La maman et la putain
, par Jeanne Favret-Saada

Billet invité.

J’ai revu il y a quelques semaines La maman et la putain (1973) de Jean Eustache. Quelle claque ! Bernadette Lafont apportait une générosité personnelle, toujours profondément engagée, à la libération sexuelle. Cet état d’esprit était rare dans les pratiques de l’époque, et ensuite, il a été carrément absent. J’ai appris avec surprise qu’elle était franchement plus jeune que moi : elle a été pour moi un idéal de ce qu’il faudrait être dans la libération « culturelle » de l’époque, un mélange de bonhomie et de générosité.

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Si on laissait faire, je pense que la forêt reprendrait ses droits! Sinon que la jachère soit il me semble…

  2. Mais c’est bien ce que je veux dire. L’IA n’a pas besoin du biologique. Reste à savoir si le « projet »…

  3. Peut-être une décharge de déchets électroniques, de vieux morceaux de robots, etc, gérée « avec intelligence » ?

  4. Peut-être que la représentation d’un homme avec un enfant est un premier biais. Longtemps, les mâles ne savent rien de…

  5. Se représenter la préhistoire est déjà un exercice plein de biais. Nous les déconstruisons peu à peu, mais le chemin…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima ChatGPT Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta