Le dernier sondage BVA-Orange-iTELE intitulé « Les Français et l’organisation d’une primaire de l’ensemble de la gauche », par Michel Leis

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Le dernier sondage BVA-Orange-iTELE intitulé « Les Français et l’organisation d’une primaire de l’ensemble de la gauche » fait ressortir quelques points intéressants.

Le premier enseignement est celui de la légitimité de la démarche : « 58 % des Français et 67 % des sympathisants de la gauche favorables à une primaire commune à l’ensemble des partis de gauche ». Les différentes initiatives lancées ici et là ont atteint leur objectif.

Il reste par contre bien du chemin à parcourir sur le plan médiatique pour légitimer une candidature hors de la sphère politique. Les seules hypothèses testées par les sondeurs sont celles des vieux briscards de la vie politique. Il reste du chemin à parcourir pour faire émerger d’autres alternatives et leur donner un écho médiatique suffisant. Si Thomas Piketty se décidait à franchir le pas, ce que nous sommes plusieurs à souhaiter au sein du blog de Paul Jorion, il doit le dire maintenant rapidement.

Au regard des jeux de pouvoir, ce qui était à mon sens une opération tactique, la nomination de Valls par Hollande au poste de 1er ministre pour « l’épuiser » et être au final le seul candidat légitime du PS, a échoué. Les sympathisants du PS continuent à souhaiter majoritairement que Valls se présente (64 % chez les sympathisants du PS contre seulement 55 % pour Hollande). Reste que la loi sur le travail pourrait faire évoluer la donne.

La formulation de la question est ambiguë (« Pour chacune des personnalités suivantes, souhaiteriez-vous les voir participer à une primaire commune… »), il n’y a pas de corrélation évidente entre le désir de voir participer untel ou untel à la primaire, et le souhait qu’il soit le candidat de la gauche à l’issue du processus : au sein du PS, 64 % souhaitent que Valls soit candidat à la primaire, suivi par Martine Aubry avec 59 % !

Ce qui est clair avec de tels chiffres, c’est que la ligne de fracture passe maintenant quelque part au milieu du PS qui est devenu un parti schizophrène. Une partie de ses adhérents est maintenant clairement à droite, une partie reste fidèle aux valeurs de gauche. Mathématiquement, ce n’est pas une bonne nouvelle, sur les gens qui s’expriment aujourd’hui en France au travers des élections, il y a donc une majorité forte (FN + LR + x% du PS +…) qui adhère aux valeurs de la droite telles que je les définissais hier.

Partager :

139 réflexions sur « Le dernier sondage BVA-Orange-iTELE intitulé « Les Français et l’organisation d’une primaire de l’ensemble de la gauche », par Michel Leis »

  1. Je pense qu’il y a une certaine incohérence dans le propos car si l’on écrit que  » il n’y a pas de corrélation évidente entre le désir de voir participer untel ou untel à la primaire, et le souhait qu’il soit le candidat de la gauche à l’issue du processus » (ce avec quoi je suis d’accord, il n’est pas possible d’affirmer ensuite  » Une partie de ses adhérents [ du PS] est maintenant clairement à droite, une partie reste fidèle aux valeurs de gauche.  » Car ce n’est pas parce que l’on souhaite une victoire de Valls à la primaire que l’on a « des idées de droite », mais parce que beaucoup pensent que c’est celui qui peut faire gagner autre chose que la droite déclarée. Là aussi, il n’y a pas corrélation.

    Par ailleurs, c’est extrapoler beaucoup sur un sondage surtout quand la question est si ambigüe : « Primaire de toute la gauche » avec JL Mélenchon (qui est testé d’ailleurs) et Valls/ Hollande. Autrement dit c’est un sondage sur un événement qui ne se déroulera pas.

  2. Cessez de perdre du temps et de l’espace avec votre « primaire de l’ensemble de la gauche ». Mélenchon l’a tuer avant conception. Et s’il doit y avoir primaire au PS ce sera uniquement si Hollande n’y va pas et on attend toujours les candudats.
    La seule alternative qui reste est fission ou pas fission du PS. Mais là encore Méluche encombre sévèrement une issue…et pas que pour Aubry, Hamon, Montebourg ou Piketty.

    1. à Vigneron
      Veuillez arrêter d’écrire « Méluche » ou encore « la Méluche ».Vous n’avez aucun droit d’insulter de cette façon quiconque.Vous pouvez exprimer la même chose
      sans vous laisser aller ainsi.Cela dit,ce que vous exprimez au fond n’est pas toujours du meilleur goût sur ce Blog et nombreux sont celles et ceux qui commencent à en avoir vraiment assez.(Ce n’est évidemment que mon simple avis).

      1. Mais je disais Méluche pour être sûr de ne pas risquer l’infâme Mélanchon. Mais soit, je dirai donc toujours Mélenchon.
        Ps:je vous demande instamment de respecter les espaces dans les phrases.Vous insultez l’art typographique,tout comme la bonne volonté des lecteurs.

    1. En tout cas Yanis continue d’aller à la rencontre des dirigeants de gauche en Europe , notamment Corbyn, qui en a plus que besoin :

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/29/97001-20160229FILWWW00100-gb-varoufakis-va-conseiller-le-parti-travailliste.php

      « Et si Yanis Varoufakis venait de mettre le doigt sur la nature réelle du défi politique qui ébranle les démocraties occidentales ? »

      « Sous certains aspects, la comparaison faite par Yanis Varoufakis entre la situation actuelle des démocraties occidentales et l’Europe des années 1930 est pertinente. Pour répondre à la crise et à la montée des partis populistes, une plus grande ouverture des partis à leurs militants ou le recours à des mécanismes de démocratie directe pourraient apporter des solutions concrètes. »
      http://www.atlantico.fr/decryptage/et-yanis-varoufakis-venait-mettre-doigt-nature-reelle-defi-politique-qui-ebranle-democraties-occidentales-raul-magni-berton-2592001.html

      1. Et qu’est-ce qu’il va pouvoir inventer Varouf pour stopper la descente aux enfers du Labour de Corbyn ? J’vois pas.

      2. « J’vois pas. »

        En fait, vigneron, je rejoins ce dont parlait PYD, sur un autre fil. Yanis V poursuit le lancement de son mouvement européen DIEM, anti-austérité. Il engage, actuellement, les discussions avec les partis de gauche européennes par rapport aux idées de relance économique qu’il veut promouvoir au niveau européen. J’ignore comment va évoluer le labour, par ce que Corbyn s’est bien vautré ces derniers temps. Varouf dans le cadre de son projet de relance veut fédérer les gauches européennes dont le labour, normal qu’il rencontre Corbyn, donc a suivre…

        Varoufakis said he would encourage Labour to develop effective investment policies.

        “Corbyn has to revive the Harold Wilson strategy of the 60s of reinventing Labour’s values in the context of a technologically driven investment program,” he said.
        http://www.ekathimerini.com/206444/article/ekathimerini/news/varoufakis-advising-corbyns-labour-in-some-capacity

        «Lutter contre l’idée qu’il faut subir l’austérité pour retrouver la prospérité»

        «Je sais bien que nous ne faisons pas partie de la zone euro mais il s’agit de comprendre comment lutter contre l’idée qu’il faut subir l’austérité pour retrouver la prospérité quand, en réalité, cela doit passer par de la croissance», souligne-t-il.

        « Jeremy Corbyn a également révélé que des discussions d’ordre économique s’étaient déjà tenues entre John McDonnell, un des cadres de son équipe, et Yanis Varoufakis »
        http://www.lesechos.fr/monde/europe/021731605078-yanis-varoufakis-va-conseiller-le-parti-travailliste-britannique-1203647.php

        Jeremy Corbyn : premier bilan et perspectives
        8 févr. 2016 Par Philippe Marlière Blog : Le blog de Philippe Marlière

        « Élu à la tête du Parti travailliste après avoir fait le pari d’un positionnement clairement à gauche, Jeremy Corbyn reste isolé dans son propre camp.
        Mais un rapprochement avec la gauche anti-austéritaire pourrait amorcer une dynamique européenne. »

        https://blogs.mediapart.fr/philippe-marliere/blog/080216/jeremy-corbyn-premier-bilan-et-perspectives

      3. Pour moi, Varoufakis brasse du vent. Bien sûr qu’il peut aligner quelques considérations générales plus ou moins intelligentes, tout le monde peut en faire autant.
        Il me paraît fuir en avant sans avoir tiré de leçon de ses éventuelles erreurs personnelles. Il déserte le champ grec (ben oui…) pour un soi-disant théâtre d’opérations plus pertinent, et il a tout du général auto-proclamé en quête de troupes.

        Ce ‘marxiste’ pratique une politique d’en-haut qui n’a aucun avenir, ou qui à tout le moins ne me paraît pas désirable en regard des enjeux et de nos aspirations.

        Cet aspect électoraliste calculateur me paraît aussi le point faible de la campagne en faveur de Piketty, quoique je salue les arguments de Paul en faveur de Thomas P. – Cincinnatus, et du théorème grec ancien de la politique faite par devoir, pas par ambition personnelle. Le problème, c’est que le cadre n’y est pas du tout!
        La voie électorale fait partie du problème, pas de la solution.

      4. Tout faux Leboutte. Si Varouf, tout comme Corbyn d’ailleurs, suivait une voie « électoraliste », il conseillerait, contrairement au cas grec d’ailleurs, de soutenir le Brexit ou au minimum, aurait conseillé au leader du Labour de menacer Cameron d’un soutien au Non à l’UE en cas d’avancées insuffisantes durant les négos. Ça n’a manifestement pas été le cas. Varouf est pro-Europe, Corbyn pas vraiment, mais au moins est-il pragmatique et ne veut-il pas détruire le Labour. C’est de l’électoralisme le pragmatisme ? De l’électoralisme l’européisme ? En si peu de mois et sans même gouverner, Corbyn aurait-il déjà rejoint Tsipras au pilori des grands imposteurs de la Vraie Gauche aux yeux aquilins des fondamentalistes (francophones, forcément francophones) de la gauchitude ?

  3. vite, vite, un nouveau « sauveur suprême » qui s’installera confortablement dans la 5ème République !
    écouter le peuple à travers des « cahiers de condoléances » ou la définition d' »un socle commun » aller vers une Constituante notamment ?
    que nenni…vite, chut : un NOM !! un Père fouettard de préférence, des masos en redemandent, comme quoi la « majorité » n’est pas atteinte …

    1. Appelez ça comme vous voulez, mais si la situation dans laquelle nous sommes ne se débrouille pas par la Loi,
      et donc via un « sauveur suprême » au poste de « responsabilité suprême » vous envisagez quoi ?

      Sinon, on peut aussi attendre que la France soit à feu et à sang et que Lepen vienne y rétablir l’ordre. Pour de bon.

      1. une Constituante : d’urgence ! les citoyen(ne)s décideront des suites à donner, il m’étonnerait qu’ils attendent un « sauveur suprême » plutôt un Parlement démocratique, social et écologique….

        Comment peut-on encore attendre un Sauveur ? çà me laisse pantois ce désir d’un père, d’un maître…

    2. @ Guy Leboutte dit :
      29 février 2016 à 21:08

      Je ne partage pas du tout votre opinion. Je pense, même, exactement l’inverse de ce que vous dites à son sujet : il est un des rares à « tenir la route » et à avoir compris où ça se passe (UE) et à avoir tiré les leçons de son expérience et à proposer un vrai projet réaliste et faisable, mais compte tenu de la déliquescence actuelle des gauches européennes et de la lamentable représentation de celles-ci, bref, lui ça lui semble possible et je ne pense pas qu’il se lance « à l’aveugle », loin de là…
      C’est un leader, il n’est pas là pour faire de la figuration; et il peut, peut être, contribuer, vraiment à changer la donne, à ne surtout, surtout pas, sous-estimer, à mon humble avis. C’est mon point de vue et je le confirme.

      « ne me paraît pas désirable en regard des enjeux et de nos aspirations. »

      A ce sujet, je partage le point de vue de M Jorion, en ce qui me concerne, ce n’est pas systématique; mais là c’est vraiment le cas :

      « Alors, il y a ce Manifeste. Ce Manifeste, il est excellent. Si vous avez, justement, écouté ce que j’ai dit à France-Culture, si vous avez lu le papier que j’ai mis dans la revue belge Trends-Tendances, la semaine dernière, et si vous avez lu ma chronique dans Le Monde mardi dernier, vous verrez qu’en mettant les idées toutes ensemble, eh bien, on tombe sur quasiment la même chose que ce qui se trouve dans le Manifeste de Monsieur Varoufakis. »

      http://www.pauljorion.com/blog/2016/02/06/le-temps-quil-fait-le-5-fevrier-2016-retranscription/

      « Et si la sortie de crise passait par la relance budgétaire ?
      De l’OCDE à « The Economist », des voix inhabituelles plaident pour un vaste plan d’investissement public financé directement par les banques centrales. » Publié le 01/03/2016 à 10:46 | Le Point.fr .Par Marc Vignaud
      http://www.lepoint.fr/economie/et-si-la-sortie-de-crise-passait-par-la-relance-budgetaire-01-03-2016-2022024_28.php

    3. à Vigneron(voir plus haut)
      Allez;nous y revoilà.Avec Mr.Vigneron,c’est de « Varouf »
      qu’il est question.Le respect,un minimum de respect vis à vis d’autrui,est la condition de tout dialogue.Je sais bien qu’il y a peu d’endroit où l’on peut apprendre à délibérer.

      1. M Jorion, tout arrive… 😉

        Dixit The Economist et repris par le Point

        Larguer de l’argent par hélicoptère ?

        « Et voilà que ressurgissent les idées les plus iconoclastes pour sortir le monde du marasme économique qui le guette. Face au risque d’une « stagnation séculaire », face aussi à un excès d’épargne dans les pays développés au détriment de la consommation et de l’investissement, pointé par Lawrence Summers, ancien secrétaire au Trésor de l’ex-président américain Bill Clinton, les gouvernements doivent envisager de renouveler leur arsenal, plaide The Economist. »

        « La solution la plus radicale ? Larguer de la monnaie par hélicoptère dans les pays avancés pour conjurer le risque d’une inflation durablement très faible, voire d’une déflation (baisse auto-entretenue des prix, puis des salaires, de la demande et de l’investissement). La version de 2016 de l’« helicopter money », d’abord évoquée par Milton Friedman, serait bien sûr un peu plus raffinée : plutôt que de nourrir la spéculation sur les marchés financiers en achetant de la dette publique (le quantitative easing, comme disent les spécialistes), la banque centrale pourrait créer de la monnaie sans contrepartie pour financer une baisse d’impôt ou une hausse des dépenses publiques. Dans cette version, qui passe par l’État, la politique budgétaire serait quasi fusionnée à la politique monétaire. Ce serait une bonne façon de contourner le système bancaire et ses contraintes réglementaires pour injecter de l’argent directement dans l’économie réelle. »

        http://www.lepoint.fr/economie/et-si-la-sortie-de-crise-passait-par-la-relance-budgetaire-01-03-2016-2022024_28.php

  4. J’ai très souvent des affinités de pensées ou de « réflexes » avec Michel Leïs , et je n’ai donc pas été surpris par sa « remise en ordre » de la joute politique autour des « valeurs  » de la gauche et celles de la droite , même si je serais plus équilibré  » dans la tonalité à donner aux unes et aux autres , car selon l’adage « un vice c’est une qualité qui a mal tourné » , on peut écrire la face noire de chaque qualité dans chaque camp .

    Pas pour faire semblant d’être sage et impartial . Parce que c’est comme ça , et qu’à l’usage ( maintenant assez long ) , je crois que les qualités des uns et des autres virent au diable dès qu’elles ne sont pas prises en compte par « l’autre » . Quoi qu’on me raconte ou que ma propre initiation politique m’ait inculqué , je suis de plus en plus sceptique sur les vertus du conflit « démocratique » quand il ne devient qu’un champ de bataille qui méprise l’autre .

    Il ne s’agit absolument pas de tomber dans l’ornière centriste du  » je prends le meilleur dans chaque bord » , qui a tôt fait , à la première difficulté ,et via la sacralisation de la propriété privée, de rejoindre la droite ( ce qui semble même déjà fait avant même l’exercice souhaité du pouvoir )

    Je n’ai donc plus rien à faire d’un candidat de gauche , de droite ou du centre ( l’extrême s’excluant par structure viciée).

    Si tant est que le pouvoir ,qui nous fait libre ou esclave , passe encore par des élections dans les systèmes institutionnels en cours , je cherche donc « un homme » ou  » une femme » qui auraient cette largeur et puissance de pensée  » chevillée au corps » ( là pour le coup , je suis en accord avec Paul Jorion ) pour se mettre en jeu totalement ( mais sous contrôle citoyen, faut pas oublier l’Histoire non plus !).

    Je ne sais si Piketty peut être cet « inconnu » là . Il est le seul à savoir jusqu’où il pourrait compter sur ces amis avant d’être jeté aux poubelles de l’Histoire .

    Mais s’il est capable de porter  » en progrès » ,et l’esprit de finesse et celui de géométrie , ça vaudra plus tard la peine de fouiller les poubelles .

    Si , comme on peut le penser , « nos » et « leurs » élections présidentielles ne se suffisent pas pour mettre à l’œuvre « le » pouvoir qui nous libère , il reste nécessaire , pour parer aux trois solitons , de continuer la dissection des pouvoirs et des propriétés , par tous instruments logiques ou pas !

    Liberté , Égalité , Fraternité étendue au vivant .

  5. C’est un peu « A la recherche de la nouvelle star » cette « primaire à gauche »… Bah, ça occupe… comme ça on croit que la population a encore son mot à dire sur les décisions la concernant… pourtant je me souviens de ce référendum en Grèce cet été ou le NON massif contre la politique des mémorandums de la troïka a été suivi d’une dérouillée encore plus massive que le pire des scénarios prévu… pour l’exemple, le flingue sur la tempe !! Alors, même si (on peut rêver, c’est pas encore interdit) le pro-euro/UE Piketty devient le prochain président, que fera-t-il lorsque les costards gris viendront lui foutre ce même flingue sur la tempe (ie notre tempe) ? Il se couchera !! On est en route vers la guerre civile et le chaos total, je préfère m’y préparer que de faire confiance à des gugus qui nous dégouteront une fois de plus de la « politique »… n’est-ce pas cela, le « sortir du cadre » si cher à Jorion ??

    1. « On est en route vers la guerre civile et le chaos total, je préfère m’y préparer que de faire confiance à des gugus qui nous dégouteront une fois de plus de la « politique » »

      Là, je sens que Vigneron va nous sortir un discours survivaliste de derrière les fagots.

    2. Le bunker est en construction ?
      Vous êtes victime d’une terrible illusion, celle de penser que vous n’êtes rien et que vous ne pouvez rien faire pour que les choses changent, vous théorisez alors votre propre défaite. Les « gugus » ne demandent que ça.

  6. Les sondages qui jouent avec les concepts de gauche et de droite ne veulent plus dire grand chose.
    Les élections, que le pouvoir financier de la bourgeoisie contrôle à travers les médias et les politiciens. Au mieux , elles conduisent les politiciens dits de « gauche » à se vendre. Au pire, si ils ne le font pas, elles conduisent au fascisme.

    C’est maintenant que ça se joue, avec une majorité de français vent debout contre le retour au XIXème siècle (Kel Khomri !).
    Ici les infos des mobilisations en cours ou en préparation
    http://www.anti-k.org/category/luttes/:

  7. Je me suis pris à rêver. Hollande ne se présente pas, par prudence, et en invoquant que c’est la faute à la courbe du chômage. Une primaire PS est organisée. Valls, Aubry sont candidats. Joli spectacle, on reparle du PS. Mélenchon s’y met ou non ; et un EELV ou non. Cela change-t-il grand chose à la probabilité d’un 2e tour Le Pen – Jupé ? Oui mais seulement si une partie de la droite vote pour Valls à la primaire puis au 1er tour, grâce à l’attirance du spectacle. Aubry et les autres ont joué les utilités : ils n’ont pas ou peu de ‘réserves’ de voix ailleurs.

    1. Faut être réaliste. Pour Mélenchon c’est parti. Il n’y a plus de retour en arrière. Il est le seul en mesure de fédérer et de donner l’espoir d’une autre politique.

  8. Faire le constat que ‘nous avons besoin de Piketty en 2017’ ‘sans quoi nous ne pourrons plus faire de la politique’ est séduisant, mais me fait poser deux objections :
    Un président ne fait pas le printemps. Il a besoin d’un vaste réseau de réseaux de militants. Le parti réunit ces militants et tient ses élus territoriaux : sans moi, vous perdez tout. Il faut présenter des candidats pour l’élection parlementaire après la ‘dissolution’. Le régime présidentiel fait croire que le président est l’essentiel, et ce n’est pas faux. Mais ce n’est pas suffisant. Que faire ?
    D’autre part, un nouveau mouvement nait dans des conditions nécessaires (i.e. « un contexte favorable). Syriza est né de l’austérité et des memorandums et des manifs de lutte. Podemos est né d’un pari de quelques-uns d’une approche médiatique différente (radio libre,…), et a été rejoint par le mvt des Indignés et les nouveaux élus locaux (MAdrid, Barcelone, etc.).
    Ne faut-il pas mieux concevoir ce que nous allons faire dans le contexte d’un PS en ruines APRES 2017 ? Anticiper cela dès aujourd’hui ? Comment bâtir un réseau ? Et comment vaincre les suspicions habituelles entre militants des « petits partis » ? Les milieux des EELV et de Mélanchon et de P. Laurent y sont-ils prêts ? Comment être crédibles et audibles en 2022 ? Avec quel porte-drapeau ? (Et pourquoi rien de cela n’est arrivé après 2002 — échec Jospin — et a donné la primaire 2007 qu’on a vu ?)

      1. Ne persistez pas, Google a déjà pris en compte la fote dortografe de ceux qui MélAngent la salade des anchoix et les choix de salades.

  9. Le plus fou est que le pouvoir des friqués ne tient plus qu’à un fil. Ils sont au bout du bout du rouleau. Jamais depuis 225 ans une telle situation n’a existé ! Jamais. Aucune reprise n’est cette fois ci possible. ça craque de partout.

    Il suffirait de se baisser pour ramasser le Pouvoir. Mais celui qui serait à la hauteur ne s’est pas encore déclaré!
    (Mélenchon est finit, d’une autre époque, pas fait pour ça …)

    1. @ Dominique Gagnot dit : 28 février 2016 à 14:14

      « Lorsque tout est construit (enfin bon, on se comprend), que les ressources naturelles sont proches de leur épuisement en regard des capacités de prédation, le capitalisme est une abomination, car il épuise bêtement le peu qui reste, au profit d’une poignée des plus puissants. »

      Tu finis par me désespérer en ne prêtant pas suffisamment attention à ce que j’écris. Tu ne relèves même pas mes plus grosses erreurs comme quand je dis que dans la « robinsonnade » il faut condamner l’attitude de « Fourmi » alors que, bien évidemment, c’est l’attitude de « Cigale » qui est à combattre.

      L’a priori négatif que tu portes au capitalisme, à mon avis sans raison, t’empêche même de voir que le capital (surtout matériel) n’est pas seulement utile en phase de développement mais qu’il l’est également lorsqu’on entre dans une phase de réduction de la consommation moyenne globale.

      En effet, le capital qui constitue une réserve de ressources matérielles, permet de vivre alors que ceux qui n’en possèdent pas sont condamnés à disparaître à plus court terme que les autres.
      C’est bien ce que ressentent les agriculteurs français propriétaires de leurs terres mais trop endettés auprès des banques et trop exploités par ceux qui assurent leurs débouchés. C’est ce qui les fait risquer de sombrer dans la désespérance.

      Ils ont fait un pari gagnant sur le futur en se laissant trop aller à l’endettement plutôt qu’à la capitalisation patiente qui leur aurait permis l’auto financement. Les éléments les moins utiles dans ce processus, sont certainement les banquiers, et non les petits capitalistes propriétaires de leurs terres qui ont commis l’erreur de ne pas suffisamment tenir compte des recommandations d’un de nos premiers ministres, ancien banquier mais aussi, et c’est très important, petit fils d’une famille paysanne.

      https://www.over-blog.com/Georges_Pompidou_biographie-1095203994-art83031.html

      https://www.youtube.com/watch?v=VgD6U9ZGANA

      1. « la capitalisation patiente qui leur aurait permis l’auto financement. »
        En agriculture ? Mais dans quel monde vis-tu Jduc ? Mais mon pauvre vieux, même avec des esclaves familiaux à volonté, c’est pas de la patience qu’il y aurait fallu pour éviter la case Crédit Agricole et vivre ton beau rêve, Jduc, mais au mimimum du Pétain-like pendant trente ans…

      2. jducac, Tu me fais aussi de la peine car tu mélanges les problèmes, et c’est du boulot que de tout démêler.
        Mais pour toi je ne reculerai devant rien.

        D’abord une remarque: la fin de ton sketch pompidolien favori, a disparue. C’est dommage car en y voyait des représentants du bas peuple recevoir des paires de baffe, ce qui résumait parfaitement bien le propos pompidesque.

        Reprenons:

        Le capital est évidement essentiel, nous sommes d’accord.

        Mais le Fond du problème est que, de par le principe du Capitalisme, le capital s’accumule (c’est un fait général)

        Et qu’une énorme accumulation de capital, donne un pouvoir énorme à leur propriétaire.
        (ce qui n’est pas le cas des petits proprios agriculteurs, car ils sont petits)

        Les gros proprios, eux, n’ont qu’une ambition: augmenter perpétuellement leur capital, au détriment de tout le reste:
        gaspillage invraisemblable de ressources, exploitation éhontée des populations…

        Ce qui se traduit au final par une concentration inouïe des richesses, et une paupérisation généralisée. (Dont celle des agriculteurs, endettés ne serait ce que pour acheter leurs terres.)

        Le seul moyen que je connaisse pour remédier à ça (mis à part un empilage de lois toujours contournées) , est que la collectivité se rende propriétaire du capital…

        http://myreader.toile-libre.org/uploads/My_5639f75b29dcf.pdf

        Si la collectivité était propriétaire des terres agricoles, elle pourrait les louer aux agriculteurs, et aurait le pouvoir d’en déterminer l’usage, (agro-écologie, etc…)
        Bref, la collectivité aurait le pouvoir du propriétaire!

        Et les agriculteurs pourraient faire leur métier, sans avoir des banquiers, ou des proprios, sur le dos.
        Et ils seraient tous égaux en matière de propriété…!

        Qu’est ce qui ne te plaît pas dans un tel système ?

        (Je n’ai pas parlé de l’entité qui gérerait tout ça, car c’est un autre problème, essentiel, mais ne mélangeons pas tout)

      3. Je laisse le soin et le plaisir à la collectivité d’apprécier par elle-même les sommets himalayens que peut atteindre la rhétorique grand-guagnolesque :
        « Si la collectivité était propriétaire des terres agricoles, elle pourrait les louer aux agriculteurs, et aurait le pouvoir d’en déterminer l’usage, (agro-écologie, etc…)
        Bref, la collectivité aurait le pouvoir du propriétaire!

        Et les agriculteurs pourraient faire leur métier, sans avoir des banquiers, ou des proprios, sur le dos. »

      4. Et oui, vigneron, mais tu oublies un détail:

        La collectivité c’est le peuple!

        Autrement dit le peuple aurait le pouvoir!

        C’est la définition de la démocratie!

        Serais tu contre la démocratie ?

      5. Gagnot, une confidence : tu sais que t’as un truc entre ton cou et les nuages (ou le ciel bleu, ou un plafond et si tu debout ou assis…) et que ce truc pourrait grandement t’aider à relire ce que produisent sur un clavier les deux machins que t’as au bout des bras ? Là peut-être comprendrais-tu comme tu es GRAVE.
        Ps: si tu arrives à faire ça, ne sois pas effrayé si un des machins au bout de tes bras vient spontanément heurter le haut du truc entre ton cou et le paradis, c’est un phénomène tout à fait normal, menfin chez les gens normaux. Ça fait pas mal, juste à un truc qui s’appelle l’amour propre.
        Crois moi, Gagnot, ça va être l’Amérique pour toi, de découvertes en découvertes. Bon voyage, Gagnot.

      6. En clair, tu veux en venir ou vigneron?

        Si tu veux dire que je suis con, ok ça je le savais déjà.
        Mais par rapport à la propriété, démocratie, pouvoir, etc., as tu des précisions à apporter ?

      7. Et vous Professeur Gagnot, en avez-vous des précisions à apporter sur la transition vers votre modèle ? Les semaines passent et nous ne voyons toujours rien venir. Par contre, le moulin à brasser du vent a lui repris de plus belle, après une accalmie du plus bel effet qui avait permis à de nouveaux commentateurs de tenter les eaux devenues froides de la section « commentaires » du blog de Paul Jorion. Heureusement, chassez le naturel, il revient au galop et avec lui le joueur de ping pong amateur qui revient mettre son grain de sel dans chaque discussion avec la même rengaine, jusqu’à l’épuisement.

      8. Eurkâ, j’ai compris !!!

        Pour ceux que ça intéresse, s’il y en a, j’ai écrit :

        « la collectivité aurait le pouvoir du propriétaire!  »
        puis:
        « Et les agriculteurs pourraient faire leur métier, sans avoir des banquiers, ou des proprios, sur le dos. »
        ———————-

        vigneron ne s’intéressant que à la forme, a relevé la contradiction… (proprios…)

        Et moi, comme un con dépourvu d’amour propre, j’ai pas noté, du moins suffisamment au goût de notre ami, la bourde de ma formulation.
        Ah lalala, lala que je suis bête.

        On va donc corriger en disant :

        « les agriculteurs n’auraient plus à subir un proprio privé, ou encore, ne pourraient plus faire n’importe quoi de « leurs » terres, mais devraient se conformer aux souhaits du peuple quant à leur utilisation. Ce qui s’appelle un régime démocratique. « 

      9. « les agriculteurs n’auraient plus à subir un proprio privé, ou encore, ne pourraient plus faire n’importe quoi de « leurs » terres, mais devraient se conformer aux souhaits du peuple quant à leur utilisation. Ce qui s’appelle un régime démocratique.

        C’est beau comme l’antique, le problème c’est que le souhait « du peuple », c’est de pouvoir bouffer et pour pas cher, ce qui ne va pas arranger les papiers des exploitants.
        Même quand les zygotos de Cash Investigation ont sorti leur chiffre (pipeau) de 97 % de pesticides de leur chapeau, avez-vous vu cher Professeur Gagnot « le peuple » déserter les rayons fruits et légumes des supermarchés et se ruer vers les petites coopératives bio, etc. ? Moi pas.

      10. MÔssieur Alexandre,

        Je me faisais discret, jusqu’a ce que vous ayez laissé jducac me relancer pour la 876èm fois. Là dessus vigneron en rajoute une couche. Bon, ben voila.

        Par ailleurs soit le truc que je propose est de la plus haute importance (je n’exagère pas), soit c’est idiot. Auquel cas vous auriez du depuis longtemps expliquer pourquoi…

        Pour ce qui est de la transition, j’y réfléchi.
        N’attendez quand même pas qu’un Guagnol résolve seul dans son coin les problèmes de l’humanité. Mais je veux bien donner mon idée en évolution permanente, et donc sujette à discussion.

        Supposons un futur Président de la république.

        Phase 1:
        Education populaire, à l’aide de spécialistes de la com et des médias, pour rentrer dans les têtes que nous ne sommes pas en démocratie, mais en pognoncratie… (Y aller doucement. Il s’agit d’une rééducation de longue haleine,suite à 227 ans d’intoxication…)

        Démontrer, expliquer, faire des émissions jeux télé, séries, variétés, etc. , qui toutes, sournoisement, amèneraient l’opinion à comprendre l’Arnaque.

        Phase 2:
        Écrire une nouvelle constitution prévoyant le remplacement progressif de la propriété privée par le droit d’usage.
        Que l’État contrôle sa Banque centrale (avec l’Europe, je sais pas du tout comment on peut faire, mais c’est un autre problème)

        Établir un plan de nationalisations progressif, s’agit pas de tout culbuter en une nuit, indemniser – selon les cas… (on est pas non plus des dindons), à l’aide de création monétaire.

        Faire plancher des Sages sur l’Entité qui devra gérer tout ça (énorme boulot, de plus doit être incorruptible) Mais on est bien allés sur la Lune, hein…

        Évidement y-a plein de questions qui se posent… mais je vais pas faire tout le boulot non plus.

      11. Julien,

        « C’est beau comme l’antique, le problème c’est que le souhait « du peuple », c’est de pouvoir bouffer et pour pas cher, »
        ——————————–

        Et si l’agriculture peut – enfin – produire du sain et pas cher, crois tu qu’ils seraient contre ?

        Le problème est que tu vois ça dans le contexte actuel. Or le contexte dans ce que je propose sera très différent. Ce que tu dis n’a donc pas de sens.

      12. Le problème est que tu vois ça dans le contexte actuel. Or le contexte dans ce que je propose sera très différent. Ce que tu dis n’a donc pas de sens.

        C’est enfiler des perles dans le vent qui n’a pas de sens, Professeur Gagnot. Vous ne nous avez toujours pas expliqué (je sais, vous êtes feignant, le boulot c’est pas pour vous, vous c’est juste le café du commerce qui vous intéresse. Et les dessins, je suis mauvaise langue !) comment organiser la transition vers votre modèle, mais il faudrait déjà collectivement que l’on se projette dans votre petit monde fantasmé, sans quoi ça n’a pas de sens. Je vous laisse votre monde, votre sens et votre contexte, cher Professeur. Vous y êtes bien !

      13. Par ailleurs, Julien, ce que veulent « les gens » est entièrement conditionné par ce qu’on leur met dans la tête !

        La démocratie suppose un peuple éclairé.

        Si l’éclairage permet de comprendre que tout le monde peut bouffer bien et sain,
        que en s’y prenant bien, ça coûte au final moins cher que de bouffer de la m…. , je vois mal pourquoi il serait contre. (surtout si on met Lambotte dans le coup)

      14. Sans compter, Julien, que je te souhaite bien du plaisir pour trouver des paysans prêts à accepter que leur propriétaire-bailleur, leur percepteur, leur Chef de culture tout-puissant et leur banquier, voire leur client, soit la même entité, fût-elle « le peuple »… Si t’en trouves, méfie toi et pense à recruter des contrôleurs en plus, dix par piquebouzig, mini.

      15. Oublie ta rééducation populaire au moins pour les paysans. T’arriveras toujours trop tard pour ceux-là, in utero il grogne et se plaint déjà, c’est d’ailleurs comme ça qu’on les sélectionne, à l’oreille et en prénatal.

      16. Julien,

        « il faudrait déjà collectivement que l’on se projette dans votre petit monde fantasmé, sans quoi ça n’a pas de sens »
        ————————————

        Tout à fait! C’est pour ça que j’ai (déjà) écrit ça ci-dessous : (encore faudrait il que tu me lises. Vigneron aussi, mais bon.)

        ———————————
        Phase 1:
        Education populaire, à l’aide de spécialistes de la com et des médias, pour rentrer dans les têtes que nous ne sommes pas en démocratie, mais en pognoncratie… (Y aller doucement. Il s’agit d’une rééducation de longue haleine,suite à 227 ans d’intoxication…)

        Démontrer, expliquer, faire des émissions jeux télé, séries, variétés, etc. , qui toutes, sournoisement, amèneraient l’opinion à comprendre l’Arnaque.

      17. vigneron,

        Tu confond « le peuple » et des personnages, ou des administrations.
        Si tu ne comprends pas ces différents concepts, ça va être dur de discuter..
        Faudrait que tu fasses un stage intensif d’Éducation populaire…

      18. Faudrait que tu fasses un stage intensif d’Éducation populaire…

        Ah ouais, quand même… Faudrait demander de l’aide à Kang Kek Leu, paraît qu’il a un certain savoir faire dans la rééducation populaire.

      19. « surtout si on met Lambotte dans le coup »
        Ben oui, j’passe pas mon temps à enfiler des perles dans un café de commerce moi Mossieur le Professeur.
        Semis en pot, confection d’une serre au moyen de tube de chauffage Manesman diamètre 22 (pas terminé manque le plastique), continuer la réfection de l’adduction d’eau au potager collectif, épandage de compost, réparation d’un Guérillu (Grenilette améliorée par des Wallons), essais de semis direct de févrole pois et vesce (rien qu’un mêtre carré, juste pour voir)
        Ah oui, j’oubliais, j’ai même réparer un pinceau de mon épouse, elle peint des aquarelles.
        Ce sera tout pour aujourd’hui.

      20. Julien,

        Il y a des gens sur ce blog qui comprennent ce que je dis, et pas spécialement des demeurés…

        Il y a donc 2 hypothèses:
        – soit moi et eux sont fous,
        – soit tu n’as pas compris.

        Saurais tu démontrer que E=M.C². Non.
        Dans ta logique Einstein est donc fou… !! …
        (je me compare pas à Einstein, hein, c’est juste pour expliquer)

        Sinon, tu peux aussi essayer de comprendre « mon » truc, sait on jamais… plutôt que de t’obstiner…

      21. Cher Professeur Gagnot, ma fille de 4 ans a compris « votre truc ». votre truc, c’est d’enfiler des perles dans votre petit monde fantasmé sans être le moins du monde capable d’expliquer comment vivre dans votre petit monde fantasmé. Figurez-vous que ma fille de 4 ans fait ça très bien aussi : dans le sien il y a des licornes, des poneys volants, et tout le monde a de l’argent, pas de pauvres, pas d’enfants qui meurent de faim et tout est à tout le monde (très politisée déjà cette petite). Bref, à peu de choses près, voyez-vous, ma gamine de 4 ans a exactement le même projet que vous. Alors, ne nous jouez pas la complainte de l’incompris. Après tout, même pour les demeurés, il y a vos coloriages (merci pour nous !).

        Pour les leçons de déduction et de rhétorique en revanche, Professeur Gagnot, faudra repasser et mettre du coeur à l’ouvrage, parce que là, on est clairement en dessous du niveau de la mer (je parle de cette transition sur Einstein qui est… well, je ne qualifie pas pour ne pas être trop méchant).

      22. Eh oui j’confonds, mais c’est normal, j’suis pas passé par les centres de rééducation guagnolesques. C’est vrai que les kolkhozniks confondaient pas Le Prolétariat et les commissaires politiques.

      23. Julien,

        « sans être le moins du monde capable d’expliquer comment vivre dans votre petit monde fantasmé. »
        ————————————
        Ah mais si je peux expliquer ça !

        Nous tous disposerions de droits d’usage nous permettant de vivre tout comme aujourd’hui.

        A la différence notable, que les entreprises répondraient
        aux besoins réels exprimés par l’Actionnaire, et les individus consommateurs,
        et non plus aux délires de fortunés…

        Qu’est ce que tu ne comprends pas ?

      24. Oh, la couche que vous tenez Professeur Gagnot… Faut comprendre le français déjà professeur avant de proposer à ses locuteurs votre saut dans le vide !

        Je vais l’expliquer comme à ma fille alors : comment vous faire pour aller de point a, qui est situation aujourd’hui, jusqu’à point b, qui est situation fantasme professeur Gagnot ?

        Vous y en à comprendre, ou bien moi devoir faire coloriage ? Parce que si vous répétez encore et encore même chose, pas nécessaire, nous avoir compris petit monde de poneys volants de professeur Gagnot.

      25. Julien,

        Le ton que tu emploies commence à être fatiguant.
        En tant que modérateur il y a longtemps que tu aurais cloué le bec à quiconque utiliserait ce registre.

        Alors je te demande de te calmer.

        Pour ce qui est d’aller du point A au point B, j’ai déjà donné des éléments. Ici, par exemple :

        http://www.pauljorion.com/blog/2016/02/28/le-dernier-sondage-bva-orange-itele-intitule-les-francais-et-lorganisation-dune-primaire-de-lensemble-de-la-gauche-par-michel-leis/#comment-590516

        et ailleurs.

        Je t’encourage à me relire…

      26. Professeur Gagnot, qu’est-donc que ce tutoiement systématique? Je vous demande de vous arrêter !

        Les trolls ont cela de bien quand on est obligé de se les fader : c’est no limit en retour.

        Le camp de rééducation populaire, c’est vraiment tout ce que vous avez dans votre besace ?

        Po-pom-po-pom-po-pom. Sinon, n’hésitez pas à vous mettre à la flute, je sens qu’il y a quelque chose à creuser dans ce registre.

        Avec toutes mes respectueuses, estimé professeur

      27. Alors le navet pour bobos qu’est « Demain », c’est un film de « bisounours » un jour Professeur, et puis le lendemain, le potager collectif, c’est le nec plus ultra de l’avenir ? Bon on est plus à ça près en même temps, hein !
        What else, les toilettes sèches collectives ?

      28. Julien,

        « Alors le navet pour bobos qu’est « Demain », c’est un film de « bisounours  »
        —————————–

        Ce film fait l’impasse sur la condition incontournable pour que ce qu’il raconte soit possible, à savoir : l’abolition de la propriété privée.

        Pire qu’un navet, il enfume et détourne le regard de l’essentiel : la propriété collective des Ressources…

        Soit les auteurs de ce film sont idiots, soit c’est voulu.

      29. Michel Lambotte apporte lui même la preuve que la propriété collective des Ressources primaires est indispensable !

        Michel, imaginez que votre potager – collectif – ne le soit pas collectif.
        Mais que chaque membre de votre coopérative soit en fait propriétaire de son petit bout, sur lequel en tant que propriétaire il y puisse faire ce qu’il veut,
        y compris des OGM, des trucs arrosés de pesticides, des cochons en cage, etc.

        Vous imaginez le bordel ?

        Alors que, votre potager étant collectif, chacun doit l’utiliser comme le souhaite la collectivité !

        Ben à l’échelle d’une commune, ou d’une nation, ou de l’Europe, ou du monde, c’est pareil ! C’est aux sociétaires utilisateurs de la Planète de décider de son utilisation.
        Et pour ça les Ressources primaires doivent appartenir à la collectivité des humains.

        J’ai bon, là ?

  10. La Gauche n’est pas encore morte mais elle est moribonde grâce aux coups portés par ceux qui au pouvoir actuellement se disent encore y appartenir…..
    Ils poursuivent une politique délibérément régressive dans tous les domaines sociétal, allant ainsi dans le sens de ce que veut une fraction importante du corps électoral de sensibilité droite.
    Grande maladresse ou calcul fourbe?

    1. Ne confondez-vous pas le PS avec la gauche ?
      Le PS a affiché sa schizophrénie en 2005 lors du référendum. Un tel constat aurait du conduire à une scission entre un PS droitier pro-oui et un PS gaucher pro-non.

      La panique des Eléphant à cette idée en a fait un parti-zombie qui finalement appelle aux vote de gauche pour faire une politique de droite.

      Le souci à ce jour c’est que ce parti-zombie empêche l’émergence d’une alternative à gauche, au grand dam des électeurs de gauche et pour le plus grand profit du reste de l’échiquier politique.

      Une primaire peut elle aider à recréer une gauche politique ? A voir.

      1. Si l’on garde un peu de recul sur « l’actualité » de « toute » la Gauche, et sans trop pinailler , il me semble que l’on est en train d’assister à une redistribution autour de trois axes qu’Attali avait opportunément dessiné en 2004 :

        – repli sur soi pour échapper au monde : extrême droite et partie de l’extrême gauche.

        – mieux répartir les richesses en prenant tous les risques de la société de marché : social démocratie de marché condamnée par l’endettement , et glissement inévitable vers « les libéraux durs et purs ». En cours , au PS mais aussi EELV.

        – s’inscrire dans la mondialisation et gagner la bataille contre la « concurrence » , en réduisant les coûts et explosant la précarité .( droite « républicaine », centre , PS « moderne »…)

        Faut il rappeler que ces trois issues , résultats de la prise de pouvoir du marché sur la démocratie , de la réduction du citoyen à un rôle d’agent  » économique » ( je l’avais évoqué dans un papier sur le Libéralisme), conduisent toutes à l’impasse mortelle de la marchandisation généralisée et aux trois solitons qui vont avec .

        La quatrième voie , qui n’est rien d’autre que la réduction des champs du marché , passait pour JA par « gratuité », extension de la démocratie directe , qualité et universalité de l’accès au savoir .

        Les chantiers de transformation de la gauche ( et , pourquoi pas ,de la droite, qui ne pourra pas s’abriter facilement encore longtemps derrière sa clé de voûte « propriété privée » du « cadre » libéral , le monde craque de partout et se fout aussi de la droite et de ses certitudes ), sont donc en appel d’offres .

        Il faudra plus qu »un Piketty , qu’un Macron ou qu’Un Varoufakis pour donner les billes , mais , s’il s’agit bien d’aller sur ces chemins inexplorés , pour nous rendre le statut de sujets , tous les espoirs peuvent renaître .

        Et tant pis pour les conservateurs de gauche et de droite et les décérébrés marchands .

      2. Attali, Juan ? Tu te souviens ce qu’il disait y’a un an ?

        « Je pense, et je l’ai dit depuis plusieurs années et je l’ai dit tout de suite, qu’il a l’étoffe d’un président de la République. Je l’ai dit dès que je l’ai vu. Parce qu’il a ce mélange très français de l’intellectuel et de la compétence, de la hauteur de vue et de la volonté, de l’entêtement aussi.»

        M. Le Béni ou M. Le Maudit ?

      3. @Vigneron:

        ça n’est pas le plus intéressant chez lui , à mon goût , et sa prédilection à lancer des poulains ou pouliches ( Paul Jorion peut tenter de lui faire signer son appel pour Piketty ), m’a toujours paru la manifestation la moins intéressante de sa personne .

        Peut être la trace d’une impuissance à être « homme de pouvoir » , contournée par le costume d’homme d’influence.

        Mais l’analyse d’onde longue , historique , est une de ses remarquables qualités .

      4. Il s’agit d’un processus semblable à ce qui s’est passé lors de la signature du « programme commun de la gauche » entre le PS, le PCF et le MRG, F. Mitterrand a fait entré 4 ministres PCF et 2 ministres MRG au gouvernement en 1981. Ces ministres n’occupaient évidemment pas de postes stratégiques et la promesse de leur participation étaient surtout de pouvoir compter à l’époque sur les 25% de voix populaires du PCF.
        Si dans un premier temps, certaines des promesses ont été tenues, très vite, il s’est avéré que cet attelage n’a pu faire face aux aléas de l’économie d’alors et vint donc la « politique de rigueur », désespérant toute la fraction la plus à gauche de l’époque, le PCF aux élections suivantes a été laminé. Il est intéressant de remarquer que de cette époque date aussi l’envolée du FN: 14,4% en 1988 alors qu’il ne représentait qu’une fraction négligeable avant l’arrivée de la gauche au pouvoir.
        Un parallèle peut, semble-t-il, être établi avec le président actuel, appelant 2 ministres EELV (J.V. Placé et E. Cosse) afin de détruire ce qui persiste de EELV et par ailleurs, manipule l’aile gauche du PS via le sieur Cambadélis……
        Il est donc très clair maintenant que beaucoup d’électeurs déçus de cette « gauche menteuse » seront tentés de reporter leurs voix vers un parti extrême afin de punir ceux qu’ils considèrent avoir failli, à moins que, – un miracle est toujours possible -, un vrai candidat de gauche, avec un programme clair et précis auquel il affirmera s’y tenir sans désemparer, puisse apparaître?

      5. Faux Nyssen, la filiale française du PCUS était dans un état de consumation aussi avancé que celui de la maison mère en 1981, avec un score de 15% au premier tour soit 11% des inscrits. Mitterrand s’est contenté de finir le job : disperser les cendres.
        Faudrait voir à pas confondre Marchais et Berlinguer.

      6. @vigneron
        N’ergotons point sur les chiffres, c’est du processus utilisé qu’il s’agit: détruire toute opposition de gauche de la gauche pour, au final, présenter le candidat « naturel de la gauche », face aux candidats de droite et d’extrême droite, le nommant seul démocrate face aux dérives possibles de ses adversaires.
        Une chose est ignorée, -mais l’ignorent-ils vraiment-, c’est que les électeurs sont gavés de promesses non tenues et sont donc très tentés de voter pour le candidat d’un parti extrême, non par adhésion au programme présenté (hormis une certaine frange) mais pour « punir » ceux qui les ont baladé jusqu’ici.
        D’où, s’il existe un véritable candidat honnête de gauche, la nécessité pour lui de prouver préalablement qu’il tiendra ses promesses.

  11. J’ai fais un rêve.
    Jorion, Piketti, Lordon… rejoignent Melenchon pour construire une alternative à l’oligarchie.
    Melenchon n’est pas parfait, qui l’est?
    Il est le seul politique expérimenté qui a fait un tel chemin, du productivisme marxiste à l’écologie. C’est pas rien.
    Il sait utiliser les médias. Ce qui peut-être utile pour toucher le plus grand nombre.
    Voilà je rêve d’une fédération des bonnes volontés pour un but qui nous dépasse tous.
    J’ai peur de me réveiller !

    1. Mélenchon est tout ouvert. Il sait que tout seul il n’arriver à rien. Alors comme vous le suggérez, Xavier 37, ne pratiquons pas l’exclusion (les primaires) mais l’inclusion de la vraie gauche. Les partis de la vraie gauche, pris séparément, ne peuvent pas grand chose, mais en s’ouvrant aux associations, syndicats, à toutes les bonnes volontés, ils peuvent gagner les présidentielles et les législatives. Il faudra tôt ou tard que le mouvement pro-Piketty rejoigne les autres mouvements qui se créent ou se re-créent à gauche.

  12. au lieu de suivre les manoeuvres politiciennes « primaire » ou pas primaire, candidatures à une élection présidentielle, il serait plus judicieux de suivre la remontée du mouvement social et citoyen qui se déroule actuellement sous nos yeux. C’est de là – et de là seulement – que peut naître un renouveau politique et non dans les « combinazione » politiciennes (et à ce titre, la candidature Piketty, prêt à se rallier à Hollande – en dernier ressort – n’est rien d’autre)

    1. Pour ceux qui auraient une foi absolue dans le tirage au sort et la démocratie horizontale, voici une réflexion sur les limites de la démocratie directe telle qu’elle existe en Suisse. Sans un haut niveau de conscience politique et de sens des responsabilités, le pire peut toujours arriver.

      « Dimanche 28 février, les électeurs se sont prononcés pour la seconde fois en cinq ans sur « le renvoi des étrangers criminels ». Homme de gauche et essayiste, François Cherix est l’une des rares personnalités suisses à dénoncer les dérives de la démocratie directe helvétique …  »

      Extraits :
      « On a l’impression qu’en Suisse, il est possible de voter sur tout et n’importe quoi.

      Oui, il est très facile de lancer une initiative populaire (les citoyens qui récoltent 100 000 signatures en l’espace de 18 mois peuvent proposer une modification de la constitution fédérale qui sera soumise à une « votation populaire », alors que le « référendum » permet de se prononcer sur une loi déjà adoptée). Comme vous le dites, on peut pratiquement voter sur tout et n’importe quoi : sur des choses anodines comme la largeur des camions, ou encore les cornes des vaches (une collecte de signatures est en cours pour savoir si l’on accorde des subsides aux paysans qui gardent les cornes de leurs vaches). Mais on peut aussi se pencher, comme c’est le cas ce dimanche, sur des objets qui mettent en péril des droits fondamentaux comme le principe de proportionnalité en justice. Ou qui remettent en cause des accords internationaux comme « l’initiative contre l’immigration de masse » adoptée en 2014, en totale contradiction avec l’accord de libre circulation signé avec Bruxelles. Aucun garde-fou, aucun interdit ne peut empêcher la démocratie suisse de défaire la démocratie.  »
      et encore :
      « Dans une récente tribune publiée dans Le Temps, vous écrivez que le modèle suisse est au bord du chaos. Qu’entendez-vous par là ?

      D’une participation citoyenne, nous sommes passés à une domination de la démocratie d’opinion. Il est utile de rappeler qu’il s’agit d’un système rustique, inventé au XIXe siècle et qui fonctionne avec deux exigences principales : une haute conscience citoyenne et une société à évolution lente, stable, avec des principes d’autorité bien structurés. Or depuis le début du XXIe siècle, nous sommes, et c’est le cas dans toutes les démocraties européennes, dans des systèmes extrêmement rapides, avec des opinions volatiles et extrémistes, sur fond de nouvelles technologies. Nous avons complètement muté. Parce qu’il est aujourd’hui très facile de réunir des signatures, ou de voter comme on met un « like » sur un sondage, nous sommes maintenant dans un système où l’on vote quatre fois par an sur une douzaine de textes. »

      Enfin :
      « La Suisse a absolument besoin d’une cour constitutionnelle. On pourrait avoir un examen a priori des textes d’initiative proposés à signature, avec un certain nombre de paramètres précis qui permettraient de les valider ou non. Ce serait une forme de restriction, mais aussi de sécurité. Cela permettrait d’avoir le meilleur du système et pas le pire. Ensuite, il faudrait augmenter fortement le nombre de signatures requis pour déposer une initiative populaire. Actuellement, 1,2 % des citoyens peuvent mobiliser 100 % des votants sur n’importe quel sujet, y compris les cornes des vaches. C’est totalement déraisonnable. »
      Adresse :
      https://www.mediapart.fr/journal/international/270216/francois-cherix-la-suisse-face-au-risque-d-une-dictature-populiste?utm_source=article_offert&utm_medium=email&utm_campaign=article_offert&xtor=EPR-1013

  13. Dites-moi, c’est quoi l’ensemble de la gauche ? Y a-t-il encore une gauche ? Après que Hollande et consorts aient pratiqué une politique de droite, et encore plus à droite qu’on aurait pu le supposer de Sarkhozy.
    Les gens qui parmi vous considèrent que la « gauche » encore existe il ne la trouveront que chez ceux qu’en général ils rejettent, ceux du PG, du NPA ou de LO.
    Ah, ils n’étaient pas au pouvoir ?
    Mais dites-moi quel facteur a bien pu permettre aux équipes de Hollande d’aller si loin ?
    Le simple, si j’ose dire, fait que le PS constituait dans le cadre de la 5ème République un paravent contre toutes les manoeuvres antisociales que ce gouvernement a régulièrement semé en détruisant systématiquement non seulement les acquis du CNR mais en tentant d’aller encore plus loin de remonter dans le temps.
    Etes-vous convaincus que la loi El Khomri est la dernière atteinte au droit du travail patiemment acquis par nos pères et qui risque d’être rayé pour fort longtemps en ramenant la société à ce qu’elle était avant 1900 ? En avez-vous conscience ?
    Ceux qui me diront que cela va faciliter à vaincre le chômage et à relancer la machine économique sont dans l’erreur. La seule chose que cela produira ce sera encore plus de précarité encore plus de chômage encore plus de malheur ! Car d’une part la croissance ne repartira pas et qu’il est nécessaire qu’elle ne reparte pas pour des raisons tout bonnement écologique. Qu’il faut complètement modifier le paysage industriel et économique dans le but de lutter contre le dérèglement planétaire. Et ce n’est pas avec ces gens-là dont a vu la duplicité que cela se fera.
    Le bazar actuel n’est dû qu’à la complaisance aux puissances de l’argent d’un prétendu gouvernement socialiste !
    Une primaire de la « gauche » aboutira à une primaire de « Solfériniens » et de leurs séides. Point !
    Qu’ils la fassent leur primaire, ils sont autant de gauche qu’il y de poil sur un oeuf !
    Que des gens sincères se fourvoient dans ce grand déballage me peine au plus haut point. Vous n’allez pas quand même mettre un Gérard Filoche en face d’un Macron ? Ils ne sont pas dans même camp : Filoche défend encore les travailleurs, Macron cherche à s’en débarrasser comme d’un coût à la croissanceincessante des dividendes des grosses sociétés.
    Hollande a tué la gauche, faites-vous une raison et questionnez-vous sur la raison pour laquelle des travailleurs votent FN ?
    La misère est la seule réponse(et le bourrage de crâne des médias) qui font apparaître ce parti comme celui qui apporte des solutions.
    Alors, plutôt que d’alimenter une polémique stérile sur une primaire à gauche et de présenter un homme miracle pour la sauver en la personne de Piketty, allez-donc voir ce que les gens d’en bas pensent de ce foutoir !
    Beaucoup ne seront pas déçu de la réponse.
    Des gens dans la m…e j’en vois tous les jours, c’est mon boulot de militant et la primaire à gauche leur passe loin de leurs soucis du quotidien.
    Revenez sur Terre et cessez d’alimenter cette pantalonnade de primaire à gauche !

    1. Même les plus désœuvrés reconnaissent un discours de vérité et honnête…. Je dirais encore que c’est le seul entendable pour des gens à bout.

    2. Du calme, la primaire n’est pas une pantalonnade si Piketty s’y colle, avec notre et votre aide. Cette primaire est une chance pour faire se découvrir les faux derches du P. »S ». Hollande, Macron et Vals n’ont aucune chance de parvenir au second tour.
      Ce gouvernement a une cote d’environ 15%, c’est dire que leur échec est garanti.
      Il est vrai que le blog patauge dans l’actualité et s’y perd un peu. Mais Paul a raison: l’urgence le demande.

      1. Et c’est toujours aider « Des gens dans la m…e » , sûrement moins efficacement que désiré, mais à plus long terme. Il n’y a pas , et il n’y aura pas, de miracle.

    3. « Il y a pire que de tromper les autres , c’est de se tromper soit même ».

      Si la gauche se résume à PG , NPA et LO , elle n’est pas prête à être Une !

      Les gens dans la merde n’en sortiront pas , et d’autres n’éviteront pas d’y tomber , si les petites mains militantes ou pas , ne contribuent pas ,consciemment ou pas , à la transition vers un cadre qui nous rende le statut de sujet et pas d’objet économique , qui rende au Droit la primauté sur les traités économiques …

      Il y a des voix à gauche , en milieu confessionnel , chez certains libéraux , au fond des consciences qui réfléchissent un peu sur notre Récit , pour commencer à le dire et à écrire les « pièces à changer » .

      Les mécaniciens et leur réputation importent peu .

      Le plus difficile à faire bouger est sans doute le « patient » lui même, engoncé , installé , ivre ,dans sa crasse de milliards d’égoïsmes exigeants capricieux pour chacun d’eux ,et traîtres et sans loyauté envers tous .

      La France avait laissé tomber Jospin , parce qu’elle ne comprenait pas où il voulait aller.

      En l’état , je ne comprends pas ( sauf pour les extrêmes , où , le sachant , je me refuse à les suivre) , où les parti de tous autres bords souhaitent m’emmener .

      Moins d’un an pour qu’ils me parlent de moi et de l’humanité à sauver .

  14. Allez, pour ce qui est de la guerre générale contre la propagande des marchés et de l’Etat, et de se décoloniser l’imaginaire, un vrai boulot de toute façon pour tout le monde et pour chaque jour, voici les quatre « La chronique de Paul ».
    Il s’agit ici de Paul …Hermant, journaliste Rtbf à la retraite mais pas inactif.
    La 1 – Une entrée en matière autour du chômage, et une variation sur le thème de la ‘blague’.
    La chronique de Paul n° 2 – Histoire de la grenouille. « C’est malin, l’austérité », « l’austérité, c’est simple. » Une merveille que je propose pour l’Oscar de la chronique. Devinez les quatre mots de la fin: « Si vous croisez une casserole, changez de trottoir, et … »
    La chronique de Paul n° 3 – La crise de l’accueil des demandeurs d’asile. « Pour que la comédie soit complète, il faut ajouter de la farce à la farce. »
    La chronique de Paul n° 4 – La RCTT, Réduction Collective du Temps de Travail. Quand un syndicat propose des accroissements de leurs bénéfices à des patrons qui les refusent.

    Produites par un syndicat de métallos, elles sont toutes sur youtube:
    https://www.youtube.com/results?search_query=chronique+de+paul

  15. Paul nous dit dans son appel:
    Thomas Piketty – connu internationalement pour son livre Le capital au XXIe siècle, décrivant l’incroyable concentration des richesses qui bloque nos sociétés aujourd’hui, dit : « Je n’ai pas vocation à être candidat à la présidentielle ! » Il dit vrai. Et c’est pour cela précisément qu’il fera un excellent candidat et un excellent président des Français ensuite !

    C’est l’intérêt de son initiative que de faire avancer cette réflexion.
    Mais une condition nécessaire n’est pas suffisante.
    Que Thomas Piketty soit sans ambition politique ne suffira pas à en faire un bon président!

    1. « Que Thomas Piketty soit sans ambition politique ne suffira pas à en faire un bon président! »
      De la même façon, quand Mélenchon (ou autres) a une ambition politique, elle ne suffira pas à en faire un bon président.

      1. Les responsables politiques authentiques sont appelés à se mettre AU SERVICE des citoyens.Une quelconque
        « ambition » ne saurait avoir que cette mission.A ce titre,
        je persiste à penser qu’une ambition de « droite » et une
        ambition de « gauche »,ce n’est pas la même chose.Quand
        on se sent à gauche,cela veut dire qu’on se méfie des
        ambitions des uns et des autres.Car,jusqu’à présent en
        France,et dans la longue période,on ne voit pas trop au niveau des Pouvoirs effectifs(pouvoirs
        économiques des grandes entreprises compris)qu’ils aient
        semblé vouloir servir les intérêts des citoyens au sens
        large,et des plus mal lotis notamment.La question du
        respect de l’environnement(question de plus en plus aigüe depuis 1970) devenant de plus en plus grave et urgente,peut-on
        laisser les grands propriétaires des
        ressources primaires non renouvelables continuer de faire la
        pluie et le beau temps.de l’économie,des banques,des
        médias,…..et des « ambitions » politiques.?
        La question du
        programme est importante,celle des personnes aussi.
        Et l’on doit pouvoir choisir qui ,et sur quel programme,
        en France et pour 5 ans. Donc,a priori,aucun candidat
        « naturel » ne doit émerger avant choix des citoyens.

      2.  » Peut-on laisser les grands propriétaires des
        ressources primaires non renouvelables continuer de faire la
        pluie et le beau temps.de l’économie,des banques,des
        médias,…..et des « ambitions » politiques.? »
        ———————————

        Excellente question de fond, qui peut amener des réponses révolutionnaires…

      3. Plus qu’une ambition, il s’agit ici de la place de chacun au sein d’un groupe et de la représentation que chacun s’en fait.
        Comme il existe un risque à ce que le groupe devienne une horde, tant est grand le désordre, Piketty tout comme nous tous, devons requestionner notre place dans le débat collectif.

      4. Si le Dominique propriétaire fait de la propriété son objet de révolte, quelle sera la grande œuvre de son ambition sinon de tout détruire ?

      5. Armelle,

        Dans le débat collectif, les gros propriétaires prennent toute la place, puisque ce sont eux qui décident de l’usage des Ressources ! C’est ni vous ni moi, ni même le gouvernement!

        Car la propriété privée de ces Ressources est, parait il, sacrée… par la loi.

        Et sans Ressources, ben… reste l’amour, l’eau fraîche, et les belles idées, pour pédaler dans le vide.
        Il semble que vous soyez bien partie pour continuer encore un moment, non?

      6. « Si le Dominique propriétaire fait de la propriété son objet de révolte, quelle sera la grande œuvre de son ambition sinon de tout détruire ? »
        ———————–
        Armelle,

        Mais ce n’est pas à moi de décider de ce qu’on fera de cette propriété collective.
        C’est à nous, à vous, c’est au peuple d’en décider!

        Vous n’avez rien de mieux à proposer que de tout détruire ?
        ouch…

      7. Votre vide est du « sous vide », lequel n’existe pas dans la vraie vie. Votre propriété … menaçante et indomptable, est, sinon une belle idée, une accroche que vous ne voulez assurément pas lâcher, au risque de plonger dans le vide justement. Ce terme signifie que rien n’est stable…. y compris l’objet de votre révolte.

      1. Armelle, vous avez lu ça :
        (j’ai donné le lien un nombre incalculable de fois)
        ————————————-

        « De ce fait, le peuple « actionnaire » pourrait – enfin – décider des objectifs de l’économie. Les intérêts de tous et de chacun auraient remplacé les profits d’une minorité.

        Ce pourrait être la remise en état de l’éco-socio système planétaire, saccagé par le Capitalisme des rentiers.

        Ce pourrait être de remplacer par des moyens infiniment plus rationnels, des secteurs hypertrophiés tels les Banques, les Assurances, « la Pub », etc.

        Ce pourrait être de relocaliser et rationaliser les productions pour simplifier l’entretien et le recyclage des produits industriels.

        Il s’agirait de partout minimiser notre impact écologique, et de faire avec la Nature, et non plus en la détruisant.

        Précisons qu’il ne s’agit pas de collectiviser l’économie. Les entreprises répondraient aux objectifs de la collectivité, non pas par obligation, mais parce qu’elles y trouveraient leur intérêt, grâce à de nouveaux circuits de financement conçus dans cet objectif.

        Le financement de cette économie pourrait se faire ainsi :

        La propriété collective du sol serait – entre autres – source d’une rente gigantesque. (Les plus offrants étant en concurrence pour occuper les meilleurs endroits !)

        La Rente proviendrait, pour ainsi dire, d’un loyer que chacun verserait en tant qu’usager de la planète, en contrepartie du droit de son utilisation pour habitation, entreprise, et profiter de nombreux services.

        A noter que le droit d’usage offre les mêmes libertés que la pleine propriété, (durée illimitée) à l’exception de la vente ou de la location.

        Cette Rente permettrait de financer la remise en état de l’éco-socio-système et les services publics et généraux, (et non plus d’enrichir à n’en plus finir une minorité.)

        La remise en état de l’éco-socio-système serait le principal secteur d’activité, entrainant la création de nouvelles entreprises, et offrant de très nombreux emplois. »

        Ce ne sont que des propositions, vous aussi pouvez proposer…

  16. Le Président, sera face à une économie qui fonctionne comme ça: (Ce sont quelques exemples, au pif)

    Arnault. Spécialité :
    Utiliser des masses de main d’œuvre aux pires conditions que l’on puisse trouver sur terre, pour satisfaire des caprices de riches.

    Bettancourt. Spécialité :
    Produire en masse des produits chimiques pour satisfaire des caprices de riches.

    Dassault. Spécialité :
    Produire des équipements de destruction massive et ultra moderne.

    Airbus. Spécialité :
    Produire des engins de haute technologie, destinés à vaporiser massivement du gaz oïl dans la haute atmosphère, pour que des masses d’individus aillent à l’autre bout du monde constater que c’est pire que chez eux, à grand coup de matraquage publicitaire.

    Peugeot. Spécialité :
    Produire en masse des véhicules lourds, polluants, gaspilleurs de ressources, pour que des masses d’individus aillent travailler pour payer l’engin à Peugeot, qui les aura au préalable convaincus que ses bagnoles font le bonheur, à grand coup de matraquage publicitaire.

    Badinter. Spécialité :
    Produire de la publicité en masse pour les précédents.

    Bon, ben bon courage M. le Président.

    1. Votre propriété privée, qui sait, est l’objet d’un emmerdement pour votre voisin, genre, vous lui bouchez la vue, vous avez raccourci son jardin, etc.
      Je ne vois pas pour quelle raison, vous excluez les propriétés principales, secondaires ou multi-secondaires. Dans une société particulière du pacifique, vous avez une case le temps de votre vie, puis, on la brûle une fois mort. C’est assez astucieux je trouve. Seriez-vous séduit par l’abolition de l’héritage des biens ? Ce dernier ne comprend évidemment pas l’héritage de l’ADN…. Néandertalien, erectus, sapiens et des meilleurs.

      1. « Il ne peut y avoir 7 milliards de centre!!! »

        Ben nous sommes dans le même bateau de ce point de vue. Car nous sommes tous au centre de « notre monde » de représentations qui empêche la vraie rencontre. Si cette dernière vous intéresse un brin, il va falloir que, vous aussi, vous lâchiez vos certitudes.

      2. Armelle,

        Comprendre l’économie suppose des concepts précis. Sinon c’est tout filandreux, et ne permet pas une analyse rigoureuse.

      3. « Je ne veux rien du tout moi »
        Votre « mission », elle vient du ciel ? Elle vous est tombée dessus ?
        Je dirais qu’une personne investie d’une mission qu’il s’arroge lui-même répand du béton armé partout à la ronde.

      4. « Précis et rigoureux » Gagnot ? Chiche. Alors dépêche toi et cesse de perdre ton temps d’ingénieur retaité disponible. Pour étayer sérieusement ton projet, je vois pas comment faire en moins de 2 000 pages en trois tomes. Reviens nous voir après.

      5. Armelle,

        La mission que je ressens est d’expliquer comment ça marche.
        Pas de faire la révolution, ça c’est au peuple d’en décider !

        Par ailleurs, si vous écoutez Paul Jorion :
        http://www.pauljorion.com/blog/2016/03/02/les-grandes-conferences-liegeoises-paul-jorion-comprendre-les-temps-qui-sont-les-notres-le-2-avril-2015/

        vous saurez que seul un tyran peut faire advenir un monde nouveau, tant les résistances au changement sont importantes !

        (je n’ai pas encore tout écouté, mais il cite Napoléon en exemple…)

      6. vous saurez que seul un tyran peut faire advenir un monde nouveau, tant les résistances au changement sont importantes !

        Ah ben voila, Professeur Gagnot, on comprend vos hésitations à nous expliquer comment vous voyez la transition.
        Pour le tyran, pas besoin de casting, vous faites déjà ça très bien avec les commentaires ici-même ! Plus possible d’écrire quoi que ce soit sans que vous veniez gonfler tout le monde avec votre disque rayé.

        Armelle a été bien gentille de passer un peu de temps à dresser votre portrait, et vous, vous la prenez de haut et la traitez de « bisounours ». C’est pas la reconnaissance qui vous étouffe, professeur.

        Rendez-nous service, échangez-vous vos adresses avec Jducac et continuez votre dialogue de sourds obtus en privé. On arrive à saturation là.

        Une dernière fois, pour la route : rien de ce que vous dites n’est nouveau, tout le monde ici le comprend de a à z, et le comprenez bien AVANT vos interventions à l’emporte-pièce, votre embrouillamini de pdf et vos coloriages. Ce que vous faites est CONTREPRODUCTIF. Vous pigez ça professeur, votre mission divine, vous faites exactement le contraire : vous écoeurez les gens même les mieux intentionnés.

  17. @Armelle
     » Votre propriété … menaçante et indomptable, est, sinon une belle idée, une accroche que vous ne voulez assurément pas lâcher, au risque de plonger dans le vide justement. « 

     » Lâcher prise  » peut apparaître, dans ces conditions, dangereux…
    Peut-être qu’une préparation homéopathique, manière de tester le décrochage et d’entrevoir la suite des événements, consisterait à abandonner sa propre propriété privée, une première peur s’en trouverait vaincue ?
    Surprise surprise…

    1. Peut-être qu’une préparation homéopathique, manière de tester le décrochage et d’entrevoir la suite des événements, consisterait à abandonner sa propre propriété privée, une première peur s’en trouverait vaincue ?
      Surprise surprise…

      Haha, Adoque, demandez au Professeur de Gagnot de donner l’exemple, vous verrez la profondeur de la conviction !

      1. Ben v’la, tout cuit Adoque, Professeur Gagnot vous répond : le beurre, l’argent du beurre, son sourire, le pot de crème, les clés de la bagnole, le pieu et le livret A siouplait.

      2. Non Julien.
        C’est beaucoup mieux et sensé ce que je propose.
        Si tu as des questions, n’hésites pas.

      3. Je sais Professeur Gagnot, on est jamais mieux servi que par soi-même, et comme les fleurs tombent pas comme à Gravelote sur le projet enchanté de Gagnotland, où vous gardez votre maison de gardien à l’entrée, autant se les envoyer tout seul. Sont-ce des fleurs collectives ou des fleurs privées que vous vous envoyez Professeur Gagnot ? Le peuple a-t-il eu son mot à dire sur les graines que vous avez plantez avant de vous en lancer la floraison ? Des questions graves qui font du bruit dans Landerneau à l’heure où nous parlons (heure qui est grave, comme certains commentateurs dont je tairai les noms, mais qui se reconnaîtront à la boutonnière).

      4. Mon p’tit gagnot !
        Je ne sais pas si vous avez remarqué mais, pour l’heure, une action s’engage afin de faire en sorte que Piketty se présente aux présidentielles. Je vous informe également, qu’en première visée de ce blog, se trouve une pétition à signer. Au fait l’avez-vous signée (juste une curiosité) ?
        Est paru récemment, une petite vidéo du chant du TTIP mais aussi, deux articles de François Leclerc dont « la désagrégation… » : gaffe au vide Dominique !

      5. Armelle,

        Ben évidement que j’ai signé la pétition, et retransmise à 1 copain (ben oui, j’en ai qu’un. Les autres me gonflent. Un peu comme sur ce blog, mais là j’y suis en mission)

      6. Ma mission ?

        Si l’on admet que nous devons passer de la pognoncratie à la démocratie,
        c’est d’expliquer que la propriété des Ressources primaires doit revenir à la collectivité.

        Afin

        Que nous – le peuple –

        Profitions TOUS de la Rente issue de ces ressources (et non plus seulement une minorité de proprios privés)

        Afin de financer un tas de choses que j’ai évoquées ici :

        http://www.pauljorion.com/blog/2016/02/28/le-dernier-sondage-bva-orange-itele-intitule-les-francais-et-lorganisation-dune-primaire-de-lensemble-de-la-gauche-par-michel-leis/#comment-590581

        Que nous -le peuple –

        Décidions de l’usage de ces Ressources,

        Et non plus qu’une minorité de proprios privés irresponsables, les gaspille dans l’unique but d’en tirer profit, au mépris de la Planète et de ses habitants.

      7. Mission : « c’est d’expliquer que la propriété des Ressources primaires doit revenir à la collectivité. »

        … dans le but de convaincre les autres, je suppose, ces autres qui vous gonflent. Autant vous dire que cette mission est vouée à l’échec à 100% Dominique. Ca n’est pas une question de réveil ni d’intelligence, c’est que pour convaincre qui que ce soit, il ne faut certainement pas être gonflé par vos interlocuteurs : dialogue pipé et blabla inutile, autant vous adonner aux actions « bisounours ».

      8. Oui, Armelle.

        Et vous connaissez beaucoup de monde capable d’expliquer pendant des décennies comment fonctionne le Système, que perpétuellement on se foute de leur gueule,
        et tout ça sans qu’ils finissent par en avoir ras le bol ?

        La je fais des efforts, pour pas partir en live, comme on dit. Et quand ça m’arrive, je remercie la modération ed faire le nécessaire… 😉

        (Dans la vraie vie je n’en parle jamais, sinon c’est impossible…)

      9. « Expliquer pendant des décennies… »
        Mais ça ne vous arrivera pas Dominique. « Votre mission » a-t-elle quelque chose à voir avec l’ambition ? Car vous avez compris qu’elle n’est plus nécessaire ce qui annule toute qualité suffisante.
        Paul Jorion a écrit sur ce sujet, et, parfois, nous avons des piqûres de rappel, selon les événements. Cela est suffisant. Pourquoi donc vous égosillez-vous, (pas dans le vide non), mais pour récolter en retour, le même « gonflement » des autres que vous avez vous-même ?

      10. Armelle,

        Imaginez que depuis des décennies vous ayez compris que le Titanic fonce sur l’iceberg. Que vous savez que le commandant en est inconscient, obsédé par la vitesse (ou le profit), et que l’équipage ne crois que ce qu’il dit.

        Au début, naïvement vous essayez d’expliquer gentiment, en vous disant qu’ils vont comprendre, car c’est évident.

        Pas de réaction. Vous commencez à vous énerver quelque temps, puis constatant que ça ne sert à rien, ben vous passez à autre chose. Silence.

        Jusqu’au jour ou internet ayant fait son apparition, vous tombez sur un Paul Jorion, qui visiblement a compris et anime un blog connu. Il est seul (ou presque) pour tenter de faire comprendre, sans brusquer, avec une infinie patience, pour amener les réflexions de ci delà.

        Là mon sang ne fait qu’un tour: je ne peux plus continuer de la fermer devant son blog, d’autant que l’iceberg ne cesse de se rapprocher.

        Je crois pas que ce soit de l’ambition, (ma seule ambition est de vivre peinard) mais rester silencieux en pareilles circonstances, c’est un peu comme attendre la catastrophe en regardant ailleurs. Je peux pas.

        Le désolant est de voir que si peu d’entre vous ont compris l’Arnaque. Me semble que vous ne cherchez même pas à comprendre, car ça remet en cause vos certitudes. Et ça l’esprit humain, fiérot qu’il est de son savoir, il aime pas du tout. Et pourtant…

        Le pire est que l’Arnaque est hyper simple, à tel point que plus tard on se demandera comment on a pu être naïf au point de gober ça 226 ans durant.

        Si nous sommes trop peu nombreux à vouloir révolutionner le système économique, ben ce sont les mêmes, puissants et nombreux, qui l’emporteront. Et là ce sera la fin.
        (Je suis content d’être âgé…)

      11. Paul Jorion écrit, mais mon style est complémentaire du sien, il me semble.

        Il ne suffit pas de lire, il faut faire l’effort d’assimiler.
        Si vous aviez réellement compris l’Arnaque, elle devrait vous habiter tant elle est renversante au sens propre.

        Car réaliser que les fondements de l’économie sont faux car arbitraires, et que les économistes se basent tous sur des trucs faux, répété à plus soif, normalement ça choque.

      12. Paul Jorion écrit, mais mon style est complémentaire du sien, il me semble.

        Attention aux portes en passant, Professeur Gagnot ! Je plaisante, vous avez mille fois raison, votre style est bien complémentaire à celui de Paul Jorion : vous expliquez très mal, avec moult circonvolutions, ce qu’il explique très clairement et de façon pédagogique. Les deux font la paire. On pourrait presque dire que vous êtes à Paul Jorion ce que Montaigne fut à Plutarque ! Nannnn, je déconne, plutôt ce que Macé-Scaron fut à Bill Bryson, ou bien un moustique à un vacancier de Port-Leucate.

      13. « les fondements de l’économie sont faux car arbitraires, »
        ——————————-

        L’erreur conceptuelle de l’économie, est que l’on a mis l’individu au centre.
        C’est une erreur de conception majeure, et tout est bâti sur cette erreur!

        En effet, de quel individu s’agit il, puisqu’il y a en a 7 milliards?
        Il ne peut y avoir 7 milliards de centre!!!

        Seule la collectivité des 7 milliards peut être au centre de l’économie, puisque unique.

        L’individu ne peut exister que à l’intérieur de cette communauté.

      14. Bon. Voilà. On ne peut pas vous répondre sans avoir un flot de mots en retour. En tout cas, il existe une deuxième personne qui ne vous gonfle pas, c’est Jorion n’est-ce pas ?
        Pourquoi êtes-vous si persuadé que les gens ne comprennent rien, ne s’inquiètent pas de la situation politique économique et sociale depuis des années ? Que savez-vous des diverses situations individuelles et familiales pour affirmer que personne ne cherche à comprendre ?
        Savez-vous ce que c’est que la dignité et la discrétion ?
        Et pourquoi donc constituer ici, un collectif exprimant peur et colère et exiger de tous d’abonder vos propos à la lettre sans être pris pour des neuneus ? Un collectif n’est effectivement pas une addition des individus mais une synthèse qui tient compte des hétérogénéités, ce que vous ne faites pas. Et si chacun martelait ses idées comme vous le faites mais ce serait le champ de bataille et non un espace de réflexion et d’actions. De plus, si Jorion nous alignait les articles sur la propriété à longueur d’années, tous les jours, ça ferait longtemps qu’on aurait fui à toutes jambes !! Vous faites une fixette bien confortable pour ne pas vous remettre en cause vous-même, en commençant par vous rendre compte que vous n’en avez rien à faire des gens, lesquels ne sont pas « dans la vraie vie ici » dites-vous. C’est pratique et justifie de nous casser les oreilles et le reste …. car nous avons un corps…. à toutes fins utiles. Dans un nouveau cadre, il y a du chemin à faire sous bien des aspects et on dirait que vous n’avez en ligne de mire que les metariches propriétaires.
        Si ça n’est pas de l’ambition que votre mission de nous rentrer dans le crâne votre avis (sans corps ?) alors ce peut être de l’orgueil et du mépris.
        Oui la situation est préoccupante et grave. A ce titre, il est indispensable de faire d’abord un travail sur soi afin de constituer un collectif constructif, respectueux de la vie.
        J’espère que votre « atome commun » avec Jorion, comme vous nous l’écriviez un jour, pourra s’amalgamer avec d’autres atomes…. car la densité est une donnée non négligeable.
        En tout cas, je réitère, votre action missionnaire individuelle est à réinterroger en tenant compte de ceux qui vous entourent en les considérant comme des vrais gens.

      15. Julien, Armelle,

        Peu importe que je sois un moustique, ou ce que vous voulez. Je suis comme je suis. Et vous êtes comme vous êtes.
        Le sujet de la discussion c’est pas ça, mais l’économie, qui est à la base de tous les problèmes du monde!

        Pardonnez moi Julien, je n’avais pas compris que vous saviez déjà tout ça.

      16. Armelle,

        Il est vrai que beaucoup de gens comprennent à quel point on les entube, que nous sommes dirigés par des rapaces, mais bien peu comprennent le fonctionnement du système.

        Preuve en est que j’en vois rarement remettre en question la propriété privée des Ressources primaires. Et vous?

      17. « La propriété…. et vous »?
        Oui bien sûr et la question centrale est la régulation : qui régule, comment, avec l’intention ou pas du bien commun. Et là, nous allons au-delà du seul problème économique quoique vous en disiez. Pour avoir le souci du bien commun, il faut le respect de la vie et des autres. Là, notre responsabilité individuelle intervient. Si nous formons un collectif d’individus très contents de nous-mêmes, certains d’être dans la vérité et accrochés à des représentations dont il conviendrait de nous dépouiller, alors, collectivement, nous courons effectivement à notre perte. Vous ne pouvez pas vous exclure de cette direction, car vous faites partie de notre communauté Homme….
        Si nous pensons que Piketty pourrait faire un bon candidat, c’est à cause de ses compétences évidemment et aussi des qualités humaines que nous percevons en lui (représentation vraie ou fausse d’ailleurs).
        Une fois que vous percevez comment se fait la concentration de la richesse, constatez les dégâts environnementaux, la complexification, etc., nous devons cheminer conscients des enjeux.
        L’humilité et la conscience de nos limites, notre ignorance peuvent faire quelque chose. La colère et la révolte, le refus de l’autre ou le mépris ne sont là que pour nous protéger de la détresse.
        Vous voulez « vivre peinard » : une telle chose n’est pas Dominique. Vous savez que plein d’autres gens vivent des situations bien plus difficiles que la vôtre, pourtant, vous n’entendez pas agir au niveau qui nous est possible, pour soutenir, aider ceux qui vous entourent. C’est une certaine forme d’égocentrisme à mon sens. Vous affirmez que ça n’est pas la peine, selon vous : c’est soi au niveau global soit rien, à la condition que ce soit comme vous le voulez vous. Ce que vous affirmez est d’une énorme violence Dominique et fait penser que vous regardez froidement ce qui se passe autour de vous.

      18. Je ne dis pas qu’il ne faut pas agir autour de soi, mais c’est un autre problème. Que voulez vous dire de plus?

        Le pouvoir de la charité est dérisoire vis à vis de celui de l’économie… Pour ça que comprendre l’économie me parait plus essentiel. Chacun son truc.

      19. Par ailleurs, je ne « veux » rien du tout moi! J’explique comment ça marche!

        Quand Galilée a dit que la Terre autour du Soleil, il ne « voulait  » pas que la Terre …, il décrivait un fait.

        Ben c’est pareil. Il est un fait que les Ressources primaires appartiennent à la collectivité. Et sinon, c’est du vol.
        L’économie est basée sur un vol.

      20. Y a pas de « trucs » du tout, de même qu’il n’y a pas de plus ou de moins. Il y a le blabla et ce qui est de l’ordre de l’expérience vécue. Vous n’expliquez pas, vous assénez. Maintenant, il faudrait sans doute vous dire qu’il est des gens plus compétents que vous et moi sur le terrain économique, anthropologique, et toutes les sciences réunies. Comprenez-vous qu’il faut de l’espace et non un abrutissement dont vous êtes passé maître, abrutissement qui participe du vol de lumière et de son.

  18. Cool, le pieu c’est bien, trés trés bien…
    Je mets une option sur le pieu allopathique et sympathique, à condition que le format soit raisonnable, bien entendu . Je suis OK, également, pour fournir les gousses d’ail bio.
    Bon, maintenant, il manque plus que le crucifix, mais, ça doit pouvoir se trouver, en bois bio aussi, naturlich.
    Il y a bien un « devoted bisounours » qui se balade avec un Dico et son Capello le Grand sous le bras, voire, pourquoi pas, soyons « fou » un chapelet et un crucifix; tans la gibeussiaire.

      1. Compte tenu de votre dévouement certain, à la bonne tenue orthographique des commentaires, je voulais vous remercier. Je me demandais, de ce fait, si vous ne possédiez pas, également, dans votre « équipement », par solidarité et fraternité à mon égard ; un crucifix, qui viendrait compléter mes aulx exorciseurs et le pieu exterminateur ,cordialement proposés, et ce dans le même but que celui qui accompagne votre geste fraternel méritoire. Soyez assuré de ma TOTALE dévotion, du zèle et de la ferveur requises dans l’accomplissement de ce noble but désintéressé, à vos cotés : l’élimination des « vampires » et autres fâcheux et nuisibles calamiteux . D’avance, je vous remercie. 😉

        https://www.youtube.com/watch?v=LlSXH3K0Aeg

  19. @Armelle
     » Et pour la case le temps d’une vie, qu’en dites-vous ? « 

    Même si la question ne m’est pas posée, elle m’interpelle…
    Ça ne serait déjà pas si mal 😉

    A définir comme un droit, dans une nouvelle constitution ?
    Et puis, ce serait l’occasion de reconstruire, pourquoi pas avec les mêmes pierres, en incluant les progrès technologiques, de génération en génération…
    Bon, ça fait un peu Jubilé(*)… en attendant de jubiler…

    (*) ordre divin, jamais mis en application

    1. ça nous éviterait les salles de bain aménagées à la place des cagibis, les vieux tuyaux et fils électriques, les murs branlants bruyants suintants et tutti quanti. Actuellement faut une décade au moins pour remplacer les horribles barres HLM décaties.

  20.  » c’est que pour convaincre qui que ce soit, il ne faut certainement pas être gonflé par vos interlocuteurs … » dit Armelle à Dominique

    J’appelle Gudule à la rescousse pour enseigner quelque posture aïkido 🙂

Répondre à Chabian Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.