Situation en Biélorussie, courrier d’un lecteur

J’ai reçu ce courrier d’un lecteur. Trop ignorant de la situation en Biélorussie pour me faire une opinion quant à la qualité de son texte, je l’ai appelé au numéro de téléphone qu’il m’avait communiqué. Nous avons parlé, à la suite de quoi j’ai décidé de publier son courrier, me disant que la discussion que nous aurions ici nous permettrait d’y voir plus clair.

Je vous écris au sujet de la situation actuelle en Biélorussie (ou Belarus) avec colère, tristesse, optimisme et admiration devant l’immense courage dont fait preuve actuellement le peuple biélorusse. Toutes les informations qui figurent dans ce courrier sont issues de mes recherches personnelles et d’informations données par les journalistes et spécialistes de la Biélorussie : Hanna Liubakova, Tadeusz Giczan, Alex Kokcharov, Denis Kazakiewicz et Franak Viačorka que vous pouvez suivre sur Twitter.

Au préalable de la campagne électorale relative à l’élection présidentielle du 9 août, le président Alexandre Loukachenko faisait face à trois principaux candidats contre lesquels il n’était guère favori (plusieurs sondages réalisés depuis l’étranger sur Internet l’accréditaient d’intentions de vote comprises entre 1% et 6%). Viktar Babaryka banquier, philanthrope ayant financé de nombreuses œuvres caritatives et président en Biélorussie de la banque belgazprombank filiale du groupe russe Gazprom prévoyait toutefois dans son programme de privatiser certaines entreprises publiques (dans un état néanmoins contrôlé actuellement par un petit groupe). Il prévoyait aussi la séparation des pouvoirs législatif, judicaire et exécutif qui sont tous actuellement entre les mains de Loukachenko. Sergei Tikhanovski un bloggeur dont le discours ressemble un peu à celui qu’a eu l’actuel président ukrainien lors de sa campagne électorale (un discours surtout basé sur le rejet du pouvoir actuel et un programme politique pas assez précis selon certains observateurs).

En juin, Viktar Babaryka et Sergei Tikhanovski ont été arrêtés et exclus de l’élection. Cela a déclenché une première vague de protestations. Les automobilistes se sont mis à klaxonner et les gens ont organisé des chaînes humaines. La femme de Sergei Tikanovksi, Svetlana Tikhanovskaya, a pu se présenter à sa place. Valery Tsepkalo autre candidat diplomate et, fondateur du Belarus Salut-Tech Park (une sorte de Silicon Valley biélorusse) a vu sa candidature rejetée et a été contraint de fuir en Russie juste avant d’être arrêté. Svetlana Tikhanovskaya a ensuite été rejointe par la femme de Valery Tsepkalo et par l’équipe de campagne de Viktar Babaryka.

Les résultats officiels de l’élection du 9 août indiquent que le président sortant Loukachenko a remporté l’élection avec 82% des suffrages contre 10,9% pour la candidate de l’opposition Svetlana Tikhanovskaya. Néanmoins, c’est bien Svetlana Tikhanovskaya qui a très certainement remporté nettement l’élection comme le soulignent plusieurs journalistes et experts de la Biélorussie.

Les fraudes ont été massives. Dans plus de 250 bureaux de vote où les commissions locales ont refusé de truquer les résultats Svetlana Tikhanovskaya a obtenu environ 70% des votes (environ 50% dans les villages et plus de 90% dans de nombreux districts de Minsk). Ces résultats ont été publiés sur Twitter par plusieurs journalistes. Svetlana Tikhanovskaya a dû quitter lundi la Biélorussie pour la Lituanie alors qu’elle allait contester les résultats.

Des manifestations massives ont eu lieu depuis plusieurs jours. Loukachenko mène en réponse à la contestation une guerre contre son peuple pour essayer de conserver le pouvoir. Il y a eu déjà plusieurs morts ces derniers jours. Dans la ville d’Homiel, un homme de 25 ans est mort à l’hôpital, où il a été emmené après avoir été brutalement détenu dimanche. Il s’appelle Aliaksandr Vichor. Sa mère a indiqué qu’il a été arrêté alors qu’il rejoignait sa petite amie. Il y a eu en 3 jours (dimanche lundi et mardi), environ 7000 arrestations. Certaines personnes sont portées disparues. Les gens sont battus et torturés en prison (notamment Viktar Babaryka et Sergei Tikhanovski). On ne donne pas à manger à de nombreux prisonniers. Dans la ville Brest certaines personnes ont indiqué sur Twitter que des Biélorusses ont été enfermés dans des garages car il n’y a plus de place en prison (je n’ai pas vu de confirmation de la part des journalistes de cette information). Pour empêcher les automobilistes de klaxonner le régime a demandé à la police de s’en prendre aux automobilistes. Suite à cela, une fille de 5 ans dont la voiture a été attaquée par la police a été transportée à l’hôpital entre la vie et la mort. L’attaquant du club de football Bate Borisov et de l’équipe nationale biélorusse Anton Saroka aurait lui été arrêté lors d’affrontements avec la police mardi soir.

Malgré cela le peuple biélorusse redouble de courage et les manifestations et les klaxons se sont poursuivis hier soir. Un parfum de victoire flottait dans certains quartiers de Minsk malgré les violences qui se sont également poursuives.

Il semble que le régime Loukachenko va très probablement s’effondrer prochainement. Loukachenko n’a plus le soutien du peuple. Il est soutenu seulement par une partie de l’armée et de la police à qui le régime offre des salaires et de conditions confortables. Les défections et démissions dans l’armée et la police sont cependant nombreuses.

Plus de 300 PDG de sociétés et investisseurs dans le secteur informatique ont signé une lettre demandant une nouvelle élection, l’arrêt des violences, la libération des prisonniers politiques, l’accès à l’information et menacent de quitter le pays sinon. Ce secteur représente une part importante de l’économie biélorusse. Mikita Mikado, entrepreneur millionnaire dans le secteur informatique, propose de fournir un soutien financier à la police ou aux militaires qui craignent de manquer d’argent s’ils décident de démissionner.

A noter que les relations entre la Russie et Loukachenko ne sont pas non plus au beau fixe. Si Vladimir Poutine a félicité Loukachenko de sa victoire le député Konstantin Zatulin, a indiqué que les élections en Biélorussie ont été totalement truquées. La Russie ne s’opposera pas à un départ de Loukachenko s’il est renversé selon plusieurs analystes (notamment le chercheur en sciences politiques Tadeusz Giczan basé à Londres). L’opposition n’est ni pro-occidentale ni antirusse. Valery Tsepkalo a récemment écrit une lettre à Vladimir Poutine soulignant que Loukachenko n’était pas assez prorusse. Emmanuel Macron a eu hier au téléphone Vladimir Poutine au sujet de la Biélorussie. L’Union européenne et la Russie devraient s’entendre pour un départ de Loukachenko. Cela permettrait de sauver de nombreuses vies. La Biélorussie serait alors un pays démocratique neutre entre l’UE et la Russie.

Je note par ailleurs énormément de similitudes entre Donald Trump et Alexandre Loukachenko dans le comportement et dans le discours. Quand l’un conseille de boire de l’eau de javel pour éviter le coronavirus, l’autre propose de boire de la vodka.

Dans un monde qui ne s’est pas forcément dirigé vers la bonne direction ces dernières années, le peuple biélorusse, nous donne beaucoup d’espoir à travers son immense courage et a besoin de notre aide et de notre soutien pour en finir définitivement avec ce régime cruel et inhumain.

Partager :

16 réflexions sur « Situation en Biélorussie, courrier d’un lecteur »

  1. Certes la Biélorussie est un pays dirigé d’une main de fer, mais tout comme pour la Chine il convient de saluer sa supériorité dans la lutte contre le Covid : à ce jour seulement 595 décès, alors que pour une population à peine supérieure la Belgique en compte 9.885.

    1. Sincèrement, vous faites vraiment confiance aux chiffres donné par un tel régime ? Pourquoi ne pas accepter les résultats de élections donnés par leur dictateur aussi alors….

      1. Vous avez naturellement raison. Cette petite provocation pour souligner deux choses :

        1- les chiffres donnés par les dictatures, qu’elles soient chinoise ou biélorusse, sont invérifiables. Il est donc impossible d’en tirer une quelconque conclusion.
        2- les droits de l’homme à géométrie variable, ceux qui dénoncent seulement les « mauvaises dictatures » mais qui jettent un voile pudique sur les « bonnes dictatures » avec qui nous commerçons ou qui sont nos affidées, sont absolument détestables.

        Je ne mets nullement en cause la sincérité du billet ci-dessus, mais quel crédit accorder à un gouvernement français qui vient d’annoncer officiellement, je cite, « sa très grande préoccupation » vis-à-vis de la situation en Biélorussie, tout en vendant des armes à la dictature militaire égyptienne, coupable excusez du peu, d’actes de torture et de barbarie sur sa population ainsi que de très probables crimes de guerre dans le Sinaï ?

      2. +1 bis !!!

        Ô grand August Ferdinand Möbius !

        Il n’y a hélas ! absolument rien ici à ajouter…

    2. Le problème est que les statistiques des pays à pouvoir autoritaire sont très certainement fausses… En réalité, on ne peut rien savoir de la situation sanitaire réelle de la Biélorussie.

  2. Trop ignorant de la situation en Biélorussie pour me faire une opinion quant à la qualité de son intervention.
    J’ai reçu un mail d’Alexandre Latsa que je connais depuis près de 9 ans et qui m’informe parfois au sujet de la Russie, moi qui n’y ai jamais mis les pieds.
    Le voici en véritable allusion sans plus:
    « retrouvez ma dernière interview pour RT France sur la Biélorussie
    https://alexandrelatsa.ru/2020/08/entretien-pour-rt-france-sur-le-mouvement-contestataire-en-bielorussie/
    С уважением / Best regards / Bien cordialement.  »
    Ceci pour répondre à un commentaire de Juanessi reçu récemment qui disait « Votre pseudo vous va mieux ( ? ) que ce que vous en faites » 😉

  3. Désolé mais les chiffres sont très probablement totalement faux. C’est ce qu’on dit certains médecins. Lorsque quelqu’un a le Covid, qu’il a une autre maladie (chronique par exemple) et qu’il meurt, il n’est pas comptabilisé comme mort du Covid. La gestion catastrophique de la crise du Covid par le régime (semblable à celle de Trump aux US) est l’une des gouttes d’eau qui a fait déborder le vase et qui a poussé les gens à tourner le dos au régime.

  4. Ce pays me touche de près.
    J’ai regardé la vidéo de ce monsieur. Il y a beaucoup à dire entre les lignes sous ces réflexions pleines de bonhommie, mais ce n’est pas étonnant sur une chaîne telle que RT sur un sujet aussi sensible.
    – le président fut au début (il y a 26 ans) soutenu, il fallait bien un début au post communisme.
    – mais s’est installé une autocratie avec corruption généralisée et le gars s’est révélé mégalomane de sa personne.
    – il y a peu de différence entre les ukrainiens et les biélorusses qui se considèrent sentimentalement comme frère des russes mais néanmoins avec leur singularité et leur histoire propre.
    – il ne supportent pas l’idée d’être incorporés à la russie.
    – ce sont des gens charmants, polis, calmes, cultivés, respectueux, serviables, accueillants.
    – il n’ont aucune considération pour leur président et sont parfaitement lucide sur lui.
    Entendre ce monsieur comparer cela aux gillets jaunes est d’une idiotie absolue: parmi les gillets jaunes, les casseurs avaient des attitudes agressives d’emblée. Rien a voir ici: ils ne cassent rien. Les gens sont frappés au hasard dès le premier jour. Le but de la répression est d’entretenir une peur.
    Comparer le nombre d’arrestations, c’est ridicule. Oui ce qui s’est passé en france était spectaculaire, des forces de l’ordre ont dérapé sous la pression, les images se ressemblent mais dans le fond ça ne peut être comparé. Ici personne ne leur jette des pierres pour l’instant.

    Voici les tortures subies jusqu’à présent : enferment à 65 debout dans des cellules prévues pour une douzaine. Tortures par bastonade la nuit (on entend les cris devant les prisons). Certain passent la nuit entassés dans la cour faute de place

    Qui sont les policiers casqués que l’on voit: des très très jeunes, payés beaucoup plus que le salaire de base, comme cela depuis des années comme d’usage dans toutes les dictatures.
    Les gens sont effarés de ce qu’ils se passe et de la violence gratuite dont font preuve les forces de l’ordre à cette échelle. C’est un peuple profondément pacifique.

    Lorsqu’il dit que c’est un pays avec une bonne économie…. c’est un pays pauvre, très pauvre pour la grande majorité. pas de ressources naturelles, ils produisent des tracteurs des patates et du bois. C’est tout. Les sanctions contre la russie qui se répercutent sur eux leur font mal. Ils n’ont pas de rancune contre les ukrainiens d’être dans cette situation.

    Lorsqu’il dit « on ne saura jamais si Lukachenko a gagné. Soit c’est du déni soit de la mauvaise foi. Le score probable de l’opposante est de 80 à 90%. On a de nombreuses sources de bureaux dépouillés ou les résultats ont fuité: par photos des tas de bulletins, par les consulats, ou par l’echelle.. dans un bureau ils sont sorti par une échelle…
    L’ensemble du pays le deteste. Il a eu un sursaut de soutien lors des évènements en Ukraine, certains disant il vallait mieux alors Lukachenko que le chaos initial des ukrainiens.

    Mais nier le covid, enfermer les malades dans les hôpitaux (avec les medecins) travestir les chiffres des décès tout le monde est au courant, emprisonner un à un tous les canditats, puis voler le vote avec des chiffres aussi grotesques qu’à l’accoutumée, frapper la population, le dernier residu de contrat moral du dictateur avec son peuple vient de partir en fumée, les bornes du respect et des apparences ont été dépassées Ce sont des gens simples qui aspirent à une vie sans histoire. Ils réalisent à cette occasion l’épaisseur de la prison, et cela explose car les réseaux sociaux montrent en direct l’humiliation qu’ils subissent et ils se disent mais quel avenir dans cette violence et cette injustice gratuite.

    Dernière chose qui le discrédite à mes yeux prétendre que la bielorussie a un bon système de santé. La chose qui m’a frappé lors de mon premier voyage: comprendre la pire peur du bielorusse: tomber malade ou qu’un proche tombe malade.

    Une dictature ça fonctionne sur la peur.
    Cela s’écroule instantanément quand la peur change de camp.

    Il y a actuellement tres probablement surtout a minsk des policiers envoyés par moscou en renfort qui n’ont pas les états d’âme des vrais biélorusses.

    Poutine risque de jouer le pourrissement en l’attisant et se présenter comme un recours. Il joue gros car de nombreux russes vivent ces événements avec le coeur en se demandant « et si s’était possible »

    L’association russie bielorussie dont parle ce monsieur est un traité de memoire signé par eltsine lorsqu’il cherchait du soutien. C’est une péripétie de l’histoire que Poutine a récemment remis sur la table pour diverses raisons dont un des effet collatéraux était de créer une nouvelle entité supra russe dont il aurait pu assurer la présidence résolvant son problème de limitation constitutionnelle des mandats. Il a depuis fait autrement…

    Courage à ces pauvres gens pleins d’espoir d’une vie meilleure.

    1. Je ne connais pas la Biélorussie mais il ne fait guère de doute qu’il s’agit d’une dictature.

      Maintenant est-il si absurde de faire la comparaison avec le mouvement des gilets jaunes, puisque comme vous le faites remarquer justement « Le but de la répression est d’entretenir une peur » ?

      Quand des arrestations « préventives » sont utilisées massivement, que la police utilise des armes de guerre, que malgré la formation des tireurs et des organes de visée sophistiqués permettant de toucher uniquement ce que l’on vise, on dénombre des centaines de blessures à la tête et des dizaines de mutilations, que des milliers de manifestants pacifiques témoignent de gazages et de nassages hors de toute nécessité, que même l’ONU s’en est ému au point de demander une enquête sur les violences policières et que bon nombre de gens ont maintenant peur de la police au point de renoncer à exercer leur droit de manifester, on ne peut que constater que votre judicieuse remarque s’applique également ici comme là-bas : le but de la répression est d’entretenir la peur.

      C’est bien pourquoi je me joins à vous pour souhaiter courage à ces pauvres gens pleins d’espoir d’une vie meilleure, qu’ils soient Biélorusses ou Français.

      1. C’est une évidence le flash ball et les grenades lacrymo au tnt sont un scandale pour faire du maintien de l’ordre, un « spécificité francaise ». Les causes de violence peuvent être légitimes ou condamnables. Mais la comparaison d’égal à égal n’est pas possible, elle n’a même pas de sens. C’est même manquer de respect à chacune des deux causes. Dans la bouche de ce « consultant » de RT c’est de la pure propagande.

      2. Êtes-vous bien sûr que la comparaison d’égal à égal ne soit pas possible ? Je vous rappelle quand même qu’en France, un seul homme, M Macron, détient entre ses mains les pouvoirs exécutifs et législatifs.

        Si dans les textes la séparation des pouvoirs existe, dans la réalité elle n’est qu’une vue de l’esprit. Bien qu’il n’y ait pas superposition et donc ressemblance parfaite, la comparaison entre les deux régimes me semble tout à fait légitime.

        Et pour les armes de guerre utilisées par la police française, rappelons que le scandale se trouve également dans l’impunité judiciaire des forces de l’ordre : des dizaines de mutilations, des vidéos accablantes et à ce jour, pas un seul renvoi ni une seule peine de prison ferme.

  5. C’est malheureux mais ce virus joue pour les dictatures, les manifestations sont interdites pour raison sanitaire, les cas positifs vont encore augmenter…

Les commentaires sont fermés.