Les deux premiers films de James Dean : votre serviteur, (probablement) floué !

J’ai acheté ça à prix réduit quand j’étais encore aux youèssofé : les deux premiers films de James Dean pour $6.99. Je ne pouvais pas y perdre. Que je croyais !

Le premier s’appelle « Hill #1 », la première colline.

Ça s’annonce plutôt mal dès le début : malgré une vingtaine de noms au générique, pas celui de James Dean.

La première scène, c’est pendant la guerre de quarante. Des soldats tirent au canon. L’aumônier arrive dans sa jeep. La conversation s’engage.

Un bidasse : « Colline N°31 cette semaine, Colline N°17 la semaine passée, et N°21, celle d’avant, ça devient lassant ! »

L’aumônier : « Vous savez quel jour on est, les gars ? »

Un bidasse : « On est samedi ! … à moins qu’on soit dimanche ? »

L’aumônier : « Oui on est dimanche. Et non seulement on est dimanche, mais c’est dimanche de Pâques ! Et maintenant que j’y pense, ce ne serait pas une mauvaise idée qu’on parle plutôt de la colline N°1. Vous savez ce que c’est, les gars, la colline N°1 ? »

Les bidasses : « Euh… »

L’aumônier : « La colline N°1, eh bien c’est le Golgotha. »

Flashback. Nous voilà devant Ponce Pilate.

Un général romain : « Mauvaise nouvelle, Boss ! le gars qu’on a crucifié tout à l’heure, manque de pot : c’est vraiment le fils de Dieu. »

Ponce Pilate : « Ah mince ! T’es sûr ? »

J’exagère à peine, le truc est financé par « La société du Rosaire ».

Si Jésus qu’on verra tout à l’heure ressuscité, c’est James Dean, j’en aurai eu pour mon argent, mais pour incarner le fils de Dieu, on aurait sans doute mis son nom au générique. Je crains le pire!

J’aimerais bien savoir si pendant ce temps-là la France bat le Portugal, malheureusement, comme vous le voyez, je suis rivé à mon écran !

Partager :