Caviar, cinéma d’avant-garde et différents types de voyous

Un parent me pose – au téléphone bien entendu – la question suivante : « Pourquoi – sachant qu’il existe quand même un risque d’y rester – les gens consacrent-ils à stocker des pâtes la même somme que celle qui leur permettrait de déguster pour la première fois de leur vie un excellent caviar ? »

Il me semble qu’il y a deux réponses possibles à la question : l’une égocentrique, l’autre, altruiste.

La réponse égocentrique, c’est qu’un vieux fond chrétien nous fait penser (inconsciemment) que la mort est la punition d’un quelconque péché que nous avons commis et que comme je n’ai rien fait de particulier, ou en tout cas pas pire que tout le monde, la mort, c’est pour les autres.

La réponse altruiste, c’est que les pâtes, ça se conserve, et que donc si ce n’est pas moi qui finirai par les manger, ça bénéficiera bien un jour à un survivant dans mon entourage.

En réfléchissant à un achat fait il y a quelques jours, devant lequel j’avais longuement hésité parce que la somme de 138€ que j’y ai consacré me semblait un peu extravagante, je me dis que je me situe personnellement davantage du côté du caviar. J’ai en effet acheté pour les revoir ou les voir pour la première fois, ceux qui manquent à ma collection parmi les films anglais de la fin des années 50 et du début des années 60 appartenant au style alors d’avant-garde appelé indifféremment « angry young men », jeunes hommes en colère, ou « kitchen sink », évier de cuisine, et que l’on pourrait qualifier en français de manière plus expéditive et insensible de « misérabilistes ».

P.S. M. Boris Johnson a annoncé tout à l’heure qu’il avait de la fièvre, qu’il toussait, et qu’il avait été testé positif pour le coronavirus. Il l’a dit très poliment et avec une énorme gentillesse. Entre un voyou mal élevé comme Trump et un voyou bien élevé comme Johnson, j’ai quand même la faiblesse de préférer le voyou bien élevé. En fait c’est pour lui que je viens de raconter toute cette histoire et je m’en veux. Mais on ne se refait pas.

Partager :