Macron vient d’appuyer sur le détonateur… et il ne le sait pas encore, par ECHO C

Billet invité. Ouvert aux commentaires.

M. Macron restera dans l’histoire comme l’homme ayant appuyé sur le détonateur du délitement européen. Le colonialisme français en Europe vient de passer la ligne rouge. Alea jacta est ! M. Macron a franchi le Rubicon. Le fait du Prince. Imposer aux pays de l’Est de ne plus pouvoir jouir des bienfaits financiers de la libre circulation des travailleurs selon les règles en vigueur dans leur pays, alors que la France (et aussi l’Allemagne) ont acheté à tour de bras des entreprises dans ces pays afin d’asseoir leur puissance financière et commerciale, est une erreur stratégique majeure. On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre.

Mais un banquier n’est pas un visionnaire. Le banquier aime l’argent rapide. Tout compte fait, le peuple n’a qu’à s’en prendre à lui même. Mettre au pouvoir un banquier, c’est un peu comme fournir la corde pour se pendre.

L’Europe va imploser… la mèche vient d’être allumée. Tic-tac… tic-tac… Après tout, Rome a aussi connu sa chute. Ce n’est pas si grave, le monde continuera de tourner. Mais sans l’Europe actuelle, cela c’est certain !

Partager :

77 réflexions sur « Macron vient d’appuyer sur le détonateur… et il ne le sait pas encore, par ECHO C »

    1. Doux euphémisme que ce « un peu rapide ». Plus juste aurait été « ridicule », pour la raison que vous dites certes mais surtout un an après le vote du Brexit et après combien d’années de complaisance européenne face aux Orban et Kaczyński ou épigones.

  1. Les entreprises du bâtiment françaises et belges profitent largement de travailleurs sous payés au détriment de la main-d’oeuvre locale. Il ne faut pas confondre libre circulation et dumping !

  2. D’accord avec Werrebrouck. Si réellement on avait imposé aux travailleurs étrangers de respecter intégralement la législation du pays de travail + payer tous les impôts dans ce pays, on pourrait probablement voir les choses comme vous.

    Mais dans ce cas-ci, la réforme semble bien timide. Il me semble que c’est plutôt une réforme a minima pour pouvoir dire « vous voyez moi j’arrive à réformer l’europe », plutôt que la fin d’un système.

    1. Aux alentours du SMIC l’avantage du niveau de cotisations sociales plus faibles dans le pays d’origine n’existe pas. La réduction Fillon égalise le coût entre le travailleur détaché et le local (voire rend le local plus avantageux toutes choses égales par ailleurs avec les aides spécifiques à l’embauche qui lui sont réservées)
      Ce n’est pas le bon angle d’attaque contre les abus du travail détaché, en France en tout cas.

      1. Entre rire et pleurer, j’hésite devant tant d’altitude, votre altesse! (C’est que je suis un vrai établi, mec, pas un phraseur dans ton style)

  3. Macron n’a en rien changé le procès du dumping social intra européen. Ramener à un an – au lieu de 2 – la durée maximal des contrats ne changera rien : la moyenne des contrats étant dans les 150 jours( ~ 3 mois).
    C’est de l’esbroufe, as usual !
    Certes les gouvernements est-européens ont eu très peur, mais rien n’est sorti de l’affaire. Ce n’est pas Jupiter qui fera tomber « cette » Europe.

    1. Tss tss.
      Et le principe salaire égal pour travail égal en lieu et place du salaire minimum du salaire d’accueil ?
      Et la mise hors salaire de tous les frais annexes (hébergement, transport) ?
      Et le renforcement des procédures de contrôle ?
      La lutte contre les sociétés-boîte aux lettres ?

      1. tss tsss travail égal??? Moi je travaille pas pareil si on me paie 3 x ce que j’aurais gagné en restant travailler au pays…. Même à cout égal il y aura encore dumping. Essaie donc de payer un travailleur français 5000€/mois tu verras s’il fait des manières si tu lui demande de faire les nuits ou les heures sup …

  4. Ce serait donc la commission européenne , qui est assez largement à l’origine de ces modifications , qui aurait sauvagement appuyé sur le bouton .

    Le banquier Macron aurait choisi de sacrifier les entreprises françaises ?

    Billet simpliste et incohérent .

    Le plus à craindre , c’est qu’on en reste là sur le chemin de l’Europe sociale .

    1. @juannessy
      « Le plus à craindre , c’est qu’on en reste là sur le chemin de l’Europe sociale . »
      C’est effectivement ce qu’il y a le plus à craindre, toutefois, la démarche de Macron, ainsi que les réactions que cela a suscité, montre de manière évidente que s’il existe un jour une réelle volonté de changer les choses, concernant telle ou telle directive, cela pourrait se concrétiser.
      Mais, à la réflexion, pourquoi ne pas simplement supprimer cette directive des travailleurs détachés ? La directive 2004/38/CE concernant la libre circulation des citoyens européens suffit bien et met totalement sur un pieds d’égalité le citoyen européen avec le citoyen du pays d’accueil ?

      1. Non, la directive sur le droit de séjour 2004/38/CE ne règle pas le cas du détachement de travailleurs non résidents salariés d’entreprises non résidentes d’un pays d’accueil.

      2. @vigneron
        Non, la directive 2004/38/CE ne se limite pas seulement au droit de séjour du citoyen européen, elle inclus également l’aspect travail et travail détaché, cela est précisé dans la circulaire ministérielle IMIM1000116C du 10 septembre 2010.

      3. Non cette circulaire du ministère de l’Immigration, de l’Intégration, blabla et blabla n’a qu’un très lointain rapport avec la problématique de travail détaché, ne concerne que les modalités administratives quant aux conditions d’application du droit au séjour des citoyens européens.

    1. Ce qui me fait vraiment marrer c’est la règle non dite selon laquelle certains prétendus « alter-européens » sont notablement plus susceptibles de manifester une de leurs récurrentes crises d’hystérie anti UE lorsque l’Europe avance que lorsqu’elle recule.

    2. Merci Julien Alexandre pour votre post.
      Je crois qu’il est désormais très très urgent de concocter une Directive dont le but serait d’obliger tous ceux qui veulent s’exprimer sur un Forum ou dans les RS de passer d’abord quelques temps sur le divan d’un psychanalyste ou d’un psychothérapeute.
      En rien, le fait de vous soulager dans les forum ou sur les RS ne va répondre à vos phobies obsessionnelles….
      Si vous voulez à ce point changer le monde, commencez par lire la presse papier et des bouquins, (donc ne pas vous informer sur les RS) et puis remontez vos manches….

    3. A écouter le Temps qu’il fait de ce jeudi, Julien, j’ai la vague impression que l’exemple vient d’en haut.
      Moi ma consternation c’est lorsque j’entends chanter la voie lumineuse et « Xienne » du XIXe Congrès du Parti Communiste Chinois en regard de « l’autodestruction » occidentale précisément illustrée par cette révision de la directive travailleur détaché.

    4. Le lien fourni par Julien Alexandre est très éclairant en effet.

      Pour résumer, sauf révision du texte lors de la phase de discussion avec le parlement européen, nous parlons donc d’une part :
      – d’un alignement sur le salaire local
      – d’un alignement sur les règles locales

      D’autre part :
      – aucun alignement concernant les charges sociales patronales – qui sont de 13% au niveau du SMIC et augmentent jusqu’à 41% au pour 1,6 SMIC – par exemple 30% au niveau 1,3 SMIC voir le calcul ici https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F24542
      – pas d’application au transport routier
      – pas d’application avant 2022

      Il est donc possible à une entreprise de continuer à bénéficier significativement du dumping salarial :
      – dans tous les cas – jusqu’en 2021 inclus
      – pour le transport routier – indéfiniment
      – pour les travaux qui en France sont payés au-delà d’environ 1,3 SMIC – sachant que par exemple en Pologne les charges sur salaire sont d’environ 20% voir http://www.cleiss.fr/docs/cotisations/pologne.html – indéfiniment

      Il y a de gros trous dans cette directive. En même temps il ne serait pas juste de dire qu’elle n’aura pas d’influence… enfin, à terme.

      C’est du p’têt ben qu’oui et p’têt ben qu’non. Marrant, il me semblait bien que Macron était de Picardie pourtant, pas de Normandie. 🙂

      1. Non, c’est pas « indéfiniment » sur le transport routier, une directive spécifique est à l’étude.
        Et de toutes façons ça fait un bail qu’il faut s’lever de très bonne heure pour dégoter un chauffeur routier, qualifié ou pas…

      2. @Jacquot écrit : … »Il est donc possible à une entreprise de continuer à bénéficier significativement du dumping salarial :
        – dans tous les cas – jusqu’en 2021 inclus
        « …
        Jean QUATREMER écrit : … »non, [[2022]] c’est la date limite de transcription dans les droits nationaux. La France peut transcrire la nouvelle directive dans son droit dès sa publication au JO. Et elle s’appliquera à ce moment-là en France« .

      3. Au fait, alignement du salaire sur le salaire brut ou salaire net ? De mon point de vue, il serait juste de prendre en compte les cotisations sociales, qui font parties du salaire brut, et qui participent à la solidarité entre les travailleurs à l’intérieur d’un même pays. Enfin, il suffit de fréquenter un peu les chantiers pour se rendre compte qu’on « externalise », ou on sous-traite de plus en plus la main d’œuvre à bas salaire….ce qui permet d’entretenir une concurrence et de les maintenir à un niveau bas…. après à qui ça profite ? Avec un tel mécanisme et au bout d’un certain temps, il ne faut en effet pas s’étonner si on ne trouve plus de chauffeur routier (entre autre)…. Il faut trouver un juste équilibre. A un moment où l’on rencontre des grosses difficultés au niveau du chômage, je serais curieux de connaître l’impact réel d’un tel dispositif sur l’emploi (quantitativement et qualitativement) (peut-être négligeable, peut-être pas). Pas évident.

      1. Yep, rien de moins qu’inventer et mettre en œuvre « l’Autorité européenne du travail », au programme de la Commission pour 2018…

      2. Excellente suggestion que celle de créer une autorité européenne du travail (AET). Cette autorité aurait une fonction assurantielle d’un marché européen du travail où tout travailleur serait garanti dans ses droits par un État confédéral selon le lieu où il travaille et selon le lieu où vivent les membres de son foyer. Le budget de l’AET serait financé par une TVA confédérale dont le produit serait reversé aux États les plus en retard et aux citoyens les moins bien protégés par le droit social de leur pays de résidence.

        Ainsi y aurait-il un vrai marché du travail où les salaires et les prestations sociales garantiraient complémentairement une qualité de vie minimale décente de tout citoyen propice au développement durable d’une société internationale pluraliste.

    1. Parce que dans 12 l’UE n existera plus. Dans 8 elle aura d’autre chat à fouetter (elle luttera pour sa survie). Et 4 ans ca laisse le temps de créer un comité théodule ou un organisme de controle grassement rémunéré.
      Plus serieusement, le temps de négocier un enterrement de première classe.

  5. Et quand on pense à toutes nos « belles âmes-grandes gueules » qui n’ont que « rapport de forces », « ultimatum », « menace de Plan B », voire « voleurs de pain » à la bouche et sous la plume…

  6. C’est marrant l’art consommé que les responsables de ce blog ont d’éviter les sujets brûlants du moment.

    L’excellent chroniqueur François Leclerc est sur le fil de la marche du monde. Lui, il ne se trompe à quel endroit il faut placer le thermomètre pour mesurer le degrés de dégénérescence de cette Europe à l’agonie.

    Je m’interroge encore ce matin pourquoi ses billets n’étaient pas ouvert aux commentaires. Fiat lux ou not fiat lux that is the question ?

    Pour ce qui concerne l’évolution de la législation des travailleurs détachés en Europe, à partir du moment où en France, une gauche « opposition de sa majesté », et des dirigeants syndicaux battant tous les records de flagornerie, laissent le pouvoir macroniste , installer dans le pays des conditions d’exploitation égales, voir pires, de ce qui ce fait ailleurs, à quand des travailleurs français détachés dans l’est de l’Europe ?

    « …M. Macron restera dans l’histoire comme l’homme ayant appuyé sur le détonateur du délitement européen… ».

    Cela serait lui faire trop d’honneur, à lui et à cet impérialisme français de troisième ordre !

    Et si c’était le roi d’Espagne et son sbire franquiste, rabat joie, Rajoy , sans oublier les grandes banques catalanes, montrant à l’ensemble des travailleurs européens ce qui l’en est de leurs belles promesses démocratiques.

    Nous sommes devant des événements d’une portée historique en Catalogne.

    Ne ratons pas le train qui démarre. C’est maintenant qu’il faut ouvrir grande la discussion.

    Fiat lux !

      1. @ Vigneron.

        Je te lâcherai la grappe camarade (je ne comprends pas trop ce pluriel, tu te fais le porte parole de qui exactement ?) , le jour où le roi d’Espagne lâchera la grappe aux républicains catalans.

        Personne ne veux la guerre, mais la première condition pour la paix, c’est le respect du droit des peuples à disposer d’eux mêmes.

        Etre pacifiste en la circonstance, pour un français, c’est exiger des partis et syndicats en France, qui se disent démocratiques, d’appeler à manifester devant l’ambassade d’Espagne, pour exiger du gouvernement Rajoy, à ne pas s’immiscer dans les affaires intérieurs d’une région, qui le premier octobre dernier à voté massivement pour son indépendance.

        Un peuple qui en opprime un autre n’est pas libre.

        Il est temps que la jeunesse et le prolétariat de France et d’Espagne s’élèvent au dessus des insultes, et travaillent dans l’unité à se libérer eux mêmes.

        Que cela te fasse perdre ton sang froid ou non, voilà ce que devrait être à mon avis la discussion qui devrait s’ouvrir sur ce blog, sur la base d’un respect et d’une politesse réciproque, parce que la raison d’être de ce blog c’est le débat.

        Il n’y a de paix qu’entre esprit et esprit.

      2. @Eninel

        Personne n’est opprimé en Catalogne, il faut arrêter de raconter n’importe quoi. J’ai moi-même une grande quantité de famille en Catalogne, et descendant de « républicains », et j’y connais un tas de gens qui sont soit Catalans par ascendance ou alors parce qu’ils viennent d’Andalousie pour travailler. Alors je peux parler un peu, à mon avis, même si je trouverais déplacé de prononcer quoi que ce soit au nom des républicains car je n’ai pas vécu la guerre civile moi-même. Et parmi tous ces gens, il n’y a presque personne qui veuille une indépendance ou quoi que ce soit. Ils se plaignent que l’argent des impôts part pour renflouer les régions qui passent le temps à jouer de la guitare ! Mais c’est le propre de tous les pays du sud d’être administrés n’importe comment, c’est le charme latin ! Et parce que vous croyez que la Catalogne est mieux administrée, mais tout au contraire, Puigdemont et ses potes ont des casseroles que vous n’imaginez pas parce que tout simplement on n’en parle de ça en France ! Les plus gros voleurs pires même que Aznar et Gonzalez en leur temps, ça personne n’en parle. C’est l’histoire même de l’Espagne depuis le début, d’avoir plusieurs composantes avec de fortes particularités, et même d’avoir un autre pays sur son propre territoire (le Portugal). Le droit à disposer de soi-même, franchement c’est une blague venant d’un communiste ! Le droit est l’autre face de la tolérance, et la Catalogne est tolérée tout autant qu’elle doit tolérer le fait qu’elle est sur une terre historiquement composée comme ça, avec des Basques, des Castillans, des Galiciens etc. Et je crois que Vigneron a raison, il faut vraiment que vous arrêtiez de raconter n’importe quoi au nom de gens que vous ne connaissez pas.

      3. @ Rodrigo.

        « il faut vraiment que vous arrêtiez de raconter n’importe quoi au nom de gens que vous ne connaissez pas. » me dites vous Rodrigo, mais vous même, n’avez-vous pas l’impression d’être dans le déni avec vos histoires de « gens » ?

        « …parmi tous ces gens, il n’y a presque personne qui veuille une indépendance ou quoi que ce soit… » .

        De toute façon, que certain débatteurs ici puissent considérer qu’il y a une très forte poussé régionaliste en Catalogne, d’autres non, peut-on tolérer la vulgarité d’un Vigneron ?

        « …Lenine (…) lâche nous la grappe… » ????

        Vigneron parle-t-il en votre nom ? Quand bien même seriez-vous sur une même position de déni, voyez à le calmer, car en se comportant comme un petit insolent, il ne facilite pas les échanges, échanges de points de vue qui est la raison d’être de ce blog.

        Parce qu’à ce petit jeu là, si certains sur ce blog multi national avait des raisons de sortir de leurs gongs en vous lisant, ce serait nos amis lusitaniens, puisque vous considérez toute la péninsule comme une propriété privée de la couronne d’Espagne:

        « …C’est l’histoire même de l’Espagne depuis le début, d’avoir plusieurs composantes avec de fortes particularités, et même d’avoir un autre pays sur son propre territoire (le Portugal)… »

        Hé Rodrigo, je ne vous garanti pas que cette forte pensée soit de nature à faire de vous une personne très audible du coté de Lisbonne. Allez seriner à un portugais qu’il vit sur le territoire espagnol, et ne venez pas pleurer si cela provoque des tensions et … des guerres.

        « … Le droit à disposer de soi-même, franchement c’est une blague venant d’un communiste !… »

        Et venant de vous ? Parce que qu’est ce que vous y connaissez in fine du communisme vous ? Commencez par réviser votre histoire et votre géographie, ensuite peut-être vous serez apte à saisir quelques subtilités politiques, comme celle de l’autodétermination des peuples, qu’ils soient à l’est de l’Europe où à l’ouest, comme vous l’êtes !

        Bonne journée Rodrigo. On poursuit la discute plus tard si vous voulez, sur un autre fil consacré aux événements à Barcelone.

        Personnellement je suis époustouflé d’observer jour après jour l’extraordinaire médiocrité de « …Puigdemont et ses potes … ».

        Il est plus facile de monter sur le dos d’un tigre que dans descendre, non ?

      4. Contactez les maintenant vos familiers voir comment ils ont pris la façon dont se comporte le gouvernement central, pas si sur qu’ils en veuille encore de cette Espagne même avec un statut super favorable… L’indépendantisme c’est le PP qui le monte, il en a besoin pour se maintenir au pouvoir. Ici en andalousie on entend tous les jours « salauds de catalans » au comptoir pour introduire un discours anti-indépendantiste, c’est devenu du n’importe quoi : reste chez moi salopard! ?…. On en est arrivé au boycot des produits catalans donc dans l’état actuel des choses des produits espagnols!!!??? C’est en train de devenir du grand n’importe quoi. Ce qui m’intrigue c’est que sur la quantité de personnes il n’y ait pas encore eu un barjot qui fasse des siennes , statistiquement ça tient du miracle, pourvu que ça dure.

  7. Meme dans les conditions  » a travail egal salaire egal » c’est inacceptable.

    La règle devrait-être qu’en plus, il est interdit d’engager un travailleur détaché français, tant que le boulot (souvent peu qualifié) peut être réalisé par un travailleur local.

    Ceci, au moins tant que le coût des prestations sociales du au chômage des locaux et des baisses de chiffre d’affaire pour les commerçants locaux (les travailleurs détachés ne dépensent pas et n’investissent pas dans l’économie locale) et pour la communauté (et du coup il y a un manque à gagner pour l’économie locale et pour l’Etat), n’est pas compensé par la communauté politique d’appartenance des travailleurs détachés, ou par l’UE.
    Sans parler du sentiment d’exclusion généré pour les locaux, et du prix politique à payer pour ça (populisme, extremisme religieux).

    C’est donc un mieux, mais ce n’est toujours pas suffisant. En l’état, le système « travail égal salaire égal » ne serait acceptable que SI l’UE ou le pays d’origine des travailleurs détachés assume le surcoût politique (désintégration des communautés locale) et financier, ce qui est impossible.

    1. Ah, voilà les 300 000 travailleurs détachés polonais, espagnols ou portugais en France responsables du « populisme et de l’extrémisme religieux ».

  8. Mes yeux me jouent des tours, je crois que j’ai vraiment besoin de lunettes… ça devait bien arriver un jour.
    Et même un double tour car j’ai cru que ce billet était la prochaine chronique de Paul Jorion dans l’Echo (journal économique belge).

  9. Entre la lettre et la réalité du terrain il y a un océan que certains réacs qui se vautrent ici feraient bien d’aller boire. Je me demande si certains ont bien lu – dans le texte proposé par Julien Alexandre – que l’on se posait la question du contrôle. En effet, on peut écrire tout ce qu’on veut, énoncer des contraintes( qui restent formelles) qui ne sont aucunement suivies : 80% des inspections du travail donnent que dans le cadre « de la loi sur le travail détaché » les règles n’étaient pas suivies, tant au niveau salaire qu’au niveau sécurité, durée du temps de travail – en ajoutant les pirouettes des boîtes françaises qui « détachent » à partir d’ailleurs des travailleurs français.
    Oui, ça ne plaira pas à certains s car désormais il ne faut plus contrôler, laisser libres les acteurs afin qu’il réalisent leur « souplesse » et leur « compétitivité » complètement.
    Pourtant c’est bien la dé-réglementation qui crée le « bordel » pas l’inverse. Un texte qui n’assume pas le contrôle de ce qu’il propose, probablement pour ne pas contrevenir au « principes du marché » est écrit par des irresponsables…ou par des gens qui ont un intérêt quelconque à ce que le « bordel » s’installe.
    C’est ce que fait le texte précité.

  10. Mea culpa ! J’aurais dû lire plus attentivement ce qu’il y avait dans la directive et … consulter vigneron : s’il est pour, je suis évidemment pour également, ainsi que les patrons allemands : s’ils sont contre, je suis évidemment pour. C’est compliqué la politique de terrain ! (Je ferais mieux de me concentrer sur l’avenir du système solaire).

    J’ai ajouté ceci en-dessous de ma vidéo (blog et YouTube) :

    Mea culpa : la directive sur les travailleurs détachés est une bonne mesure visant à lutter contre le dumping social.

      1. J’ai un ami qui vient d’avoir sa boîte délocalisée en Pologne; il m’a raconté que les années précédentes, on leur avait demandé de former le personnel polonais, puis la délocalisation a eu lieu. Bien sûr, l’employeur leur a proposé d’aller travailler en Pologne (naturellement au salaire du pays, et en apprenant la langue) – il était cadre d’une société américaine d’un célèbre marque de soda. Il avait 56 ans et s’est retrouvé au chômage, et il l’est encore….

      2. Votre ami aurait du accepter de partir en Pologne, il aurait aujourd’hui plus de chance de trouver un travail en france 😉

    1. Medellín, le 26 octobre 2017

      Tout a été dit là-dessus par Paul Jorion dans son analyse de la formation des prix. Une expression des relations de pouvoir.
      C´est égal dans le cas de la formation des salaires – revenus.

      Même dans le cas des syndicats ¨paresseux¨ dans la prise ferme d´une bourgeoisie maline, qui sait comment acheter la paix sociale, comme c´est le cas dans le pays de Bolkestein-Kok (avec sa ¨compensation automatique des prix¨ ridicule…).

      C´est pour cette raison, que c´est clé pour nous tous ici au BLOG de suivre ce qui va passer le 17 novembre prochain à Göteborg, la ville des villes en ce qui concerne le vrai pouvoir du syndicalisme et du coopérativisme, pas seulement en Europe, mais mondialement.

      Et une très grande leçon pour la France avec un taux d´organisation.. bien, n´en parlons pas à ce moment.

      Veuillez BIEN ( 😉 ) lire s.v.p….

      a. http://europa.eu/rapid/press-release_IP-17-114_fr.htm

      b. https://europa.eu/newsroom/events/social-summit-fair-jobs-and-growth_fr

      c. http://www.government.se/socialsummit

      et, dernièrement, le discours de l´ex président de LandsOrganisationen LO,
      (http://www.lo.se/home/lo/learning.nsf/unidView/85FC8A7C254F5BB4C125750C006FDE7D)

      l´actuel premier ministre de la Suède, Stefan Löfven:

      d. http://www.government.se/speeches/2017/10/our-europe–our-shared-responsibility/

      Probablement il nous faudrait ramasser ce mois encore une fois EUR 1.500 pour pouvoir inviter Paul Jorion de nous représenter en Suède.

      Bien à vous tous!

      Johan Leestemaker

    2. En plus ça vas favoriser grandement l’intégration Européenne, les travailleurs français ayant tout à gagner à résider à Varsovie (rien ne les empêchera de cotiser à la secu des expat) pour trouver du boulot à Tourcoing 😉 Gros gain de pouvoir d’achat, tout bénef! 🙂

    1. Quel est le montant du salaire moyen au Bangladesh ?
      A supposer que l’immeuble-usines (un immeuble, des fabriques ou usines) ne s’effondre pas.

      Peut-on faire mieux ?

      1. Je dirais, 50 € par mois maximum, peut être 20 ?
        Faire mieux ? Oui, avec les mêmes difficultés que celles que nous rencontrons en France ..

      2. Même pas 2 AR Gare de Lyon Tour Eiffel en taxi ! Soit environ 1 heure apres 23h… Cool l info merci du partage !

  11. Est-ce que notre système politico-économique n’est pas basée sur « l’avoir le beure et l’argent du beure » si nous avons le rapport de force qu’il faut!?

    Dans l’abstrait je suis d’accord avec le constat que Macron vient d’appuyer sur le détonateur …….. sans qu’il sache …..

    Mais nous avons appuyé sans cesse à ces détonateurs, c’est un parmi des centaines autres abus des rapport des forces pour avoir le beurre et l’argent du beurre! C’est le fondement du système elle même qui fonctionne sur cette logique: le beurre et l’argent du beurre. Et bien sur ça ne peut pas durer!!!!!

    Mais les détonateurs il y a eu un paquet qui sont déjà mis en place depuis des décennies …………………..

    1. Faut croire qu’il y a nombre de petites mains qui désamorcent vos détonateurs.
      Passe que ces choses, c’est comme être enceinte: on l’est ou on ne l’est pas. Pas de milieu terme; pas de moitié café, moitié thé.
      Or, le fait est que ça n’explose pas.

      Si ça explose pas, ce n’est pas même un pétard mouillé, ce à quoi on pourrait s’attendre avec un vieux détonateur mis en place depuis des décennies.
      Bref: rien.

      Une confidence: cherchez du côté de l’âge -nous sommes plus vieux que nos artères- et de la satisfaction générale- il en faut pour voter imperturbablement contre nos intérêts de simple survie-.
      Les petites mains désamorçantes, elles sont probablement là.
      Ceci dit, il ne se passe jamais rien et cependant tout arrive.

  12. Plutôt enchainé que détaché le travailleur.
    Plus les jours passent et plus vient en surimpression sur le visage de Macron le petit cochon de « la ferme des animaux ».
    Je voudrais me tromper et sortir de ce mauvais rêve…

  13. @ vigneron
    Intéressant ce rapport sur l’industrie du prêt-à-porté à Dakha…. Je serais intéressé de connaître la chaîne des coûts des produits, justement depuis la production jusqu’à la commercialisation…(quel facteur et qui empoche ?).
    …/…

    1. Ce qu’on peut dire c’est que si la MO ne représente que 20% du prix sortie atelier et que le prix final Ttc ici est 3 à 5 fois ce prix alors l’Etat français ramasse au moins 2 fois plus en TVA sur les fringues que les ouvrières du Bengladesh.

      1. Quelle différence entre MO et MO ?

        Main d’Oeuvre…
        Machine-Outil…

        Contrairement aux lois de la physique, cela dépend de la « position » de l’observateur…

      2. A mon avis, vous n’y êtes pas : d’abord la part du coût de main d’œuvre à la sortie de l’atelier doit être plus proche de 50%, et d’autre part, le facteur de prix de vente final TTC doit être plus proche de X8 ou 10 (et probablement plus…). Mais je pense qu’une étude fine de la structure des coûts (y compris les taxes) seraient très intéressante et éclairante sur le fonctionnement de la mondialisation….

      3. Bonjour,

        Deux exemples hors textile :

        1/ pour des bijoux fantaisies (genre bagues en plastoc et autres gadgets dans le genre) coût de revient, transport inclus depuis la Thaïlande, entre 5 et 10 centimes d’euros. Prix de vente sur les marchés, en fonction de l’engouement du moment et du succès du produit : entre 3 et 10 euros.

        2/ pour une raquette de tennis, copie de celle de je-ne-sais-plus-quelle-star, achetée par la célèbre enseigne de magasins de sport « Marchir » 15 euros, prix de vente en boutique 149 euros et le revendeur au magasin à 15 euros devait bien faire x3 (sinon faut qu’il change de métier !)

        Dans le textile c’est pire encore, les T-shirts débardeurs qui ont fait fureur il y a 3 ou 4 ans chez les adolescentes (avec une minette à moustache dessus) revenaient à quelques centimes, revendus, compte-tenu de la mode, entre 10 et 20 euros, toujours sur les marchés et toujours en provenance de Thaïlande.

        Idem pour le business des bijoux fantaisie en argent, achetés au poids et revendus avec un coeff de 10 ou 20 mini selon les modèles.

        C’est dans ces ordres de grandeur qu’il faut envisager les choses pour des babioles. Pour le reste…

      4. Question Grappe, La vigne en sait quelque chose ! Mais question TVA reversée à Bercy il est peut étre un brin Naif !

      5. Avec un tel calcul tu vas finir président du Bengladesh Vigneron 0.50€ sur un tee-shirt à 5€ elle fait son mois en fabricant 10 pièces ton ouvrière… Autant dire qu’elle vas te le broder à l’or fin si il faut!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.