10 réflexions sur « rfi, Eco d’ici Eco d’ailleurs : Le Monde d’après, le 9 mai 2020 »

  1. Ce que j’espère pour mon pays et tous les autres pays d’Europe et du futur continent Eurasie est la PAIX

  2. Où l’on va reparler de fiscalité pour gérer l’adaptation sociale et donc forcément aussi d’Europe .

    Et peut être d’un Yalta mondial ( avec ou sans remise en cause des règles comptables ) , mais que c’est dur d’avoir un Trump dans cette période , qui n’attendra pas novembre pour que ça commence à craquer de partout .

  3. Pour l’instant, en fait de plan quinquennal, les gens pensent à des plans à 5 mois (dé-covidation éventuelle) ou à 50 ans (décarbonation éventuelle).

    5 ans de solitude ?

  4. Une grande incertitude plane, avec aux deux bouts, ceux qui semblent penser que la crise actuelle n’est qu’une crise sanitaire et non pas celle du modèle économique qu’il faut sauver, tel que semble le penser notre actuel ministre de l’économie, suivant une déclaration (discrète) qu’il a fait ; et donc qui vont tout faire pour accélérer la remise en place du système comme avant. Donc, malheureusement, ce sont eux qui sont aux commandes. Et ceux qui comme ici, considère que le système n’est plus soutenable, et que cette crise est juste celle qui va accélérer la bascule vers un nouveau modèle…Pour cela un mouvement de niveau de celui du new deal de Roosevelt semble à l’échelle du problème, en particulier pour que soient restituées les énormes richesses inégalitaires accumulée par la toute petite minorité ces trente dernières années au moins. A ce titre, la tournure que va prendre la campagne électorale américaine va être un indicateur éminent. Si la question des inégalités et de la concentration de la richesse des 1% n’y est pas centrale, alors ce sera le signe du maintien du système en place, ce qui risquera de peser sur l’Europe et sur le monde en général…

    1. Le déclin de l’empire américain… je pense que Jacques Attali a apporté un début de réponse : la Chine ne prendra pas la place des US sur l’échiquier mondial… et on risque d’assister à un grand chaos… la montée des nationalismes et la tentation du repli sur soi avec les crises sanitaires, celle-ci et peut-être celles à venir… amplifiée par l’accroissement des inégalités… tout ça génère un cocktail explosif à terme…

  5. Etonnant comme votre propos reste inaudible à vos interlocuteurs qui continuent imperturbablement sur leur lancée.
    Ils ne peuvent pas vous entendre. Leur attention est concentrée sur tout autre chose.
    Une illustration serait cette mini-conférence donnée le 19 octobre 2016 à la bibliothèque universitaire du Bourget-du-Lac, à l’université Savoie Mont Blanc, par Richard Taillet, enseignant-chercheur en physique, “le gorille invisible” ! https://www.youtube.com/watch?v=an4O8fMPP8U

    1. Il y a “l’attention” , il y a le tempo préparé et orchestré par l’animateur qui n’a pas vraiment l’intention de faire réagir tel interviewé en fonction de ce que les autres racontent , il y a l’horloge qui oblige chacun à “rester concentré” sur ce qu’il a à cœur de transmettre …. Bref les interlocuteurs ne sont pas complètement responsable de l’occasion manquée de vraiment échanger pour peser et mettre en perspective opérationnelle et temporelle leurs jugements et propositions .

      Néanmoins , le débat reste clair et apporte beaucoup d’informations et permet , justement de repérer les différences et interrogations sans réponses qui auraient mériter une bonne heure de plus .

      Qu’on ait eu envie que le débat commence vraiment et s’approfondisse est cependant bon à prendre .

  6. Les vrais billets de fond et de choix signifiant n’attirent pas grand monde .

    C’est plus inquiétant que l’absence de “tilt” entre les trois interviewés .

Les commentaires sont fermés.