La progression du coronavirus est jusqu’ici pratiquement exponentielle, par Alexis Toulet

Ouvert aux commentaires.

La diffusion du coronavirus de Wuhan a suivi jusqu’ici une progression pratiquement exponentielle. Or, la fonction exponentielle, comme disait je ne sais plus trop qui, c’est une vraie vacharde.

Dans les derniers jours, le nombre de morts dus au coronavirus 2019 en Chine a augmenté au rythme de 40% par jour, pour atteindre un total de 80 morts en ce 27 janvier parmi 2744 cas confirmés.

Si la diffusion de l’épidémie continuait au même rythme dans les semaines qui viennent, alors au 29 février dans à peine plus d’un mois, le nombre total de morts atteindrait 3,8 millions parmi 130 millions de cas confirmés (multiplication par 1,4 élevé à la puissance 32)

Bien sûr, c’est un « Si » ! Les services de santé et les autorités chinoises mettent tous leurs efforts à enrayer la progression de l’épidémie, et « casser » cette f…ue fonction exponentielle. Et les services de santé des autres pays commencent à s’y mettre, à mesure de l’apparition de nouveaux cas sur leurs territoires de responsabilité.

Il est tout à fait possible qu’ils réussissent.

Il est trop tôt pour dire qu’ils vont forcément réussir.

L’épidémie de grippe espagnole de 1918 tua aux environs de 2,5% de la population humaine de l’époque. Il y a des raisons de penser que le monde est aujourd’hui mieux protégé qu’il y a un siècle : connaissances sur les virus, capacité de recherche de traitement, organisation générale probablement meilleure. Reste que si une épidémie de ce genre se propageait ne serait-ce qu’à 15% de l’humanité – au lieu d’un tiers de l’humanité en 1918 – un taux de mortalité de 3% parmi les malades donnerait un nombre de morts en dizaines de millions.

Le risque que l’on arrive pas à contenir cette épidémie est difficile à négliger.

Partager :

74 réflexions sur « La progression du coronavirus est jusqu’ici pratiquement exponentielle, par Alexis Toulet »

  1. On a le précédent du Sras,
    La figure 2 du « WHO consensus » à la page 18 du pdf à ce lien
    https://www.who.int/csr/sars/en/WHOconsensus.pdf
    montre des forêts de pics dont les flancs gauche sont des exponentielles du même type que maintenant x1.4 par jour par exemple, mais dont la durée moyenne n’est pas évidente, entre 1 et 3 semaines.

    Ce n’est pas transposable directement, notamment si la transmission inter-humaine est très active, les pics peuvent être nettement différents en hauteur et durée.

  2. En ce qui concerne les décès en relation avec ce coronavirus, on peut se poser la question du recensement des cas avérés, sachant qu’à l’échelle de ce territoire, la mortalité « ordinaire » se chiffre en milliers par jours (chiffres à vérifier). Je veux dire par là qu’il n’est pas sûr que la mort par mauvaise fièvre du pépé dans sa cambrousse soit suivie d’une enquête sur les causes réelles et d’une analyse de présence du coronavirus.
    Beaucoup de soldats de 1918 sont « Morts pour la France » sans que la qualification « grippe espagnole » soit mentionnée dans leurs actes de décès.

      1. La province du Hubei ne m’est connue qu’au niveau de Wuhan, grande ville qui s’est très bien modernisée (aéoroport évidemment, mais aussi les quartiers autour de l’Université que j’ai pu visiter 3 fois en 2 ans).

        Mais cette province s’étend dans les montagnes à l’Ouest.
        Je pense que la surveillance est bonne dans les villes, plus aléatoire dans les montagnes et campagnes « profondes ».
        Combien de paysans faisaient l’aller-retour au marché visé dans des trains depuis 200 – 400 km de là à l’ouest, c’est sans doute délicat de le dire.
        Mais pour les citadins dans le « coeur du réacteur » (là où la transmission est la plus efficace à cause de la densité tout bonnement), il est vrai qu’il y a un certa
        in niveau de surveillance. Le maire de Wuhan vient de reconnaitre ses torts dans la phase des qqs semaines écoulées. Il pourrait être viré bientôt si le virus ne s’en charge pas (je lui souhaite longue vie quoi qu’il en soit).

        Le site Asialyst on trouve des analyses poussées de la situation régionale en Chine.
        https://asialyst.com/fr/2019/12/24/chine-xi-jinping-pas-maitre-absolu-echiquier-politique-province/
        https://asialyst.com/fr/2017/03/13/chine-remaniements-provinces-est-detail/

        Ca montre un peu comment ça bouge, c’est assez différent de la vision globale « La Chine » vu depuis l’occident lambda et ses médias en mal de compréhension de cet immense ensemble (alors que les fins fonds du Tennessee sont farpaitement connus des amateurs de R&B de toutes les rédactions et blogs de Navarre, et d’outre-Quiévrain, n’est-ce pas (:;) )

  3. Heureusement que nous sommes sur un blog optimiste…

    L’importance donnée dans ce billet à la fonction exponentielle ne me semble tellement pertinente. Lutter contre une épidémie, c’est freiner sa propagation, quelle que soit la fonction arithmétique à laquelle cette propagation obéit.

    Petite remarque en passant : dans les années 80 la liberté de circulation a été opposée à ceux qui envisagèrent de prendre des mesures prophylactiques contre la propagation du sida. Si de telles mesures avaient été prises, des millions de morts auraient été évitées. N’y a-t-il pas là un sujet de réflexion ?

    1. Évidemment un sujet de réflexion !
      Avec l’économie et l’industrie mondialisées et hyper polarisée, plus rien ne peut s’arrêter. Tous les mécanismes de parapluie du monde sont fabriqués en Chine. 99% des panneaux photovoltaïques (j’exagère un peu, mais pas tant) sont assemblés en Chine, certains composants de nos ordinateurs et tablettes ne sont fabriqués qu’en Corée ou qu’au Japon…Pratiquement plus aucun de nos vêtements n’est fabriqué à moins de 1083 kms de chacun d’entre nous…et les chaussures…et l’électro-ménager…je m’arrête là.
      La raison voudrait qu’on cesse, ou au moins qu’on freine sérieusement ces transports incessants, ces échanges frénétiques de marchandises mais là oui, il faut bien se poser la question : le peut-on ? Ou plus simplement, le veut-on ?

    2. Sauf que le sida ne se transmet pas comme un coronavirus par voie aérienne par contact rapproché de personne à personne.
      Les mesures prophylactiques efficaces dans le cas du SIDA, faut-il le rappeler, sont l’abstinence ou le port du préservatif et le controle le strict des transfusions sanguines.
      La circulation des personnes est donc vraiment un faux problème. Evidemment d’aucuns avaient proposé à l’époque d’expédier les malades du sida sur une ile déserte, ou de les parquer dans des camps mais ces idées avaient pour arrière-pensées politiques de stigmatiser ces populations, faut-il le rappeler.

      1. Quittez vos préjugés. Une mesure prophylactique est une mesure prophylactique.
        Les 56 millions d’habitants de la région de Wuhan ne sont pas stigmatisés, personne n’envisage de les envoyer sur une île déserte. Il leur interdit de voyager.
        S’il avait été décidé d’interdire aux premiers sidaïques ou aux groupes à risques détectés dès 1981 et 1982 de voyager, il aurait sans doute été possible d’empêcher le sida de devenir une épidémie mondiale mortelle, sans stigmatisation ni déportation sur une île déserte.

      2. Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, les mesures qui ont été prises pour circonscrire l’épidémie à Wuhan ne sont pas stigmatisantes, elles correspondent aux caractéristiques de la maladie, j’évoquai à contrario le cas du sida bien différent où les mesures que vous dites coïncident avec des arrières pensées politiques quand bien mêmes elles pourraient être efficaces, les 3 mesures que j’ai dites étant suffisantes pour stopper l’extension de la maladie.

      3. PS. Par contre la décision du pouvoir central chinois, Xi Jinping en tête, d’imposer subitement la fermeture de Wuhan a un aspect politique, s’agissant d’apparaître comme celui qui reprend la main voyant que manifestement les autorités locales (secrétaire général du PCC de la province du Hubei dans laquelle se trouve Wuhan) et dirigeants de la ville de Wuhan, étaient en train de se discréditer, à juste titre d’ailleurs, car aux yeux de la population elles ont tardé à réagir.
        Dans cet article de Radio France International, le rédacteur souligne qu’en réalité le pouvoir central ne pouvait certainement pas ignorer ce qui se passait à Wuhan, compte tenu de l’extrême centralisation et personnalisation du pouvoir en Chine : toute affaire importante, sensible, remonte directement au sommet, les bureaucrates attendent toujours les instructions avant d’adopter une ligne de conduite.
        Evidemment tout cela reste à prouver, jusqu’à quel point Pékin avait connaissance de la situation réelle à Wuhan, bien malin qui peut le dire. http://www.rfi.fr/tw/%E4%B8%AD%E5%9C%8B/20200127-%E6%8A%97%E6%93%8A%E6%AD%A6%E6%BC%A2%E8%82%BA%E7%82%8E-%E7%BF%92%E8%BF%91%E5%B9%B3%E7%82%BA%E4%BB%80%E9%BA%BC%E8%AE%93%E6%9D%8E%E5%85%8B%E5%BC%B7%E7%95%B6%E7%B5%84%E9%95%B7

        Dans un autre article de RFI en chinois, le rédacteur note que la nomination du premier ministre Li Keqiang à la tête du groupe spécialement chargé de la lutte contre l’épidémie a du attendre deux jours près sa création le 20 janvier par la Conférence du Comité permanent du bureau politique du PCC, ce qui indique une certaine indécision au sommet du pouvoir, l’indice de certaines tractations sans doute, car dans la configuration du pouvoir chinois actuel sous Xi Jinping, le premier ministre a un rang inférieur à nombre d’autres personnalités qui à la tête des comités travaillent de concert avec Xi, et sont les véritables organes du pouvoir, au détriment des ministères. Li Keqiang a donc été le premier représentant du pouvoir central à faire le déplacement à Wuhan, avant même le discours de Xi Jinping.
        http://www.rfi.fr/cn/%E4%B8%AD%E5%9B%BD/20200128-%E6%AD%A6%E6%B1%89%E7%96%AB%E6%83%85%E9%BB%91%E5%A4%A9%E9%B9%85-%E6%B0%91%E4%BC%97%E6%80%A8%E6%B3%84%E4%BD%93%E5%88%B6%E4%B8%8E%E4%B8%80%E5%B0%8A

      4. Vos trois mesures sont :
        «  l’abstinence, le port du préservatif et le contrôle strict des transfusions sanguines ».
        L’abstinence n’a été que fort peu recommandée, sinon par l’église, et d’ailleurs, à cause de ça, elle reste suspecte malgré son efficacité.
        Le port du préservatif a sans doute évité le pire mais son efficacité n’est pas de 100%.
        Le contrôle des transfusions sanguines a été fait. Ça ne représentait qu’une petite part du risque.
        Ces 3 mesures ont été notoirement insuffisantes, c’est le moins qu’on puisse dire, puisque l’épidémie mondiale, partie d’East Village à New York, a eu lieu.
        Il est hautement dommage que des restrictions de circulation n’ait pas été décidées et mises en œuvre, au début, lorsque seuls quelques groupes de personnes identifiables étaient affectées.
        Ce n’est pas stigmatiser quelqu’un de dire qu’il est malade, qu’il peut transmettre sa maladie, qu’il vaudrait mieux qu’il ne la transmette pas…

      5. Rectificatif :
        Le déplacement du premier ministre a eu lieu après le discours du président et non avant.

      6.  » Le meilleur moyen de protection contre le VIH dans ce mode de transmission est le préservatif. De la synthèse de plusieurs études sur le sujet, il ressort que l’usage du préservatif lors de chaque rapport et de manière correcte fait baisser le risque d’infection de 85 %7. » Wikipédia
        La transfusion sanguine quant à elle fut un facteur non négligeable de transmission du virus, y compris en Chine d’ailleurs ou faute d’avoir considérée comme il eut fallut fit perdre un temps considérable dans la lutte contre l’épidémie.
        Envoyer les personnes sur une île déserte ou les regrouper dans ces camps ce n’est pas sérieux, les efforts déployés pour mettre en oeuvre cette « solution » auraient fait prendre le risque énorme de réduire à néant les campagnes de sensibilisation pour la prévention du sida. Comme le rappelle justement Jeanson Thomas plus bas dans le fil les minorités homosexuelles n’étaient pas les seules concernées. Eh oui à l’époque ceux qui préconisaient cette solution c’était les Lepen et consort, un certain Louis Pauwels parla même de sida mental pour qualifier l’état d’esprit de la jeunesse. Il faut vraiment se rappeler le contexte de l’époque. Donc cette solution était impraticables et faisait le jeu de l’extrême droite, sans d’ailleurs qu’elle pût avoir quelque chance de fonctionner car il est bien évident que les populations concernées ne pouvaient accepter que d’aucuns les stigmatisent prétextant une épidémie.

      7. Le « contexte de l’époque » a bon dos, et les étiquettes politiques infamantes aussi.
        Pour nous, orgueilleux modernes, liberté de se déplacer et liberté de baiser n’ont pas de prix.
        Conséquence en l’espèce : elles ont coûté des millions de morts.
        « Un homme, ça s’empêche », selon le mot du père de Camus dans Le Premier Homme. À méditer…

        Sans la Chine en fait-elle trop et de manière trop brutale et indifférenciée, mais, il y a 40 ans, nous n’en avons pas fait assez.

      8. Je vais en rester là pour ma part, actant notre désaccord sur la question. On en a pas fait assez sans doute, mais pas du coté de votre préconisation discriminatoire. J’estime au contraire qu’une mise à l’écart de groupes spécifiques, et en particulier les homosexuels aurait sans doute produit l’effet inverse à celui qui était attendu d’une telle mesure motivée d’abord par des motifs idéologiques. Aucun épidémiologue sérieux, s’agissant du sida, ne préconise ce que vous dites.

      9. Bonjour,

        Le temps mis par les chercheurs pour comprendre que le sida était un virus, pour connaître ses modes de transmission (notamment sexuelle et sanguine) et trouver un test de dépistage efficace a été long (3 ans). Les premiers malades détectés en 1981 étaient au stade 4 (syndrome de Kaposi) qui est un autre virus. Comprendre que ces malades ont été malade parce que leur système immunitaire avait été détruit par un autre virus n’a pas été immédiat. De plus, il leur a fallu plusieurs mois voire plusieurs années pour arriver au stade 4 ; pendant ce temps-là, les malades pouvaient transmettre le virus sans le savoir.

        Il n’était donc pas évident de prendre des mesures immédiates sans à la base savoir ce qu’il fallait faire.

        Lorsque le mode de transmission sexuel a été connu, et sa solution (préservatif) proposée, la pandémie était déjà là. L’accès au préservatif par les plus pauvres n’a pas été simple à mettre en œuvre, d’autant que les discours religieux allaient à l’encontre de cette idée.

        Le scandale a plutôt été d’ordre politique, puisque des décideurs (Fabius chez nous par exemple) ont refusé de sécuriser les transmissions sanguines pour des raisons financières. On avait déjà notre Macron à l’époque, qui pensait « fric » avant « humain ». Cette orientation « économique » n’a pas arrangé la lutte contre la pandémie.

        Sur ce dernier point, on va probablement avoir les mêmes résultats. La dynamique du coronavirus est nettement plus grande que celle du sida, mais la connaissance que l’on en acquiert l’est également. Aussi, il me parait évident qu’il aurait fallu, dès mi-janvier, prendre des mesures drastiques de surveillance des frontières aéroportuaires, par exemple de faire un suivi (fiche avec identité, téléphone, les lieux et dates de ses visites prévues) de chaque passager en provenance de Wuhan en leur imposant de porter un masque de protection pendant l’intégralité du séjour ; et lorsque les tests sanguins furent disponibles, de faire une prise et une analyse de sang à chacun, tout en gardant les mesures précédentes. Et non une simple « affichette » !

        Mais là aussi, nous avons un gouvernement qui pense « fric » avant « humain », et qui ne veut surtout pas dépenser quelques milliers d’euros en trop. C’est prendre un gros risque, et si épidémie il y a en France, ce n’est pas quelques milliers d’euros que cela va coûter, mais plusieurs centaines de millions… ou quelques milliards.

      10. Restons-en là si vous voulez mais il n’y a rien d’idéologique dans le fait de dire qu’une personne atteinte risque d’en contaminer une autre ni dans le fait d’affirmer qu’en supprimant ou réduisant un tel risque on limite la propagation de la maladie.

      11. Coucou,

        Merci PYD de porter la contradiction avec sens de la modération à DMB. Car, en fait c’est assez surprenant de lire ici ce genre de propos affichés pépére sans ramasser une volée de bois vert.

        Dis mon cher DMB, quand tu écris cela :

        « Ces 3 mesures ont été notoirement insuffisantes, c’est le moins qu’on puisse dire, puisque l’épidémie mondiale, partie d’East Village à New York, a eu lieu.
        Il est hautement dommage que des restrictions de circulation n’ait pas été décidées et mises en œuvre, au début, lorsque seuls quelques groupes de personnes identifiables étaient affectées. »

        L’épidémie est partie de East Village selon toi ? Alors toujours selon toi, tu peux un peu nous expliquer rapidement à quoi tu penses comme mesure de « restriction de circulation » et à qui tu penses qu’il fallait appliquer tes mesures ? Donne 3 ou 4 exemples stp.

        Et encore plus étrange dans cette phrase :

        « qu’en supprimant ou réduisant un tel risque »

        A quoi penses-tu très précisément puisque Monsieur ne fait pas l’idéologie, pour SUPPRIMER un risque ?

        Rappelons que le VIH ne se transmet pas en postillonnant des âneries, ou en se léchant les doigts après avoir dit des bêtises, qu’on ne fait pas de fièvre, ni on ne ressent de courbature, ou une toux sévère dans les 72 heures après avoir été infecté et que donc toutes comparaisons avec l’épidémie du Coronabidulemachin est totalement déplacé. Mais vu que tu as commencé à glisser sur la pente, permet moi de te pousser franchement sur le dos pour te voir te ramasser un beau gadin bien mérité. Tu serais donc bien aimable de nous exemplifier ta non idéologie prophylactique sur le VIH. Merci d’avance.

      12. @ Cloclo

        « A quoi penses-tu très précisément puisque Monsieur ne fait pas l’idéologie, pour SUPPRIMER un risque ? »
        Ton provocant/méprisant bien mal venu. Et question bien superflue puisque j’ai exprimé en détail dans les commentaires précédents mon opinion.
        Opinion qu’on peut à nouveau résumer ainsi : à nos yeux d’occidentaux qui se disent si civilisés et si progressistes la liberté (de circuler et de baiser) est passée avant la lutte contre une épidémie mortelle. Étrange, non ? Une maladie non contagieuse, transmissible, transmissible par un acte volontaire, s’est répandu dans le monde entier comme si elle était une maladie contagieuse. N’y a-t-il pas lieu de nous interroger sur notre conception des choses, sur nos croyances ?

      13. Ton opinion DMB ? On peut tous la lire, oui.

        Mais concrètement, tu es donc entrain de nous expliquer tranquillement que :

        La diffusion du VIH est la résultante de :

        – la liberté de circulation
        – la liberté sexuelle

        Que tu qualifies comme étant un truc d’occidental qui se croit civilisé. Une approche qu’on devrait interroger à l’aune de la maladie ? Et que quelques règles simples dans le genre, abstinence, enfermement, ou camp de concentration (sidatorium) et autre joyeuseté hein DMB ?! Puis aussi le dépistage obligatoire aussi ? Un vrai petit apôtre de la discrimination le DMB ! Bravo ! Du JM Le Pen dans le texte quoi.

        J’ai bien compris n’est-ce pas ?

        Alors tu te trompes, mon ton n’était pas suffisamment méprisant, car tes propos sont simplement et terriblement stupides.

        Tiens lecture :

        https://fr.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rophobie

        Pourquoi s’arrêter en si bon chemin, allez hop les mêmes règles pour toutes les maladies transmissibles ! Vive les sains ! Vive DMB !

        La vie selon DMB, simple comme l’abstinence et le contrôle des individus, mais sinon pas d’idéologie n’est ce pas ?

        Avec ton raisonnement, je mets ma main au feu que le premier groupe de sapiens se serait suicidé en prenant conscience où cela aller mener dans la suite, afin qu’il n’y ait pas de suite… Heureusement DMB est arrivé seulement , ensuite ! Ben remercie les d’avoir choisi de juste vivre.

  4. C’est vrai on peut tous, à l’international, se mettre un préservatif sur la tête jusqu’au cou là là itou, pour éviter la propagation du virus venant d’Asie , il faut bien mourir de quelque chose… 😉
    Confiner plusieurs millions de chinois, n’est ce pas une mesure drastique ?

    1. A tant faire , crever pour crever, je préfère encore que ce soit par un virus Français, bien de cheux nous.
      Y’en a marre de ces étrangers qui nous refilent leurs toxiques biologiques. D’abord les huns, ensuite les espagnols, maintenant les chinois. C’est d’ailleurs pas leur coup d’essai.
      Je dis stop.
      Donc oui, que le gouvernement chinois mette en quarantaine la population entière d’une province ne me gène pas. Plus même, la Chine entière s’il le faut.

      Soit dit en passant on ne peut qu’être admiratif devant la prévision des marxistes chinois. On pouvait se demander à quoi pouvait servir tous ces outillages de contrôle social mis en place depuis quelque temps. C’est que ça coûte, cette quincaille. Maintenant on sait: nous épargner leurs virus. Outre leur prévoyance, leur délicatesse à notre égard devrait être saluée.

      Un regret. Nous n’apprendrons jamais que les babioles qu’ils nous vendent par milliers d’EVP par jour pourraient bien contenir ces virus. Passe qu’un virus virulent, c’est costaud, pas besoin d’un substrat nourrissant. Surveillez votre souris….

  5. Le monde d’aujourd’hui est un monde d’exponentielles, la plus préoccupante pour l’humanité c’est le RC, celle-ci est plus anecdotique… mais plus on va avancer et plus les problèmes à résoudre vont devenir légions et profonds !

  6. J’ai l’impression qu’il faut se méfier de tout ce qui est jaune par les temps qui courent.
    La fièvre jaune, les gilets jaunes et maintenant un virus … jaune.
    Bon, je reconnais que c’est un.peu limite et cela me fait rire … jaune.

  7. Chronologie du virus nCOV:
    – Mercredi: 232 nouveaux cas, 11 décès
    – Jeudi: 111 nouveaux cas, 1 décès
    – Vendredi: 467 nouveaux cas, 16 décès
    – Samedi: 631 nouveaux cas, 14 décès
    – Dimanche: 731 nouveaux cas, 25 décès
    – Lundi: 1 620 nouveaux cas, 24 décès

    1. Il faut tenir compte du fait que même si la progression de la diffusion du virus était parfaitement exponentielle – ce qu’elle ne peut être exactement dans un cas réel bien sûr – il faudrait encore ajouter les incertitudes de mesure, ou simplement d’enregistrement, étant donné que l’ajout au compte central du nombre de cas détectés doit prendre un certain temps à chaque fois, pas nécessairement toujours le même. L’exponentielle en devient encore moins « parfaite ».

      C’est donc l’ « allure générale » de la courbe qu’il faut regarder, et notamment si elle a tendance à « s’aplatir » par rapport à une exponentielle.

      Voici le nombre de cas signalé par les autorités chinoises en fonction de la date, et en troisième colonne le pourcentage d’augmentation à une date donnée par rapport à la veille (1)

      16-janv 45
      17-janv 62 38%
      18-janv 121 95%
      19-janv 198 64%
      20-janv 291 47%
      21-janv 312 7%
      22-janv 440 41%
      23-janv 641 46%
      24-janv 830 29%
      25-janv 1346 62%
      26-janv 1988 48%
      27-janv 2744 38%
      28-janv 4515 65%

      Si l’exponentielle était parfaite, le pourcentage serait toujours le même, égal à 47% la moyenne de l’augmentation quotidienne entre 16 et 28 janvier. Clairement elle ne l’est pas, avec notamment deux valeurs loin de la moyenne à 7% et 95% les 21 et 18 janvier.

      Plus important : si la Chine était en train d’échapper à l’exponentielle, les pourcentages d’augmentation les plus récents seraient nettement en-dessous de la moyenne sur 12 jours, laquelle encore une fois est à 47%. Ce n’est pas le cas : les quatre derniers chiffres sont à 62, 48, 38 et 65 respectivement ==> La Chine n’a pas encore commencé à contenir l’épidémie, première étape pour finalement la vaincre.

      Nous sommes donc encore dans l’exponentielle.

      (1) Source = https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89pid%C3%A9mie_de_coronavirus_de_2019-2020#%C3%89volution_du_coronavirus_en_Chine

      1. Il faut faire les diagrammes en « semi-log » (log sur les ordonnées) pour voir tout facilement.
        Le pic serait attendu dans 10 jours environ
        Donc à 1 000 000 de contaminés à la grosse louche, mais aussi sans doute > 1000 décès.
        Et une énorme charge hospitalière.

        Il n’était donc pas idiot de construire des hosto de campagne pour ~1000 patients avec une cible à 10 jours.
        Même si ils ont foirés quelques aspects de la planification, il faudra regarder le bilan pour comprendre ce qui aura été judicieux de ce qui aura été de l’aveuglement rétrospectif (toujours facile dans le rétroviseur, les « monday-morning quarter men », les vigies du lendemain matin).

      2. On est probablement encore dans une progression exponentielle mais pas à 47%/jour.

        Selon comment on « lisse » la courbe log (par exemple ici https://www.worldometers.info/coronavirus/ ) , on estime la progression à 20-30%/jour

        Les interviews des médecins concernant début janvier (pour lesquels je n’ai pas rencontré de chiffres publics) parlent d’un doublement tous les 3-4 jours, soit 19-26%/jour

        Une interprétation possible de l’écart avec les estimations basées sur la période 15-28 janvier pourrait être une période de « rattrapage » lié à la diffusion de l’information.

        Si on est bien installé sur une exponentielle, même si le facteur est un peu plus bas, ce n’est pas une bonne nouvelle.

  8.  » Si il avait été décidé… »

    Non Denis. Les premiers cas d’imuno déficience acquise sont des personnes de tous pays , n’ayant pour point commun que l’homosexualité.

    Le périmètre de la quarantaine était intraçable.

    Par ailleurs, le terme sidaique est absolument péjoratif , notamment du fait de ceux qui l’ont utilisé les premiers ( Faye et Le Pen) , eux aussi prompt à désigner facilement des communautés et stigmatiser des groupes humains.

    1. Vous avez raison, il est préférable de dire sidéen, plutôt que sidaïque. Cette question de vocabulaire ne change rien à la question.
      Vous avez raison sur le fait que le sida peut toucher tout le monde.
      Il n’en reste pas moins qu’est apparu, à la fin des années 70, dans les milieux homosexuels de certains quartiers de New-York et de San Francisco puis d’autres grandes villes occidentales, ce qui a vite été décrit comme une redoutable épidémie. Par des mesures appropriées, nous aurions pu au moins éviter qu’elle deviennent mondiale.
      Mais on ne touche pas chez nous à la liberté (liberté de circulation, liberté des relations sexuelles, etc.) !…

      1. Mais oui mais oui, monsieur sans idéologie, merci de remonter un peu le fils de l’échange et de nous expliquer quelles mesures très précisément et sur quelle population sur cette histoire du VIH. Allez, j’ai hâte de lire un non idéologue mon cher DMB.

  9. Bien que tous les êtres vivants y compris nous même soient résultat de l’exponentielle, depuis la conception jusqu’à la naissance, aucun n’est en mesure de _ressentir_ ladite fonction. Nous pouvons tout juste la calculer et conclure par un « Je n’y crois pas ». Pour changer le monde il faudrait une initiation à la fonction exponentielle dès la 6ème par exemple. Mais pour les nantis qui nous dirigent, ce serait couper la branche sur laquelle ils sont assis. Même si, avec les taux négatifs, une partie de leur monde a bien changé.

  10. Pour continuer sur l’exponentielle, je rappelle que sa dérivée est elle même. Ce qui signifie que l’accélération de son accélération accélère etc… à l’infini. Quand elle est contrainte, on parle de dynamique des systèmes linéaires, des méthodes de calculs relativement jeunes développées après la dernière guerre mondiale d’abord pour faire voler les avions et les fusées.

    Ces méthodes de calcul ont été utilisées par Meadows et son équipe (ne pas oublier sa femme) pour modéliser l’économie mondiale en 1972. Puis on a mis le rapport sous le tapis parce que les grands économistes de l’époque (von Hayek…) ont affirmé que c’était de la foutaise. La réaction typique « Je n’y crois pas » et sans le dire « parceque je n’y comprends rien ». Ils auraient mieux fait de retourner à l’université suivre un cours de dynamique des systèmes linéaires avant de parler, ceux là. Mais on ne peut pas demander à un vieux croûton prix Nobel de faire cet effort, n’est ce pas ?

    Enfin pour finir ci-dessus quelqu’un a écrit que le réchauffement climatique suit une exponentielle. J’espère sincèrement que ce n’est pas le cas.

  11. On vient de franchir un palier dans la progression du virus:
    .un japonais qui conduisait un bus de touristes chinois de Wuhan a été confirmé à Tokyo
    .deux employés de la société Webasto ont été infectés en Allemagne par un de leurs collègues chinois en visite

    A ma connaissance, il s’agit des premièrs infections de personnes en dehors de Chine. Tous les autres cas relevés dans le monde étaient des personnes revenant de Chine.

  12. CHAQUE mort est un bienfait pour le climat !!!
    Et ca ne se limite pas a la Chine bien entendu !
    On ne fait pas d ‘omelette sans casser d ‘oeufs !

    1. Faux !
      Archi faux !!
      Un des défunt allait planter 100 000 arbres tout seul et un autre allait mener un mouvement Gretatique, ils sont mieux informés que ça au Kremlin normalement…

    2. « En argot Internet, un troll caractérise ce qui vise à générer des polémiques. Il peut s’agir d’un message (par exemple sur un forum), d’un débat conflictuel dans son ensemble ou plus couramment de la personne qui en est à l’origine. Ainsi, « troller », c’est créer artificiellement une controverse qui focalise l’attention aux dépens des échanges et de l’équilibre habituel de la communauté.
      Désigner un « troll » est un jugement subjectif, la désignation d’un élément sciemment perturbateur pour le discréditer et l’éviter. L’argumentation caricaturale et récurrente sont les « empreintes typiques d’un troll ». Ils sont la preuve d’une mécommunication, et d’une impossibilité d’échange dans la compréhension mutuelle, mais le « trollage » présume en plus des provocations intentionnelles et le but de nuire. »

      Provocation intentionnelle et objectif de nuire. En effet, votre message remplit ce critère

      1. Vous voulez dire que la porte que j’ai enfoncée était grande ouverte ?

        Hmmm… soit, je dois le reconnaître 🙂

  13. les nombres publiés jusqu’ici de malades chinois ne vous semblent-ils pas très sous-estimés au vu des gigantesques mesures prises ? le problème proviendrait alors de la croissance exponentielle à partir du taux de contamination. Dans les entreprises notamment, le risque infectieux peut être particulièrement élevé dans les milieux confinés de travail comme les bureaux ou ateliers mal aérés : mesures de prévention et de protection du personnel en cas d’ épidémie avérée ! : http://www.officiel-prevention.com/sante-hygiene-medecine-du-travail-sst/service-de-sante-au-travail-reglementations/detail_dossier_CHSCT.php?rub=37&ssrub=151&dossid=556

    1. Plus le temps passe plus les affirmations du professeur Guan Yi semblent rétrospectivement justes.
      J’ai lu également sur RFI (en chinois) un article qui se réfère d’ailleurs à un article publié dans une revue médicale chinoise : un médecin à Wuhan a tenté vigoureusement d’alerter sur place, mais il a réduit au silence par la police, et il a lui-même finit par développer la maladie.
      Ironie du sort, une autre info révélée dans ce papier nous dit qu’à quelques encablures du fameux marché aux poissons, crustacés et autres animaux sauvages, il y a un laboratoire hautement confiné d’étude des virus qui a d’ailleurs été crée en étroite collaboration avec la France, un autre existe aussi à Pékin. Il serait intéressant d’interroger les personnels scientifiques et médicaux français qui ont participé à ce programme. Ils auraient peut-être des choses à dire sur l’épidémiologie en Chine et la situation sanitaire spécifique à Wuhan, y compris avec ses composantes politiques.
      L’article rappelle aussi une ténébreuse affaire d’espionnage au Canada, l’an dernier. Une virologue chinoise ayant obtenu la nationalité canadienne a été démise de ses fonctions dans un laboratoire de virologie canadien d’étude du virus Ebola et autres virus. Elle aurait envoyé en chine des échantillons sans avoir respecté les procédures ad hoc….

      1. « Plus le temps passe plus les affirmations du professeur Guan Yi semblent rétrospectivement justes. »

        Je pense que ses prédictions (pic de l’épidémie dans 10 jours) ne concernent que la zone en quarantaine de Wuhan et des villes alentours. Il existe de nombreux autres foyers en Chine, moins importants mais à mon avis incontrôlables. Et qui vont donc devenir de nouveaux centres épidémiques. Les épidémiologistes pensent plutôt que cette épidémie se transformera en pandémie et, qu’au mieux, la baisse aura lieu à l’automne prochain.

        De plus, il faudra également que, pour la région de Wuhan, le confinement persiste non seulement pendant ces prochains 10 jours, mais également après, car « pic » ne signifie pas « fin ». Pour un virus dont personne encore n’avait été contaminé, et donc ne rencontrant aucun anticorps, le terrain est vierge !

        Quelques chiffres que j’ai réussi à trouver (je vais les comparer à ceux d’une grippe classique) :

        – taux de contamination : de 1,4 à 3,8 (grippe 1,3) C’est le nombre moyen de personnes contaminées par chaque malade. Lorsqu’il passe en dessous de 1, l’épidémie finit par s’éteindre.

        – taux de létalité : estimé à 3% (grippe 0,1%) C’est le taux de malades qui meurent par rapport au nombre de malades total. Le taux de létalité ne peut qu’être estimé, il ne peut être fiable qu’une fois l’épidémie terminée. Le taux de létalité du SRAS était de 9,5%, celui du MRES de 35%.

        – taux de malades nécessitant une hospitalisation avec soins intensifs : pas réussi à trouver. Le SRAS, c’était 30%. Si quelqu’un le connait pour le coronavirus et pour la grippe, je suis preneur. A mon avis, pour la grippe, il doit être faible, car il y a en France 2 à 8 millions de malades par an, et les urgences ne sont pas débordées.

        https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/grippe

        – durée des soins : pour le coronavirus, de 7 jours (cas les moins graves) à 14 voire 21 jours (pour ceux nécessitant une hospitalisation). Autant dire qu’en cas d’épidémie en France, ce n’est pas les quelques chambres à pression négative qui vont suffire …

        Rappelons que le malade est contagieux même lorsqu’il est asymtomatique (cela a été prouvé par des études de The Lancet, ainsi que par les malades allemands), et que la durée d’incubation n’est pas connue mais semble aller de 2 à 14 jours.

        Pour moi, le risque d’avoir une pandémie est quasi certain, car les foyers d’infections présents actuellement en Chine vont se développer ailleurs en Asie, puis en Afrique et dans d’autres pays pauvres, puis chez nous (comme la grippe, mais avec un taux de létalité 30 fois plus important).

      2. Dans le 8e rapport de l’OMS concernant le coronavirus, le nombre de cas grave en Chine est de 976, sur 4537 cas confirmé. Soit environ 20%. Il faut donc avoir à disposition des chambres, du matériel et du personnel pour hospitalier 20% des malades du coronavirus.

        https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports

        En prenant exemple de la grippe classique (entre 2 et 8 millions de malades chaque hiver), cela fait, sur quelques mois, un besoin d’hospitaliser entre 400.00 et 1.600.000 personnes en France chacun pendant 2 à 3 semaines …

        On comprend pourquoi les chinois construisent deux hôpitaux (un de 1.000 lits, un autre de 1.500 lits) en dix jours à Wuhan.

        Maintenant, vu chez nous le temps que met Buzyn pour sortir un plan urgence…

      3. François,
        je ne faisais pas référence à une prévision concernant un pic dans dix jours (que je n’ai pas lue pour ma part, mais peut-être l’avez vous lur quelque part.)
        Je faisais référence à ses déclarations suite à son déplacement à Wuhan, à peine quelques jours avant que la ville ne soit fermée, selon lesquelles l’épidémie, d’après ses propres estimations, avait une ampleur 10 fois supérieure à celle du SRAS dans sa phase de propagation initiale, et qu’on passé le cap fatidique pour la circonscrire, une bonne partie des habitants ayant alors déjà quitté la ville pour les fêtes du nouvel an, cela à un moment où les autorités locales déclaraient encore (avec l’aval du pouvoir central ? d’après les infos relevées sur RFI et la BBC, assez concordantes on peut sérieusement se poser la question) que la situation était sous contrôle. Il notait aussi qu’à Wuhan aucune mesure prophylactique appropriée n’avait été prise, les gens s’affairaient dans les rues sans précautions particulières. Quelques masques ici où là mais guère plus.

      4. Pierre-Yves,

        Oui, je me suis rendu compte de mon erreur a posteriori. Ce sont des chercheurs chinois qui font ce pronostic.

        https://www.rtl.fr/actu/bien-etre/les-infos-de-18h-coronavirus-le-pic-de-l-epidemie-attendu-d-ici-10-jours-7799979625

        Par contre, d’autres estiment que le pic « dans les zones déjà atteintes » devrait arriver en avril-mai, et « que le nombre d’infectés pourrait doubler tous les 6 jours »…

        https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus-des-chercheurs-estiment-que-le-nombre-de-contaminations-depasse-les-40-000_3801791.html

        Il est certain que si l’ensemble de la Chine est en épidémie, l’économie mondiale sera bien dans la m…, et que très probablement il sera impossible d’éviter une pandémie, ce qui accentuera évidemment la crise économique.

        Voici la carte des centres épidémiques :
        https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6

        L’OMS devrait bientôt déclarer que la situation devient critique.

  14. Je ne voudrais pas jouer les anthropologues amateurs mais enfin il me semble que parler ainsi des morts potentiels me parait terriblement malsain, à force d’y penser on finit par les provoquer . Combien de personnes sur ce site souhaitent inconsciemment qu’il y ait beaucoup de victimes simplement pour pouvoir buzzer et c’est comme ça pour chaque pensée que l’on émet dans la journée.

    1. Je ne voudrais pas jouer les anthropologues amateurs mais enfin il me semble que parler ainsi des morts potentiels me parait terriblement malsain, à force d’y penser on finit par les provoquer.

      Les anthropologues étudient des populations où l’on imagine que parler de la mort ou y penser suffit à la provoquer, mais ce type de mécanisme hypothétique est absent de la culture scientifique des anthropologues eux-mêmes.

      1. Pauvres anthropologues, vivre dénué d’illusions. Je passe mon tour 😛

        Vous devriez avoir plus de succès en ces temps troubles où même clair l’eau se met à avoir une mémoire Et où le quantique vient se nicher dans nos rêves les plus fous.

        Ah mais non c’est pas rentable d’étudier j’oubliais désolé

  15. Un article de la BBC (en chinois) :
    Le maire de Wuhan, Zhou Xianwang, a déclaré dans une interview en direct pour la télévision officielle chinoise que le pouvoir central a une responsabilité dans la non divulgation au public en temps voulu de la vérité sur l’épidémie.
    Il a déclaré : » en tant que gouvernement local, je ne peux révéler les choses au public qu’après obtenu des informations et une accréditation (du pouvoir central).
    Ce n’est qu’après les instructions du Conseil d’Etat, le 20 janvier, selon lesquelles les autorités locales doivent assumer leurs responsabilités, que j’ai pu agir de mon propre chef. » . A noter que ces propos du maire concernant ces instructions du 20 janvier ont été supprimées ensuite dans la communication officielle du gouvernement chinois.
    D’après un expert à Hong-Kong des politiques publiques qui a participé au dispositif chinois mis en place pour lutter contre le SRAS, Ding Xueliang, les propos du maire de Wuhan sont très inhabituels.

    Il note que le système expert épidémiologique qui a été crée après le SRAS dispose d’une certaine autonomie par rapport aux organes du PCC locaux. Lorsqu’il détecte une maladie aux origines inconnues il dispose de quatre heures après avoir effectuées les tests en laboratoire, pour en informer le pouvoir central.

    https://www.bbc.com/zhongwen/trad/chinese-news-51276069

  16. @ François

    En 1981, le virus VIH n’avait pas été découvert encore mais on savait déjà un certain nombre de choses : l’affection touchait le système immunitaire, la contamination se faisait, notamment, lors des relations sexuelles, principalement homosexuelles. Des mesures auraient pu être prises.

    L’abstinence était, est, une solution plus efficace que le préservatif mais, comme elle était recommandée par l’église et qu’elle allait contre la sacro-sainte liberté sexuelle, elle a été rejetée avec horreur, il n’en a jamais été question dans les discours et politiques officielles (même si heureusement beaucoup de gens « ont changé leurs comportements » comme on dit pudiquement, et que cela a eu un effet certainement décisif)

    Le cas des hémophiles est bien particulier. Il y aurait beaucoup à dire sur le « scandale du sang contaminé ». Accuser Fabius d’avoir préféré le profit à la sécurité est injuste. Il toujours facile, mais souvent injuste, de juger dix ans après les faits, avec les dernières connaissances acquises, en oubliant ce qu’on savait et ne savait pas à l’époque.

    Le plus curieux dans l’histoire de cette maladie est cette propagande constante et à sens unique qui invite à se protéger mais pas à protéger autrui, qui invite bien les séronégatifs à se protéger mais n’invite pas (ou si peu…) les séropositifs à épargner autrui, qui en conséquence a quasiment transformé une maladie transmissible en une maladie contagieuse.

    1. Le problème du sida, contrairement à une maladie comme la grippe, c’est qu’un malade est contagieux longtemps … et souvent de manière asymptomatique.

      C’est effectivement le milieu homosexuel qui avait été touché le premier. Mais le virus en lui même ne fût pas découvert tout de suite, et le fait qu’il soit sexuellement transmissible n’était que soupçonné, et non prouvé. Il y avait d’autres hypothèses, que ce soit la nourriture ou les drogues. Rien ne prouvait à l’époque que les relations hétérosexuelles pouvaient également être une source de contamination.

      On est allé par la suite dans des excès inverses, puisque pendant longtemps de nombreuses personnes ont considéré que le virus pouvait aussi être transmis par la salive.

      Mais le problème principal, c’est que le virus s’est retrouvé dans les pays pauvres, sans moyen de contrôler sa propagation, et sans permettre à la population de se protéger efficacement (préservatif). Il est illusoire de penser qu’une population entière peut s’abstenir de relations sexuelles ad vitam, alors que le besoin de celles-ci sont pilotées par nos hormones, pour subvenir au besoin primaire de reproduction de l’espèce (nous sommes des animaux, ne l’oublions pas).

      Quant au sujet de la fidélité … ceci est un autre débat !

      1. « C’est effectivement le milieu homosexuel qui avait été touché le premier.  »

        Ah bon, le VIH a surgit dans East Side Manhattan en plein milieu d’un partouze gay ?

        Vous m’en direz tant.

        En son temps, remontant d’Afrique la prostitution, la drogue, la pauvreté, n’entraient pas dans la diffusion ?

        Et étrangement encore de nos jours en France 56% des gens qui découvrent leur séropositivité sont des … Hétérosexuels.

        Alors il s’avère que des individus libres et libérés ont été foudroyé par une saloperie qui les a lourdement frappé, mais ce n’est ni leur mode de vie, ni leur aspiration à vivre intensément et sans barrière qui les a tué, c’est juste une saloperie de virus. Et non, on ne pouvait pas empêcher la venue d’une épidémie en renversant l’échelle des valeurs, c’est incroyable de lire cela (venant de gens normalement constitués, d’abrutis réactionnaires fachisants c’est moins surprenant). D’ailleurs, c’est juste une communauté qui a été plus touché, car vivant plus intensément leur sexualité (et ils ont aussi au début adopté plus sérieusement la capote que le reste de la population) mais le VIH serait survenu dans la population quand même, car un paquet de types sur cette planète ont eu quelques relations extra conjugales, et de coup en coup, de prostitué, en soirée trop arrosé, ils l’auraient refilé à bobonne tranquille au foyer qui prépare la soupe aux enfants !

        C’est juste que l’émergence a matché avec un groupe plus rapidement, mais en aucun cas, aucune limitation ni restriction n’aurait changé quoi se soit dans le temps. Seul la prévention, et surtout la mise au point d’un traitement peuvent contrer ce genre de chose. Mais y en a toujours pour penser que se couper les couilles et poser des barbelés sont le nec plus ultra des actions sanitaires.

      2. J’aurais dû dire « C’est effectivement dans le milieu homosexuel que le problème a été détecté en premier. » plutôt que « C’est effectivement le milieu homosexuel qui avait été touché le premier. » C’était une imprécision de ma part, qui n’était pas dans le but de dénigrer les homosexuels ou de sanctifier les hétéros. Je n’ai jamais dit par contre que les hétérosexuels étaient protégés. Bien évidemment qu’ils sont aussi atteints.

        Par contre, nier que le mode de vie et la liberté sexuelle n’est pas un facteur de diffusion du virus est une erreur de votre part. Soi dit en passant, la proportion d’homosexuels (ou LGBT plus généralement) dans la population n’est pas de 44%. Si donc comme vous le dites 44% de nouveaux séropositifs proviennent de la communauté homosexuelle, c’est que leur mode de vie favorise plus la propagation du sida alors même que tout le monde sait comment l’éviter.

        La différence entre Denis et moi, c’est que je pense que les délais pour comprendre le problème n’ont pas permis de contrer le virus, que l’accès aux méthodes de protection n’était pas possible pour les plus pauvres, là où le virus pouvait se développer, et que demander l’abstinence à toute une population est impossible du simple fait de notre fonctionnement hormonal.

      3. @ Cloclo

        Votre extrême virulence, votre certitude sans nuance quant au bien-fondé d’une sexualité vécue « intensément » et « sans barrière » sont de parfaites illustrations des obstacles idéologiques qui ont empêché, et empêche toujours, une approche véritablement rationnelle permettant de mettre fin à l’épidémie. A ma connaissance il y a toujours en France actuellement 5.000 à 6.000 nouvelles contaminations par an ! N’est-ce pas inouï, alors que tout est désormais connu sur ce virus et qu’il s’agit, non pas d’une maladie contagieuse, mais d’une maladie transmissible ?

      4. François,

        « Par contre, nier que le mode de vie et la liberté sexuelle n’est pas un facteur de diffusion du virus est une erreur de votre part. »
        Si ! Je nie que cela soit une facteur de diffusion ! Ni l’orientation sexuelle, ni la liberté, ne sont des facteurs de diffusion, au pire ce sont des « facilitateurs » statistique. Et ils ne sont l’apanage d’aucun groupe. Simplement comme le groupe est plus restreint, il est plus touché, une fois des individus contaminés, mais dans toutes les strates il y a des mode de vie et de la liberté sexuel, dans les grandes strates conformistes, le risque est moins grand d’exercer sa liberté.. Comme respirer n’est pas un facteur de diffusion du Coronavirus bon sang ! Vous conseillez à tout le monde de porter un masque NBC ? Non évidement cela n’est pas possible ni souhaitable.

        DMB,

        « N’est-ce pas inouï, alors que tout est désormais connu sur ce virus et qu’il s’agit, non pas d’une maladie contagieuse, mais d’une maladie transmissible ? »

        La poutre, la paille, allez savoir mon cher. N’est ce pas inouï selon vous qu’il y ait encore 100 000 personnes qui meurent du tabac et de l’alcool en France chaque année ! En plus c’est même pas transmissible dis donc !

        Dis mon grand, personne ne t’oblige à coucher avec ton ou tes partenaires, sans préservatifs, si les autres le font, c’est leur liberté, malheureuse pour les uns, absolue pour les autres. Bah oui, la nuance quoi., la pluralité. Donc pas besoin de parquer qui ce soit, mets des capotes ou abstient toi, car tu sais, même la fidélité n’est pas très fiable hein ! Allez à plus

  17. Quand on regarde les statistiques de ce jour : https://gisanddata.maps.arcgis.com/apps/opsdashboard/index.html#/bda7594740fd40299423467b48e9ecf6
    on voit que le temps pour être considéré comme « guéri » est long. Sur 9776 cas confirmés, il n’y a que 187 « guéris », soit moins que le nombre de morts (213). Il faut donc un suivi médical d’une dizaine de jours (213+187=400, le nombre de cas connus au 22 janvier est de 555). Et complexe, puisque 20% des contaminés doivent être en soin intensif.
    On peut craindre qu’en cas d’épidémie, par manque de moyen et de personnel, ce 20% de cas grave risque de ne pas pouvoir être soigné, et que ce pourcentage pourrait même augmenter, puisque des cas moins graves actuellement soignés pourraient, en ne l’étant plus, passer dans la catégorie des cas graves.
    Ce qui du coup, par ricochet, risque de faire augmenter le taux de létalité, actuellement estimé à 3%.

      1. Éclairage historique fort intéressant.
        Catastrophes naturelles et crises politiques vont souvent de pair…

Les commentaires sont fermés.