Notre-Dame de Paris : Nous savons désormais comment faire face à la catastrophe !

Ouvert aux commentaires.

Le Monde : Incendie de Notre-Dame : un seuil de concentration du plomb dangereux pour la population ? le 29 juillet 2019 :

Si le niveau habituel de pollution au plomb auquel on peut s’attendre dans la capitale est réellement aussi élevé, il faudrait, dit [Fabien Squinazi, membre de la commission spécialisée sur les risques liés à l’environnement] « dépister tous les enfants de Paris » à l’intoxication par le plomb.

Nous sommes en fait bien préparés à la catastrophe : les mécanismes sont en place, les réactions sont désormais de l’ordre du réflexe (la leçon de Fukushima a marqué les esprits) : une fois le désastre accompli, modifions de seuil de dangerosité à la hausse. (Ni vu, ni connu !)

Le même article du Monde :

A rebours des principes de précaution, les autorités ont décidé de définir un seuil de mise en garde particulièrement haut, et ont circonscrit la catastrophe à une zone restreinte de Paris.

L’avenir de nos enfants est en de bonnes mains !

Partager :

12 réflexions sur « Notre-Dame de Paris : Nous savons désormais comment faire face à la catastrophe ! »

    1. Oui, discussion intéressante sur ces nanoparticules « que je ne saurai voir ».
      Pour ce prof Anderson anglais, un peu intrigué qu’il commence par une bourde « what I here » au lieu de « hear » (si c’est bien retranscris).
      Et intrigué par la citation de la différence d’un facteur 50 sur les enthalpies de formation ( ~chaleur dégagée) entre formation de PbO (oxyde de plomb solide) et combustion du bois (donne H2O+CO2 +qqs% de résidus minéraux = les cendres). Les tables donne -219 kJ/mole pour PbO(s). Et pour le bois 15 MJ/kg (de bois). Si on se ramène au poids, il faut un peu moins de 5 moles pour faire un kg, donc les 219 deviennent 1050 kJ/kg de plomb soit 14 fois moins que pour le bois et non 50 fois plus !! Si on est charitable et qu’on essaye de compter par mole, on prend le glucose (~1 momomère de la cellulose grosso modo) , qui est vers 15-16 MJ/kg lui aussi. Là on peut dire que 1 kg = 5,2 moles (C6H12O6:192g), donc ça fait ~3,2 MJ/mole, toujours 15 fois plus, puisque la mole fait même poids. Il faut couper fictivement le monomère en 6 (CH2O : méthanal) pour dire que ça fait 500 kJ/mol, moins disproportionné.

      (Et il faudrait tout bonnement peser le plomb qui a fondu et est tombé au sol, si il reste peanuts, c’est que tout s’est évaporé. Avec ma soudure à l’étain, quand je chauffe une masse importante ça tombe et ça fait schlpoosche, encore plus avec le plomb en principe (plus dense).)

      Bon, ce qui compte, c’est plutôt sa connaissance « du terrain chimique » en général, mais pour faire passer un message au grand public, il faut aussi de la rigueur pour la crédibilité.

      1. Excellent raisonnement, car en effet, sans évaluation précise du poids du plomb métallique retrouvé au sol, il ne pourra être fait aucune évaluation du plomb vaporisé et transformé en PbO, (PbO2, Pb3O4?)…
        Cela étant, il convient de rester vigilant sur la ‘manipulation’ des normes par l’autorité administrative afin de se soustraire à une éventuelle responsabilité !

      2. @georgeon:

        (Radium et pas Radon ? déjà une chose à vérifier…)
        Sens des proportions svp. Si suivant la devinette assez connue, chacune de vos inspirations contient une molécule d’air (N2 disons) respirée par Jules César, c’est parce que la molécule est au volume respiré (0,02 mole en gros: 0,45 litre), ce que ledit volume est à l’atmosphère. Des facteurs 10^22 ou 10^23 dans les deux cas, je ne sais plus combien de fois il faut que Jules tousse à vrai dire, et au fond ce n’est pas le plus important.

        Donc les 10 tonnes de radium (environ 5 000 moles) ne donnent que 5000 atomes respirable par vous chaque jour, un par respiration en gros.

        Le plomb, ce sont des pico- ou nanomoles qui vont être (ou ont été déjà) ingérées par les victimes, 10^9 à 10^12 fois plus, ce n’est pas une paille.

        L’atmosphère est vaste et a pu servir de poubelle à gaz volatil jusqu’ici… et même de gentille poubelle à radium (mais pour le radon, ne le gardez pas chez vous).

  1. Il y a déjà 30 ans un problème de santé publique s’était posé à propos de la peinture au plomb bien qu’interdite depuis 1948 mais qui existait dans de très nombreux appartements anciens des grandes villes dont Paris. Il se trouve que de jeunes enfants ayant léché cette peinture ayant un goût sucré étaient atteints de saturnisme. Je me souviens très bien du médecin inspecteur régional de santé qui disait que pour enlever cette peinture dangereuse cela aurait un coût très élevé du fait du nombre d’appartements anciens existant dans la capitale. Parmi les personnes qui assistaient à la réunion il y avait un jeune Enarque qui avait suggéré de faire faireles travaux par les familles elles-mêmes car cela ne coûterait rien à l’Etat. Nous en étions tous restés bouche bée…. Depuis je me méfie de ces jeunes gens….
    Heureusement tous n’ont pas un quart de cervelle…

    1. Un quart de cervelle, vous êtes généreux !!
      Lors d’un voyage en train qui avait quelques minutes de retard, un Polytechnicien discutait dans un compartiment avec les personnes présentes sur la faible productivité des agent SNCF et qu’il fallait réformer cette entreprise, etc, etc, Approbation générale des personnes du compartiment. Je lui demande s’il peut étayer ses propos d’un exemple. Il réfléchit et déclare :
      « Tenez, lorsque je voyage, j’observe souvent à côté des voies en gare, des agents avec des gilets orange qui ont des outils en main et qui regardent passer les trains. Ils ne font rien et sont payés. »
      Je lui explique alors que les agents attendent que le train soit passé pour travailler en toute sécurité sur les voies car, s’il sont sur les voies au moment ou le train passe, ils seront percutés. Donc, le fait qu’ils regardent le train passer avec les outils à la main signifie que dès que la voie est dégagée, ils vont se placer sur les voies sans délai et travailler entre les circulations, quittant la voie à chaque fois qu’un train arrive.
      Situation optimale permettant à la fois de faire les travaux et faire circuler les trains.
      Moment de silence gêné dans le compartiment, mon polytechnicien préfèré ne savait plus où se mettre, les autres personnes étaient silencieuses. D’un petit hochement de tête, je lui demandais ce qu’il pensait de ma remarque.
      Ambiance très lourde durant le reste du voyage jusqu’à ce que je me lève pour aller boire un café et abandonne mes compagnons de voyage.

  2. Bonjour le blog,
    Cette histoire me fait penser que le fait économique est vraiment trop présent dans nos sociétés.
    Au fond, les autorités se comportent comme des comptables plutôt que de se confronter à la réalité et donc de traité l’urgence en débloquant des fonds, ils restent dans le réflexe de l’économie: ne pas engager des dépenses « inutiles », « non productrices de richesses »….Augmenter ces seuils de dangerosité, c’est minimiser les dépenses afin de traiter la nuisance. C’est aussi se prémunir contre d’éventuel recours en justice et donc de frais d’indemnisation. On est dans la dictature de la comptabilité. Pour le dire vulgairement: le fric est là pour faire encore plus de fric. Bienvenue dans le monde capitaliste! Monde que nous dénonçons, ici sur ce blog et ailleurs, depuis des années. Mais face à cette froideur, on se sent bien seul!

    1. Au nom du pèze, du fric et du saint esprit de lucre:beaucoup de décisions politiques s’expliquent par le conformisme aux sacro-saints principes de l’ultra-libéralisme.
      L’exemple le plus marquant est la ratification récente du CETA, ratifié par le vote de 265 députés pour et 211 contre et 77 abstentions…
      Alors que, les français sentent bien que c’est un accord à sens unique : qu’a-t-on à attendre de positif, au niveau de la France et de l’Europe, d’un tel accord avec un pays de 20 millions d’habitants ? L’avantage est trop évident dans le sens Canada >> marché européen de près de 500M de consommateurs !
      Cela est bien mis en évidence par la commande d’Air France de 60 Airbus A220 qui sont en fait fabriqués à 100% au Canada par la firme Bombardier reprise par Airbus ; la direction d’Air France par un ‘maudit canadien’, aurait-elle à voir avec cette décision ?
      Par ailleurs, cet accord va poser un gros problème au niveau de nos agriculteurs, lesquels doivent tout faire pour produire des aliments de qualité (sans pesticides, etc..) et qui seront concurrencés par des produits agro-industriels aux normes moins élevées…
      La population française aisée aura la faculté de se payer une alimentation haut de gamme produite en France, et les plus pauvres (qui sont de plus en plus nombreux!) devront se contenter de produits bas de gamme importés…

      1. @Tout me hérisse
        « Au nom du pèze, du fric et du saint esprit de lucre […]
        La population française aisée aura la faculté de se payer une alimentation haut de gamme produite en France, et les plus pauvres (qui sont de plus en plus nombreux!) devront se contenter de produits bas de gamme importés…
         »
        En toute logique, les décideurs faisant partie de la tranche « aisée », elle vote pour le traité qui favorise le pompage dans le sens qui leur convient.

        Bon, je n’ai fait que reformuler 😉

      2. @Tout me hérisse
        « …et les pauvres….devront se contenter de produits bas…….
        Je pense que cela se fera de plus en plus, non seulement un France. Pour vivre dignement, pour partciper à la vie sociale, culturelle……..il faut une certaine somme. Sans cela, vie indigne, misérable, humiliante, paralysante sur le plan social. Je crains que des mouvements tels que les gilets jaunes n’y en changeront rien. Il faut plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.