Si j’étais Elon Musk…

Ouvert aux commentaires.

Elon Musk est le patron de la firme SpaceX qui a réussi hier à faire revenir de l’espace une fusée et à la faire atterrir verticalement en douceur (comme dans l’aventure de Tintin On a marché sur la lune).

Wikipédia nous dit encore ceci de lui :

Elon Musk (né le 28 juin 1971 à PretoriaAfrique du Sud), est un chef d’entrepriseingénieur et inventeur d’origine sud-africaine naturalisé américain en 2002 et actuellement installé à Los AngelesÉtats-Unis. Il est le PDG et directeur de la technologie de la société SpaceX, PDG, directeur architecture produit de la société Tesla Motors, et président du conseil d’administration de la société SolarCity.
Il est le fondateur de SpaceX et cofondateur de Zip2, PayPal, et Tesla Motors. Il a proposé un nouveau mode de transport baptisé Hyperloop, inspiré le rôle de Tony Stark joué par Robert Downey Jr. dans Iron Man, et exposé son souhait de contribuer à la colonisation de Mars.

Si j’étais Elon Musk, je n’écrirais pas les livres que j’écris, je ne parlerais pas de système socio-économique en bout de course : je parlerais plutôt d’une nouvelle Renaissance ; je n’évoquerais pas en permanence une espèce roulant à vive allure sur une voie conduisant droit vers l’extinction : je parlerais de conquête des étoiles et de la nécessité d’appuyer sur l’accélérateur.

Si j’étais Elon Musk, et que l’on m’explique qui est Paul Jorion, et que l’on me demande mon avis sur ce qu’il affirme, je dirais qu’il y a toujours eu des louseurs ou plus charitablement, des gens qui passent à côté des occasions qui se présentent, et que ces gens-là ont nécessairement une vision pessimiste de l’avenir.

Si j’étais Elon Musk, et que l’on me demande de donner un conseil à Paul Jorion, je m’adresserais à lui et je lui dirais : « Vous n’êtes pas très jeune sans doute, mais il vous reste encore un peu de temps devant vous pour vous joindre à la tâche exaltante qui a en réalité toujours été celle de notre espèce. Personne n’est condamné à être un louseur, tout le monde a la possibilité – même si cela demande des efforts considérables, et un peu de chance, sans doute, mais la fortune sourit aux audacieux ! – de se retrouver du côté des gagnants ! ».

Mais comme je ne suis pas Elon Musk, mais précisément Paul Jorion, je m’adresserais à lui en disant : « Monsieur Musk, vous avez raison à ceci près que le monde autour de vous est en train de rendre impossible à grande échelle ce que vous entreprenez à titre individuel. Je vous souhaite bien sûr de réussir, mais il vous faudra aussi utiliser une part considérable des moyens dont vous disposez et de l’influence qui est la vôtre, pour empêcher que la dévastation ne l’emporte et pour cela apporter votre contribution personnelle à un changement radical du système socio-économique qui est le nôtre, et qui lui, signifie la mort pour tous, et malheureusement à brève échéance ».

Partager :

161 réflexions sur « Si j’étais Elon Musk… »

  1. Cette « fusée recyclable » est un – spectacle – : c’est à dire une production concrète, soutenue par des circuits économiques effectifs, et dont la finalité est de partticiper à la construction d’une représentation volontairement faussée de la réalité des enjeux technologiques.

    Sur ce point « technologique », l’enjeu du spectacle est ici de conforter le recyclage comme « novateur », alors qu’il est l’expression du – mobilisme réactionnaire (il faut que tout change pour que rien ne change). Comme l’exprime Julien Phedyaeff, “Le recyclage est une vision à court terme permettant aux pays développés de se donner bonne conscience”.

    Voir les sites :

    http://www.lemonde.fr/tant-de-temps/article/2015/12/04/julien-phedyaeff-le-recyclage-est-une-vision-a-court-terme-permettant-aux-pays-developpes-de-se-donner-bonne-conscience_4824034_4598196.html

    http://www.lincrevable.com

    Bien sûr, je partage l’avis que « ballade sur Mars » exalte notre l’humanité, mais comme le signale Paul, pour que l’humanité survive, nous avons besoin, en préalable et en urgence, de contraindre nos technologies à base de pétrole et de nucléaire; Elon Musk le sait, puisque le stockage domestique de l’électricité solaire sur base du « Tesla Power Wall patent », il en est déjà le propriétaire !
    Voir le site:
    https://www.teslamotors.com/fr_BE/powerwall

    Pour le 1%, ce qu’il s’agit d’éviter ce n’est pas le changement de technologie, mais la modalité d’usage de la technologie qui permet de consolider sa position d’élite dominante, c’est-à-dire se garder les brevets technologiques permettant de reconstruire la hiérarchie sociale à partir du sommet.

    §

    Dès les années cinquante, les gens de ma génération savaient que dangerosité de la fission de l’atome serait redoublée du fait que les dérapages de cette technologie engendreraient la montée en puissance de l’État policier. Aujourd’hui pourtant, la technologie nous apporte de nouvelles occasions de construire un mode d’organisation libertaire, transversal, dans ce genre de structure, il n’y pas de place pour les perdants.

    Ainsi, pourquoi ne pas réfléchir, ici, ensemble à comment porter tous ensemble « l’increvable.com », laquelle lessiveuse est d’abord une machine à décrasser les concepts? Ce projet de machine à laver durable ne construit-il pas concrètement l’outil convivial au sens d’Illitch (Tools for conviviality, 1973)? Que demande-t-elle, pour être produite, d’être prise sous l’aile financière d’Elon Musk, ou bien d’être portée et perpétuée, par par une coopérative d’acheteurs utilisateurs,transmetteurs ?! Ce choix doit être fait aujourd’hui, nous avons à orienter l’usage social de la renaissance des technologies, mais le débat n’est pas ouvert.

    Pourquoi le spectacle médiatique occulte- il l’enjeu civilisationnel porté par la Z machine ou de l’E-Cat ? Bien sûr quelques vieux de ma génération vont ressortir « la barrière de coulomb  » pour vous prouver l’inanité de la fusion froide, mais la fusion froide peut faire partie du monde tel qu’il est, c’est une affaire à suivre.

    Voir le site :
    http://ecat.com

    Voir également le comte rendu de l’expérimentation récente:

    http://www.sifferkoll.se/sifferkoll/wp-content/uploads/2014/10/LuganoReportSubmit.pdf

    « Observation of abundant heat production from a reactor device and of isotopic changes in the fuel

    Giuseppe Levi Bologna University, Bologna, Italy
    Evelyn Foschi Bologna, Italy
    Bo Höistad, Roland Pettersson and Lars Tegnér Uppsala University, Uppsala,Sweden
    Hanno Essén Royal Institute of Technology, Stockholm, Sweden

    ABSTRACT
    New results are presented from an extended experimental investigation of anomalous heat production in a special type of reactor tube operating at high temperatures
    .
    The react or, named E-Cat, is charged with a small amount of hydrogen –
    loaded nickel powder plus some additives , mainly Lithium . The reaction is primarily initiated by heat from resistor coils around the reactor tube.Measurements of the radiated power from the react or were performed with high – resolution thermal imaging cameras.

    The measurements of electrical power input were performed with a large andwidth three-phase power analyzer.Data were collected during 32 days of running in March 2014. The reactor operating point was set to about 1260 º
    C in the first half of the run, and at about 1400 °C in the second half . The measured energy balance between input and output heat yielded a COP factor of about 3.2 and 3.6 for the 1260 ºC and 1400 ºC runs, respectively. The total net energy obtained during the 32 days run was about 1.5 mWh.This amount of energy is far more than can be obtained from any known chemical sources in the small reactor volume .A sample of the fuel was carefully examined with respect to its isotopic composition before the run and after the run, using several standard methods: XPS, EDS, SIMS, ICP-MS and ICP-AES. The isotope composition in Lithium and Nickel was found to agree with the natural composition before the run, while after the run it was found to have changed substantially. Nuclear reactions are therefore indicated to be present in the run process, which however is hard to reconcile with the fact that no radioactivity was detected outside the reactor during the run  »

    Le projet « E-cat », basé sur une réaction de fusion froide selon une filière nickel hydrogène, vient en quelques années de franchir quelques pas décisifs, car il semble bien que la production anormale d’énergie ait été absolument validée par six chercheurs indépendants. Voir l’abstract de l’expérimentation et référence ci-dessus. Bien entendu, il est toujours possible de breveter n’importe quoi, comme d’imaginer une levée de fond par arnaque de Ponzi. C’est vrai qu’un réacteur familial d’un coût de mille Euro et de la taille d’une valise cabine rechargeable tous les mois et dépourvu de résidus radioactifs, c’est tentant. Est-ce par paresse que nous laissons végéter ITER, ce dinosaure bureaucratique,alors que la filière nickel hydrogène devrait être le bien commun de l’humanité ?

    Voulons-nous, par négligence, laisser se reconstruire de nouvelles Majors ? Ainsi, la Z machine avait atteint le seuil des deux milliards de degrés il y a déjà quelques années. Aujourd’hui, l’industrialisation en est est porté la compagnie Lockheed Martin, laquelle n’a pas besoin de faire un buzz pour attirer l’attention sur ses produits, (sauf à imaginer « une levée » de fonds avant faillite).

    Accessoirement, la z-machine est très nettement moins dangereuse que les réacteurs à fission, mais elle produit quand même une quantité, pas totalement négligeable, de déchets radioactifs.

    Voir le site :

    http://www.lockheedmartin.com/us/products/compact-fusion.html

    Plutôt que de laisser Lokeed martin s’approprier l’intendance de la transition, organisons-nous pour faire de – l’increvable – notre bien commun, à commencer par une grève générale de l’achat du matériel électrique « Niko », lequel reste rationnellement obsolescent.

    1. Jean-Luce merci,je commençais a désespérer qu’un commentateur mette enfin le point sur le principal: Si je peux changer le mantra du candidat Clinton:
      Ce n’est pas l’économie stupide,c’est l’énergie!
      Une énergie propre sans déchets dangereux,avec un « fuel » inépuisable et surtout décentralisé,ce qui veut dire sans contrôle d’un état qui justifie sa centralisation antidémocratique justement par le contrôle de l’énergie que ce soit d’origine fossile ou de la fission de l’uranium.
      C’est donc vers le développement d’une telle énergie, que se soit Solaire ou Cold fusion ou autre. que nous devrions,en tant qu’espèce, nous diriger pour résoudre nos problèmes actuels.
      C’est vrai que Jorion ,a ma connaissance,n’a jamais fait la liaison, sur son blog, entre structures économiques d’une nation ou d’une civilisation et le type d’énergie utilisée. Pourtant il me semble que ce devrait être une evidence pour un anthropologue… J’attend sa réponse avec intérêt et un peu d’angoisse 😉

      1. L’énergie est indispensable, mais une Nature en bonne santé est tout aussi indispensable.
        Or plus on dépense d’énergie, plus on transforme la Nature au risque (inacceptable) de la rendre invivable.

        Donc, non, disposer d’une énergie à gogo n’est pas la solution.

        Faire avec la seule énergie solaire transformée par les arbres, les organismes vivants en général, et peut être quelques technologies d’origine humaine, est une sage solution, et c’est donc LA solution.

      2. C’est le système (capitaliste) – basé sur la propriété privée des Ressources – qui doit être adapté aux contraintes écologiques, et au développement de l’humanité toute entière.

        La propriété privée des Ressources primaires doit être abolie, car elles sont bien commun de l’Humanité.

        Nous aurions alors, enfin, le Pouvoir de décider de notre Avenir, (et non plus les seuls hyper friqués délirants)
        Le problème est que ceux là y perdraient leur statut de dominant. Et ça, ils ne veulent surtout pas !…

      3. «  »Faire avec la seule énergie solaire transformée par les arbres, les organismes vivants en général, et peut être quelques technologies d’origine humaine, est une sage solution, et c’est donc LA solution. » »
        Dominique, je vous embrasse, mais de grâce, laissez tomber la révolution c’est pas compatible, étudiez plutôt le troisième principe de la thermodynamique.
        Pour arriver à ce que vous dites, que d’essais-erreurs et de tâtonnements nous allons devoir entreprendre et subir, et c’est sans garanties.

      4. «  »Une énergie propre sans déchets dangereux,avec un « fuel » inépuisable et surtout décentralisé,ce qui veut dire sans contrôle d’un état qui justifie sa centralisation antidémocratique justement par le contrôle de l’énergie que ce soit d’origine fossile ou de la fission de l’uranium. » »
        Ne vous tracassez pas pour le contrôle d’état, l’énergie solaire n’a pas besoin de cela elle a surtout besoin de vos bras et de votre sueur.

      5. Michel,
        Moi je voudrais bien me passer de révolution.

        Mais juste un simple exemple pour vous faire réfléchir:

        A supposer que l’État n’ait plus les moyens de financer les hôpitaux et leurs équipements très sophistiqués, qui demandent donc d’énormes capitaux pour les fabriquer, etc.
        Que proposez vous pour y pallier?
        Ce n’est pas de la science fiction…

      6. @ Dominique
        «  »A supposer que l’État n’ait plus les moyens de financer les hôpitaux et leurs équipements très sophistiqués, qui demandent donc d’énormes capitaux pour les fabriquer, etc. » »
        Privatisés ou non, les hôpitaux et leurs équipements très sophistiqués continueront à sauver des vies et soigner des malades, c’est dans la logique de notre système.
        Par ailleurs, il est clair que la disponibilité de l’énergie fossile va aller en diminuant et par conséquent de moins en moins de personnes auront accès aux soins de santé sachant que le pouvoir d’achat est directement correllé au PIB et que ce dernier est correllé à l’ aprovisionnement d’énergie non renouvelable.
        La politique de santé passe inévitablement par la prévention pour éviter de devoir guérir à grand coup de budget énergétique.
        Meilleure alimentation, meilleure hygiène, une vision plus optimiste de l’avenir, moins de stress dans notre vie etc…
        Cultiver mes carrottes était bien entendu une façon de penser, une figure de style.
        Pour en revenir à la thermodynamique, nous sommes tous des structures dissipatives qui dissippent l’énergie le plus possible et le plus vite possible.
        Dans le cadre du capitalisme industriel basé sur les fossiles cela signifie l’équilibre thermodynamique et in fine la mort.
        Pour que notre civilisation soit durable il faut dissiper uniquement l’énergie solaire, mais ce fait nous demande au préalable de mieux dissiper l’énergie.
        Ce ne sont pas les énormes capitaux en dollards ou en euros qui sont importants mais les énormes sources de kwh.
        Ces énormes capitaux sont créés en dissipant de l’énergie.

      7. Michel,

        « Privatisés ou non, les hôpitaux et leurs équipements très sophistiqués continueront à sauver des vies et soigner des malades, c’est dans la logique de notre système. »
        ———————————

        Mais d’où tenez vous pareille certitude ? Pas du tout!

        Les recettes de l’état, et donc le financement des hôpitaux, se fait toujours plus par l’endettement, et d’autant plus que la machine économique, basée sur le pétrole, s’effondre.

        Le jour ou les friqués décideront d’arrêter la fête, c’en sera fini!
        Plus de pétrole, plus d’économie, plus de salaires, plus de recettes fiscale => retour à la bougie.

        (ceci dit, on pourra toujours manger de vos carottes…)

        La seule alternative à ça est la nationalisation des Ressources primaires, (qui ne seront donc plus confisquées par les friqués), à partir desquelles on pourra mettre sur pied un Autre système économique…

      8. L’exemple des millions (chiffre en perpétuelle augmentation depuis 30ans) d’exclus, ou quasi exclus, du système ne vous suffit il pas pour comprendre ou on va ?
        Ou de la Grèce, etc…

      9. Ce que je dis là vous parait incroyable, car on ne peut croire que ce que nous connaissons depuis toujours puisse disparaitre. On est fait comme ça.

        Il faut se faire violence pour faire passer la raison avant l’instinct, qui parfois donc, nous leurre.
        Vous, vous avez compris qu’il faut faire pousser des carottes bio, c’est déjà ça, mais, sauf retourner à la bougie au sens propre, ce sera très insuffisant…

      1. Michel,

        Les carottes ne suffiront pas à fabriquer des équipements hospitaliers. J’ai du mal à vous suivre…

  2. Les activités d’Elon Musk semblent particulièrement intéresser le gouvernement US pour lui avoir prêté la coquette somme de 500 millions de dollars.

    1. Mmmm, intéressant, y’a indubitablement du pognon reptilien derrière tout ça… A surveiller de près, ce prêt reptilien.

    2. Une info passée assez inaperçue mais lourde de sens, le vote du Space Act par le congrès qui viole les traités internationaux relatifs à la conquête de l’espace, ceux-ci stipulaient que cette conquête devait bénéficier à tous.
      Désormais, si Obama signe, le far-ouest va pouvoir s’ouvrir à l’espace. Voilà dans quel genre de contexte évolue Monsieur Musk. Bienfaiteur de l’humanité ? J’aimerais avoir son avis sur la question.
      http://www.rfi.fr/emission/20151211-etats-unis-espace-space-act-privatisent-ressources

    3. Hum… C’est la paille dans l’œil du voisin et la poutre dans le votre:
      Combien l’état français a-t-il prêté a AREVA/EDF pour les EPR? La somme est plutôt coquette aussi, a plus de 10 milliard l’unité, et pour quel résultat? Ajoutons ce monstre appelé ITER Qui va coûter plus de 50 milliards d’euros et probablement ne produira pas un seul microwatt. Tous ces grandioses projets qui ne servent qu’a drainer l’argent publique vers les grosses entreprises. Qui d’ailleurs n’ont aucun intérêt pour que ça marche, puisque plus ça dure plus ils se font « du blé ».

      1. Combien l’état français a-t-il prêté a AREVA/EDF pour les EPR?

        A priori nada. Par contre EDF engraisse allégrement l’État.

      2. D’un autre côté comme l’État c’est (en principe) nous, c’est très bien qu’EDF nous engraisse.

        Ceci dit, l’État (nous) a dans un lointain passé, garanti les prêts nécessaires, et à très faibles taux d’intérêts, au développement du réseau électrique.

  3. Cette époque qui ne loupe pas une occasion pour nous ressortir sa collection de puces. Comment appâter un chaland archi blasé, étant donné que le désastre est déjà bien ancré dans les têtes, que ce dernier a pris le pas sur l’imagination, ou la singularité de la vie intérieure, son caractère essentielle est pour ainsi dire une friche laissée à l’abandon, alors que le spectacle permanent en surface, lui, a su, avec malignité, étouffer la gravité de la situation. On le sait, le marketing, a aussi un certain savoir faire ; justement orienté vers la manipulation des foules et le plus souvent à grand renfort d’images.

    Ça sautille d’un astre l’autre jusqu’a la rime ultime qu’on nommera désastre. Mais, entre temps, la p’tite bête qui monte qui monte n’oublie pas qu’il faut pour se donner des forces sucer le sang bien chaud du pas encore mort sur terre.

    Si vous voulez du génie faites appel à un Léonard de Vinci, par exemple, et là on peut en effet parler de Renaissance.
    Un sourire ne s’use jamais 🙂

    1. « Si vous voulez du génie faites appel à un Léonard de Vinci, par exemple, et là on peut en effet parler de Renaissance.
      Un sourire ne s’use jamais. »

      Léonard de Vinci a aussi dessiné des machines volantes.

      https://fr.images.search.yahoo.com/search/images;_ylt=A9mSs2yh6XpWsK4APUdjAQx.;_ylu=X3oDMTByZmVxM3N0BGNvbG8DaXIyBHBvcwMxBHZ0aWQDBHNlYwNzYw–?p=Machines+Volantes+De+L%C3%A9onard+De+Vinci&fr=moz35
      Désolé de la longueur du lien

      Il y a une image qui m’interpelle, un engrenage engrènant une marguerite, je ne l’ai jamais vue qu’en montage virtuel mais jamis en peinture.

      1. Michel,
        Pour ma part c’est le Léonard peintre qui retient mon attention.
        D’où ma petite blague sur le sourire en coin de la Joconde.
        Peintre à valeur ajoutée hautement spirituelle si je puis dire.
        Ça nous change du prolétaire Elon Musk.

  4. A mes yeux, cette fusée c’est « Panem et circenses »
    Recyclable cette fusée!!! Quand on aura utilisé trois fois les moteurs on en reparlera, on oublie un peu trop vite que le coût de la remise en état du space shuttle était exhorbitant.
    On sait aussi qu’en 2050 nous n’aurons plus que la moitié du pétrole disponible (à + ou – 20% près), nous n’aurons plus qu’une seule alternative, l’inéluctable énergie solaire comme le dit François Roddier.
    Il faut aussi savoir que 80 à 90 % (je tape dedans) de nos productions sont totalement incompatibles avec un système de création des richesses basées sur l’énergie solaire.
    La seule qu’il nous faut préparer maintenant est une activité de sustentation basée sur l’énergie solaire, et cela avec nos petits enfants. C’est avec cela qu’on pourra montrer à nos « supérieurs » ce que nous avons dans le ventre.

  5. Paypal paie pas de mine/ i.a c’est pour les intimes/ (Elon is back from space with him a nice green race)/
    Vouloir partir, vagabonder dans l’univers, du danger averti mais comment s’échapper de cette souricière/
    Le serpent là tout autour de toi, si tu as confiance ou si tu doutes il continue sa danse, sensible au seul sens de son existence, poussé jusque dans les derniers retranchements de ses entrailles, dévoré par cet instinct auto-mutilatoire/
    Pour se défaire de l’éclat de sa trouble présence, sache raison garder tout au long de cette sinueuse échappée, explorer l’inconnu, pourvoir à son désespoir en gardant le coeur à nu, le regard porté au delà des remparts/
    Jusqu’au bout, éperdu d’espace inconnu, sût rester patient en ces temps distordus.
    Se dit en montant dans la fusée qu’il s’y voyait déjà plus jeune au musée.
    Rien derrière lui, il partit/

    1. Jean Luce,

      Quand je tapais « l’increvable » (vous n’aviez pas donné le lien complet), je tombais sur des pneus, et n’avais donc pas compris …
      ——————–

      Ce concept est clairement à généraliser à tous les objets industriels. Éléments standards aisément remplaçable/réparable/recyclables.

      Inutile d’avoir 456789 modèles de machines à laver différents, quelques uns suffiraient à satisfaire tous les cas de figure.

      Le problème est que ça ne peut, aujourd’hui, que rester marginal, car ça coutera plus cher au 1er achat qu’un truc « jetable » fabriqué là où c’est pas cher.

      Pour généraliser ce concept, il faut donc une volonté de l’Etat. Et comme c’est opposé aux intérêts du bizness, ça ne se fera pas … dans le cadre du système actuel.

    2. Pour laver le linge sale , le bitcoin et la blockchain , ça a l’air pas mal non plus , même s’il n’est pas précisé si ,dans leur cas , la certification dure 50 ans .

      1. Gagnot,

        « ça coutera plus cher au 1er achat » cet argument, celà fait quarante ans que les syndicats nous le serve – pour garantir l’emploi que l’obsolescence rend possible -.

      2. Jean Luce,

        Tout dépend du prix auquel sera proposé une telle machine, qui par ailleurs devra « plaire »,
        et du budget publicitaire, aussi dispendieux que celui de ses innombrables concurrents.

        A défaut ça ne se vendra que auprès des bobos, et l’impact écologique sera quasi nul.

        C’est le genre de truc qui ne peut être efficace que s’il est généralisé, et donc « soutenu » (dans les faits imposé) par l’Etat.
        Comme tout ce qui est d’intérêt général, le particulier en a rien à faire. (sauf une petite minorité).
        Et il a raison, car l’impact individuel est nul.

    3. 25 ans ma Miele, tourne comme montre suisse et lave comme une banque, suisse itou. Et c’est Morlie qui me ferait miser sur sa bécane en kit ?

      1. Non non, vous n’y êtes pas, Vigneron, moi aussi j’ai les moyens de m’acheter du Miele, (et pas la promo de lave-linge de chez Aldi, laquelle, peut-être, durera cinq ans).

        L’essentiel c’est la restucturation d’un mode convivial et transversal: de financement , de production, de maintenance des objets qui nous conduise à échapper à la domination hiérarchique. (Les intellectuels apprendront l’usage du tournevis, ce n’est pas difficile.)

      2. Tiens, bah justement, suis en train de tenter de réparer la carte principale d’une ‘Whirlpool AWE 8779’ (5 ans), alim hs, défaut apparemment connu, trois ou quatre composants à changer pour environ 5 € plus un peu de bricolage…Et j’espère un atterrissage en douceur à 500 ou 800 tr/min…! 🙂

      3. «  »L’essentiel c’est la restucturation d’un mode convivial et transversal: de financement , de production, de maintenance des objets qui nous conduise à échapper à la domination hiérarchique. (Les intellectuels apprendront l’usage du tournevis, ce n’est pas difficile.) » »

        Pour ajouter de l’eau à votre moulin, un cas concret:
        Lundi, une connexion de ma bouilloire électique a brûlé, j’ai chauffé l’eau de mon thé avec une casserolle.
        J’ai pris ma bouilloire sous le bras et suis allé dans mon petit garage atelier au bout du jardin.
        Bonjour pour démonter, les salauds avaient placé des vis inviolables d’une texture que je n’avais jamais vue, alors avec une mêche de 6 je les ai foré par l’autre côté et ai eu accès aux connexions, j’ai enlevé les cosses brûlées, bidoullé un peu le support en plastique pour enlever le cramé et ai soudé directement les fils sur les bornes.
        J’ai remplacé les vis non violables par des vis qui passent de part et d’autre et ai remonté le tout.
        Jusqu’ici pas de soucis en attendant la panne suivante (résitance ou interrupteur).
        Dans ces appareils, ce sont généralement les cosses de connexions qui lâchent en premier.

        Il me semble que des petits ateliers de quartier rencontrant divers compétences seraient certainement les biens venus, mais c’est considéré comme du travail au noir par la représentation populaire du travail et de l’emploi.
        Faut-il avoir le pouvoir pour prendre de pareilles initiatives?
        S’il y a d’autres initiatives de ce style ce serait intéressant d’en prendre connaissance.

        Un excellent article de Terre concernant le problème que vous évoquez
        Terre 151 La récup’, un retour vers le futur?
        http://www.autreterre.org/fr/documents/cat1-journal-terre.aspx

      4. Michel,

        Ne vous en faites pas, la récup’ se généralise par la force des choses.
        Le problème c’est quand c’est l’imageur à résonance magnétique nucléaire qui tombera en panne. Là, il faudra apprendre à s’en passer.
        Bienvenue dans le tiers monde.

      5. @ Dominique
        Je ne sais pas ce que consomme (pardon, dissipe) un imageur à résonnance magnétique, mais je suppose que ce n’est pas plus q’une machine à laver (à la grosse louche), l’important ce sont les connaissances qui y sont ajoutées, c’est ce qu’on appelle la négentropie.
        Il y a bien plus de connaissances dans une imagerie médicale que dans une machine à laver. La déduction d’un diagnostique par imagerie médicale n’a rien à voir avec le fait d’envoyer des crasses à l’égout.
        Alors, apprenons la prévention comme je l’ai dit plus haut, et nous n’aurons recours à la prévention par imagerie médicale qu’en ultime recours.
        C’est ce qui s’appelle l’efficacité énergétique.
        Arrêtez de voir l’écroulement comme une fin en soit mais comme un point de départ vers quelque chose de différent et d’essentiel.
        C’est le message que j’essaye de faire passer sur ce blog.
        Please!!! Help me

      6. @Dominique et les autres participants, ainsi qu’à notre hôte et tous ceux qui participent de près ou de loin à ce blog je vous souhaite un joyeux Noël et une très bonne année 2016.

    4. Mon imprimante n’allait plus. En cherchant sur Internet, j’ai trouvé l’obsolescence programmée, et la procédure pour l’annuler : la machine compte le nombre de changements de cartouche d’encre et estime qu’à un certain nombre, les coussinets chargés d’éponger les fuites d’encre sont presque saturés. Donc blocage automatique. Et réparation plus coûteuse qu’une neuve. Mais une simple manip la débloque…

      1. Quand on possède déjà une machine (que ce soit une imprimante ou une machine à laver), on a tout intérêt à faire ce qu’il faut pour faire durer.

        Conclusion: il faut distribuer gratuitement (c’est la collectivité qui paye) un appareil à chaque famille, pour la vie. (le 2èm c’est prix plein pot)

        En fait Jean Luce, vous êtes un communiste qui s’ignore!

  6. « Pour laver le linge sale , le bitcoin et la blockchain , ça a l’air pas mal non plus »

    Exactement, et en matière de cybersécurité c’est aussi extr^mement onéreux :

    Lutter efficacement contre la cybercriminalité dans le monde bancaire
    « La cybercriminalité engendrerait un préjudice de plus de 400 milliards de dollars chaque année, selon une étude réalisée par McAfee et le Center for Strategic and International Studies. »

    Assises 2015 : Pour Eugène Kaspersky, « nous sommes dans l’ère du Crime as a Service »
    http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-assises-2015-pour-eugene-kaspersky-%C2%A0nous-sommes-dans-l-ere-du-crime-as-a-service%C2%A0-62528.html

    Là il va en falloir des fermes de serveurs et pas qu’un peu…
    Les serveurs informatiques, ogres énergivores
    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2010/03/16/04016-20100316ARTFIG00481-les-serveurs-informatiques-ogres-energivores-.php

  7. François Leclerc, pour quitter la stratosphère et revenir sur la mer ferme, même avec votre tarif réduit à 500 US $ pour rejoindre la Grèce à partir de la cote turque, ça ferait à la louche 1.000.000 de passagers à 500 US $ soit pas loin d’un demi-milliard d’euros.
    Les croisiéristes ont raté une excellente affaire, au su qu’ils arrivent à proposer une croisière en pension complète d’une dizaine de jours dans les 400 à 500 € en méditerranée en pension complète. Bon je sais la RFA n’a pas de port en méditerranée, par contre les croisières sur le Danube permettent de remonter de la mer noire jusqu’à Passau, pour à peine plus cher.
    Sûr que Ryanair aurait cassé les prix en faisan, comme un volatile, mieux qu’eurolines, Icbus et autres megabus ou buseurope, et beaucoup mieux que ces lentes croisières. Vous avez raison, il a manqué la volonté politique, parce les réfugiés avaient les moyens de s’offrir leur ticket to ride légal et aux normes européennes confortables, sans vendre leur bijoux de famille au DamneMark.

  8. il suffirait d’écouter le Messie et d’appliquer les conseils qu’il donna il y a 2000 ans, comme lorsqu’il décida de chasser les marchands du temple.

    1. D’autant que dans le genre miracles , il a ,parait il , fait largement plus fort qu’Elon Musk avec sa ridicule fusée même pas entière au retour .

  9. « Quand je suis arrivé dans le monde du travail, à treize ans et pendant la guerre, c’est pas foufou du tout et, en quinze jours, j’ai tout compris. J’ai compris pour toujours et je ne me suis pas trompé : pauvre fille, pauvre mec, et le patronat. Qui aujourd’hui doit valoir ce qu’il valait à l’époque, toujours aussi con. Con et charognard. Là, j’ai eu peur. Quand on a peur, ou on se couche, ou on se révolte. Comme je n’étais pas d’un tempérament à me coucher, je me suis révolté, mais ça n’a servi à rien, j’ai ramassé des claques dans la gueule. »
    Louis Calaferte

    ___________________________

    Voyez, Elon Musk n’est qu’un bébé.

  10. « Je vais avoir 40 ans. Les plus brillants, les plus chanceux de ma génération se sont trop souvent retrouvés laquais de luxe d’une servilité aux antipodes de la liberté d’entreprendre qu’on nous vendait.

    Tant d’autres, la foule des innombrables, celles et ceux qui ne convenaient pas, qui n’avaient pas la chance de tirer le bon numéro au bon moment, ont dû peupler Pôle Emploi ou se faire enfermer vifs dans des emplois sans sens, sans perspectives de découvertes, d’apprentissages ou de rencontres intéressantes. Nous nous sommes retrouvés soutiers d’un navire dont les échos de la gloire nous étaient en permanence généreusement prodigués. Or pour comprendre notre situation, tu as l’habitude de dire qu’il faut commencer par déplacer le regard vers la valeur économique. Pourquoi un tel détour aussi abstrait ? De quoi s’agit-il ? »

    Patrick Zech (dans : Émanciper le travail, entretiens avec Bernard Friot). Premier entretien.

Les commentaires sont fermés.