CE SOIR JEUDI 13 À PERPIGNAN, DEMAIN SOIR VENDREDI 14, À TOULOUSE

Hier et avant-hier à Narbonne, ça s’est très bien passé, avec hier, applaudissements à chacune de mes interventions. Ça surprend d’abord, mais ça fait très plaisir !

Aujourd’hui 13 septembre à 19h, à Perpignan, à l’initiative de la librairie Torcatis, je parlerai de mon livre Misère de la pensée économique, à paraître le 3 octobre.


Demain, 14 septembre, je parlerai à 19h dans la salle Sénéchal de la Mairie de Toulouse dans le cadre d’Assosciences Midi-Pyrénées.

Partager :

41 réflexions sur « CE SOIR JEUDI 13 À PERPIGNAN, DEMAIN SOIR VENDREDI 14, À TOULOUSE »

  1. Les applaudissements sont largement mérités, Paul. Vous êtes un homme estimable. Je suis heureux que vos paroles soient de plus en plus appréciées. Merci de continuer à nous faire comprendre ce qui se passe en expliquant ce qui ne nous est jamais dit…..

    1. « Words, words, words »
      C’est du Shakespeare, n’est-ce pas?
      « L’emploi, l’emploi, rien que l’emploi »
      Ça ! c’est du Jean-Marc Ayrault !
      C’est que la formule est belle. Il suffit de répéter trois fois et… comme par enchantement, de nouvelles perspectives apparaissent. Enfin, nous aurions vraiment Aimé…, en ce jeudi.
      « Paroles, paroles, paroles »
      Encore des paroles que tu sèmes au vent / Voilà mon destin te parler….
      Enfin, pour le Moment, nous avons Paul Jorion, pour Employer d’autres Paroles, qui ne nous sont jamais dites…

    2. Oui, c’est vrai que vous avez une façon lucide d’analyser les événements. Aussi bien « techniquement », sur l’aspect finacier, qu’avec votre point de vue d’anthropologue.
      Merci de votre venue à Narbonne.
      Si vous avez le temps de flâner à Perpignan : il y a encore actuellement les expositions Visa pour l’image. A noter un photoreportage sur les manifestations qui ont eu lieu Grèce. Expo au Couvent des Minimes.

  2. borchieu, j’étais dans le secteur il y a une semaine, on aurait fait la vague dans les gradins 😉 Un jour, plutôt un soir, vous passerez chez Taddéi ! Santa Gloria !

      1. Paul est « déjà » passé chez Taddéi….

        il y a longtemps déjà , c’étais dans la préhistoire de la crise , depuis fini ( depuis la soirée Woerth je crois bien )

  3. doux jésus quel marketing , annoncer que même ceux assis au fond de la salle seront à cent mètres du centre du monde 🙂
    Bon trêve de plaisanterie ,actualité économique , suis content de savoir que le ps à trouvé un successeur à Martine Aubry , et que l’ump va bientôt avoir un nouveau chef .Y vivent vraiment dans le monde de OUI-OUI

    1. @ bruno
      Que cet indice avec zone haute 11000 et maintenant 664 , quel est le problème ? Que notre monde de fous ralentisse ! Je trouve cela plutôt rassurant , ne vaut-il pas mieux freiner avant le mur , que freiner après l’impact .
      Autre:
      Que tous les mecs qui font du fric sur des contrat à terme , sans jamais voir le produit acheté se plantent , et alors ( 2 contrat sur cent ,concerne une livraison physique)
      Mardi dans ma télé nationale , j’ai vu un reportage sur des tradeurs Français qui donnaient une partie de leur gain journalier pour la bonne cause , souvenir du 11/septembre , l’un d’eux est passé devant la caméra en buvant une coupe de champagne .On ne change pas une bonne équipe de gagnants !!!!!!!!!!!

      1. @Ardéchoix

        Cet indice avancé nous annonce quelques temps encore plus difficiles qu’actuellement: la reprise, ce n’est pas pour demain, ni pour après-demain… Malgré tous les satisfecits, liés entre autres à la décision de la Cour de Karlsruhe, hier.

        Mais vous me direz qu’on s’en doutait!

        Les 2 ans demandés par Hollande? Pur marketing politique, pour calmer momentanément « la populace ».

    2. @Bruno

      Oui, 661, le PMI (Purchase Manager Index) est aussi vers 49,6 % ce qui signifie un ralentissement. Tout cela devrait se répercuter sur le cours du cuivre, du pétrole, des entreprises de transport, etc (en l’absence de spéculation).

      Apocalypse signifie révélation, en grec. translated literally from Greek refers to a revelation of something hidden.

      Que nous devenions plus compétitifs ne servirait en cas de succès, qu’à appauvrir le reste du monde ; en fait l’austérité est une déclaration de guerre économique, sans espoir de réussite d’ailleurs, envers les autres parties du monde. Une fanfaronnade désespérée. Notre propre « bonheur » résulterait en fin de compte du malheur d’autrui ailleurs, en Chine, Inde, Brésil, etc. C’est une stratégie perdante-perdante.

      Pourquoi ne dit-on pas que nos politiques actuelles d’austérité, de « redressement » productif, n’auraient comme contre-partie du succès escompté que la déchéance ailleurs, dans une économie mondialisée, jusqu’à ce que nos concurrents abaissent à leur tour une fois encore leurs coûts de production etc jusqu’au 9è degré de l’enfer économique.

      La fameuse « compétition » revient, si on la retranscrit en langage clair, à entériner l’incompatibilité du succès de tous, au niveau mondial. Le succès des uns inclus comme condition, le naufrage des autres. A ce compte là ça ne m’intéresse pas. Un minimum d’altruisme m’interdit de considérer le monde comme un jeu, tels les échecs. La vie est infiniment sérieuse comme le dit Jankélévitch.

      Il est étonnant que la concurrence soit largement dévoyée au niveau local, puisque l’entente est la règle, et que pourtant entre régions plus vaste elle oppose les populations.

      1. C’est bien vu, déclarer la guerre c’est effectivement dire que l’on est près à sacrifier de nombreux hommes pour tel ou tel objectif. Déclarer l’austérité, dans ce sens, c’est la même chose.

    1. @ Vincent
      « Mona Lisa »

      Léonard de Vinci semble nous dire au travers du regard de la Joconde qu’il faut voir le monde d’une autre façon, d’un autre point de vue.
      Il y a en effet de ça dans le regard de PJ…

      Je répète que, pour moi, PJ est un « grand » de la pensée contemporaine. Et je me demande parfois (souvent en fait) au travers des commentaires sur ce blog, si certains l’ont vraiment réalisé (perso je ne m’en suis pas aperçu tout de suite 🙂 ).

      « On ne peut pas servir deux maîtres à la fois ».

      Qu’il s’agisse d’un rapport maître/esclave ou maître/disciple. Mon maître à penser s’appelle René Thom. C’est pour moi un génie universel, un Léonard de Vinci de la pensée. Il a réussi la « première » de l’ascension de la montagne du logos par sa face Nord, sa face mathématique, permettant ainsi la jonction naturelle (et non artificielle, post-galiléenne) des deux principaux modes de pensée occidentale , scientifique et philosophique. « Il faut être philosophe en sciences et scientifique en philosophie », dit-il.

      Je rêve d’un Paul Jorion animant une émission « Sur les épaules des géants de la pensée » (Aristote, Hegel, Thom, …). Je m’étrangle de rage impuissante quand j’écoute l’émission « Sur les épaules de Darwin » de Jean-Claude Ameisen sur France Inter.

      Pour moi misère de la pensée économique, misère de la pensée biologique, même combat: tout se tient, tout est lié…

      1. @BasicRabbit

        Au contraire, « Sur les épaule de Darwin » me plait beaucoup !

        Je ne comprends toujours pas où vous voulez en venir, mais il n’y a pas de place pour une vérité seconde par rapport aux sciences exactes, galiléennes, cartésiennes et kantiennes.

        Je ne vois pas ce que la biologie a de misérable.

    2. @BasicRabbit : qu’est-ce qui vous fait dire que « PJ est un « grand » de la pensée contemporaine » ? Perso, je ne vois aucun grand penseur dans le monde contemporain, seulement un grand livre : Indignez-vous !

      1. Grand penseur ?
        On pourrait suivre votre admissible raisonnement… Toutefois, je préfère les termes de « grand sincère », « grand éclaireur » , « grand humaniste »…

      2. @ Crapaud Rouge

        Après avoir escaladé la montagne du logos par sa face mathématique, Thom est redescendu par la face sud, c’est-à-dire dans le monde de tous les jours, celui dans lequel on s’exprime en langue vernaculaire: biologie, sociologie, anthropologie, linguistique.

        PJ a fait le (une partie du?) trajet inverse. Je suis convaincu que Thom et lui sont dans le même paradigme, cad qu’ils ont, sinon la même vision (ils ont chacun leur point de vue), du moins la même conception du monde(comme deux observateurs d’une même statue).

  4. Hors sujet , encore que !!!
    A y est le gouvernement vient de trouver 5 milliard € , pour cela il demande de télécharger de façon illégal une chanson de Rihanna par français .
    Hadopi: un internaute condamné pour deux chansons télécharger de Rihanna à 150€ d’amende, soit 75€ l’unité * 65 millions « un petit pas pour M.adopi , un grand pas pour combattre la crise » et pendant ce temps la , après vote à l’unanimité le 13 juillet http://www.toutsurlesimpots.com/les-deputes-rejettent-la-fiscalisation-de-leurs-revenus-non-utilises-a-des-fins-professionnelles.html

  5. Sur l’affiche « l’archipel contre attaque » en bas à droite , j’y suis allé , jusque la ok .Dans les liens de ce blog « Les vraies valeurs de la Franc-Maçonnerie » et une jolie musique ok. Dans Le Blog des Loges Libres , une jolie pub « Epée maçonnique rétractable » là je dis soit j’avais du temps a perdre , soit j’arrête toutes formes de produit illicite.
    http://www.gants-blancs.com/cadeaux/page2.html?gclid=CKCs68DWsrICFSPHtAodwnMAWg

  6. Hors sujet :

    Steve McQueen aurait été une victime de l’amiante (asbestos)

    « A few months before his death, McQueen had given a medical interview in which he blamed his condition on asbestos exposure.[67] While McQueen felt that asbestos used in movie soundstage insulation and race-drivers’ protective suits and helmets could have been involved, he believed his illness was a direct result of massive exposure while removing asbestos lagging from pipes aboard a troop ship during his time in the Marines.[68] »

  7. Grève de la dette : après le jubilé.

    Des militant-e-s d’Occupy Wall Street lancent ces jours-ci un appel à la « grève de la dette » : ils entendent constituer un vaste mouvement d’endetté-e-s qui refusent de continuer à rembourser les banques. L’objectif ? Mettre en évidence la centralité de la dette dans la domination qu’exercent les 1% sur les 99%. David Graeber imagine dans cet article ce que serait une société de l’après dette.

    http://blogs.mediapart.fr/edition/occupy-et-indignation/article/130912/greve-de-la-dette-apres-le-jubile

  8. Ne faites pas de modestie. Si j’ai bien compris, vous serez à 100 mètres de la gare de Perpignan, qui, si je me souviens bien, n’est rien moins que le centre de l’univers, enfin!

  9. Monsieur Jorion,

    Pour donner dans la lignée de la finance au service de la collectivité, j’ai souhaité aborder un domaine d’activité ou plus que jamais la finance devrait être au service de la collectivité.

    Les établissements de santé dit sanitaires sont partiellement privatisés. On retrouve des hôpitaux publics, des établissements de type SEM (assez rare économie mixte) , des établissements associatifs (totalement inutiles ou presque car ils thésaurisent un maximum et ne font pas circuler l’argent contrairement à ce que l’on pourrait croire), et des établissements privés.
    Les établissements privés sanitaires, les cliniques, étaient détenus il y a encore 10 ans majoritairement par des individuels. Ces personnes qui arrivaient à faire dégager des bénéfices à leurs établissements réinvestissaient leurs gains dans l’économie du pays dans 90% des cas. L’argent gagné revenait donc dans le système économique Français.
    Mais depuis le paysage a bien changé. Les groupes dit « Nationaux » ont pris le pouvoir. Tout d’abord en rachetant quelques établissements puis en prenant la direction des syndicats qui négocient les évolutions des normes avec l’état. Avantage de cette manipulation, dicter des règles qui mettront le couteau sous la gorge des petits établissements mais qui ne poseront pas de problème aux gros établissements qui mutualisent et lissent les couts.
    Au delà de ça personne ne s’offusque de voir des sociétés qui perçoivent plusieurs millions de subventions départementales et nationales être cotées en bourse, ce qui devrait strictement être interdit.
    Mais tout va bien en France. Là je parle des maisons de retraite, qui perçoivent une dotation dépendance par le conseil général et une dotation soins par l’Agence régionale de santé.

    Parlons des cliniques. Les groupes de clinique sont aussi côtés, ou pas, en bourse.
    Mais même des groupes non côtés ne sont pas des jolies sociétés familiales.
    Certains groupes que je ne citerai pas, voient leur actionnariat composé à 30% de banques américaines… est ce logique…… je ne sais pas.
    Par contre ce qui n’est pas logique, c’est de pouvoir sortir des Ebitda de 30 sur le dos des cotisations sociales des salariés, et en reverser 1/3 à une banque étrangère.
    En reprenant le parcours de l’argent:
    -Cotisation assurance maladie salariale et patronale ———>financement des soins ———-> recherche permanente de croissance d’Ebitda par la société prestataire ——->> virement des dividendes outre atlantiques.
    Certes, l’état aura perçu la taxe de l’impôt au passage, et cela comme diront certains économistes, est compensé par le même phénomène pour les sociétés Françaises détentrices de participation dans d’autres pays de sociétés x ou y. Oui ce raisonnement est valable pour toute entreprise dont le financement ne dépend pas d’une obligation de versement par les entreprises productrices de richesse, et par les producteurs de travail.
    C’est le libre choix du produit, dans le libre marché qui fait fonctionner le système avec de l’argent honnêtement gagnée et tirer de la productivité, que ce soit par la rentabilité du capital ou du travail.
    Dans le système décrit ci dessus, ce n’est pas le cas et loin de là. L’argent est saisie aux sociétés et au travailleurs pour être gentiment versée aux actionnaires de cliniques. Et en parallèle les hôpitaux Français n’arrivent plus à boucler la boucle, alors que ce sont eux qui permettent d’améliorer la qualité des prestations de soins, car c’est bien dans ces lieux là que les médecins sont formés durant de longues années … et à cela le privé n’y participe pas…. en terme de productivité adossée à la formation, car on pourra toujours dire qu’ils y participent par les cotisations sociales… mais non cela est également faux pour de nombreuses raisons. (cotisations applicables au privé et au public, salaires plus élevés dans le public, etc….)
    Une bonne réforme du système de santé devrait (dans un premier temps si le système global n’est pas plus modifié..):

    -Limiter l’ebitda des cliniques à 10 et utiliser le différentiel pour financer la formation médical et la recherche médical à la rigueur, car l’état n’est pas un bon gestionnaire.
    Certains diront, mais vous êtes fou, plus personne ne voudra investir dans les cliniques et les capitaux vont partir… Mais bien sur…. au pire les Français auront la possibilité de reprendre la main, au niveau du capital, car 10% de 20M Euros pour une bonne clinique bah je pense que les banques comme Barclay’s cracheront peut être dessus, mais les investisseurs de classe moyenne surement pas (et je sais de quoi je parle étant actionnaire de deux établissements de santé, et étant dans ce secteur d’activité depuis plus de 30 ans, avec une formation paramédicale et une formation de gestion et management me permettant d’avoir une vision globale du système.)

    Regardez bien le système de soins US, pour lequel d’ailleurs la réforme d’Obama était une Gabji complète. Encore un politicien de plus inculte en matière de système de santé. Je ne dis pas pour autant que le système américain actuel est idyllique, mais il a le mérite d’être adapté à l’économie ultracapitaliste du pays. Le soins est une prestation qui s’achète en fonction de la renommée du chirurgien, et la qualité du matériel utilisé (qui vous sera présenté dans son emballage avant votre intervention aux états Unis, cela n’arrivera pas en France…

    En France, il faudrait interdire l’entrée au capital des sociétés utilisant des fonds publics sous forme de subvention annuelle ou de fonds provenant de cotisations obligatoires des banques ou sociétés étrangères (voir même d’investisseur physiques étrangers (trop facile sinon…)

    Enormément de réformes peuvent être faites dans le domaine de la santé, mais nos dirigeants ignares font semblant de vendre du rêve à l’ouvrier. Mais le système de santé en France se dégrade rapidement. La qualité des formations est en baisse. Le temps de soins moyen est en baisse. L’administratif occupe une place bien supérieur au patient lui même durant son hospitalisation. Un dossier ou il manquerait un élément c’est un dossier susceptible d’être contrôlé et mis en indus (sommes que la clinique devrait reverser à la caisse) d’ou l’attachement au dossier du patient… Ce dossier sera vérifié par l’infirmière, puis par la cadre du service avant d’envoyer le dossier à la facturation. Puis le médecin DIM de la clinique vérifiera le dossier pour voir si il peut pas l’optimiser pour mieux gagner, et ensuite facturer. Le dossier aura donc subit une triple vérification.
    Si on voulait faire l’équivalent pour l’homme, on:
    -on ferait une prise de sang, une radio, un scanner, une IRM, une échographie du coeur, un écho doppler de tous les « tuyaux » afin de vérifier l’absence de caillot… etc… et ça tous les jours pendant les 3 premiers jours qui suivent l’opération.. Hé oui faut vérifier que le patient sorte bien guéri, et il faut au moins tous ces examens…..

    LE système du capital n’est pas éfficient dans tous les secteurs d’activité.

    Toutefois la santé est si on se réfère aux éléments cités ci dessus, est un bon secteur d’étude pour le thème :
    « La finance au service des populations. »
    Un système de financement du développement de la santé pour tous est tout à fait réalisable. Reste à récupérer l’argent indûment donné au titre du capital aux « étrangers ». qui bénéficie de l’argent comme d’un impôt seigneural. Mais avions nous réellement besoin de leur capital, ou sont ils venus s’approprier ce capital à notre insu, insidieusement?

    En plus on pourrait même faire plaisir aux politiciens, ils pourront vendre un vrai slogan réalisable, chose rare en ces temps:

    « Nous allons prendre l’argent là ou il y en a et sans léser aucun Français de quelque classe sociale que ce soit… »

    Ca en boucherait un coin ça !!!

    Je souhaiterai continuer à développer ce sujet sur d’autres aspects et d’autres points, tels que le secteur pharmaceutique, bel exemple aussi d’exploitation d’un système par le capital , d’un service qui est un des éléments majeur de la vie, pouvant changer la vie des populations (vaccins, virus fabriqués etc…) et qui pourtant est détenu par les mêmes sociétés concernées plus haut.

    Dans le système de santé il existe de nombreuses possibilités d’amélioration et d’économies potentielles, mais malheureusement aucun ministre de la santé de ces 15 dernières années ne sait comment fonctionne le système de soins en France. S’attaquer à l’AMG et autre est une preuve claire de leur ignorance car le problème n’est pas du tout à ce niveau là.

    Olivier
    J’aimerai tant un jour pouvoir aider mon pays mais malheureusement les compétences et la réalité ne sont pas des critères pertinents pour nos politiciens.

Les commentaires sont fermés.