La dernière cartouche d’Alan Dershowitz

Quand M. Alan Dershowitz, dans sa défense hier de Trump au Sénat, a déclaré que si un président américain raisonnait de la manière suivante

« Je veux être élu. Je pense que je suis un grand président. Je pense que je suis le plus grand président qu’il y ait jamais eu. Et si je ne suis pas élu, l’intérêt national en serait grandement affecté », [les actes qu’il poserait en conséquence] ne pourraient constituer un délit débouchant sur une destitution [« an impeachable offense »]

certains, aux États-Unis, ont poussé de hauts cris, croyant entendre là autre chose qu’un avocat ayant épuisé ses dernières cartouches, et disant n’importe quoi en matière d’arguments plutôt que se résigner à se taire.

Bien entendu, le Sénat américain pourrait toujours exonérer M. Trump, mais dans ce cas-là, chers Amis, coupons tous liens avec une nation déjà en très petite forme aujourd’hui, et tombant alors en vrille.

Partager :