37 réflexions sur « Ah ! ces robots ! Ils nous feront toujours rigoler ! »

  1. depuis que le service militaire a été supprimé les gens sont prêt à gober n’importe quoi , faudrait au moins que tout un chacun aille au moins une fois sur un champ de tir pour voir quelles mesures de sécurités doivent être prises

    1. C’est une parodie bien entendu, mais suffisamment proche de ce que les robots Boston Dynamics peuvent effectivement faire, et des perspectives qu’ouvre la reconnaissance faciale, que les comportements présentés sont plausibles à brève échéance.

      1. Eh bien, moi, l’ensemble me rassure ! (y compris la bière). Mais il faut dire que je suis (en sus d’un geek, d’un nerd) le taulier du « seul Blog optimiste du monde ».

  2. Sûr qu’à la guerre on envoie des ballons en caoutchouc sur les ennemis et qu’on les latte à coup de batte de baseball et de briques. Sérieux ? Et bien sûr, les cibles sont bien toutes à leur place, déterminées à l’avance, immobiles et attendent patiemment qu’on les bute.

    Le moment où le robot renverse la table, c’est quoi ? On lui a injecté un programme « super virilité » ? Ca rime à quoi ?

    On aimerait le mettre en face des Houtis armés de missiles, histoire de voir qui est le chef. Pas sûr que la clinquaille américaine dure très longtemps.

  3. Rire jaune, notamment lorsque le robot est programmé pour faire semblant d’hésiter avant d’ouvrir le feu, entre le mannequin et l’humain portant une cagoule sur la tête.

    Rire jaune bis, lorsqu’à l’insu de mon plein gré et bien que je sache que le robot à le même niveau de conscience que ma chaise, je constate que je ne peux m’empêcher d’éprouver de l’empathie pour le tas de ferraille high-tech devant l’avalanche de coups qu’il reçoit.

    Rire jaune ter, lorsque le robot trouve la solution de tir la plus rapide en faisant feu allongé sur le dos.

    Bravo pour les bruitages qui évoquent R2D2 et j’aime bien la fin du scénario où l’esclave s’enfuit avec le toutou mécanique, mais sans blesser ni tuer aucun humain (cf mon point 2)

    Le plus impressionnant si on retire les trucs zet astuces voulant nous faire croire que l’on a renoncé à toutes les règles de sécurité concernant le maniement d’une arme (qui c’est le b.a.ba doit toujours être considérée comme chargée et ne jamais être pointée sur une personne) reste la vitesse de déplacement de la bestiole en terrain plat et sa capacité à retrouver son équilibre de bipède après un choc.

    Sinon pour nous faire vraiment peur, il conviendrait d’abandonner le design boulons et plaques de ferraille pour avoir une machine proche visuellement d’un être humain (la fameuse vallée de l’étrange).

    Paul, imagine cette machine habillée d’un costume avec la tête de Donald Trump ! 😀

  4. Vidéo produite par Corridor Digital

    Traduit de l’anglais – Corridor Digital est un studio de production américain basé à Los Angeles, connu pour la création de vidéos abrégées en ligne sur la culture pop depuis 2010, ainsi que pour la production et la réalisation de la série Web inspirée de Battlefield, Rush, et de la série YouTube Premium Lifeline.

    1. Après avoir prouvé à la bande de malfrats qui l’ont recruté, qu’il était apte au maniement des armes et en avoir pris plein la gueule après qu’ils aient découvert qui il était vraiment, il retourne la situation en s’enfuyant avec l’otage qu’il devait abattre … JackieChanotics – saison 1 – épisode 1 – « Fallait pas l’énerver ! »

  5. Hm C’est loin de la vérité, avec du budget et leurs -entre autres- « muscles robotiques mous » ( ça me paraît très violent ) on va voir ce qu’on va voir, à l’occasion…

      1. Héroïne de l’Union soviétique
        Ordre de Lénine
        Médaille pour la victoire sur l’Allemagne dans la Grande Guerre patriotique de 1941-1945
        Ordre de l’Étoile rouge
        Ordre de l’Amitié des peuples
        Ordre du Drapeau rouge du Travail
        Ordre de la Guerre patriotique

      1. Ce type de robot est au moins aussi plausible que l’étaient R2D2 ou C-3PO il y a 42 ans déjà, même si après tout ce temps on ne présente toujours ce genre de « performances » hors labo que par images de synthèse (désormais en motion capture pour plus de « réalisme »). Ce que l’histoire ne dit pas, c’est le niveau d’empreinte carbone de la bestiole….

  6. Même si elle n’est pas exponentielle, l’accélération est déjà logarithmique :

    2011 : https://youtu.be/PtiBe_kvAUk
    2018 : https://youtu.be/hSjKoEva5bg
    2019 : https://youtu.be/_sBBaNYex3E

    Et comme tous les complexes militaro-industriels, pardon les bases industrielles et technologiques de défense, se lancent dans la compétition à corps perdu, on ne risque rien à supposer que les « exploits » mis en scène par Corridor Digital seront possibles dans quelques mois ou dizaines de mois.

    Mais les machines humanoïdes ou quadrupèdes de Boston Digital ne sont que la partie émergée de l’iceberg et on peut se douter étant donné le tropisme technologique des armées US, que les véritables recherches portant sur des innovations de rupture se font sous le sceau du plus grand secret et non sous celui de YouTube.

    On risque alors de se retrouver avec de nouveaux outils qui potentiellement sont une rupture anthropologique dans la conduite de la guerre, mais sans cadre juridique reconnu internationalement délimitant leur emploi. Bref si le capitalisme financiarisé nous ramène au moyen-âge, il peut y avoir encore pire : celui en tenue camouflée est susceptible de nous ramener à une période pré-Westphalienne.

    1. @Roberto Boulant
      « […]que les véritables recherches portant sur des innovations de rupture se font sous le sceau du plus grand secret et non sous celui de YouTube. »
      N’oublions pas la capacité des « stratèges » en matière d’illusionnisme: pendant que notre regard est attiré vers ces merveilles, d’autres évidences n’ont même pas besoin d’être cachées !

      Si par absurde, quelqu’averti vienne à lancer une alerte, et hop! plan b de l’illusionnisme: conspi…

    2. Oui , enfin vous admettrez qu’entre une croissance exponentielle et une croissance logarithmique il y a comme qui dirait un gouffre 🙂

      1. Ah mais non seulement je l’admets fort volontiers mais en plus je m’en félicite, une croissance logarithmique dans le domaine de la robotique militaire est déjà suffisamment inquiétante comme cela.

  7. Impressionnant ! Ces machines sont capables, grâce à une programmation très pointue, de discerner qui est un humain et ne pas déclencher le tir sur celui-ci, mais il est également vrai que la modification de quelques lignes de codes, pourront modifier le comportement de ces engins du tout au tout et les transformer en tueurs extrêmement efficaces, sans états d’âme.
    Cette dernière perspective est très intéressante pour les ‘traîneurs de sabres’ de tout acabit, car ainsi, il ne faudra plus dépenser une énergie considérable à former des fantassins efficaces mais susceptibles, le cas échéant, d’avoir des états d’âmes en face de l’ennemi désigné.
    J’ai toujours le souvenir de mon père évoquant avoir tué un Allemand sur la rive de la Lys en mai 1940, des années après, il en était encore marqué et culpabilisait d’avoir enlevé la vie, certes à un ennemi, mais c’était surtout un être humain.

    1. Dans la mesure où la guerre a été régulièrement déclarée, la Belgique envahie sans autre raison que la conquête à main armée, avec les atrocités qui vont avec, je ne vois rien à regretter. On peut gagner sans tuer ni détruire. Néanmoins c’est difficile; il y faut des préalables rarement réunis.

      Les combats en Belgique ne pouvaient pas être gagné, mais en tuer un max aurait été utile pour la suite.
      Si en 1940, nous avions su arrêter les forces allemandes, disons à hauteur de la Somme, faut être modeste, il est probable que la Shoah n’aurait pas été mise en œuvre. Ou pas mise en œuvre si facilement. En premier lieu, le territoire à disposition des éradicateurs aurait été bien plus restreint. Le vrai regret de la génération de votre père devrait être placé sur ce point. Précisément là où la France a manqué à ses devoirs internationaux.

      Un bon rappel historique est que nous avons su arrêter ces allemands en 1914, et plus important nous les avons figés, géographiquement et dans leurs têtes.

  8. Point Godwin:
    Les Nazis ont bien pensé des usines de mort, alors pourquoi pas des robots soldats?
    Premier!
    PS: je retourne à la lecture d’Emmanuel Faye…

  9. Ce n’est pas de l’art pour galeries huppées avec champagne et petits fours recouvert d’une diarrhée orale pour justifier l’insignifiance de ses acteurs au service des caprices de riches.
    C’est peut-être de l’art mineur, peu m’importe, celui-là transmet un message aux 7 milliards d’humains.

  10. Cette vidéo nous donne l’impression que l’humanité est sur le point d’être relayée dans la plupart des domaines où elle a exercé ses compétences et excellé depuis des milliers d’années. Nous pouvons même être convaincus qu’une progression exponentielle est à l’œuvre que les hommes ne pourront jamais plus entraver. Ils ne l’ont jamais fait dans le passé et ont toujours fini par réaliser ce qu’ils avaient imaginé.
    Néanmoins se pose pour moi la questions des limites. Pas celle de la morale, de l’éthique, des droits de l’homme et du respect de la vie car il y a belle lurette que l’on trouve ici ou là des gens capables de s’en affranchir pour faire souffrir ou tuer quiconque s’opposent à eux. Je veux envisager la question des limites physiques. Combien faut-il stocker de milliards de données pour parvenir à la réalisation d’un tel robot, encore trop imparfait sans doute aux yeux des docteurs Frankenstein ? Est-ce matériellement possible ? Et ce dispositif serait-il susceptibles de présenter des points faibles ? Une armée de robots pour se déplacer sur un théâtre élargi d’opérations nécessiterait je crois une logistique considérable ? Notamment en énergie. Et je ne veux absolument pas croire à la défaite de résistants humains constitués en commandos de gros malins dont nous serions, n’est-ce pas ?
    Cette réflexion, je le comprends, n’est pas aboutie. Qui le souhaite la poursuive ?

    1. Si nous ne respectons toujours pas la vie, je crains qu’il y ait assez de ressources.
      C’est sans doute pour ça que cette réflexion n’est pas aboutie.

      1. Regardee des enfants jouer au foot avec une canette ou des drogués fabriquer une pipe avec des bouchons …
        Non quand on veut , même détriment de la vie, on peut, surtout au détriment de la vie pour ce qui nous occupe. On va brûler directement la terre sous nos pied pour pouvoir s’envoler ça paraît logique, enfin il y a des grands anthropologue ( Coppens) qui semble s’en accommoder.

  11. Quel est le but avoué des auteurs ?
    La vidéo de la fabrication n’est pas traduite en français elle ne m’a rien appris sur les motivations.
    Promotion ? Jeu ? Dénonciation ?

  12. Deux choses :
    – Tels qu’il est montré ce robot est à peu près inutile pour la très bête raison que soit il vide sa batterie en quelques minutes, soit cette batterie est beaucoup trop lourde pour qu’il reste suffisamment agile. Un certain nombre de prix Nobel nous séparent encore d’un moyen de stocker l’énergie aussi efficace que celui dont disposent les animaux et les humains.
    – À l’inverse nous ne sommes pas encore habitués aux images fabriquées mais aussi réalistes que les vraies. Les progrès accomplis dans la réalisation de fausses vidéos ont été très rapides. Le robot que nous croyons voir dans cette vidéo n’existe pas, comme on peut le constater dans le making off montré par Philippe Soubeyrand – https://youtu.be/zOyDwBvxAyA ) La vidéo nous fait pourtant à peu près le même effet que si elle correspondait à la réalité.

    1. Je dirais même plus ! Tel qu’il est montré ce robot est totalement inutile d’un point de vue militaire.
      Outre le problème de l’autonomie que vous soulevez (moins prégnant et même absent pour les plateformes plus lourdes qui peuvent recevoir des motorisations thermiques, voir des réacteurs nucléaires pour les plateformes navales), il y deux énormes écueils qui ne sont pas encore résolus :
      – l’intérêt d’avoir un « bidule » à X centaines de milliers d’euros pour mettre en œuvre une arme légère d’infanterie.
      – mais surtout, le gouffre qui sépare encore un soldat capable de comprendre la mission et d’adapter continuellement sa manœuvre aux circonstances (aux contingences disaient Mon Général), tout en collaborant et communiquant avec toutes les armes présentent sur le champ de bataille. Difficultés bien moindre dans les espaces « lisses » maritimes et aériens, où des drones pilotés par l’IA mais sous monitoring humain sont tout à fait envisageables d’une manière opérationnelle dans les quelques années qui viennent (les démonstrateurs existent déjà).

      1. – l’intérêt d’avoir un « bidule » à X centaines de milliers d’euros pour mettre en œuvre une arme légère d’infanterie.

        Guérilla urbaine = complément de drones

        – mais surtout, le gouffre qui sépare encore un soldat capable de comprendre la mission et d’adapter continuellement sa manœuvre aux circonstances (aux contingences disaient Mon Général), tout en collaborant et communiquant avec toutes les armes présentent sur le champ de bataille.

        AlphaStar

      2. Si le but est la létalité au meilleur coût, alors des mini ou nano-drones volants « suicides », avec charge explosive et capteurs optiques et soniques sont une solution plus réaliste que de complexes machines bipèdes pour faire baisser le prix au kilo de l’ennemi mis hors de combat. Qui plus est, la guerre urbaine transformant la ville en tas de gravats rend le choix d’une progression aérienne plus logique (et la taille réduite des machine permet de se faufiler partout, dans les moindres anfractuosités). Le problème réel de l’autonomie pouvant être compensé par le nombre, on peut imaginer le saupoudrage d’un périmètre donné en 3D (hauteurs, canyons urbains et sous-sols) avec des machines se répartissant l’espace grâce à l’IA collaborative et se mettant « en veille ».

        Et la guerre au milieu des populations est bien plus complexe que les scénarii de Starcraft, le civil saluant de la main en souriant pouvant l’instant d’après jeter une grenade en étant protégé car au milieu d’un groupe de personnes non-hostiles. À ces problèmes auxquels les soldats humains font face difficilement, détruire un hostile au milieu d’enfants par exemple, se rajoute pour les armées occidentales les problèmes juridiques : qui est responsable en cas de « bavures » ? Les officiers sur le terrain, l’État-major, le fabricant, les ingénieurs, les politiques ?

        Bien entendu, existe la solution dite « Grozny » : vous avez 6 heures pour évacuer la ville et vous présenter aux barrages, au-delà les machines investissent la ville et considèrent comme hostile toute présence humaine.

  13. Selon les dernières tendances copernicopatétitiennes, les batteries quantiques ne poseront plus de problèmes de recharge…bip…
    On n’arrête pas le progrès…bip…Hyper jouissif…ma rate vient d’exploser en lisant les commentaires… Déjà après la démo robotique… C’est des boss de l’humour chez Corridor Digital…appréciez tant qu’il est temps…on va tout faire péter…bip…un nouveau soleil…bip, redistribuons l’énergie… vive l’entropie généralisée…bip!
    Merci pour ce bon moment,… Paul…bip.

Les commentaires sont fermés.