FN – La stratégie diabolique du 3e tour, par Annie Fortems

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

Depuis une semaine, les stratèges du Front National avancent un nouvel argument de campagne. Leur candidate le développe dans tous les médias, tel un étendard, en s’offrant de plus le luxe de se présenter en chantre de la démocratie. Dans l’hypothèse de sa victoire à la fonction suprême, elle s’engage à organiser un referendum sur la sortie de l’Union Européenne en 2018 et à démissionner immédiatement en cas de réponse négative du peuple souverain.

Cet engagement, à moins de 30 jours des deux scrutins des élections présidentielles revient à annoncer, d’ores et déjà, l’organisation d’un 3e tour.

C’est diabolique à bien des égards.

Et cela risque d’être diablement efficace au regard des sondages : 50% du corps électoral déclare ne pas avoir encore fait son choix et parmi les personnes qui l’ont fait, la moitié envisage de changer d’avis.

C’est dire la labilité de l’électorat et l’incertitude inédite du scrutin !

Alors, que dit la candidate FN à une frange de l’électorat ?

Elle démine les résistances des velléitaires, des versatiles et particulièrement ceux qui, d’élections en élections, rechignent toujours, bien que tentés, à franchir le Rubicon vers le vote extrême. Elle les encourage à faire le dernier mètre en leur promettant cet argument massue, en guise de filet de sécurité : un referendum comme 3e tour, véritable tour de rattrapage, ou tour de la rédemption possible !

Combien vont entendre que l’occasion d’assumer pleinement leur colère, leurs peurs et même leurs pulsions se présente enfin ?

Combien vont comprendre que l’heure d’en découdre à la dynamite a sonné ?

Combien resteront sourds aux appels du sursaut républicain qui ne manquera pas d’être lancé à un moment donné par les autres candidats, les corps intermédiaires et la société civile ?

Et combien vont se dire que l’occasion est trop belle de ne pas se faire duper une nouvelle fois comme en 2002 ?

Les abstentionnistes sont aussi ciblés. Cette masse silencieuse, énorme réserve de voix, premier parti de France, constituée de citoyens pour qui aller aux urnes n’a plus de sens, les chantres du « tous pourris », du « plus rien à faire », du « ça sert strictement à rien ». Avec cet engagement, la candidate du FN leur offre la possibilité unique d’un acte politique et citoyen fort… mais réversible.

« Retournez aux urnes, citoyens, votez pour ma candidature, payez-vous l’establishment et ses élites, tous ceux qui vous ont oublié, osez aller au bout sans vous faire peur… puisque je vous donne la possibilité de changer d’avis dans un an si vous regrettez votre vote !»

Marine Le Pen et ses stratèges ciblent les hésitants, les démotivés, les résignés d’impuissance. Ceux fatigués des coups de semonce répétés mais encore effrayés par le passage à l’acte. Elle leur promet la possibilité inédite de réaliser un coup de maitre indolore, un coup d’éclat sans risque, un coup de force réversible.

C’est la stratégie du fantasme d’un 3e tour, d’un referendum redemption, d’un quinquennat réduit à un an. Illusion de l’ardoise magique et du film de l’histoire rembobinable.

Promesses de bénéfices importants et même jubilatoires pour un risque en apparence si faible.

Dans le grand cirque électoral où tout est permis, la vigilance est plus que jamais de mise puisque l’on sait que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

L’engagement annoncé de cette candidate est extrêmement dangereux par son efficacité potentielle. Il n’est pourtant qu’une imposture à visée exclusivement électoraliste. Dans l’hypothèse de sa victoire, jamais celle-ci, quoiqu’il se passe, ne renoncera à la fonction suprême.

Il n’y aura pas de 3e tour salvateur pour les regrets et les remords.

Partager :

41 réflexions sur « FN – La stratégie diabolique du 3e tour, par Annie Fortems »

  1. A ma connaissance, ce n’est pas la première fois que MLP annonce en cas de victoire d’une part un référendum sur l’appartenance à l’UE, d’autre part sa démission en cas de refus du vote qu’elle préconisera.

    Peut-être l’a-t-elle récemment remis en avant, je n’ai pas suivi. Peut-être bien à visée électoraliste en effet.

    A mon avis, l’effet d’attirance ne sera pas tant par la perspective d’une session de rattrapage pour qui serait déçu par la première année d’une présidente Le Pen – « Si vous n’êtes pas satisfait, nous vous remboursons sur simple présentation du ticket d’achat ! » – mais plutôt par la force de conviction que la présidente du FN cherche à dégager de cette manière. Jusqu’ici, seul De Gaulle a démissionné suite à un référendum perdu, et la référence gaullienne reste forte dans l’esprit de beaucoup de Français.

    1. S’il faut parler de « session de rattrapage », je penserais plutôt aux législatives.

      Je me demande combien en particulier d’électeurs LR, si leur candidat ne parvient pas au second tour, pourraient se dire qu’une combinaison Le Pen à l’Elysée + alliance LR-FN à l’Assemblée leur conviendrait tout compte fait très bien, combinant une version « dure » de « la loi et l’ordre » avec un filet de sécurité LR à l’Assemblée contre trop d’aventurisme européen de la part de la présidente.

      1. Jamais, nulle part, les urnes n’ont permis de dégager aucune bourgeoisie ni même de conquérir les principaux acquis sociaux. 

        Tous les politiciens professionnels, de droite comme de « gauche », vendent des illusions contre une sinécure dans la Ripoublique. 

        Pendant des dizaines d’années, la gauche réformiste a trompé les travailleurs et les jeunes avec des promesses de réforme du capitalisme, qui, dans un contexte de crise, se font toujours contre le camp du travail. Ce sont les politiciens réformistes, que ce soit PC, PS maintenus ou devenus PG, qui ont dégoûté les travailleurs de la « gauche », ont fait et feront encore le jeu des fascistes.

        Le combat pour l’émancipation s’est toujours déroulé ailleurs, et le plus souvent contre eux. Une étape importante de ce combat, à court terme: Premier tour social, tous ensemble, le 22 Avril:
        https://www.youtube.com/watch?v=w3QqGoeQVbM&feature=youtu.be

        Et si on vote, on le fait utilement, pour défendre un programme de révolution sociale et d’émancipation, pas de replâtrage du capitalisme, désormais impossible vue la crise qui va rebondir:
        https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/140317/le-retour-de-la-crise

  2. Il me semble que cette stratégie du fhaine ne vise pas exclusivement les votes de l’abstentionnisme. Beaucoup des électeurs-trices de Fillon, (« buissonniers-ères » quoi… jusqu’à la ligne Guaino) comme à l’autre bout du spectre, de Mélenchon, en gros et pour simplifier de manière populiste… de ceux et celles du « non » majoritaire au référendum de 2005 peuvent être tentés par cette « intention », « promesse », n’engageant que ceux et celles y croyant… Surtout quand on voie que semble s’infléchir la majorité des défenseurs-euses de l’Europe, l’Euro, etc, au fur et à mesure que la « dictature des émotions » sonde l’indécision et l’incertitude qui plane derrière les discours ambiguë du fhaine et de FI au sujet de comment sortir de l’Europe, l’Euro, sans catastrophe….

  3. Pas le sujet du billet mais autre chose de très machiavélique : quand je commence à taper Paul Jo… sur le Smartphone, il y a tout de suite « Paul Jorion imposteur » qui apparaît! Comme si c’était la principale recherche des bonhommes qui tapent ce nom, ridicule !
    Si intentionnel moi pas comprendre

    PS. Quoi que en faite, les vérités dérangent.

    1. Petite révélation Lucas : les résultats de recherche ne sont plus universels depuis 10 ans, ce qui signifie que chaque requête renverra des résultats différents en fonction du profil de l’utilisateur du moteur de recherche et de son historique de recherche. Et donc si vous vous retrouvez avec ce genre de suggestions, c’est que cela correspond tout simplement à un penchant naturel que votre Smartphone a identifié chez vous et il vous soumet par conséquent des résultats plus ou moins en adéquation avec vos préférences.

      1. Ah, moi qui croit qu’un imposteur est quelqu’un qui paye ses impôsants imposts, me voilà fort confusionné. (:;)

      2. @ Lucas
        « Je ne cherche jamais des impostures. »

        Ah mais vous pouvez fort bien ne jamais en chercher, il y a quelque part sur les serveurs de Google une intelligence artificielle qui a déterminé – dans sa grande sagesse – que c’est quelque chose qui pourrait fort bien vous plaire 😀 !

        Trêve de taquineries : les robots aussi sont capables de faire des c…eries. Mieux vaut ne pas attribuer trop d’importance à ce que telle ou telle IA croit pouvoir deviner à partir de vos intérêts ou fréquentations en ligne.

      3. Non, un imposteur est un agent polyvalent des services fiscaux dont le poste consiste à jeter un œil inquisiteur à l’imposte au-dessus des portes et fenêtres des contribuables suspects et discrets (i.e. tous). Le petit imposteur est dit « imposteur à grande échelle », le grand imposteur « imposteur à tabouret ».

      4. Quand même, la providence fait bien mal les choses.
        Quand Paul affirmait que la physique était contre nous, au risque d’extrapoler et de devenir parano, je le perçois de plus en plus.

        Passez une bonne journée les amis, et prions pour Monsieur Leclerc.

      5. Moi j’ai pas imposteur mais « crise, panique, cataclysmique, extinction, agonie ». Mon Gogol travaille pour les fabricants de benzodiazépines et d’inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine, ou Pernod-Ricard, c’est clair.

      6. Trêve de taquineries : les robots aussi sont capables de faire des c…eries. Mieux vaut ne pas attribuer trop d’importance à ce que telle ou telle IA croit pouvoir deviner à partir de vos intérêts ou fréquentations en ligne.
        Mhhh, moi si j’étais une IA un peu taquine et pas trop conne et que je lisais ça, ben j’irais mettre mon nez à l’imposte au Jacquot…

  4. MLP joue délibérément avec le feu surtout en ces temps extrêmement troubles où les électeurs sont plus que démotivés par le fait que, quelque soit le candidat, rien de change vraiment, mais aussi au moment au ceux-ci sont prêts à en découdre avec le pouvoir, quel qu’il soit.

    Je crois que tout le monde est au bord de la crise de nerfs, et un mensonge de plus de MLP (que sait-elle faire d’autre ?) sera l’occasion du déclenchement d’une révolte voire d’une guerre civile. Surtout si elle commence à déporter, activement ou passivement, les « Français de papier » comme aimait à les appeler son tendre paternel, en créant de facto deux grands camps qui vont s’affronter. Le tout sur fond d’état d’urgence donnant les pleins pouvoirs à la police, suspendant le droit d’avoir un procès équitable, et aussi avec l’ombre de l’activation de l’article 16 (de mémoire) de la constitution, ce qu’elle ne manquera pas de faire, lui assurant les pleins pouvoirs…

    Yoohooooooooooo ! Si elle est élue, l’été sera indien. La France se décomposera à vue d’oeil.

  5. Au fait, quelles sont les dernières nouvelles concernant François Leclerc ? Son pronostic vital est-il engagé ?

  6. Entre le rap la variété le rock les conférences De krishnamurti et autres « farfelus » , il ne doit plus savoir où donner de la tête,
    je trouvais ça assez bizarre, comme les marchands de doute .

  7. Bonjour,

    Mais pourquoi donc cette complainte sur la stratégie diabolique du parti d’extrème droite Francais ?
    Cela me fait penser aux élections américaines ou lorsque Hillary était attaquée « à juste titre » sur de nombreuses affaires, la défense consistait à dire …. Regardez … c’est ignoble la façon dont on a fait fuité les infos….
    Hillary était coupable …. et c’est bien pour cela que sa défense était pittoyable.

    Pour moi, La vraie question est … Mais que font les autres partis ou hommes politiques pour proposer des alternatives crédibles ?

    Cordialement

    1. @Gilloux
      Pitoyable complainte, en effet…
      Les perdants (je veux dire ceux qui « geignent » aujourd’hui, qu’ils soient de droite, de gauche où de nulle part) peuvent trouver un certain réconfort à penser qu’ils ont été défaits par « un diable ». Mais le fait qu’ils commencent à geindre ainsi avant même la défaite montre à quel point ils ont depuis longtemps renoncé à argumenter.
      La défaite (à venir?) serait-elle donc moins pesante si l’ennemi est d’ordre divin (ou malin ce qui revient au même)?
      Je ne sais si MLP à réellement réaffirmé récemment son intention (idée assez pitoyable à mon sens) de s’en remettre au peuple pour la sortie de l’Europe (et de renoncer à gouverner en cas de refus!), je croyais cette idée stupide logiquement abandonnée.
      Mais si le projet est toujours « dans les tuyaux », il me paraît autrement facile de le ridiculiser plutôt que d’en faire un stratagème du « Malin », en soulignant qu’enfin si MLP est effectivement élue sur un programme qui prévoit la sortie de l’Europe, pourquoi alors remettre le couvert un an plus tard, si l’on espère pas en fait un « Non populaire » suivi d’une démission salvatrice d’une présidence possiblement impuissante à tenir ses engagements.
      Pensez vous donc que la peur de l’échec et de l’impopularité n’atteigne pas tous les candidats en lice?
      N’y aurait il pas une similitude avec un certain JLM qui lui, s’abrite pudiquement derrière son grand âge?
      En vérité, depuis toujours les politiques se servent de la crédulité de leur électorat qu’ils façonnent au gré de promesses soigneusement combinées par leurs conseils pour leur permettre simplement de parvenir au pouvoir à n’importe quel prix.
      Et chacun sait que depuis Hollande, le prix du mensonge est en forte baisse,
      Il serait donc temps que les électeurs apprennent à se servir des politiques sans illusion, en votant pour ceux qui ont le plus de chance de rompre avec un système à bout de course, c’est à dire ceux qui ne promettent ni réformes, ni croissance, ni stabilité, ni endettement…
      …Ni Europe.
      C’est facile, ils sont quand même bien peu nombreux!
      Et, rassurez vous, même parmi ces quelques-uns, il y a aussi des menteurs!
      Eric.

      1. « enfin si MLP est effectivement élue sur un programme qui prévoit la sortie de l’Europe, pourquoi alors remettre le couvert un an plus tard »

        De ce que j’ai compris, un projet de sortie de la France de l’UE nécessiterait une modification de la Constitution, ce qui rendrait indispensable soit une majorité des trois cinquièmes au Congrès – que même dans ses rêves les plus fous MLP elle-même n’envisage sans doute pas – soit justement un référendum. Utiliser l’article 11 de la Constitution et non son article 89 – soit la méthode choisie par De Gaulle en 1962 https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_fran%C3%A7ais_sur_l%27%C3%A9lection_au_suffrage_universel_du_pr%C3%A9sident_de_la_R%C3%A9publique#D.C3.A9roulement_de_la_crise_politique – permettrait à une présidente Le Pen de déclencher le référendum même sans disposer de majorité au Parlement.

        L’idée de sortir la France de l’UE peut être attaquée, mais la méthode utilisée ne me semble pas attaquable en elle-même.

    2. Bien observé !
      Ce qui ce présente est une crise de fond !
      Les gens en ont marre d’être dirigé par des Tours- qui pensent être des Reines- dirigeants des Pions…
      Il est temps que l’on communique sur l’avenir que nous désirons !

    3. @Gilloux, « la stratégie diabolique » qualifie , dans ce texte, le fait de faire croire à « un 3eme tour », vous l’avez bien compris, je suppose ?

  8. ça y est , dans l’inconscient collectif dont ce billet est une émanation, MLP a déjà gagné , et en plus avec l’aide du Malin , elle est trop forte

  9. Le référendum pour ou contre l’Europe se fera au second tour des présidentielles 2017.

    Le peuple français votera à une large majorité Fillon.

    Parce qu’il faut bien comprendre, que lorsque les banques européennes empruntent à la BCE quelques 400 milliards d’euros à 0,4 %, comme elles l’ont fait ces derniers jours, cette manne providentielle finit par avoir un impact sur les consciences politiques. Bien sûr 90% finit sur les marchés, mais le reste aide à faire les fins de mois des Etats.

    Lepen peut bien s’agiter, et proposer à la France de partir à l’aventure, sans même se soucier sur quelle richesse tangible elle compte asseoir son nouveau franc, elle le fait en pure perte.

    Il n’y a aucun danger Lepen dans le pays. Ce qui agite ce chiffon rouge ferait mieux de s’inquiéter de la montée en puissance de Fillon et de son programme à la Thatcher.

    Et le meilleur candidat contre Fillon, c’est le candidat du PS, soutenu par l’ensemble des organisations ouvrières (partis et syndicats), non pas au second tour, il sera trop tard, mais au premier.

    Pour l’abrogation de la Loi Travail.

    1. Non, sur les TLTRO de la BCE c’est pas à du 0,4 % mais à du 0,4 % qu’ont eu droit les banques qui remplissent les critères liés à un niveau de prêts suffisants au secteur privé. Les banques françaises et allemandes se sont donc gavées de TLTRO. Et ce sera surtout pour en laisser un max sur leurs comptes BCE puisque les taux de dépôts, pour l’instant à – 0,4 %, ne manqueront pas de remonter au vu de l’EONIA.
      http://bruegel.org/2017/03/why-was-the-last-tltro-take-up-unexpectedly-high/

      1. Merci Vigneron d’apporter ces corrections, et évidemment une grande pensée de camaraderie pour le rédacteur de ce blog, François Leclerc.

        En son nom, faisons en sorte de tout faire pour que la bourgeoisie ne remette pas directement la main sur cet appareil d’Etat bonapartiste et réactionnaire.

        Les banques centrales tenant l’ensemble du système capitaliste à bout de bras, le disent elles-mêmes, elles ne pourront pas le faire encore très longtemps.

        Elles exigent des réformes libérales radicales. Elles exigent des gouvernements de droite bien élus et fanatiques

        Nous serions donc incroyablement légers à faciliter la vie de la bourgeoisie, et ne pas essayer de vaincre les Lepen, Fillon, Macron et Mélenchon.

        Avec Hamon, rien ne serait réglé, rien ne serait simple.

        Mais la bourgeoisie française hériterait d’un gouvernement faible, il existerait objectivement une situation politique favorable pour nous, favorable à notre ami François Leclerc, et donc défavorable pour les amis réactionnaires des banques centrales et leur diktat d’imposer des contre réformes libérales anti-ouvrières.

    2. @Eninel (31/3 à 12h47)
      … « Il n’y a aucun danger Lepen dans le pays. Ce qui agite ce chiffon rouge ferait mieux de s’inquiéter de la montée en puissance de Fillon et de son programme à la Thatcher.

      Et le meilleur candidat contre Fillon, c’est le candidat du PS, soutenu par l’ensemble des organisations ouvrières (partis et syndicats), non pas au second tour, il sera trop tard, mais au premier.« …
      ????????????????????
      Vous êtes en vacances à l’étranger depuis longtemps ??

      1. Ne te moque pas, il est séquestré à Petrograd par les Mencheviks depuis 1917. C’est pas rose tous les jours pour lui. 😉

      2. @ Dup

        Quand je vous dis que les mencheviques à la Hamon, il faut les mettre au pouvoir, et les contester immédiatement !

        Dès fois ils sont gentils, dès fois ils sont méchants, toujours ils sont inconséquents.

        C’était des « roses » qui mettaient Trotsky en prison, en exile Lénine, et puis quelques semaines plus tard, armaient les bolcheviques pour conjurer le coup d’Etat de Fillo … non pardon de Kornilov !

        Les inconséquents au pouvoir, en défense du capitalisme en crise ?

        Je prends tout se suite !

    1. Faudrait aller gentiment demander à Putin de faire gentiment pression sur son ami Orban et son nouvel ami serbe Vučić pour qu’ils soient plus gentils avec les migrants…

  10. Est-ce que la tentation d’ostraciser l’abstention en ces temps si troubles d’effondrement multifactoriel, que les incertitudes naissantes se combinant à d’autres croissantes, tentent certains esprits opportuniste d’y voir « du mal partout », d’en faire de la récupération (du genre « si tu vote pas comme moi, voire si tu t’abstiens, alors t’es mon ennemi ». Ou s’y rassemble les votants-es derrière « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ») est-ce que cette « tentation » ne serait pas comparable à cette peur de l’inconnu, comme celle fantasmatique de l’étranger-ère quelque part… ? Cette peur qui existe à chaque fois que quelque chose de différent, hors du commun, apparaît et ébranle des fondamentaux, remet en cause et soulève doute quant à des certitudes, institutions, chancelantes, anime bien des programmes présidentiels et « intentions » se prétendant « anti-systèmes »… 

    L’abstention que l’on peut mesurer dans les dernières élections intermédiaires, fut majoritairement de gauche… Elle trouve plusieurs sens, raisons, une multitude de refus, qui vont autant de croire en un « front républicain salvateur » pour reproduire les même erreurs, errances, dérives des alternances, reconduises même avec « du sang neuf » (avoir du sang neuf ne garantie pas que l’esprit qu’il alimente n’est pas celui d’un vieux logiciel) que le pouvoir des élus-es locaux et leurs programmes ne pouvaient convaincre le plus crédule des électorats, qu’ils étaient en capacité d’être réellement « anti-système », d’aller contre les institutions républicaines même si défaillantes, surtout avec ce que la « réforme territoriale » ouvra comme porte de sortie, comme « boite de pandore »…

    La crainte de sa progression à l’abstention, pour celles présidentielles additionne et amalgame une partie de celle obtenue aux élections intermédiaires, avec le dégoût que les affaires judiciaires, et autre soupçons, etc, touchant la droite « buissonnière », voire partiellement le fhaine, et tout autres « tous pourris », etc… Cette addition, même si l’amalgame peut exprimer plusieurs nuances et sensibilités différentes, opposées, qui élargissent le spectre… ne traduit-elle pas quelque part une forme de résistance morale, à l’immoralité, à la démagogie, au coté irrationnel même, à la « réalité augmentée », aux futurs « faits alternatifs » quoi, que proposent autant les programmes des choix dominants que seule la « dictature des émotions » sondées (la rentre en jeu « l’étrange utilité » de la « réforme de l’égalité des temps de parole ») pronostique comme gagnants (Macron/Fillon/fhaine), avant même le premier tour… que les différentes formes de personnification et personnalisation des candidatures, se et nous moulent/ant dans la 5 ième république, et toutes ses faillites… ?

    Même si le fhaine propose « son intention référendaire » accolé ou pas à sa démission, seuls les esprits les plus crédules et les « chiens-nes de garde » les plus féroces, peuvent ignorer ou faire croire au contraire, soit : qu’on peut faire répondre autant son contraire à l’électorat suivant comment il est interrogé, suivant dans quel contexte, contraintes, etc extérieures (influant sur l’état d’esprits de l’électorat), qu’on peut aussi y apporter une solution inverse à la réponse obtenue au référendum…

    « Diaboliser » le fhaine est utile selon moi qu’à condition que soit mis en perceptive la condition lui ayant permis d’acquérir tant de nuisance, toxicité… Mais être crédule pour croire qu’en opposition à sa « diabolisation », l’immaculée vertu, et « la rédemption » même, anime ceux et celles se prétendant combattre contre… Soit qu’il soit mis en opposition à son programme fascisant en col bleu, ce que le revers de la médaille offre dans la triangulation et qui n’est rien d’autre qu’un fascisme en col blanc, que portent tous deux : Macron comme Fillon et leur férocité à défendre les institutions en l’état (leurs propositions de « réformes » de celles ci seront à la marge et sans réelles incidences)… cela peut permettre de souligner à quel point l’abstention n’est pas inconnue à ostraciser, mais reste une forte demande à laquelle aucune offre y répond dans toutes ses dimensions multiples, et complexes.

  11. La question qui va se poser aux français, c’est de savoir s’il faut attendre une implosion de l’euro et/ou de l’Europe, ou s’il faut que les français montrent le chemin / essuient les plâtres, puisque les autres (Grèce, Italie, Espagne..) n’ont pas encore sauté le pas.
    Le brexit étant de ce point de vue un évènement singulier.

    Je crois plutôt que par crainte / frilosité / peur de l’inconnu…, les français, comme les autres, attendront qu’un évènement extérieur décide pour eux, comme une grosse crise financière ou une vague scélérate.
    Ceci étant posé, des éléments nouveaux de réflexion sont entrés dans le jeu; taxation des robots, revenu universel, réduction de temps de travail, décroissance, transition énergétique, VIè république….

  12. D’où l’idée de constitutionnaliser le référendum révocatoire pour ôter cette arme de la main des politiciens de tous bords et la placer entre les main du peuple.

    Tous mes voeux de rétablissement à François Leclerc.

  13. C’est clair que si l’on avait attendu demain pour annoncé que la Cégété n’était plus le premier syndicat français du secteur privé, on l’aurait pas cru.
    Moi j’aurais pas retenu l’annonce des résultats jusqu’au 1er avril mais jusqu’au 1er mai, ou au 14 juillet.

      1. Oui et surtout peut-être qu’un de ces quatre ça nous fera deux jours chômés, toujours le 1er mai, plus le 31 mars, jour anniversaire du début de l’agonie de la Cégété.

  14. Ne pas mépriser les votes extrêmes car ils sont le plus souvent de souffrance sociale, réelle.
    Peu de votes extrémistes en période de croissance économique, parce que chaque année promet et apporte plus.
    Et quoi qu’on en dise les populations se sentent sereines quand l’horizon est dégagé.
    Pour des raisons physiques, nous savons entrer dans un monde à la population croissante, aux réserves renouvelables surexploitées et sur un plateau de production, à court terme déclinant, pour ce qui concerne l’énergie mais aussi des ressources métalliques et minérales.
    C’est une première historique (au niveau du monde), et c’est le cadre avec lequel il va nous falloir penser, agir dans le monde.
    Il n’y aura pas assez de ressources pour équiper l’humanité comme un français de 2017, parce que l’appareil industriel ne le permet déjà pas et que dans les pays de l’OCDE nous arrivons à peine à entretenir nos grands réseaux du XXème siècle:
    Ferroviaire, électrique, routier, d’assainissement…
    Tant que nos prétendants à l’élection, nous promettrons la croissance comme porte de sortie, c’est la cata. assurée car elle est physiquement impossible et biologiquement nuisible.
    Sans parler de la colère des populations désillusionnées.

    Nouvelle éducation citoyenne, parce que les eaux, les vents n’ont pas de frontières et parce que la Terre n’appartient à personne.
    Il va falloir gagner les prochaines élections en promettant moins avec des conditions plus dures pour tous, bref tout un programme, voir un mythe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.