130 réflexions sur « Français, si vous pensez qu’il existe toujours une alternative à gauche ! »

  1. « Tout le monde pensait que la croissance allait reprendre. Tout le monde s’est trompé », assume Sapin

    Heu, tout le monde? Vraiment?
    « Ils » n’ont décidément pas peur du ridicule….

    1. @ pierrounet 3 novembre 2014 à 06:05

      Heu, tout le monde? Vraiment?
      « Ils » n’ont décidément pas peur du ridicule….pierrounet

      Ils sont assis, pesant du poids de certitudes toujours plus stupides, sur le couvercle d’une marmite en ébullition depuis 40 ans, et ils ne voient toujours rien.
      Mais ils commencent à sentir le couvercle trembler, et aperçoivent avec effroi de menaçants petits jets de vapeur…

      1. Et malheureusement, leur unique réaction jusqu’ici est de visser le couvercle, tout en continuant d’attiser le feu sous la marmite.

  2. « Français, si vous pensez qu’il existe toujours une alternative à gauche ! »

    En tout cas pas chez les « frondeurs » dont vous avez dit, sur france- culture, qu’ils « incarnaient une politique de gauche », alors qu’ils cautionnent semaine après semaine la triste politique actuelle, en se donnant un masque vertueux.
    Quant à celui de hollande,( de masque) il y a bien longtemps qu’il ne fait plus mystère.
    Je n’ énonce là que des banalités.
    Aussi je n’ai pas compris cette partie de votre intervention,pour ne pas dire plus.

  3. Voila le début de « l’affiche » que je propose, il y aura bien évidement une suite, mais plutôt que d’attendre, que ce soit finit (ce qui risque de prendre un « certain » temps !) je préfère livrer déjà ça.

    Si vous avez des remarques, des propositions, il ne faut pas vous gêner…

    ———————————————–

    Avis aux Colocataires de la planète Terre

    Nous sommes colocataires d’un espace limité, aux ressources limitées, dont nous ne pouvons nous échapper.

    Nous devons collectivement gérer cet espace et ses ressources.

    Aucun colocataire n’a de privilèges sur les autres.

    Par conséquent nous devons définir un mode de gestion durable de notre Maison Terre qui appartient à nous tous.

    Dans cette Maison, beaucoup d’entre nous souhaitent jouer au capitalisme, dans une économie de marché.
    Mais nous devons faire attention aux autres, pour éviter de nous disputer.

    —————————–

    Pour que chaque Colocataire puisse vivre bien, ainsi que nos enfants, il ne faut pas brûler toutes les ressources de notre Terre.

    Il faut se contenter de jouer avec ce que nous envoie le Soleil qui produit la lumière, le vent, les plantes dans la mer (que l’on n’utilise pas encore) et, bien sur, les plantes que l’on peut faire pousser nous même, et peut être d’autres choses encore.

    Il faut récupérer ce qu’on prend à la Terre, pour que nos enfants, puissent aussi s’en servir plus tard.

    Il faut ne pas la salir, car les saletés que l’on jette en l’air, dans l’eau ou dans la terre, abîment la Terre et son atmosphère qui pourrait alors se dérégler. Nous pourrions avoir de fortes chaleurs, ou de fortes pluies, des orages énormes, et des grosses tempêtes qui détruisent les maisons.

    Et donc il faut que certains d’entre nous s’occupent de veiller à ce que l’on ne puisse pas faire de bêtises.

    On voudrait éviter d’interdire, car on n’aime pas ça.
    On va donc écrire les règles d’un grand jeu de société, ou chacun pourra s’amuser.

    ——————————————-

    On va dire qu’il y aura 3 équipes :

    – Une petite équipe qui garde les choses trop dangereuses.
    Et pour être bien sur que cette petite équipe ne fait pas de bêtise avec ces choses là, il faudra que tout le monde surveille ce qu’elle fait, car c’est trop important, et il pourrait y avoir de graves catastrophes.

    – Une grosse équipe qui s’amuse, en créant des entreprises pour y jouer à fabriquer tous les trucs qu’on veut et que tout le monde puisse jouer avec. Elle ne pourra utiliser que des ressources renouvelables ou recycler, et ne pas salir la Terre.
    Si elle a besoin de choses dangereuses, ou rares, elle devra les demander a la petite équipe qui les garde.

    – Une autre grosse équipe qui travaille à entretenir notre Maison, la Terre, qui a été beaucoup abîmée par les enfants qui jouaient avant nous, et qui n’arrêtaient pas de se bagarrer en cassant tout.

    Il faudra qu’on désigne ceux d’entre nous qui garderons les choses trop dangereuses.
    Ceux des autres équipes qui auront besoin de ces choses là devront les leur demander, et dire ce qu’ils veulent faire avec pour qu’on leur donne ce qu’il faut, et qu’on leur explique comment s’en servir sans danger.

    Un autre problème est de partager les jouets de la grosse équipe qui les fabrique. Il ne faut pas qu’elle garde tout pour elle, car sinon les autres qui travaillent à l’entretien de notre Maison la Terre, ils ne pourront pas en avoir, alors qu’ils devront travailler très dur.
    Pour ça, il faut que l’on se mette d’accord sur comment on va faire.

    Pour que l’on puisse jouer plus facilement, on va utiliser l’argent, comme en ce moment. L’argent c’est dangereux si on s’en sert mal, on expliquera pourquoi plus tard. Donc les pièces et les billets seront gardés par la petite équipe qui s’occupe des produits dangereux, et que tout le monde surveillera pour être bien sur qu’ils ne trichent pas.

    Il faut que l’on se mette d’accord sur comment on distribue l’argent, et ce n’est pas facile de se mettre d’accord là-dessus.

    Pour ceux qui jouent à la marchande, c’est facile, y’en a qui vendent, d’autres qui achètent. Ils n’ont qu’à se mettre d’accord sur le prix.

    Mais comment faire pour ceux qui travaillent à réparer la Maison ?

    On a pensé que ce qu’il y avait déjà sur la Terre, donné par la nature ou construit par ceux qui étaient là avant nous, les champs, les maisons des villes et des villages, le pétrole, les usines déjà construites, et plein d’autres choses, ça avait une valeur.
    Et pour se servir de ces choses là, il faudrait payer un loyer à tout le monde, puisque ces choses là appartiennent à tout le monde (sauf les choses qu’on a faites soi même, et ça on en reparlera).

    Comme on a déjà tous un peu (dès fois beaucoup) d’argent, on peut déjà demander à utiliser ces choses la en proposant un prix pour le loyer.
    C’est celui qui proposera le meilleur loyer qui aura le droit d’utiliser la chose.

    Ceux qui ont beaucoup de sous voudront les plus belles choses. On va dire qu’on est d’accord, mais avec certaines conditions dont on parlera ensuite.

    On peut déjà dire qu’ils pourront utiliser ces plus belles choses comme ils veulent, mais seulement pour eux même, les habiter par exemple, si c’est une maison. Ce qu’ils ne pourront plus faire, c’est gagner des sous avec, si ce n’est pas eux qui les ont faites.

    On va tout de suite donner un exemple pour que ça soit bien clair, car c’est un point très important.

    Imaginons une personne très riche qui habite une belle maison au centre de Paris. Elle a acheté cette maison. Elle en est aujourd’hui propriétaire.
    Voila comment on va faire:
    On va dire que la valeur de la maison est due à 2 choses:
    1 – sa situation et sa surface.
    2 – son aménagement

    La personne n’est pour rien dans la situation et la surface de sa maison. C’est la nature et nos ancêtres qui ont fait ça.

    Par contre, la personne a aménagé la maison.

    On va dire que la valeur 1 appartient à la collectivité des habitants,
    et que la valeur 2 appartient à la personne.

    Comme la personne est aujourd’hui propriétaire de la valeur 1, la collectivité va la lui racheter a son prix normal.
    Et, pour continuer à habiter dans sa maison, la personne devra verser un loyer à la collectivité.
    Et comme on lui a donné beaucoup de sous pour lui racheter la valeur 1, elle pourra facilement payer son loyer.

    Pour la valeur 2, rien ne change.

    La personne pourra rester chez elle tout le temps qu’elle voudra.
    Si elle veut partir, elle aura juste a vendre la valeur 2 à la personne qui la remplacera, et qui paiera le loyer.

    Et on fera comme ça pour tout le monde. Cela pose d’autres problèmes, mais on en parlera plus tard.

    Ce qu’il faut voir, est que puisque tout le monde sera locataire à durée indéterminée de l’endroit qu’il habite, et non plus seulement les moins riches, tout le monde devra payer un loyer à la collectivité. Ce loyer sera élevé là ou tout le monde veut habiter (comme aujourd’hui), et bas là ou il y a de la place.

    Ces loyers rapporteront beaucoup d’argent à la collectivité, qui pourra financer quantité de choses avec, dont on parlera plus tard.

    —————————————-

    …/…

      1. @juannessy 3 novembre 2014 à 13:33

        moi je fais parti de l’équipe qui ne veut pas qu’il n’y ait que trois équipes .

        Moi je veux bien mais vous proposez quoi?

        Vous pourriez aussi vous contenter du Revenu de base (dont on a pas encore parlé) pour vivre sans travailler, aucun problème, hein.

      2. Quand je dis  » moi » , je me contente de me faire le haut parleur de tous ceux qui n’en pensent rien , ou qui ont d’autres chats à fouetter , ou qui n’y comprennent plus rien , ou qui viennent de recevoir leur belle mère, ou qui ….et ça fait du monde que vous aurez de la peine à « représenter démocratiquement » par votre canevas .

        Avez vous déjà managé une AG de copropriétaires ?

        Une AG de co-locataires n’a pas de raison d’être plus simple .

        Surtout avec un texte de plus de dix lignes .

        Déjà …un texte ….

      3. @ juannessy 3 novembre 2014 à 21:27

        Quand je dis » moi » , je me contente de me faire le haut parleur de tous ceux qui n’en pensent rien , ou qui ont d’autres chats à fouetter , ou qui n’y comprennent plus rien , ou qui viennent de recevoir leur belle mère, ou qui ….et ça fait du monde que vous aurez de la peine à « représenter démocratiquement » par votre canevas .

        Mais pourquoi voulez vous que je « représente démocratiquement »… Le pb ne se pose pas comme ça: un système offre différentes opportunités, ex: dans l’actuel on peut être dans le secteur public ou dans le secteur privé, ou au RSA, ou riche oisif.
        Chacun doit obligatoirement choisir l’une de ces cases, y’en a pas d’autre.

        Dans « mon » système, c’est pareil, pourquoi y aurait il un problème particulier à ce niveau ?

    1. D’ailleurs j’aurais du d’emblée parler de l’équipe qui vit de sa fortune, qui inclue le Revenu de base.
      Donc, oui il y aurait 4 équipes dans le scénario proposé.

      Précision, « equipe » ça ne veut pas dire ensemble interdépendant, avec une hiérarchie, d’ailleurs le terme équipe est mal choisit. « groupe », ou « club », ou « classe », serait sans doute mieux, chacun choisit le terme qui lui convient…

      Et donc il serait possible de travailler de manière indépendante, dans l’un des 2 principaux groupes.

      Exemples:

      – un artiste peut vendre ses œuvres à des particuliers. A ce titre il fait partie du groupe qui produit les « jouets ».

      – Un artiste peut travailler à restaurer des œuvres d’art du patrimoine commun, auquel cas il fera partie du groupe qui « répare la planète ».

      – un artiste peut travailler pour lui même, et faire ce qu’il veut de ses oeuvres, (auquel cas il vit de sa fortune, et du Revenu de base)

      1. Ensuite, il faudra traiter de chacun des points essentiels.
        Ensuite envisager de concrétiser, en prenant en compte la situation du système économique actuel, les étapes de transition, dans le temps et par zones géographiques.
        Et, bien sur, remise en question permanente de l’ensemble pour affiner.

      2. @ Paul Jorion

        J’adore la modération! Si le message ne passe pas, il faut supprimer ce qui ne va pas!.. (qui effectivement… n’apporte rien)

        Bien joué! (faire « del » 😉 )

      3. Je ne comprends pas, mais ça n’a probablement pas d’importance.

        J’avais écrit des trucs sans intérêt, comme ça m’arrive parfois dans le feu de l’action..
        Et comme mon message restait « en attente de modération », alors que vous en aviez validé d’autres, je me suis dit qu’un truc devait clocher. Donc j’ai effacé ce qui était sans rapport avec le sujet, et magie! le message a été instantanément validé.
        Ce qui est peut être une coïncidence.
        Mais c’est très bien comme ça, ne changez rien, d’autant que c’est en effet sans importance.

        D’un autre coté, je suis parfois bizarre, ne vous en faites pas! 😉

        (là faut faire « del » !)

        1. Il arrive qu’on saute un commentaire dans la modération, et qu’on le retrouve lors du passage suivant. C’est sans doute à ça que vous faites allusion.

          Il y a une autre explication possible : il y a une application appelée Akismet, qui fait un premier tri antispam dans les commentaires reçus et les envoie dans une corbeille. On peut aller regarder dans cette poubelle ce qu’Akismet y met et ça marche je dirais à du 99,99% : pubs, pornographie, néo-nazisme, trollisme, etc. Si ce que vous appelez « sans rapport avec le sujet » était, par exemple, du trollisme néo-nazi, alors l’explication est là 😀

  4. > http://www.pauljorion.com/blog/2014/11/02/filiere-thorium-le-nucleaire-petite-histoire-dune-decision-malheureuse-par-guy-weets/

    > Le processus de décision dans nos démocraties est peu rationnel et rend difficile tout retour en arrière –principe de non répudiation

    il eu fallut dire, que le processus de décision de nos démocraties représentative favorise les rentiers, empêchant la répudiation des erreurs passées.

    désolé de polluer ce thread….

    1. @ maboiteaspam 3 novembre 2014 à 15:12

      désolé de polluer ce thread….

      Il n’y’a pas de pollution, c’est en plein dans le sujet, puisque ça montre à quel point les processus de décisions sont importants.

      Si, en plus, on peut bénéficier d’une énergie à bas coût, quasiment non polluante et sûre, avec le thorium, mais ou sont donc les problèmes pour, enfin, ne plus en avoir?

  5. Tant que la majorité des gouvernements de l’Union Européenne est fortement marquée à
    droite,il faut reconnaître qu’il n’est pas très facile de faire prévaloir une politique « de gauche »
    dans un quelconque des pays qui la constituent.A fortiori une « alternative de gauche ».
    Il reste qu’il est relativement aisé de définir une politique de gauche plus résolument à
    gauche.Il faut s’en tenir à des idées très simples et compréhensibles.La première chose à
    souligner me semble être la suivante:historiquement,dans la longue période,ce sont presque
    TOUJOURS des « gens de gauche » qui ont été à l’origine des PROGRES de toutes sortes,
    sociaux bien entendu , mais également éducatifs et culturels.La JUSTICE ,et l’EGALITE font
    aussi partie des « marqueurs » de la Gauche.Egalité,cela ne signifie pas gommage des
    différences.Il s’agit de L’EGALITE DES DROITS;et de la REDUCTION DES INEGALITES de
    revenus;de sexe,de patrimoine,d’espérance de vie,de santé,d’éducation.De la SOLIDARITE
    entre hommes et femmes;et entre les générations,sans oublier le respect dû aux générations
    FUTURES.,ce qui suppose de cantonner au minimum ce qu’il est convenu d’appeler les
    « empreintes écologiques »des uns et des autres.
    Une réforme de la fiscalité des revenus est à faire,qui renforce la progressivité.En réduisant
    parallèlement l’importance de la fiscalité indirecte qui pénalise comme on le sait les plus
    pauvres des consommateurs.Ne pas avoir en tête l’idée de l’accroissement ,par exemple, de
    l’impôt sur les sociétés.Si l’entreprise est en mesure de hausser d’autant ses prix de vente,
    cette hausse est finalement payée par les acheteurs(bref,si l’on ne réfléchit pas à l’INCIDENCE
    de la « hausse » supposée,on ne saurait comprendre réellement les « véritables données fiscales » des problèmes.)(selon les cas l’entreprise peut ou non « répercuter »).
    Comme Paul J. nous y invite,il faut prendre du recul en ce qui concerne les questions d’emploi.A l’heure où tout le monde a conscience de l’importance et de la stupidité de ce qu’on
    appelle l’OBSOLESCENCE PROGRAMMEE (« pour conserver l’emploi » affirment les gens …),
    il ne faut pas s’étonner de voir glisser vers le bas la réelle qualité des produits,ce qui compromet les ventes à l’export et même à l’intérieur.L’accroissement de la durée du travail,
    pour cette raison et parce que se développent et se développeront des « robotisations de toutes
    sortes »,idée de DROITE s’il en est,doit être relégué aux cimetières des idées stupides.
    Au niveau politique,comme dans les entreprises -banques comprises,-on s’aperçoit que ce ne
    sont plus les mieux qualifiés et compétents qui exercent pouvoirs et leaderships.C’est devenu
    un problème à la fois général et grave.Le savent désormais non seulement « les cadres » mais
    de nombreux agents DE LA BASE(comme on dit).qui ont souvent mieux compris ce qu’il est
    bon de faire.Partageons tous ce qu’il faut sans doute arrêter d’accepter de faire….et progressons ensemble.
    .

  6. Bonjour,
    Il faut chercher la cause du marasme politique actuel dans les années 80 de l’époque Mitterrandienne, au cours de laquelle a pris racine le système de la cohabitation et le rapprochement franco-allemand qui, pour moi, signait la revanche des pétainistes sortis honteux du conflit de 39-45 à la suite duquel la droite a dû faire profil bas, laissant le champ libre à la gauche auréolée des combats de la résistance.
    Mis en minorité, de Gaulle aurait démissionné, pas Mitterrand qui trouvait là l’occasion rêvée de retourner le fer contre cette gauche qui avait osé dénoncer sa participation au gouvernement de Pétain. Combien il a dû jubiler au cours du scénario de main dans la main avec Helmut Kohl. Depuis, les cohabitations se sont succédées jusqu’à la confusion totale provoquée par la participation de personnalités socialistes au gouvernement Sarkozy.
    Après l’éclatement de la SFIO et la mise en minorité de Guy Mollet, le PS a accueilli dans ses rangs des énarques trouvant là un opportuniste tremplin électoral. Formatés par le moule identitaire de l’ENA il était naturel qu’ils en soient les preux chevaliers défenseurs de la politique libérale. Les anciens prolétaires sont en passe de rejoindre la bourgeoisie tandis que les lumpen s’auto-excluent de la scène politique et que la classe moyenne coule lentement dans le fond du sablier social. La place est faite pour que le FN vienne planter l’étendard de jeanne d’Arc au milieu de l’arène sociale d’autant plus facilement qu’il s’est laissé ravir le rôle de l’extrême droite fasciste par une oligarchie devenue, pour garder ses privilèges, d’une violence dangereuse.
    Peut-on encore évoquer la possibilité d’une solution politique ? Sincèrement je ne le pense pas .

    1. le rapprochement franco-allemand qui, pour moi, signait la revanche des pétainistes

      Vous voulez dire que le rapprochement de Gaulle-Adenauer n’était qu’un exercice apéritif ? Ou que la préférence du même de Gaulle pour l’ ordolibéralisme teuton plutôt que pour le libéralisme anglo-saxon était du domaine de l’inadvertance ?
      Ce genre de post je les qualifie de GroGra au carré. Ça Grogne Grave mais ce n’est que Grotesque et Gratiné.

Les commentaires sont fermés.