49 réflexions sur « BFM Business, lundi 22 octobre à 11h20 »

  1. Non , non , rien n’a changé…
    Tout , tout a continué….

    http://www.marianne.net/Peut-on-encore-enseigner-l-economie-depuis-la-crise_a223650.html

    « Un dilemme qui va jusqu’au tragique pour le responsable d’un autre prestigieux master de finance parisien. Persuadé d’avoir ouvert la boîte de Pandore de la crise en enseignant les mathématiques financières aux futurs traders, il a plongé dans la folie. Se rendant personnellement responsable de la crise, sa décompensation a carrément nécessité un internement en hôpital psychiatrique !  »

    Voila , ou mène l enseignement de la finance , attention !!

    1. Son duo avec Olivier Delamarche, c’est un sketch du type comique de répétition…

      « Vous voyez le Cac à 2000 points ? Les chiffres du chômage américain sont bons ! La politique de Mario Draghi a redonné confiance au marché ! » Et l’autre repart au quart de tour…

      Récemment, il lui a demandé s’il fallait se pendre…

      Comme quoi, on peut faire un spectacle avec tout…

      Quand il interroge Jacques Sapir, il est beaucoup plus conventionnel…

      1. Tout à fait! J’avais noté le décalage assez saisissant de son attitude avec J. Sapir. Oui, il joue volontairement le grotesque car il sait que O.D. va surréagir; et du coup, le point sur les « i » du mardi est largement relayé désormais…

  2. Le thème sera défini peu de temps auparavant.

    Etonnant, ils vous invitent mais ne savent pas de quoi ils veulent parler. En définitive, c’est organisé un peu comme une émission de variétés (économiques).

  3. ca faisait longtemps non ? cette chaine me sort par les narines, on vous rabache a tour de bras que les salaires sont trop hauts, qu’il faut « flexibiliser » le droit du travail et j’en passe. De temps en temps quelques contradicteurs sont invites mais ils sont noyes dans la masse du « reste », et meme railles pour les autres. On y invite les economistes des banques et on les presente comme des experts (genre Lemoine…). Et pour faire ce boulot ils ont choisis les « bons journalistes », et la je vais m’abstenir de les qualifier…

    1. « en temps quelques contradicteurs sont invites mais ils sont noyes dans la masse du « reste », et meme railles »

      il vaut mieux être raillés par ceux qui ne sortent pas des rails … sans les rayer de la carte pour autant ( quoique ) … et rallier les râleurs non conformes au b—-l ambiant

  4. C’est bien là où il est le plus difficile à introduire que le message de Monsieur Jorion est le plus intéressant à faire passer…..

    Super!

  5. Très bien, mais comment ca « le coup de gueule qui n’était pas prévu »
    Ils avaient prévu un truc ?
    On vous avait donné une ligne directrice à suivre ?

    1. Oui, ils m’avaient dit : « Attention, il faut être super-optimiste ! »

      Non, je plaisante ! Pour ceux qui nous rejoignent en route : j’avais une chronique hebdomadaire sur BFM en 2009 – 2010, je connais bien Guillaume Sommerer.

      Il y a une brève conversation avant l’émission, sur le thème : « De quoi devrait-on parler ? », c’est tout.

      1. Enfin des coups de gueule comme ça, étant donné ce qu’il se passe, c’est vraiment très très très gentil… pas de quoi décoiffer un trader !!

    2. Le thème du coup de gueule est assez récurrent dans cette émission dès qu’un intervenant dit autre chose que « tout va très bien madame la marquise », même de manière très mesurée… Or c’est un fait, on a lu ici-même des textes autrement plus virulents que cette aimable mais néanmoins réaliste analyse passée sur la chaîne des zinzinvestisseurs.

      Si j’étais suspicieux, je dirais que c’est une méthode assez inélégante car taillée à la hache de discréditer le discours en laissant à penser que l’interlocuteur a perdu ses nerfs et que ses mots ont dépassé sa pensée.

      1. @ dissonance +1

        Si j’étais suspicieux, je dirais que c’est une méthode assez inélégante car taillée à la hache de discréditer le discours en laissant à penser que l’interlocuteur a perdu ses nerfs et que ses mots ont dépassé sa pensée.

        Quand on dit à quelqu’un, par exemple : « T’es fou ! », c’est que l’on a pas vraiment envie de l’entendre davantage. C’est un peu le même principe ici, avec ce qu’ils disent être absolument « un coup de gueule ».
        Moi, j’aime bien cet interview de Paul, parce qu’on entend très distinctement Une différence par rapport aux autres « coups de gueule », encore une fois… et qui ont comme point commun d’être de plus en plus inaudibles. Je dirais donc que Paul, (heureusement, il n’est pas le seul) n’utilise pas dans cet interview de grands mots apocalyptiques qui n’auraient pour effet que de nous tétaniser un peu plus au lieu de nous réveiller à la réflexion.
        Paul essaye de garder son commentaire non pesant, d’exprimer (dans la mesure des possibilités qui lui sont offertes) un diagnostic plutôt froid, simple, intelligent et détaillé, pour les auditeurs restant à l’écoute… N’était-ce pas cela que l’on avait besoin d’entendre un peu plus?

  6. Je me demande si ils ont lu une fois le blog ?
    Espéranto ,Monaieranto !
    Au moins que le monde échange avec les même outils et la même langue , pour comprendre que ceux qui ont les clefs de cette gigantesque bombe à tuer continuent à le faire en toute impunité merci pour cet aboyement paul ,que la caravane des romes continue son chemin.

  7. Excellent message ! Reste à savoir si les politiques européens finiront par prendre le taureau par les cornes, où s’ils continueront encore longtemps à s’aplatir devant les financiers.

    1. 1/ Quand on est interviewé sur plusieurs sujets, on attend de vous des réponses sur chacun de ces sujets. Et la coutume veut que l’invité ne fasse pas les questions et les réponses à sa convenance, ce qui est de toute façon malaisé par téléphone.

      2/ Si vous n’avez eu l’impression d’un appel à un nouvel ordre monétaire – et donc un nouveau Bretton Woods – martelé, c’est que votre esprit était sans doute trop dispersé 😉

      1. Je cherche à rendre service. Le message n’était pas clair selon moi.

        Je pourrais disserte du pourquoi longtemps sans que se soit utile. Me jorion est un bonhomme. Il saura juger du bien fondé ou non de ma critique. Je ne l’attaque pas ne cherchez pas a le défendre.

      2. C’est pas l’appel à un nouvel ordre monetaire qui n’est pas clair. C’est pourquoi il faut un nouvel ordre monétaire. Qui en écoutant la vidéo sans connaitre le discours de paul jorion va comprendre d’un trait ce qu’il raconte ici ?

        Je ne dis pas que c’est une chose aisée à faire a fortiori via telephone. Mais ca doit selon moi rester l’objectif. Eclairer l’auditoire.

        OD est certainement moins pertinent, moins profond et fécond. Mais il n’est pas précipité, il prend son temps et surtout il est clair.

      3. Reste à connaître le ressenti des accrocs habituels de BFM business puisque ce sont eux auxquels on s’adresse .( et dont je ne connais pas , soit dit en passant , le « profil » , comme il est d’usage de dire , ni le nombre ) .

      4. Peut être que détailler succinctement le nouvel ordre monétaire souhaitable/souhaité aurait aidé.

        rappel à fevil :
        être dans la proposition positive et en douceur sera de circonstance la prochaine fois, Julien veille.

  8. Amsterdam, le 22 octobre 2012

    @ fevil

    1. Si vous me permettez, je prends la liberté d’interpréter votre « Vous » comme une façon d’adresser le journaliste qui était là à Paris, posant ses questions chaotiques, et d’une façon « poussante », ne pas donnant ni une seconde en plus pour une réponse bien réfléchie, ou même ni pour le silence….

    Ou mieux dit, cette habitude irritante depuis les années 1989, disons le moment où les Tony Blair, les Wim Kok, les Bill Clinton et les Göran Persson prenaient le pouvoir, nous vendant leurs mythes de la croissance éternelle basée sur la « nouvelle » (!) société d’informatique.
    Nous vendant aussi que la régulation n’était plus nécessaire, parceque le grand public était suffissamment sage maintenant et allait contribuer à l’autocorrection des erreurs.

    J’ai remarqué ce même style auprès toutes sortes d’ages… auprès des vieux et des jeunes.

    Disons, ce style d’un homme terrible comme Wim Kok, qui est vraiment un Tony Blair mis dans une centrifuge, aujourd’hui ayant plus que 70 ans, toujours en mauvaise humour, toujours avec une mine comme si il vient de boire une bouteille de vinaigre concentré.

    http://media.nu.nl/m/m1cz4s3a92m7.jpg
    (photo du grand socialiste au jour où il quittait la direction de Shell)

    Et, ne l’oubliez pas fevil, ce Wim Kok qui en janvier de cette année disait que François Hollande devrait bien suivre les recettes de monsieur Kok, (social-démocrate…. jaja), et alors les recettes de monsieur Frits Bolkestein, (libéral de droite), c.à.d. la flexibilisation du marché de travail et la diminution des SMICS et des salaires bas. Qu’il n’y avait pas d’alternatives.. (Les cloches Thatcheriennes sonnent..).

    2. Par contre, le message de Paul Jorion qui est arrivé fin et clair ici aux Pays-Bas est qu’il y avait une personne qui tenait son sang froid dans cette folie, et qui a esquissé d’une façon formidable la nécessité urgente de creuser un double voie:

    a. La création d’un nouveau ordre monétaire international
    (le journaliste tenait presqu’une crise cardiaque quand Paul le disait…)

    et par cela, la pacification des relations entres les états nations;

    b. Le démontage des machines à concentrer la richesse dans les états nations.

    3. Alors, Paul, bravo! Bien fait, et s’il vous plaît, continuez à frapper toujours.. précisément lorsque des journalistes exaltés et fevil se rendent nerveux, ayant faim de leur Fast Food journalistique que vous ne les donnez pas, précisément à ce moment vous tapez sur la bonne touche.

    😉

    JL

    1. Non mais johan faut revenir sur terre. La télé n’est pas un endroit où il est bon de rester pour s’eduquer. C’est le royaume de la com. Et la com n’a pas ete bien faite. Et si demain je passe à la télé et que ma com est mauvaise j’espere que mes suiveurs auront l’amabilité de me le dire et non de venir nier des evidences les uns après les autres.

      Se battre contre la télé fast food…

  9. Amsterdam, le 22 octobre 2012

    @ fevil

    1. Oui, complètement d’accord avec vous: il faut revenir sur terre!

    2. Et je vous dis cela dès le pays où Philips est roi tout-puissant (maintenant même dès la ville d’où se voit dès ma fenêtre la tour Philips avec son quartier général mondial).

    Vous savez fevil, tout dernièrement une grande partie des politiciens élu(e)s aux Pays-Bas se demandait quelle était la raison pour laquelle la participation des téléspectateurs/trices aux débats politiques diminue de plus en plus aux Pays-Bas et, qui sait, probablement il y a une connection, pourquoi l’abstention aux élections parlementaires est en train d’augmenter d’une façon impressionante aux Pays-Bas.

    Heureusement, les résultats d’une étude longitudinale (oui oui, je vais m’efforcer pour vous retrouver la source, c’est promis) comparant des programmes politiques télévisés aux Etats Unis et aux Pays-Bas, présentant des débats entre candidats, étaient publiés récemment dans NRC Handelsblad, le journal classique de la soirée aux Pays-Bas.

    Et, qu’est-ce que vous pensez?

    Contrairement à ce que les télé-programmeurs pensaient, les gens n’aiment PAS DU TOUT les débats politiques Fast Food, ils évitent de tels programmes, et de nouveau contrairement à ce que les télé-programmeurs pensaient, les gens ADORENT les grands et longues débats politiques, OU ON LAISSE PARLER les politiciens.

    Contraste: Etats Unis versus Pays-Bas…

    3. Puis je vous donner une recommandation?

    Allez voir dans 4 heures, à 3 heures du matin Obama – Romney. et soyez bien surpris…

    http://www.2012presidentialelectionnews.com/2012-debate-schedule/

    4. Pas se battre contre la télé Fast Food, mais osez d’être vous-même.

    La fin de l’époque des communicateurs/trices et des ‘spindoctors’?

    5. Bien à vous fevil, atteri maintenant?

    JL

    1. Tu te bats contre un moulin à vent. Je suis fan de foot depuis tout petit. Il ny’ a pas un sport qui soit discuté aussi salement que celui ci dans nos médias. Voilà ce que je fais gratuitement à titre quasi confidentiel sur le net.

      http://www.youtube.com/watch?v=bik2RKcBjeI

      Donc bon les leçons sur la télé fast food….

      1. Amsterdam, le 23 octobre 2012

        @ fevil

        1. Très bien fait, mes félicitations, aussi quant aux explications schématiques que vous avez pu ajouter!

        2. Donc, je vous prie de vouloir bien écouter vos propres derniers mots:
        (je vous cite:)

        « Si l’on lui permet de jouer. »

        Je dirais: 1 – 0 pour nous tous, vous marquez exactément mon point, entièrement d’accord avec vous!

        🙂

        Je vous souhaite une très bonne journée à vous!

        JL

  10. Il ne faut pas grand chose pour « surprendre » les journalistes de BFM TV ! « Un coup de gueule » de Paul Jorion ? Pourtant ce qu’il dit parait circonscrit à une simple mise en garde sur des mesures insuffisantes et tardives… Il ne faut pas grand chose pour inquiéter les journalistes français adeptes jusqu’à l’absurde de la pensée unique.
    Mais Jorion devait s’adapter au contexte.
    Cela dit que ce soit à long terme ou à court terme aucune mesure ne sauvera plus le système à présent. On prend les paris quand vous voulez. C’est trop triste pour être dit sur BFM de toutes façons. Alors Jorion nous fait son numéro de bricolo genre « tout est pourri dans votre baraque. Cela représente vraiment de gros travaux. Ah bien sûr le devis est élevé. Peut-être feriez-vous mieux de tout abattre et de reconstruire ? ». La dernière partie il ne la dit pas mais c’est ce qui est sous entendu si on l’interroge un peu plus. Ce qui évidemment ne se fait chez Fox News, euh je veux dire BFM.
    C’est comme l’histoire des OGM « pas-si-nocives-que-ça-pour-la-santé »: qu’on nourrisse ce genre d’ânes crédules des discours du système uniquement avec de la junk food bourré d’OGM !

  11. Jorion devrait s’entrainer à repondre de maniere succinte et non dispersée, on a l impression qu il n est pas sur de lui, qu il est un peu perdu. C’est pourtant pas compliqué de dire : faut tout faire peter !! Je blague

  12. Dans la foulée de vos derniers mots , Paul : « … et le cac40 gagne 0,3 % , restez à l’écoute ! On parle tout de suite de vos placements . « 

  13. Merci Monsieur Jorion de marteler encore et encore les mesures à prendre chaque fois que c’est possible.

    Répéter. Répéter. Répéter.

    Good job!!

  14. coup de gueule ? C’est comme le grand souffle européen, l’allusion à Clochemerle est pertinente, mais c’est pas nouveau, c’est pas demain la veille que les choses changeront. Du temps de l’ORTF, un coup de gueule avait de l’impact, de nos jours, c’est l’évaporation dans le zap permanent. Coup de gueule qu’il disait…

    1. Oui, mais il a été contredit immédiatement après par Baverez et n’a pas pu reprendre la parole sur le même sujet ensuite.

  15. Amsterdam, le 23 octobre 2012

    Chèr Fevil,

    1. Oui, d’accord, et, de nouveau, une réconfirmation de vos propres mots la qualité du joueur sort « Si l’on lui permet de jouer. »

    2. En plus: parler face-en-face est quelque chose distincte de la situation décrite hier: des journalistes du genre Télé Fast Food (TFF), poussant Paul Jorion par téléphone de dire quelque chose entre leurs saloperies de publicités et d’annonces du CAC40 et les placements, continuement interrompu par nos amis TFF.

    Imaginez vous que Safetimbi Gomis serait interrompu sur une base permanente par des commentateurs abominables?

    3. TV3 n’est pas BFM business..

    De nouveau: une très bonne journée à vous, aidez nous tous avec vos répétitions de la Télé Haute Cuisine:

    THC = Fevil!

    JL

    1. Je ne vous veut pas de mal. Cessez de tout diviser par point. Laisser aller à vous l’essentiel par le biais des emotions. Sinon comment voulez vous que vos noeuds et frustrations s’extirpent de votre coeur. Comment voulez vous etre apte à entendre le monde chanter ses rancoeurs et les dénouer.

      Pour parler aux hommes il faut les aimer. Pour bien les aimer, il faut s’aimer soi et savoir pardonner. Pardonnez à celui ou celle qui vous a déçu.

      amicalement.

      Fait avant la coupe du monde 2010. 😉 De piètre qualité soit. 🙂 mais prenez le temps de lire le résumé.

      http://www.youtube.com/watch?v=mNzeRD–P4s&feature=plcp

      aujourd’hui je suis triste pour mr armstrong.

  16. Amsterdam, le 23 octobre 2012

    Chèr Fevil,

    1. Merci pour votre éloge à l’art d’aimer. Je me sens proche de vous et de votre description de l’amour et du pardon. Je ne veux que du bien pour vous.

    2. A mon avis, dans l’art d’aimer s’inscrit aussi la nécessité d’être clairs entre nous.
    La confrontation que nous avions eu ici au BLOG hier, m’a aidé énormément pour mieux vous comprendre.
    Je vous remercie pour votre honnêteté et ouverture d’esprit, et veuillez me pardonner si j’ai blessé votre âme avec l’emploi de mes mots.
    Veuillez accepter que ce n’était pas mon intention de vous faire du mal.

    3. Je suis triste comme vous par les évènements autour de Lance Armstrong. Comme bon Hollandais, je suis moi même un coureur cycliste actif, et j’adore le cyclisme.

    Un des membres de ma famille (Lucas L.) était champion Européen du cyclisme à la fin 19-ième siècle, tout au début de ce sport.

    4. J’ai bien regardé et lu votre analyse de la coupe du monde 2010, et je partage là aussi votre analyse.

    5. Vos analyses coincident avec celles de Paul Jorion dans ce sens que vous mettez la compétence professionnelle au premier rang, et la finance en position d’appui au bien commun.

    Si nous suivons ces règles, ni le sport ni la société peuvent être corrumpus par l’argent.

    Bien à vous Fevil!

    JL

Les commentaires sont fermés.