Le laboratoire P4 de Wuhan : un fiasco épidémiologique franco-chinois, par Pierre-Yves Dambrine

Ouvert aux commentaires.

Tout le monde connait maintenant le laboratoire P4 de Wuhan. Il fut vendu par la France à la Chine et inauguré en 2016 par Bernard Cazeneuve. Il a fait alors l’objet d’un accord de coopération scientifique. Il me paraît intéressant d’y revenir, non pas pour relayer une énième fois les théories complotistes qui circulent au sujet de l’origine du nouveau coronavirus, mais pour tenter d’y voir plus clair sur des problèmes structurels mettant en cause les différentes politiques à l’origine de sa création. Des politiques motivées hélas par des considérations qui sortent du cadre purement épidémiologique. Première précision utile, ce laboratoire de haute sécurité épidémiologique de Wuhan n’a à ce jour toujours pas été homologué par l’OMS.

Concernant l’accord sus-dit, il faut en premier lieu savoir qu’un seul Français en tout et pour tout jusqu’à ce jour y a été en poste. Il s’agit de René Courcol, microbiologiste de l’université de Lille. L’accord franco-chinois prévoyait pourtant que 50 Français pourraient y être envoyés. Ce fait rapporté par RFI peut sembler un peu anecdotique, en réalité il jette une lumière crue sur les ratés de la coopération Franco–chinoise en matière d’épidémiologie, ceci avec des conséquences non négligeables pour le monde en matière sanitaire, parce que les deux parties, française et chinoise, n’ont eu à  offrir l’une à l’autre que la plus mauvaise part d’elles-même dans cette affaire.  

L’article de RFI rapporte que René Courcol fut co-signataire d’une pétition de chercheurs qui alarmait l’opinion publique et les  autorités françaises à propos des restrictions budgétaires qui ont frappé la recherche virologique française ces dernières années. Les chercheurs français ont ainsi été enclins à partir à l’étranger pour mener leurs recherches dans de meilleures conditions. René Courcol est  manifestement l’un d’entre eux. Mais en l’occurrence il était bien isolé dans ce laboratoire chinois ; la seule personne qui a été autorisée à le visiter,  Antoine Izambard, auteur de France-Chine, les liaisons dangereuses, y a trouvé  un chercheur français esseulé, et qui semblait ignorer l’étendue des travaux qui y sont menés.  Autre précision utile,  au mois  de janvier, en pleine crise du coronavirus en Chine – c’est passé presque inaperçu dans la presse française, le major-général  Chen Wei, spécialiste entre autres des armes bio-chimiques, fut nommée par les autorités de Pékin coordinatrice de la lutte contre le coronavirus dans la région, établissant alors son quartier général dans ce même laboratoire P4.

Un autre article, du journal Le Monde, nous révèle par ailleurs qu’une chercheuse  chinoise, Mme Shi Zhengli, épidémiologiste de renommée internationale,  travaille à l’Institut de virologie de Wuhan. Cet institut est physiquement connexe au laboratoire P4 qui en dépend, une passerelle seulement les séparant l’un de l’autre, comme l’a indiqué récemment Arnaud Miguet seul journaliste français présent à Wuhan pendant l’épidémie. Mme Chen Wei avait séjourné quelques années pour sa thèse  à l’université de Montpellier, et a gardé des contacts avec ses anciens collègues français. Malheureusement ces  contacts ont cessé lorsque la crise du coronavirus battait son plein à Wuhan, ce à un moment où des échanges auraient été des plus utiles. 

Où je veux en venir, c’est que premièrement la France dans cette affaire a perdu une occasion de contribuer à la recherche épidémiologique française en Chine. Au moins elle aurait pu pousser son avantage dans ce pays en coopération avec les chercheurs chinois, faute de se donner les moyens d’une recherche conséquente sur le sol français.

Deuxièmement, si l’accord avait été respecté coté chinois, ou dit autrement si la France avait fait valoir son droit,  et qu’un nombre conséquent de chercheurs français avait donc pu être effectivement envoyés en Chine nous aurions sans doute été beaucoup mieux informés que nous ne l’avons été, d’abord sur ce qui se passe dans ce laboratoire, et plus encore sur ce qui se passait à Wuhan concernant l’apparition d’un nouveau virus dans cette région du monde et concernant les développements de l’épidémie de Covid19.

Troisièmement la Chine aurait pu tirer avantage pour sa santé publique de la présence de chercheurs français de haut niveau dans un de ses laboratoires à Wuhan. Cette présence étrangère aurait pu constituer un frein à la censure et la répression qui a sévi au début de la crise faisant alors perdre à la Chine un temps précieux pour lutter efficacement contre le développement de l’épidémie sur son territoire. Lors des l’inauguration du laboratoire, l’ambassade de France en Chine n’avait-elle pas déclaré que ce projet devait permettre « à la Chine, en partenariat pionnier avec la France, de mieux comprendre et prévenir les épidémies et les pandémies y compris les plus dangereuses comme la grippe aviaire, pour protéger la population chinoise et la santé mondiale. »

====

http://www.rfi.fr/cn/中国/20200427-法国舆论聚焦负责武汉p4实验室安全问题专家rené-courcol

https://www.20minutes.fr/monde/2707987-20200131-coronavirus-originaire-laboratoire-wuhan-lie-france-retour-rumeur-virale

https://www.lemonde.fr/international/article/2020/04/25/coronavirus-les-laboratoires-de-wuhan-epicentres-de-la-rumeur_6037719_3210.html

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-wuhan-en-chine-major-general-chen-wei-en-premiere-ligne-6775377

Partager :

26 réflexions sur « Le laboratoire P4 de Wuhan : un fiasco épidémiologique franco-chinois, par Pierre-Yves Dambrine »

  1. En amont, lors de la construction même de ce « bunker », les plans avaient été fait par des architectes français mais premier problème, les travaux entrepris par une entreprise chinoise n’ont pas respecté les normes de sécurité établis par les architectes. Ces derniers n’ont pas validé et se sont retirés du projet.
    Je ne retrouve pas les sources de ce document mais il y avait donc un premier différent de taille avant toute collaboration scientifique qui jette un voile noir sur le pays d’accueil.
    Il faudrait pouvoir interroger cette équipe d’architectes et voir s’ils ont été soutenu ou pas par les autorités de l’ambassade française dans la région …

    1. Ah, (différend avec d pour ce cas de figure) … il faut dire qu’en matière de béton, on n’a pas grand chose à leur apprendre, aux gens de Wuhan.

      1. Oui enfin un laboratoire P4 c’est pas non plus un simple blockhaus , il y a des normes à respecter des sas de décontamination , des pompes pour être en sous pression par rapport à l’exterieur etc …

      2. La sécu « salle propre » ça ne me semble pas du ressort de l’architecture. Je pense plutôt à des histoires de charges des planchers en salles de réunion, de passerelles et d’escaliers d’évacuation incendié, comme ce fut le cas après un triste PPP à Tolbiac/fac D Diderot/Grands Moulins bien documenté vers 2014 de mémoire (séquelle des hocquets sarkozyste + effet kiss cool Pécresse etc.)

  2. Effectivement, ça donne une impression de foirage maximal.
    Comment a-t-on pu sous-staffer à ce point une collaboration académique ?
    Quand c’est un industriel qui paye (comme à Singapour) pour avoir des chercheurs locaux et qu’on lui demande de mettre des français à côté dans un labo commun, on comprend qu’il y ait un possible déséquilibre car la demande est au fond un peu formelle.
    Mais là, si on se met à Wuhan avec des académiques (Wuhan où existe une tradition de liens fort avec la France, il y a des classes sino-françaises dans certaines branches de l’enseignement supérieur scientifique spécialisé), on a à ce point mal anticipé qui pourrait/voudrait aller et avec quelles incitations (salaire de « coopérant » =x2 du salaire CNRS, etc., ce n’est pas ruineux à ce niveau de compétence de toute façon…).
    Gasp.

  3. Il y a de larges zones d’ombres et quantités de non-dits dans cette affaire de laboratoire P4, cela mériterait une enquête de la part d’une commission sénatoriale (à constituer?!) pour y faire toute la lumière.

  4. Sans renier le blog de PJ, j’aurai bien aimé que ça paraisse comme editorial dans « Le Monde » à la place des articles sur Raoult et la chloroquine.

  5. C’est vrai que pour un complotiste, cette histoire est un beau terrain de jeu !

    Ils n’en demandent pas tant d’habitude….

    1. Que ce soit les collapsologues les complotistes et les survivalistes , cette tragédie laisse tout le monde stupefait , ça va bien trop vite , je regarde un survivaliste sur youtube depuis des années , il n’y a pas mieux préparé que lui , eh bien on peut lire la panique dans son regard , il est plus ou moins dans le déni

  6. Pour information.
    je n’y connais rien en virus, ce qui m’a inquiété dès le début du confinement. je suis donc allé faire un tour sur google scholar dès le 17 mars où j’ai trouvé cet article dont personne ne parle et qui a pourtant l’air sérieux.
    il pose pourtant des questions qui me semblent pertinentes sur l’origine « chinoise » du virus sans posture judicative.

    https://ideas.repec.org/p/hal/wpaper/halshs-02497661.html

    1. Les écrits de Pierre Bricage que vous citez (source « Scholar » )sont (maintenant à la fin de sa carrière) le « grand tout cybernétique »,
      https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00830425/document
      C’est un brin gloubi, tout est dans tout et réciproquement, les mangeurs seront mangés et la thermodynamique sera fractale, forcément fractale.
      Et pi il y a une loi MMMathématamique : « une loi commune, locale et globale, invariante d’échelle, pour l’ensemble de l’Univers [si si] :VA^2 = C. t_g^3.
      Ce sont de beaux sujets, exigeants… de ceux où on se réfugie de façon un peu poétique (même si c’est pour poéter plus haut que son nombril, disons gentiment.

      Il y a par ailleurs toute une nébuleuse de société savantes « cybernétiques » (~= fourre-tout) qui ont réussi à faire des journaux « officiels » référencés ISI/WoS, et autres outils de référencement bibliométrique standard, et s’en vantent très ouvertement (comme Didier R se vante de ses 180 publis par an). Clochette : « attention ».

      1. Entre « Bric » et « age », il a peut-être oublié « ol ». Mais sa grande surface est toujours ouverte.

      2. @Timiota l Le document que vous fournissez en lien de Pierre Bricage est effectivement assez difficile d’accès et corresponds à vos commentaires.

        Cependant le lien initial signalé par Stéphane Carpentier correponds à un document parfaitement lisible et intéressant pour qui suit ce blog en ce moment.
        Pierre Bricage, 2020. « Le nouveau coronavirus chinois est-il un avatar d’un coronavirus génétiquement modifié pour fabriquer un vaccin curatif du SIDA ?, »
        http://bricage.perso.univ-pau.fr/UTLA/VIRUS/WuhanEngineeredCoronavirus_O.pdf

        dont le résumé est :
        « Le rhume est une affection bénigne pourtant un nouveau coronavirus déclenche, chez l’homme adulte âgé, un très très gros rhume qui peut être mortel. Pourquoi ? Cette nouvelle souche virale est d’emblée “humanisée“ et le traitement de la maladie associée répond aux médicaments anti-VIH. Le virus est caractérisé par un génome modifié, qui ne peut pas provenir de mutations et de recombinaisons génétiques apparues naturellement. C’est une chimère génétique associant des structures (protéine d’enveloppe) et des propriétés fonctionnelles (protéase) à la fois d’un coronavirus (le génome) et du Virus de l’Immunodéficience Humaine (lacapside). Comment ce virus artificiel conçu par génie génétique pour être un vaccin curatif du SIDA, et traiter uniquement les malades, a-t-il été “libéré“ dans la nature ? Une autre méthodologie de construction d’un vaccin curatif du VIH plus contrôlable est-elle envisageable ? »
        Il ne s’agit pas de considérations statistiques sur des brins de génome faites dans une publication indienne, retirée depuis, et reprise par un prix Nobel français.

    1. Maintenant où la voix de la France se fait l’écho de :
      POTUS affirme disposer de preuves que le Covid-19 provient d’un laboratoire chinois à Wuhan
      https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-donald-trump-affirme-disposer-de-preuves-que-le-covid-19-provient-d-un-laboratoire-chinois-a-wuhan_3943321.html
      Le nouveau coronavirus n’a été ni créé par l’être humain ni modifié génétiquement, assurent les renseignements américains
      https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/le-nouveau-coronavirus-n-a-pas-ete-cree-par-l-homme-ou-modifie-genetiquement-assurent-les-renseignements-americains_3942253.html
      et alors que « un tiers des Américains pense que le virus a été créé » il est permis de s’interroger si Donald ne joue pas sa réélection par un deal avec la Chine

      Le virus s’est échappé accidentellement d’un labo Chinois (P4 ou P2).
      Le virus n’a pas été génétiquement créé et modifié par les Etats-Unis.

      Ouf heureusement qu’on a saboté la coopération !
      La France n’y est pour rien

    1. Merci Ruiz,
      oui c’est l’auteur que je cite dans mon billet, Antoine Izambard, curieusement personne ne songe à l’interroger sur les chaînes d’information continue et autres, pourtant s’il y a une personne qu’il fallait et qu’il faut toujours interroger, c’est bien lui.
      La lecture intégrale de l’article est réservée aux abonnés, l’avez-vous lu ?

      A signaler aussi , cet interview d’un chercheur de l’Institut Pasteur qui revient sur les origines du nouveau coronavirus et les conditions favorables à son émergence en Chine et dans le monde. Il pointe les insuffisances de la recherche de terrain appelant à la création d’un Institut de l’homme et de l’animal.

      http://effetsdeterre.fr/2020/04/06/a-wuhan-les-autorites-ont-vite-efface-toutes-les-traces-qui-auraient-permis-de-reconstituer-la-chaine-de-transmission-du-virus/

      1. Merci pour le lien à mettre dans la chronologie :
        « La Chine a décidé en août 2019 que l’assurance maladie de l’Etat ne rembourserait plus un certain nombre de médicaments dérivés d’animaux sauvages, dont le pangolin. La mesure est entrée en vigueur en janvier 2020. Pékin a également fermé au moins 19 000 fermes d’élevages d’animaux sauvages. »

Les commentaires sont fermés.