vous sentez vous dans cette société, mais moi libre certainement pas, sauf les apparences bien sur, politiquement correct oblige. Et encore, chaque fois que le pouvoir fût remis en question que ce soit en Espagne l’ année dernière, à Athènes, dernièrement à Montréal, au Japon aussi si j’ en crois l’ interview, il n’ a pas longtemps hésité à user de la force.

      J’ avais été surpris du peu de réactions ou de compréhension quand sur ce blog, Paul Jorion avait parlé d’ un fascime blanc ; un fascisme qui ne dirait pas son nom, sans couleur, sans revendications précises, sauf .. qu’ il n’ y a pas d’ autres alternatives.

  14. Que de (re)découvertes sur le site PJ, On se sent moins seul chez vous.
    Du fond de ma campagne, la ville me manque, pas pour ses luxes mais pour ses bistrots à penser un nouveau monde.

  15. Merci de nous faire connaître celle qui fait battre votre coeur et qui en plus a une pensée magnifique.

  16. C’est étonnant d’écouter un discours d’une telle clarté, exactement ce que l’on pense plus ou moins en silence, sans pouvoir l’exprimer dans ces termes…

  17. Merci pour ce partage.

    Je rejoins tout à fait le commentaire de Paco76.

    Il est rassurant de voir que des personnes réfléchissent au monde d’aujourd’hui et arrivent à partager leur réflexion. Il y a un « adolescent » ou un jeune homme à la maison vers qui on aimerait faire naitre ces pensées. Ce qui m’attriste dans la situation du monde actuellement, c’est que les hommes matures sont conscient de leurs propres laisser faire sur ce qu’est devenu notre monde, et que finalement, nos comportements ne se posent pas réellement en cohérence avec ce constat (moi le premier). Nos jeunes n’en sont pas coupables. Nos jeunes paraissent avoir moins de moment pour eux ou jouissent sans mesure des « actes à faire ». Ces temps d’inaction, afin de prendre conscience qu’ils peuvent agir pour l’état futur du monde, ne leur est plus réellement palpable. Et effectivement, à voir cette situation on peut être bien pessimiste sur l’avenir. L’important c’est la conscience et nos actes actuels, pour notre futur
    Ce billet fait beaucoup de bien, merci!

  18. Quand l’instinct de survie frémit des catastrophes à venir, alors que tout semble immobile dans cette riche France, où du silence de toute part suinte la précarité, il est bon de lire le blog de Paul Jorion qui dissèque un système économique toxique promu à l’agonie et où se rassemble des esprits libres et de bonne volonté pour tenter de conjurer ce mauvais sort fait aux êtres et à la planète.

    1. Y-ta-il encore des émissions littéraires à la télé ?

      la question pour moi, c’est plutôt mais pourquoi les mass médias existent encore ou font encore semblant d’exister

      c’est du domaine de la pure illusion, c’est pas parce que vous avez une radio & une télé chez vous, que les mass médias sont encore vivants, c’est plutôt que vous avez encore des illusions sur les mass médias que vous encore une télé & une radio chez vous

      j’apporte un message que vous savez déjà à votre consciences, on est dans une ère numérique depuis une quinzaine d’années, vous vivez, nous vivons dans un monde numérique

  19. Où sont passé les Pivot(s) d’antan ?

    Y-ta-il encore des émissions littéraires à la télé ?

    Après avoir liquidé mai 68, il était logique de liquider toute forme d’intelligence & de sensibilité, la seconde posant trop de questions. Comme dit Annie Lebrun, tout est lié, et là elle a mille fois raison.

    On dit que la littérature est en perdition à cause des images, je n’en suis pas sûr…. elle s’essouffle peut-être elle même, à moins que nous ne soyons plus capables de lire (trop de redite). L’imaginaire est une évasion du réel, tout aussi dangereux que la pensée, la drogue, etc. Nous ne pouvons pas nous évader réellement…

    La psychanalyse elle, vise l’adaptation en définitive; c’est encore tolérable. Une petite escapade.

    En fait il faut réduire au maximum les espaces d’expression, car tout lieu de discussion devient en ce moment, une tribune pour ou contre le système. Et ils ont parfaitement réussi à faire taire toute parole subversive en groupe, car en solitaire sur 5 mn on entend parfois un « billet » écœuré, mais sans plus. c’est l’alibi.

  20. « Il est temps que l’homme se fixe à lui-même son but. Il est temps que l’homme plante le germe de sa plus haute espérance.
    Maintenant son sol est encore assez riche. Mais ce sol un jour sera pauvre et stérile et aucun grand arbre ne pourra plus y croître.
    Malheur ! Les temps sont proches où l’homme ne jettera plus par-dessus les hommes la flèche de son désir, où les cordes de son arc ne sauront plus vibrer !
    Je vous le dis : il faut porter encore en soi un chaos, pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante. Je vous le dis : vous portez en vous un chaos.
    Malheur ! Les temps sont proches où l’homme ne mettra plus d’étoile au monde. Malheur ! Les temps sont proches du plus méprisable des hommes, qui ne sait plus se mépriser lui-même.
    Voici ! Je vous montre le dernier homme. »

    Et la foule en a voulu…

  21. La poésie

    Sauve garde ,bouclier et transmission d’une réalité
    Décrire de façon légère sans risquer la camisole,dénoncer la violence des médias,leur mépris d’une vie .L’on nous parle des piratages médias anglais ,il faut savoir que les nôtres sont allés plus loin dans l’odieux .Je continue a dire qu’il a fallu pour ce faire l’aide de l’armée et de la police ? des flics qui surtout n’ont su que nier !Savaient ils à quel massacre ces hommes participaient,le savaient ils ?
    Car une intention louable ne pousse pas un être vers l’isolement ou la folie
    Il y a en France une secte,un mouvement profondément raciste et inhumain qui a de gros moyens et nos journalistes y sont soumis en partie

    « Enfer mais pas si seule
    Jamais !
    Enfer mais, sans.. Raison
    Cobaye ,nanoargent , poisson poison
    Sur barbecue tu cherches
    La caméra cachée .
    Et Cyril et Jean-Pierre amusent leur public
    En se riant de toi
    Nanoanna ,argent,argent
    Et tu ne peux,l’indicible dire
    L’on te pense folle
    A Charles des messages tu envoies
    Tu nourris des requins
    Namaste te salue
    Dommage que l’amour s’en mêle, s’emmêle
    Poisson d’Argent n’est pas Anna
    Chaque jour peine le poisson
    Un peu plus,et comme c’est voulu
    En perdra la raison
    En perdrait …. Qui sait…
    Et si jour après jour
    Le poisson faisait
    FRONT

  22. pour l’énergie, j’ai une solution : « le tout solaire ou la mort » ; sinon rien de nouveau sous le soleil. Ah si, un bouquin : Condition de l’homme moderne d’Hannah Arendt (vous connaissez ?). Bien à vous.

    1. Tiens ?!..
      J’viens justement de le relire.
      Sinon, il y a du nouveau … tous les jours !!
      Sourires des enfants, des chats … partout.
      et « l’homme debout dans le soleil… » (p.334)

      1. à karluss,

        Je ne sais pas ce qu’est un situationniste de nos jours.
        Ce ne peut pas être simplement quelqu’un qui créé des situations…

        Par ailleurs Debord disait qu’il n’avait été situationniste que le temps qu’avait duré l’Internationale

        Annie lebrun aurait pu l’être, voir mon commentaire en 8.

      2. si j’ai bien compris , il n’y a pas de situationnisme , pas de mouvement qui puisse s’y référer , c’est l’éclatement de tout référent , toute norme en somme , non ?

    1. « la vie d’un homme est une suite de situations fortuites .  » dit Debord .
      non . il arrive des évènements fortuitement , mais ceux là sont l’exception .
      etc. tout à l’avenant . franchement, je n’y trouve pas de vérité là dedans.

      1. page 325 « rapport sur la construction des situations »

        oeuvres complètes quarto gallimard .

        ce que je trouve remarquable , c’est le grand mouvement situ d’excommunication , puis d’auto dissolution du gourou .

      2. à Eric L

        Pourquoi n’avez-vous pas cité la phrase entière ?

        Pour le reste de vos propos, sachez que n’étant pas diplômé en « situationnisme », je ne considère pas devoir vous répondre.

      3. @marlowe
        si la phrase commence par une grossière erreur , que vaut la suite ?
        bon, je m’en fiche du situationnisme , je trouve ça dommage d’aller s’égarer ainsi , à cause du besoin , de la nécessité de changer le monde . ou de monde . ou encore de le renverser .
        mais dans toute cette approche , il n’est jamais question de soi , de sa réalité , de ce qui nous fonde . c’est une construction intellectuelle aussi creuse que le lettrisme qui prétend s’élever au niveau poétique . ou ces tendances d’arts contemporains qui donnent à mourir . ce qui est à mon sens assez pernicieux .
        mais le faut il ? pour que tout se renouvelle ? possible . néanmoins, il faut passer à autre chose, et ne pas perdre sa vie .
        de toutes façons , dans un monde bousculé , tout est faible . plus rien ne tient debout . tout fait fausse route ?

  23. il faut réveiller le monde dit-elle ; on me dit souvent que je suis comme du poil à gratter, j’en ai fait l’expérience même sur ce blog, il suffit d’un peu de dérision parfois pour « réveiller » le monde.

  24. une des auteurs les plus importantes des 50 dernières années, si vous voulez comprendre comment la pensée est bien plus dans nos têtes, qu’on ne le pense ou souhaite, alors lisez ou relisez Annie le Brun

    le fait est qu’on ne vous paye jamais pour être libre, elle avait dit dans un entretien, & aujourd’hui plus que jamais nos vies sont stupides car on a accès à la connaissance universelle, aux méthodes pour échapper à l’inconscient collectif & on ne s’en sert pas

    ça c’est un vrai constat d’échec de notre modernité, espérons que les générations à venir seront plus lucides & conscientes de leurs puissances intérieures

    1. espérons que les générations à venir seront plus lucides & conscientes de leurs puissances intérieures

      ça va leur venir comment ? la génération spontanée ?

      1. le grand soir non, c’est plus simple toutes les générations nées depuis les années 90 sont à l’opposé de conceptions doctrinaires/idéologiques des choses

        elles bénéficient de l’ère numérique comme contexte d’éducation, leurs modes de perceptions sont alimentés par des stimuli qui proviennent d’une infinité de sources produites par notre monde numérique

        de plus le mode acentré de diffusion ainsi que le mode de propulsion en réseau renforce les puissances des idées/concepts qui sont véhiculées, donnant une importance égale à chaque message

        seul l’opinion de chaque individu sur chaque idée/concept rajoute de la valeur & ainsi le niveau de clairvoyance/de lucidité est naturellement plus élevé que toute autre génération qui les a précédés

        de cette façon ils échappent beaucoup plus facilement à l’inconscient collectif, car ils sont plus armés intellectuellement & attachent autant d’importance à une idée qu’à sa soeur

        c’est pour cette raison essentielle, que le nombre de personnes à l’avant-garde sera beaucoup plus important que jamais historiquement

        le seul inconvénient de ces générations c’est qu’elles ne sont pas politisées ou peu politisées, notre rôle est de les politiser, on a besoin d’eux de cette avant-garde pour faire avancer les imaginaires sociaux

        ce sont les seuls qui par exemple ont compris que les imaginaires sociaux de la représentativité, des mass-médias, de sociétés basées sur la restriction par opposition à l’abondance, de l’organisation hiérarchique & patriarcal sont morts

      2. @ l’un des e1- – – – – 1
        « les générations nées depuis les années 90 »
        Il y aurait en déjà plusieurs en 22 ans ! Tout s’accélère, à moins que vous vouliez dire 1890.

      3. attention, c’est aussi la génération zapping, une idée chasse l’autre et la dernière info, le buzz, est la meilleure. Je les trouve plutôt hyper adaptés à la société marchande et sans volonté de vouloir changer quoi que ce soit ; enfin, j’espère me tromper.

  25. zappeurs ils le sont parce que plus que toute autre génération, ils ont les faiblesses de leurs forces, le fait d’être ouvert à toute idée vous laisse aussi dans l’incapacité de catégoriser les choses

    nous qui avons des armes idéologiques qui nous handicapent, pouvons résister à la paresse intellectuelle qui caractérise notre monde occidental moderne, car nous avons la politique comme cap/axe pour nous reconcentrer & échapper à la paresse intellectuelle

    ces jeunes générations sont dépourvus de ces armes & sont forcées à la passivité, à moins qu’ils ne se politisent & retrouvent des intentions/des sens à leurs vies

    d’ailleurs le nombre de jeunes, comme je l’ai compris récemment par le biais de Juan Enriquez dans une vidéo sur ted.com intitulée will our kids be a different species, bénéficiant de troubles de l’attention est le plus élevé jamais enregistré

    ce qui veut peut être dire comme dit Juan Enriquez que nous assistons à une transformation physique de notre fonctionnement

    mais ce qui est certain c’est que nous leurs aînés devons les politiser pour leurs donner un cap & des intentions à leurs vies

    http://www.youtube.com/watch?v=Syi9bqfFIdY

    1. les politiser à leur insu ?
      ils sont souvent largués en politique, les plus rebelles veulent être des sortes de caïds, ils ne pensent pas avenir collectif mais individuel. Ils veulent surtout consommer, comme bien expliqué dans la vidéo d’Annie Le Brun.

  26. à leur insu non, c’est leur intérêt de se battre pour leurs intérêts à nous de leur faire apparaître cette conscience d’une destinée commune

    perso. il y a deux publics problématiques dans nos sociétés les jeunes donc peu politisés, & le public des plus de 55 ans qui eux freinent des quatre fers pour que rien ne change dans nos vieux pays, il faut absolument faire comprendre à ces plus de 55 ans comment le monde a évolué pour devenir numérique & également les inscrire de nouveau dans le jeu social dans lequel ils ont été écartés depuis une trentaine d’années, sans cela cette génération va nous faire plonger dans encore plus de marasme économique

    sans ça on assistera à ce qu’on assiste actuellement des vieux qui se retranchent dans leurs acquis & les moins de 55 ans, à qui on fait porter le poids des changements tout en les freinant en permanence & de façon lourde

    c’est très mauvais car à moyen terme ça lasse, & cela crée de réelles fossées entre générations, d’où l’intérêt de bosser en parallèle sur l’avenir en formant les jeunes à la compréhension des outils numériques qu’ils utilisent & sur le présent en essayant de faire avancer les choses par le déblocage des vues court-termistes des plus de 55 ans

    c’est d’ailleurs le même problème en europe avec un âge médian de [40ans], aux usa & au canada [37ans], au japon qui est le plus vieux pays au monde [44.7ans] & en chine [34.5ans] qui s’approche de l’europe & des usa, l’afrique & l’asie restent jeunes

    on a vieilli & les systèmes à bâtir doivent prendre en compte cette vieillesse & cette ultra vieillesse à venir

Les commentaires sont fermés.