La voie coupée entre comprendre et prendre les décisions qu’il faudrait

Les premières journées qui suivirent le vendredi 13 novembre avaient tout pour inquiéter : les commentateurs les plus pressés, les premiers en ligne, furent ceux dont le message était : « Essayer de comprendre, c’est déjà excuser ! »

Si ce message avait fait mouche, on pouvait craindre le pire : le « Tirez dans le tas, on verra plus tard ! », aurait immédiatement triomphé, le recours à la guerre nous dispensant de la tâche qui nous incommode par dessus tout : réfléchir !

Reste que dans un monde sous la coupe réglée du profit, le chemin entre la compréhension et la décision est pour le moins tortueux : le Prince continuera à son habitude d’ignorer superbement les conclusions du Philosophe car même si l’opinion publique répudie, presque instinctivement, l’imbécile « Essayer de comprendre, c’est déjà excuser ! », le Prince n’en aura cure : son parti, c’est celui du créateur d’emplois, créateur automatique aussi d’électeurs satisfaits et donc prêts à revoter en sa faveur, à savoir – dans un monde où le travail a été défini sur le plan comptable comme « coût pour l’entreprise » – le parti du marchand d’armes, grand pourvoyeur d’emplois devant l’éternel, qui, en plus de veiller à ses propres intérêts, fait mieux que quiconque tourner l’économie dans un monde où robots et logiciels sèment sur ce plan, la désolation.

 

Partager :