La déclaration d’impôts de M. Donald Trump

La Cour Suprême US vient de décider que le procureur du district Sud de Manhattan doit pouvoir consulter la déclaration d’impôts de Donald Trump, mais le Congrès (à majorité Démocrate), non (du moins jusqu’à nouvel ordre).

Cela ne change pas grand-chose dans l’immédiat car seul un « grand jury » (c’est-à-dire secret) pourra lire ce précieux document. Mais à terme, une anomalie aura été rectifiée : que Trump aurait été le seul président des États-Unis à avoir caché ses revenus.

Pourquoi refuse-t-il de montrer sa déclaration d’impôts ? Parce que ni vous ni moi ne croirions ce que nous verrions, seul le fisc américain (IRS) ayant considéré qu’il n’y avait là rien que de très ordinaire.

Savons-nous ce qu’il y a dans la déclaration d’impôts de Donald Trump ? Plus ou moins, et nous avons appris récemment que c’est sa nièce, Mary Lea Trump, qui nous permettra d’expliquer la différence entre ce qui s’y trouve et ce que nous devrions y trouver en ayant offert en 2017 à la cour du district Sud de Manhattan tout ce que celle-ci ignorait et que nous pourrons découvrir le 14 de ce mois (dans 5 jours) dans son livre Too Much and Never Enough. How my family created the world’s most dangerous man (cf. ma vidéo d’hier).

Un autre livre de révélations doit paraître en septembre : Melania and Me, par une amie de Melania Trump (enfin, elle l’était jusqu’ici), Stephanie Winston Wolkoff. On pourra y lire tout ce qu’on savait déjà, par exemple, que la « Première Dame » a déprimé à l’élection de son mari, considérant que, n’ayant pas la pointure, on courait à la catastrophe (ce qui fut confirmé), mais aussi, ce qu’on savait moins : que Donald Trump n’envisageait pas d’être élu mais concevait sa campagne présidentielle seulement comme un coup publicitaire pour son empire – aux frais du contribuable et des gogos qui soutiendraient sa candidature. Ah ! l’authentique Ami du Peuple et défenseur du bien public que certains s’évertuent toujours à voir en lui !

Partager :

2 réflexions sur « La déclaration d’impôts de M. Donald Trump »

  1. Juste après l’élection de Donald Trump, en novembre 2016, j’avais lu un article sur le plan qui était de se présenter à l’élection juste pour faire fructifier son principal actif, son nom. Je n’avais pas lu que Melania avait été traumatisée, mais bien que Trump lui même avait déprimé devant le résultat complètement inattendu de son élection. Mais comme il croit peut-être en Dieu, il a ensuite repris ses esprits et considéré qu’il était investi d’une mission de la plus haute importance. Vous n’aviez jamais vu cette histoire ? Il est vrai que vous n’en avez jamais parlé (je crois).

  2. Le panorama de l’échiquier politique « mondialisé », « globalisé », que vous nous offrez aujourd’hui, M. Jorion, dans l’opposition confrontant le capitalisme néolibéral, ultralibéral de l’occident – incluant le « patriarcat » monétaire, « civilisationnel », esclavagiste… des USA déprimant, désespérant, d’avoir un président qui prend le sexe des femmes dans sa main… jusqu’au « paternalisme » honteux d’avoir à porter la « coulpe » d’un tel patriarcat, héritier du commerce triangulaire, de la colonisation… – à cet « ennemi de mon ennemi, est mon ami », à la Chine, sa gouvernance, et la « culture, les traditions, la morale, de sa population… que semblent s’être choisis les camps du « patriarcat » et du « paternalisme » dans les guerres monétaires, commerciales, qu’ils se et y livrent… me semble faire écho à la notion (au sens le plus large qu’il soit) de « responsabilité », dans le dérèglement climatique, la perte de biodiversité, de l’origine de la pandémie actuelle, l’explosion des inégalités, injustices, fraudes, tricheries, etc. ou/et des tentatives de les réguler, à défaut de…

    La réflexion du jour, sur la « responsabilité » dans toutes ses dimensions, incluant ce qui peut être mis dans l’interprétation du mot « d’irresponsabilité »… m’a emmené à tenter de répondre, au niveau « localiste » de « l’échiquier mondial », à l’adulation grandissante (des « chiens de garde »…) pour un Premier Ministre dont les mots voudraient exprimer le dépassement, la transcendance de l’action qui restera à juger…

    « Pour qui « l’irresponsabilité »… ?

    D’un coté de la rue – celui qui est surexposé à la lumière cache une part d’ombre, un « coté obscure de la force »… – un tiers des entreprises qui ont bénéficié de la mesure de « chômage partiel », ont fraudé ce dispositif, soit le principe de solidarité de l’intérêt général, soit « une couverture universelle » installée durant la plus grave crise sanitaire qu’ont ai connu… Un tiers des propriétaires privés d’entreprises, ont fraudé en ayant fait pratiquer du « télétravail » à leurs « subordonné.e.s »… Et qui est irresponsable M. le Premier Ministre, vous qui voulez « relancer » les chantiers de « réformes structurelles » des régimes des retraites, et de l’assurance chômage, en abusant de l’argument, du chantage dirons nous plutôt, aux déficits…alors qu’une second vague est annoncée « en même temps » que la crise sociale explose… ?

    De l’autre coté de la rue, il n’y a pas plus de travail qu’un « roi te touche, dieu te guérit » peut trouver pour chacun.e des demandeur.e.s d’emploi (surtout pour les mères isolées, par exemple, ou d’autres jeunes filles en études cherchant à se loger, faire carrière…), mais par contre, s’y trouvent 30 % des « bénéficiaires » du RSA (alors que plus de 15 % de la population française, vie sous le seuil de pauvreté), qui non seulement ne connaissent pas leur droit, que personnes, aucunes « représentativités » ne défendent, sont stigmatisés, ostracisés, dissuadés (« cancer de la société », « fraudeurs sociaux », etc) mais en plus, ne touchent en réalité aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent (NON RECOURS dit aussi par « Jupiter » « inégalités de destin »)… Qui est « irresponsable » alors… ? Qui plus est ces citoyen.e.s subissent d’autres inégalités territoriales, scolaires, « sociétales » (discriminations impunies à l’embauche, dans l’accès aux logements, dans des brutalités racistes, misogynes, etc, policières, commises lors de contrôles aux faciès, « manifestations interdites »…), misères, paupérisations, précarisations qui se sont aggravées avec la gestion… de la crise sanitaire (comme en Seine Saint-Denis…) et vont s’intensifier si rien n’est fait, avec le début d’une crise sociale, « sociétale » comme on a jamais vu… Et, sont-ce eux-elles les « irresponsables » M. Le Premier Ministre, de la fatalité de leurs « destins », du funeste qui leur est réservé… et de ne pas vouloir vous accorder la confiance – en faisant grossir les rangs de l’abstentionnisme – quand serait laissé comprendre qu’il n’y aucune responsabilité à faire peser sur les « temps de cerveaux disponibles », qu’à vouer un « culte féroce » aux doutes, incertitudes,de leur « ras le bol fiscal », « poujadisme »… que la « dictature des émotions » sonde tous les quatre matins…?

    Qui est « irresponsable » de vouloir, avec la réforme de l’assurance chômage, et des retraites, intensifier le phénomène désastreux pour les plus précaires, du recul de leur espérance de vie, en bonne santé, arrivée à l’âge de la retraite, en faisant coïncider ce recul avec celui de l’âge « pivot », « du nombre de point »…. jusqu’à que cet âge « pénible » pour les plus pauvres, modestes, soit en « coexistence » avec le taux de mortalité de ce coronavirus, conjonction structurelle de concordance avec tant d’inégalités d’injustices, donc, loin d’être anodine, fortuite par ailleurs, avec le cumul de facteurs de comorbidité (obésité, diabète, maladies chroniques respiratoires, cardiaques, et autres pathologies issus de non reconnaissance de maladies prof… stress…), que la précarisation, l’insécurité au travail dans l’emploi (contraindre au travail gratuit, au « bénévolat » contre l’ouverture du droit à la solidarité, au RSA quoi) aggravent, que l’instabilité, l’insalubrité des conditions de vies (malbouffe, etc), de logements, amplifient… ?

    Les propriétaires privés d’entreprises, d’actions… n’ont eu de cesse d’être assistés sans contrepartie, avant la gestion dans la pénurie, de cette crise sanitaire… assistés par ailleurs à pratiquer « l’immorale optimisation fiscale » (flat tax, suppression partielle de l’ISF…) pour ceux qui le peuvent.

    Notamment pour les patrons de la grande distribution alimentaire et de l’industrie agroalimentaire, l’assistanat leur a permis de se gaver sur le « marché » de la privatisation de la distribution gratuite, à pas chère, de repas aux enfants de familles pauvres modestes, habituellement fournis par les services publics des cantines scolaires qui ont été fermé. Ce « marché » leur fut offert sur un plateau d’argent, avec une « armée de l’ombre » faisant travailler des gens pourtant déclarés en « chômage partiel »… Notamment pour les paris nus, à découvert, faits sur la hausse ou baisse des stocks et prix gérés en flux tendu, de masques, respirateurs, médicaments, denrées alimentaires, et manque de lits de réa… – occasionné par la mise en place de la tarification à l’acte, des soins ambulatoires, diminution du nombre de place, services hôpitaux, et personnel, de la gestion comme une entreprise quoi, et de la rationalisation des coûts du service public de la santé… – cet assistanat a atteint la démesure de la décence… quand l’indécente distribution des dividendes reste dérégulée, déréglementée…

    Ces dits propriétaires privés n’ont de cesse d’être assistés à faire « blanchir » (avec un pantoufleur du verrou de Bercy, et ses adeptes des conflits d’intérêts secrets d’affaires, du favoritisme…aux manettes des pleins pouvoirs… qu’attendre de mieux…?) l’impunité des fraudes fiscales, sociales, morales, environnementales (« externalités négatives » polluantes, aggravant le dérèglement climatique, intensifiant la perte de la biodiversité et des guerres commerciales, monétaires, de « civilisation »…)… Ces recettes fiscales manquent aux budgets et comptes publics, tous les ans… alors que sont assistées les pratiques de la « compétitivité » au moins disant social, environnemental, fiscal, moral, du « sécessionnisme et séparatisme » de certaines (« droit à l’erreur fiscale », alors que les baisses des cotisations sociales patronales sur les bas salaires majoritaires en France, les baisses d’impôts sur société, ne leurs suffisent pas…?)… d’un modèle de croissance qui épuise à lui seul, trois planètes par an…

    Et qui sont « irresponsables » M. le Premier Ministre, des déficits, du problème du partage et redistribution des richesses (quelques plus grosses fortunes mondiales, possèdent plus que ce que la moitié de l’espèce humaine, peine à mettre de coté, pas de la rue, pas du coté obscure de la force non plus, mais pour hypothéquer ce qui manquera « demain, après demain » aux futures générations, et encore, si elles survivent aux prochaines pandémies, à l’ubérisation et ordinisation » défiscalisée, désocialisée du travail segmenté à la tâche, des savoirs et services publics privatisés, technocratisés, digitalisés, et de l’emploi se précarisant quand il ne disparaît pas)… ?

    Des « chiens de garde » et des propriétaires privés d’entreprises, ont revendiqué et obtenue, des annulations totales (la socialisation quoi, comme pour les pertes casinos lors des Subprimes) des dettes fiscales, sociales, que certains ont contracté, contraints, durant « l’inactivité de l’économie » induite par le confinement, en se posant en victimes avec leur chantage à l’emploi… « en même temps » que l’État, soit l’intérêt général du vivre ensemble, a compensé les salaires de leurs « subordonné.e.s » supposé.e.s avoir été en « chômage partiel »… en ayant nationalisé leurs rémunérations… Et qui sont « irresponsables » M. le Premier Ministre, de vouloir prendre le risque sanitaire et social, de mettre des centaines de milliers de gens légitimement en colère, dans les rues, en « cohabitant » avec « l’ennemi » qui y rode encore… ?

    « En même temps » ces même propriétaires privés d’entreprises… exigent qu’ils ne soient pas plus suspectées, qu’inquiétés, poursuivis (avec un l’avocat ayant défendu le ministre qui en charge de la lutte contre les fraudes fiscales, la pratiquait sans avoir jamais cru en la lutte des classes… ont-ils du souci à se faire…?) pour leur chantage à l’emploi… pour la baisse des salaires, la hausse du temps de travail sans rémunérer la majoration des heures sup, la suppression de RTT, congés payés, jours fériés, etc. puis enjoignent que la « relance »… justifie et excuse qu’elle soit aussi celle « relance », accélérée, des « réformes structurelles » de l’assurance chômage, des régimes des retraites… ayant vu conjoncturellement et structurellement les déficits de leurs caisses, exploser … Et qui est « irresponsable » M. le Premier Ministre de quoi… ?

    Puisque la nationalisation des millions de salaires, n’incluait pas que l’État contribue au financement des « salaires différés » (cotisations sociales…) et que la socialisation/annulation des dettes fiscales, sociales des entreprises… sont autant de recettes en moins dans les caisses du modèle social… seront autant de finances publiques en moins pour financer les services publics.. les hôpitaux, ceux des protections sociales – CAF -, de l’éducation, des transports… vous ne voyez toujours pas qui est « irresponsable » M. le Premier Ministre », entre autre, de vouloir rajouter de l’huile sur le feu… ?

    Qui est « irresponsable » M. le Premier Ministre, de refuser un débat – en accusant une opposition de gauche, écolo, de radicalisée, extrémiste… pour y préférer de débattre avec les extrêmes droites et la droite extrême de « l’ex-usurpateur d’identité » de président… oups… d’un « illustre anonyme inconnu » – sur l’annulation des dettes publiques conséquentes de la gestion dans la pénurie de la plus grave crise sanitaire qu’on ai connu (le même refus se paye encore en austérité « réformes néolibérales » à la suite de la crise financière, de l’Euro, des dettes publiques, de 2008, de l’affaire Dexia…)… ? »

Les commentaires sont fermés.