L’exemple à suivre en politique

Ouvert aux commentaires.

Si je faisais de la politique, qui serait l’exemple à suivre ?

Je me suis souvent posé la question. Je n’ai trouvé la réponse qu’aujourd’hui, assez tard dans la vie. Mais je suis certain ce soir de savoir qui devrait être mon modèle : Alexandria Ocasio-Cortez.

Partager :

42 réflexions sur « L’exemple à suivre en politique »

  1. Oui, mais son âge tendre me fait peur pour elle. Les opérations de récupération (ou pire) doivent être en cours au parti démocrate. Une situation d’isolement politique qui limitera certainement son pouvoir sur le réel, et qui risque à terme de la discréditer. Est ce que ses électeurs ne lui diront pas alors « tu nous as fait rêver ! ». M Jorion, est ce que B Sanders a lu vos livres ? Il devient urgent de les traduire en anglais…

    1. parce que je remarque que Bernie Sanders met l’accent sur la défense des « working classes », les gens qui prennent leur douche le soir, plutôt que le matin…il n’a pas l’air d’avoir intégré le fait que les « working classes » sont sur le point de disparaître.

      1. Se réclamant de Bernie Sanders, je lui souhaite de réussir, et tout le bonheur possible pour elle et ses électeurs.

    2. Ah bon : « son âge tendre me fait peur pour elle » …

      Décidemment monsieur Rey, vous êtes toujours négatif.
      Faudrait-il que je remonte à Alexandre pour montrer que bien des jeunes ont su faire bouger le monde ? Ou moins loin, à Saint-Just ?
      Je me demande si, comme vous, elle attend avec impatience la «chute du GIEC » ─ je vous cite car ça pourrait bien intéresser les lecteurs de ce blog de savoir que vous êtes un climato-sceptique ce qui est votre droit, mais qui implique également un contexte intellectuel que pour ma part je trouve mortifère.

      Enfin comme d’habitude, vous pouvez venir faire ici votre petit pub gratos pour vos cogitations admirables.

      1. Jacques, je souhaite comme vous qu’elle réussisse à faire bouger les lignes à New-York, tout comme je souhaiterais que nous puissions les faire bouger en France. Elle peut servir d’exemple, pour les « mid-term elections », et ce serait formidable d’en voir beaucoup comme elle entrer au congrès. C’est pourquoi je ne me fais pas trop d’illusions. Le « congress man » qu’elle vient de mettre à la retraite n’étant pas n’importe qui, j’imagine que le parti démocrate ne va pas lui faire de cadeau. Mais elle a l’air solide…

        Maintenant concernant ton « accusation » de climato-scepticisme, cela nous renvoie à une discussion approfondie, que nous avions eu sur la critique de la courbe de Mann, aux ABPJ. Le climat n’est pas le sujet de cette discussion, mais j’invite Paul Jorion, s’il le souhaite, à la rendre publique quelque part.

        Je me contenterai de dire que je n’ai pas changé d’avis sur le sujet, et que mon opinion n’a pas l’importance que vous lui donnez, les enjeux environnementaux dépassant et de très loin ce seul point scientifique. Cela ne doit pas vous empêcher de former un groupe pour essayer d’agir, je veux bien me retirer totalement et vous confier ce site (findutravail.net), si cela vous permet de le faire, et d’agir en France.

  2. Bonjour,
    Je cherche quelle sera la politique pour créer des emplois stables et durables. Le vieillissement de la population est bien implanté. L’industrie perd nombre d’emplois par des groupes qui delocalisent d’un pays à l’autre. Aucune politique n’a porté une réponse significative sur ces delocalisations.
    Les groupes ainsi constitués sont dirigés par des holdings qui dirigent l’administration d’entreprise et peut être l’Etat français.
    Comment créer des emplois en France ?

    1. Voir la petite vidéo de Paul Jorion, que j’ai mis dans la barre de liens à gauche sur findutravail.net, et qui explique en quelques mots le problème. Sous Roosevelt/Keynes, on pouvait décréter le plein emploi, par une politique de grands travaux, et distribuer des salaires, ce qui relançait l’économie. Aujourd’hui on ne peut plus le faire, l’emploi a disparu. « les sténos dactylos ne sont pas en Chine, elles ont disparu, elles ont été remplacée par des machines ».

      Un problème à regarder en face, car il est énorme.

      Vous noterez aussi en regardant la vidéo, que Nicolas Baverez, économiste orthodoxe émérite, n’a pas pu retenir un signe d’acquiescement. C’est vous dire si c’est grave. Inscrivez-vous au passage si vous souhaitez agir en France.

      Vincent Rey
      findutravail.net

      Vincent Rey

      1. Sur le sujet du travail, l’OIT fait autorité. A qui cherche un résumé de clair de la situation mondiale de l’emploi et de son évolution, je recommande la page 66 de leur dernier rapport annuel http://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—dgreports/—dcomm/—publ/documents/publication/wcms_615594.pdf

        Quelques faits saillants :
        – Dans les quinze dernières années, le taux de chômage mondial a été très stable, oscillant dans une fourchette de 5,5 à 6,1%
        – Dans le même temps, le taux de participation au travail a diminué continûment de 64,2 à 61,6%
        – Le nombre total d’emplois a augmenté de 2,8 à plus de 3,3 milliards
        – La part des travailleurs les plus pauvres (moins de 3 $ par jour en parité de pouvoir d’achat) a chuté de presque 50% à 25% du total

        Je ne connais pas l’avenir à long terme. Quant à la situation actuelle, une chose est certaine : le travail n’est pas en train de disparaître.

        S’agissant des inégalités de revenu, il me semble qu’il y a dans le monde au moins deux mouvements simultanés, de sens différent :
        – Amélioration de la situation des plus pauvres, dont la pauvreté devient un peu moins extrême
        – Aggravation de la situation des « moyens riches », au profit des « très riches ». Les moyennement riches du point de vue mondial sont ceux que nous appelons chez nous la classe populaire

        Le deuxième mouvement a beaucoup à voir avec la mise en concurrence mondiale des forces de travail jointe à l’élévation rapide du niveau éducatif des pays les moins avancés. Le tout se manifestant d’une part par des délocalisations, d’autre part par une pression à la baisse sur les salaires, qu’ils soient directs (en bas de la feuille de paie) ou indirects (prestations sociales)

        Cette situation permet de comprendre l’attrait pour la proposition populiste :
        1. protection des moyennement riches contre la concurrence des plus pauvres, en même temps que
        2. contrainte des plus riches à la solidarité envers les moyennement riches
        D’une part en limitant l’immigration, d’autre part en maintenant les programmes sociaux.
        Et surtout, surtout… par le protectionnisme, qui à la fois bloque la concurrence des plus pauvres et contraint les plus riches à vivre derrière la même barrière commerciale que leurs concitoyens plus pauvres.

        Fausse solution ? Solution partielle ? Peut-être, mais elle apparaît logique à première vue. Rien d’étonnant à ce qu’elle rencontre le succès.

      2. M Jacquot, vous n’avez pas bien analysé ces courbes, à la page 66 du rapport de l’OIT que vous citez.

        Les économistes orthodoxes reconnaissent qu’il n’y a pas d’indicateur plus fiable en matière d’emploi que le TAUX D’EMPLOI DANS LA POPULATION ACTIVE (1), car contrairement au taux de chômage, il ne peut pas faire l’objet d’une interprétation (sur ce qu’est véritablement, un chômeur ou un oisif).

        Or vous avez cette courbe du taux d’emploi mondial p 66, intitulée « labour force participation rates ». Vous jugerez vous-même, de savoir si elle est à la hausse ou à la baisse, puisque entre 2004 et 2019, il a aura perdu 3 points selon l’OIT (de 64.5 à 61.5%).

        J’ai fait un article en février, pour vérifier à partir des chiffres de l’INSEE, quel était le taux d’emploi dans différents pays européens. Paul Jorion m’avait l’honneur de le trouver intéressant, et de le publier sur ce blog (ici), et on peut également le trouver sur findutravail.net ici.

        L’INSEE, qui est un organisme indépendant comme vous le savez, et j’ai montré à partir du taux d’emploi qu’au moins une personne sur 4 en âge de travailler ne travaille pas en Europe.

        Quand au nombre de personnes qui soutiennent financièrement la société, c’est encore pire, en Italie par exemple, seulement 1 personne sur 3 (dans la population totale, cete fois) finance le budget de l’État. Cela peut aussi expliquer pourquoi les gens qui travaillent, les entrepreneurs notamment, protestent contre le niveau des impôts et des charges sociales, surtout dans un pays comme l’Italie, qui contrairement à d’autres pays moins développés, possède des hôpitaux, des écoles, toutes sortes de choses qu’il faut payer, et qui témoignent de son niveau de développement.

        Aussi je vous trouve bien optimiste, car ne pas voir la disparition du travail, c’est ne pas voir non plus, les causes de l’épanouissement de l’extrême droite en Europe.

        (1) Définition de l’OCDE : « The labour force participation rates is calculated as the labour force divided by the total working-age population. The working age population refers to people aged 15 to 64. This indicator is broken down by age group and it is measured as a percentage of each age group »

      3. @Jacquot :

        La référence est bonne et mérite d’être épluchée avant que d’être interprétée politiquement .

        Où et comment peut on avoir la version en français ?

      4. J’ajouterais une chose.
        Entre 2004 et 2016, la croissance mondiale moyenne (malgré la crise de 2008) a été de 2.89 %.
        (https://donnees.banquemondiale.org/indicateur/NY.GDP.MKTP.KD.ZG)
        Et pourtant le taux d’emploi diminue et perd au moins 2 points sur la même période.
        Comment est ce que ça peut s’expliquer ? C’est incontestablement que la part du travail dans la croissance diminue, car si elle était stable, cette part aurait augmenté en proportion.

    2.  » Aucune politique n’a porté une réponse significative sur ces delocalisations. »

      Erreur: toutes les politiques, depuis 30 ans au moins, ont favorisé les délocalisations, soit directement, soit indirectement.

      Je crois qu’on peut dater la chose par une déclaration d’un clown qui a eu subitement du pognon à disposition:
      « Si vous avez de l’argent ( pognon) et que vous l’investissiez dans l’ industrie, les problèmes commencent.
      Si vous investissez cet argent (on sait…) dans la finance, ça rapporte tout de suite. »

      1. Comprends pas. Quand l’industrie, l’usine, la manufacture est délocalisée, l’emploi disparaît, bien plus que l’effectif de l’usine fermée.

        Il est vrai, et j’aurai dû les citer avant, qu’une classe d’énarques et ingénieurs X ont agité l’idée d’industries sans usines ou sans fabrications. Idée séduisante s’il en est… Ceux qui ont été en situation de la mettre en œuvre ont vite coulé leur entreprise, pourtant « performante » avant. Pour celle que je connais assez bien, elle n’a pas été fermée. Une entreprise allemande, en embuscade tel un requin, a récupéré le joyaux. A l’époque cela s’appelait se concentrer sur le cœur de métier…

      2. « une classe d’énarques et ingénieurs X ont agité l’idée d’industries sans usines ou sans fabrications »

        Pardon, Daniel, pardon !

        Il s’agissait d’énarques. Une idée aussi brillante, c’est au-delà de la qualification de simples polytechniciens 🙂

    3. @Jacquot :

      D’ailleurs, il est rarissime qu’on puisse faire cohabiter un X et un énarque , sauf si c’est un même individu .

      Mais par atavisme « ingénieur » , je préfère les X qui sont finalement bien moins conformistes .

  3. Me rappelle la délocalisation du polo crocodile : il valait 3 €
    Âpres moultes avanies contrefaçons et pleurnicheries diverses : il est vendu aujourd’hui à 125 €
    En plus d’avoir tué 500 emplois directs ….. et personne n’est responsable !!! Voilà un exemple du « génie » de nos élites gouvernantes

    1. Le passage entre variation de prix et responsable est saisissant .

      De toutes façons il ne reste plus de crocodiles , sauf au Gabon où l’on vient de trouver une variété de crocodiles « oranges » cavernicoles assez bizarre . Mais depuis qu’on les connait , ils vont surement disparaitre encore plus vite que les pulls « à la marque » et leurs acheteurs .

  4. Des convictions solides et claires, un message clair, un programme clair pour les électeurs, un travail de terrain inlassable… C’est pourtant simple.
    En tout cas ça fait plaisir à voir.

  5. Suivre un exemple en politique n’est pas la même chose que suivre un exemple en campagne électorale. Et puis le mieux est de lire Frans de Waal sur la prise de pouvoir et le maintien du pouvoir chez les mâles Alpha. Des alliés, des obligés, dans un premier cercle, puis des fans dans le second. Et une certaine forme de brutalité pour annihiler l’opposition. (JL. Mélenchon est un tribun en campagne, son parcours pour rassembler des alliés en restant libre –et un peu brutal– est remarquable, mais je le vois pas en décideur politique).
    Jamais se baser seulement sur ses idées (?!), mais aussi sur elles, cela aide. S’interroger sur l’itinéraire de Philippe Lambrecht pourrait vous inspirer ?
    (Moi mon modèle est Fidel Castro, volontariste mais aussi stratège et calculateur, parti d’un maquis avec un révolver et cinq compagnons, après un premier échec, pour vaincre une dictature. Et admiré sur les 5 continents ou presque. Mais que cela reste entre nous, hein ? Et dès lors j’apprécie le parcours de François Ruffin, aussi).

    1. Pas compris la phrase : « jamais se baser seulement ….aussi sur elles  »

      Mais c’est vrai que , le pouvoir , il y a ceux qui savent le prendre , et ceux qui l’exercent à profit de tous , et que ce ne sont pas forcément les mêmes.

      Mais il y a surtout à définir ,en démocratie, à quoi sert le pouvoir . Comment le prendre et l’exercer ( pour un temps ) est alors bien sur nécessaire , mais ça n’est « que » l’intendance .

      1. Il n’empêche que je ne suis pas en état de traduire correctement votre phrase .

        « Elles » , c’est qui ou quoi ?

    2. 1)-Les mâles alpha sont en perte de vitesse. Doivent être assez idiots pour se croire éternels et se reproduire par parthénogenèse. Chercher la mère…
      En plus, une femelle bêta, zêta ou oméga n’a pas beaucoup de sens. J’espère qu’on nous épargnera la femelle alpha.

      2)- Castro a eu la chance de pouvoir battre un dictateur, d’ailleurs pas très accrocheur. Se battre contre des édredons mous, c’est une autre histoire, la nôtre. Patrick McGoohan est notre précurseur.

      1. Le mâle alpha se définit par rapport aux autres mâles. Et il y a des femelles alpha aussi bien dans certaines peuplades. Pourquoi vous en épargner ? Parce qu’un « super-macho » vous parait « tout naturel » (même si vous le haïssez) et que vous voulez penser qu’une femme super-macho est contre nature ? Ce serait être dans la domination masculine et son aveuglément (son déni). Femelles sont autant que les mâles des êtres humains, et c’est la domination qui impose une structure hiérarchique sans fondement. Golda Meïr, Indira Gandhi, Margaret Taetcher n’ont pas été pires que Bush, Trump ou Reagan…
        Castro a néanmoins créé et expérimenté une armée de guérilla en montagne avant de renverser l’armée cubaine soutenue par les USA et plus valeureuse que le dictateur Battista, déjà exilé…
        Pour Juannessy : Une candidature qui s’appuie seulement sur des idées positives n’aura pas de prise sur l’électorat, mais une candidature de parti qui n’a pas de contenu ou d’idées manque de substance (mais peut vaincre, comme Trump ou La Républ en marche).

  6. Et si le Grand Tournant venait des USA, plutôt que de la Chine ?
    Il me semble que c’est une possibilité à ne pas exclure.

    La Chine a historiquement pour elle la résilience sur le long terme, mais à court terme elle ne peut offrir un modèle de société enviable.
    Si la Chine doit jouer un rôle positif dans la survie de l’humanité il faudra compter sur un sérieux coup de pouce ailleurs, et comme c’est parti ce coup de pouce ne semble pas venir de l’Europe, mais une fois encore d’outre-Atlantique.

    Bien entendu à court terme il faudra observer si une candidature comme celle Alexandira Ocasio-Cortez, peut être gagnante en de nombreux autres endroits du pays. Et en particulier dans les Etats qui ont permis la victoire de Trump.

  7. Ceci étant, en France il y a besoin de création d’emplois et d’entreprises qui gardent les emplois dans son entreprise.
    Il y a peut être besoin de créer des syndicats extensibles afin que les salariés puissent sauver l’entreprise et l’économie locale.
    La vie des entreprises de la région doit être scrupuleusement décortiquée tant au niveau juridique que comptable.

  8. Il est dit que la candidate élue est parvenue à un message claire et qu’elle a pu le transmettre sans se laisser distraire par les comparaisons que l’on rencontre régulièrement en politique, peut-être sous l’effet de la testostérone -peut-être!

    Je fréquence ce blog pour la clarté des explications de Paul Jorion qui arrive à rendre compréhensible ce que l’incompétence et l’indigence de tant d’autres (politiques ou non) nous transforme en éructations et autre formules ampoulées si ce n’est en dissimulations préméditées.

    Mais forcé de parle de plusieurs manières pour espérer être entendu, Paul Jorion nous a finalement dit tant et tant de choses allant jusqu’à de multiples propositions. A force , il me semble que le message est devenu trop riche pour être simplement ramassé par quelqu’un d’autre que Paul Jorion lui-même.

    Alors espérons que sur le modèle de cette réussite admiré par lui, Paul Jorion nous tressera une corde en mettant en évidence l’unique bout qu’il faut tirer pour faire céder le reste de l’ouvrage. Mais en même temps Paul Jorion n’est pas non plus un homme politique, et la chose n’est peut-être simplement pas possible, alors.

    Oui, je sais, comme je n’ai pas tout lu et peut-être pas tout compris, soyez gentil (voisins de blog) de ne pas vous contenter de me dire que mes interrogations ont déjà trouvé des réponses ici. Si ce n’est pas trop vous demander redonnez-la moi et on n’en parle plus.

    En vous souhaitant une excellente journée,

    1. Malvoyant et un peu feignant , la vie doit être un peu difficile …

      On attendra un résumé des épisodes précédents par Paul Jorion le meilleur moment venu ( avant les européennes ?), mais je ne crois pas que la corde soit un bon symbole pour les « changements de paradigme » .

      1. Optimiste toujours, en conformité avec la raison sociale du blog: l’oeil vif et l’esprit acéré, un changement par rapport aux portugaises ensablées.
        La corde de Lénine non, mais le gaz de Coluche, ça se discute…

      2. « soyez gentil (voisins de blog) de ne pas vous contenter de me dire que mes interrogations ont déjà trouvé des réponses ici. Si ce n’est pas trop vous demander redonnez-les moi et on n’en parle plus »…

  9. « L’exemple à suivre en politique »
    ..D’accord mais… à suivre, à suivre….en politique je sais pas mais pour le reste….J’arrive…;-)

    Ah mince mon inconscient m’a encore eu….

    Bonne soirée

  10. C’est en effet une excellente nouvelle qui en vérité ne m’a pas vraiment surpris du fait des nécessités économico-sociales qui pèsent sur les Etats-Unis (réelle paupérisation des couches modestes et moyennes + aggravation de la condition des minorités)ainsi que du dynamisme et de l’ouverture de ce pays.Cette situation tranche d’ailleurs avec l’ultra conservatisme qui frappe les pays européens et singulièrement la France.Il est important de noter au passage le faible écho de l’émergence de cette nouvelle figure de la gauche américaine dans les médias français…Pourtant,même M.Donald Trump a relevé l’information…L’Europe cadenassé par un néolibéralisme étriqué se ferme aux idées nouvelles et à tout ce qui pourrait dynamiser des sociétés frappées d’engourdissement et de refus du progrès.Que l’on songe un seul instant à la composition de l’actuel gouvernement français :des caciques,des blancs de chez blanc,des conservateurs prônant chaque jour la lutte contre les pauvres (pas moins !),des rentiers,des patrons,des lobbyistes et parfois même des corrompus!C’est navrant et effrayant.A l’inverse Alexandria Ocasio-Cortez représente et incarne les couches populaires et moyennes de la société américaine.Elle développe un discours politique intelligent,structuré,convaincant et adossé à un programme efficace.Par ses évidentes qualités personnelles cette jeune femme saura rassembler de très nombreux Américains autour d’elle.Elle en a visiblement le talent.C’est réjouissant.

  11. Un peu hors sujet , quoique…!!
    Ce n’est pas la première fois que j’aperçois ce type de commentaire… (ici in Médiapart)
    Ces commentateurs présentant ce type d’idée sont-ils crédibles?? Avis de spécialiste bienvenu.
    ———————————————————————–
     »  »  »
    Il conviendrait de plutôt prendre en compte, au sens fort du mot, la réalité d’un capitalisme occidental devenu principalement marchand, fonctionnant désormais en posture de transitaire, sans industrie et avec une main-d’œuvre définitivement réduite. Il faut pointer les seuls vrais responsables de cette situation… sans craindre de les voir partir vers d’autres cieux… plus cléments… le marché français reste très juteux quoiqu’il arrive…

    J’ignore tout de celui qui, un temps (dans les premiers mois du regrettable quinquennat de F. Hollande) préconisât la taxation de l’EBE* mais une chose est sûre l’érection d’une statue à cet « économiste inconnu » est une nécessité historique tant sont rares ceux qui savent quoi faire.

    Hélas ! Comme manifestement il n’aimait pas l’entreprise cet hérétique visionnaire, assurément galliléo-copernicien, fut promptement jeté aux oubliettes… avec, je le pressens, un « Ouf ! » lobbyisé des « gattaziens » réunis, solidaires et… soulagés de ne pas l’être!

    ___________________________________________________________________________________________

    *EBE:

    L’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) est l’endroit comptable et économique où se concentre la marge réalisée par les entreprises capitalistes commerciales et pseudo industrielles qui, dans tout l’occident, importent désormais et quasi exclusivement des artefacts (finis et semi-finis), principalement chinois, qu’ils blanchissent sous labels nationaux et revendent directement, ou indirectement sous forme de pseudo exportations, aux consommateurs occidentaux (mais pas que…), tels quels ou après assemblage, sans plus rien « produire » d’autre que casse sociale et désertification en occident.

    Cela, tout en engrangeant des marges somptuaires, sans la moindre « valeur ajoutée », hors « l’investissement publicitaire », réalisées « sur le dos » des travailleurs chinois, à l’achat, sur celui des consommateurs occidentaux, à la vente, tout en étant désormais affranchis des « miettes obligées » de la rémunération du facteur travail ainsi d’ailleurs que de toutes autres contraintes impliquées par la combinaison des facteurs de production capitaliste « traditionnelle ». Ceux-la même devant lesquels, Macron en tête, se prosternent les politiques occidentaux.

    Pour mesurer l’enjeu il faut savoir que les artefacts industriels représentent directement et indirectement de l’ordre de 80 % de l’activité économique mondiale.

    La taxation de l’EBE, couplée à une réforme de la récupération de la TVA d’amont sur les importations hors UE, et ce sans négliger la « part chinoise » des soi disant exportations intra-européennes (Allemandes notamment, qui ferait immédiatement justice à nos soi-disant 30 Mds de déficit avec la Chine… ridiculement calculés), est un dispositif de nature à résoudre bon nombre de problèmes fiscaux, sociaux et économiques, mais à une seule condition : Ne pas « aimer l’entreprise »… fantôme
     »  »  »
    ————————————————————————————

  12. Menace  » poor  » le « statu quo « … est une merveille . Je me demande comment deepL traduit ça !

    Edgar Faure , lui , aurait traduit :

    L’immobilisme est « en marche » , et rien de l’arrêtera .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.