16 réflexions sur « Nous savons comment faire face à des défis colossaux , par Vincent Burnand-Galpin »

  1. ??
    nous ne parlons plus de ressources financière, qui sont illimitées, mais réelles….et la, ça coince!
    Christian

    1. D’accord sur l’objectif, mais il manque le modus operandi ce qui revient la question du premier commentateur.
      Je m’étonne qu’on embraye pas sur la grève bien réelle qui a lieu actuellement, qui peut paraître peu de choses, mais qui a au moins le mérite d’exister et peut constituer l’amorce possible pour d’une mobilisation à la hauteur des enjeux indiqués dans ce billet.
      Pourquoi a-t-on déjà oublié la séquence des GJ ? Pourtant cette séquence que d’aucuns y compris sur ce blog, nous avait décrite au départ comme celle d’une révolte nauséabonde et quasi fasciste, s’est révélée chemin faisant, et après décantation, être un formidable coup d’accélérateur pour la mobilisation de nombreux secteurs de la société Française. Le mouvement social des cheminots, des personnels hospitaliers, des professeurs des écoles et autres professions, a bénéficié des GJ, le nier, cerait nier l’évidence.

      Si l’on ne prend pas au sérieux ce qui se passe là sous nos yeux, et qui est porteur de quelque chose de possiblement plus déterminant, comment parvenir à l’effort de guerre ? Celui-ci ne tombera pas du ciel, mais s’imposera à la faveur d’évènements qui au premier abord nous semblaient insignifiants.
      Je le crains, toutes ces considérations, c’est « un pont trop loin ». A être trop décalé par rapport aux luttes existantes, on risque de repousser indéfiniment l’échéance de la grande lutte pour les grands défis.
      S’agissant des ressources financière qu’évoque Christian, encore une fois regardons du coté des grévistes : le PotSolidaire, principale cagnotte des grévistes a d’ores et déjà réuni près de 1,5 million d’euros.
      https://www.lepotsolidaire.fr/pot/solidarite-financiere?fbclid=IwAR1–NqoxWl9hcrI9ay_d5y_a2sy5LjwM157OOxzUHcDhtT4gnWR7L20TtE

      1. @Pierre-Yves Dambrine
        J’admire la constance de votre engagement et de votre enthousiasme au fil des années. Aussi je m’en veux un peu de refroidir vos ardeurs. Restons lucides quand même. On sent bien des bouillonements ces dernières années, un truc qui monte en température. Mais voyons aussi que le pouvoir mise sur l’épuisement des troupes adverses en faisant trainer en longueur (personne ne peut faire grève 6 mois) et en lâchant un peu de lest de temps en temps. Voyons aussi que le déminage du risque convergence des luttes fonctionne à plein, de plus en plus de catégories professionnelles obtenant la promesse du maintien de leurs régimes spéciaux (militaires, policiers, navigants de l’aviation, chauffeurs routiers, agriculteurs,etc.). Professions dont une grève forte mettrai en péril rapidement l’ordre et l’économie de la nation. Les derniers couillons de cette réforme seront ceux dont un arrêt de travail n’aurait pas de conséquences à court terme. En tout cas, le prétendu « universalisme » de ce nouveau système de retraite est déjà mort.
        Il ne vous aura pas échappé non plus qu’au sein des Gilets jaunes comme des manifestants de ces dernières semaines, la moyenne d’âge était plutôt élevée. Ce ne sont pas les vieux qui ont jamais mis à bas un système.
        Où sont les jeunes ?

      2. Arkao,
        J’essaie d’avoir une approche dynamique des choses.
        Que le gouvernement mise sur l’épuisement du mouvement, c’est l’évidence, et cela dès le début, ce n’est pas moins qui m’en étonnerais. Soi-disant la deuxième manif’ montrait un essouflement on a vu qu’il n’en était rien le 17. On a dit que les grévistes ne tiendraient pas sur la longueur, et puis viennent ces cagnottes.
        Vous aurez noté que les catégories que vous citez ne sont pas représentatives de l’ensemble de la population. Vous aurez noté que la CGT reste sur sa ligne d’un retrait pur et simple de la réforme.
        Vous aurez noté que la base s’organise et oblige les directions syndicales.
        J’ai noté aussi pour ma part, contredisant factuellement votre dernière assertion, que lors de la dernière manif’, dans laquelle j’étais présent, le 17 décembre, beaucoup de jeunes manifestaient. Cela m’avait d’ailleurs particulièrement frappé. M’est d’avis qu’il suffirait de peu de choses pour mobiliser massivement les étudiants et les Lycéens.

      3. Il y a un autre topic pas loin, sur la puissance nécessaire à un basculement, pas facile à atteindre d’abord, et à gérer ensuite….

        En attendant, on peut se réjouir de l’émancipation politique que ces mouvements ( nuit debout, zad, gilets jaunes, grèves ) permettent et génèrent dans le pays.

      4. j’ajoute que Macron et Philippe ont réussi le tour de force de s’aliéner une CFDT dont le dirigeant était jusqu’ici considéré comme très modéré. A cela s’ajoute un élément psychologique non négligeable, car tous les détails comptent dans ce rapport de forces : Laurent Berger, a vraiment très mal pris le fait d’avoir été pris à rebrousse-poil par le gouvernement, lui qui s’attendait à ce qu’il soit l’homme de la situation. Il a été humilié par le gouvernement, et tout modéré qu’il est il a sans doute sa fierté. Sans oublier que son syndicat est concurrent de la CGT, mais en la circonstance ils se partagent aussi les rôles, et donc se complètent comme c’est bien expliqué ici : https://www.ouest-france.fr/economie/retraites/point-de-vue-philippe-martinez-laurent-berger-duo-paradoxal-mais-necessaire-6670184
        Macron est sur la défensive, nous aurions tort de ne pas tout faire pour l’acculer à une défaite en rase campagne.

      5. Les Gilets Jaunes demandaient une baisse des taxes sur le pétrole.
        La grève actuelle demande le maintien d’un système qui ne fonctionne que dans un monde en croissance démographique.
        C’est pas en partant de là qu’on va résoudre la crise écologique, c’est le moins qu’on puisse dire.

      6. Laurent Grard

        Ce que demandent des personnes, au risque d’y perdre une main ou un oeil, c’est en gros, de la décence dans la répartition.

      7. Ces gens manifestent en faveur de leurs privilèges. Ils manifestent pour leur pouvoir d’achat. Ils manifestent donc pour « la religion féroce », le capitalisme consumériste. Ils se foutent du climat, des forêts qui brûlent, des koalas carbonisés. Ils veulent des SUV plus gros que celui du voisin, des vacances en avion, des steacks quotidiens et, contre le réchauffement, exigeront des subsides pour installer la clim.

        Vous n’avez rien compris. 😉

  2. L’effort de guerre des USA n’a vraiment commencé qu’à partir de Pearl Harbor.

    Quel choc climatique ou autre aura un impact équivalent au bombardement de Pearl Harbor ? Les paris sont ouverts !

Les commentaires sont fermés.