FUKUSHIMA, la poursuite infernale des coriums, par François Leclerc

Billet invité.

Où sont donc passés les trois coriums issus de la fusion du combustible des réacteurs n°1 à 3 ? Longtemps tu, cet événement majeur a fini par être reconnu officiellement par le gouvernement japonais et par Tepco, l’opérateur de la centrale. Mais, plus de dix-huit mois après le début de la catastrophe, le mystère de leur localisation reste entier, ou tout du moins n’a pas été dévoilé. Les coriums ont percé les cuves en acier des trois réacteurs et des ruptures des enceintes de confinement sont avérées, déduites des relevés des niveaux de radiations, de la température et de la pression des réacteurs, ainsi que de l’existence de fuites d’eau de refroidissement contaminée.

Les explorations se sont dernièrement concentrées sur le réacteur n°1, où une caméra endoscopique étanche a pu être introduite le 11 octobre dernier dans une des zones où il est suspecté que le corium, aux énormes capacités de perforation et d’abrasion vu sa température de plus de 2000 degrés centigrades, pourrait notamment se trouver : dans la partie Est de la chambre de la piscine de dépressurisation (le tore, en anglais : torus), en contrebas de la cuve percée du réacteur. Il n’a pas été possible de faire de même à l’Ouest de celui-ci, le rayonnement étant beaucoup trop intense dans cette région pour que des ouvriers puissent percer l’orifice permettant au dispositif d’observation d’être introduit.

Le réacteur n°1 semble avoir été choisi car le niveau de rayonnement qu’il dégage est inférieur à celui du réacteur n°2, facilitant les travaux et les observations. Les niveaux de rayonnement interne au réacteur n°1 ont fait apparaître de très fortes disparités, permettant ainsi de localiser la zone où le corium doit encore se trouver, au moins en partie, son cheminement n’étant pas établi. Mais ils laissent également craindre, par comparaison avec ceux plus élevés du réacteur n°2, que le corium se serait au moins partiellement répandu hors de la cuve de confinement du réacteur, la dernière barrière biologique, signant un possible syndrome chinois qui reste à établir ou à infirmer. La piste du corium est rebelle, mais elle se précise petit à petit. Les connaissances recueillies lors des catastrophes précédentes de Three Mile Island et Tchernobyl sont également utilisées pour tenter de comprendre le chemin qu’a pu emprunter la masse du corium, estimée à 120 tonnes.

Ces premières constatations encore très approximatives rendent à ce stade inconcevable la réalisation des travaux de démantèlement prévus. L’opérateur se trouve face à une situation jamais rencontrée et à des défis jamais relevés. Non compte-tenu de ce qui pourrait survenir, si d’aventure le syndrome chinois se confirmait et si le corium devait entrer en contact explosif avec la nappe phréatique située sous la centrale.

Un autre problème aux apparences plus innocentes n’est pas prêt d’être résolu. La centrale continue d’être une machine à fabriquer de l’eau contaminée, qu’il faut stocker dans de grands réservoirs qui s’étendent déjà à perte de vue. L’eau injectée en permanence pour refroidir les réacteurs est contaminée au passage, puis fuit de ceux-ci, car ils sont donc percés; elle rejoint les sous-sols techniques de la centrale et se répand dans son sous-sol, ou rejoint même la mer en s’écoulant sur une couche argileuse pentue, où elle est partiellement contenue par une digue. Tepco cherche à décontaminer suffisamment cette eau pour obtenir de pouvoir la déverser dans la mer, après en avoir déjà vainement déjà demandé l’autorisation aux autorités. L’expression « remplir un tonneau des Danaïdes » a trouvé sa parfaite illustration moderne.

Pendant ce temps, les travaux se poursuivent sur un site où les niveaux de rayonnement restent très élevés, destinés à protéger autant que possible les structures plus ou moins éprouvées des 4 réacteurs par des moyens qui restent sommaires. Non sans incidents de chantier permanents. Car des typhons balayent régulièrement le site de Fukushima-Daiichi et des séismes le secouent, laissant planer une menace qui se renouvelle, en raison des ruptures et effondrements qui pourraient en résulter.

L’opérateur est encore loin d’avoir la maitrise d’une situation qu’il prétend contrôler mais qu’il ne parvient pas encore à évaluer. La stabilisation de la situation est toute relative, car il est désormais engagé dans une aventure qui n’a jamais été réalisée, aux nombreuses inconnues, devant faire face à un défi dont il n’a pas les moyens, pouvant seulement affirmer qu’il les aura. Rien d’autre qu’une profession de foi.

Partager :

358 réflexions sur « FUKUSHIMA, la poursuite infernale des coriums, par François Leclerc »

    1. Votre intéressant lien dit, parmi autre…

      “” – les raisons de cette bonne santé sont données par Philippe Crouzet, P-DG de Vallourec, “les raisons qui avaient poussé à avoir du nucléaire avant Fukushima n’ont pas disparu après Fukushima”. Le problème, c’est qu’on ne sait pas s’il y aura assez d’uranium pour les faire fonctionner.

      [NDLR : Depuis août dernier, les lecteurs de Matières à Profits ont pu se positionner sur une valeur uranium bien particulière au potentiel de hausse éblouissant. Et pour cause : cette minière est au premier rang pour tirer profit du pacte stratégique sino-canadien d’approvisionnement en uranium ! Cette valeur est encore à des niveaux d’achats très attractifs : n’attendez pas pour en profiter…]'”

      … ce qui colle avec la nouvelle…

      http://www.world-nuclear-news.org/NP-Queensland_lifts_uranium_mining_ban-2210127.html

      ” Queensland lifts uranium mining ban

      22 October 2012

      Uranium mining will be allowed in the Australian state of Queensland after the state government overturned 23 years of prohibition. The state has not produced uranium since 1982.”

      Le monde bouge, les anti-nuc “a priori” restent derrière… devant le feu du charbon… voila la réalité.

      1. Parce que le nucléaire est censé être “in” et le charbon “hasbeen” ?
        Le nucléaire est une énergie fossile comme une autre, qui un jour n’aura plus de combustible… vous parlez d’une avancée majeure ! lol

      2. @learch

        “qui un jour n’aura plus de combustible”

        Ouais… “un jour”, le jour que ni moi, ni vous, ni nos descendants vont voir, car il est tres, tres, tres loin dans le futur.

        P.S.: l’uranium n’est pas un fossile, l’eau des rivieres aussi sort de la terre mais ce n’est pas pour ca qu’on l’appelle fossile, non? La realite est qu’il y a, avant derniere page de celui-ci…

        http://gcep.stanford.edu/pdfs/DyUMPHW1jsSmjoZfm2XEqg/1.3-Hermann.pdf

        … 1000 ZJ (zetta joules, 10 puissance 24 joules) d’exergie d’uranium sur la planete, et 360mille ZJ dans les eaux des oceans, et 300 ZJ de thorium…ou chaque ZJ corresponds a l’energie genere par 317 GW pendant UN SIECLE… donc, ca va, je crois que la fin de l’uranium n’est pas un probleme… le RNR vont s’en charger… si c’est pas la France qui va le faire, ca sera la Chine, la Coree du Sud, la Russie, l’Inde ou quelque autre pays du monde.

    2. Par contre en 2016, le prix d’achat de l’électricité photovoltaïque, provenant de systèmes non intégrés au bâti, sera inférieur au coût de l’électricité nucléaire issue de l’ EPR.
      Moi, je crois à la fin du nucléaire, soit un arrêt de plein gré soit une fin par la force destructrice du nucléaire lui-même. Fukushima n’arrive pas qu’aux autres, je le dis particulièrement à ceux qui tendent à croire leurs propres mensonges, comme jadis, lorsque la France fut imperméable aux nuages radioactifs venant de Tchernobyl…

      1. Ah, ca c’est vraiment fort!!!

        “Les italiens ont bien fait de refuser le nucléaire pour la seconde fois, à 94 %, lors du référendum de juin 2011. ”

        Mais bien sur qu’ils ont bien fait!… c’est pour ca que leur electricite pour le particuliers coute 25 cEuro/kWh, deuxieme apres celle de la “verte et eolienne” Danemark et au meme niveau de la “verte, eolienne, et photovoltaique” Allemagne (60 et plus GW de puissance nominale PV et eolienne)… c’est pour ca, parce qu’ils ont bien fait que les italiens devront debourser 6,7 MILLIARDS D’EUROS PAR AN PENDANT LES PROCHAIN 20 ANS… sous forme d’incentifs au PV, en effet les statistiques officielles disent que seulement le 8,5% de la puissance PV italienne est installe sur les toits des maison particulier, le 4% sur des batiments publics ou du gouvernement, et le restant 87% par de grandes centrales au sol la plupart finances par des societes off-shore et/ou etrangeres qui encaissent une moyenne (en 2011) de plus que 30 cEuro/kWh et ammenent cette quantite faramineuse d’argent ailleur (fonds d’investissement aux USA, par example)…

        Ecoute moi bien: la DERNIERE CHOSE A FAIRE C’EST DE COPIER DE L’ITALIE!

        P.S.: je m’en passe d’elaborer sur le fait que l’Italie “antinucleaire au 94%” importe 14% de l’electricite qu’elle consomme (ca fait une moyenne de 5 GW de puissance electrique constante jour et nuit tous les jours), 44 TWh en 2011, en grand majorite en provenance de la France (directement), la France via Suisse, et la Slovenie… devine produit comment, avec qu’elle technologie? 🙂

        Comme on dit dans le pays Anglophones… “Try again”…

      2. >quelqu’un

        Ouais, et dans 4 ans, la croissance sera de 10% en France: facile, j’ai prolongé les courbes de croissance d’il y a 8 ans…

        N’importe quoi.

      3. @quelqu’un
        Non, lisez bien… elle ferme parce que la société exploitant,Dominion, qui l’a acheté il y a quelques années n’a pas pu/su “enlargir” son portefeuille de centrales nucléaires…

        “Dominion had hoped to buy several reactors in the Midwest that could share some overhead expenses with Kewaunee, but did not succeed. ”

        … ce que lui aurait permis de faire des économies d’échelle… et en plus a cause de…

        “driven by slack demand for energy and the low price of natural gas. ”

        Si vous pensez que les gaz de schiste soie la voie du futur pour la production d’énergie électrique, comme aux USA… allez-y, proposez des forages en France!… 🙂

        C’est n’importe quoi avec vous les anti-nuc “a priori”… vous ne lisez même pas les documents que vous indique!

        De toute façon la centrale, un seul réacteur, et en marche depuis 1974…

        http://en.wikipedia.org/wiki/Kewaunee_Power_Station

        … produit 4390 GWh/an, pour une puissance de seulement 556 MWe, soit un facteur de capacité de plus que 90%!… a comparer avec le 22% éolien et/ou 14-15% photovoltaïque, par exemple. Elle a fait tout ca avec ZERO émissions de CO2, métaux lourds, arsenic, oxydes d’azote et de soufre, etc… depuis 38 ans, même si elle est arrêtée la perte est limitée.

        Si on assume un facteur de capacité moyen de 80% pendant la vie de la centrale, on obtient le total d’électricité généré, soit 148 TWh… a 5 c$/kWh moyen ça veut dire 7,4 milliards de dollars… c’est évident que la raison pour sa fermeture est tout sauf que manque de rentabilité,en plus elle a déjà été autorise a tourner jusqu’à 2034, soit 60 ans de vie (etrange, parce que “les experts nucléaires de GreenPeace” disent souvent que ce n’est pas possible…

        Le cout de la centrale, en dollars US du 2007, est de 780 millions, donc 550 millions d’Euro… a vous la conclusion…

    3. Une des conclusions du World Nuclear Industry Status Report 2012 :

      “Il paraît de plus en plus évident que les systèmes nucléaires ne sont pas compétitifs dans ce monde, que ce soit d’un point de vue systémique, économique, environnemental ou social.”

      (“It appears increasingly obvious that nuclear systems are not competitive in this world, whether from systemic, economic, environmental or social points of view.”)

      1. ouais… nice try, my friend … mais t’as oublie un “petit” detail!…. juste en sous du titre!…

        “The Independent Assessment of Nuclear Developments in the World”
        ^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^

        …. ou “INDEPENDENT” veut dire “ecrit par des mecs qui connaissent strictement RIEN sur la matiere et/ou ils ont des prejudices ideologiques sur elle”.

        Quelques exemples d'”expert independant”? Arnie Gundersen, Mycle Schneider, Busby, CRIIRAD, GP, etc…

        Un exemple sur cet “etude”:

        “Unfulfilled Promises↑

        The nuclear establishment, industry, utilities and their promoters in business and politics have a long history of over selling their technology and ‘promising the impossible’. As a result the history of the nuclear age is littered of examples of fantasy projections for installed nuclear capacity and failures to construct to time and budget.”

        Il suffirait d’aller voir ce que la lobby aerospatiale disait dans les annees 60-80!… le vol supersonique deviendra commun (il est fini ou le Concorde?), “le cout d’ammener un kg dans l’espace diminuira” (la realite dit autrement)… et pourtant je crois que PERSONNE oserait dire que le transport aerien d’aujourd’hui ne marche pas bien…
        Budget et time schedule? l’A380 a ete mis sur le marche juste comme prevu aux couts prevus?

        Les faits restent: les vieux nucleaire produit aujourd’hui 4 fois ce que le “renouvelables” PV et eolien ensemble produisent, pour un cout economique, social et environnemental inferieur… donc, ca va… peut etre que personne n’installera plus un seul reacteur au monde, ca ne serait surement pas la premiere fois que l’humanite ait commis un erreur fundamental… donc je ne l’exclue pas… d’une certaine facon c’est quelque chose que DOIT arriver, d’un point de vue statistique… comme les tremblement de terre de forte intensite.

      2. … voila… je viens de regarder la section “Who are we”… en effet l’auteur “independent” est un des noms que j’avais cite!… Mycle Schneider…
        A part ca… sur la droite de la page “Who we are”… “Essential news”… premiere ligne “Will Nuclear Construction Begin Again in China and at What Pace?” … ou notre expert independent dit que la Chine n’as pas encore re-demarre la construction des ses VINGTSEPT reacteurs… il y a quelqu’un qui pourrait dire a l’expert independent Mycla Schneider que il y a DEUX JOURS un des 27 reacteurs a commence l’operation de chargement du combustible, apres seulement 42 mois de construction?

        Independant souvent ne rime pas avec competent, c’est evident.

      3. Vu !

        Si vous avez des nouvelles des avancées des travaux des 9 000 bétonneurs qui marnent 28 jours sur 30 et 12 heures par jour (d’après ce que j’ai lu dans les commentaires de cet article) à Taishan, n’hésitez pas. Je ferai mon tri.

      4. @ schizosophie 25 octobre 2012 à 22:44

        Vu !

        Si vous avez des nouvelles des avancées des travaux des 9 000 bétonneurs qui marnent 28 jours sur 30 et 12 heures par jour (d’après ce que j’ai lu dans les commentaires de cet article) à Taishan, n’hésitez pas. Je ferai mon tri.

        —————
        Bien reçu schizo, et de votre part vous garderez un œil sur les frères, sœurs, cousins, et cousines des 9000 bétonneurs, ceux qui travaillent 28 jours et 12 heures/jours (ils dorment même dans les usines!) pour la production des très “environmentally friendly” modules photovoltaïques qu’on installe chez nous, daccord?

        Solar energy firm leave waste behind in China

        “…
        About nine months ago, residents of Li’s village, which begins about 50 yards from the plant, noticed that their crops were wilting under a dusting of white powder. Sometimes, there was a hazy cloud up to three feet high near the dumping site; one person tending crops there fainted, several villagers said. Small rocks began to accumulate in kettles used for boiling faucet water.

        Each night, villagers said, the factory’s chimneys released a loud whoosh of acrid air that stung their eyes and made it hard to breath. “It’s poison air. Sometimes it gets so bad you can’t sit outside. You have to close all the doors and windows,” said Qiao Shi Peng, 28, a truck driver who said he worries about his 1-year-old son’s health.

        The villagers said most obvious evidence of the pollution is the dumping, up to 10 times a day, of the liquid waste into what was formerly a grassy field. Eventually, the whole area turned white, like snow.

        The worst part, said Li, 53, who lives with his son and granddaughter in the village, is that “they go outside the gates of their own compound to dump waste.”

        “We didn’t know how bad it was until the August harvest, until things started dying,” he said.

        Early this year, one of the villagers put some of the contaminated soil in a plastic bag and went to the local environmental bureau. They never got back to him.

        Zhang Zhenguo, 45, a farmer and small businessman, said he has a theory as to why: “They didn’t test it because the government supports the plant.” ”

        A+

  1. @quelqu’un

    ” 23 octobre 2012 à 19:59

    Par contre en 2016, le prix d’achat de l’électricité photovoltaïque, provenant de systèmes non intégrés au bâti, sera inférieur au coût de l’électricité nucléaire issue de l’ EPR. ”

    Ca serait une excellente nouvelle si vraie (voir ci-dessous)… dommage qu’un reacteur produise l’electricite 24/24 et 7j sur 7, par contre le PV ne produit pas, per definition, au moins 12 heures par jour en moyenne annuelle, et d’hiver, dans le nord de la France que 7 heures si tout marche bien (a Lille, fin decembre)
    Regardez ici, la fan-ta-sti-que Allemagne, leader mondial du PV… aujourd’hui (changez la date si necessaire):

    http://www.sma.de/en/company/pv-electricity-produced-in-germany.html

    Et on est que le 23 octobre, donc les “pire” pour le PV doit encore arriver (de Novembre a Fevrier, 4 longues mois, avec les plus courtes journees et souvent le besoin d’utiliser la lumiere artificielle meme pendant la journee)… ils ont eus un pic de 4,6 GW avec 29 GWp installes, ~20-25 GWh d’energie generes au total!!!… changez la date et l’annee, allez-y!… allez voir ce qui c’est passe pendant la semaine de froid en fevrier dernier, quand la mythologie “environnementaliste” revait du “photovoltaique allemand qui a sauve les francais”…!!!
    …ou en decembre dernier, plein pot pendant les fetes de Noel/Jour de l’An, consommation maxi en Allemagne… le 26 decembre le PV allemand a genere UN PIC de 1,1 GW a midi, sur 21 GWp installes, avec une production totale du jour estimable en 10 GWh, avec une consommation interne du pays autour des 2000 GWh!… soit le 0,5% pour la journee.
    Je pourrais continuer comme ca pendant des heures, avec des exemples pour le PV italien, espagnol, l’eolien danois, anglais, irlandais, allemand… malheureusement Mere Nature a decide que ni le soleil ni le vent pourront jamais prendre la place des centrale thermiques, ca c’est sur est certain… donc, voila la raison principale de mon discours vis a vis du nucleaire… les alternatives charbon et gaz naturels sont pires en termes d’impact environnemental et, surtout, au niveau de la sante humaine… et on parle pas des couts du kWh genere… l’article que vous avez indique dis seulement que les incentifs payes aux producteurs vont etre entre 8 e 25 centimes… mais ca ce n’est PAS la valeur du kWh genere1!… pour ca il faut calculer le “LCOE”, qui est le “levelized cost of electricity”, vous pouvez les faire vous meme sur ce site aux USA, l’NREL:

    Avec un cout capital de 4000, un taux d’interet de 5%, 90% de facteur de capacite’ et “fuel cost” = 1, on obient pour le EPR ultra-cher… derniere ligne… 5,7 centimes… par contre meme a 1500 de cout capital pour le PV, avec 15% de facteur de capacite (ce qui est le cas) et cout zero du combustible/fuel, vous obtenez 11,2 centimes pour le kWh LCOE du PV…et ca ne tient pas compte des couts supplementaires du PV pour stocker l’energie pendant la nuit et l’hiver… autrement son kWh monte aux etoiles!!!
    Autre donne, directement de l’Agence Federale Allemande pour l’energie et l’environnement… les emissions de gaz a effet de serre (et tout ce qui va avec) ont augmente de 4% en 2011 par rapport au 2010, meme avec des dizaines de GW eolien et PV installes pendant le 2011… peut etre parce qu’ils ont arrete 8 reacteurs et c’est du charbon qui a pris en large partie leur place? Mmmmh…. food for thought… que c’est que vous en dites?

    1. malheureusement Mere Nature a decide que ni le soleil ni le vent pourront jamais prendre la place des centrale thermiques, ca c’est sur est certain… donc, voila la raison principale de mon discours vis a vis du nucleaire…

      …excellente définition de la Weltanschauung nucléariste en effet. Merci Moxflow !, superbe usage de “malheureusement” : bien trop faible la nature, motherf…, so weak, what a préjudice, isn’t it ?

    2. molflow : je n’ai pas les data, mais il faut aller au bout du fact checking avant d’appuyer sur le bouton “je construis mes centrales” :
      Combien de réacteurs (de 1000 MW chaque ) si on veut que les allemands ne se chauffent plus au C fossile (résidentiel et industriel) ?
      A la louche je dirais 100 ou 150 (sont bien izolés, eux) ou 200 ?
      Le feront pas, non ? Mille raisons autres que technique !
      Donc, grosse inertie, y’a pas beaucoup à tortiller. On continue avec du C fossile pour un bout de temps pour le chauffage, il n’y a que pour le reste (non chauffage) que la discussion pourrait avoir lieu, mais alors, on parle de se nucléariser comme en France (50 réacteurs) pour 20% de nos usages résidentiels & indus de l’énergie (assez aisément compressible : éclairage, lave-vaisselle,écran, process doux …). Cela en vaut-il la chandelle alors que les 80% de consommation de C fossile (=chaleur) restent là ?
      Comment avoir des populations partie prenantes de leur gestion de l’énergie si on les place face à des systèmes qui défient leur imaginaire (parc de 200 réacteurs en Allemagne) ?
      Que dites vous du point de vue de la géographie humaine, de se penser dans l’environnement ? (sans changement politique, anhistoriquement si vous voulez)

      1. Cher(e?) Timiota:

        les données sont la, par exemple

        http://www.germanenergyblog.de/?p=8380

        … a peu pres 600 TWh, donc l’équivalent de 68,5 GWe continus… considéré que les allemands sont capable de faire tourner leurs réacteurs avec un facteur de capacité de 90%, ça correspondrait a 76 GW nucléaires, donc 48 EPR de 1600 MWe, ou 54 AP1400… vous avez raté votre estimation que d’un facteur 2-4, pas mal pour un néophyte! 🙂

        Bien sur, le nombre réel serait plus petit, parce qu’ils sont très développes en termes de centrales a biogaz et autres…

        Pour la chaleur, le mieux ça serait d’améliorer l’isolation thermique des maisons… chose aussi qu’ils sont en train de faire en Allemagne, comme un peu partout au monde, même la France le fait, non?
        Veuillez noter que cet argument la “contre” le nucléaire ne vous amènera nulle part, car éolien et photovoltaïque ne produisent chaleur non plus!… donc pourquoi installer des turbines et des panneaux? 🙂
        Petit rappel, quand même…en Suisse il y a au moins un réacteur qui est utilise pour faire du chauffage collectif dans la ville a cote…

        Autre chose que vous ratez est que la consommation énergétique est pas mal affectée par les transports, voitures, camion, etc…(1/4 du total ou plus, je crois) et on est en train d’aller vers les voitures électriques, donc les surplus de nucléaire que la France envoie chaque année a l’étranger (dizaines de milliard de kWh) pourraient déjà aujourd’hui, sans besoin de rien faire, permettre d’épargner pas mal d’essence/gasoil et améliorer pas mal aussi la qualité de l’air dans le villes de France…. si ce n’est pas fait a la vitesse qu’on pourrait le faire c’est a cause de l’autre lobby, pas celle du nucléaire…. 🙂

        Pour terminer, même 200 réacteurs, groupés a 4-6 par centrale, ne seraient pas un problème du tout pour un pays comme l’Allemagne: 1-2 km2 par centrale, ils ont pas 200/5*2=80 km2 libres, vous dites?

      2. On est donc d’accord à des facteurs 2 près.

        Un peu d’elec dans les transports, un peu dans le chauffage, il reste beaucoup de CO2 fossile de toute façon, et l’éolien et le PV , c’est peanuts, ou 5% ou 8% les années fastes.
        J’étais à 200 * 1GW pour décarbonner le chauffage un peu, vous êtes à 50*1.6 GW sans décarbonner le chauffage, OK.

        LEs centrales de 2 km2….l’impact territorial est plutôt 25 km^2 direct (pas d’habitation/agglomération très proche de la Loire ( 20km.
        Entre NIMBY et les aléas de la géographie, ça passe, mais au chausse-pied et ça affecte durablement la perception géographique dans de grandes vallées ou des littoraux… Est-ce que les gens préfère de la sous-poussière de charbon pas sympa ( radioactivité + particules, que sort-il d’une central thermqieu dernière génération)? Je n’ai pas la réponse.

        J’aimerais que le stockage du CO2 dans des grands étangs à algues soit possible, mais là, je rêve doucement (David MCKay en parle, c’est au moins une bonne lecture, sortie en français, sites “amides”).

        Bon

        Et tout ça ne “décarbonne” que 20% à la louche de la conso d’énergie.

        Vaut le coup ou pas ?

      3. pour les 25 km^2, je voulais dire pas d’habitation proche de St Laurent sur Loire sur 2 km autour de la centrale, dont l’emprise directe est effectivement de l’ordre de 2-4 km^2.

      4. @timiota

        “Bon
        Et tout ça ne « décarbonne » que 20% à la louche de la conso d’énergie.
        Vaut le coup ou pas ?”

        Bien sur que si!… 20% c’est énorme!

      5. @molflow
        C’est là où je pose la question.
        Ces 20% là, c’est un beau chiffre, mais pour quoi faire au-delà ?

        Pourra-t-on avoir des peuples qui ont une vision saine d’eux-même, et s’attaqueront vaille que vaille aux 80 % restant , et aux questions que cela pose, dans un système de fourniture d’énergie (le nuc) dont l’enjeu psychologique est lourd pour tous, dont l’enjeu géographique n’est pas léger du tout (ne me dites pas que j’aime les éoliennes pour autant), et dont les inerties sont de plusieurs générations.
        Je sais que le CO2 (+CH4 +NO+…) pose des questions semblables de durée et d’enjeu, mais je comprendrai qu’un peuple instruit préfère néanmoins un certain mix de risque et de mortalité à un autre, au motif d’une meilleure “santé mentale”, d’une capacité d’ahdérer à une façon de faire qui fasse sens. Je vois aussi qu’en 2012, le sens s’est retiré de grand pans du monde, soit pour cause de finance et de rendements financiers, soit pour cause d’écrans ayant fait leurs court-circuits neuronaux. Sur ce blog, je suis un de ceux qui ramène le philosophe Bernard Stiegler assez souvent (trop pour vigneron). Donc ce que je vous dis pour le mix d”énergie et de risque/mortalité vaut hors de la “bêtise systémique” où nous sommes plongés sur bien des côtés, et l’énergie en fait partie via le rôle des matières premières dans la spéculation.

        Je n’ai donc rien à dire sur le fait que techniquement, on n’aurait moins de mort avec le nucléaire que sans, sauf miracle de déroissance de consommation d’énergie (l’optimiste de Négawatt…) mais le peu que j’intuite de la façon d’un peuple d’être le meilleur de lui-même me dit qu’on pervertit beaucoup la capacité de projection dudit peuple s’il adopte cette technique qui pèse sur l’ensemble des façons d’envisager le futur, qui pèse sur la façon de penser à une échelle humaine aux soins des autres. Ledit peuple peut préférer se souhaiter des avenirs aux catastrophes encore appréhendables (y c avec changement climatique), sinon il fait de la “mauvaise” irrationalité (il en faut de la bonne ailleurs,…) .
        La discussion peut rester intéressante, si vous pouviez aller au-delà des fait têtus mais peu extrapolables à des sociétés de 10 milliards de gens soumis à tous les “feedback” mondialisés actuels, et tributaires d’une conscience d’eux même qui est ce qu’elle est.

      6. @timiota:

        “La discussion peut rester intéressante, si vous pouviez aller au-delà des fait têtus mais peu extrapolables à des sociétés de 10 milliards de gens soumis à tous les « feedback » mondialisés actuels, et tributaires d’une conscience d’eux même qui est ce qu’elle est.”

        Mais ils LES sont extrapolables a 10 milliards d’invidus… au 100%!

        On etait la moitie de ce qu’on est aujourd’hui il y a 45 ans, pas 450!.. depuis 1965 on a pas cesse d’ameliorer notre niveau de vie, je ne parle pas de la taille des voitures ou les nombre des chaussures dans le placards, je parle de esperance de vie, acces a la sante, acces a l’education, diminution de la mortalite infantile, etc… donc c’est moi qui dit A VOUS que vous etes tetu et vous ne pouvez pas extrapoler au futur votre theorie farfelue (si vous j’y croyez) de la “decroissance heureuse”…
        C’est le monde et l’historire a l’enver ici, c’est pas an blog, c’est un golb, en verlain….

      7. Je n’ai pas parlé de “décroissance”, j’ai essayé de sortir de l’extrapolation linéaire (10 milliards d’humains à 1kW chaque = 10 TW électriques, en extrapolant le France et ses ~60 GW). Le “progrès” non extrapolable a été observé dans les cycles de civilisation longs (lire Jean Gimpel par exemple, historien des techniques, grosso modo).
        Exemple : on a arrêté le transport supersonique, techniquement faisable (Concorde). IL n’avait pas la loi d’échelle adéquate, dans une vue “meso-économique” et technique. Mais à l’inverse, ces limites n’ont pas été anticipées, on s’est lancé dans cette opération non rentable, sauf pour le prestige.
        Je suis d’accord que l’électricité est tout sauf une affaire de prestige, mais la produire par extrapolation en tout nucléaire ne répond pas à d’autres critères. Notamment parce que ce sont seulement les occidentaux dans une niche de paix et de superpuissance qui ont fait cela “bien” (on a vu comment les russes l’ont fait). Sur les 5 décennies à venir, l’état d’esprit du citoyen indonésien ou pakistanais, oops, pardon, l’état d’esprit des élites indonésiennes et pakistanaise, ne fournit pas des conditions équivalentes, que l’on prenne une approche géopolitique ou plus “psychologisante”, l’encastrement (embedding) au sens de Polanyi entre économie et société n’est pas le même, la garantie, que l’on sent raisonnable pour un cas comme la Suède, qu’un réacteur sera toujours traité “rationnellement” ne tient pas ailleurs.
        Je peux bien être consterné qu’en France, les gens soient offusqué d’1 demi-Becquerel coincé dans un poisson, tant que l’évolution n’aura pas rendu le compteur Geiger intégré à notre cerveau reptilien, je persiste à penser que la menace radioactive “gauchi” (warps) la relation d’une société avec son environnement. Vous me direz qu’en matière d’environnement, y a bien pire qui est en train d’arriver là maintenant pour N raisons, mais justement, on peut encore appeler à la rationalité relative sur les choses dont toute une population maitrise la loi d’échelle.

        Au fond, ce qui manque au nucléaire, c’est le principe de réciprocité, (les “systèmes associés” de Stiegler) ce qui fait par exemple que dans une langue, celui à qui on parle peut devenir locuteur sans barrière, une fois passé l’enfance d’apprentissage. Dans les techniques, la réciprocité disparait plus ou moins. Dans une certaine mesure, les oeuvres comme Linux recréent pas trop mal cette réciprocité (la communauté des Linuxiens), sans doute bien plus que les choses “traditionnelles” comme l’artisanat. Vous connaissez l’expression française “il resta interdit après avoir entendu cette révélation” (pour dire frappé de silence). Et bien, avec le nucléaire, c’est une grosse question qu’en gros le peuple reste “interdit” (= sans voix, donc), sans réciprocité vis à vis de ce qui lui est imposé, et ce malgré les bienfaits (pas du tout négligeables) de la fée électricité. Comme les effets humains qui résutent de cet aspect “désaffecté” des relations sont nonlinéaires, de tes effets surgissent tardivement, et rarement, mais ils accentuent l’incertitude et la malaise dans de grandes proportions…

      8. @ timiota
        26 octobre 2012 à 14:40

        @molflow
        C’est là où je pose la question.
        Ces 20% là, c’est un beau chiffre, mais pour quoi faire au-delà ?
        ——————–
        Je ne sais pas, je ne suis pas Dieu… moi je propose comment faire le 20%, aux autres comment faire le restant 80 ou une partie importante… PERSONNE, SURTOUT PAS MOI, a jamais dit que le nucleaire va sauver la planete tout seul.

        ———————-
        “… mais le peu que j’intuite de la façon d’un peuple d’être le meilleur de lui-même me dit qu’on pervertit beaucoup la capacité de projection dudit peuple s’il adopte cette technique qui pèse sur l’ensemble des façons d’envisager le futur, qui pèse sur la façon de penser à une échelle humaine aux soins des autres. Ledit peuple peut préférer se souhaiter des avenirs aux catastrophes encore appréhendables (y c avec changement climatique), sinon il fait de la « mauvaise » irrationalité (il en faut de la bonne ailleurs,…) .”

        Cher timiota, vous utilisez la mot “peuple” d’une facon qui me derange… le centrales nucleaires ne sont ni concues, ni geres par “le peuple”, exactement comme un avion de ligne et les aereoports ne sont pas concu ni pilotes par “le peuple”… avions et centrales (et tout ce qui va avec) sont concus et “geres” par DES EXPERT EN LA MATIERE, CONSACRES AU “BIEN COMMUN”, soit faire decoller et atterrir l’avion sans problemes (poiur l’aviation) ou produire electricite de facon opportune (sans rejets etc…) pour le nucleaire. Centrales et avions ne son pas geres par bias des referendums, ni de “opinion polls”… ca c’est quelque chose que GreenPeace aimerais bien faire, si vous faites attention… parce que il s’appui sur l’ignorance du “peuple” sur un sujet si complexe comme la technologie nucleaire.

        Pour ce qui me concerne, ici je ne fais que exprimer mon opinion (bien documente et reflechie), qui est la suivante: le nucleaire ne produira jamais toute l’energie electrique necessaire, mais pour les pays qui ont deja developpe la technologie, et vu l’experience PLUS QUE POSITIVE qu’ils ont eu (en termes de sante publique, couts, environnement, etc…) ca serait stupide de ne pas continuer a en faire. C’est tout.

        ————————
        La discussion peut rester intéressante, si vous pouviez aller au-delà des fait têtus mais peu extrapolables à des sociétés de 10 milliards de gens soumis à tous les « feedback » mondialisés actuels, et tributaires d’une conscience d’eux même qui est ce qu’elle est.
        ————————
        La je ne sais pas quoi dire, je le jure… je suis physicien, je fais des calculs sophistiques, je m’occupe de verifier des theories, de developper des nouvelles technologie dans la science des accelerateurs de particules… je ne sais pas interpreter votre phrase ci-dessus… on peut la cadrer dans quel domaine?… sociologie?… anthropologie?… economie?… un mix des trois?… autre?… JE SUIS IGNORANT DANS CES DOMAINES, je n’ai aucun probleme a l’avouer… je me limite a vous (tous) faire noter des choses qui sont, dans le domaine strictement scientifique et technologique de la science nucleaire, connues, avec la precision que LA SCIENCE est capable de faire. C’est tout.
        L’extrapolation a 9-10 milliards en termes des besoins d’energie, notamment d’electricite, je l’ai deja faite… tout le monde, meme GreenPeace, dit que la demande va augmenter, donc il faut penser comment en produire davantage de facon la plus propre possible et la moins couteuse possible.
        Je peux vous dire pourquoi le photovoltaique et/ou l’eolien ne pourront jamais prendre la place des centrales thermiques, et choses comme ca, a l’appui des donnees scientifiques, vous me posez des questions que je ne peux pas repondre.
        Essayez avec les expert de philo, socio, etc… ici vous en trouverez pas mal! 🙂

        A+

      1. oh merde!… et si le serpent sort de ma prise électrique, es-ce que je peux porter EDF en justice?

        Rien a dire, ça c’est l’argument qui tue le nucléaire… le serpent qui rentre dans la salle de contrôle et produit une fusion du réacteur… le deuxième serpent plus dangereux de l’histoire de l’humanité après celui qui offrit la pomme a Adam…

        C’est n’importe quoi! Ahahaahahah….

        P.S.: ” les 3 autres réacteurs sont en panne ou en maintenance”… vous préfériez que EDF ne fasse pas la maintenance aux réacteurs???? C’est n’importe quoi, part 2!

        P.S.2: je dirais que http://energie.edf.com/nucleaire/carte-des-centrales-nucleaires/centrale-nucleaire-de-cattenom/evenements-45876.html … il y a au moins 3 réacteurs sur 4 qui marchent en ce moment, non? D’où sortez vous votre nouvelle? Ils ont arrêté 2 réacteurs pendant 3 jours pour régler un problème technique… c’est ça la “manque de fiabilité”???
        Je vous rappelle que…

        “un tambour d’alimentation en eau de la Moselle défectueux. C’est ce tambour qui filtre les impuretés de l’eau avant de rejoindre les aéroréfrigérants.”

        … est un composant NON nucléaire, ça veut dire commun a n’importe quelle centrale thermique… allez-y alors avec une croisade contre les centrales a gaz aussi!…C’est plus que n’importe quoi, c’est irréel!

      2. Des calculs du Max-Planck-Institut für Chemie révèlent que la probabilité d’une catastrophe nucléaire est 200 fois plus élevée qu’auparavant. Dans le monde, c’est en Europe de l’Ouest que le risque de contamination radioactive causée par de graves accidents nucléaires est le plus élevé.
        En se basant sur les durées d’exploitation actuelles de tous les réacteurs nucléaires civils dans le monde et sur les accidents survenus dans le passé, des scientifiques du Max-Planck-Institut für Chemie de Mayence ont calculé que, compte tenu du nombre actuel de centrales nucléaires, de tels événements gravissimes pourraient se produire environ une fois tous les dix à vingt ans.

      3. Dans ce document on considère qu’il y a eu 3 accidents de niveau 7 à Fukushima alors que c’est un évènement unique car la cause de l’accident est commune (Le Tsunami). Cela permet de trafiquer les probabilités et d’extrapoler un risque grandement exagéré. Chaque fois qu’ils le peuvent les auteurs font des estimations arbitraires qui vont toujours dans le même sens afin de renforcer l’aspect sensationnel de leur papier.

        Mais leur but n’est pas de moquer ceux qui sont accusés à tord d’avoir dit que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté à la frontière Française (les Allemands ne sont pas concernés par ce point) alors il publient p 4249 deux cartes qui figurent les retombées de Cs. C’est étonnant comme la frontière française est une bonne approximation de la limite de ces retombées.

      4. @RUTILY

        “Mais leur but n’est pas de moquer ceux qui sont accusés à tord d’avoir dit que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté à la frontière Française (les Allemands ne sont pas concernés par ce point) alors il publient p 4249 deux cartes qui figurent les retombées de Cs. C’est étonnant comme la frontière française est une bonne approximation de la limite de ces retombées.”

        Ouais, vous dites très bien la!… c’est une autre légende métropolitaine des anti-nucs français qui tombe… mais on parie qu’ils vont continuer a le répéter comme si rien c’était?

      5. Extrait du rapport cité p. 235 de l’ouvrage De Tchernobyl en tchernobyls : « Le SCPRI avait pleinement connaissance du dépassement quelquefois très important des valeurs de la radioactivité […] les cartes qui ont été fournies par le SCPRI sont inexactes dans plusieurs domaines […] le SCPRI n’a visiblement pas restitué toutes les informations qui étaient en sa possession aux autorités décisionnaires ou au public […]. Les risques de contamination ont toujours été niés ainsi que l’irradiation de la population avec, pour conséquence, l’absence de toute prophylaxie et en particulier l’absence de l’administration d’iode. »
        Georges Charpak, Richard L. Garvin et Venance Journé, De Tchernobyl en tchernobyls, Éditions Odile Jacob, 2005. (ISBN 2-7381-1374-5)

        Georges Charpak, né le 8 mars 1924, déclaré le 1er août 1924, dans le village de DÄ…browica en Pologne, aujourd’hui Doubrovytsia en Ukraine et mort le 29 septembre 20101 à Paris, est un physicien français lauréat du prix Nobel de physique de 1992.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Charpak

      6. Pierre Pellerin (SCPRI)

        Rôle lors de la catastrophe de Tchernobyl

        Le 29 avril, soit trois jours après la catastrophe de Tchernobyl alors que la nouvelle vient tout juste d’arriver en France, Pierre Pellerin, en tant que directeur du Service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI) intervient au journal télévisé du soir et déclare : « cela ne menace personne actuellement, sauf peut-être dans le voisinage immédiat de l’usine, et encore1,2 ».

        Ce même 29 avril, Antenne 2 fait poser l’image d’un STOP sur la carte de France de la météo3 présentée par Brigitte Simonetta pour illustrer le fait qu’aucune contamination ne menace, sur la base du fait que l’anticyclone des Açores va détourner le nuage. Cette initiative n’avait pas été lancée par Pierre Pellerin.

        Le 30 avril 1986, l’anticyclone n’a pas détourné le nuage et le réseau du SCPRI commence à détecter la contamination qui sera confirmé le lendemain sur l’ensemble du territoire. Après vérification, Pierre Pellerin rédige dans la nuit un communiqué de presse qui annonce qu’on observe une augmentation du niveau de radioactivité sur le sud-est, puis le lendemain un second communiqué pour l’ensemble du territoire français. Les deux communiqués indiquent que ce niveau ne justifie pas de prendre des mesures de santé publique particulières4.

        Le 1er mai est jour férié en France et les communiqués ne sont diffusés par aucun média ce jour là. Ils ne sont repris que le 2 mai par la presse dont le journal Libération5.

        Les jours suivant, l’historique des communiqués du SCPRI montre que celui-ci communique au jour le jour les infos dont il dispose sur la contamination dans le territoire, il diffuse en particulier des cartes de celle-ci, et communique sur les éventuelles conséquences sanitaires, y compris sur les pluies qui peuvent rabattre des traces de radiation. La conclusion est cependant à chaque fois que le niveau reste à tout endroit très largement inférieur aux seuils pouvant entraîner des conséquences pour la population4.

        Toutefois les journalistes sont insatisfaits de ne pouvoir communiquer directement avec le SCPRI et de n’avoir accès qu’à ses compte-rendus écrits4. Ils s’étonnent que les communiqués du SCPRI soient aussi rassurants alors que l’inquiétude se répand dans d’autres pays européens, que des mesures drastiques y sont souvent prises4.

        Le 2 mai 1986 le journal Libération indique : « TCHERNOBYL : le choc du nuage, Pierre Pellerin, le directeur du service central de protection contre les radiations (SCPRI) a annoncé hier que l’augmentation de radioactivité était enregistrée sur l’ensemble du territoire, sans aucun danger pour la santé ». Le 12 mai, le même journal publie un article déclarant que les pouvoirs publics français ont menti, ce qui est inexact, que le nuage a bien survolé la France, et que le professeur Pellerin en aurait fait « l’aveu » deux semaines après la catastrophe5,6. La polémique initiée par cet article, et reprise par d’autre comme le Canard Enchaîné4, conduit de nombreuses personnes à attribuer au professeur Pellerin le propos selon lesquels le nuage de Tchernobyl se serait « arrêté à la frontière ». En 1999 au cours d’une émission télévisée, Noël Mamère attribue de nouveau de manière ironique ces propos au professeur Pellerin, qui le poursuit en diffamation à la suite de cela.

        Un rapport de 2005 de Paul Genty et Gilbert Mouthon critique le rôle du Pr. Pellerin ; il s’inscrit dans l’instruction judiciaire entamée en mars 2001 par la juge d’instruction Marie-Odile Bertella-Geffroy, initiée par le dépôt de plainte contre X pour défaut de protection des populations contre les retombées radioactives de l’accident par l’Association française des malades de la thyroïde.

        Aspect judiciaire[modifier

        Poursuites en diffamation

        Pierre Pellerin a attaqué en diffamation plusieurs médias.

        1) Contre Mmes Michèle Rivasi et Crie, et l’Éditeur devant la Chambre de Presse du Tribunal de Grande Instance de Paris, plainte en diffamation contre Mmes Rivasi, Crie, et l’éditeur. Le Tribunal se déclare incompétent : Pr. Pellerin étant fonctionnaire, sa plainte aurait dû être déposée au pénal. Les prévenus sont donc relaxés pour vice de forme. Sur le fond, le Tribunal conclut que la diffamation de P. Pellerin est incontestable.[réf. nécessaire]

        2) Contre Noël Mamère et Antenne 2[réf. nécessaire] :
        2000 : Plainte au Pénal (Chambre criminelle) en diffamation contre Noël Mamère et A2.
        2001 : Condamnation de Noël Mamère et de A2 en Première Instance. Ils font appel.
        2002 : Condamnation en Cour d’Appel de Noël Mamère et de A2. Ils se pourvoient en cassation.
        2002 : Rejet du pourvoi en Cour de Cassation de Noël Mamère et de A2.
        2003 : Noël Mamère saisit en 2003 la Cour européenne des droits de l’homme, en invoquant la violation du droit à la liberté d’expression, et obtient gain de cause en 2006 (7).

        3) Contre J.-M. Jacquemin et l’Éditeur
        2002 : Plainte au Pénal (Chambre Criminelle) en diffamation contre Jacquemin et l’éditeur.
        2003 : Condamnation de Jacquemin et de l’éditeur en Première Instance. Ils font appel.
        2004 – 18 mars : Condamnation, en Cour d’Appel, de M. Jacquemin et de l’éditeur. M. Jacquemin se pourvoit en Cassation.
        2004 – 22 septembre : Rejet par la Cour de Cassation du pourvoi Jacquemin contre l’arrêt du 18/03/04 de la Cour d’Appel. La condamnation de Jacquemin est définitive.

        Plainte de la CRIIRAD

        Suite aux conclusions du rapport Genty-Mouthon, la CRIIRAD demande la mise en examen du Pr. Pierre Pellerin, en sa qualité d’ancien directeur du SCPRI. Les faits établis sont en effet constitutifs du « délit de mise en danger délibérée et de diffusion de fausses nouvelles de nature à tromper les citoyens sur les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl », d’après la CRIIRAD.

        Pierre Pellerin a toujours soutenu qu’il y avait eu une élévation générale de la radioactivité en France mais que ce niveau de radiation restait à un niveau acceptable par rapport aux conditions sanitaires requises pour la population, et ceci avec une très large marge de sécurité.

        Le 31 mai 2006, Pierre Pellerin est mis en examen dans le cadre du dossier dit des cancers de Tchernobyl pour « infraction au code de la consommation » et placé sous statut de témoin assisté concernant les délits de « blessures involontaires et atteintes involontaires à l’intégrité de la personne ». Pierre Pellerin aurait désiré être mis en examen, car il « était dans l’ignorance de la teneur exacte des griefs formulés à son encontre8. » Le procès se termine par un non-lieu le 7 septembre 2011.

      7. Extrait d’ un entretien avec Georges Charpak

        http://pcf.evry.pagesperso-orange.fr/entretien.htm

        Pourtant, l’humanité est confrontée à un défi énergétique mondial…

        Si on veut pouvoir assumer la croissance démographique actuelle, et tout ce que cela suppose en termes énergétiques, il faut accepter les inconvénients dont je viens de parler. Quand il s’agit de sacs plastique qui polluent le paysage, on peut gérer.

        Mais certains problèmes, comme le changement climatique, sont intolérables. Nous sommes tenus de contrer le réchauffement introduit par l’homme. Le nucléaire a été inventé, on ne le désinventera pas.

        Il faut vivre avec le nucléaire comme on a vécu avec le feu. Après tout, avec le feu on a brûlé des livres, on a brûlé Jeanne d’Arc, on a brûlé Dresde et Tokyo…
        Le feu est dangereux, mais nous n’allons pas remonter dans les arbres !

        Le nucléaire cessera-t-il un jour d’être un danger potentiel ?

        Non. Mais il ne faut pas que cela devienne un danger fantasmé. Dans beaucoup d’endroits, on refuse d’accepter la réalité des radiations.
        J’ai, chez moi, un appareil de détection. Si je l’allume, il crache. Simplement parce que certaines briques sont légèrement radioactives. De quoi faire baisser mon loyer, non ?… Tout ça pour dire que les gens ne sont pas rationnels vis-à-vis de la radioactivité. Et je ne peux pas les rendre rationnels par un coup de baguette magique.

        C’est impossible. Ou alors au prix d’une véritable éducation scientifique.

      8. Mais oui Rutily, le nuage de Chernobyl s’est arrêté au postes frontières des douanes françaises. Bien élevées ses particules ionisantes quand même.

        Le non lieu de Pellerin vous démontre à quel point nous vivons dans un pays totalement démocratique ou les influences politico-militaro-financières ne parasitent absolument pas le fonctionnement de notre société.

        Comment pourrait-il en être autrement quand le président de la république de notre cher pays est le VRP n°1 de la vente de centrales nucléaires et quand une ex-dirigeante d’Areva sous la droite deviendra peut-être responsable d’une banque nationale sous la gauche…

        http://tempsreel.nouvelobs.com/planete/20110907.OBS9926/tchernobyl-quand-le-nuage-s-est-presque-arrete-a-la-frontiere.html

        http://www.liberation.fr/sciences/0101177875-pierre-pellerin-le-paravent-des-politiques

        http://www.dissident-media.org/infonucleaire/zones_controle_special.html

      9. RUTILant,

        C’est mignon de recopier une page de wikipedia, sans le sourcer.

        N’empêche, quand sait lire « cela ne menace personne actuellement, sauf peut-être dans le voisinage immédiat de l’usine, et encore1,2 » et qu’on a une vague notion de géographie, on peut en déduire que selon Pierre Pellerin, alors directeur du Centre international de référence pour la radioactivité de l’OMS, au 29 avril 1986, le nuage n’avait pas même atteint les frontières de la Pologne, ni même Moldave. Pas besoin de juges pour comprendre.

        Sauf à faire, opportunément, de la notion du voisinage immédiat, à géométrie variable, a des envergures continentales. Il est vrai que les stats, seuils et normes nucléaristes usent et abusent de mesures si démesurées, quand ils ne les changent pas.

      10. @ schizosophie
        La page wikipedia est sourcée par le lien posé sur Pierre Pellerin en début d’article, lien qui mène à cette page.

      11. Soit, mais ça fait un “voisinage immédiat de l’usine, et encore” de quelle distance en lieues Pellerin ?

      12. @ schizosophie

        Avez vous vu le “actuellement” et avez vous vérifié les conditions météo du jour (pas du lendemain) et avez vous accès aux informations diffusées par l’URSS ce jour là? C’est pour prendre en compte ce genre d’informations qu’on fait un procés qui devant être équitable ne condamne pas les gens avant d’avoir fait une enquête sérieuse, mais c’est pas assez vendeur pour faire la une des journaux.

      13. @François Leclerc
        J’ai retrouvé le lien de Timiota et voici un extrait de ce document:

        “In the control rooms governing the active reactors–units 1, 2, and 3–the staff checked the cooling systems that remove residual heat from the reactor cores by cycling water through heat exchangers filled with seawater. Everything seemed under control. Water also filled the spent-fuel pools on the top floors of all six reactor buildings to prevent the pools from overheating.

        At 2:52 p.m., the shift supervisor overseeing the plant’s oldest reactor, the 40-year-old unit 1, confirmed that a backup cooling system called an isolation condenser (IC) had started up automatically. This system didn’t need electric power to cycle steam through a cold-water tank on a higher floor, or to let the resulting water drop back down to the pressure vessel. But operators soon noticed that the IC was cooling the core too quickly, which could stress the steel walls of the pressure vessel. So they shut the system down. It was a by-the-book decision, but the book wasn’t written for the extraordinary events of 11 March.

        http://spectrum.ieee.org/energy/nuclear/24-hours-at-fukushima/0

      14. @RUT…

        Avez vous vu le « actuellement ». Oui, ce qui aurait induit comme réponse honnête minimale : “je ne sais pas.”

        Par ailleurs c’est étrange de supposer qu’à l’OMS, il eût fallu d’accord des soviétiques pour calculer les vents. Mais ce n’était pas dans le cahier des charges d’une telle autorité, dont un principe est qu’il vaut mieux éviter un vent de panique qu’un vent de particules.

        Les gestionnaires de l’ingérable en sont réduits à gérer l’information, mais leur autorité se fissure.

      15. @learch 26 oct 2012

        “Georges Charpak, né le 8 mars 1924, déclaré le 1er août 1924, dans le village de DÄ…browica en Pologne, aujourd’hui Doubrovytsia en Ukraine et mort le 29 septembre 20101 à Paris, est un physicien français lauréat du prix Nobel de physique de 1992.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Charpak

        Merci bcp, cher learch, pour avoir nomme mon “collegue” Charpak… qui, selon le lien que vous avez cite…

        “Militant de l’énergie nucléaire civile, il a proposé en 2001 une nouvelle unité de mesure de la radioactivité, le DARI (Dose Annuelle due aux Radiations Internes), correspondant à environ 0,25 milli-Sievert…”

        … a toujours donne son soutien a “l’energie nucleaire civile”, en particulier il disait que le reacteurs surgenerateurs seront le futur du nucleaire, lire ici:

        http://www.fas.org/rlg/Georges%20Charpak%20et%20le%20Nucleaire_5.pdf

        “Much of our books deals with commercial nuclear power, which now supplies 16% of the
        world’s electrical energy. It turned out that we were both in favor of an expansion of safe,
        reliable, economic nuclear power, but we initially differed on the utility of reprocessing
        of light-water reactor fuel if it were to be used only to make mixed-oxide ceramic fuel
        (MOX) to fuel more LWRs–a process that could save no more than 20% of the raw
        uranium otherwise needed. We judged that was a matter of detail rather than principle–
        the principles being
        1. Adequate, almost perfect safety, in operation and throughout the fuel
        cycle
        2. Competitive economics, including costs to ensure safety and that the
        fuel cycle not contribute to proliferation of nuclear weapons
        3. Inherent in (1)and (2) are the assurance of fuel supply through the 60 year life of
        a reactor, and the availability of permanent disposal of the spent fuel from the reactor.”

        Merci encore!… 🙂

        P.S.: l’Academie des Science francaise elle est aussi “prise” par la lobby, ou pas?

  2. Que d’énergie pour trouver la particule de Dieu.
    Tout constitué de la somme des parties .
    La partie ne contenant qu’elle même , étant un tout en elle-même , et ce, quelles que soient ses dimensions, ne contient rien d’autre , ou ce qu’elle contient n’est pas de sa dimension. ( là ce ne peut être qu’hypothétique)
    à la limite, elle ne contient rien , ne circonscrit rien, d’une part . Et d’autre part, rien non plus ne la sépare des autres particules.
    en bref, et grosso modo , il n’y a rien de part en part . Pour une particule de Dieu, on ne fait plus creux , et vain , si celle -ci ne nous parle pas , nous qui , après Tout, sommes faits de cette particule …

    quel monde merveilleux, tout de même, un monde en pleine croissance exponentielle d’aéroports couvrant la Land de nos Pères, de voies ferrées dignes de Léo, de boucle du cerne seigneur des anneaux, un monde d’ ire à dieux, de lvg tht tnt et autres accros nymes , accrochez vous. un monde où la nature morte va nous expédier d’ad patres . où on s’en fout du bio éthos, tant qu’on a son éthylos . monde du chiffre et du secret , monde de mon .
    MOn Dieu, sommes nous si ordures dans cette poubelle terre ? qu’il faille tout vitrifier , tout rendre pétrifié, et nous clouer en fin ?

    pour entendre l’oiseau , accueillir le silence .

    .

  3. Pour se libérer de sa matière-prison
    l’homme (beau joueur)
    tente de percer son écorce
    mais il est retenu par l’esprit lumière
    et poésie de son jeu.

    Veno Pilon

  4. Bonjour,
    J’aimerai attirer l’attention sur un fait que peu de gens ont souligné, sauf le site ENEnews, qui a publié beaucoup de photos de la centrale avant la première vague du Tsunami. On constate que comme d’habitude les japonais ont cédé à leur manie de gagner sur la mer et ont construit la centrale au niveau de la mer. Ils auraient bâti la centrale sur la crête, vraisemblablement les dégâts auraient été moindres, pas d’inondations etc…Les photos montrent bien l’erreur monumentale du choix de tepco…

    1. J’espère que non parce que adieu le corium, il baigne dans la mer et on va tous y passer. De toutes façons on ne sait pas ce qui va nous tomber dessus.

      1. @ lisztfr, “on va tous y passer” . La situation est très très grave, effectivement, mais,allons nous tous y passer ?

        Question : les trois coriums et les piscines déverseront-ils une quantité suffisante de nucléotides cancérigènes que pour contaminer irrémédiablement la chaîne trophique de l’humanité tout entière, pendant 25.000 ANS, et ce, sans que les nucléotides ne finissent déposés, je dirais dans des “en cul de sac” par lesquels nous en serions relativement capable de nous en tenir isolé. Si oui, alors l’humanité est probablement foutue à long terme. Mais, avons- nous ce calcul ? Nous devrions disposer de ce calcul précis: savoir que nous avons encore une chance, même en cas d’effondrement général de Fukushima, est nécessaire, il me semble, à notre volonté d’en sortir !

      2. à Jean-Luce Morlie,

        A défaut de calcul, il nous reste l’espoir, comme dirait Dédé.

        Et puis, avons-nous le choix ?
        Ou, comme on disait dans le temps en invoquant la liberté, avons-nous notre libre-arbitre dans cette époque où la vieille question de savoir si les hommes aiment la liberté est quelque peu dépassée ?

      3. @Jean-Luc Morlie:

        ecoutez moi bien, monsieur: arretez de paniquer pour rien… personne ne mourra a cause de Fukushima en dehors de quelque centaine de Japonais, d’ici les prochains 70 ans. C’est impossible, parce que les emissions totales sont largement inferieures a ce que la terre nous “envoie” tout les jours, depuis qu’elle existe:

        “… we obtained the following results: in a population with possible annual dose of 5–10 mSv, 150 additional cancer cases and a fraction of solid cancers caused by exposure to radiation of 0.2% could be expected. It is necessary to stress that the estimates were made with the use of ICRP models based on the Linear No Threshold (LNT) concept [8], however, no increase in cancer incidence in a populationwith doses of 5–10 mSv was found [7].

        OK?

      4. Et puis autre chose, Molflow, si je déplore la catastrophe de Fukushima ce n’est pas parque j’ai peur de mourir des radiations émanant des 3 coriums perdus, mais parce que je suis en empathie avec le peuple japonais, je suis triste pour eux, pour ceux du nord qui ont survécu au tsunami qui était déjà une chose terrible, je me mets à leur place, je déplore ce qu’ils sont obligés de subir en me disant que cela pourrait arriver dans ma belle vallée du Rhône (pas à cause d’un tsunami bien sûr).

        En ayant écrit ces phrases, vous démontrez que pour vous le Japon c’est loin, que les japonais ne sont que des habitants d’une ile, et que d’après vous une centaine mourront… bah qu’importe, n’est-ce pas ? Vous êtes un froid calculateur, les irradiés sont sûrement pour vous un pourcentage de perte humaine inévitable voire nécessaire, on ne fait pas d’omelettes sans casser les oeufs isn’t it ?

      5. Vous me faite penser au chef des essais de la première explosion atomique en juillet 1945 à Alamogordo, Kenneth Bainbridge, qui, connaissant l’impact sanitaire d’une telle explosion (et pourtant comparée à toutes celles qui ont suivies elle n’était qu’une goutte d’eau) mumura à l’oreille d’Oppenheimer : ” A partir de maintenant, nous sommes tous des fils de pute… “

      6. Ne vous “fatiguez” pas LEARCH , les pro-nuke n’ont pas la moindre once de conscience.

        Si eux-mêmes et leurs familles avaient par malheur à subir ce que les Japonais ont subit et souffrent toujours à cet instant, peut-être feraient-ils leur coming-out.
        Si c’étaient eux qui avait dû nettoyer Tchernobyl….
        Si un jour on devait déposer à coté de leur habitation des déchets radio-actifs soyez certain qu’il se battraient bec et ongles pour que cela ne se réalise pas.
        Tous ces “technocrates”, physiciens, ingénieurs ( liste non- exhaustive) qui défendent cette industrie, ainsi que ceux qui travaillent dans la pétrochimie ont pour seul moteur leur ego démesuré et leur vénalité, car ils tirent profit des idées qu’ils défendent directement ou non.

      7. @erde:

        “Si un jour on devait déposer à coté de leur habitation des déchets radio-actifs soyez certain qu’il se battraient bec et ongles pour que cela ne se réalise pas.”

        J’ai travaille, 10 heures ou plus par jour, pendant plusieurs annees, a 800 m du plus grand depot de plutonium d’Europe. Sur le meme site il y avait (il y sont encore), 19 installations nucleaires de base, 2 reacteurs en construction, et plusieurs laboratoires de recherche sur le cycle du combustible.
        Ma famille a vecu avec moi a quelques km de distance.

        Voila.

        Avez vous d’autres questions a niveau personnelle auxquelles je pourrais repondre?
        Essayez a nouveau.

        A+

      8. @learch:

        “En ayant écrit ces phrases, vous démontrez que pour vous le Japon c’est loin, que les japonais ne sont que des habitants d’une ile, et que d’après vous une centaine mourront… bah qu’importe, n’est-ce pas ? Vous êtes un froid calculateur, les irradiés sont sûrement pour vous un pourcentage de perte humaine inévitable voire nécessaire, on ne fait pas d’omelettes sans casser les oeufs isn’t it ?”

        Mais non! La phrase que J’AI CITE, ce n’est pas moi qui l’a ecrite, mais un des plus renommes experts en radioprotection du monde… seulement un ignorant qui ne sait pas lire pourrait dire le contraire… avez vous termine l’ecole primaire, cher learch?

        Essayez a nouveau avec quelque chose de moin stupide, OK?

        A+

      9. @learch
        27 octobre 2012 à 10:03

        Vous me faite penser au chef des essais de la première explosion atomique en juillet 1945 à Alamogordo, Kenneth Bainbridge, qui, connaissant l’impact sanitaire d’une telle explosion (et pourtant comparée à toutes celles qui ont suivies elle n’était qu’une goutte d’eau) mumura à l’oreille d’Oppenheimer : » A partir de maintenant, nous sommes tous des fils de pute… «
        ————————-
        Non, la mienne n’a pas travaille avec la votre, vous en etes au courant, non?

        A+, mon petit.

      10. @ Paul Jorion28 octobre 2012 à 21:23

        Vous ne vous sentez aucune responsabilité envers votre famille ? Si c’est le cas, c’est très rare.
        ——————————
        Bonjour MrJorion: c’est a moi que vous avez adresse ces mots?
        Si le cas… bien sur que si… en effet c’est une des raison pour lequelles je suis favorable au nucleaire civil, comme installe en France. C’est, est c’est facile a demontrer, la forme de production d’energie electrique plus propre, sure, a bon marche parmis toutes les autres.
        Il y a maintes etudes sur ca, si vous avez des donnees differentes merci de les porter a mon attention.

        Cordialement.

        1. Le fait que vous ne soyiez pas sûr que c’est à vous que j’adresse ces mots me conforte dans l’idée que votre profil psychologique est très rare.

      11. @Paul Jorion: amha, il relève au contraire d’un phénomène psychologique très fréquent. Lorsque quelqu’un est forcé à être dans une situation et que celle-ci s’oppose par ailleurs à certaines valeurs, le sujet a le choix entre:
        1. rester dans l’opposition entre sa situation et les valeurs, ce qui est rester dans une position morale inconfortable, de souffrance cognitive et d’impuissance.
        2. changer de valeurs et les mettre en accord avec la situation.
        3. le suicide ou, si possible, la fuite de la situation (changement professionnel).

        Il serait intéressant de voir comment se répartissent les profils psychologiques entre ces choix mais ce qui est sûr c’est qu’une bonne partie des gens vont opter pour le changement de valeurs. Autrement dit, ils vont faire comme s’ils aimaient leur situation et vont intégrer les valeurs découlant de cette situation. Une très grande partie des travailleurs du nucléaire (et policiers, traders, gardiens de prison, etc) sont dans le cas car la position 1 n’est pas très soutenable et ceux qui ont opté pour la position 3 ne sont plus dans le métier.

        Il y a bien sûr aussi la personne qui rêvait depuis sa tendre enfance de travailler dans un environnement radioactif, sur des machines qui pouvaient tuer des millions de personnes (y compris leur famille), etc. Mais là, je pense que c’est effectivement très rare. 🙂

      12. @ Paul Jorion 29 octobre 2012 à 09:59

        Le fait que vous ne soyiez pas sûr que c’est à vous que j’adresse ces mots me conforte dans l’idée que votre profil psychologique est très rare.
        ——————-
        Non ,pas du tout…le problème est que votre blog est mal fait, très mal fait, sa structure… en effet vous répondez a Lisztfr, et vous n’avez mis aucune référence a moi.

        Concernant le profil psychologique, je suis daccord avec vous… fort heureusement je ne le partage pas avec la plupart des vos commentateurs, ça serait plutôt troublant.
        Merci de l’avoir noté et écrit!

        De toute façon, c’est le blog a vous M. Jorion: si vous trouvez ma présence ici inapproprié vous n’avez que a m’inviter de partir, et je le ferai tout de suite, pas de problèmes de ma part… vous resterez que avec des profils psychologiques dans la norme.

        A+

        1. Non, non continuez à nous informer, j’attirais simplement l’attention sur le fait que votre grille de lecture sur des questions comme ce qui est “sûr” et “pas sûr” pourrait refléter une manière inhabituelle d’envisager les choses.

    2. @andre

      Pas vraiment “au niveau de la mer”… la centrale a été bâtie a plusieurs métrés au dessus du niveau de la mer, selon les standards des années 70, et elle était aussi protégée par un mur “anti-tsunami” des plusieurs mètres d’auteur… qui n’a pas évidemment été suffisant.
      Les bâtisseurs de la centrale ont commis le même erreur que les mairies des villes et villages qui ont été effaces de la face de la terre par le tsunami, 20 mille morts instantanées dans le domaine du non nucleaire.

    3. Cher André, vous faites bien de le rappeler : Le danger du Tsunami n’a tout simplement pas été pris en compte au Japon. Ainsi donc le Tsunami n’est pas la véritable cause (comme certains essayent de nous le faire croire), mais plutôt déni de la réalité, nourri par la cupidité ou la volonté de rentabiliser le capital des investisseurs nucléaires, même au prix de faire prendre des risques énormes et irréversibles à la société, tout en déresponsabilisant ceux qui investissent sciemment dans le risque majeur.
      Ne croyez pas que la roulette russe nucléaire ne se joue qu’au Japon ! La France nucléaire n’a vraisemblablement pas de tsunamis, mais elle a beaucoup de centrales (vieillissantes), des piscines de combustibles sans protections, des centrales qu’elle ne sait pas démanteler, des pannes nucléaires qui se multiplient , déjà 43 sites pollués par la radioactivité recensés en France, une manie de centraliser le pouvoir et un manque de vision grave en ce qui concerne la sortie nécessaire et inévitable du nucléaire et le soutient de la seule alternative juste et viable : les énergies renouvelables, essentiellement diversifiées, décentralisées, pacifiques, citoyennes et démocratiques. Il y a donc de nouvelles habitudes à prendre…tant que nous sommes libres de le faire, faut-il dire, car «Ceux qui viennent en retard seront punis par la vie…».

    4. Pas aussi facile. Batir la centrale en haut de la crete ca veut dire que les pompes fournissant les dizaines de milliers de metres cuve d’eau necessaires au refroidissement doivent etre ultra-puissantes, et ca rend la centrale d’autant plus sensible a une panne de ces pompes tout en diminuant nettement la production electrique.

      1. “Pas aussi facile” – vous vouliez dire pas aussi rentable pour les actionnaires – :
        à l’origine, la centrale de Daichi devait être construite sur une élévation naturelle de 35m. Le constructeur décida ensuite de raser la colline jusqu`à 10m pour répondre à la demande de Tepco des années 60 de réduire le coût du pompage (pression moindre).
        Ce n’est qu’après la catastrophe de mars 2011 que tepco ajouta bizarrement l’argument d’une prétendue meilleure résistance contre les séismes (la centrale étant construite sur la roche même) mais “oublia” en même temps que le fait d’abaisser la centrale augmente l’autre risque lié aux séismes dans la région : les effets dévastateurs des tsunamis
        En fait, l’argument de prise de risque pour la course au profit prédominait toujours. Selon Toyota la livraison par bateau depuis la mer et le dépôt sur place des cuves de réacteurs de 500 tonnes chacune auraient été…difficiles, elles aussi.
        Repetitio est mater studiorum. Où et quand la prochaine leçon ?

      2. @quelqu’un

        “Repetitio est mater studiorum. Où et quand la prochaine leçon ?”

        Ca c’est fort… depuis quand vous connaissez l’etude? Surement pas dans le domaine nucleaire… vous ne cessez pas de citer l’hauteur de la centrale… mais elle n’est pas differente par rapport aux autres centrales japonaises, qui ont survecu sans probleme, TEPCO aurait du prevoir un evenement naturel d’une ampleur jamais vu dans cette region depuis A.D. 869, et personne se rappelle jamais ici des VINGT MILLE MORTS dans les villages a cote… tous geres par TEPCO eux aussi?

        “Ignorantibus veritatem dicere semper utile est”, comme dit une plaque a l’interieur du Chateau de Cadarache.

      3. Mon dieu Molflow ! Mais vous le faites exprès ou quoi ?

        Le lobby nucléaire mondial n’aurait jamais dû arroser le japon de ses dollars afin qu’ils construisent 54 réacteurs sur leur magnifique pays malheureusement depuis toujours la proie de secousses sismiques et de tsunamis…

        Chronologie des tsunamis japonais :

        1605 : 5 000 victimes
        1611 : 5 000 victimes
        1703 : 5 000 victimes
        1707 : 30 000 victimes
        1766 : 1 500 victimes
        1792 : 15 000 victimes
        1854 : 3 000 victimes
        1896 : 25 000 victimes
        1923 : 2 000 victimes
        1933 : 3 000 victimes
        1993 : vague de 31 m de haut, seulement 239 victimes grâce au système d’alerte
        2011 : 20 000 morts, vague de 20-23 m

        Quand à comparer les morts du tsunami, événement naturel qui nous montre à quel point nous ne sommes pas grand chose sur cette planète avec les morts à venir de Fukushima, catastrophe industrielle qui nous montre à quel point nous sommes la pire espèce de cette planète, je trouve que c’est une honte… je serai modérateur, je censurerai.

      4. @ learch 26 octobre 2012 à 23:01

        Mon dieu Molflow ! Mais vous le faites exprès ou quoi ?
        ———————
        Faites expres quoi? D’utiliser mon cerveau? Non…. c’est naturel.

        ——————–
        Le lobby nucléaire mondial n’aurait jamais dû arroser le japon de ses dollars afin qu’ils construisent 54 réacteurs sur leur magnifique pays malheureusement depuis toujours la proie de secousses sismiques et de tsunamis…
        ——————–
        Pourquoi pas? Ils ont bien construit des ponts et autoroutes surelevees, et pourtant lors du tremblement de Kyoto il y a eu des centaines de morts ensevelis par les morceaux d’autouroute qui se sont coules l’un sur l’autre. Etes vous pour le demantelement des toutes autoroutes surelevees au Japon? Allez-y, ecrivez a leur ambassadeur…

        ———————
        Chronologie des tsunamis japonais :

        1605 : 5 000 victimes
        1611 : 5 000 victimes
        1703 : 5 000 victimes
        1707 : 30 000 victimes
        1766 : 1 500 victimes
        1792 : 15 000 victimes
        1854 : 3 000 victimes
        1896 : 25 000 victimes
        1923 : 2 000 victimes
        1933 : 3 000 victimes
        1993 : vague de 31 m de haut, seulement 239 victimes grâce au système d’alerte
        2011 : 20 000 morts, vague de 20-23 m
        ———————
        Somme des morts: 114739

        Question: apres vous, apres vos importantes et precise sources de renseignement… 40 ans de generation d’electricite au rytme de 280 TWh/an avec du charbon, mortalite de, je reste bas, 30 morts/TWh, auraient tue combien de personnes, pendant l’operation normale des centrales?

        ——————————
        Quand à comparer les morts du tsunami, événement naturel qui nous montre à quel point nous ne sommes pas grand chose sur cette planète avec les morts à venir de Fukushima, catastrophe industrielle….
        ——————————
        CAUSEE PAR LE MEME EVENTEMENT NATUREL, NE C’EST PAS????

        ———————–
        ….qui nous montre à quel point nous sommes la pire espèce de cette planète, je trouve que c’est une honte… je serai modérateur, je censurerai.
        ———————–
        Que tu soit un petit fascistoide pret a censurer l’opinion des autres etait deja clair, pas besoin de l’ecrire de facon si evidente. Mais merci pour l’avoir fait.

        Moi, par contre, je ferai toujours mon mieux pour que les ignorants comme toi puisse ecrire tous ce qu”ils veulent, parce que ceux comme toi sont la meilleure publicite.

        A+

      5. @ quelqu’un
        27 octobre 2012 à 11:30

        Exemple Asie : En rouge, les côtes où le danger de tsunami est avéré, avec l’indication des nombres de réacteurs nucléaires en bord de mer.
        ——————–
        OKpour l’Asie… il vont prendre des mesures supplementaires anti-tsunami, je suis sur.

        Mais… dites moi une chose, le meme article c’ou vous avez pris la figure en question… elle a aussi une figure pour l’Europe, et l’etat/danger des cotes Mediterraneenne et sur l’Ocean/Manche…. pourriez vous nous dire combien des reacteurs Francais sont en danger de tsunami? Et Allemands? Anglais? Belges? Suedois? Finlandais? Espagnols?

        Merci! 🙂

  5. Les fiançailles interrompues du nucléaire dit civil et du gaz de schiste.

    Un article récent dans Médiapart traite de la ruée illusoire sur les gaz de schiste, aux Etats-Unis.
    Extrait : “En 1969, le gouvernement américain a fait exploser une bombe nucléaire souterraine pour fracturer les roches contenant le gaz. Ca a marché : ils ont récupéré du gaz. Mais ils se sont rendu compte que le coût était bien plus important que les revenus, et surtout que…le gaz était radioactif !”

    En dehors du fait que la sottise des scientifiques et des politiques est une nouvelle fois démontrée, il est remarquable de constater combien le système mis en place et entretenu par une économie devenue démente est incapable de faire la moindre preuve de quelque logique que ce soit à l’exception de la logique industrielle/marchande.

    En attendant, comme on dit dans les régions dévastées par la recherche du nouvel eldorado que sont les huiles de schiste, le mot d’ordre est Drill, baby, drill ! (Fore, bébé, fore !)

    Quant à la critique du nucléaire et des autres folies passées, présentes et à venir mises en oeuvre pour produire de l’énergie, il me semble que la question préalable indispensable est : toute cette énergie, pourquoi faire ?

    1. ” toute cette énergie, pourquoi faire ?”

      Par exemple pour permettre a vous et a nous tous de dialoguer via blog sur internet plutôt qu’en utilisant, comme “aux bons vieux temps” les pigeons ou les postiers a cheval…

      Voila, ça vous va la réponse ET SI NON POURQUOI?

      En attendant une réponse, a+

      1. Dialoguer sur internet, pourquoi faire ?

        Et non, la réponse quelque peu enfantine ne me va pas.

        Autre manière de poser ma question originelle : pourquoi toutes ces lumières la nuit ? par peur du noir ou pour faire du PIB ?

      2. Mais non!… les lumieres la nuit sertent a diminuer le nombre d’accident de la route, par exemple, et de toute facon l’eclairage des villes et rues ne comporte q’une tres petite, mais vraiment petite, quantitee d’energie… je PARIE que vous n’avez la moindre idee de quoi je parle.
        Demontrez moi, s’il vous plait, que je me trompe, soyez le premier a le faire.

        Donc, combien de TWh on pourrait epargner si on etaindrez tout eclairage public.

        A+

      3. à molflow,

        Inutile de m’adresser la parole.
        Je ne pense pas qu’il soit de mon pouvoir, ni de mon devoir, de convaincre mes ennemis de la vérité de mes pensées ou de mes convictions et, comme je ne suis pas tolérant, je ne vois pas la nécessité de faire cohabiter des certitudes inconciliables ni de parler avec une machine.

      4. Molflow, votre discours promotionnel est pénible…

        Seul 16% de l’électricité mondiale est produite grâce au nucléaire, donc il faudrait enlever seulement 16% de notre temps passé sur internet… ou enlever 16% des lignes que vous avez écrites… je ne serai pas contre 🙂

      5. Eclairage = 20% de l’électricité aux US
        éclairage nocturne, grosso modo 10 W par habitant (20 W sur 12h, 10 sur 24h), 1% de la conso moyenne de l’occidental moyen (à la louche d’un facteur 2-3)..
        C’est en effet un peu tout ça qu’il faut savoir pour s’occuper de notre énergie comme on aime s’occuper d’un jardin (avant de se demander si mon met un “engrais” radioactif ou un “engrais” C fossile dans ce jardin)…

      6. Pourquoi toutes ces lumières la nuit ? par peur du noir ou pour faire du PIB ?

        Pour répondre à cette question, il faut répondre à l’ensemble de la question; pas seulement à une partie.

        Pourquoi une civilisation moderne a-t-elle peur de la nuit, ou pourquoi ne supporte-t-elle pas le noir ?

        Que peut bien vouloir dire “faire du PIB” ?

      7. @marlowe

        “Pourquoi une civilisation moderne a-t-elle peur de la nuit, ou pourquoi ne supporte-t-elle pas le noir ?”

        Je ne veux pas parler au nom de la civilisation entiere… mais je pense que ce n’est pas une question de peur, mais seulement due au fait que nos yeux ne voient pas sans lumiere?
        C’est assez logique, non?
        Si tu penses que ma reponse ne soit pas logique, je t’invite a faire ca: ferme tes yeux et essaye de descendre un escalier comme on en a aux gares du metro, OK?
        Questions moins connes… tu en trouve pas toi, hein?

  6. Société nucléaire= Société policière

    Moflow, Rutily&Cie : Tous à Fukushima avec femmes et enfants.

      1. bah si c’est une histoire de fumée, des filtres pour les particules devraient faire l’affaire ou alors un truc plus complexe permettant de filtrer les rejets… et pour des coriums en fusion dans la nature (ou presque), on applique quels sortes de filtres ? Je préfère vivre devant cette usine que devant Fukushima-Daichi, et de loin !!!

      2. Je ne suis pas

        ton vieux

        , je vis dans le Golfe de Fos, zone Sévéso,non loin : Lyondel, Naphta, Mittal, etc…Alors, on fait quoi ? Molflow allez vite nous faire part de vos impressions sur zone irradié, allez proposer vos services à Tepco, allez cultiver vos salades à Fukushima : les irradiés vous maudissent.

      3. @traditore:

        t’as choisi un joli nickname, Traitre. C’est bien!

        Quant a Fos, mon domicile, quand je ne suis pas au travail, est a 30 km de Fos.
        Je l’ai deja ecrit, non?… je travaille habituellement en zones irradies, sous control de la radioprotection, pas de probleme.

        A propos, a Fos il y a le nucleaire qui pollue?

        A+

      4. @learch 27 octobre 2012 à 00:28

        bah si c’est une histoire de fumée, des filtres pour les particules devraient faire l’affaire
        —————————-
        Et voila!… apres les pots catalytiques des voitures qui diminuent la CO2, la deuxieme partie du cour “la technologie pour le nuls… par un nul” de notre hero learch…

        C’est penible d’interagir avec ton ignorance, je t’assure.

        Bonne lecture:

        http://www.scientificamerican.com/article.cfm?id=coal-ash-is-more-radioactive-than-nuclear-waste

        http://www.earth-policy.org/plan_b_updates/2011/update96

        A+

  7. C’est radioactif…..Le lobbying nucléaire a pulvérisé vigneron en nombre de post.
    L’histoire nucléaire, l’histoire financière ?
    C’est le “nu”, la “clé” des “airs”.
    L’arrogance…..

Les commentaires sont fermés.