Godefroy de Bouillon, Charles Martel, etc.

L’actualité me conduisant à essayer de comprendre ce que furent les croisades, je découvre que Godefroy de Bouillon, l’un des chefs de la première croisade, qui deviendra « avoué du Saint-Sépulcre » (il refusera le titre de « roi de Jérusalem », ne voulant pas « porter une couronne d’or là où son Sauveur avait porté une couronne d’épines »), fut considéré en 2005 comme 17ème Belge le plus célèbre par les francophones alors qu’il ne figura pas même sur la liste des 100 premiers parmi les néerlandophones.

Quelle ne fut pas ma surprise cependant de découvrir que je n’avais jamais entendu parler du Belge le plus célèbre pour tous les Belges rassemblés : le Père Damien (1840 – 1889), bienfaiteur des lépreux.

Je me fends du coup de ma propre liste (on est le week-end !)

  1. Pieter Brueghel (1525 – 1569), peintre
  2. Leo Baekeland (1863 – 1944), inventeur du plastique
  3. Jacques Brel (1929 – 1978), auteur-compositeur
  4. Gerard De Kremer, dit « Mercator » (1512 – 1594), géographe
  5. Georges Remi, dit « Hergé » (1907 – 1983), créateur du personnage Tintin
  6. Pieter Paul Rubens (1577 – 1640), peintre
  7. Maurice Maeterlinck (1862 – 1949), auteur
  8. Victor Horta (1861 – 1947), architecte
  9. René Magritte (1898 – 1967), peintre
  10. Georges Simenon (1903 – 1989), créateur du personnage Maigret
  11. Willy Vandersteen (1913 – 1990), créateur des personnages Lambique, Bob et Bobette
  12. Andries van Wesel, dit « Vésale » (1514 – 1564), anatomiste
  13. Edgar P. Jacobs (1904 – 1987), créateur des personnages Blake et Mortimer
  14. Antoon van Dyck (1599 – 1641), peintre
  15. Constantin Meunier (1831 – 1905), sculpteur et peintre
  16. Émile Verhaeren (1855 – 1916), poète
  17. Ernest Solvay (1838 – 1922), industriel et théoricien socialiste
  18. André Franquin (1924 – 1997), créateur du personnage Gaston Lagaffe
  19. Adolphe Sax (1814 – 1894), inventeur du saxophone
  20. Ex-aequo, Charles Martel (690 – 741), grand-père de Charlemagne et Godefroy de Bouillon (1058 – 1100), croisé

(J’ouvre aux commentaires pour que vous puissiez réparer mon injustice envers le père de Lucky Luke ou celui des Schtroumpfs !).

Partager :

81 réflexions sur « Godefroy de Bouillon, Charles Martel, etc. »

  1. Rubens est un peintre de talent qui a galvaudé son art par opportunisme : comme les guerres de religion se sont accompagnées de beaucoup de vandalisme, il a proposé des oeuvres religieuses de grand format à la facture approximative, faites à la série dans divers ateliers succursales. Le Musée de Valenciennes en a une salle pleine (car ils ont vidé les lieux religieux à nouveau en 1789 et suivantes…).
    Rembrandt mériterait un déclassement pour cette obéissance au marché. Un peu au niveau de Jules Smet (Johnny…)

    1. Ce que vous dites sur Rubens comme vulgarisateur commercial d’un style d’image « plasticienne » ( comme on dit aujourd’hui) confirme la justesse du classement original de Paul Jorion, mettant, juste derrière Brueghel, l’inventeur de la bakélite, matière plastique à l’origine de la vulgarisation du style « art nouveau », pénétrant dans les familles populaires par les objets industriels techniquement innovants: matériel électrique, postes de radio, téléphones fixes, outils électroménagers, mais aussi pacotilles diverses. Classement génial!

      1. Ah, flute, donc pas non plus de:

        – Wanda Maria Ribeiro Furtado Tavares de Vasconcelos 🙁 ?
        (artiste)
        – Enzo Scifo 🙁 ?
        (sportif)
        – Michel Meyer 🙁 ?
        (penseur)

        Bon, alors le marseillais Raymond Goethals (1921-2004)
        (magicien)

  2. Celà a-t-il un sens de lister des belges avant 1830 ?
    Selon quel critère et quelles frontiéres ?
    Mercator par exemple est né aux Pays-bas espagnols dont la capitale était Bruxelles, si il est né sur sol de l’actuelle Belgique et a étudié à Louvain (pas beaucoup de choix à l’époque) il a passé sa vie d’adulte et est mort à Duisburg qui fait partie des pays-bas actuels.

      1. Les Pays-Bas ‘espagnols’ existaient comme entité territoriale et Philippe en était le prince direct par héritage. Seul un militaire le représentait. Nous étions donc des … néerlandais ! selon l’étymologie. Parler de héros belges est donc bien une réécriture de l’histoire à partir de notre vision. Les historiens du XIX nous ont inculqué un MYTHE du Belge sortant du tombeau pour faire surgir un Etat déjà cité dans la guerre des gaules… Et aujourd’hui la manie est de faire des listes !
        Il vaudrait mieux retourner à la critique des croisades ! Philippe II était chez nous en croisade et a fait exploser ses ‘Pays-Bas’, un morceau pour Guillaume, un morceau pour Louis XIV, et le reste pour les futurs belges mais autrichiens pour un temps…

    1. Quelques questions pour vous.

      Egmont et Hornes

      En 1568, les comtes d’Egmont et de Hornes, ayant échoué dans leur tentative de gagner à la Belgique son indépendance, sont exécutés par l’occupant espagnol. Une statue les représentant côte à côte orne le Petit Sablon à Bruxelles.

      1) Lamoral, comte d’Egmont, et Philippe Montmorency-Nivelle, comte de Hornes, peuvent-ils être des héros « belges », si la Belgique n’existe ni de leur vivant, ni pour deux siècles après leur mort ?

      2) La notion d’ « occupant » a-t-elle un sens, si le pays à proprement parler n’existe pas ?

      3) Parler d’occupant « espagnol » a-t-il un sens si Philippe II est à la tête d’un empire :

      Philippe II (21 mai 1527 à Valladolid - 13 septembre 1598 au palais de l'Escurial), fils aîné de Charles Quint et d'Isabelle de Portugal, a été roi d'Espagne, de Naples et de Sicile, archiduc d'Autriche, duc de Milan et prince souverain des Pays-Bas de l'abdication de son père (1555) à sa mort. Il devient également roi de Portugal après l'extinction de la maison d'Aviz, en 1580. Du fait de son mariage avec Marie Tudor, il est roi d'Angleterre de 1554 à 1558. En tant que roi d'Espagne, il est à la tête des possessions espagnoles extra-européennes, principalement en Amérique, qui lui assurent des ressources considérables.

      (Wikipédia)

    2. hey, philv, allons-y molo, à ce petit jeu « l’Italie » (et les italiens) n’existerai(en)t que depuis 1861 🙁

      c’est pas que c’est faux, mais c’est pas vrai pour autant

      (!!! !!! !!! !!! !!! !!! !!! !!! !!!)

      (mamma mia!)

    1. Bourguignon je découvre aujourd’hui Julos Beaucarne francophone dont voici deux citations ( sur Wikipedia) tout à fait à propos:
      « Le wallon c’est le latin venu à pied du fond des âges. »
      « Ton christ est juif, ta pizza est italienne, ton café est brésilien, ta voiture est japonaise, ton écriture est latine, tes vacances sont turques, tes chiffres sont arabes et … tu reproches à ton voisin d’être étranger ! »

    2. Beaucarne était devenu pour moi l’équivalent d’un Saint quand j’avais 15/16 ans. Un ami qui militait à Amnesty m’avait raconté son histoire et fait lire sa lettre-chanson (ci-dessous). Une lettre ouverte en réponse anticipée à ceux qui interrogeraient son engagement contre la peine capitale après le meurtre de sa Loulou. Un texte écrit selon la légende dans la nuit qui suit la tragédie de cette Chandeleur 75
      On était pour moi en 78, la peine de mort était toujours là et Julos était le véritable porte-étendard contre cette barbarie, plus encore qu’un Badinter.

      Amis bien aimés

      Ma Loulou est partie pour le pays de l’envers du décor, un homme lui a donné neuf coups de poignard dans sa peau douce. C’est la société qui est malade, il nous faut la remettre d’aplomb et d’équerre par l’amour et l’amitié et la persuasion

      C’est l’histoire de mon petit amour à moi arrêté sur le seuil de ses 33 ans. Ne perdons pas courage ni vous ni moi. Je vais continuer ma vie et mes voyages avec un poids en plus et mes deux chéris qui lui ressemblent .

      Sans vous commander, je vous demande d’aimer plus que jamais ceux qui vous sont proches : le monde est une triste boutique, les coeurs purs doivent se mettre ensemble et l’embellir, il faut reboiser l’âme humaine. Je resterai sur le pont, je resterai un jardinier, je cultiverai mes plantes de langage. A travers mes dires vous retrouverez ma bien aimée, il n’est de vrai que l’amitié et l’amour.

      Je suis maintenant très loin au fond du puits des tristesses. On doit manger dit-on un sac de charbon pour aller au paradis. Comme ce serait bon les retrouvailles. .En attendant, à vous autre, mes amis de l’ ici bas, face à ce qui m’arrive je prends la liberté, moi qui ne suis qu’un histrion,, qu’un comédien qui fait du rêve avec du vent, je prends la liberté de vous écrire pour vous dire ce à quoi je pense aujourd’hui : je pense de toutes mes forces qu’il faut s’aimer a tort et à travers.

      Julos

      Mais bon, je l’ai vu en 80 (concert organisé par Amnesty of course) et c’était… disons presqu’aussi chiant qu’un pestacle de Ferré à la même époque.

      1. oui, vraiment, ce texte de Julos Beaucarne, que je découvre, est magnifique. Ce qui est chiant c’est quand « ça sombre » dans la « complaisance » et dans le « pathos »….
        MAIS là , fort heureusement, on en est loin….merci ..

    1. et Salvatore Adamo… qui illustre parfaitement la remarque sur l’arbitraire des nationalités. Belge de prénom et nom et racines italiennes, il est aussi un chanteur français.

      Un autre grand oublié (pour le moment), un talentueux Belge à racines multiples : Stromae !

      Que montre ce genre de liste ? Certes il n’y qu’arbitraire dans les découpages nationaux mais il y a des pays, avec des histoires, des paysages, des cultures etc. La Belgique est un vieux pays riche depuis très longtemps, où sont passé tant de gens, une sorte de creuset européen. C’est probablement ce qui fait sa personnalité, son originalité. Avec des habitants éclectiques et pleins d’humour … ?

      1. Pierre Alechinsky, peintre du mouvement Cobra
        Noël Godin, entartreur, porte parole de l’internationale patissière
        Isabelle Stengers, philosophe des sciences, co-auteur avec Ilya Prigogine de La nouvelle alliance
        Plastic Bertrand, chanteur

  3. Claude Lévi-Strauss
    Patrice Lumumba (qui a été belge toute sa vie sauf les 6 derniers mois)
    Audrey Hepburn (si le droit du sol avait été appliqué en Belgique)

    1. Lumumba belge ? C’est de l’humour noir ou de l’humour belge ?
      Je mettrais bien Léopold II dans le classement. Ben oui, sans lui on aurait pas eu le Conrad d’Au cœur des ténèbres, ni donc le Coppola d’Apocalypse Now. Ça nous manquerait autant que les mains manquaient aux esclaves congolais du Sire, morts ou vifs. Merci Léopold.
      Qu’un Belge ait pu devenir le plus grand marchand de caoutchouc et d’ivoire au monde vers 1900, fût-il roi, c’est pas un mince exploit kamême.

  4. quelques femmes …
    Amélie Nothomb écrivaine
    Jacqueline Harpman écrivaine
    Soeur Sourire auteur interprète chanson « Dominique »
    Virginie Hocq humoriste
    Virginie Efira comédienne
    Yolande Moreau comédienne
    Emilie Dequenne comédienne
    Chantal Akerman cinéaste
    Madame Chapeau 🙂

    1. Le comité d’action de grève des travailleuses de la FN HERSTAL en 1966 pour l’égalité des salaires hommes/femmes.
      Mais qui retiendra leurs noms ?

  5. Il n’y a pas Paul Jorion dans la liste ?
    Personnellement, je le mettrais en tête de liste !

    Et sinon, quel était le but des croisades ?

    En France, se prendre un bouillon, c’est se prendre une déroute.
    Donc, j’ai un peu de mal à croire à l’issue de la première croisade.
    Visiblement, l’empire byzantin disposait encore de sérieuses ressources.

    Pas possible, y aurait-il eu une guerre mondiale 0 ?
    Une guerre qui toucha l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient et l’Asie ?
    Une guerre qui dura de 750 à 1500 environ ?

    En 1500 de notre soit-disant ère, la guerre de 100 ans est finie, la « réconquista » est achevée et l’empire byzantin n’est plus.

    LE MOMENT EST IDEAL POUR REECRIRE L’HISTOIRE !!!

  6. Michèle Anne De Mey (chorégraphe), Chantal Ackerman (cinéaste), James Ensor (peintre), Françoise Mallet Joris (écrivaine), Caroline Lamarche (écrivaine), Frédéric Flamand (chorégraphe) …

    1. Charles de Coster, j’ai rapidement regretté de ne pas l’avoir mentionné dans mes vingt noms, de même qu’Adolphe Quetelet. Mais il était tard !

      P.S. Pour Vandersteen, ce sont mes enfants qui m’ont expliqué à quel point sa féerie avait été essentielle pour eux : l’ennemi masqué qui s’avère être la poupée humiliée accomplissant sa vengeance, le feu de cheminée gelé en raison de la mort de la mère, le réveil dans une autre époque comme si de rien n’était, etc.

  7. Et Neel Doff, pour ceux qui demandent plus de femmes. Bon, d’accord, elle est née en Hollande, mais morte en Belgique où elle a passé la majeure partie de sa vie. Ça compte quand même?

  8. Allez ! Un petit complément ; 10 noms pour allonger la liste :
    Félicien Rops (1833-1898, peintre, dessinateur, illustrateur, aquafortiste, graveur)
    Paul Delvaux (1897-1994, peintre post-impressionniste, expressionniste puis surréaliste)
    Jean-Baptiste Van Helmont (1579-1644, alchimiste, chimiste, physiologiste, médecin)
    Zénobe Gramme (1826-1901, inventeur de la dynamo)
    Annie Cordy (Léonie Juliana baronne Cooreman, 1928- , chanteuse, comédienne)
    Jacky Ickx (1945- , pilote automobile)
    Stanislas André Steeman (1908-1970, romancier)
    Stéphane Steeman (1933-2015, humoriste)
    Adolphe Quetelet (1796-1874, mathématicien, astronome, naturaliste, statisticien)
    Jules Bordet (1870-1961, immunologiste, microbiologiste, Prix Nobel)

  9. Une belle liste, mais ce qui me plais le moins, c’est qu’elle soit ordonnée : il y a même des ex-aequo !

    N’est-ce pas vain d’ordonner ainsi les gens, quel que soit le critère ?

    Bon, c’est le week-end, d’accord… 😉

  10. Le week-end touche donc bientôt à sa fin, et je découvre aussi avec surprise de n’avoir jamais entendu parler du Belge le plus célèbre pour tous les Belges rassemblés :
    le Père Damien, bienfaiteur des lépreux.
    Et moi qui croyait que le Belge le plus célèbre, c’était un ‘petit bonhomme’ de Bruxelles…
    http://www.manneken-pis.be/histoires-et-origines-de-manneken-pis/
    « Il a été Bourguignon sous les ducs de Bourgogne; Allemand sous Maximilien; Espagnol sous Charles-Quint; gueux sous les troubles; Autrichien sous Marie-Thérèse ; républicain en 1794 ; Français sous Napoléon ; quasi-Hollandais sous Guillaume ; Belge sous Léopold ; et jamais on ne l’a vu plus satisfait qu’aujourd’hui… »

  11. Georges Lemaître (théorie de l’atome primitif).
    Jean-Claude Van Damme (the muscles from Brussels)
    Jean-Michel Saive (remonteur de short, pongiste)
    Jean-Michel Folon (artiste)
    Jean-Marie Pfaff (footballiste)
    Ambiorix (à rajouter en ex aequo avec Karl et Godefroid)
    Tatayet (marionnette)
    Tchantchès (marionnette)
    Léon Degrelle (on a dit célèbre, on n’a pas dit sympa)
    Marc Dutroux (bourreau d’enfant)
    Maurice Carême (idem)
    Abdelhamid Abaaoud (terroriste islamiste)
    Benny B (terroriste musical)
    Le Grand Jojo (idem)
    Rodenbach (auteur belge portant un nom de bière, logique)
    Sandra Kim (eurovision)
    Telex (eu-ro-vi-zion)
    Raymond Goethals (sorcier)
    Pierre Minuit (arnaqueur d’indiens)

    1. » Marc Dutroux (bourreau d’enfant)
      Maurice Carême (idem) »
      Ça être bon humour belge.
      (Ça m’fait penser qu’on a oublié un Belge célèbre, un « Belge anonyme en nom collectif », Les tueurs du Brabant).

      1. C’est bizarre que les belges n’aient pas inventé le « soldat inconnu ». En France, c’est le plus célèbre des français.

      2. @ vigneron
        Et moi qui croyais que le Belge anonyme le plus célèbre ‘en nom collectif’ était le Soldat inconnu et choisi au hasard le 10 novembre 1922 par un homme rendu aveugle par la guerre. Celui-ci l’a désigné parmi 5 cercueils de soldats belges anonymes, tombés sur 5 des principaux champs de bataille en Belgique…

  12. La Belgique francophone, c’est vraiment grand !

    Et Félicien Marceau, académicien, français, belge d’origine, prosateur de la classe d’un Giono ? Nous pouvons, nous français, le rendre à la Belgique et sans le perdre pour autant. Une petite compensation…

    1. Félicien Marceau, alias Louis Carette. Il faut lire son Le Péché de Complication publié en 1942 en Belgique occupée, où il explique ce qu’il y a d’exaltant pour la jeunesse dans le Nazisme. Un livre intéressant par ailleurs, et bien écrit, je l’ai lu quand j’étais adolescent : il se trouvait dans la bibliothèque familiale, mon père et lui étaient copains de lycée. Mon père a d’ailleurs été appelé comme témoin à son procès. Carette-Marceau n’en a pas moins été condamné à très juste titre. Je viens d’aller lire sa notice sur Wikipédia, ne croyez rien de ce qui est écrit là : il n’a pas été pris pour un ami de l’Allemagne nazie à la suite d’un malheureux malentendu (De Gaulle aurait été de cet avis selon Wikipédia).

      Si vous doutez de ce que je dis, lisez Le Péché de Complication de Louis Carette, et si on vous dit que le livre est introuvable, demandez-vous pourquoi un excellent (intelligent et bien écrit) livre d’un membre de l’Académie française est introuvable.

      En résumé : Marceau-Carette, la Belgique n’est pas pressée de le reprendre.

      1. Horreur.
        Pas lu, évidemment.
        Si Wikipédia et la bonne renommée de l’Académie conspirent pour nous tromper… Adieu Félicien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.