Vraie fausse interview, par Isabelle Joly

Billet invité.

Paul Jorion, aujourd’hui c’est votre anniversaire, vous venez d’avoir 20 ans.

Tout d’abord, bon anniversaire, ce n’est pas un âge que l’on atteint tous les jours (« On n’a pas tous les jours 20 ans »… comme fredonne la chanson).

Cela devrait être un âge plein de promesses, d’une vie à construire, d’un présent à savourer, de forces de jeunesse à exercer dans tous les domaines, intellectuel, physique, ludique…

Cependant, grâce à vos connaissances en physique quantique vous avez réussi à décrypter les messages venus de votre futur. Ces informations, selon la théorie développée par Everett, remontent les lignes dans le temps, pour arriver à des points de bifurcation où des futurs possibles se scindent, chacun partant dans une direction différente, tout droit pour l’un, à angle droit pour le deuxième.

Un livre, « Le dernier qui s’en va éteint la lumière », écrit par vous dans le futur, vous est parvenu sous une forme cryptée. Il vous prévient d’une extinction certaine de l’humanité à un horizon de trois à quatre générations.

– Ayant conscience de cela, tout d’abord comment avez-vous accueilli cette nouvelle, lorsque les signaux vous sont devenus complètement compréhensibles ?

– Cela vous paralyse-t-il quant à un futur que vous auriez tout d’abord envisagé? Comme avoir un boulot intéressant, qui vous permette de gagner votre vie correctement et de profiter de ce que notre monde technologique et la nature vous offrent (type saut en parachute dans un pur ciel bleu, par exemple) ?

– Vous dites-vous « Ça ne sert à rien tout ça, tout est foutu, je n’ouvrirai pas mon parachute la prochaine fois ? »

– Si vous aviez l’intention de faire des enfants, pensez-vous « C’est foutu, à partir de maintenant je sors toujours couvert, je ne mettrai pas au monde de futurs désespérés que je regarderai grandir avec la certitude de la catastrophe à venir » ?

– Comptez-vous vous retirer dans une yourte, en espérant que votre voisin ne vous dénoncera pas, ce monde est plein d’imbéciles qui ne voient pas plus loin que le bout de leur terrain?

– Comptez-vous vous lancer dans la bataille de la bifurcation, avec vos forces, vos ressources, votre réseau, (une intelligence au service du bien, 1500 euros par mois pour votre blog, les ABPJ), malgré une envie juste d’en profiter, le fardeau est si lourd (« On n’est pas sérieux quand on a 17 ans ») ?

– Votre futur vous-même vous décrit « un soliton » ou « vague scélérate » (réchauffement climatique, pollution, finance sortie de son axe) tout en avertissant de la venue d’une transhumanité artificiellement intelligente, qui prendra votre place.

Vous dites-vous : « Chouette, un moi-même augmenté est déjà dans les cartons, prêt à apporter à l’humanité, de façon plus puissante, ce que j’aurais voulu faire moi-même » ?

Ou « Flûte, il va me voler la vedette, mais bon tous les lecteurs de mon blog seront eux-mêmes des cyborgs, et le monde n’en sera que meilleur » ?

– Votre futur vous-même vous parle également d’un livre, « Qui étions-nous ? » qui se trouve lui-même dans son futur à lui, souhaitez-vous lui faire parvenir quelques réflexions d’un vous-même plus jeune, qui pourraient orienter l’écriture de ce livre, à la lumière de votre inexpérience et de vos espoirs ?

Selon le principe d’incertitude d’Heisenberg, cette vraie fausse interview a peut-être existé quelque part, dans un monde probabiliste. Merci d’en avoir pris connaissance.

6Shares