SYRIZA NE SE LAISSE PAS DÉMONTER ET RELANCE, par François Leclerc

Billet invité.

Dans l’adversité, le gouvernement grec ne se laisse pas démonter et refuse de demander l’extension du plan de sauvetage en cours pour ne pas avoir à en accepter les conditions. Il continue vendredi soir de réclamer un financement-relais – une notion réfutée par Jeroen Dijsselbloem, le président de l’Eurogroupe – afin de négocier un plan d’ensemble et rappelle à la BCE qu’elle doit à la Grèce 1,9 milliards d’euros, qu’il lui réclame, ce montant correspondant aux profit sur les titres de la dette grecque qu’elle détient. La banque centrale s’était engagée à les reverser dans le cadre des accords précédents, qui n’ont pas été dénoncés. Standard & Poor’s dégradait la note de la dette grecque au cours de la soirée avec peu de conséquence vu que les émissions grecques sont à court terme.

Sommé par les autorités allemandes de préciser ses intentions avant la réunion extraordinaire de l’Eurogroupe de mercredi prochain, le gouvernement grec n’a pas tardé à préciser que son propos était de travailler dans les semaines à venir à un programme sur quatre ans incluant des réformes dans un « nouveau cadre budgétaire ». Celles-ci viseront notamment à lutter contre l’évasion fiscale, a-t-il été précisé. Dimanche soir, le premier ministre grec présentera au Parlement son programme et ne semble pas avoir l’intention de mettre son drapeau dans sa poche. De son côté, le FMI s’est manifesté et Gerry Rice, son porte-parole, a espéré être bientôt informé de ses projets, sans faire plus de commentaires.

Adossé à un risque de défaut, le gouvernement grec réplique au chantage par le chantage. En Grèce, sa popularité déborde son électorat.

85Shares