Le temps qu’il fait le 5 février 2016

Ouvert aux commentaires.

Le Monde / L’Écho, À Bruxelles, une bureaucratie libérale, mardi 2 février 2016

France Culture, Culturesmonde, D’Est en Ouest : Révolutions conservatrices 3/4 Les « Chicago Boys », le mercredi 3 février de 11h à 11h50

Trends – Tendances, La bonne santé des marchés boursiers : la leçon donnée par la Chine, le 28 janvier 2016

Le programme du nouveau mouvement européen lancé par Varoufakis : DiEM25

Partager :

195 réflexions sur « Le temps qu’il fait le 5 février 2016 »

    1. @ Michel Lambotte dit :

      Votre appel à entrer dans la ronde et tout à fait justifié.
      Mais le stimulus important est « c’est partout qu’il faut se remuer!!! »

      J’ajouterai, à commencer par les méninges.

      Une fois l’Europe remise sur pied grâce à la ronde des 30 glorieuses, les jeunes générations qui ont été aux commandes et pleinement opérationnelles à la fin des années 70, sont entrées dans la danse sans avoir besoin de beaucoup forcer, d’autant que l’énergie motrice qui propulsait la machine leur parvenait quasi gratuitement par l’extérieur.

      Les redistributions sociales issues des énergies primaires commodes à extraire, étaient plus faciles à dispenser qu’aujourd’hui où il faut les extraire des cerveaux humains dont beaucoup ne se sont pas tous suffisamment aguerris.

      Trop formés dans la facilité, l’assistance excessive, le cocooning, fruit d’une théorie du care pétrie de bonnes intensions, beaucoup de ces cerveaux, y compris formés dans de grandes écoles, se trouvent même chez nos dirigeants, comme handicapés, lorsqu’il s’agit d’affronter la réalité d’un monde où les humains sont tous en compétition pour leur survie.

      1. Bien sûr qu’il a saisi. C’est pourquoi il vient nous dégueuler son cauchemar de vieux cocoonizé à longueur d’année.

      2. d’autant que l’énergie motrice qui propulsait la machine leur parvenait quasi gratuitement par l’extérieur.

        C’est pour ça que l’heure de smigard payait 1,5 l de super en 1960, 3 l en 70… et l’heure de smicard 8 l en 2016…

      3. @ vigneron dit : 6 février 2016 à 00:21

        « C’est pour ça que l’heure de smigard payait 1,5 l de super en 1960, 3 l en 70… et l’heure de smicard 8 l en 2016… »

        Très juste remarque. Elle met en évidence le fait que les Français vivent aujourd’hui au dessus de leurs moyens en s’octroyant des revenus et niveaux de vie qu’ils ne méritent pas compte tenu du peu mal qu’ils se donnent pour extraire l’énergie de leur capital. Ils préfèrent le dilapider à vive allure, plutôt que de le maintenir au top de l’évolution.

        Ils viennent de mettre au tapis, leur capital industriel et agricole et, en se laissant aller à l’endettement pour continuer à bien vivre plutôt qu’à investir et travailler ardemment, le pays est en train de perdre en sus le capital de confiance qu’on pouvait encore lui accorder au niveau international.

        Le pays dirigé par des incapables est parti pour se crasher à brève échéance, quel que soit le sauveur auquel on puisse penser.

        Mais il ne faut pas désespérer. (Michel Lambotte : 5 février 2016 à 19:56 & octobre : 5 février 2016 à 21:27.)
        Ceux des autres pays qui nous survivront pourront peut-être dire : tout compte fait les Français ont été les plus intelligents, ils se sont donné une belle vie sur terre et, comme ils sont arrivés avant tous les autres au paradis, ils pourront y choisir les meilleures places…..à moins que ce soit les pires places en enfer.

      4. «  »Ils viennent de mettre au tapis, leur capital industriel et agricole » » »

        Le capital industriel ? C’est partout qu’il faut remettre l’industrie en question en y ajoutant une nouvelle poupée russe.
        Pour l’agriculture vous êtes à côté de la plaque. http://agriculture-de-conservation.com/La-France-leader-en-matiere-d-agroecologie.html Paroles d’un agriculteur….. et d’un ministre, tous les deux français.
        Mon cher Jacques vous êtes beaucoup trop axé sur votre passé, la nostalgie ne vous vaut rien et risque de détruire votre santé.
        Quoique la nostalgie du futur… c’est plutôt mon truc.
        Mais.
        Le futur, on ne l’attend pas comme on attend un train, le futur on le crée. Georges Bernanos.
        Mon passé n’est qu’un outil, cette merveilleuse enfance que j’ai vécu est un tremplin, maintenant, je suis redevable à mes petits enfants pour autant qu’ils m’écoutent et s’inspirent de ce que j’ai pu leur suggérer….dans quelques années, la dessus je n’ai aucun pouvoir sauf celui de me remettre en question.

      5. @ Michel Lambotte dit : 6 février 2016 à 18:23

        « Mon cher Jacques vous êtes beaucoup trop axé sur votre passé, la nostalgie ne vous vaut rien et risque de détruire votre santé. »

        Je pense que vous faites erreur Michel.
        Au lieu d’inciter la jeunesse à travailler d’avantage et mieux, ce que j’ai toujours fait auprès des équipes que j’ai eu à animer, votre intervention laisse entendre que ça n’est plus indispensable aujourd’hui et le sera encore moins demain où la belle vie s’abattra sur l’humanité sans qu’elle ait d’ efforts à fournir.

        Je prétends que la nécessité conduira nos successeurs à reprendre des pratiques qui ont été abandonnées. Voyez si à la ferme du Bec Hellouin, n’y est on pas revenu à la fourche à bécher…….. Cela risque de compromettre le succès de votre invention motobineuse…..

        https://www.youtube.com/watch?v=hrl56_vJMqI

        Contrairement à ce que vous pouvez penser, lorsque j’étais en activité je me suis toujours porté vers des solutions de progrès en visant surtout l’efficacité. Cela n’est certainement pas étranger au fait que l’on m’ait confié durant les 10 dernières années de ma carrière, l’assurance qualité de la majeure partie de la propulsion du lanceur de satellites européen, Ariane, qui rencontre encore aujourd’hui, un grand succès au plan mondial.

        Si la France régresse, c’est qu’elle ne travaille pas assez et qu’elle consomme trop au regard de ce qu’elle produit. Cela l’appauvrit, l’empêche d’investir et fait croître son chômage.
        C’est cette spirale infernale qui lamine notre économie. Aucun de nos dirigeants n’a été capable d’identifier l’origine de notre mal ni de le stopper alors que le problème relève du niveau de l’école primaire.

        L’instituteur d’hier notant l’absence de résultat d’un élève qu’il jugeait apte, n’y allait pas par quatre chemins. Il convoquait ses parents pour que le remontage de bretelles soit plus vigoureux, et les résultats arrivaient.

        C’était efficace car tout le monde au lieu de plaindre le pauvre petit, l’incitait à travailler davantage.

      6. @ vigneron dit : 6 février 2016 à 18:50

        « Ben alors Jduc, on s’égare ou on s’échappe ? On a oublié son Jancovici ?

        Merci vigneron ! Tu es en train de redevenir mon frère en me rappelant l’excellent travail de Jancovici. Hélas, dans un monde où nous sommes tous en compétition pour notre survie, c’est l’écart de SMIG entre les divers pays en compétition qu’il serait utile de mettre en évidence ainsi que l’écart de temps travaillé sur une vie.
        L’évolution du déficit commercial des divers pays est également utile à comparer.

        Rien jusqu’à preuve du contraire, rien ne remet en cause mon diagnostic global pour la France. Comme c’est l’énergie et les matières premières qui contribuent à l’évolution du monde, le fait d’acheter le pétrole moins cher que le travailleur au SMIG, met inévitablement ce travailleur au chômage. Il n’y a pas besoin d’avoir fait polytechnique, science po où l’ENA pour comprendre cela.

        A moins qu’on me prouve le contraire.

      7. « Si la France régresse, c’est qu’elle ne travaille pas assez et qu’elle consomme trop au regard de ce qu’elle produit. Cela l’appauvrit, l’empêche d’investir et fait croître son chômage. »

        S’IL Y A DU CHÔMAGE, C’EST PARCE QU’IL Y A DE L’EMPLOI.
        Niveau école primaire.

        Ou comment se faire entuber par un capitaliste pur jus.
        N’ote bon maaaaaître ! bêêêêêêêêê ! hihan hihan hihan !

      8. jducac,

        Suffit pas de dire que les gens travaillent pô, qu’ont est devenus des feignants, que toi t’étais un gars ben courageux, et ton pâpo aussi, hein.

        En analyse de problème, tu es triple zéro.

        Ce que tu dis est aussi stupide que de dire que le sol est sec passque le ciel y fait pu tomber la pluie. Ben oui, mais non, c’est légèrement plus complexe.

        C’est ton cher Système capitaliste basé sur la propriété des Ressources primaires, qui veut ça.

        Si ça peut aider la réflexion, voici : (Je sais que tu t’en fous, mais c’est pour ceux que ça pourrait éventuellement intéresser, et qui l’auraient pas déjà vu)
        http://myreader.toile-libre.org/uploads/My_5639f75b29dcf.pdf

        et pour les plus curieux:
        http://myreader.toile-libre.org/uploads/My_56acd2f45863a.pdf

      9. Juste au passage Jdac
        Le SMIG a été remplacé le 2 janvier 1970 par le SMIC, le salaire minimum interprofessionnel de croissance.
        La garantie pour le salarié a été remplacée par la croissance….

      10. @ Dominique Gagnot dit : 7 février 2016 à 15:06

        “En analyse de problème, tu es triple zéro. »

        Hélas pour toi mon expérience prouve que tu parles sans savoir et que ce seul fait te décrédibilise.

        Aussi loin que je me projette, j’ai toujours agis de la même manière pour analyser un problème, une situation. J’essaie d’abord de bâtir mentalement un schéma représentatif du système tel que je le vois fonctionner,(d’où mon appel au schéma fonctionnel pour procéder à une analyse fonctionnelle) en faisant apparaître ses principales entrées et sorties. Sans rien changer au système j’examine comment évoluent les éléments obtenus en sortie, en fonction des changements qu’on envisage d’introduire aux entrées.

        C’est le B A ba me diras-tu, mais encore faut-il le faire avant même d’intervenir.

        Quand on agit sur un système complexe il faut aussi s’employer à prévenir et minimiser les risques présentés par l’introduction des modifications si l’on veut ne pas courir à l’échec d’entrée de jeu. Ce que tu ne fais pas, notamment pour prévenir la venue d’un régime totalitaire mondial si ton projet était adopté.

        Toi tu rentres dans le sujet avec des idées préconçues (suppression de la propriété privée par exemple) et sans vergogne le petit Gagnot , tel un dieu, imagine un nouveau système qui suppose une mise en application instantanée et au niveau mondial d’une organisation basée sur des milliards de milliards d’échanges par secondes sans craindre que tout se plante et s’effondre dans un chaos inextricable.

        Pour moi, celui qui se prend pour un petit génie a l’étoffe d’un dangereux inconscient.

        Ça n’est que mon avis.

      11. Tout faux Armelle, le Smic a offert une garantie supplémentaire par rapport au Smig qui indexait tout juste l’inflation et enfonçait les smigards loin sous le seuil de pauvreté puisqu’ils ne bénéficiaient pas des gains de productivité comme les autres salariés. Bref le Smig était un RsA de travailleur.

      12. A Vigneron
        Bah, je m’en tenais aux termes qui changent et ces changements ne sont pas anodins….

        Quant même…. l’indexation aujourd’hui sur l’inflation et les salaires c’est pas jojo. Comment payez-vous un loyer, vous, avec mille quatre cent et des broubroutes brutes ? Zont ka gagner plus les bougres…. Je sais j’ai un côté très pratico-pratique ras du porte monnaie.

      13. @ jducac
        «  »L’instituteur d’hier notant l’absence de résultat d’un élève qu’il jugeait apte, n’y allait pas par quatre chemins. Il convoquait ses parents pour que le remontage de bretelles soit plus vigoureux, et les résultats arrivaient. » »
        Ce n’est certainement la méthode des finlandais que vous portez aux nues, non c’est l’élève qui est important.
        http://www.meirieu.com/ECHANGES/robertfinlande.pdf

        «  »Contrairement à ce que vous pouvez penser, lorsque j’étais en activité je me suis toujours porté vers des solutions de progrès en visant surtout l’efficacité. Cela n’est certainement pas étranger au fait que l’on m’ait confié durant les 10 dernières années de ma carrière, l’assurance qualité de la majeure partie de la propulsion du lanceur de satellites européen, Ariane, qui rencontre encore aujourd’hui, un grand succès au plan mondial. » »
        Quand je disais nostalgie!!

      14. jducac,

        En effet, tu vois le système tel … qu’on l’imaginait il y a 50 ans, époque ou l’on considérait les ressources primaires illimitées.
        Dans ces conditions, il suffisait en effet de travailler pour accumuler autant que les plus riches, dont la fortune se justifie par leur « travail » exceptionnel. C’est bien ça?

        Tu ne vois pas que, en fait, les ressources primaires sont limitées. Et que donc il est impossible de laisser une minorité de familles se les approprier, (le 69 les plus riches possèdent la moitié…), sans que les autres (100 millions de fois plus nombreux!) en pâtissent.

        Puisque ton constat est biaisé, ton analyse est fausse.

      15. jducac,

        Mes idées résultent d’une analyse objective de la situation. A savoir que la planète est finie! que ses Ressources sont limitées!
        que si certains se les approprient pour je ne sais quel prétexte (ils auraient beaucoup travaillé?), c’est au détriment des autres.

        Et que la seule réponse logique à ça, c’est une gestion collective de ce Bien commun. C’est évident, non?

        Je sais aussi que les esprits ne sont pas du tout prêts à ça. Et qu’il faudra encore des tas de catastrophes en tous genres avant qu’on y réfléchisse, alors que c’est pourtant si évident.

        Je ne suis pas surpris qu’on t’ait collé la responsabilité de la qualité! C’est le poste qu’on refile a ceux qui sont totalement dépourvus d’imagination. Des œillères bien épaisses sont un plus.
        On leur demande juste de savoir lire les consignes, et de les appliquer sans chercher à comprendre.

      16. Michel Lambotte
        Le système finlandais fait rêver, évidemment, par sa grande cohérence pédagogique et l’organisation de l’encadrement des élèves. Merci pour le lien.

      17. @ Michel Lambotte dit : 7 février 2016 à 21:07

        « Quand je disais nostalgie!! »

        Pour vous, le retour d’expérience ça n’existe pas, c’est inutile. Quand on analyse une situation n’est-ce pas la moindre des choses que d’examiner ce qu’ était la situation avant et d’identifier quels sont les changements qui sont intervenus ?

        Si les humains n’avaient pas fait se type d’exercice depuis qu’ils ont pris naissance sous forme de simples bactéries, s’ils n’avaient pas fait, pas à pas, le bilan de leurs actions, bonnes et surtout mauvaises, je pense qu’ils n’auraient pas évolué comme ils l’ont fait.

        L’élément essentiel à prendre en compte est sans conteste pour moi, l’énergie.

        On la trouve sous deux formes dans la nature. Sous forme physique dans la matière, au niveau des ressources primaires chères à Dominique Gagnot, et sous forme mentale dans le cerveau des êtres vivants donc notamment des humains.
        C’est pour cela que lorsque vous avez lancé votre appel à entrer dans la danse en ajoutant « c’est partout qu’il faut se remuer » j’ai ajouté « en commençant par les méninges »

        Si en 2 siècles l’humanité a fait un bon en avant considérable, c’est parce qu’elle a exploité de manière plus intensive une ressource primaire connue depuis des millénaires mais qui n’était guère utilisée que pour l’éclairage ou le calfatage des bateaux.

        C’est son utilisation pour produire un travail qui a changé le monde et ce changement n’a été possible qu’avec la mise en action des méninges de nos prédécesseurs. Ceux qui les ont mis en branle, en les faisant « entrer dans la danse » auraient très bien pu profiter des délices de la vie en se contentant de consommer ce que leur permettait leur niveau de vie du moment.

        Au lieu de cela, ils ont trouvé de l’intérêt, à découvrir des applications nouvelles et a les perfectionner pour les rendre plus efficaces et plus rentables, par pur plaisir souvent, ou pour se maintenir dans la course et ne pas être dépassé et de fait être mis hors jeu, par la marche du monde et de l’inévitable concurrence naturelle pour… la survie de l’espèce.

        L’épuisement des hydrocarbures, amène donc à perdre une très grande quantité du travail qui nous était fourni gratuitement par ce type de ressource primaire constituée par accumulation naturelle. C’était notre capital commun et nous l’avons grandement consommé à ce jour.

        Ce sera très difficile de continuer, voire même impossible, de vivre avec le même niveau de vie moyen sur la planète alors que de surcroît la population mondiale augmente.
        Les implacables lois de la physique s’imposant d’elles mêmes depuis l’origine du monde, nos ressources stockées ne s’accointeront pas en les mettant en partage démagogique à la mode Gagnot .
        La mise sous contrôle de nouveaux puissants ne changerait rien. Comme toujours ils commenceraient à penser à eux-mêmes et à leur famille. Le mieux que chaque individu puisse faire est, à mon avis, de limiter les dégâts en travaillant davantage à l’avenir de sorte à compenser le niveau de vie perdu du fait de l’épuisement du stock d’ hydrocarbures que nos ancêtres avaient su épargner. Il devront donc s’obliger à travailler plus que nous et plus que ne le font ceux qui doivent prendre le relais.

        C’est le travail qui fait vivre.

        Même les animaux et les végétaux se donnent tous la peine d’extraire de leur environnement l’énergie et les matières qui les font vivre. C’est une grande partie de leur raison d’être que d’œuvrer pour que survive leur espèce.

      18. @ Dominique Gagnot dit : 7 février 2016 à 22:13

        « On leur demande juste de savoir lire les consignes, et de les appliquer sans chercher à comprendre. »

        Et qui établit les consignes pour assurer la qualité et la fiabilité des produits et services vendus, si ce n’est celui qui s’en porte garant au nom de son entreprise ?

        C’est peut être l’hurluberlu de passage qui, faute d’avoir réfléchit quand il était plus jeune, se met à gamberger quand son heure est passée ?

      19. @Jducac
        L’expérience n’est pas une lanterne qu’on tient sur le dos pour éclairer le chemin parcouru, mais une lanterne sur le front pour éclairer le chemin à parcourir. Martin Gray (Rescapé de Treblinka)

      20. @ jducac
        «  »Même les animaux et les végétaux se donnent tous la peine d’extraire de leur environnement l’énergie et les matières qui les font vivre. » »
        Lisez la thermodynamique de l’évolution de François Roddier et vous vous apercevrez que ce n’est pas du tout comme cela que ça fonctionne.
        Allez aussi voir « Demain » au cinéma.

      21. jducac,

        C’est surtout ceux qui ont conçu, et ceux qui ont industrialisé Ariane qui spécifient…
        La Qualité ne fait que s’assurer qu’elles sont respectées, et valide, non?

    2. Guagnol,

      le 69 les plus riches possèdent la moitié…), sans que les autres (100 millions de fois plus nombreux!) en pâtissent.

      T’es allé chercher où une sottise pareille ? Les 69 ont autant que la moitié de l’humanité représentée par ceux qui n’ont quasi rien, rien, trois fois rien, et surtout moins que rien (bilan dans le rouge), ils n’ont évidemment pas la moitie de la richesse mondiale.
      T’es pas aidant pour ta cause avec des niaiseries pareilles.

      1. Oui je me suis mélangé…, mais sauf Révolution, on y arrivera. Car qu’est ce qui pourrait l’en empêcher ?… !!!

        Je te met au défi de montrer que non.

      2. Que font les 69 en question de leur richesse?

        Tout le monde sait que du temps de la féodalité le seigneur des lieux possédait la terre, ne la cultivait pas mais, ainsi que Dieu l’avait voulu, en profitait pour exercer un pouvoir presque absolu sur ceux qui étaient chargés de la faire fructifier.

        Contrairement à Louis XIV, sa cour et le restant de la noblesse et du haut-clergé qui consommaient une part non négligeable des biens et services produits, les 69 ne consomment qu’une proportion infinitésimale de la production mondiale. Leurs châteaux, leurs yachts et leurs jets privés c’est des queues de cerises. Ils prêtent la quasi-totalité de leur argent à l’industrie et aux états.

        C’est le pouvoir excessif que leur confère leur richesse qui nous rend si faibles (y compris les chefs d’état et leur clique.)

      3. GL

        C’est pire que ça, ils ne sont obligés à rien du tout.
        Leur fric dort, ou spécule en écartant les risques.

        La finalité ultime n’est pas d’avoir toujours plus (d’ailleurs une fois qu’on a tout, ça devient impossible), mais c’est le Pouvoir!

        Et le simple fait d’entasser, et donc de priver le reste du monde de l’accès à ces ressources, leur suffit à accroître ce pouvoir. C’est ça le but. Devenir LE(s) Maîtres du Monde.

      4. @Dominique Gagnot – Mélenchon n’arrêtait pas de parler de « ceux qui se gavent » lors de sa campagne présidentielle. J’aurais préféré qu’ils les nome « ceux qui décident les licenciements. » La plupart de leurs dépenses somptuaires (qui vont très au delà des excès de table!) ne visent qu’à nous démontrer que nous ne sommes pas à leur niveau. Il devrait peut-être cesser de porter la cravate…

      5. Oui GL, les dépenses somptuaires, les super costards, grands chapeaux et autres extravagances des « nobles » ne sont qu’enfumage!

        Mais ça marche du feu de dieu, avec la connivence de la « presse à scandale », et de lèches culs-dorés style Stéphane Bern.
        Quelle pourriture, ce système…
        Le pire est que beaucoup sont en admiration. pffffttt…. On est mal.

      6. Mon pauvre Guagnol, faudra d’abord que tu m’expliques comment on pourrait faire passer une part de 0,5 à 1% de la richesse mondiale à 50%, soit passer de 20 à 30 Mds par tête à 2 000 Mds par tête. Tu continues à discréditer ta cause. Un conseil : s’il n’est pas trop tard, passe le relais à quelqu’un d’autre, n’importe qui suffira, et essaye de te faire oublier. Fais ca pour ta cause.

      7. vigneron,

        Non, c’est pas ça.

        En fait les richesses produites vont se limiter aux besoins des 69 (s’il en reste 69, car aucune raison qu’ils ne se bouffent pas entre eux), et la propriété des Ressources se concentrer chez ceux là.

        Donc les richesses produites ne vont cesser de diminuer, d’ailleurs il semble qu’on en ait pris le chemin! …

        Pour quoi veux tu que les plus riches s’emmerdent à entretenir un système qui permette à d’autres qu’eux de vivre?

      8. Fais rien pour l’humanité, Guagnol, vraiment, sans rire. Mais fais quelque chose pour toi, fais un check-up complet, la totale, y’a un truc qui cloche.

      9. vigneron,

        Le truc qui cloche, c’est que ça fait 30 ans que j’ai compris comment fonctionne le Système, et qu’il est basé sur une Arnaque fantastique.
        Seuls des hommes peuvent croire des conneries pareilles, chaque jour démenties par les faits !

        la croissance est illimitée,
        le travail permet à tous de vivre (celle là c’est sans doute la meilleure),
        nous (tous) sommes de plus en plus riches,
        les progrès n’a pas de limite,
        les ressources fossiles sont inépuisables, (à tel point que le Système les gaspille à gogo)
        nous sommes en démocratie,
        nos élites sont intelligentes,
        les médias sont libres, et nous informent,
        on lutte contre le chômage,
        etc. etc. etc.

        La meilleure est que tu y crois.

  1. Oui Monsieur Jorion, vous ne serez pas le seul à rejoindre ce combat indispensable. Chacun à notre niveau nous continuerons à lutter contre un système qui engendre tant de souffrances, de douleurs, d’injustices partout dans le monde au profit d’une poignée d’happy few . Notre génération a encore ce combat à mener pour le bonheur de nos petits enfants.

    1. Varoufakis, bien évidemment, a l’envergure, physique, psychologique et intellectuelle, pour « aller au charbon ».
      Cependant, s’il n’est pas entouré d’autres hommes d’expérience ayant une envergure similaire, ça peut être compliqué. Il faut une équipe Diem, solide, solidaire et soudée. Oui, M. Jorion, ce serait formidable et légitime que vous puissiez vous joindre à cette équipe. Plus d’infos et de précisions sur l’organisation du mouvement à venir permettront je l’espère de fructueux échanges, oui il faut y aller .
      Y. Varoufakis doit commencer par rassembler et fédérer sa future équipe d’individus solide et compétente et ce partout en Europe et même pourquoi ne pas avoir des « relais » et des soutiens puissants aussi aux États-Unis…ça ne s’improvise pas. En Europe du Nord; ça risque d’être un peu plus laborieux.
      Bien dirigé et bien organisé, ce mouvement a toutes ses chances. Le désarroi est important et profond, il faut absolument fédérer des contre feux politiques qualitatifs et quantitatifs puissants qui présentent une issue démocratique européenne humaniste positive, ouverte et progressiste, face à la montée du mécontentement et de la désespérance, sinon, attention danger. Here we go !

  2. Merci pour votre enthousiasme!

    Il y a plein de choses pour lesquelles je n’ avais pas la vocation et pourtant je les ai faites.
    Et me dis que pour les plus belles que je voudrais faire sans y parvenir néanmoins maintenant il me reste assez de temps, … sans doute.
    Effectivement, si les gens capables de faire quelque chose, au moins essayer, ne font rien, eh bien c’ en sera fini.
    Mais c’ est mal connaître la nature humaine que croire qu’ on peut rosser les gens, et j’ emploie ce mot à dessein puisque, Chicago boys ou Mens in black, ce devrait être le nom de gangs composé de crapules, juste ça, et certainement pas des gens issus de nos démocraties, sans qu’ un jour, tôt ou tard, ils disent assez ( à ceux là qui font régner la terreur donc ce mot étant aussi employé à dessein).
    Chacun comme il pourra pourvu qu’ en route il rencontre un autre qui lui aussi en aura assez et ainsi de suite.

    Bien à vous

  3. Paul, brillante intervention sur Culture Monde.
    On peut dire que tu ne les as pas en odeur de sainteté les loulous du Chicago boys club. Ces petites crapules incultes sans commune mesure avec le cercle ouvert de Bloomsbury. Ouvert, dans le sens, je suis un être qui aime la culture et la pratique ou plutôt en fait une belle chanson comme exemple.
    ____________________
    « Partout où je suis allé un poète était allé avant moi. »
    Sigmund Freud

  4. J’aime bien la citation sur la page d’accueil du Diem 25 de Varouf. Le mix Varouf/Burke c’est pas dégueu.
    « The only thing necessary for the triumph of evil is that good people do nothing. »
    C’est ce même Burke, étalon-or du contre-révolutionnaire, qui prédisait déjà fin XVIIIe que « par la force des images pourraient bien à l’avenir s’accomplir de « vraies » révolutions » (les guillemets de « vraies » sont de vrais guillemets burkiens, « vrai-ment burkiens »).
    http://diem25.org/

    1. En parlant d’images, de révolutions et de Burke, Méluche se la joue Iglesias junior, il vient de lancer sa chaîne YouTube, « Pas vu à la télé » le nom bien niais de la chaîne mal née. Invitée pour la première ? vous êtes servis: la grande Zoé…

      1. Bon. Il commence à y en a avoir marre du « Mélenchon-bashing » systématiquement pratiqué sur ce blog.

        (Voir le billet récent « La gauche se réveille … en ordre très dispersé ! », qui pourrait plus justement s’appeler « Jorion m’a tuer ».)

        Voila des années que je suis les deux blogs, et, je regrette de le dire, beaucoup des idées qui ont été exprimées ici de manière plus ou moins ampoulée l’ont été, de manière beaucoup plus simple et directe, sur le blog de Mélenchon. Et son travail pédagogique sur ce qui se passe réellement à Bruxelles est remarquable.

        Au moins ce dernier ne fait-il fait pas l’économie d’une réflexion sur le nécessaire rapport de force, seul à même de faire bouger les choses. Sans ce rapport de force, on est dans la branlette intellectuelle: c’est bon, mais sans conséquences. Paul en faisait l’aveu désabusé cet automne encore, si j’ai bonne mémoire.

        Je ne vois pas un Piketty, quelles que soient ses qualités par ailleurs, capable de s’engager seul dans cette confrontation.

        Et je rêve d’un mouvement qui rassemblerait de Jorion à Mélenchon, en passant par Piketty, Lordon, Sapir et Varoufakis.

        Ce qui fait la force de nos adversaires, c’est qu’ils sont capables de s’entendre sur des buts stratégiques.

        Eux.

      2. @ Didier :
        « Ce qui fait la force de nos adversaires, c’est qu’ils sont capables de s’entendre sur des buts stratégiques. » : ce qui la force de ‘nos adversaires’, c’est qu’ils peuvent s’appuyer sur un internationalisme en écho à un monde globalisé.
        Cela donne toute de suite, comment dire, plus de crédibilité à la chose.
        Ce qui fait que ‘notre faiblesse’ réside là :
        « Et je rêve d’un mouvement qui rassemblerait de Jorion à Mélenchon, en passant par Piketty, Lordon, Sapir et Varoufakis. »
        A un Mélenchon de 2012 et ante, on en est venu à un Mélenchon glissant vers le souverainisme national, de moins en moins international, sans même parler du cas Sapir, qui lui, appelle carrément au nationalisme souverain : quels points communs avec des Jorion, Piketty, Varoufakis et même Lordon ?
        Va bien falloir à un moment donné trancher sur cette question : alors, la révolution, elle sera patriote (nationale) ou elle sera internationale (européenne) ?

      3. Vous me faites rigoler à faire constamment dès que les commentaires sont ouverts de la pub pro et de pub anti Mélenchon.
        @zebu : Alors révolution, si vous y croyez, internationale (européenne) avec la proposition de gouvernement d’union nationale de Raffarin (avec sur cette question tous les deloristes de droite et de gauche) ou patriote (nationale) et gouvernement de salut public avec Chevènement ( et sur cette question tous les gaullistes de droite et de gauche)?
        ( Je crois que j’ai dit un gros mot).
        Vous avez raison c’est une question essentielle et il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt.
        @Didier Cherchez donc quelqu’un qui serait capable de s’entendre sur des buts stratégiques.

  5. Je ne puis qu’être d’accord, mais je crois que V. aligne pas mal de lieux communs (à la gauche). En particulier, la démocratie n’est pas une panacée (certainement pas contre le soliton):
    Un référendum gagné contre l’austérité ne crée aucune richesse à distribuer (voir le cas grec).
    Le projet de constitution européenne améliorait le caractère démocratique de l’UE (élection du président au suffrage universel etc..) mais fut démocratiquement rejeté par les peuples français et hollandais.
    Si l’UE fonctionne de cette façon, c’est VOULU par le chauvinisme des chefs d’état et de gouvernement démocratiquement élus trop heureux de s’en servir comme épouvantail et bouc émissaire (cestpasmoicestbruxelles).
    La démocratie, c’est aussi respecter la volonté de la majorité des peuples, y compris quand cette volonté ne plaît pas, par exemple en matière d’immigration.
    Ceci dit, la gauche, doit effectivement commencer par se rassembler au niveau européen, oublier les grands hommes et s’atteler à un programme européen clair et réaliste.

  6. Le blog de Ludovic Lamant, correspondant à Bruxelles de Mediapart (blog accessible même non abonné) résume en français le manifeste e détaille les propositions concrètes listées ci dessous:
    • Immédiatement : la transparence totale sur les prises de décision
    • D’ici 12 mois : répondre à la crise économique en cours à l’aide des institutions actuelles et dans le cadre des traités en vigueur
    • D’ici deux ans : une assemblée constituante
    • D’ici 2025 : l’entrée en vigueur des décisions adoptées par l’Assemblée constituante

    https://www.mediapart.fr/journal/international/030216/l-europe-que-dessine-yanis-varoufakis

    1. ce n’est pas accessible pour les non abonnés. Et puis comme il le dit, c’est à gros traits. De ce que je peux lire, soit pas grand chose, on perd toute la substance du texte : /

  7. Je suis tout à fait d’accord pour choisir une personne hors « famille ». Un syndicat interprofessionnel choisit (élit), au niveau national, de préférence un militant hors filière professionnelle dont il aura la charge. Ce regard décentré est généralement positif. Je dis, généralement, car la difficulté est de faire accepter cette personne des salariés de la filière. Sinon, en matière de négociation, de stratégie et de propositions de solutions, c’est toujours bien meilleur.

  8. Souvent je viens sur ce blog pour m’informer. Et j’ai le sentiment que s’informer n’est plus possible ailleurs.

    Je ne crois plus que les journaux de mon pays informent. Ils sont la propriété des puissances d’affaires. La radio que j’écoutais de préférence, France culture, je viens enfin d’admettre qu’elle a laissé tomber le public qui était le sien.

    S’informer d’un point de vue décalé supposerait que je maîtrise une autre langue, l’anglais bien sûr, et ce n’est pas le cas. J’avoue écouter avec beaucoup d’attention tout ce que dit Paul Jorion et partager beaucoup d’idées avec tous ceux qui gravitent autour de ce blog. Et puis parfois, j’ai le désagréable sentiment, ce faisant, de prêter une oreille trop attentive à une secte. Ou peut-être un rassemblement de rêveurs. Ou peut-être une avant-garde. Dans mon for intérieur, je n’ai pas décidé. Je ne veux pourtant pas discréditer ce blog : secte, rêveurs et avant-garde pourraient être pris en mauvaise part. Je dis simplement que j’ai ce sentiment à certains moments.

    Je sens le besoin d’explications du monde, que je trouve en partie sur ce blog. J’ai aussi l’impression de plus en plus inquiétante que des nuages lourds s’accumulent, sinon sur l’humanité, du moins sur l’Europe. Les mêmes nuages lourds qui ont précédé, sur le plan économique, sur le plan de l’évolution des opinions publiques, la seconde guerre mondiale. Non que je pense nécessairement à une nouvelle catastrophe militaire.

    Immanquablement, si je ressasse trop, me viennent des séquences entières du film de Haneke où l’on voit tous ces petits groupes de gens errer dans les campagnes ou qui attendent un train dans l’espoir d’aller ailleurs. Et puis je me dis : « On verra » et je pense à autre chose.

    1. Je vois les choses comme vous Daniel.

      Bien sur qu’une Europe démocratique serait idéale, mais c’est ajouter encore un cran de complexité au problème.

      Il est déjà extrêmement difficile de ramener la démocratie dans 1 seul pays, alors au niveau de l’Europe…

      Et rester dans cette Europe c’est assister impuissant à l’enfoncement de nos sociétés dans la ruine, dans toutes les dimensions, économique, sociale, et écologique.

      D’un autre côté, je ne sais pas d’où en sont les Allemands vis à vis du « sauveur » qui remplacera Merkel. En tous cas ce ne sera pas Varoufakis.

      Trouver 1 sauveur, ce n’est déjà pas évident, mais alors 2… puis 3, … et 28…

      Il me semble que sortir de ce bourbier, et recréer une Autre zone économique comprenant les pays (européens ou non d’ailleurs) qui parviennent à s’en libérer serait plus rationnel, pour à terme former un nouveau Monde.

      Car en attendant, cette Europe fait des ravages irrattrapables.
      Au risque de me répéter, une industrie qui disparait, ce sont des décennies de capitalisation de savoirs qui partent en fumée.

    2. Mais ceux qui ont fait la révolution française n’étaient qu’une secte de rêveurs avant-gardistes.

      P.S. : le ministre des affaires étrangères britannique n’est qu’un crétin crypto-fasciste. Go Julian!

      1. Les révolutions du 18èm se sont faites pays par pays, (et non d’un coup), pays qui ensuite ont échangés ce qui était issu de leurs « propriétés privées », pour tenter ce catastrophique assemblage européen.

      2.  » Go Julian!  »
        qui amène @vigneron à cette question:  » Ben où ?
        reprenant Julian lui-même qui aimerait revoir ses proches actuellement en France, mais forcément ailleurs qu’en France… (Se souvenir de l’avion de Morales).

        Un élément de réponse est: quelque part sur Internet ou dans un « nuage » (traduction approximative !)
        Le porte-parole de Julian disait hier matin qu’une grande partie du pouvoir résidait désormais dans le savoir. Or, continuait-il, les secrets d’État se sont énormément accrus depuis les années 01, alors que dans le même temps, tout est fait pour que les données privées de tous soient rendues **volontairement** accessibles aux puissants/sachants.
        Ainsi, là aussi, se creuse un énorme fossé entre ceux qui captent l’information, le savoir, à leur profit, et ceux qui se rendent transparents, perdant ainsi tout pouvoir de se prendre en main.

      3. Qui a refusé les auditions de Assange par les juges suédois, acceptées par les deux parties, dans l’ambassade Équatorienne ? Les autorités équatoriennes qui ont refusé que les auditions se fassent sans la présence de représentants équatoriens. Et l’affaire Hacking Team a pas vraiment fait monter la cote de confiance de Corréa envers Assange…

    3. Bonsoir Daniel
       » Et puis parfois, j’ai le désagréable sentiment, ce faisant, de prêter une oreille trop attentive à … « 

      Faut se méfier de sa première impression… ce peut-être la bonne…
      mais pas toujours 😉
      Je peux vous dire, que malgré tout, ce blog laisse une grande porte ouverte à beaucoup.
      On peut aussi voir des habitués qui insistent pour tenter de faire passer leurs vues voire leurs solutions…
      Mais après tout, cette fermentation n’est-elle pas la suite logique d’un enfermement sous pression ?
      Les « rêveurs » sont des témoins, déclarant qu’ils aspirent à autre chose. Les « sectaires » eux, sont souvent attachés à des valeurs qui ont fait leurs preuves et se trouvent ringardisés.
      Quant à « l’avant-garde », je dirais « méfiance », ce sont souvent ceux qui tiennent à garder leur place, hostile au turn-over !

      Encore n’avez-vous pas évoqué une frange de mal-vus, mais qui restent bienvenus ici sur ce blog, dès lors qu’ils parviennent à user d’un minimum de diplomatie, de savoir-vivre et/ou d’humour !

      Venez donc plus souvent avec vos propres réflexions: c’est cela la vie !

    4. Et puis je me dis : « On verra ».

      C’est tout vu: changez de film. « La grande illusion » du grand Renoir: autre style.
      Le rêveur décidé remercie un contempleur dubitatif…

    5. « Il advient au poète d’échouer au cours de ses recherches sur un rivage où il n’était attendu que beaucoup plus tard, après son anéantissement. Insensible à l’hostilité de son entourage arriéré le poète s’organise, abat sa vigueur, morcelle le terme, agrafe les sommets des ailes. »
      René Char

      La poésie en action abat les vieilles lunes.

    6. « Souvent je viens sur ce blog pour m’informer. Et j’ai le sentiment que s’informer n’est plus possible ailleurs. »
      Idem!
      J’ai aussi souvent le sentiment qu’il est vain de consacrer du temps à comprendre pourquoi ce monde est ainsi, l’histoire est écrite par les vainqueurs, et l’homme est tellement vaniteux, ne serait-ce que pour un match de foot! Accepter le monde tel qu’il est, et à partir de là pourquoi ne pas tenter de l’améliorer, pourquoi pas? C’est en effet un choix judicieux de s’y atteler dès à présent. Mais il faut du temps pour prendre mesure de l’ampleur du phénomène et digérer l’information, sans tourner le regard vers quelques distractions oiseuses et agréables. Combien de temps hebdomadaire un citoyen devrait-il consacrer à l’information? La chute du PC et de l’église a laissé l’individu sans maître à penser, la télé a comblé un vide sans vraiment le combler, il y a un grand besoin d’engagement citoyen!

      1. « il y a un grand besoin d’engagement citoyen! »

        ET oui, rafraîchissant et libérateur la « chute » des idoles, finalement il n’y a que quand il n’y en a plus que certains et taines enfin « osent » l’émancipation, intéressant…

        « la télé a comblé un vide sans vraiment le combler,  »
        faudrait savoir quand m^me….

        « et digérer l’information, sans tourner le regard vers quelques distractions oiseuses et agréables »
        mais non, mais non, la chair est faible, mais l’esprit est ardent…

      2. « La chute du PC et de l’église »…et du salariat: la finance mondialisée après le capitalisme patriarcal a fait du prolétaire une monade isolée (Michéa), il ne s’agit pas de le déplorer mais d’envisager l’avenir sous un jour meilleur.

      3. La chute du PC et de l’église a laissé l’individu sans maître à penser,

        Ben si : Steve Jobs.
        Menfin, au moins pour le PC.

      4. « ET oui, rafraîchissant et libérateur la « chute » des idoles, finalement il n’y a que quand il n’y en a plus que certains et taines enfin « osent » l’émancipation, intéressant… »
        Paul Jorion disait que nous pouvions accepter une servitude volontaire tant que ça payait un peu, lorsque ça ne paye plus on redistribue les cartes.

      5. Souvent enrichis à l’ombre de sa faveur des dépouilles d’autrui ils l’ont à la fin enrichi de leurs propres dépouilles.
        La Boetie

  9. Cher M. Jorion. Pourrais-je faire une suggestion au sujet de l’organisation des primaires à gauche…?

    Je recopie ce que j’ai laissé en commentaire au billet de Cédric Mas:

    « Est-il possible d’envisager de « réconcilier » le « qui et quoi » dans cette indispensable primaire à gauche et ses débats publics devant éviter le piège de la « personnification », de la « personnalisation » du pouvoir d’influence des candidatures, et des lignes… en organisant les prochaines réunions incluant la numérisation (skype, etc) de leur retransmission et mode participatif en direct… ?

    N’est-ce pas au travers d’une « décentralisation » numérisée du symbole incarnant le lieu de cette réunion, Paris en étant un fort prégnant par ailleurs rassemblant tous les pouvoirs et contre pouvoirs de la société politique et civile, et du symbole des « personnalités » ayant le privilège de s’y rendre sans difficulté (de « l’élite »), que pourrait être donné plus d’égalité (et plus encore) aux citoyens-nes lambda de tout le territoire national (Dom-Tom, etc compris) afin de se faire autant entendre en participant, qu’il pourrait émerger d’autres « têtes » et dynamiques possibles (y compris du ps, fdg, eelv, etc)… ?

    Même si le risque est grand (et les moyens pour son organisation : incertains à ma connaissance) que soit parasitée cette initiative numérisée (à sécuriser bien sur, tout en évitant d’être dépendant du propriétaire privé de l’outil numérique, des fournisseurs d’accès, etc) initiative numérisée d’un mode nouveau de débats publics à mettre en œuvre pour ces primaires, devant fixer à la fois cap et incarnation de celui ci, n’est-ce pas ainsi que pourrait être retrouvée une dynamique réconciliant ce « quoi » que l’abstention – et au delà – demande (par exemple : gens modestes précaires, jeunes, etc, et pauvres, chômeurs-euses des milieux ruraux – sans distinctions aucunes de cultes, cultures, etc – « supposer voter fhaine, mais aucunement représentés-es en fait), avec ce « qui » que « l’élite »(partis et représentants-es du haut des la société civile, des instituons, etc) propose… ?

    Ne serait-ce pas aussi un moyen de « révolutionner » le débat public et politique en le faisant sortir du cadre des « médias de masse mainsteram », et rendant ce cadre autant inopérant, que dépendant de « notre » bon vouloir, connaissant le pouvoir de nuisance certain de cet outil officiel et réducteur de ceux ci débats, induisant toujours au final et systématiquement une réflexion sur la seule pensée unique de la TINA… ? »

    Qu’en pensez vous donc…?

    1. La question ne m’est pas destinée…
      Mais j’ai une réponse:
      Avez-vous la tentation de doubler Pierre Sarton du Jonchay sur sa gauche ? Je sais, c’est difficile, mais qui ne tente rien n’a rien. Encore un effort et vous réussirez. Courage, le but est proche.

      1. Il dit simplement que votre prose est indigeste.
        PSDJ est dans le même style mais beaucoup plus « scientifique » et un rien plus compréhensible (faut suivre simplement, mais moi le plombier, j’suis largué)
        Relisez votre dernière phrase (j’ai pas compté les mots, je laisse cela à vigneron)
        «  »connaissant le pouvoir de nuisance certain de cet outil officiel et réducteur de ceux ci débats, etc..) » »
        Je ne vous connais pas, mais cela veut simplement dire que si vous voulez être crédible il faut remettre votre prose en question et je suis certain que vous avez l’honnête intention d’écrire quelque chose d’intéressant.
        Faites dans le simple et basic.

      2. @ Michel Lambotte: nickel-chrome. Mieux que ce j’aurais pu bafouillé.

        @ Juillot: votre  » Mais de quoi parlez vous…? » prouve que vous pouvez.
        Une phrase comporte un sujet, un verbe et un adjectif. Le modéle reste: « le ciel est bleu ». Ne vous lancez dans plus subtil qu’après une maitrise complète de la forme ternaire et toujours avec la plus extrême prudence. A mon avis, et vu vos antécédents, il vous faudra au moins 2 ans. (Je dis deux années de cantonnement au modèle.)
        Ne me remerciez pas; un, c’est gratuit et, deux, c’est mon prof. agrégé de Français qui mériterait vos remerciements. On l’appelait « Pépé Jupette » avec tendresse ( origine complétement inconnue, passée en consigne aux nouveaux d’année en année.) En 1972, il était déja en fin de carrière.

      3. Agrégé de lettres classiques ? En fin de carrière déjà en 72 ? Pépé Juppette ? Mais c’est Alain, not futur moins pire Roi pour cinq exercices budgétaires !

    2. Il me faut a mon sens faire un gros effort de bâtisseur, comme l’ont fait les bâtisseurs de cathédrale il fut un temps, pour construire une application web d’intelligence collaborative politique.

      L’application web de co-décision en ligne la plus en vogue est democracyOS qui manque de bol.. est un produit américain mais repris en france par http://democracyos.eu/

      synthese
      http://www.leblogdelamenagere.info/tag/DemocracyOS%20France

      Il y eu une première réunion en juin dernier qui commence a réunir des institutionnels dont opengov sous mission Etalab.; services du premier ministre.. hum.. et ils ont pas brillés dans le genre les services du 1er ministre..
      http://www.meetup.com/fr-FR/Open-Source-Politics/events/past/
      http://www.opensourcepolitics.eu/

      Et en meme temps quasi fondation de OPENLAW
      http://www.meetup.com/fr-FR/Legal-Innovation-Paris/events/220006280/?eventId=220006280

      Globalement, ça fourmille, tous ces sites sont bâtis sur le meme principe et aucun n’arrive à organiser le flot des contributions.. ce qui les rend inutilisables en pratique, de manière efficace!

      C’est à mon sens le goulot d’étranglement et il y a des solutions.
      Et une fois ce problème technique règle.. il faudra à mon sens en passer par le papier :: co-diffuser régulièrement comme une agence de presse des résultats sur tels ou tels points, des mises à jour.. etc.. afin justement, comme vous le pointer du doigt, toucher le vrai monde au de la des geeks. Il faut revenir a une association forte WEB + JOURNAUX (avec un X)

      C’est en ce sens que j’ai préparé le projet voxeuropa.com = un site plus une agence de presse + (le reve!) des groupes actifs & des individus contributeurs « pointus » formés à l’usage d’un outil structurant, afin de produire une information « vivante « (au sens de avec laquelle il va être possible d’interagir plus facilement pour les utilisateurs) de qualité. Par exemple avec des niveaux d’information différents pour permettre de vulgariser des concepts.
      Hugh!

      1. Merci Roberto Man de m’informer sur ce que je découvre donc faisable mais problématique… J’ignorais jusqu’à votre intervention ces incitatives qui me paraissent logiques, dans « l’air du temps » quoi. « Air du temps » qui ayant anticipé le potentiel et pouvoir d’influence nuisible pour les institutionnels, politiciens-nes en exercices, le capitalisme financier, etc… de celles ci… les ont réduite au point d’en avoir restreint sa définition derrière « …favoriser la participation de tous à la fabrique de décisions politiques, à l’heure où internet a changé presque tous les aspects de notre vie quotidienne… sauf le fonctionnement de nos démocraties. sauf le fonctionnement de nos démocraties » lu sur « DemocracyOS »…

        Votre projet semble prometteur alors et vous encourage vivement… A condition qu’il puisse se concrétiser… Chose qui est moins sur par ailleurs tant la « concurrence » à la loyauté à géométrie variable, derrière une « demande » de démocratisation ambitieuse, a su verrouiller et contaminer « l’offre ».

      2. «  »Globalement, ça fourmille, tous ces sites sont bâtis sur le meme principe et aucun n’arrive à organiser le flot des contributions.. » »
        Je mets au défi quiconque de pouvoir organiser un flot d’écume.
        Poutant, si elle existe, l’écume est quelque part utile!

      3. Poutant, si elle existe, l’écume est quelque part utile.

        Celle aux commissures des lèvres de Mélenchon ?
        Sinon y’a les fabricants d’écumoire.
        Et les minots qu’ont l’droit de tremper les doigts dans l’écume refroidie d’la confiture.

      1. Ia alléluia…Ia est la raison sans l’écho, ça raisonne sans résonner…ça matrixe, Gudule, pilule bleu ou rouge pour raison garder ou rendre l’âme? Ia aie aie aie…

    3. « au moins pour le PC »

      non mais sans blague, me « voler » Burke et après emprunter mon portable, take me to the river….
      tout doux l’ami…

      1. « alléluia »

        Tout porte à croire qu’il existe un point de l’esprit d’où la vie et la mort, le réel et l’imaginaire, le passé et l’avenir,le haut et le bas, le communicable et l’incommunicable cesseront d’être perçus contradictoirement.
        Manifeste du surréalisme (1924)
        André Breton

  10. Il faudrait passer le mot à V.F. que la transparence des institutions par la fourniture des documents, c’est bien.
    La traduction, et leurs sous titrage obligatoire, c’est mieux encore.

    1. « Et les minots qu’ont l’droit de tremper les doigts dans l’écume refroidie d’la confiture. »

      Que les minots, portnawak l’ami; trop bon de tremper les patounes dans la confiture, ben alors ?…y en marre des zaaaaadultes…..

    2. « Tss tss, pas manifeste surréaliste mais conservateur, Burke pas Breton. »

      Nan nan nan….Breton est un vrai Breton surréaliste et Burke un vrai conservateur libéral

      Voui vigneron, tu as raison vigneron, tout à fait vigneron….
      E .Burke : traité sur l’Esthétique, pas lu, ou j’te cherche les poux…itou…

  11. Enthousiasmant, oui! Ça sent le printemps! Ce qui me plait dans cette idée, c’est : « Ne quittons pas l’Europe: reprenons-là! ». Un nouveau front populaire contre les fronts populistes. Mais sa mise en œuvre demandera un grand mouvement de fond à l’échelle de l’Europe entière, pas seulement en France, en Grèce ou en Espagne. Qu’y a-t-il comme partis partants au nord et à l’est? (je les connais mal de ces côtés là, hormis Die Linke …).

    1. Hélas, diviser pour régner en opposant le nord et le sud a plutôt bien fonctionné et fait pas mal de dégas.

      Varoufakis s’est adressé aujourd’hui aux lecteurs du Guardian, lequel bien qu’opposé au brexit éprouve quelques difficultés à faire miroiter à ses lecteurs l’avenir brillant que leur assurera le maintient de leur pays dans l’UE telle qu’elle est (il va jusqu’à vanter les concessions obtenues par David Cameron.)
      Il me semble que les anglais n’ont ni envie de quitter tout à fait l’Europe ni envie d’en faire réellement partie, je doute que Varoufakis et DIeM25 change grand-chose au résultat du référendum. Très peu de commentaires réellement favorables, le scepticisme dominant largement chez ceux qui ne sont pas hostiles, du genre: « A socialist reforming the EU is like a protestant trying to reform the catholic church. You’ll find you are still ruled by Rome, whatever you do. »

      http://www.theguardian.com/commentisfree/2016/feb/05/eu-no-longer-serves-people-europe-diem25

      1. :-/ Ce ne sera certainement pas facile, mais une solution possible serait de proposer une entente autour d’un programme d’actions concrètes plutôt qu’autour d’une couleur politique (tout en traçant des contours bien clairs).

        Le jeu de la GB, que ce soit par stratégie ou banal électoralisme, ressemble plutôt à du chantage : « faites ce qu’on demande, ou on quitte l’Europe! » Ils ont apparemment des moyens de le faire, que la Grèce n’a pas. Leur gauche a pourtant bien élu Corbyn à la tête du parti.

        Et la politique menée jusqu’ici par l’UE s’est avérée socialement, économiquement et politiquement si catastrophique que la première réaction des gens est évidemment la fuite ou l’envie de destruction. Compréhensible mais aveugle, et nuisible pour tous à long terme. Or ici, Varoufakis propose mieux : on nous a vendu un rêve, des crapules l’ont volé pour en faire un cauchemar, retournons à la source et reprenons le rêve pour le réaliser enfin. Nous-même, mais ensemble, sans quoi notre rêve latino-hellène pourrait devenir le cauchemar des germano-slaves.

      2. Il suffit de lire les discours de ce pauvre Corbyn, parfait représentant de la tradition eurosceptique british originelle, tradition d’abord de gauche (le young Corbyn vota pour la sortie de la CE avec Tony Benn en 75 lors du 1er brexit-référendum) et icône tout à la fois de l’antiblairisme et de l’anticameronisme, pour saisir les difficultés qu’il aura à entraîner les électeurs du Labour et donc les lecteurs du Guardian dans un vote anti Brexit. Dans ce cadre l’aide de Varouf par les perspectives qu’il offre à la gauche du Labour prend tout son sens, même si les trolls eurosceptiques du Guardian, par essence surreprésentés, mettent tout leur poids dans les forums pour maintenir la part de marché des pro-brexit.

      3. To reform the EU we need a Henry the 8th.

        Je prends des options sur des billets pour assister live au raccourcissement de Nigel « Anne Boleyn » Farage. Qui n’en veut ?

      4. « Le jeu de la GB, que ce soit par stratégie ou banal électoralisme, ressemble plutôt à du chantage : « faites ce qu’on demande, ou on quitte l’Europe! » » (Agnès)

        Quand ils parlent de l’UE ils sont souvent amenés à préciser UK included. Le plus probable est qu’ils restent là où ils sont, juste au bord, à moins que le débat ne se centre sur un autre sujet (NHS, logement, il y en a plein d’autres et des sérieux.)

        Je n’arrive pas à imaginer qu’ils se sentent concernés par la proposition de Varoufakis, même ceux qui voient clairement qui pilote actuellement à Bruxelles (et à Londre, d’ailleurs…)

      5. « Quand ils parlent de l’UE ils sont souvent amenés à préciser UK included. »

        So british…….

        Pourquoi Londres réclame des garanties face à la zone euro
        « Enjeu pour Londres
        L’affaire est particulièrement importante pour Londres, puisque les prochaines étapes d’intégration des pays ayant adopté la monnaie unique (les secteurs bancaire et de marché des capitaux notamment) sont cruciales pour la City, première place financière du continent. Le gouvernement britannique veut donc éviter à tout prix que les Dix-huit de la zone euro votent toujours d’une même voix et minorent les autres dès lors qu’on touchera aux services financiers. « Au fur et à mesure que la zone euro s’étend, le système de vote à la majorité qualifiée pourrait en théorie permettre aux pays qui ont adopté la monnaie unique de prendre des mesures sans tenir contre de l’avis contraire des autres, explique Fabian Zuleeg, du European Policy Centre. Cette crainte britannique est exagérée, car l’Union avance par consensus, mais elle est réelle. »
        http://www.lesechos.fr/monde/europe/021667630615-pourquoi-londres-reclame-des-garanties-face-a-la-zone-euro-1197110.php

      6. Mouais, c’est plus c’que c’était la City. Je suis pas sûr que le brexit effraie plus à terme les barons d’la City que les robots, l’uberisation de la finance et la chute des marges.

    2. Un grand front populaire (proletaire ?) contre un grand front nationnaliste ( c’est ce que semble signifier populiste en ce moment…)
      on prends les memes et on recommence ?
      depuis quelques temps je vois une certaine pensée agressive qui se répand sur divers sites, des frustrations qui tournent sur elles memes à la recherche d’ennemis , de boucs emissaires…
      Il semble que incapable de se distancier des leçons d’histoire du passé , beaucoups croient que ce passé ne peut que se reproduire.
      et à chacun des camps en formation de s’intituler  » resistant » et de traiter l’autre de  » collabos », conjurant ses angoisses par des simulacres de pensée strategiques.
      Effectivement , d’  » extréme gauche » ou d’ « extreme droite » ils sonts biens capables de nous refoutre dans la meme merde que par le passé, s’alimentants les uns les autres dans leurs dynamique guerriere…
      Bon, en meme temps ce continent est un pays de vieux, qui n’a semble t-il pas l’envie ni de faire la guerre, ni de faire la revolution.
      Alors que reste t-il ?
      l’exploitation de la jeunesse ,
      le luna park politique,
      l’appel à l’emotionnel pour ne pas parler vraiment des problemes,
      le camps du bien contre le camps du mal… et hardis petits ! à vos masques ! préts ! partez !

      1. C’est justement ce genre d’ambiance que Paul Jorion & Co essayent d’éviter sur ce blog. C’est pourquoi ce blog est précieux. On n’y vient pas pour y lancer un camp du bien contre un camp du mal, mais pour y trouver des débats entre points de vue parfois divergents, parfois hostiles, mais pas toujours systématiquement irréconciliables.

        Quant à la guerre et à la révolution, elles deviennent parfois inévitables, mais leur prix en vies humaines interdit de les envisager à la légère.

      2. A Agnes
        vous semblez freiner sur votre ardeur guerriere du depart…
        tant mieux…je ne pense pas que l’on puisse rationnaliser revolution et guerre… je les percois plutot comme un maelstrom…et peut etre voyez vous juste si vous pensez que les tensions actuelles peuvent se circonscrire à un simple affrontement institutionnel.
        Je nous le souhaites, à nous et à nos enfants.
        Cependant, la conjonction entre immigration,chomage,terrorisme et » geostrategie » me semble propre à reveiller tout les extremismes.
        Que ces maux affectent la categorie non eduquée de nos sociétés vieillissantes ne me semble pas constituer un frein suffisant à un embrasement.
        J’espere que je me trompe.

  12. j’aurais parler de détermination flamboyante !

    Ceci dit, pour en revenir au manifeste de Y.VF., amha, il ne parle pas assez de l’éducation et de la promotion du savoir.

  13. Ah c’est très enthousiasmant !
    Cela faisait longtemps…
    Une idée à suggérer à Monsieur Varoufakis.
    Il existe divers mouvements contre le TTIP ou TAFTA, et notamment en Allemagne où il y a eu déjà des manifestations.
    Monsieur Varoufakis pourrait les fédérer, à travers toute l’Europe, avec d’autres mouvements citoyens qui sont inquiets de la dérive actuelle.

    Ce serait un bon début…

  14. The European Community was, in its early incarnation, a magnificent undertaking. Its construction allowed for the revitalisation of national cultures in the spirit of European cosmopolitanism, disappearing borders, common institutions and shared prosperity. Despite different languages and diverse cultures, Europe began to pull together, in peace and ostensible harmony. Alas, the serpent’s egg was hatching inside the foundations of the emergent union.

    Voici le rêve éveillé dans toute sa beauté, sa candeur, son aveuglement.

    Ce discours, a été « vendu » aux Européens, sans doute aucun, mais force est de constater que ce n’était qu’un emballage cadeau et que la réalité d’aujourd’hui comme celle d’hier, depuis le cartel de l’industrie lourde jusque la dépolitisation et la confiscation de la démocratie aujourd’hui est un démenti sans appel. Varoufakis décrit bien cette réalité, comment peut-il nous resservir en introduction cette « grosse » propagande ?

    « Un marché véritablement unique, véritablement équitables, nécessite un cadre juridique unique, industrie identique, les normes de protection du travail et de l’environnement et les tribunaux qui les mettra en application avec la même détermination tout au long de la seule compétence. Mais alors il faut un Parlement commun qui écrit les lois à mettre en œuvre le marché unique ainsi qu’un dirigeant qui applique les décisions des tribunaux »

    Toutes suggestions formellement interdites, expressément interdites par traité, non ?
    Je dirai même que c’est l’essence même des traités européens que cette interdiction de l’harmonisation fiscale, salariale etc. C’est le moyen par lequel est organisé la compétition de tous contre tous, de l’individu aux Etats, la (fumeuse) fameuse concurrence non faussée.

    La remise en cause de ces fondamentaux, remise en cause nécessaire mais pas suffisante, fera voler en éclat l’ U€, il n’y a aucune illusion à se faire sur un processus de déconstruction.
    Quelque soit la voie suivie, (Varoufakis est pour une troisième voie) le résultat à court terme devra être cette déconstruction.
    La notion de transparence est un concept creux, a-politique. Nous n’avons pas besoin de transparence mais bien de confrontation. Et pour organiser la confrontation il nous faut de la démocratie.
    Alors, oui, une Constituante.
    Mettez cette proposition dans le programme du candidat de votre choix, pour 2017 en France.
    Une constituante, ici et maintenant et pas demain ou aux calendes grecques …

    1. Une constituante, ici et maintenant et pas demain ou aux calendes grecques …

      Sauf que s’il suffisait qu’un million ou dix millions de zigues claquent des doigts – i.e signent une pétition ou l’imposent dans un programme électoral national – pour que se forme une assemblée constituante européenne, y’en aurait une tous les six mois, sans compter, du reste. que si l’on avait dû les attendre, les zigues déconstructeurs et signataires, pour démarrer l’UE, ben on attendrait encore.
      Alors faudra attendre, c’est loin d’être mûr..

      1. « Mettez cette proposition dans le programme du candidat de votre choix, pour 2017 en France. »
        Je suis plus modeste, plus réaliste, 2017 c’est demain, en France ici et maintenant.

        Ce n’est pas en U€ effectivement que l’on nous proposera une Constituante. Feu le traité constitutionnel, ressuscité en Traité de Lisbonne, à la virgule près, est un cadre législatif qui grave dans le marbre une politique économique, rien à voir avec une Constitution !

      2. Feu le traité constitutionnel, ressuscité en Traité de Lisbonne, à la virgule près

        S’il en était besoin, preuve est faite que vous n’avez ni compté les virgules, ni lu les trucs, bidules, machins, p’tits bichites qui sont entre les virgules, et ce ni dans l’un ni dans l’autre, ni dans les versions révisées intermédiaires, ni dans les suivantes et actuelles.

    2. « Despite différent languages and diverse cultures… »
      Et bien non, ce doux rêve a fait florès.
      C’est curieux, vous ne trouvez pas, que le blog de Paul Jorion qui constate encore sur cette vidéo que les différents langages sont un problème en Europe, que ce blog qui offrait parfois une version anglaise n’aie pas envisagé de le proposer dans la langue européenne la plus parlée: l’allemand?

      1. @ vigneron Merci de relever que l’allemand est la langue européenne la plus parlée.
        Ça vous gratouille ou ça vous chatouille?

      2. Mais tu l’es donc bien autant que t’en as l’air ou quoi ? La langue la plus parlée n’est en aucun cas la langue maternelle la plus parlée mais, devine quoi ? bin ouais la langue la plus parlée, soit la langue maternelle plus autres langues. Toi comprendre the French ou moi devoir speak English pour que you understand ?

  15. Un jour c’est Piketty le sauveur, un autre jour c’est Nicolas Hulot, ou encore Varoufakis…Qui d’autre demain ?
    Dans l’émission du Téléphone sonne sur l’Europe (du 3 fév), j’entendais dire qu’il est très difficile de décider à 28, aussi ai-je posé la question; et comment décide-t-on à 500 millions ?
    J’attends toujours la réponse.

    1. On s’est bien gardé la semaine dernière dans les médias, je ne dirais pas de fêter l’anniversaire (on fête pas les désastres), mais seulement de faire réémerger de l’oubli, au moins d’évoquer le compromis de Luxembourg qui eut lieu les 28/29 janvier 1966, y’a cinquante ans.
      La France a réussi ce jour là à mettre les deux pieds sur la pédale de frein du taxi communautaire et une main sur le frein à main. Depuis on se traîne, pardine.

    2. a 28 on se tel et on deal…
      a 10.000 on enfile des commentaires sur un blog…
      a 100.000 c’est le foutoir..
      a 1..puis 500 Millions.. puis 1 milliard..
      On utilise de nouvelles applications d’intelligence collective
      et on descend dans la rue.. et on fini par se retrouver dans le quartier : c’est un peu comme cela que les choses ont semble t il évoluer en Espagne.

      perso, je réservait un travail de 20 ans sur le thème a une bonne occasion.. et j’ai le site voxeuropa.com paré a etre lancé… une application.. d’intelligence collective of course… Hugh!

  16. Bonsoir Paul,

    Excellentes initiatives ces derniers temps même s’il est vrai que je suis un peu dubitatif sur Piketty, mais comme vous l’avez dit, « on doit quand même faire des choses ensemble ». Une question importante demeure toutefois : comment toucher la personne mal éduquée, « téèfeunisée », pour qui il est facile de croire que c’est l’immigré qui est la cause de ses problèmes ? C’est une question centrale pour que les choses changent vraiment.

  17. Autre point important (même s’il est un peu loin du sujet du jour) sur lequel j’aimerais avoir l’avis du blog : aujourd’hui, le Baltic Dry Index a touché son plus bas historique en passant à 298 points de base :

    http://www.bloomberg.com/quote/BDIY:IND

    Avant 2008, il était à un plus haut de 12 000. Comment interprétez-vous cette donnée ?

  18. Bonsoir monsieur Jorion,

    Je vous ai découvert sur twitter, et, depuis, je suis vos propos avec beaucoup d’intérêt.
    J’ai assisté à une de vos conférences.
    Enfin, je lis en ce moment « Penser tout haut l’économie avec Keynes » avant de poursuivre avec « le prix », sorti en « poche », avez vous dit.
    Mais, là, quand vous parlez de Piketty ou Varoufakis, je ne vous suis plus!
    En effet, je ne crois plus à l’Europe ( néo libérale ou ordo libérale) et à ses traités qui nous paralysent, et je pense qu’il faut en sortir.
    Quand Patrick Artus dit que « le modèle de l’Euro n’est pas viable », j’aurais tendance à penser comme lui.
    Or, sauf erreur, vous avez dit, lors d’un de vos rendez vous du vendredi, que la sortie de l’euro n’était pas le problème, ce qui m’a laissé perplexe.
    Pourriez vous développer ce point lors d’un prochain rendez vous?
    Merci

    1. A l’époque du franc et vu les profonds désaccords politiques à son sujet auriez vous été partisan que votre région « sorte du franc » et crée une monnaie régionale ? Il était évident que les places financières dominantes n’auraient fait qu’une bouchée d’une telle monnaie et personne n’y songeait.

      Exemple plus concret: l’Ecosse.

      Voulant de se débarrasser de l’oppression exercée par l’Angleterre sur leur intrépide nation, les écossais on voté avec beaucoup d’entrain pour ou contre leur départ du Royaume-Unis mais ça impliquait soit de rester enchaîné à Londres par la livre Sterling soit de passer à l’euro et d’être piloté de Bruxelles…

      Autre exemple: l’OTAN. Personne n’en parle jamais d’en sortir (faudrait pourtant que Marine nous dise) mais en cas de conflit sérieux je suis prêt à parier qu’on constaterait que l’OTAN est aussi fragile et inapproprié que l’euro…

      Que le plus fort parvienne ou ne parvienne pas à diriger l’ensemble, réunir des pays d’Europe persuadés d’avoir des intérêts divergents rend l’euro invivable. « Chacun sa monnaie » est tout aussi bordélique et inadapté à une dépendance économique vis à vis de « l’étranger » (c’est comme ça qu’on disait – peut-être encore comme ça que beaucoup pensent) qui s’est terriblement accrue depuis 1945 et ne permet plus de survivre en mode autarcique.

      Le modèle de l’Europe d’avant 1940 est-il viable?

      1. « Le modèle de l’Europe d’avant 1940 est-il viable ? »
        C’est premier degré la question là ? Un « modèle d’Europe » qui a permis de laisser 40 millions de morts sur le tapis en explosant en vol est-il « viable » ?

      2. « Autre exemple: l’OTAN »

        chronique d’un désastre humanitaire !
        Réfugiés: Angela Merkel demande l’aide de l’Otan pour surveiller les côtes
        http://www.20minutes.fr/monde/1782399-20160208-refugies-angela-merkel-demande-aide-otan-surveiller-cotes

        Une situation humanitaire préoccupante

        Massimiliano Rebaudengo, chef de mission de Médecins sans frontières :

        « La situation est très critique. On a 23 000 personnes qui sont arrivées près de la frontière. Elles essaient de se loger comme elles peuvent dans des camps improvisés. Des tentes, des couvertures et des matelas leur ont été distribués par plusieurs organisations, et notamment MSF. La situation humanitaire est très critique parce qu’il n’y a pas d’espace, pas assez d’abris, de tentes. Beaucoup de gens dorment encore sans pouvoir se protéger de la pluie et du froid. » »

        http://www.rfi.fr/europe/20160208-refugies-syriens-turquie-allemagne-veulent-faire-intervenir-otan-merkel-davutoglu

  19. C’est peut être trop tard: la transmission d’ordre du pouvoir politique, qui nécessitait autrefois une propagande, est désormais de plus en plus un « système embarqué » directement écrit dans nos logiciels.

    Les agents de l’administration, des banques, assurances et autres grandes entreprises tertiaires n’ont plus besoin d’émulations de type grande messe ou séminaires de motivation: leur quotidien est normé par les logiciels programmés pour éviter tout hasard d’une mauvaise transaction (d’où l’incroyable d’une affaire Kerviel ).

    Le Patron n’est plus alors cette image du père qui dirige sa boite via ses « communicants », le patron, c’est la petit ligne rouge d’un interdit de saisie sur un écran d’ordinateur, petite ligne rouge qui assure à elle seule le rôle de subordination hiérarchique.

    Le film Terminator bascule dans l’horreur à partir du moment où le réseau mondial « Skynet » acquiert une conscience. Les êtres humains, si fiers de cette notion de conscience, vivent 95% de leurs actes quotidiens via des processus inconscients.

    La question est donc: Skynet existe t-il déjà ?
    Autrement dit: ces logiciels qui nous asservissent de plus en plus dans de nombreux domaines (allant même jusqu’à impacter ce sanctuaire de l’hédonisme individualiste qu’est l’usage d’une automobile) ont-il besoin d’une conscience de type anthropomorphique (transposition de l’idée chrétienne du Malin) pour qu’on leur délègue notre pouvoir sans combattre ?

    En effet: déchirer la chemise d’un logiciel semble un contre-feu peu envisageable aujourd’hui, et à fortiori pour les combats politiques de l’avenir.

  20. Varouf va devoir faire vite. Parce qu’il est déjà devancé par 3 prédécesseurs :
    – le capitalisme
    – Daech
    – l’extrême droite
    Et chacun de se réclamer d’un certain internationalisme …
    Le dernier n’est pas en reste :
    « « La politique stupide et suicidaire des élites européennes a conduit à quelque chose que Bruxelles n’a probablement jamais voulu : une véritable amitié et coopération entre les nations d’Europe », a affirmé ensuite devant les journalistes le dirigeant du groupe « Bloc contre l’islam », Martin Konvicka. »
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/02/05/le-mouvement-islamophobe-pegida-appelle-a-manifester-dans-quatorze-pays-europeens_4860315_3214.html
    Le seul à ne pas (plus) s’en réclamer, c’est la gauche européenne, qui a versé dans le souverainisme national ou le capitalisme honteux, pour mieux s’opposer (pensent-ils) à ce qui est en train de devenir un « patriotisme européen » :
    « Patriotisme européen : l’idée que ces hommes ont de la patrie est telle qu’ils n’élargissent leur patriotisme que pour mieux élargir leur barbarie. »
    http://www.jaures.eu/ressources/de_jaures/le-patriotisme-europeen-1905/

  21. voxeuropa.com est le site que je tenais au chaud pour cette occasion, histoire d’accompagner le mouvement, avec une application d’intelligence participative qui permet :
    1) de construire des argumentaires solides selon une méthodologie testée (sous forme de livre qui a eu son succès a l’occasion du référendum de maastricht)
    2) a chacun de prendre position de manière nuancée et de pouvoir mieux discuter avec les autres en ayant identifié les valeurs qui sont à la base de la position retenue (et de développer une plus grande conscience des forces faiblesses des différentes positions de manière plus.. objective)
    En gros.. je suis a 2 doigts de m’embarquer sur un gros chantier immobilier en bretagne.. j’ai encore le choix.. de changer de chantier et m’embarquer sur le chantier voxeuropa… avec un peu de soutien aide! amen.

  22. Tout ce qui ressemble à une perspective acceptable est bon à prendre. C’est effectivement en avançant que l’on verra de quoi il retourne exactement. Je ne crois pas possible une évolution de cette UE, et je suis sceptique quant à une transformation avant destruction pure et simple. Nous sommes en guerre contre des ennemis déterminés, qui n’ont que faire de notre avenir. Quelle que soit la solution retenue par l’Histoire, elle sera sans doute cruelle. Mais à la guerre comme à la guerre. Va pour Picketty. Il ne pourra pas faire pire que nos « grands politiques ».

    1. je suis sceptique quant à une transformation avant destruction pure et simple

      En bref vous n’êtes pas sceptique quant à la destruction.
      Je suis assez sceptique sur cette forme de scepticisme, i.e qu’on appelle improprement euroscepticisme, qui n’a rien de sceptique
      Deux militant de la cause se saluent lors d’un colloque international du Septiscisme Scientifique:
      Le premier : Bonjour. Je ne crois pas que nous nous soyons jamais rencontrés.
      Le second :
      Bonjour. Je ne crois pas que vous croyez que nous nous soyons jamais rencontrés.

      1. Quand quelqu’un expliquera comment il est possible de réformer l’UE dans le sens de l’intérêt des peuples de l’UE, et sur quelles forces s’appuyer pour cela non seulement en France mais en Europe, il sera loisible de penser réforme. Je suis eurosceptique, et j’espère que ce cauchemar finira un jour ou l’autre, le plus tôt possible. Libre à vous d’imaginer une UE prenant une direction contraire à celle que voulaient ses fondateurs, et ses inspirateurs US. Si Picketty y va, pourquoi pas essayer, en fonction de son programme ? Mais notre « gauche » étant ce qu’elle est, je crains fort que les belles illusions actuelles connaissent le sort de celles qui ont précédé.

      2. Fastoche Pucciarelli : arrêtez d’envoyer 29 chefs de gouvernement de droite au conseil européen, remplacez-les par 29 chefs de gouvernement de gauche socialiste. Puis élisez des députés de gauche au parlement européen…roulement de tambour… tadada : vous avez une Europe politique de gauche.

        Un jour (je dis bien un jour), il faudra quand même que tous ceux qui s’expriment sur l’Europe commencent par comprendre comment ça fonctionne. Bruxelles, c’est une haute fonction publique. Le conseil européen, c’est l’instance politique, avec le parlement européen. Le processus de co-décision, c’est quoi ?

  23. Paul Jorion nous dit:
    « […] on tombe sur quasiment la même chose que ce qui se trouve dans le Manifeste de Monsieur Varoufakis.

    Alors, qu’est-ce qu’il nous dit ? Il nous dit : « Les États, c’est bien, mais c’est plus là que ça se passe ». C’est plus là que ça se passe !
    […]

    Alors, c’est où que ça se passe ?
    Peut-être à l’Ambassade Londonienne de l’Équateur où Varoufakis rencontre régulièrement Assange ?
    Les murs « contiennent » Julian, mais pas leurs idées…

    Notre chance résiderait-elle en ceci: Internet n’est plus (pour encore un temps) contrôlable, même par ceux qui l’ont mis en place… pour tout contrôler, ce qui reste leur objectif.

    Nous aurions en ce moment, une « fenêtre de tir », dont on ne sait pas vraiment quelle sera sa durée.
    Profitons-en…

    1. Effectivement depuis qu’il n’y a plus d’état en Irak, en Syrie, en lubie, certaines fenêtres de tir se sont ouvertes.
      Il faudrait y penser quand on prétend se passer de l’état, qui en france est la république, quand on prête foi au discours que ce n’est plus là que cela se passe.

      1. Charles, vous avez farpaitement compris mon propos:
         » en lubie, certaines fenêtres de tir se sont ouvertes « 
        🙂
        C’est donc bien là que ça se passe.

      2. Quelle lubie en effet. Doit-on jeter l’état avec l’eau du néo-libéralisme?
        Complétons la liste des états faillis: Rwanda, Burundi, Mali, Somalie, Érythrée, Afghanistan, Centrafrique, ou des fenêtres de tir se sont ouvertes.
        À vous de jouer.

    2. Union européenne : PLO et pls

      La procédure législative ordinaire

      C’est la manière la plus courante de voter les textes législatifs au sein de l’Union européenne. Elle s’applique désormais à presque toutes les politiques où le Conseil vote à la majorité qualifiée à tel point que l’usage s’est répandu de parler de « co-législateur » (à l’exception de la politique agricole et de la politique commerciale). »

      http://www.touteleurope.eu/l-union-europeenne/le-processus-decisionnel/synthese/le-processus-de-decision-dans-l-ue.html

      Le Conseil de l’Union européenne
      « Le Conseil adopte, avec le Parlement européen, la législation de l’Union européenne par la voie de règlements et de directives, et élabore des décisions ainsi que des recommandations non contraignantes. Dans ses domaines de compétence, il prend ses décisions à la majorité simple, à la majorité qualifiée ou à l’unanimité, selon la base juridique des actes requérant son approbation.  »
      http://www.europarl.europa.eu/atyourservice/fr/displayFtu.html?ftuId=FTU_1.3.7.html

    1. Comme le dit P.J. les principes et les buts de DIEM 25 correspondent à ceux du blog. Il me semble intéressant de reproduire les 4 étapes préconisées, telles que traduite dans le blog Médiapart dont le lien figure ci-dessus:

      IMMÉDIATEMENT : La transparence complète de la prise de décision.
      • Diffusion en streaming, en direct, des réunions du Conseil de l’Union européenne, du Conseil ECOFIN et de l’Eurogroupe.
      • Publication des minutes des réunions du Conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne quelques semaines après leur tenue.
      • Mise en ligne de tous les documents concernant les négociations cruciales (par exemple, Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, prêts de « renflouement », statut de la Grande-Bretagne) qui vont avoir une influence multiforme sur l’avenir des citoyens européens.
      • Inscription obligatoire des lobbyistes sur un registre où figurent notamment les noms de leurs clients, leur rémunération et un compte rendu de leurs entretiens avec les responsables publics (élus et non élus).

      DANS LES DOUZE MOIS : Une offensive contre la crise économique en cours, en utilisant les institutions existantes et dans le cadre des traités européens existants.
      La crise actuelle de l’Europe se déroule simultanément dans quatre domaines :
      • la dette publique
      • les banques
      • l’insuffisance de l’investissement, et
      • la montée de la pauvreté.
      Aujourd’hui, ces quatre problèmes sont tous laissés aux mains des gouvernements nationaux, qui n’ont pas les moyens d’agir sur eux. DIEM25 présentera des propositions détaillées pour les européaniser tous les quatre, tout en limitant les prérogatives arbitraires de Bruxelles et en rendant le pouvoir aux parlements nationaux, aux conseils régionaux, aux municipalités et aux communautés de base. Les mesures proposées viseront à redéployer les institutions existantes (par réinterprétation créatrice des chartes et traités existants) pour stabiliser les crises de la dette publique, des banques, de l’insuffisance des investissements et de la montée de la pauvreté.

      DANS LES DEUX ANS : Une Assemblée constituante.
      Les Européens ont le droit d’examiner l’avenir de l’Union, et le devoir de transformer l’Europe (à l’horizon 2025) en démocratie pleine et entière, dotée d’un Parlement souverain qui respecte l’autodétermination nationale et partage le pouvoir avec les parlements nationaux, les conseils régionaux et les conseils municipaux. Pour qu’ils puissent le faire, il faut convoquer une Assemblée de leurs représentants. DIEM25 va préconiser une Assemblée constituante composée de représentants élus sur des listes transnationales. Aujourd’hui, quand des universités sollicitent des fonds de recherche à Bruxelles, elles sont tenues d’établir des alliances transnationales. Dans le même esprit, pour l’élection de l’Assemblée constituante, les listes doivent être tenues de comporter des candidats issus de la majorité des pays européens. L’Assemblée constituante sortie des urnes aura pouvoir de décision sur une future constitution démocratique, qui remplacera tous les traités européens existants dans les dix ans.

      À L’HORIZON 2025 : La mise en œuvre des décisions de l’Assemblée constituante.
      Qui réalisera le changement ? Nous, les peuples d’Europe, avons décidé de reprendre le contrôle de notre Europe aux technocrates irresponsables et aux institutions opaques. Nous constituons DIEM25 pour passer d’une Europe du « Nous les gouvernements » et du « Nous les technocrates » à une Europe du « Nous les peuples européens ».

    2. Merci pour le lien
      «  » Aucun peuple européen ne peut se développer sans biens élémentaires pour ses citoyens les plus modestes, développement humain, équilibre écologique et détermination à s’affranchir totalement des énergies fossiles dans un monde qui change ses modes de fonctionnement – et pas le climat de la planète. » »

      C’est réjouissant, mais il faut se rendre compte de ce que signifie « s’affranchir totalement des énerfies fossiles »
      Beaucoup pus facile à dire qu’à faire, mais il a raison, il faut que ce soit fait, d’où notre indispensable participation.

  24. Monsieur Jorion,

    Au nom de quoi intervenez-vous dans la présidentielle française ? Quelle est votre légitimité à le faire ?
    N’avez-vous pas la possiiblité de proposer vos services en Belgique ?

    1. Au nom du fait que je me suis toujours mêlé de ce qui ne me regardait pas ; ce qui m’a permis d’être viré de 13 des 14 boulots que j’aie pu avoir. On peut aussi appeler ça le sens du devoir bien entendu !

      1. Merci de ne pas avoir censuré mon commentaire et de m’avoir répondu.
        Nous n’avons visiblement pas la même conception du sens du devoir. La votre est très semblable à celle de quelqu’un comme G.W. Bush qui considère, comme vous, qu’avoir le sens du devoir c’est se meler des affaires des autres. C’est pour cela qu’il a envahit l’Irak avec le résultat que l’on sait.

      2. @Michel
        À nous montrer que les interventions de Paul gênent ceux qui pourraient le confondre avec G.W Bush, et ceci me paraît une bonne chose.

      3. @RST
        La prochaine fois que l’assemblée nationale ou le sénat français me demanderont de venir faire une déposition sur tel ou tel sujet, je répondrai avec indignation : « Vous n’y pensez pas, j’aurais bien trop peur de me mêler de ce qui ne me regarde pas ! »

      4. @RST, étant Français je vous propose cette vidéo:
        https://www.youtube.com/watch?v=m3DaZeoSO7I
        Remplacer France par États-unies et Francophonie par soft-power et vous serez peut-être amusé, j’arriverai pas à faire comprendre que le libre-échange n’est pas une ouverture d’esprit, mais du simple commerce, alors autant jouer sur notre corde sensible, la libre circulation de la culture.
        Autant l’ingérence d’un fiscal-eux Suisse m’emmerde quand il s’ingère dans la diplomatie française pour l’Arménie (non pas que la cause soit injuste, mais par principe, si il ne veut pas financer la diplomatie Française, qu’il s’abstienne de lui exiger des tributs, pour préciser je parle d’un chanteur âgé), autant ce Belge m’est sympathique (même si de temps en temps rappeler que la ville ou siège les lobbys est un avantage économique et que si Prague avait la possibilité d’être la capitale de l’Europe, elle serait elle aussi plus Européïste, vu de loin Bruxelles apporte quelques pourcentages de PIB à la Belgique).

      1. @M Lambotte

        « La votre est très semblable à celle de quelqu’un comme G.W. Bush qui considère, comme vous, qu’avoir le sens du devoir c’est se meler des affaires des autres »

        ça ne vous suffit pas pour comprendre ? ????
        Même une Ia , la moins développée, ferait un cyber-rejet pour une neuro-greffe ! Il y a des logiciels mieux construits qu’un neurone de troll de caniveau…nous sommes « sauvés « … Vive l’IA. !

    2. @RST
      Vous semblez oublier que M. Jorion est toujours anthropologue. Il s’intéresse à l’espèce humaine et aux cultures humaines. Donc, aux structures familiales, aux croyances, aux technologies, et même parfois… à la politique.
      Ce qui serait intéressant de comprendre chez vous, RST, c’est ce qui vous pousse à mettre des frontières entre les humains…

      1. Je vais tenter le diable et abuser de la patience du maitre des lieux:
        @ tous ceux qui me traitent de troll: au delà de l’aspect injurieux de la chose (qui ne me gêne pas plus que ça) il est amusant de noter que la « modération » a par le passé « modéré » pour moins que ça
        @ Paul Jorion
        Si vous ne voyez pas la différence entre : on me demande mon avis, comme à d’autres, sur un sujet précis dans le cadre d’une commission ad hoc et j’interviens de mon propre chef pour le donner dans le cadre des affaires intérieurs d’un pays qui n’est pas le mien, je ne peux rien faire pour vous.
        @ BAIN
        Ce n’est pas moi qui met des frontières, elles existent par ailleurs. Et certains en ont fait l’éloge …

      2. « @ tous ceux qui me traitent de troll: au delà de l’aspect injurieux de la chose »

        Ce qui est injurieux, au regard de l’intelligence la plus élémentaire c’est bien, « d’oser » une comparaison entre la décision malsaine et opportuniste d’un démago bushien décérébré « aux ordres  » et un anthropologue économiste intègre , ayant des convictions humanistes, et qui a toute compétence et respect du à sa probité et à son intelligence à être , en paroles et en actes, non seulement entendu mais surement mieux connu et reconnu et ce surtout et de préférence par des esprits ouverts .. En êtes vous ? Plait – il ?

        Cela vous aurait-il « échappé » ? Dommage…..

      3.  » Ce qui serait intéressant … « 

        faut quand-même pas exagérer !
        D’Ormesson dirait qu’on a mieux à faire que de s’occuper des accents circonflexes !

      4. @RST, ceux qui en font l’éloge ne parle pas d’espace hermétique ou autarcique, mais du fait que c’est le seul moyen de faire de la politique, l’appartenance à l’humanité n’offre aucune capacité à être écouté à l’OMC, au FMI, ou même à la banque mondial. Et puis c’est quasiment une tradition Française, Clovis a servi Rome et césar, Richelieu n’est pas né Français, sans Napoléon la Corse ne serait pas Française, si demain le Sénégal a besoin de l’armé Française, alors un refus sera pris pour une honte envers les tirailleurs, puisque la France occupé n’était pas la France et que pour De Gaulle le France libre non plus, la France fût Africaine entre 1940 à 1944 avec le gouvernement de Marrakech (qui a pourtant capitulé à la demande Américaine d’une scission de la métropole entre la France occupé qui aurait fusionné avec le Benelux et la France libre qui aurait gardé les territoires de l’empire) ou Anglaise si on repart d’un accord de De Gaulle d’une vassalité à Churchill au début de la guerre, à partir de là en fonction des dates on peut même dire que la France fût plus Algérienne, qu’Européenne, on passe Charlemagnus, etc…
        Le souverainisme c’est pas l’oubli des millénaires au profit de quelques décennies, c’est tirer partie des habitus pour ne pas subir, cela ne veut pas dire ne pas s’ouvrir.

      5. J’ajoute, en vérité, par nos commentaires, nous essayons de vous aider à mieux comprendre votre erreur. Mais vous vous obstinez à ne pas la reconnaître. Vous préférez dire et redire ici, dans ce blog, qu’à cause d’une différence de nationalité, M. Jorion n’aurait pas le droit de se mêler d’un sujet aussi important que du choix d’un candidat de gauche pour la prochaine élection présidentielle. Mais personnellement, je n’ai pas d’a priori particulier, ni de mauvais préjugé, qui me laisse à penser que M. Jorion cherche malicieusement à nous embrouiller les idées en venant déranger notre culture politique franco-française. Bien au contraire. Je dirais même qu’entre autres choses, en essayant peut-être de déranger certaines de nos idées toutes faites, il nous aide à remettre de l’ordre dans notre façon de penser aujourd’hui la politique en France.
        Et si je consulte son blog, c’est sans doute parce ce que je trouve aussi très intéressant de lire une pensée comme la sienne qui arrive si bien à surmonter la première ligne Maginot qui vient.
        – « Monsieur Jorion ne passera pas par ici ! »
        – « Mais on n’arrête pas la mer, RST. »

    3. RST
      Est-ce que cela fait une différence essentielle que ce soit un Français, un Belge, un Suisse, un Allemand, un Etatsunien,…. que sais-je, un martien, qui vienne mettre son grain de sel dans le débat, intervienne dans la vie politique d’un pays ? Evidemment, non, sauf si l’on considère comme vous que la liberté de pensée et de parole s’arrête aux frontières et que les idées tiennent leur vérité de leur origine géographique.
      Je ne vois pas en quoi ce que dit Jorion porterait préjudice à la qualité des débats dans l’hexagone ou constituerait une ingérence. C’est plutôt l’inverse : plus nous aurons des opinions contradictoires, d’où qu’elles viennent, plus la démocratie sera vivante. Plus nous aurons de chances de voir battues en brèche les idées fausses. On enferme des opposants politiques, pas la pensée !

  25. Ce qui me fascine c’est qu’on puisse encore croire que nos actions puissent être à même de changer quoi que ce soit dans un océan de complexité.
    Çà vaut aussi pour nos ministres.
    Je veux dire que chaque action interfère / engendre / rétroagit avec autant d’actions (d’intérêts) contraires ou proactives mais dont le résultat est imprévisible, sauf comme aurait dit Laplace à pouvoir embrasser dans un seul regard l’ensemble des atomes qui composent notre univers (et encore en négligeant la mécanique quantique)
    Alors que faire comme disait Lénine ? Un million de réponses.

    1. A vous lire, surtout, ne faisons rien ! Les choses sont déjà assez compliquées, comme cela !
      Heureusement, tout le monde n’est pas de votre avis : Paul Jorion, par exemple.

      1. Je ne dis pas exactement ne faisons rien.
        Je doute seulement que faire quelque chose produise les effets escomptés vu les inerties, les enjeux tellement contradictoires des uns et des autres, les egos, les passions, les brouillages, les défauts de communication, les certitudes ici et là, les incompréhensions.
        Et par dessus tout, des institutions bien verrouillées qui nous échappent totalement (pour le moment).
        Voyez par ex les agriculteurs. Le gouvernement en est réduit à demander aux grandes surfaces de faire preuve de « compréhension », d’avoir le sens des responsabilités….
        Il nous avait fait le même coup avec les banques. La solution est dans la rupture totale avec cette Europe libérale. Sortir des traités. Qui est en position de l’obtenir? Qui le demande d’ailleurs ?
        J’y ai cru un moment avec Syriza.
        Maintenant oui, je suis résigné et j’attends la prochaine cata.
        (le système bancaire et financier va nous y aider).

    1. Enfin, une supportrice de Mélenchon !
      Normalement, j’en suis un moi aussi, encore que critique, mais je rase les murs.

      Mélenchon a le privilège de déclencher des colères noires, rien qu’à l’énoncé de son nom, ici sur ce blog, comme aussi chez l’Obs. Le pourquoi est un mystère: il n’est pas débraillé, il est bien élevé, il se mouche dans un mouchoir, pas avec ses doigts, il parle bien, ses textes sont fortement structurés.
      On sent aux condamnations sans appel que sa simple existence soulève qu’il dégoute les gens, comme les mangeurs d’enfants crus.
      Alors qu’il est un intellectuel jusqu’au bout des ongles, il n’est pas reconnu par ses pairs ou par ceux ayant l’espoir d’en faire partie, et rejeté d’un bloc.
      Je me souviens sur ce blog de la condamnation expéditive de M.e Saada. J’en suis resté estomaqué. Cela reste un mystère. Comme si c’était nécessaire pour être admis à faire partie de la confrérie de gens bien…

      Jeremy Corbyn a subit la même campagne de dénigrement, surtout de la part de journaux opposés mais qui tout d’un coup se sont proclamés défenseurs du parti travailliste. De toute évidence, le Sun savait parfaitement ce qu’il fallait à ce parti et ce n’était pas le fossoyeur Corbyn. Les journaux français ont embrayé sans réfléchir, sans même voir le déni de démocratie, exemplaire pour nous continentaux.

      Il faut le rappeler: Mélenchon est de gauche, la vraie. Il pourrait faire mieux, c’est vrai mais il existe et est à même d’évoluer. Avec un soutien sincère, il pourrait obtenir des scores électoraux capables de ranimer les indécis. Alors qu’il est systématiquement torpillé par ceux qui devrait être ses soutiens naturels. Ainsi, pas besoin d’ ennemis… Je suis sûr que plus tard ce mystère apparaitra pour ce qu’il est: un suicide électoral.

      Perso, ses idées m’agréent en gros. Je les trouve conformes à ce qui se dit sur ce blog. Il y a des convergences… Sauf un point d’importance: la 6.ième République est une erreur tactique. C’est une malheureuse déperdition d’ énergie.

      1. T’as beau dire Daniel, c’qu’on préfère chez Méluche c’est ses périodes de dépression, trop courtes certes, de silence quoi. Là il est a son meilleur, à son acmé, son zénith, il touche à sa quintessence, ce vide océanique en marée toujours montante aux coefficients inouïs.

      2. Melenchon , j’aime bien, et ca m’a fait plaisir, aux dernieres presidentielles,d »entendre un bon discours de gauche, mais depuis :  » pshuittt..! » plus rien…
        de là à penser qu »il n’etait qu’en service commandé, il n’y a pas loin.
        Je remarque que par soucis strategique, il n’a pas pris ses distances avec le PC, faute majeure, il pouvait former un noyau determiné de militants et construire dans la durée…
        le moins que je puisse dire c’est qu’il à manqué d’audace…
        evidemment, la critique est facile et l’art est difficile.

      3. Je ne crois pas qu’il aie jamais eu une stratégie de rassembleur et qu’il cherche à faire progresser ses idées. Si tel était le cas, il s’est sacrément planté.

      4. Mélenchon, effectivement tient un discours qui semble plus à gauche (si on le compare à l’état de mort cérébrale du PS) , et je dois le dire j’y ai été un peu sensible à une certaine époque, au point de voter pour lui à une élection. Mais depuis Mélenchon a prouvé à mes yeux qu’il n’est pas l’homme de la situation et que ses idéaux de gauche ont du plomb dans l’aile.
        Tout d’abord, il n’est pas l’homme de la situation, parce qu’il n’est pas rassembleur, son langage est inutilement clivant, il ne pourra donc jamais rassembler au delà de son propre parti qui aux dernières élections a fait un flop. Mélenchon s’avère surtout être un bon tribunicien, mais au delà ? Suffit-il d’enflammer les meetings pour renouveler la gauche de gouvernement ?

        Ce que j’avais pris pour des saillies à mettre sur le compte de son tempérament bien trempé s’est avéré être le fond d’une pensée aux accents nationalistes : ce fut d’abord lors du référendum pour la constitution européenne ses propos sur la Lettonie dont, je cite, il n’avait rien à faire, puis ses propos sur le Tibet, puis enfin ses propos sur Poutine désapprouvés par Clémentine Autain de son propre parti. (Mais que fait Autain dans cette galère mélenchonienne) ?
        http://www.liberation.fr/france/2015/03/06/clementine-autain-la-premiere-victime-de-cette-affaire-n-est-pas-poutine-mais-nemtsov_1215450

        Mélenchon a ce défaut rédhibitoire qu’il considère souvent que ce qui s’oppose aux USA est forcément du bon coté. Et qu’il faut même en prendre le parti. Ce qui l’amène à venir au secours des causes indéfendables.
        Si à tout cela on ajoute son admiration pour Dassaut, la coupe est pleine. Comment peut-on sérieusement admirer un vendeur d’armes, peu regardant au demeurant sur les méthodes utilisées pour se faire élire ?
        https://www.mediapart.fr/journal/france/dossier/notre-dossier-le-scandale-dassault

      5. Merci de cet éclairage sur Mélenchon.
        C’est aussi ce que je sentais confusément.

        Mais il ne faut pas confondre avec ceux qui veulent s’évader de cette Europe,
        car nous en sommes prisonniers,
        pour refonder une Autre zone économique,
        que les pays, d’Europe ou pas d’ailleurs, pourraient rejoindre les uns après les autres, le jour ou ils le peuvent.

        (zébu ne fait pas la différence. Comme beaucoup, il met tout le monde dans le même sac)

  26. Pikety, je dis oui.
    Diem25, à suivre.
    Même si je ne comprends pas l’opposition farouche de Piketty à inclure la TVA de substitution dans ses projets de réformes fiscales à un moment où le travail devient un support fiscal de plus en plus précaire et où la consommation apparaît plus stable et plus large. Vigneron se laisse facilement aller à l’invective dès qu’on en parle, mais je n’ai toujours pas lu les arguments.

    1. On va pas refaire le débat sur TVA sociale versus CVA ou autre fiscalisation sociale, il est clos, personne d’autre que toi ne défend plus ni ne parle encore de Tva sociale.

  27. C’est un mariole le Erdogan. L’a trouvé l’truc. Ni en Turquie ni en Grèce les camps de réfugiés syriens, mais en Syrie. Et en zone tampon à sa frontière. Nickel.

    1. Erdogan? une enflure de première !
      y en a encore qui doutent ?

      Un climat de peur
      « La Turquie n’est pas un pays totalitaire comme l’Azerbaïdjan ou l’Erythrée. La presse offre la contradiction. Mais une série d’incidents montrent que le vent a tourné. Quelque 52 000 sites Internet ont été bloqués, des éditorialistes ont été congédiés à la demande d’Erdogan, plus d’une centaine de journalistes ont été interpellés, le plus souvent relâchés après quelques heures au poste. Bref, un climat de peur s’installe. »
      http://www.lalibre.be/actu/international/l-autre-front-du-president-erdogan-56b23c413570b1fc10e794e4

      1. Ah, ça me rassure, alors les réfugiés Syriens ont bien raison de rester du bon côté de la frontière, sous protection poutino-assadienne.

      2. La peur s’installe…
        Elle est installée et fortement chez les Kurdes, des 2 côtés de la frontière. Au Kurdistan turque, guerre ouverte…

      3. « Ah, ça me rassure, alors les réfugiés Syriens ….sous protection poutino-assadienne.

        Non !
        Ce n’est pas ce que j’ai dit !
        D’abord,rester en vie, voilà ce qui leur importe à mon humble avis et quelque soit l’endroit actuellement TOUTES les portes se ferment !!!!
        C’est le rétropédalage général, en ce moment avec les réfugiés, ils sont tous dépassés par l’ampleur des arrivants. M^me Merkel qui avait bien commencé à le gérer est dorénavant dépassée aussi !
        http://www.lemonde.fr/europe/article/2016/01/26/danemark-suisse-allemagne-la-confiscation-des-biens-des-migrants-s-etend-en-europe_4854094_3214.html

  28. En clair, Jduc, à ton âge avancé, tu aurais dû finir par comprendre que les fréquentations (ici les ceusses de E&R) de tes fréquentations (ici Berruyer) ne sont pas nécessairement fréquentables.
    En fait, Jduc, au fond t’es juste un grand enfant. Faudrait penser à grandir et devenir un Very Serious Man un d’ces quatre, non ?

    1. @ vigneron dit : 6 février 2016 à 22:52

      Je ne fréquente pas E&R et avoue que je ne fais pas toujours attention à la source qui relaie telle ou telle info que l’on retrouve à l’identique sur de nombreux sites. Mon manque de vigilance a au moins permis de tester le bon fonctionnement du logiciel de contrôle automatique utilisé par la modération.

      Quant à Berruyer je le lis nettement plus souvent que j’interviens sur son blog. Ne faut-il pas de tout pour faire un monde et diversifier les centres de réflexion pour tenter de mieux cerner la vérité ?

      Peu m’importe qu’on me prenne pour un vieillard ou un enfant, l’essentiel pour moi est d’exister encore.

  29. À mes yeux la proposition de Varoufakis d’avoir des partis multinationaux est absolument essentielle. Leur existence n’a surement rien d’évident mais si elle n’est pas possible (ou s’ils sont bidons comme ceux de l’assemblée de Strasbourg) ça prouvera juste que sa proposition ne tient pas la route!

    Deux remarques:
    – les régions comme la Catalogne, l’Écosse et la Flandre où pas mal de gens croient à leur indépendance ont des partis régionaux.
    – le jour où on attachera de l’importance au PIB de chaque région et aux autres statistiques régionales marquera le début de la fin de la nation telle que nous la concevons. Le manque d’intérêt pour ceux concernant l’Europe dans son ensemble en dit long sur son peu d’existence.

    1. Représentants élus sur des listes transnationales

      « DIEM25 va préconiser une Assemblée constituante composée de représentants élus sur des listes transnationales. Aujourd’hui, quand des universités sollicitent des fonds de recherche à Bruxelles, elles sont tenues d’établir des alliances transnationales. Dans le même esprit, pour l’élection de l’Assemblée constituante, les listes doivent être tenues de comporter des candidats issus de la majorité des pays européens »

    2. C’est sûr.
      28 pays en Europe c’est pas gérable.
      Tandis que 274 régions c’est beaucoup plus facile
      Diviser pour régner.
      (régions européennes = nuts => go nuts)

  30. Contents de vous revoir plein d’allant !Sans me projeter au niveau européen car vous y mettez tout votre cœur pour ne pas la lâcher et ce depuis le début du blog et je comprend votre souci de ne pas gâcher ce semblant de » s’unir par le bas socialement et par le haut économiquement ». Là où les peuples n’ont eus leur mot à dire , oui il est temps comme en France que les gens se mobilisent, du village à la nation à récupérer le pouvoir qui leur est spolié, des mouvements de toutes sortent naissent sur la toile , il ne manque que l’aimant pour qu’ils se rassemblent et fusionnent. Moi pour ma part , je soutien Nous Peuple Souverain!

  31. Piketty n’est pas candidat ? Tant mieux !
    « IL NE FAUT JAMAIS DONNER LE POUVOIR A CELUI QUI LE RECLAME » (le Mahabharata).
    Si l’on avait appliqué ce principe, imaginez le monde politique que nous aurions ! En tous cas, ce ne serait pas celui de la triade noire :
    « Le premier est arrogant et imbu de sa personne, le second agressif et brutal, le troisième sournois et avide de pouvoir. Nous ne sommes pas en train de parler d’une bande de gangsters, mais des trois archétypes de caractère néfaste : le narcissique, le psychopathe et le machiavélique. »

  32. Contre-proposition !

    Renforcer l’intégration européenne pour restaurer la confiance, par les dirigeants de la Banque de France et de la Deutsche Bundesbank

    Le Monde (Idées) le 07.02.2016 à 20h

Répondre à Baygonvert Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.