Qui est le fier combattant de l’ombre ?

Je vous déjà parlé de cette histoire – de toute manière les journaux en sont pleins – d’une voix qui s’est élevée au nom d’une armée secrète au sein du gouvernement Trump, renversant ses décisions calamiteuses quand elle ne parvient pas tout simplement à les prévenir.

Le Washington Post, sous le titre Qui aurait pu écrire la tribune libre « résistance » ? propose une liste de 26 suspects. Quel est mon candidat dans la liste ? Aucun d’entre eux ou elles. Bien que seule la rédaction du New York Times connaisse le nom du véritable auteur, le Washington Post est du même bord sur l’échiquier politique et plus que probablement de mèche avec lui. L’article est une diversion.

Qui est le résistant auteur de la tribune libre du New York Times ? Rod Rosenstein, numéro 2 du ministère de la Justice. Qu’est-ce qui me fait dire cela ? Le fait qu’il ait déjà eu l’occasion de tenir publiquement les mêmes propos exactement que ceux que l’on trouve dans le communiqué de l’armée de l’ombre.

Rappelez-vous, ça se passait à Aspen dans le Colorado le 19 juillet denier. Le jour de son intervention, je disais ceci dans une vidéo :

Je regardais ça, il était une heure du matin pour nous, ça devait se passer en début de soirée […] à Aspen dans le Colorado. C’était une grande réunion sur la sécurité, sur les problèmes de sécurité, et M. Rosenstein est intervenu. Et là il a fait une déclaration. Je vais d’abord vous parler du contenu et ensuite de la forme.

Le contenu ça a été de dire essentiellement deux choses sur ces questions d’espionnage et d’interférences, d’ingérence d’une puissance étrangère : « Nous sommes maintenant arrivés à une coordination. L’ensemble des services américains sont coordonnés. Ils travaillent ensemble là-dessus et nous allons aller au-delà. Nous allons informer le public des menaces en temps réel. » Il a dit […] : « Il y a un accord dans la nation au sujet du fait que sur ces questions de protection du pays contre les ingérences étrangères, que c’est une question de patriotisme et que ce n’est pas une question d’appartenir à un parti ou à un autre. Nous sommes maintenant d’accord là-dessus. »

Alors ça c’est pour le fond. Pour la forme […] Et c’est peut-être lié là à la formation de psychanalyste où on s’intéresse au fond bien entendu, à ce qui est dit, mais on s’intéresse aussi surtout à la façon symptomatique dont les choses sont dites. Et c’est ça qui avait alerté mon attention sur cette inculpation : il y avait quelque chose [de] dit en plus. Il y avait quelque chose à lire entre les lignes. Et ce qu’il y avait à lire entre les lignes c’était cette notion de haute trahison qui était mentionnée.

Et en écoutant Monsieur Rosenstein pendant … Je ne sais pas, il a parlé une demi-heure ou trois quarts d’heure… Je me disais : « Ça me rappelle quelque chose ! » Et ce que ça me rappelait, c’était [l’Appel] du 18 juin. C’était quelqu’un qui dit : « Il y a une guerre… nous avons perdu une bataille mais nous sommes prêts, nous sommes prêts pour la suite. »

Est-ce que ça vous rappelle quelque chose de ce que vous avez pu lire ces jours derniers dans ce fameux message de la « Résistance » ?

… un grand nombre de hauts fonctionnaires de son propre gouvernement [à Trump] travaillent avec diligence de l’intérieur pour contrecarrer certaines parties de son programme et ses pires inclinations.

Je le sais. Je suis l’un d’entre eux.

[…]  nous croyons que notre premier devoir est envers ce pays, et le président continue d’agir d’une manière qui nuit à la santé de notre république.

C’est pourquoi de nombreuses personnes nommées par Trump se sont engagées à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour préserver nos institutions démocratiques tout en contrecarrant les idées erronées de M. Trump jusqu’à ce qu’il soit démis de ses fonctions. […]

Il y a une résistance discrète au sein de l’administration de ceux qui choisissent de donner la priorité au pays. Mais la vraie différence sera faite par des citoyens ordinaires qui s’élèveront au-dessus de la politique, tendant la main à ceux de l’autre bord et se décideront à se débarrasser des étiquettes en faveur d’une seule : Américains.

C.q.f.d., n’est-ce pas ?

6Shares