Le grand débat du second tour : la société du spectacle se porte bien, merci beaucoup !

« Madame Le Pen a-t-elle consulté ses notes en préparation du débat ? », demande la journaliste. Se rend-elle compte qu’en posant cette question dont la réponse n’a d’importance pour personne, elle rabaisse un problème de fond pour la vie de tout le monde – une question de vie ou de mort pour certains – au niveau de la télé réalité, au niveau du « Allô ! T’es une fille et t’as pas de shampoing » ?

Les journalistes font leur métier sans doute, mais certains d’entre eux peuvent-ils, rentrés chez eux, se regarder sans ciller au miroir quand ils sont prêts à transformer – pour de l’audience je suppose – l’avenir de toute une nation avec les joies et les peines de chacun, en un combat de gladiateurs, le rétiaire d’un côté, le secutor, de l’autre, dont la survie de l’un ou de l’autre – qui leur est totalement indifférente en réalité – se jouera in fine dans un pouce tourné vers le haut ou vers le bas.

À part cela, il nous faut entendre d’un côté, le fascisme grossier, immonde, essayant de prouver avec aplomb et la gouaille mauvaise que ça ne peut être que le voisin basané qui a volé l’orange, et que d’ailleurs 2 + 2 font 5, et de l’autre, le représentant, froid, rationnel, intelligent sans doute, d’un monde où la vie des enfants, des femmes et des hommes est subordonnée, dans le meilleur des cas au sort d’objets inertes, et dans le pire, à de simples sommes d’argent.

Il faut dans un premier temps barrer la route à la première, car elle n’incarne rien d’autre que la mort et, dans un deuxième temps ensuite, ne rien concéder au second, car nous méritons mieux que d’être de simples chiffres additionnés et soustraits au sein de statistiques où l’on nous comptabilise comme un cheptel, en tant que ce « capital humain » auquel nous avons été réduits et où, dans un contexte de « concurrence pure et parfaite », nous disputons à nos congénères les miettes que nous ont abandonnées ceux qui savent mieux que nous « comment ça marche vraiment ».

Partager :

Contact

Contactez Paul Jorion

Commentaires récents

  1. Bref Constat. Le monde serait donc toujours fait de « crétins » et de « chrétiens ». Cela dit le sujet est complexe ou…

  2. Mince Le Vent Se Lève dans l’autre sens ! Attention, fort coups de vent attendus 😄 https://lvsl.fr/antonio-casilli-la-menace-dun-grand-remplacement-par-les-robots-est-une-maniere-dassurer-la-discipline/

  3. Salut Garorock A propos de code génétique, il y a un grand absent dans le Projet de la survie artificielle…

  4. Tiens en parlant de Pénélope…. https://www.lemonde.fr/societe/article/2023/10/03/pourquoi-la-justice-enquete-sur-la-deputee-lfi-sophia-chikirou_6192142_3224.html

  5. […] créer une version améliorée de nous-mêmes. […] J’ai lu et relu cette phrase avec perplexité. Comment un homme qui…

  6. Trollichon me l’a dit : je mélange tout. Bah, je vois qu’on est deux !😄😉

  7. Pour le moment, les seules conséquences que je peux voir (comme dirait St Thomas) de l’arrivée de l’IA, ce sont…

  8. « Mais la minorité richissime au pouvoir ne le veux pas. » Pas plus que la majorité des 8 milliards de pauvres…

  9. « Encore une fois, l’IA est mortelle. Elle mourra avec la civilisation qui l’a engendrée, et qui a commencé sa fin.…

Articles récents

Catégories

Archives

Tags

Allemagne Aristote bancor BCE Boris Johnson Bourse Brexit capitalisme centrale nucléaire de Fukushima Chine Confinement Coronavirus Covid-19 dette dette publique Donald Trump Emmanuel Macron Espagne Etats-Unis Europe extinction du genre humain FMI France Grèce intelligence artificielle interdiction des paris sur les fluctuations de prix Italie Japon John Maynard Keynes Karl Marx pandémie Portugal psychanalyse robotisation Royaume-Uni Russie réchauffement climatique Réfugiés spéculation Thomas Piketty Ukraine ultralibéralisme Vladimir Poutine zone euro « Le dernier qui s'en va éteint la lumière »

Meta