LE REDÉMARRAGE DU NUCLÉAIRE AU JAPON, par Asami Sato

Billet invité

The English version of this post can be found here.

Le samedi 16 juin, le préfet de Fukui (dans l’Ouest du Japon) donnait officiellement son accord au premier ministre pour le redémarrage de deux réacteurs nucléaires de la centrale d’Ohi. Les dates prévues sont le 8 juillet pour le réacteur N° 3 et le 24 juillet pour le réacteur N° 4.

L’expérimentation d’un ‘nucléaire zéro’ au Japon n’aura donc duré que deux mois. Il est dit que l’expérience douloureuse vécue à Fukushima n’altèrera pas l’ordre habituel de la vie politique japonaise.

Aucune question ne trouve plus aujourd’hui de réponse précise : des chiffres extrêmement divergents sont offerts sur des éléments purement factuels, qu’il s’agisse de taux de radiation, de probabilité de nouveaux séismes, d’évaluations de consommation d’énergie prévue durant l’été. Les choses les plus fondamentales semblent se perdre dans un brouillard. Pourquoi la centrale de Fukushima a-t-elle continué de fonctionner au-delà de la date prévue pour son arrêt ? Pourquoi l’ex-premier ministre Naoto Kan a-t-il immédiatement déclaré l’arrêt de la centrale d’Hamaoka après la catastrophe de Fukushima ? On s’interroge sur un rapport éventuel entre les réponses qui devraient être apportées à ces questions et une guerre perdue par le Japon il y a 67 ans – mais sur Twitter uniquement.

Des dizaines de milliers de Japonais ont manifesté leur opposition à une réouverture des centrales nucléaires, mais cette information est quasiment absente des medias japonais : les photos des manifestations ne peuvent être trouvées nulle part. Le 7 juin, des femmes de Fukushima ont manifesté devant la résidence du premier ministre. Vous pouvez les voir ici. Leurs doléances aboutiront-elles ? La question est malheureusement assez vaine : les citoyens ont cessé d’exister dans la société japonaise d’aujourd’hui en passe de se transformer en simple dictature technologique.

Partager :

111 réflexions sur « LE REDÉMARRAGE DU NUCLÉAIRE AU JAPON, par Asami Sato »

    1. Il a franchi la masse critique...

      ( Quand Télérama se réclame de Paul Jorion)

      Citation Télérama, à propos du spectacle théâtral lyonnais sur la crise des subprimes « 15% », de Bruno Meyssat :
      (A propos des comédiens)« Le metteur en scène les avait armés d’un solide viatique : deux cent pages d’articles de théoriciens (Keynes…) ou d’observateurs du système financier actuel, de Paul Jorion à André d’Orléan. »
      (Télérama du 4 juillet, page 22)

      Delphin

  1. « les citoyens ont cessé d’exister dans la société japonaise d’aujourd’hui en passe de se transformer en simple dictature technologique. »
    C’est général!

    1. La nucléarisation du monde est bel et bien une forme de dictature, tout comme l’accélération sociale permanente.

    2. « les citoyens ont cessé d’exister………………… »
      c’est mondial. Si toutes actions sur notre planète terre étaient décidées et faites dans le respect humain absolu avec cette devise « d’abord ne pas nuire »…………………..

  2. Il me semble que les citoyens japonais n’ont jamais vraiment compté dans l’histoire du Japon et que cette catastrophe peut également être vue comme le voile de la réalité qui s’entrouvre, faisant qu’une prise de conscience en profondeur s’opère.

    De même, chez nous s’entrouvre devant nos yeux incrédules, la folie du monde de la finance.

    Il nous reste à faire les liens nucléaire/énergie/climat/biodiversité/agriculture industrielle/ extraction minière/industrie financière/industrie agroalimentaire/…

    Amicalement,

    Delphin

    1. Oui malheureusement l’humain apprend dans la douleur mais cet éveil des consciences devrait nous permettre d’agir,à l’avenir,avec plus de sagesse,forts des riches leçons de nos inconséquences.
      L’heure est venue de lever ce qui nous sépare car nous sommes ,en réalité,tous reliés.C’est l’effet papillon qui dissout la chenille,celle de l’homme sans conscience…

      1. « ...,forts des riches leçons de nos inconséquences. »

        Les japonais n’ont pas, dans leur ensemble, été inconséquents dans leur choix du nucléaire.

        Ils ont été :

        -Trompés sur sa réalité (comme nous mais en plus fort)
        – Rendus complices malgré eux (comme nous mais en plus fort), séquipant force chauffage électrique-climatisation puisque l’électricité nucléaire était peu couteuse, facile d’installation et non CO2.
        – Fascinés technique (comme nous mais en plus fort) : ordinateur, ipad, ipod, iphone, smartphone, tablette que sais-je encore…
        Un groupe fasciné est un groupe qui perd tout esprit critique.
        – Achetés (comme nous mais en plus fort), car le miel attire les abeilles.

        Pour aboutir à cet état de fait, il a fallu aux « élites » (dominants) :
        – Tromper
        – Truquer
        – Corrompre
        – Asservir (les médias)
        – Tricher

        Comment le japonais moyen (comme nous mais en plus fort), mésinformé, aliéné (par ses dominants), soumis à une infernale pression tentatrice (pub, modèles sociaux), culpabilisé (si réticent à ce qui est bien pour le pays), littéralement acheté et rendu complice malgré lui, pourrait-il être qualifié de » inconséquent » ?

        Le qualifier d’inconséquent, c’est vouloir tirer à son idéologie à connotation religieuse une situation qui ne correspond pas, pour exprimer cette dernière (« tous reliés », + 2 fois le mot conscience en 5 lignes).

        Delphin

      2. Les humains ont été inconséquents dans leur ensemble ! c’est à dire moi,vous,les japonais et tous ceux qui ont une tête pour penser,un coeur pour ressentir et un rôle à tenie…ou pas !!

        Nous avons tous été manipulés et trahis parce que nous avons tous manipulé et trahi.Il n’y a de bourreaux que tant que certains jouent les victimes mais nous sommes TOUS responsables et tous capables de relever le défi du meilleur vu que nous avons été si doués dans le pîre…

      3. Que de belles phrases…
        Bien sûr que l’humain apprend dans la douleur, c’est ainsi depuis que l’homme est homme ! Nous n’évoluons que par adaptation et il ne me semble pas qu’il en ait jamais été autrement. Qu’est-ce que cela a de malheureux, c’est simplement notre nature animale, et après tout cela ne nous réussit pas trop mal puisque nous nous développons plus que jamais, catastrophe ou pas.

      4. Tous responsables = pas de responsables.
        C’est la lâcheté et l’impuissance qui font dire « tous responsables ».

  3. Marc Humbert m’envoie le message suivant :

    J’étais avant hier dans la ville de Fukushima dans le bâtiment de la préfecture, juste à 15 m de l’entrée, de grands arbres sur un sol de terre : mon compteur geiger a indiqué 1,14 µs par heure soit 10ms par an ! Plus près, à un mètre de hauteur 5ms par an. Voici une photo de la manifestation de vendredi. Effectivement la presse est auto-cadenassée sauf Tokyo shimbun et l’hebdomadaire Kinyobi, sur internet Japan times est accessible et donne à peu près les info.

    1. Au Japon (la vidéo est poignante), la presse est cadenassée par le pouvoir, chez nous elle est cadenassée par l’indifférence du citoyen
      http://www.rtl.be/info/belgique/politique/890609/nollet-prolonger-le-nucleaire-est-dangereux-et-inutile-

      C’est aussi pour la sauvegarde de l’emploi que le bourgmestre de Huy se réjouit de cette prolongation. « Mille huit cents personnes travaillent sur le site. La plupart habitent à proximité immédiate. Cette prolongation garanti l’emploi et la richesse de toute une région ».

      Chantage à l’emploi, quand tu nous tient!!!!!!!!!!!!!
      http://www.7sur7.be/7s7/fr/1502/Belgique/article/detail/1464947/2012/07/04/Le-bourgmestre-de-Huy-satisfait-de-la-prolongation-de-Tihange-1.dhtml?utm_source=RSSReader&utm_medium=RSS
      Ceci dit, Jean Marc Nollet est un partisan du capitalisme vert

  4. Merci Paul de nous avoir donné vos informations. Personnellement, je ne suis pas rassuré. Et le silence « assourdissant » qui entoure actuellement Fukushima ne présage rien de bon, ni pour les japonais ni pour les autres habitants de notre planète.

  5. Je suis surpris par la légèreté des propos tenus dans cet article et dans les commentaires. Ce blog est pourtant généralement de haut niveau.
    La presse ne dit rien, c’est le complot capitaliste, la dictature du nucléaire…on dirait un mauvais film américain.
    Enfin, suffit-il de manifester pour avoir raison ? Tout cela me semble bien léger. La rue doit-elle commander ?
    Le monde me semble un peu plus complexe que ce qui est exposé ici…
    Ni pro ni contre le nucléaire, juste exigeant.

    1. Depuis le boson de Higgs,nous savons que la légèreté de l’ être n’est plus une métaphore.
      Surtout restez zen.

      1. Enfin, suffit-il de manifester pour avoir raison ?

        Non bienr sûr, une foule n’a jamais rien créé

        La rue doit-elle commander ?

        Non, encore une fois une foule n’a jamais rien créé
        Pensez-vous que les revendications de ces quelques femmes représentent la « rue »?

      2. Zen vient du chinois Chan qui signifie « faire son devoir » . Zen ne signifie pas rester insensible ou passif .

        « La rue doit-elle commander ? » Si par le terme souvent pris comme méprisant de « rue » vous entendez le peuple , alors oui , dans une démocratie , c’est le peuple qui commande , c’est ce que signifie l’étymologie du mot . La démocratie est le seul régime politique où les citoyens sont véritablement responsables de leurs choix , bons ou mauvais et sont traités comme des adultes et des êtres raisonnables , contrairement aux autres régimes politiques où les citoyens sont considérés comme des mineurs ( repensez à la réflexion de Kant  » je ne comprends pas cette expression : être mûr pour la liberté  » ).

        « Suffit-il de manifester pour avoir raison ? » Pour vous manifester signifie faire du remplissage dans les médias en faisant uniquement acte de présence .
        Ce qui prouve que vous n’avez rien entendu de ce qu’on dit ces femmes qui ont argumenté . Vous avez dû regarder cette vidéo comme un spectacle de grand guignol .

        Puisque vous vous vantez d’être intellectuellement exigeant , je vous donne une adresse d’université populaire où l’on apprend , non pas une synthèse des idées des philosophes ou les préjugés qu’il est de bon ton d’avoir à leurs sujets , mais où on s’initie à une authentique réflexion , avec toutes les exigeances qui accompagnent cette activité très difficile :
        http://www.univ-conventionnelle.com/

    2. @ Zen

      Vous illustrez sous une nouvelle forme un vieux théorème : « Les gens qui ne sont ni de gauche ni de droite, sont de droite » :

      « Les gens qui ne sont ni contre le nucléaire ni pour, sont pour ».

      Merci quand même pour votre mauvaise foi : elle est à votre corps défendant très mobilisatrice !

      P.S. : Vous n’êtes pas zen.
      P.S. : Ce blog restera de haut niveau malgré votre intervention.

      1. Je n’ai aucun doute sur l’avenir qualitatif de ce site mais je persiste dans mon analyse.
        Je connais très bien les questions du nucléaire sans pour autant défendre une ligne aussi arrogante que certains commentaires. Ce sujet n’est pas comme la politique un sujet impliquant un positionnement. Le débat est certes indispensable (et complexe) mais n’exige pas de « choisir son camp » pour avoir la parole. Croyez vous que le nucléaire est un sujet de droite ou de gauche ?
        Je partage comme tout le monde les craintes liées aux sciences et je ne me suis pas permis de balayer la souffrance que peut exprimer les victimes de Fukushima descendues dans la rue.
        Mais de là à parler de dictature, il me semblait que c’était un peu « facile ».

        Au regard des réactions plutôt agressives face à ce modeste commentaire et à la sentence finale du maître, « accusé, vous n’êtes pas … » je promets d’être polémique et incisif lors de ma prochaine intervention.

      2. Bonjour,

        J’ai découvert votre blog très récemment ainsi que vos clips « le temps qu’il fait », dans lesquels je commençais juste à apprécier la mesure de vos propos en regard de vos opinions parfois tranchées. Enfin un peu de clarté et de fraicheur.
        Mais ce dernier commentaire me surprend autant qu’il me déçoit. Pourquoi ces attaques ad hominem ? Certes vous êtes le maître de céans, néanmoins pourquoi ?

        Je trouvais le commentaire de Zen très correct et a propos. Le nucléaire agite les démons de l’humanité. Néanmoins aujourd’hui personne, pas plus les japonais que les autres, ne sait mieux faire pour alimenter en énergie les millions de « gadgets technologiques » dont nous avons empli notre quotidien. Et je ne parle pas des purs gadgets, mais bien des climatisations, congélateurs, réfrigérateurs, sans oublier les hôpitaux, robots chirurgiens, appareils d’IRM et toutes ces merveilles qui nous font aujourd’hui survivre aux maladies et accidents pendant 80 ans en moyenne par individu. Les japonais en savent quelque chose, et au vu de leur avancée vers la robotique d’assistance (qu’il faudra bien alimenter en énergie) je gage qu’ils ne sont pas prêts à échanger leurs dernières décennies d’évolution contre la progression de leur espérance de vie vers le siècle tout rond.
        Quant aux gadgets mobiles de tous genres honnis de certains technophobes, ils créent plus de lien social qu’aucun média et ont joué ces dernières années un rôle jamais vu dans l’organisation de mouvements d’opposition aux dérives du pouvoir, ainsi qu’aux dérives capitalistes que vous dénoncez d’ailleurs fort bien. Je gage là aussi que nous (humains) avons largement dépassé le point de non retour et ne sommes plus disposés à échanger facebook, twitter, google et consorts contre les réacteurs nucléaires nécessaires à en alimenter les serveurs.

        Je ne vois rien de capitaliste là-dedans. Bien sûr, le nucléaire, comme le militaire, est indissociable de l’existence de complexes industriels phénoménaux, d’investissements colossaux, de liens avec le pouvoir politique et donc porte le potentiel de toute la corruption dont nous sommes capables. Mais cela existe dans tous les secteurs énergétiques, et si vous faites le compte du milliers d’éoliennes de dernière génération au bas mot qu’il faudrait pour remplacer chaque centrale nucléaire, vous vous rendez vite compte que sur le plan industriel c’est lâcher la proie pour l’ombre. Pendant ce temps, le nucléaire civil tue et pollue infiniment moins que toute autre extraction et exploitation de ressource énergétique minérale. Mais ça nous choque, et les japonais de même, parce que c’est sur notre sol alors que pour le pétrole et le charbon nous nous contentons de l’importer d’ailleurs sans trop penser aux ravages commis sur cet ‘ailleurs’.

        Dans tout ça je ne suis ni pour ni contre le nucléaire, j’essaie de garder les yeux ouverts et les pieds sur terre. Comme vous il me semble. Et ne me dites pas que je ne suis pas zen.
        Pensez-vous que je suis de droite ?

        David

      3. « le nucléaire civil tue et pollue infiniment moins » Pardon, David…??
        Tu as dû louper un épisode et je vais juste te citer quelques infos à propos du civil dans lequel j’ai travaillé.
        Déjà, le nombre de morts de Tchernobyl est loin d’être négligeable et les ravages des déformations anatomiques sont rarement connus du public.
        Je pourrais te citer aussi l’opération « plomb durci » des US qui a déversé des centaines de tonnes d’uranium qui, là aussi, ont forcément des retombées sur l’humain.
        Maintenant, tu as dû louper l’information que les déchets radioactifs sont autorisés depuis environ un an dans la fabrication des meubles en Europe… Hé oui…
        Notes, ça tombe bien car les déchets, on sait plus quoi en faire. Tout simplement car une centrale n’utilise QUE 5% du combustible et doit se débarrasser du reste… une paille : 95%.
        Là, il est clair que certaines centrales sont plus fiables que d’autres et tout dépend de la sécurité et de l’environnement.
        Juste pour le fun, depuis 20 ans, en France, 3 centrales ont failli sauter.
        Et connaissant le parc russe, c’est quasiment un miracle, vu l’état de leurs centrales, qu’il n’y ait eu QUE Tchernobyl.
        Certes, on traite de mieux en mieux les cancers…
        Mais c’est pas une raison pour faire marcher le commerce.

      4. Zen bosse dans le nucléaire, il l’a avoué à demi-mot. Et il est de droite aussi. Faut dire que zen est une caricature, pas bien difficile de le cerner.

      1. Ce texte est très beau mais le placer ici est totalement décalé (pour ne pas dire autre chose…)
        Comparer une prise de position sur le sujet de l’approvisionnement énergétique et les périodes dramatiques évoquées dans ce texte ne peut que conduire à galvauder ces thèmes hautement respectables.
        Ne mélangez donc pas tout. Vos arguments n’en seront que plus forts.

      2. @ david

        Non , vous n’êtes pas zen parce que ce mot a une définition que vous ne connaissez pas , heureusement je vous l’apprends plus haut mais il semblerait que vous ne sachiez pas lire ou pire que vous ne le vouliez pas .

        Le nucléaire est un outil . Il n’est ni bon ni mauvais , comme tous les outils . C’est l’intention de son utilisateur qui va déterminer en grande partie le danger de cet outil . Le rapport qui vient d’être rendu affirme que Fukushima est un accident provoqué par les humains car ils n’ont pas fait leur DEVOIR , prendre le maximum de précaution avec une puissance dont on sait aujourd’hui le potentiel destructeur ; la Tepco et le gouvernement n’ont pas été ZEN .

        Le but des acteurs du nucléaire dans cette tragédie a été de faire du fric à n’importe quel prix , y compris celui de la sécurité , de la santé et de la vie de leurs concitoyens .
        Il s’agit d’une affaire de justice , savoir ce qui a été bon ou mauvais , juste ou injuste et là tout être humain a à prendre partie .

        Il est impossible pour un homme digne de ce nom de rester neutre car la neutralité en matière de morale n’existe que pour les êtres amoraux , c’est-à-dire les animaux .

    3. La production d’énergie nucléaire n’est pas raisonnablement défendable car si risque il y a alors risque se produira -ça n’est statistiquement qu’une question de temps- entraînant des dégâts humains et matériels incommensurables sur des périodes qui dépassent largement l’unité de temps d’une génération humaine. Il faut donc s’en débarrasser et surtout se donner les moyens de s’en passer. Bien entendu c’est exactement le contraire qui se produit.

      1. Le nucléaire dans un monde capitaliste . Seulement si l’accident nucléaire est assuré à 100%.
        Assurance décès pour tout les riverains direct, maladie, remboursement des terrains inutilisables au prix fort, des batiments outils etc etc en cas de défaillance .
        Des ingénieurs de,l’assurance 24h sur 24 pour ajuster,la prime à chaque,incident ou prise de risque suplémentaire.
        Une police d’assurance devra également être souscrite pour la durée de vie des déchets radioactifs produits couvrants tout dommage futur.
        En fait si on applique cette logique capitaliste on ferme les centrales demain.
        Le nucléaire est rentable pour les actionnaire car les risques sont prix gratuitement par la population et les déchets sont repris par les futures générations gratuitement.

      2. Zen et David qui tombent si bien à propos me font penser à Tartuffe qui se donnent les apparences de la vertu .

        Zen et David traitent les intervenants du blog anti-nucléaire comme des gens qui n’ont pas toute leur raison , des ayatollah de l’écologie ou des fanatisés de Greenpeace .

        Zen et David empruntent un langage à l’APPARENCE posée pour soutenir des affirmations qui – en dépit de leurs fermes dénégations – sont bel et bien des prises de positions ( pro-nucléaires ) .

        Oh Honnest Iago ….

        Juger du bien et du mal , du juste et de l’injuste relève de la moral . En matière de moral , la neutralité n’existe pas et ceux qui prétendent à cette position sont eux-mêmes des gens immoraux .

        Celui qui prétend rester neutre face au mal , aux maux , est contre le bien et la justice .

        Conclusion , Zen et David sont des pro-nucléaires forcenés , Paul Jorion qui a répondu un peu rudement à la première intervention de Zen ne s’y est pas trompé .

  6. Juste avant 14h, quelle était l’invitée de la nouvelle émission de Caroline Fourest ?

    … Anne Lauvergeon (« atomic Anne » comme aimaient à la nommer et Les Echos et Le Figaro) laquelle, pour se dédouaner un peu, – à la façon de J.Luc Delarue faisant la tournée éducative des écoles – a largement parlé de son fonds « A2i » pour réinsertion professionnelle « qui me donne un pep’s incroyable ! » et pas du tout de la détresse japonaise Fukushima.

    Caroline Fourest – réchauffée dans le sein de Charlie Hebdo – dont j’appréciais et apprécie toujours l’engagement anti intégrisme religieux…

    Caroline Fourest présente la particularité de sacrifier au petit snobisme qui touche certaines présentatrices de radio et journalistes (plus rarement les hommes), de prononcer les [an] [on], mais pas complètement [on] et pas pour tous les [an], autrem[on]t ce serait trop simple.

    Ainsi l’entrevue historique de François 1er avec je ne sais plus qui ne peut se prononcer « l’entrevue du c[om]p du Drap d’Or »

    Pour qui veut exercer l’oreille, écouter l’entrevue :

    Delphin

      1. « A Lauvergeon est pour le nucléaire parce que petite fille elle a visité une centrale… »
        Dommage qu’elle n’ai pas visité un temple bouddhiste….
        On aurait sans aucun doute eu moins d’ennuis.

      2. A Lauvergeon est pour le nucléaire parce que petite fille elle a visité une centrale…

        C’est son père qui y était, dans la maison centrale ? Moi j’ai jamais visité mon père en centrale, c’est pour ça qu’j’ai pas fait Centrale, et qu’j’aime pas les prisons. A tout prendre j’préfère les centrales, y’a trois fois moins d’permanents dans les centrales EdF que dans les prisons de la RF. D’ailleurs j’en ai visité une quand j’étais branleur, de centrale, comme Anne Lauvergean.Cré beau, mais de là à en fabriquer et en vendre… Ah ! si on lui avait fait visiter une maison centrale à la petite Anne grise … P’têt qu’elle les aurait fait fermer, grande. Ah non ? Ah oui, elle en aurait vendues et fabriquées des plus belles et plus sécures, bien sûr. Comme Martin Bouygues, qui n’a pourtant pas fait Centrale, contrairement à son père, son grand-père et son frère. Par contre il aurait bien aimé y envoyer le beau-père de sa nièce, Bolloré, en maison centrale Bouygues, le Martin. Martin qu’est pas le copain de Lauvergean; normal il voulait prendre le bijou-joujou de l’Anne, ce gros hibou, avec Alsthom, Proglio et Nicolas pour lui casser les g’noux, qu’elle a fort beaux, et lui chercher des poux dans la tête pensante, qu’elle a dure comme un caillou. Tout ça pour faire des centrales, en Libye si possible.
        Bah, tout bien pesé, elle aurait du suivre sa furtive inclination d’ado d’Anne. Et rentrer dans les ordres, en religieuse façon Port Royal… « Puisque les évêques ont des courages de femme, les femmes doivent avoir des courages d’évêque. »
        Mais non, les réacteurs et les alternateurs c’est ben plus beau qu’une chapelle et un cloître. Dans les deux cas c’est la clôture qui pose problème, et pas que la clôture de bilan. Comme pour les prisons centrales d’ailleurs…

      1. Je suis allé voir l’extrait du livre de Pascal Boniface sur Caroline Fourest, lequel m’a laissé dubitatif.

        Nous sortons du sujet, mais j’espère que les arguments de Pascal Boniface sont plus solides dans le reste de son ouvrage :

        Citation :
        « Caroline Fourest affirme que le prénom du Genevois fait écho au nom de Tariq Ibn Zyad, premier conquérant musulman à avoir foulé la terre chrétienne. Elle note : « Peut-on croire sérieusement que ses parents ont choisi le prénom de leur fils par hasard ? Cela paraît peu probable quand on sait à quel point le chemin de chaque pan de cette famille est tracé d’avance. » Un raisonnement imparable ! Dis-moi quel est ton prénom, je te dirai quel est ton projet politique. »

        A mon avis, l’auteur n’a pas compris l’intention de celle qu’il critique : « Dis moi quel est ton prénom et je te dirai quel est le projet politique de tes parents à ton égard. »

        Pour le reste, nous sommes à mon avis, dans un entrelas inextricable :

        Le combat de C. Fourest contre Tariq Ramadan aux deux visages et la petite minorité conquérante islamiste de l’Islam est justifié (Gilles Kepel, « la revanche de Dieu »), sauf qu’il se fait par accointance avec la mouvance BHL.

        Mais une certaine gauche a les yeux de Chimène pour ce mouvement intégriste (dont Tariq Ramadan)… Par haine de BHL et consorts (« les ennemis de mes ennemis sont mes amis »).

        Fin du hors sujet.

        Delphin

  7. le sucide du Japon etait déjà inscrit dans le Dit des Heike .

    et un pays qui apprend le poème Iroha -je ne retrouve plus l’article l’évoquant à propos de l’impermanence sur internet – et qui accepte de par son systeme éducatif le suicide d’enfants peut il avoir véritablement une vision pérenne et quiète de son avenir ?

    il y a ce côté fataliste pire que les Anglais -d’autres iliens – « The death is inevitable although we make  » à opposer aux américains  » if you do all good then death is optional  » .

  8. Il s’agit d’une dictature de ceux qui ont « l’esprit d’équipe » et sont corrompu jusqu’à l’os
    Le rapport de force n’est pas en faveur de la population s’ils en sont réduits à venir pleurer
    devant des directeurs de com c’est qu’ils n’ont rien compris
    On a jamais renversé de dictature avec des cahiers de doléances

    1. Une dictature ??
      Mais,réveillons-nous,nous sommes en dictarture et il est temps que de plus en plus de personnes s’en aperçoivent !

      1. @Moi
        une légion découvre un boson , qu’on ose nommer particule de Dieu . il y a unité et consensus autour d’un axe , unique , un « dictat » , ici, doux . mais qui déshérite quand même les mauvais de la classe .
        la dictature techno- scientifique et financière , n’est pas tueuse directement . mais de façon indirecte , ce qui fait qu’elle passe pour clean . par ailleurs, elle donne aussi à vivre à ceux qui la servent .
        mais comme rien n’est jamais parfait , les « mauvais élèves » ramant à contre courant , sans parler du sud ou de l’orient, les plans s’avèrent ruineux , mais impossible de changer de feuille de route sans que ce soit pire .
        il n’y a pas faute à proprement dit , relativement à la machine qu’on sert .
        mais il y a faute par rapport à la terre entité incomprise, et indissociable de la vie quelle porte. indissociable sauf si on effectue cette coupure , parce là nous serions tous coupés , laissant le champ libre à la dictature .
        le problème, la difficulté , c’est le pouvoir . les gens pensent ne pas en avoir . alors ils en donnent énormément à ce qui les unit . sans savoir où cela les mène .
        celui qui veut sortir du jeu , risque de ne pas être aidé .
        mais faut voir si le jeu qu’on nous impose est vivant , source de vie . on, c’est la dictature anonyme manipulée par quelques marionnettes .

        comment faire, juste pour renforcer le lien de la personne , de son je ici bas , avec un plus grand ? et qui au moins l’éclaire, et lui évite de commettre trop d’erreurs ? amenuisant les maux , donc .

        un Homme, c’est « une » particule de dieu .

  9. Et toujours un silence assourdissant en France, des « écologistes socialistes » du gouvernement, à propos de la fermeture de Fessenheim.

    Pendant ce temps l’asn continue son lobbying, et ces « plans d’action », en vue de continuer à fabriquer le mox, qui comme tout le monde le sait, n’est pour rien dans les taux de radioactivité catastrophiques de Fukushima.
    http://www.lepays.fr/actualite/2012/07/04/l-asn-ne-compte-pas-relacher-la-pression-sur-fessenheim

    http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Dossiers/La-surete-du-cycle-du-combustible/Le-combustible/Le-combustible-MOX

    J’oubliais que beaucoup d’écolos préfèrent commenter les résultats du foot.

    1. Petite rectification, c’est areva et l’usine melox à marcoule, qui fabriquent le mox, mais qui « contrôle » les installations nucléaires et les déchèteries d’areva : l’asn.

      Par contre c’est Richard Brautigan qui écrit La vengeance de la pelouse.

    2. Dernières nouvelles de Fessenheim; l’Alsace du 4 juillet.

      « L’ASN ne compte pas relâcher la pression sur la centrale de Fessenheim  »
      L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a présenté hier le bilan 2011 de son action dans la région, en précisant que la fermeture annoncée de la centrale alsacienne ne changeait rien à ses exigences. »
      http://www.lalsace.fr/actualite/2012/07/04/l-asn-ne-compte-pas-relacher-la-pression-sur-la-centrale-de-fessenheim
      « « Fukushima a rappelé qu’un accident ne peut jamais être exclu. En France, les fondamentaux étaient déjà forts, mais des filets de sécurité supplémentaires vont être ajoutés. Après un temps d’arrêt, nous repartons avec un référentiel renforcé, mais il faudra une dizaine d’années pour aller au bout du retour d’expérience », a-t-il observé en préambule, notant, en outre, une convergence européenne dans ce domaine, qui vient renforcer l’exigence française. »

      En Allemagne on démantèle, ça promet pour Fessenheim et les autres (x 5 = 35 ans ?) !

      « La plus vieille centrale nucléaire allemande en démantèlement depuis 7 ans »
      http://www.lalsace.fr/actualite/2012/06/30/vue-de-l-exterieur-la-centrale-n-a-pas-change-aucun-batiment-n-a-ete-rase-pour-l-instant
      « Une centrale à eau pressurisée de la première génération conçue par le groupe Siemens, d’une puissance de 357 MW, soit moins de 20 % de la puissance installée à Fessenheim. »

      « Les coûts du démantèlement de la centrale d’Obrigheim ont été estimés à 500 millions d’euros. Les travaux seront achevés en 2020 au plus tôt. Le site de cette « ruine » de l’ère nucléaire pourrait alors retrouver son état naturel, une verte prairie »

  10. au vue des quelques réactions,avons-nous perdu ce qui nous reste d’humanité ?
    Nous devons bien comprendre que cette tragédie japonaise nous concerne tous sur Terre.
    Une menace constante,un déni pour la plupart des gens,un feuilleton angoissant car menace invisible et qui touche la fabrique de nos corps.
    Il y a 30 ans déjà,on criait catastrophe nucléaire,catastrophe planétaire ou alors société nucléaire
    société totalitaire,policière…etc
    A votre bon souvenir

  11. Certes le ‘capitalisme’ a encore sévi , les entreprises électriques ‘privées’ ont pris ce sont livrées à des accomodements qui se sont révélés criminels .
    Des rapports ont appelés avant la catastrophe à la vigilance et ont révélés des failles , mais pas d’action du gouvernement , en tout cas pas à la hauteur du risque . Lui aussi s’est livré à
    des accomodements .
    En France où il s’agit d’un choix stratégique de longue date on nous raconte ce qu’on veut .
    J’ai travaillé à la construction de centrales nucléaires , je peux vous dire par expérience , qu’il ne s’agit pas de plans tout tracés comme on s’attend à ce qu’il soit quand quelque chose est bien maitrisé . Le statut juridiques des marchés , déjà en soi , était significatif , je ne me souviens plus du nom de ce type de marchés , mais en gros çà consiste à faire ou à refaire , ce qui a été fait , jusqu’à ‘satisfaction’ selon les essais , au frais d’EDF , ce sans limites ; et non seulement les entreprises mais plus encore les bureaux d’études ne s’en sont pas privés .
    Les solutions adoptées , l’ont été pour des raisons qui ne sont pas connues .
    Sur le fond , le nucléaire est une énergie , profondémment anti-démocratique , c’est à mes yeux , son pire défaut . Elle est fortement centralisée et secréte , because question militaire .
    Il pourrait exister un micro-nucléaire , mais cela surtout les états n’en veulent pas , à tord ou à raison . Toujours est-il que cette énergie suppose un état ‘fort’ . Du coup comme citoyen vous perdez le controle . C’est une raison suffisante pour moi pour étre contre .
    Et une suffisante par contre pour tout anti-démocrate d’étre pour .

  12. Va-t-on enfin réaliséer que nous nous sommes tous trompé ?

    Qui peut encore osé revendiquer que le malheur des uns peut faire le bonheur des autres ?

    Quand allons-nous enfin comprendre que nous sommes tous liés ?

    Je suis si triste de nous voir tomber dans le précipice des inégalités et des jugements …si triste…

  13. Qui a poussé à ce redémarrage ? Probablement les gros consommateurs d’électricité, qui ont dû avoir bien plus de poids que les exploitants des centrales arrêtées.

    Sortir du nucléaire, c’est très simple : il suffit d’entrer dans autre chose – autres sources d’électricité, ou autre monde avec moins d’électricité. Avec seulement 30 % d’électronucléaire, les Japonais n’y sont pas parvenus. Alors les Français avec 80 %…

    Vivement que les travaux exigés par l’ASN soient terminés : autant réduire les risques, faute de pouvoir les supprimer rapidement !

  14.  » Normandie : un été sous haute tension  » c’est le titre de l’article du  » Canard enchaîné  » de ce matin 4 juillet 2012 relatant les faits d’armes d’une bande de zozos à l’attaque des pylônes en construction sur 4 départements ( Manche ,Mayenne , Calvados et Île-et-vilaine ) , pylônes qui doivent distribuer l’électricité de l’EPR en construction à Flamanville .
    Ligne absurde , inutile sauf pour Das Kapital ; Sa finalité est la spéculation future sur le prix de l’électricité .

  15. Juste une page internet pour illustrer ce que dit Asami Sato :

     » Leurs doléances aboutiront-elles ? La question est malheureusement assez vaine : les citoyens ont cessé d’exister dans la société japonaise d’aujourd’hui en passe de se transformer en simple dictature technologique.  »

    Le nouveau maire de Osaka (40 ans) de la nouvelle génération d’hommes politiques japonais illustre bien cette dérive et l’inhumanité des fonctionnaires et assimilés devant le traitement de cette crise. Je vous laisse prendre connaissance de ses propos:

    http://www.japantoday.com/category/politics/view/osaka-mayor-hashimoto-you-have-no-fundamental-human-rights

  16. On m’a prêté un petit livre sur Fukushima, que j’ai terminé de lire hier, justement.

    Plusieurs chapitres illustrant le retour à la normale par la fabrique du consentement nucléaire, mettant en perspective la « gestion » de Fukushima par le Japon, après l’expérience acquise par celle de l’après-Tchernobyl. Des textes d’analyse d’anciens liquidateurs, complétés par divers documents de presse, techniques, témoignages de citoyens japonais.

    Le découpage des chapitres :Catastropher – Liquider – Evacuer – Réhabiliter – Banaliser

    Oublier Fukushima
    – Arkadi Filine. Les éditions du bout de la ville, collection Pluie Noire.

    Au prochain accident nucléaire grave, l’expérience Fukushima/Tchernobyl permettra à la nucléocratie de gérer la population civile encore plus facilement.

    Et je viens tout juste d’entendre que la conclusion d’un rapport officiel commandé par l’Etat japonais, indique que l’accident de Fukushima est d’origine humaine, et non naturelle. De là à en approfondir les perspectives…

  17. La dictature japonaise n’a rien de nouveau, sa variante actuelle pose la question plus large de l’apparente universalité, en terre d’humanité, de la servitude, de l’endoctrinement, de la hiérarchie.
    Comme s’il était difficile d’est social sans être esprit de meute, où qui ne domine pas est dominé, et inversement.
    Et comme s’il était impossible de se saisir des expériences de Milgram pour en faire une cause nationale et urgentissime…
    Il y a ces choses que je ne comprends pas chez les humains. Comme j’ai un cerveau, je les range dans les constats de base. Et comme j’ai un coeur, je suis contre – à vie. Le problème, après, c’est de garder la joie de vivre. Mais elle aussi, est un constat de base incompréhensible, consubstantiel à ma nature… Ouf.

    Pour en revenir à la version japonaise de la servitude universelle, elle me fascine par son originalité – à mes yeux d’occidental. Un des traits en particuliers qui me marquent, c’est la répression des émotions derrière le masque du sourire et des courbettes – voyez les rides des vieux Japonais, ce sont les traits de la répression des pleurs d’enfant, gravés dans un visage par soixante-dix ans de retenue. Une jeune femme ne dit-elle pas dans la vidéo: «Nous combattons durement, en vous parlant, pour réprimer nos sentiments irrépressible» ?

    1. Bonjour,
      si je puis tenter une réponse :

      Comme s’il était difficile d’est social sans être esprit de meute, où qui ne domine pas est dominé, et inversement.

      Ca me semble plus que difficile, tout simplement impossible. Pouvez-vous me donner un seul exemple de réalité de cette vision utopique dans l’histoire de l’homme ? C’est à l’opposé de toute nature, à l’opposé de tout ce que nous apprend l’histoire, et plus généralement de tout ce que nous enseigne l’observation de l’évolution du vivant sur terre, humain compris. Y compris les bulles pacifico-anarchistes qui naissent ici et là et implosent tôt ou tard, preuve qu’elles ne recèlent aucune forme d’organisation favorable.
      En fait, il me semble même que dans le monde vivant la vie sociale la plus « paisible » et la plus développée est celle que l’on peut observer chez nombre d’espèces vivant justement en meutes, groupes structurés que nous humains qualifierions aisément de dictatoriaux puisqu’ils sont dirigés par un individu unique, mâle ou femelle, dominant absolu, qui défend en général sa position jusqu’à la mort.

      Cela n’a rien de cynique et ne devrait pas nous ôter la joie de vivre ! Personnellement, je préfère vivre assis sur une poudrière, avoir peur pour l’avenir et peser pour le rendre meilleur, qu’idéaliser le calme stupide du primate qui ignore la peur du lendemain. Nous sommes sortis du moyen-âge (pour ne pas remonter au-delà) qui était infiniment plus incertain, pour arriver où nous sommes aujourd’hui, avec une vie infiniment plus sûre malgré les risques de l’énergie nucléaire. Quand je lis dans certains posts ci-dessus « il y a 30 ans déjà… » : qu’est-ce que c’est que trente ans ? Autant le dire franchement, nous ne connaîtrons pas de notre vivant la fin du nucléaire, mais plus probablement le début de son remplacement. C’est déjà bien, non ?

      Ce que vous appelez servitude, ça n’est que la société. La société nous prive de la liberté que nous avons dans la jungle, mais elle nous apporte aussi la survie que nous n’avons pas en toute liberté. C’est à peu près ce que mesure l’IDH, sur cette échelle, le Japon fait « mieux » que nous et j’aimerais bien savoir s’ils s’en plaignent…

      David

      1. David:
        Les notions d’impossible et de toujours sont très relatives, elles sont culturellement et historiquement déterminées. En 1788, bien des choses paraissaient impossible au plus grand nombre, et 1789 s’est produit.
        L’argument « Ça a toujours été comme ça » est un constat formé entièrement sur le passé, et l’observation du passé ne permet pas, par définition, de prévoir une rupture réelle, qu’on l’appelle « changement de cadre », « rupture épistémologique », « révolution copernicienne » ou autrement.

        Il me semble qu’il est fécond de penser à quel genre d’impensable ou d’impossibilité apparente, l’humanité peut paraître contrainte par les défis historiques ou géologique.
        Si notre espèce est engagée vers un suicide collectif – il y a des éléments pour le penser, de plus en plus abondants – , alors forcément une réponse à cette situation inédite ne pourra être qu’inédite.

        Le seul doute que j’ai sur l’intérêt de la discussion est le suivant: est-ce que cela sert vraiment de débattre des questions qui ne sont pas encore posées en actes dans la société ? En général on pense que oui, – par exemple les Lumières sont un mouvement intellectuel qui semble préparer la fin de l’ancien régime – mais d’un autre côté, le processus historique paraît tellement aveugle, c’est un processus « sans sujet », qu’on se dit aussi qu’il ne sert à rien d’anticiper sur une utopie qui se réalisera de toute façon, et d’une manière qu’aucun esprit humain n’aura pré-définie. Les humains n’ont pas prémédité la révolution néolitihique, ni la révolution industrielle, ni même la révolution française.
        La révolution russe de 1917 ne s’est réalisée que par un concours de circonstances et avec l’aide de l’ennemi prussien, d’une manière qui n’est en rien l’histoire léniniste officielle, mettant en scène le génie d’un parti d’avant-garde pilotant la console de commande de l’histoire! Simplement, les communistes russes étaient organisés en classe dominante de rechange, et ils ont pu en conséquence se saisir du pouvoir dans le chaos du tsarisme finissant et de la guerre mondiale.

  18. « Des dizaines de milliers de Japonais ont manifesté leur opposition à une réouverture des centrales nucléaires, mais cette information est quasiment absente des medias japonais »

    Je ne suis pas du tout d’accord. J’ai beaucoup vu les images des manifestations (surtout la manif géante devant le bâtiment de Noda) aux infos sur toutes les chaines ici.

    « les citoyens ont cessé d’exister dans la société japonaise d’aujourd’hui »
    J’ose dire que c’est de leur faute…Je n’ai pas l’impression que les japonais expriment leurs opinions avec vigueur.

    Cordialement.
    De Kanazawa.

  19. c’est marrant je suis en train de relire des extraits de obedience to authority – an experimental view de Stanley Milgram

    je mets une citation de Ludivine Redslob – 2005-06 – soumission à l’autorité Stanley Milgram :

    « …j’ajouterai par ailleurs une autre remarque qui me paraît fondamentale au sujet de sa définition de l’autorité, dans l’expérimentation, le chercheur doit parfois user de moyens de coercition pour parvenir à obtenir ce qu’il souhaite, au commencement, l’autorité est naturelle ; il va de soi pour le moniteur qu’il doit faire ce que l’expérimentateur lui a demandé, puis lorsque le conflit entre la conscience et l’autorité grandit chez le sujet, le chercheur se voit contraint d’user de processus de persuasion et d’argumentation tels que vous n’avez pas le choix, vous devez continuer … or, l’autorité selon Hannah Arendt et bien d’autres, doit exclure l’usage de moyens extérieurs de coercition, là où la force, l’argumentation ou la persuasion sont utilisées, l’autorité a échoué, ainsi, l’autorité échoue à partir du moment où le sujet ose pour la première fois s’adresser à l’autorité et réprouver ses pratiques, la soumission n’existe que tant que l’individu réprime ses convictions »

    cette citation à part, le problème de nos systèmes économiques, ainsi que le régime des représentants sont des systèmes basés sur la confiance, dans une ère pré-numérique ça allait très bien !

    très peu de gens étaient réellement informés & conscients, alors que nous assistons depuis le début du numérique à la trnasformation de notre monde par la démocratisation par la computation, par la transformation en société gouvernée démocratiquement par la computation

    c’est ce à quoi on assiste depuis une quinzaine d’années ça craque de partout car de plus en plus de gens abandonnent les idéologies/doctrines, deviennent conscients qu’ils ne peuvent baser de systèmes sur la confiance alors qu’il existe des méthodes de gestion & de contrôle de gestion modernes capables de gérer des projets sur des échelles internationales & avec des millions de personnes participant à ces projets

    les gens ne sont pas bêtes, ils font le parallèle entre ce qu’ils entendent pour ceux qui utilisent encore les mass médias & ce qu’ils vivent au quotidien en surfant sur internet

    encore une fois ce qui est dur c’est qu’il n’y a pas de transition entre imaginaires sociaux & que tout se fait à des vitesses numériques, & ça c’est pas évident pour des gens qui ne sont pas habitués à se remettre en cause

  20. Ni pro ni contre le nucléaire, juste exigeant.

    (ZEN)

    Moi au départ j’ai été pour le nucléaire.

    J’ai changé d’avis en 1976 quand on a commencé à construire à 50 km de chez moi la centrale Superphénix contenant 5 tonnes de plutonium (alors que 5 kg suffisent pour une bombe) voisinant avec 5.000 tonnes de sodium fondu à 550°. J’ai estimé que mes connaissances en physique et en chimie suffisaient pour conclure que ce n’était pas raisonnable. Mon opposition s’est renforcée quand j’ai appris sur quelles (absence de) connaissances étaient fondés les calculs déterminant la nature et les dimensions des parois métalliques séparant le plutonium du sodium fondu qui sert à récupérer la chaleur dégagée.

    Au vu de l’accident de Fukushima mon opinion actuelle est que:
    – les accidents les plus graves sont causés par des évènements imprévus dont les conséquences ne peuvent être prises en compte par les responsables lors de la conception des centrales parce que l’argent nécessaire pour y parer (si c’est possible) ne serait pas disponible
    – une suite d’accidents très graves mais espacés dans le temps finira par conduire à l’arrêt de toutes les centrales, sans qu’on puisse prévoir l’ampleur des désastres qui seront nécessaires à cet arrêt
    – chaque accident grave augmente les risques financiers liés à la construction de nouvelles centrales et risque donc de prolonger l’utilisation de celles qui existent déjà malgré des conditions de sécurité très dégradées à cause de leur vieillissement
    – comme les centrales elles-mêmes, le stockage (à surveiller pendant de très longues périodes) des combustibles usagés pose des questions qui ne peuvent pas elles non-plus être prises en compte par les responsables parce que l’argent qui serait nécessaire n’est pas disponible.

    Même si c’est parfois difficile, les évolutions techniques sont toujours jugées en comparant après usage leurs avantages et leurs inconvénients (c’est le cas par exemple pour les armes nucléaires, pour lesquelles une seule expérience semble avoir suffi pour renoncer à leur utilisation.) Dans le cas de l’énergie nucléaire la situation est paradoxale: l’évaluation se trouve retardée parce que les inconvénients prévus sont tellement grands qu’on prend des précautions tout à fait inhabituelles pour en éviter l’apparition.

    1. Chaque accident grave et ses conséquences rend plus improbable la rentabilité du nucléaire, vu les garde-fous supplémentaires à ajouter. Personne ne peut dire quel sera vraiment le coût du nucléaire, puisque la » centrale économiquement de référence » est une projection de l’avenir contextuelle aux évolutions par définition imprévisibles.

      Imaginons que les travailleurs parviennent à remettre en cause les normes autorisant les doses annuelles reçues, doses qui ont été imposées par les décideurs (qui ne risquent pas d’en prendre) aux travailleurs qui les accumulent. Il faudra augmenter les protections et multiplier le personnel touché. Il arrive un moment où le nucléaire n’est plus rentable.

      C’est pourquoi les « experts » fixent des limites « pas dangereuses », qui correspondent, ô miracle, aux seuils de rentabilité et déclarent qu’il est moins dangereux d’encaisser des petites doses chroniques qu’une plus grosse exceptionnelle.

      Quand nous saurons enfin que, finalement, le nucléaire ne pouvait être rentable, ses promoteurs auront disparu du circuit, après avoir goûté une retraite rémunératrice.

      Pas de coupable

      Delphin

      Evolution des normes pour les travailleurs : 1934–>440 msv/an, 1949–> 150 msv/an, 1956–>50msv/an, 1990–>20 mv/an

      Ce ne sont pas une, mais deux bombes qui ont été lâchées par les américains. La première, uranium enrichi sur Hiroshima, la deuxième, plutonium sur Nagasaki, une semaine plus tard. Ca laisse penser qu’une expérimentation comparée – effets de l’uranium 235, effet du plutonium – était à l’oeuvre

      1. Il n’y a jamais eu de rentabilité prévue dans le nucléaire.
        Déjà en 1970 des études existaient prouvant le gouffre financiers qu’elles représenteraient.
        Pourtant ces personnes dont Maurice André, ingénieur et ancien du NBC de l’armée belge démissionnaire à l’époque avait lancé l’alerte.
        Comme pour Paul ( et d’autres) dénonçant la folie du monde de la finance, ils n’ont pas été écoutés…
        Grandeur et décadence de notre civilisation dite « moderne »….

  21. Les explications, les implorations et les appels au simple bon sens semblent se perdre dans les sables, de manière incompréhensible. Cependant…


    Indépendants, les membres de l’Agence de sûrété nucléaire ?

    Ce n’est pas tout. Ino Hiromitsu, un membre de l’Agence de sûreté du nucléaire, membre qui se distingue par son indépendance d’esprit envers l’industrie nucléaire, a directement accusé un de ses collègues d’avoir reçu des pots-de-vins monumentaux de la part des compagnies électronucléaires.
    La mise en accusation a pris place lors de la séance de questions de la réunion d’audition de points de vue, le 22 décembre 2011 :
    « Selon les rapports, le membre [de l’Agence de sûreté du nucléaire] Akira Yamaguchi a reçu la somme de 33.850.000 yens en budget de recherche de la part de la société Nuclear Developmentsous le prétexte d’un « dépôt de recherche ». Nuclear Development est une entreprise affiliée aux Industries lourdes Mitsubishi, le fabricant principal des centrales de Ōi, de Ikata [dans l’île de Shikoku] et de Tomari [à Hokkaidō], qui sont actuellement en cours d’examen. Si cela est avéré, cela mettrait en valeur une possibilité de cas de conflit d’intérêt, et comme je pense que pour un membre de l’Agence cela n’est pas approprié à l’éthique de la recherche scientifique, j’en appelle au jugement de l’Agence de sûreté nucléaire.»
    【参考】井野博満委員の12月22日意見聴取会への質問書より
    「報道によれば、山口彰委員は、(株)ニュークリア・デベロップメントから『受託研究』の名目で3,385万円の研究費を受け取っている。ニュークリア・デベロップメントは、現在審議中の大飯原発・伊方原発・泊原発主製造メーカである三菱重工の関連企業である。これが事実であれば、利益相反の事例に該当する可能性があり、研究者倫理としても委員にはふさわしくないと考えるが、保安院の判断をお聞きしたい。」

    En plus de Yamaguchi Akira, deux autres membres de l’Agence sont soupçonnés d’avoir reçu des pots-de-vins (sous forme de « budgets de recherche » :
    Source : Journal Asahi Shinbun du 1er janvier 2012
    http://www.asahi.com/national/update/1231/OSK201112310119.html
    Okamoto Kōji – Professeur spécialisé dans l’énergie nucléaire, chercheur en génie de l’université de Tōkyō. Aurait reçu 2.000.000 de yens de Mitsubishi – Industries lourdes. (réponse via son université : « Il ne peut pas répondre car il est très occupé »)
    ◆岡本孝司 東京大学工学研究科原子力専攻教授 三菱重工業 200万円
    「多忙につき答えられない」(大学広報を通じて回答):朝日1/1記事

    Abe Yutaka – Enseignant-chercheur en ingéniérie des systèmes d’information – cursus post-universitaire de l’université Tsukuba. Aurait reçu 5.000.000 de yens de Mitsubishi – Industries lourdes. Déclare « lors des délibérations exprimer son opinion en toute neutralité, d’un point de vue d’expert ».
    ◆阿部豊 筑波大学大学院システム情報工学研究科教授 三菱重工業 500万円
    「審議では専門の立場から中立な意見を述べてきた」:朝日1/1記事

    Mais ce n’est pas encore tout. Toujours selon le même article du quotidien national Asahi Shinbun (1er janvier 2012), 24 membres de l’Agence de sûreté nucléaire japonaise auraient reçu pas moins de 85.000.000 de yens de 2005 à 2010, gracieusement offerts par 11 sociétés en relation avec le nucléaire (sociétés de production électronucléaire et de traitement des combustibles usagés), et ce sans que ces dons d’argent ne soient reportés, les rendant plus faciles à utiliser discrètement. Les membres de l’Agence affirment que cela ne met pas en cause leur neutralité. Voire.

    http://fukushima.over-blog.fr/article-redemarrage-d-oi-mensonges-et-opacite-generalises-107628434.html

  22. Les dégâts du nucléaire au Japon, sur les différentes espèces, la situation actuelle à Fukushima, la responsabilité sur les vents qui ont eu impact sur d’autres régions du globe comme la Californie ou l’Europe, que déjà le mercantilisme semble vouloir ne pas nous expliquer alors que dégâts il y a.

    A notre porte aussi, des risques existent, qui ne sont pas nouveau puisque lors de la canicule de 2003 en France, ses questions avaient fait débats pour savoir le niveau de précaution à avoir en cas de problème avec des centrales nucléaires et thermiques en cas de forte chaleur, surtout avec le réchauffement climatique actuel qui s’accentue :

    La dépendance des économies occidentales à l’électricité n’est pas négligeable pour le fonctionnement en société et le commerce :

    « Aux Etats-Unis, elles produisent plus de 90 % de l’électricité et consomment 40 % de l’eau douce ; en Europe, elles produisent les trois quarts de l’électricité et représentent environ la moitié de la consommation d’eau douce. »

    Source
    http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3423_centrales_electriques_changement_climatique.php

    Le réchauffement climatique influence la température de l’eau douce, qui est fortement consommée par les centrales nucléaires et électriques, ce qui oblige à arrêter les centrales. C’est à la fois un danger écologique, une production énergétique électrique qui n’est pas adaptée pour une crise qui aura un fort impact sur l’économique et le social.

    En cas de problème, il faut redistribuer l’énergie à partir d’autres régions, mais en continuant vers une raréfaction de l’eau douce, de toute façon, ce type de système mène vers l’impasse en société.

    Et actuellement il n’y a pas de vision de sobriété énergétique, consommant peu pour permettre une cohésion sociale, même le Japon suite à une catastrophe nucléaire majeure cherche à imposer le nucléaire, alors que les problèmes sont divers concernant cette énergie.

    Les centrales électriques sont dépendantes du charbon, du nucléaire principalement comme combustibles, mais aussi de la température de l’eau donc du réchauffement climatique et de météos régionales parfois élevées. Sans des choix vers des alternatives de sobriétés énergétiques, ce sont à la fois des problèmes nucléaires (le démentalement techniquement réalisable ?) ou les échanges en société qui obligatoirement seront des enjeux, dont les populations devront être confrontés.

  23. Les élites doivent faire preuve d’une responsabilité exemplaire.

    Signalé par la 12:15 du Monde du 5 juillet :
    « Tepco & l’Etat, coupables de Fukushima »
    « Le discours officiel au Japon ne l’avait jamais affirmé avant aujourd’hui : « L’accident nucléaire de Fukushima est bien le résultat d’une collusion entre le gouvernement, les agences de régulation et l’opérateur Tepco, et d’un manque de gouvernance de ces mêmes instances », a conclu une commission d’enquête mandatée par le Parlement nippon, composée de membres de la société civile. Et de renchérir, dans un document long de 641 pages : « Ils ont trahi le droit de la nation à être protégée des accidents nucléaires. C’est pourquoi nous sommes parvenus à la conclusion que l’accident a été clairement créé par l’homme ».
    Il s’agit de la troisième enquête menée sur la catastrophe de mars 2011. Dans un précédent rapport, mandaté celui-ci par Tepco, cette puissante compagnie d’électricité avait été disculpée, le rapport affirmant que la puissance du séisme et l’ampleur du tsunami dépassaient toutes les prévisions, et ne pouvaient de ce fait pas être raisonnablement envisagées. Cette nouvelle enquête, après avoir interrogé les principaux acteurs de l’époque et mené des investigations depuis décembre 2011, affirme donc vigoureusement le contraire. En réalité, la direction de Tepco était consciente de ses retards accumulés dans les travaux antisismiques et dans les mesures contre les tsunamis, et elle savait que sa centrale de Fukushima Daiichi était vulnérable. »

    « Le rapport d’enquête reproche également à l’opérateur de ne pas avoir réagi suffisamment vite dans les premières heures de l’accident.
    « Cela ne doit pas être attribué à des problèmes d’individus sur le site, mais à des problèmes structurels de Tepco », a-t-il relevé. »

  24. « Des dizaines de milliers de Japonais ont manifesté leur opposition à une réouverture des centrales nucléaires, mais cette information est quasiment absente des medias japonais : les photos des manifestations ne peuvent être trouvées nulle part ».

    Et bien moi aussi, comme Pierre, je ne suis pas d’accord avec ça. Il y a des photos et pas mal d’échos des manifestations et de cette fameuse révolution des Hortensias contre le nucléaire au Japon, en particulier sur les médias alternatifs (tout aussi suivis que les médias officiels). Tous les vendredis, des gens manifestent devant le bureau du 1er ministre, devant la centrale de Ohi, ils sont de plus en plus nombreux, et comme on peut difficilement verrouiller le web, infos et photos circulent. N’en déplaisent au lobby.
    Voir par exemple http://www.fukushima-diary.com
    Il y a aussi : http://www.enenews.com qui cite d’ailleurs des grands médias.

  25. Bonjour,

    Comme il paraît à certains ici que je suis un pro-nucléaire forcené, je vais tenter de clarifier mon propos. Veuillez m’excuser de mal savoir faire court.

    D’abord je ne suis absolument pas pro-nucléaire, bien au contraire. Je travaille (et milite) pour l’environnement, et pas dans une grande entreprise mais au niveau PME, là où il faut trimer durement chaque jour et où il est bien difficile de se faire entendre. Je suis dans le secteur de l’eau et en opposition frontale avec le business de nos grands groupes français, donc le poids du lobbying, je sais ce que c’est.

    Ensuite, si je parais défendre le nucléaire, c’est uniquement parce qu’il me semble totalement vain, du moins en France, de s’y opposer de front. C’est une perte de temps totale. Voyez vous-même le peu d’effet, tant instantané que cumulé, qu’ont eu les milliers de manifestations et autres actions qui ont émaillé le développement de cette filière énergétique. Je n’ai pas l’intention de perdre du temps à cela.

    Ensuite, j’oppose les risques potentiels, certes immenses, du nucléaire civil, aux dégâts avérés des autres filières énergétiques, tant sur le plan humain qu’environnemental. On est loin d’avoir fini de traiter les séquelles du charbonnage en France alors que l’exploitation a pris fin il y a plus de 20 ans (http://fr.wikipedia.org/wiki/Mines_de_charbon_de_France#Le_traitement_des_s.C3.A9quelles), le poids dans la production de gaz à effet de serre de l’énergie d’origine thermique (combustion chargon, gaz et pétrole) est écrasant, et les séquelles humaines n’en sont pas moindres, que ce soit les décès dans les mines ou les diverses explosions d’installations qui se produisent chaque semaine dans le monde, il est vrai loin des pays développés, ça aide à se voiler la face.

    Et tout cela n’est pas du risque estimé, c’est la réalité, chaque seconde.

    Dans le domaine pétrolier, les mesures des conséquences environnemental de la marée noire de l’Exxon Valdez en Alaska en 1989 (il y a plus de 20 ans) continuent de croître. On n’a pas encore commencé de cerner celles de DeepWater Horizon en 2010, dont on ne sait toujours pas où va 30% du pétrole émis qui stagne vers 1500m de profondeur, ni quelles seront les conséquences des millions de litres de dispersants chimiques déversés. Avouez que dans le domaine de l’improvisation, cet accident fut spectaculaire.

    On peut ainsi multiplier les exemples à loisir.

    Pour l’instant, l’accident de la centrale de Fukushima n’a causé à ma connaissance ni morts ni blessés mais la zone d’exclusion a certes déplacé 150.000 personnes ( tandis que le tremblement de terre et le tsunami ont fait plus de 20.000 morts et disparus et 500.000 déplacés temporaires dont encore près de 100.000 aujourd’hui ).

    Et que dire de tout ce qui se passe dans le domaine chimique en terme d’accidents faisant de nombreuses victimes, morts et blessés, avec des conséquences environnementales à long terme que l’on ne sait toujours pas mesurer, sinon qu’elles affectent notre santé de manière mesurable à l’échelle de populations entières (ex: diminution de la fertilité conséquence de l’exposition chronique aux pesticides) et s’exprimeront encore sur des dizaines ou centaines d’années sinon plus ?

    Bref je n’aime pas plus l’énergie nucléaire que la plupart d’entre vous, et espère son remplacement au plus vite dans les prochaines décennies par des énergies renouvelables. Mais je refuse de céder au catastrophisme et m’oblige à prendre du recul pour inclure le nucléaire dans un spectre plus large, et sous cet angle le nucléaire me paraît très loin d’être un problème prioritaire.

    Comme le dévoilent progressivement les enquêtes sur Fukushima, le nucléaire est exemplaire sur la mise en évidence du poids de l’erreur humaine, des études bâclées à la corruption active en passant par tous les types de conflits d’intérêts. C’est sur ces problèmes que nos sociétés ont besoin de travailler car ils s’expriment et font des ravages dans le nucléaire mais aussi dans l’industrie alimentaire, la pharmacie, la chimie et une multitude d’autres. Le nucléaire n’est que la partie émergée de l’iceberg, non le coeur du problème.

    Il me semble que c’est la meilleure leçon que l’on tire des excellentes analyses de Paul Jorion dans le secteur financier.

    David

    1. On est loin d’avoir fini de traiter les séquelles du charbonnage en France alors que l’exploitation a pris fin il y a plus de 20 ans

      Sous que pour les dégâts causés par l’énergie fossile non renouvelables sont pour la plupart « réversibles »…..
      Tandis que pour ‘énergie nucléaire lorsqu’il y a problème c’est IRE-versible !!!
      Toute la différence isn’t it ?
      C’est une énergie, qui n’est pas humaine fiable, ni économiquement d’ailleurs !
      Youtes ces sommes dépensées en études, en recherches, en réalisation, en matière première, en sécurité d’exploitation pour en venir à la démolition (c’est pas gagné), si elles avaient été consacrée au « renouvelables » on n’en serait pas là.
      Il n’y a aucune bonnes raisons de défendre le nucléaire civil et militaire, simple question de bon-sens pour défendre l’avenir de nos enfants.
      Aucune intelligence à vouloir « maîtriser » tels des nouveaux dieux la matière, seulement une logique relevant plus du culte de l’égo et de ‘HP.

      1. C’est typiquement le genre d’étude où on se raconte des histoires et où on veut forcer le résultat qui arrange le story telling.

        On arrive à ce résultat en multipliant par 6, en quelques années, le coût de l’electricité produite par les « projected plant » par rapport au coût des « operational plant ». Or même en prenant en compte des mesures de sécurité extrèmement renforcées et en comptant des assurances pour des désastres genre Fukushima, j’ai montré que l’augmentation du coût de l’électricité nucléaire ne serait que de 15%.

        Coté prix du solaire on apprend, grande nouvelle, que dans 10 ans le prix qui est indiqué serait sans les subventions. En plus les prix qui sont indiqués sont les prix bruts de production du solaire sans tenir compte des coûts des infrastructures nécessaires pour pallier aux intermittences. Cette charge est laissée aux autres.

        Je sais que je n’arriverais pas à vous convaincre mais vous n’arriverez pas à me convaincre non plus.

      2. « Entre autres, sous couvert de production d’électricité, les centrales électriques nucléaires permettent de produire du plutonium, dont la première utilisation a été la fabrication de bombes atomiques. »
        Non seulement le nucléaire civil n’est pas subventionné mais en plus il est l’occasion de subventions cachées au nucléaire militaire. C’est dire comme il serait rentable sans cela.

      3. « En France, les crédits d’impôts ne semblent pas exister, tout simplement du fait que les réacteurs nucléaires ont été construits il y a longtemps et à une époque où EDF était une entreprise nationale.  »
        Même quand EDF était une entreprise nationale elle était bénéficiaire, il n’y a donc pas eu subvention.

      4. Il y a au moins 7 différents types de subventions au nucléaire:

        – L’assurance risque accident majeur est à charge du contribuable
        – L’assurance risque « commercial » est à charge du contribuable qui doit se porter garant (en cas de faillite ( l’opérateur ne peut pas laisser une centrale nucléaire à son sort)
        – La prévention du risque d’attaque terroriste sur des installations nucléaires est à charge du contribuable.
        – La gestion des déchets est à charge du contribuable, puisqu’ils doivent être stockés et surveillés pendant des milliers d’années.
        – Le contribuable se porte garant pour le démantèlement des installations nucléaires étant donné que son coût exact ne repose que sur des approximations.
        – À charge du contribuable (partiellement ou intégralement) : les maintes institutions nucléaires nationales et internationales.
        – Autres subventions: par ex: pour la recherche (sécurité, démantèlement, impacts sur l’environnement, réutilisation des déchets pour l’armement cf munitions d’uranium appauvri – dont les effets dévastateurs sont également à charge du contribuable – cf falluja/Irak, taux de cancers et de malformations le plus haut du monde et de tous les temps) etc…
        – etc
        Nuclear power is already heavily subsidised

        More than half of the subsidies (in real terms) ever lavished on energy by OECD governments have gone to the nuclear industry. Energy liberalisation has exposed the scope and scale, and sometimes illegality, of these subsidies. The European Commission has ordered Electricité de France, Europe’s biggest nuclear operator, to repay some illegal subsidy—an order that EdF is fighting. (The Economist May 6th 2004 http://www.economist.com/node/2651862)

      5. « – L’assurance risque accident majeur est à charge du contribuable
        – L’assurance risque « commercial » est à charge du contribuable qui doit se porter garant (en cas de faillite ( l’opérateur ne peut pas laisser une centrale nucléaire à son sort) »

        Ces deux types d’assurance sont dans l’augmentation de coût de 15% que je preconise.

        « – La prévention du risque d’attaque terroriste sur des installations nucléaires est à charge du contribuable. »

        Et la prevention du risque d’attaque terroriste sur les barrages hydrauliques ou sur les raffineries de pétrole, elle est à la charge de qui?

        « – La gestion des déchets est à charge du contribuable, puisqu’ils doivent être stockés et surveillés pendant des milliers d’années. »

        Si on étudie du stockage dans des couches géologiques profondes et stable c’est pour ne pas avoir à le surveiller, sinon on peut le stocker en surface.

        « Le contribuable se porte garant pour le démantèlement des installations nucléaires étant donné que son coût exact ne repose que sur des approximations. »

        Les approximations n’ont un impact que sur les provisions qui sont faites, l’opérateur est responsable du démantèlement c’est son problème s’il n’a pas fait assezovisions.

        « – À charge du contribuable (partiellement ou intégralement) : les maintes institutions nucléaires nationales et internationales. »

        Là c’est vraiment pouillème et ça existe pour les autres énergies.

        « – Autres subventions: par ex: pour la recherche (sécurité, démantèlement, impacts sur l’environnement, réutilisation des déchets pour l’armement cf munitions d’uranium appauvri – dont les effets dévastateurs sont également à charge du contribuable – cf falluja/Irak, taux de cancers et de malformations le plus haut du monde et de tous les temps) etc… »

        La recherche sur le nucléaire tout compris est largement inférieure à la recherche (prospection) de nouveaux gisements de pétrole même ramené en taux par unité d’énergie produite. Si les montants peuvent paraitre important il n’en est rien rapporté à l’énergie produite et les programmes de recherche sont engagés par le privé en fonction de leur intérêt economique. Il est bien évident qu’un résultat s’appliquant à 6% de l’énergie mondiale produite (cas du nucléaire) est plus intéressant que le même résultat s’appliquant à 0,01 % de l’énergie mondiale produite (cas du solaire photovoltaïque). Le jour où le solaire photovoltaïque fera 0,1% (dans 20 ans?) les industriels correspondant auront des budgets de recherche plus conséquents.

        « Le budget « R&D » total du pétrole payé par les Français, sous une forme ou sous une autre, est donc de l’ordre de 1,9 milliards d’Euros par an (12,5 milliards de Francs). »

        Le budget « R&D » total pour le nucléaire français se monte donc à environ 1 milliard d’Euros par an (environ 6,5 milliards de Francs).

        Or ces deux sources contribuent chacune à une fraction équivalente du bilan énergétique français (100 millions de tonnes équivalent pétrole pour chaque en chiffres ronds). Il en découle donc que le nucléaire est, en ordre de grandeur, deux fois plus économe en R&D par unité d’énergie produite que le pétrole.
        http://www.manicore.com/documentation/recherche_energie.html

      6. La scandaleuse subvention au nucléaire, by Robert Bell.

        Rappelons aussi le rapport annuel de l’Agence internationale de l’énergie qui souligne dans sa dernière édition que les subventions qui encouragent la surconsommation de combustibles fossiles ont dépassé les 400 milliards de dollars (contre 22 pour les biocarburants et 44 pour les energies renouvelables). Les subventions aux énergies nucléaires et fossiles, outre leurs aspects négatifs pour l’environnement rendent moins compétitives les énergies renouvelables.

        « L’arrêt des subventions défavorables à l’environnement, c’est pour quand ? »

        Au Japon la vie des centrales nucléaires fut prolongée juste 1 mois avant la catastrophe:
        Japan Extended Reactor’s Life, Despite Warning (NYTimes)

        Que font la Belgique (et la France) ?
        Sortie du nucléaire (Belgique) : Wathelet ignore ses propres experts (07/07/2012)

      7. L’étude n’est pas biaisée, mais elle a été faite « rapidement ».
        « However, the probability and consequences of severe nuclear accidents are
        currently the subject of debate, and estimates of potential damages and their
        consequences for health, environment and the economy vary over more
        than six orders of magnitude according to a range of international studies.
        We therefore recommend (i) to review these international damage studies,
        including a sensitivity analysis of all assumptions and subsequently, (ii) to
        strive for consensus on a smaller range of cost estimates. »

        Plutôt que de faire une estimation eux même des dommages potentiels, ils ont examiné des études déjà faites et ont constaté une grande dispertion des résultats. Ce n’est pas interdit de s’appuyer sur d’autres études, mais alors il faut être capable de juger soi même de la crédibilité des résultats pour choisir celles des études dignes d’intérêt avec une dispertion moins grande. Ce travail est laissé à d’autre.
        Il me semble que ce travail commandé par la commission avait pour but de voir si on pouvait coincer la France, car la commission n’a de cesse que d’abattre EDF. Le résultat qui intéressait la commission est bien inclu dans l’étude mais il n’est pas assez important pour permettre de partir en guerre :
        « Adopting an insurance model in which nuclear generators themselves cover
        currently agreed national and international liabilities by means of private insurance
        implies a an increase in the price of nuclear power of less than 1%.
        The environmental and economic effects of this scenario are negligible. »

        Sans vouloir me mettre en avant je préfère mon approche du coût d’un tel accident :

        « Restent les risques d’accidents. La cour des comptes vient d’évaluer les coûts du nucléaire dont le coût des assurances qui seraient nécessaires pour couvrir le risque des accidents nucléaires. Elle se fonde sur un coût d’accident de 70 Milliards d’euros pour calculer un pourcentage du prix de l’électricité à verser sur un compte pour constituer une réserve. Ce montant est déjà contesté aussi on le remplacera par une estimation japonaise (non complaisante) du coût probable du désastre de Fukushima. Le montant à prendre en compte devient alors 250 Milliards de dollars sachant que les évaluations vont de 71 à 250 Milliards. »

        Avec cette estimation 13 des 15% d’augmentation du prix de l’électricité que je préconise ont pour but d’assurer le risque correspondant.

      8. Rutilly, ici, quelques éléments de  » l’ inconvenient nuclear truth « , en quelque sorte (Si vous aimez, j’en trouverai d’autres) .
        Bloomberg News : World Atomic Output Falls by Record in Fukushima’s Aftermath
        By Kari Lundgren on July 06, 2012
        – There are 59 nuclear reactors being built globally and at least 18 are experiencing “multiyear” delays, according to today’s report. 9 have been listed by the International Atomic Energy Agency as “under construction” for more than 20 years, the authors said.
        -Electricite de France SA, the world’s biggest operator of nuclear reactors, has said a decision to extend the lives of two U.K. plants will hinge on their commercial viability, as well as regulatory safety reviews. All of Britain’s reactors are due to close by 2035.
        – Atomic power accounted for 11 percent of all electricity generation.

        …Even countries such as the United Arab Emirates, intent on using nuclear power to meet a third of electricity demand by 2020, can’t get the financing they need, Schneider said in an interview…..

        http://www.businessweek.com/news/2012-07-06/world-atomic-power-output-falls-by-record-in-fukushima-aftermath

      9. @quelqu’un

        On peut dire qu’on est d’accord sur le desaccord.
        Que la production nucléaire ait baissée en 2011 n’est quand même pas étonnant alors que les 54 centrales Japonaises ont été arrêtées ainsi que 8 centrales Allemandes. Que le désastre de Fukushima ait un effet négatif sur les perspectives du secteur d’accord aussi. Si l’on pouvait se passer du nucléaire tout cela serait suffisant pour l’arrêter. Mais je me place dans une perspective de long terme, quand on aura consommé toutes les énergies concentrées et que les renouvelables feront 20% de la consommation actuelle (8% pour le bois avec déforestation, 8% pour l’hydraulique et 2% pour le reste) il ne restera plus que le nucléaire. Et si on ne s’y prépare pas ce sera une époque de guerre de famine et de maladie car la Terre ne peut supporter que 1,5 Milliards d’habitants sans les énergies concentrées.

      10. Rutily, vous dites:
        « Que la production nucléaire ait baissée en 2011 n’est quand même pas étonnant alors que les 54 centrales Japonaises ont été arrêtées ainsi que 8 centrales Allemandes. « 

        « Que le désastre de Fukushima ait un effet négatif sur les perspectives du secteur d’accord aussi. »
        Oui, absolument et les autres désastres aussi.

        « Si l’on pouvait se passer du nucléaire tout cela serait suffisant pour l’arrêter. Mais je me place dans une perspective de long terme, quand on aura consommé toutes les énergies concentrées et que les renouvelables feront 20% de la consommation actuelle (8% pour le bois avec déforestation, 8% pour l’hydraulique et 2% pour le reste) il ne restera plus que le nucléaire. »


        « Et si on ne s’y prépare pas ce sera une époque de guerre de famine et de maladie car la Terre ne peut supporter que 1,5 Milliards d’habitants sans les énergies concentrées. »

    2. @David,
      Il est intolérable de tuer et de faire souffrir physiquement et psychiquement des enfants et plusieurs générations à venir , donc également si c’est pour faire un peu d’électricité (nucléaire).
      Dieu seul sait où et quand la prochaine catastrophe nucléaire aura lieu, mais elle aura lieu – sans le moindre doute – à moins qu’on décide d’arrêter rapidement le nucléaire (sachant que les problèmes de la gestion de ses déchets ne sera aucunement résout )
      David, tapez : « Chernobyl Legacy by Paul Fusco  » dans youtube. Je ne mets pas le lien, parce que ce qu’on peut y voir est tout simplement terrifiant et m’a rempli d’une immense tristesse lorsque j’ai vu ça pour la première fois, sachant que d’autres connaitront également ce sort dans peu de temps…

    3. « Voyez vous-même le peu d’effet, tant instantané que cumulé, qu’ont eu les milliers de manifestations et autres actions qui ont émaillé le développement de cette filière énergétique. Je n’ai pas l’intention de perdre du temps à cela »

      Je pense au contraire que les manifestations et autres actions ont eut un effet décisif sur les normes de sécurité et leur respect, sur la diffusion des informations relatives aux accidents qui ont eu lieu et sur l’information du public. Je ne suis pas sur qu’on aurait entendu parler de Tchernobyl s’il n’y avait pas eu d’agitation anti-nucléaire (il y a eu d’autres désastres écologiques en URSS dont on parle très peu.) En plus il me semble que ça a largement freiné l’industrie nucléaire, en particulier la filière des surgénérateurs au plutonium qui est nettement la plus dangeureuse.

      Le rapport remis au Parlement Japonais par une Commission indépendante mis en lien par Sylvestre Huet sur le blog {sciences²} (ici le résumé sur le net, en pdf) aurait-il été réalisé et diffusé si tout le monde s’était habitué au nucléaire comme on s’était habitué au charbon? (je suis né au milieu des terrils!)

    4. Et que dire de tout ce qui se passe dans le domaine chimique en terme d’accidents faisant de nombreuses victimes, morts et blessés, avec des conséquences environnementales à long terme que l’on ne sait toujours pas mesurer, sinon qu’elles affectent notre santé de manière mesurable à l’échelle de populations entières (ex: diminution de la fertilité conséquence de l’exposition chronique aux pesticides) et s’exprimeront encore sur des dizaines ou centaines d’années sinon plus ?

      et bien remplacez chimique par nucléaire et vous avez tout dit.
      Alors que vouliez noyez le poisson dans l’eau, libre à vous
      permettez nous de rester lucide!

  26. J’ignore si les vidéos qui suivent ont déjà été postées sur le blog. Dans l’affirmative, mes excuses pour la redite.
    1 – Le témoignage d’un ex-ingénieur de TEPCO, avec un passage très intéressant sur la tentative effectuée par l’opérateur pour acheter le silence de son ex-employé :
    http://www.dailymotion.com/video/xq9w5f_kimura-histoires-vraies-par-un-ex-ingenieur-de-tepco-tepco-est-effroyable-29-04-11_news

    2 – Le diplomate Matsumura Akio parle des dangers liés à la piscine de combustibles usagés situé dans la bâtiment abritant le réacteur n°4 (si la piscine se vide de son eau, 50 % de la population japonaise devra être évacuée) :
    http://www.dailymotion.com/video/xqatce_fukushima-reacteur-4-un-danger-au-dela-de-tout-ce-qu-on-a-connu-08-03-2012_news

    3 – La confirmation de ce qui précède par Koide Hiroaki, chercheur associé à l’Institut de Recherche du Réacteur de l’Université de Kyôto : « si la piscine de l’unité 4 fuit, c’est la fin » :
    http://www.dailymotion.com/video/xpidxf_fukushima-dr-koide-si-la-piscine-de-l-unite-4-fuit-c-est-la-fin-08-03-2012_news

    1. Bonjour a tous,
      j’ai un peu dépilé la file et je voudrais dire que je suis citoyen et le nucléaire m’inquiète au plus haut point (contrairement à ce que j’ai pu lire). De plus, quand je regarde cette page http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_r%C3%A9acteurs_nucl%C3%A9aires, et étant donné que je suis un peu pessimiste, je suis tenté non pas de dire « si quelque chose arrive en France … », mais de dire « Quand ça va arriver … ». Lorsque je regarde toutes ces vidéos de témoignages au Japon, je ne peux m’empêcher de transposer leurs visages avec des visages occidentaux. Et c’est en général là que je m’énerve. A la fois contre celui qui promet et ne fait rien, et aussi contre les citoyens encore passifs devant ce problème qu’il faudra bien résoudre. Ce seront ces mêmes citoyens qu’on nous montrera à la TV et qui diront « Ils avaient promis que tout était sous contrôle » Comment on ne peut pas être conscient du problème nucléaire. Il faut se rappeler quand même que l’histoire de l’usine de Tchernobyl n’est pas finit.
      L’ennuie quand on est contre le nucléaire, est qu’il faut venir avec de solutions de rechange viable. Je pense aussi bien à la quantité d’énergie à produire, que le nombre d’emplois à remplacer. Peut être qu’elles existent, mais dans ce cas la France perdrait un de ses fleurons technologique. A suivre …

      Enfin je profite de ma réponse pour signaler à Paul que la courbe de fréquentation du blog qui est en relation avec le cours du CAC40 ne démontre pas forcément que ce sont uniquement des boursicoteurs qui fréquentent le site. Je suis comme pas mal de gens. Quand tout va bien, et bien je suis moins vigilent, et quand ça s’agite un peu je veux comprendre. C’est bien de se détendre des fois.
      Allez à tantôt.

      1. Un fleuron technologique émergent et très prometteur que la France délaisse obstinément (alors qu’elle n’a pas de pétrole et qu’elle prétend avoir des idées) c’est l’industrie du démantèlement nucléaire. Les Allemands s’en occuperont et déploieront bien-sûr en même temps l’industrie des énergies renouvelables qui sont et resteront bien évidemment les seules viables.

  27. Pour des valeurs actuelles relatives au coût de l’électricité solaire en Allemagne, en comparaison avec le prix des fournisseurs classiques (réseau) voir ici
    http://energeia.voila.net/solaire/parite_allemagne.htm

    Et par la même occasion, le point sur la sortie du nucléaire dans ce pays, ici
    http://energeia.voila.net/electri/allemagne_nucle_renouv.htm

    Pour un pays qui, par sa géographie, dispose de ressources hydrauliques modérées, l’essor de l’électricité renouvelable est impressionnant.

  28. Beaucoup de centrales du même modèle que celles de Fukushima sont en fonction aux Etats-Unis

    L’accident de Tchernobyl concernait un réacteur au graphite, type de réacteur très peu utilisé en dehors de l’URSS. Au contraire l’accident de Fukushima concerne des centrales à eau bouillante General Electric dont plusieurs modèles et pas mal d’exemplaires sont utilisés aux Etats-Unis. Cette accident constitue donc un crash-test en vraie grandeur (et en 4 exemplaires) très instructif quand à la sécurité en cas d’accident grave.

    Pour cette raison la NRC (U.S. Nuclear Regulatory Commission) a décidé de réviser les conditions d’utilisation de certains réacteurs (boiling-water reactor (BWR) Mark I and Mark II) en fonction des « leçons apprises du séisme et du tsunami du Japon le 11 mars 2011. »

    Toutes les recommandations annoncées n’ont pas encore été émises par la NRC mais le 5 juillet dernier les Anonymous on publié une série de documents piratés à ce sujet.

    Il y est dit par exemple que:
    – les vannes permettant d’abaisser la pression à l’intérieur de l’enceinte (venting system) n’ont pas pu être utilisées ce qui a rendu impossible d’utiliser de l’eau à basse pression pour le le refroidissement
    – les instruments mesurant le niveau de l’eau dans les piscines de stockage du combustible irradié (instrumentation to determine the water level in the SFP) n’ont pas fonctionné.

    A mon avis Fukushima a mis en évidence le fait qu’en cas d’accident majeur il n’est pas possible d’intervenir sur ces centrales de manière à limiter les conséquence de l’accident parce qu’elles n’ont pas été prévues pour ça…

  29. « Arnie dans ce business vous êtes pour nous ou vous êtes contre nous, et vous venez de franchir la ligne » . Avant le tsunami, les modèles, et quand le régulateur et l’opérateur couchait dans le même lit … (ils sont à la douche) — 1 million de cancers à venir, 23 centrales aux us à fermer, forteresse du silence.
    vidéo st fr. de A. Gundersen – Fukushima Daiichi, catastrophe d’origine humaine 06.07.2012
    + http://www.categorynet.com/actu-des-medias/liberte-de-la-presse/japon—-fukushima-:-acharnement-judiciaire-contre-un-journaliste-freelance-20120710187233/

Les commentaires sont fermés.