39 réflexions sur « Ma vidéo hier Nous sommes très mal équipés pour la suite – Supplément »

  1. Nous devrions avoir honte de nos comportements égoistes!
    Une des bases de la réussite extrême-orientale est le respect mutuel au quotidien.
    Observez dans cette vidéo la considération des adultes portée à l’enfant! Un futur citoyen responsable!

  2. Wow ! Magnifique !!
    Et pourtant… n’est-ce pas en Chine que le virus est apparu à cause d’un manque d’hygiène dans un marché d’alimentation de gros à Wuhan ? Comment expliquer un tel paradoxe ?

  3. « Il est probablement vrai qu’en général, dans l’histoire de la pensée humaine, les développements les plus féconds naissent à l’intersection de deux courants d’idées. Les courants peuvent avoir leur origine dans des domaines totalement différents de la culture, à des époques et en des lieux culturels divers. Dès lors qu’ils se rencontrent effectivement et entretiennent une relation suffisante pour qu’une réelle interaction puisse s’exercer, on peut espérer des développements nouveaux et intéressants. »

    1. Ces phénomènes de symbioses constructives n’apparaissent pas tout le temps, ou n’apparaissent pas pour toutes les activités.
      Deux exemples, au moins: les religions et l’économie.

      En matière de religions , si deux champions opposés s’approchent assez l’un de l’autre ils se cognent jusqu’au génocide du plus faible. Il est juste de reconnaître que ce but peut être au-delà des forces du vainqueur.

      En économie, c’est plus simple: le plus idiot convainc généralement l’autre d’adhérer à une croyance assurant d’une part sa reconnaissance par les pairs, et d’autre part son idiotie nouvelle ou renouvelée. Peu y résiste, et puis ça coûte cher.

      Ces deux matières, semblables dans leurs démarches, sont donc étrangères à la culture et aux sciences.

  4. De « l’incompréhensible, inexcusable, injustifiable » « ensauvagement », de la caricature très connotée péjorativement, toujours préjugée négativement, « systématiquement » et « systémiquement » présumée coupable d’être radicalisée, « extrémiste »… « en même temps » que « rien », « fainéante », « trafiquante de drogue »… jouant et buvant le moindre « pognon de dingue… »… d’une jeunesse « désabusée » en France (celle mise à genoux, mains sur la tête, face contre un mur, à qui est dit que « ça lui fera des souvenirs »… ?), dont l’envie « dominante droitisée » est de la « déchoir » des « attributs » du « paternalisme occidental » (celui ci étant honteux d’assumer sa « part de responsabilité dans les misères du monde », ses « externalités négatives polluantes… aggravant le dérèglement climatique… et de devoir se repentir de son patriarcat dans les dérives à la Trump, du « patriarcat monétaire » – mouvement « sociétal « Black Lives Matter », Me Too… et autres histoires du colonialisme, esclavagisme, commerce triangulaire…), à « l’incompréhensible, injustifiable, inexcusable » attitude « liberticide » de la culture, discipline et du rapport à l’autoritarisme, totalitarisme à la chinoise, vue par le même primes du « paternalisme et patriarcat occidental », qui est, et sera à juger, le plus « barbare », face à la fatalité du destin de l’extinction de l’espèce humaine… ?

    « Qui s’étonne, dans le contexte du choc du « post-déconfinement », d’une éjaculation tellement précoce des « libertés confinées », que le risque d’une recrudescence de l’épidémie, devrait plus nous inquiéter que ça l’est… qui s’étonne dans le contexte d’une « réconciliation » électoraliste hallucinogène du fait de prétendre avoir « sauvé des vies », « en même temps » que furent principalement sauvés surtout les loyers, exonérations, annulations d’impôts, « charges » des dettes fiscales, sociales, morales (pertes casinos) privées… des propriétaires privés de « l’économie » soit disant « mise à l’arrêt » durant deux mois… qui est surpris donc que cette gouvernance se soucie de « ressusciter » un autre choc… en « l ‘assimilant » avec bassesse morale, éthique, à un prétendu « ensauvagement » d’une partie de la population subissant par ailleurs déjà les discriminations impunies à l’embauche, à l’accès au logement, dans les brutalités policières commises lors des contrôles aux faciès, « manifestations interdites » quand bien d’autres « barbaries » ont aggravés, amplifiés bien plus d’injustes, d’inégalités scolaires, territoriales « économiques » et « sociétales » qui ne sont pas fait paraître… ?

    Sont-ce les « temps de cerveaux disponibles » qu’à vouer un « culte féroce » aux doutes, incertitudes, « bas instincts, qu’instrumentalisent la « dictature des émotions » du « ras le bol fiscal », du « poujadisme », se faisant passer pour un exercice « démocratique participatif » et « permanent »… qui doivent s’étonner qu’un choc peut en chasse un autre, aussi facilement qu’il en est donné l’air… ?

    N’y a t-il pas eu « d’ensauvagement » de la part des « marchés financiers », « «économiques » (financiarisation de l’économie et de l’État), des « marchés » monétaires, de l’ultralibéralisme… de la dérégulation… dans les conséquences du dérèglement climatique, de la perte de la biodiversité… qu’incarne cette pandémie… mais surtout un « ensauvagement » de la spéculation à découvert ayant gagné très gros durant devinez quoi… « pile » poils… cette gestion dans la pénurie de la cirse sanitaire, spéculation sur la hausse et/ou baisse de la gestion des stocks en flux tendu, et des prix, de masques, respirateurs, médicaments vaccins, tests, places de lits de réa, gel hydroalcoolique, denrées alimentaires de leur problème d’approvisionnement, pénurie, ou surcapacité de production … ?

    N’y a t-il pas d’indignation à avoir, quand devinez quoi d’autre… « face »… à la « barbarie » des paris nus,… du coté de la rue… ou règne la force obscure de la financiarisation… des vies atteintes d’une infection mortelle à la covid-19, d’une pathologie chronique, de facteurs de comorbidités (travail précaire, logement insalubre, chômage, malbouffe, etc), n’ayant pas pu être soigné, n’ont pas pu être sauvé, des vies ayant perdu un emploi, ont fait faire des bénéfices indécents de dividendes, et des morts à domicile, n’ont pas été comptabilisé, quand tant de vies auraient pu être sauvé… si « on » n’avait pas manquer de lits, matériels, personnels du service public de la santé… et si « l’ensauvagement » de l’austérité des « réformes structurelles » néolibérales… de politique « d’immunité de groupe », tri sélectif, darwinisme social, n’avaient causé tout ça…?

    Qui paiera le « coût », et/ou les « charges » (plus d’austérité, « réformes structurelles » à cause des déficits et dettes publiques explosées…?), des séquelles, traumatismes que vont subir les malades (par exemple, les personnes dont l’âge proche de la retraite, correspond au recul de celui en bonne santé, pour en profiter de manière sécure, stable, et à celui que les « réformes » des régimes des retraites, veulent reculer aussi, sous prétexte de « justice ». Des chômeur.e.s ex-CDD très courtes durées, etc, ayant été licencié durant le confinement, mais dont la réforme de l’assurance chômage, réserve le pire « destin » – « inégalités de destin », NON RECOURS concernant 30 % des « bénéficiaires » du RSA, qui en réalité ne touchent aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent ». Toutes deux populations précaires, paupérisées, les plus exposées aux facteurs de comorbidité multiples, pathologies chroniques, les rendant plus vulnérables en cas d’infections graves au coronavirus), les survivants de la « barbarie » d’une gestion dans la pénurie de la crise sanitaire, qui dés le début, étaient ridiculisés, diabolisés, ostracisés, de demander des masques, tests, plus de lits de réa, le confinement, alors qu’aujourd’hui, continuent de spéculer des « marchés » sur des possibles vaccins, « soins ambulatoires », la « télé-médecine »… ?

    N’y a t-il pas de « barbarie », « d’ensauvagement » dans « l’abstentionnisme » d’indignations médiatico-politiques, intellectuelles, dans l’absentéisme total de régulation, et de réglementation, de hiérarchisation des valeurs de combats politiques, administratifs… par rapport au « pognon de dingue » que ce sont faits les grandes enseignes de l’alimentation et de l’industrie agroalimentaire (et pharmaceutiques… qui pour Sanofi, croit rassurer la population en relocaliser la production de quoi faire baisser la fièvre seulement) avec leurs actionnaires, tous assistés sans contrepartie ( « immorale optimisation », flat tax, baisses des impôts sur société, de production, suppression des cotisations sociales patronales sur les bas salaires, suppression partielle del’ISF…)… quand la privatisation de la distribution de la solidarité des repas gratuits, à pas chers, pour les enfants de parents pauvres, modestes (dont certains parents furent éborgnés, estropiés, etc, à vie, durant des « manifestions interdites », quand d’autres sont remplacés par des caisses automatiques, défiscalisées et désocialisées, travaillant nuit et jour, 7/7 jours…)… quand cette solidarité qu’incarnaient avant le confinement, les cantines scolaires du service public de l’éducation nationale, des collectivités territoriales… a était « mise à l’arrêt », confisquée, détournée au profit des « marchés »… ayant laissés les plus désœuvrés prendre le risque d’attendre, une infinité de temps, lors de queues interminables, en bord de routes à risque, « l’aumône » que même «l’État providentiel» leur refuse (cet État refuse même de les soulager de leurs loyers, aux plus démuni.e.s, quand il soulage volontiers ceux des propriétaires privés d’entreprises…?), alors qu’aujourd’hui les hausses des dépenses alimentaires, pré-engagées, les pénalisent encore plus… ?

    N’y a t-il pas eu de « barbarie » commise contre la contribution fiscale à l’intérêt général, contre le financement des biens communs que sont les services publics, contre l’équilibre des comptes et comblement des éficits des caisses sociales… et contre le remboursement de l’explosion des dettes publiques socialisant les annulations de dettes fiscales, morales… de la part de « l’ensauvagement » des propriétaires privés d’entreprises… ayant abusé pour un tiers d’entre eux, du dispositif de « chômage partiel » en ayant fait faire du « télétravail » à leurs subordonnés… ?

    N’y a t-il pas « d’ensauvagement et de barbarie » de la part des propriétaires privés d’entreprises, d’actions, et des politiciens comme ce ministre de l’intérieur (défendant les défilés/manifestations nocturnes des policiers avec leurs voitures de fonctions, dans les rues de certaines villes, en cherchant à intimider des populations vulnérables…?)… menaçant avec leur chantage à l’emploi, « au poids de la dette publique, par tête de pipe »… et autres peurs de « théories du grand remplacement »… des citoyen.e.s qui choqué.e.s, ne se rendent pas compte d’être abusé.e.s, qui tellement impacté.e.s directement et/ou indirectement par cette crise sanitaire, qu’elles-ils seraient prêt.e.s à n’importe quoi… tous et toutes citoyen.e.s donc, qui refuserait de baisser de 20 % leur salaire, d’aligner leur niveau de protection sociale, droit du code du travail, niveaux d’accès et de qualités des services publics… au moins disant social, moral, fiscal, environnemental… et de « sacrifier » des RTT, congés payés, jours fériés, etc. à la « relance de l’économie » au « culte du pib »… ?

    N’y a t-il pas de « barbarie » dans la stratégie électoraliste consistant à « assimiler » le vocabulaire du pire adversaire « animalisant », déshumanisant », diabolisant derrière le terme « d’ensauvagement » la différence d’opinion politique (la cible favorite de l’extrême droite et droite extrême, comme de la macronie, étant la gauche) , la variété, diversité culturelle, cultuelle, des « représentativités » de l’espèce humaine (qui menacée d’extinction, l’est aussi par l’accumulation et concentration de richesses que possèdent les plus grosses fortunes mondiales, s’accaparant plus que ce que la moitié des habitant.e.s du globe, peine à mettre de coté, pas de la rue, mais pour hypothéquer ce qui manquera « demain après demain » aux futures générations, y compris de réfugié.e.s, et encore, si elles survivent aux guerres monétaires, commerciales, « de civilisation », aux « externalités négatives », aux pandémies, conséquences du réchauffement climatique, de la pollution de l’eau potable, des océans, terres arables, de l’air, à la « compétitivité » de la croissance démographique et raréfaction des ressources… au fait que tous les ans la capacité de charge de notre planète – renouvellement des ressources – est dépassée de plus en plus tôt sur le calendrier…) tout ça donc… afin de s’assurer de paraître plus « vertueux » lors d’un « éternel » second tour d’élection présidentielle – comme si le premier ne comptait pas, il est promu le duel Macron vs extrême droite/droite extrême/dure – face à des records d’abstentions… ? »

  5. Si on veut bien se reporter disons 65 ans en arrière , en France , on trouvera que les petits français et françaises qui fréquentaient l’école primaire ( parfois la maternelle ) , se présentaient en blouse grise uniforme , en rang strict deux par deux , sans chahuter …. et en présentant ses mains au maitre ou la maîtresse pour montrer qu’elles étaient « suffisamment » propres .

    Aujourd’hui les maitres seraient suspectés d’être des SS et les manifestations de protestation de parents agiteraient le landerneau , récupérés par toutes les oppositions qui saisiraient l’occasion de taxer le gouvernement de fascisme .

    1. Dans mon école, nous avions des blouses bleues. Pourquoi toujours du gris ? J’ajoute que les institutrices avaient le pouvoir de traiter à l’anti-poux les enfants dont les parents n’avaient pas fait eux-mêmes après avoir été prévenus.

    2. Il y a 55 ans encore , les blouses gris-bleus , les encriers , et …les coup de règles sur les doigts .
      Ne pas oublier qu’alors , discipline rime parfois avec excès de discipline.

      On peut même supposer que cette discipline formatait tout un peuple à marcher au pas , l’autorité y’a que ça de vrai , mon bon monsieur .Sauf que les tenants de l’autorité sont capables de faire des erreurs , et qu’un peuple incapable de se révolter (tant il est conditionné à obéir aux ordres) est une proie facile pour l’inhumanité et ses dictateurs.
      Et puis , il y eut un changement de pédagogie .Les petits garçons ( pas encore de mélange avec les extraterrestres de l’école des filles )pouvaient enfin être amoureux de leur maîtresse .Moment historique et émouvant , où des cancres se changeaient en premiers de la classe, juste pour un regard .Mai 68 n’est pas un hasard de l’Histoire.

      Je ne crois pas à l’hyper discipline naturelle des asiatiques , la rébellion ou son envie existe forcément ( principe de l’adolescence).Mais il est possible qu’elle soit tellement réprimée que , quand ça pète , ça fait pas semblant.Leurs façons de se défouler doivent être révélatrices.
      Que vive les gaulois! Puisse le covid19 nous épargner malgré notre allergie aux excès de l’ordre établi .

      1. je ne sais pas si c’était du pré formatage de peuple , mais les instits avaient suffisamment la paix pour enseigner à 35 /38 élèves d’un coup sans être chahutés . A 10 ans tout le monde savait lire et écrire en faisant moins de cinq fautes à sa dictée , et était capable de résolution mentale de petits problèmes de logique que ne saurait résoudre un entrant en sixième aujourd’hui , même assisté de son intelligence artificielle .

        La plupart de mes instits étaient d’ailleurs des revenants des camps de prisonniers ou pire , et ils avaient d’autres images en tête que celles de la nécessité de formater un peuple . Celles de l’ascenseur social républicain , certainement , et ils ont très largement réussi cette ambition à cette époque . C’était leur façon de nous équiper pour la suite .

  6. Hello

    C’est un poil énorme 5 accueillant pour un enfant tout seul
    Donc il faut juste de poser la question de savoir si c’est tout simplement une vidéo de propagande faite sur mesure
    Qui passe en chine sous peu faire un petit reportage devant quelques écoles prises au hasard ?

    1. Propagande peut être pas mais convictionnement de masse sans doute , un peu dans l’esprit de nos actuelles campagnes media pour le respect de la distanciation physique .

      Le petit acteur principal devait être le premier de la classe .

      En tous cas il est plus souple que moi pour lever les jambes et faire nettoyer le dessous de ses chaussures .

    2. Une école primaire en Chine (j’en ai une à côté de chez nous quand je suis avec ma femme), ce sont des centaines d’enfants. La sortie se fait par groupes cadencés à la minute près. L’entrée, c’est un flot discipliné d’enfants qui arrivent à l’heure. Cette mise en scène en est nécessairement une. Je n’ai pas vu comment ça se passe depuis la réouverture (je suis bloqué en France en ce moment), y a-t-il des paillassons désinfectants comme dans les écoles en France rurale quand il y a la fièvre aphteuse, et un lavage des mains dans la cour, mais, comme je disais, ce qu’on voit dans la video est impossible.

    1. Les grands chalutiers et la surpêche

      55 %
      Selon une étude publiée dans la revue Science en février 2018, 55 % des océans sont exploités par de grands chalutiers industriels, en particulier des chalutiers chinois. Ce constat réalisé à partir d’observations depuis l’espace confirme que plus de la moitié de la surface des océans est ratissée mais que « la superficie totale pêchée est probablement plus élevée ». Elle serait proche de 73 % car certaines parties du monde ne sont pas facilement observables faute d’une couverture satellite suffisante.

      85 %
      Les navires de pêche de 5 pays (Espagne, Taiwan, Japon, Corée du Sud, Chine) représentent plus de 85 % des grands chalutiers industriels dont la moitié sous pavillon chinois.

      1/3
      La communauté scientifique estime qu’environ un tiers des stocks mondiaux de poisson sont prélevés des océans à un rythme insoutenable.

      4
      L’analyse de l’activité des chalutiers industriels entre 2012 et 2016 a démontré que la surface de la planète concernée par la pêche est 4 fois plus importante que la surface de terres utilisées pour l’agriculture.

      Source : l’O.N.G. américaine Global Fishing Watch

      1. (mode mérou « on »)
        Grâce à l’élévation du niveau des mers,
        les océans vont s’agrandir,
        il va de soi que les poissons auront donc plus de place et de nutriment.

        (mode mérou « off »)

  7. A trop idéaliser l’extrême orient … croire que le goût de la discipline est le même au Japon qu’en Chine …de même que le sens de l’hygiène …on en oublierai que la «  suite «  n’est pas qu’une question de rigueur des populations .
    Pour exemple :
    https://www.rfi.fr/fr/asie-pacifique/20200726-chine-plus-140-morts-inondations-faiblissent-pas
    https://www.lavoixdunord.fr/659529/article/2019-10-31/des-nouvelles-cartes-et-estimations-de-la-montee-des-eaux-dans-le-nord-et-le-pas

      1. Tout dépend de la qualité de l’eau ainsi que de la qualité du papier toilette.
        La réponse se situe au niveau de l’abondance .
        Sous nos tropiques ,à ce jour , nous avons une abondance d’eau et d’arbres. La rareté pourrait changer les habitudes culturelles .
        Pourvu qu’il y ait assez de pantoufles…
        Ceci dit , des années que je prétend que la merde est l’avenir de l’homme , et ce à moitié en rigolant .
        Quel gaspillage que de ne pas mieux utiliser un tel matériel dont l’abondance dépend justement de la démographie.
        Notre conditionnement culturel face à ce qui pue en est la cause.
        Les amateurs de fromage qui puent comprendront.

  8. S’il m’était permis à ce que l’extinction programmée de mon long commentaire, bourré de fautes, etc, certes, laissé si dessus (Juillot Pierre 26 juillet 2020 à 17 h 56 min) et ne trouvant pas de réaction… ne soit pas accuser du fait d’avoir une si haute opinion d’elle même, que finissant par en parler à la troisième personne du singulier… il est « normal » qu’elle disparaisse…. pour en justifier, excuser, tenter d’en faire comprendre, ou d’en partager au moins, son intérêt… est-ce que ce qui suit, réagissant à l’actu, aux débats médiactico-politiques s’en emparant, suffirait à éclairer des parts d’ombre dans le raisonnement d’une pensée, que je peux involontairement, indépendamment de ma volonté, rendre confus…?

    « La pub polémique espagnole montrant des jeunes, ne respectants ni les mesures barrières, ni le port du masque, au cour d’une fête privée…offrant à un grand père, un masque de respirateur, alors que la fin du « scénario marketing » d’une message du service public, le montre seul… dans un lit de réa, au bord d’une mort hospitalière… me fait penser au cynisme aussi indécent, qu’un des épisodes du film Star Wars, réalisé et produit par « J.J. » Abrams, ou, alors que la mère qui va mettre au monde Luke et la « princesse Leia » (dont la présence dans les trois autres volets de la saga, est entre un « monde virtuel » et une »réalité augmentée » laissant découvrir qu’à la fin qui apporte l’équilibre dans la froce) meurt en accouchant…. se produit « en même temps » la « renaissance » du père blessé à mort, des enfants – le présumé reste de « bon » dans l’aspect tragédie, dramaturgique, d’un moment disruptif d’un anti-héros… cette « renaissance » occulte ne pouvant soit disant s’opérer que du coté obscure de la force…

    Le cynisme du message publicitaire (sont-ce des adeptes de la « compétition » au plus élevé nombre de weekend passés à Ibiza, qui ont fait cette pub, les jours de mauvais temps, ou seuls restèrent des films à voir…?) de la com’ gouvernementale hispanique, semble vouloir déresponsabiliser, désinhiber, décomplexer, ce qui est fait passer, ce qui est minimisé, ce qui est dédiabolisé, comme « erreur de jeunesse » (en France ou le ministre de la justice est « nommé », et pas pour rien, « Aquitator », il existe le « droit à l’erreur fiscale » par exemple, quand « l’immorale optimisation fiscale » des adultes, des « multinationales matures » est montrée en exemple de la légalisation, dépénalisation. Alors que la « droitisation de la société » civile, des adultes votants, et donc pas des abstentionnistes donc… n’a rien à redire au fait que plus de 50% des membres du bars armé de l’État, dont l’impunité vis à vis des éborgné.e.s; amputé.e.s… et personnes décédées, n’a pas à être remise en question, ni en cause… vote pour l’extrême droite – allez demander à un ex-premier ministre, et ministre de l’intérieur, nommé M. Valls, ce qu’il en pense…?), pouvant causer les prochaines vagues épidémiques, du « monde à voir », celui d’après on ne sait quoi d’ailluers, avec les « présumées innocentes meilleurs intentions au monde » du monde adulte, « paternaliste », « patriarcal »… d’avoir voulu libérer les jeunes (ceux dont les images festives à St Tropez, ou dont les complaintes se plaignant de mal supporter le port du masque… en Bretagne… par exemple, sont très loi d’être « représentatifs » des jeunes des cités sensibles…) du « carcan étatisé » d’un douloureux confinement de l’économie (le confinement des stages non payés, ou ils, jeunes, étaient exploités comme dans les boulots précaires à temps partiel contraint, les CDD très courtes durées, représentant plus de 80% des embauches « du monde d’avant/d’après… jeunesse exploitée comme pas possible par sa frustration dépendante au consumérisme…?) et des « libertés »… »

  9. Vidéo répugnante; moins toutefois que certains commentaires postés ici et bavant sur les soi-disant qualités hygiénistes du continent asiatique. La police du savon à son sommet qui aimerait, de surcroît, nous faire avaler que les héritiers de Mao sont désormais convertis à l’humanisme.
    La Boétie, pour ne citer que lui, en vomit dans sa tombe.

  10. Les « gens comme nous » ainsi que vous les désignez si élégamment devront en effet bien disparaître un jour afin d’assurer à la satisfaction critique de ce blog – voire, pourquoi pas, à celle du monde entier ?-, la béatitude existentielle et politique qui ne lui a trop fait défaut jusqu’à présent.
    J’en conviens fort volontiers : la raison raffinée et élégante, celle qui sait viser juste en allant au centre des choses et telle qu’elle se dévoile ordinairement sur ce blog, n’a plus de temps à perdre avec les provocations venimeuses et stériles d’individus encore plongés dans les ténèbres d’un infantilisme potache plutôt que de suivre sagement, comme ici, les douces lumières de la raison éclairée (encore merci Kant). J’en conviens donc dis-je. Mais que voulez-vous ? On ne se refait pas. Le vice à ses raisons que la raison ignore. Et quoique étant capable, je vous prie de le croire, de rendre hommage aux vertus les plus admirables, je ne peux m’empêcher de répéter, avec une perversion non feinte, que cette vidéo est répugnante, comme sont atterrants les quelques commentaires d’extases faussement critiques qui l’accompagnent.
    Pour faire bref et vous répondre plus directement : il est faux d’affirmer que je viens sur ce blog en sachant pertinemment ce que je vais y trouver. Tout au contraire, depuis un certain temps, ce que j’y trouve effectivement ne cesse plus de me saisir… Car ce n’est pas tous les jours que l’on peut assister, aux premières places, à un naufrage sanctifié en apothéose. Aussi, pour rompre le côté sombre du spectacle, comme lors de mon précédent commentaire, je lâche la bride à mes vices politiques… Je me flatte alors, à la stupéfaction indignée de quelques uns dans ce petit salon des pertinences admises, que des choses finalement très banales provoquent désormais de l’urticaire. Viendra peut-être un jour où ces mêmes banalités amèneront, sous nos contrées, comme en Chine, à Hong-Kong, en Algérie, etc…, la peste elle-même. Et comme vous le savez, la peste ça s’éradique… Sur ce blog, en Chine, à Hong-Kong, en Algérie, comme partout ailleurs.
    Sans rancune, et en vous souhaitant le meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.