Selon le correspondant de Vanity Fair Trump craint pour sa vie

Gabriel Sherman est un journaliste américain, correspondant du magazine Vanity Fair.

Il twitte aujourd’hui :

Selon une source, on avait expliqué vendredi à Trump qu’il pouvait aller à [l’hôpital] Walter Reed de sa propre initiative mais que si son état empirait on l’y emmènerait de toute manière. Les médecins dirent à Trump que s’il attendait davantage il pourrait perdre sa capacité de se rendre à Marine One [l’hélicoptère] en marchant (l’image de lui dans une chaise roulante ou sur une civière serait manifestement dévastatrice).

Et aussi

Des conversations avec des Républicains proches de la Maison-Blanche au cours des 12 dernières heures indiquent que la situation a été bien pire que la Maison-Blanche ne l’a affirmé. Avant d’être emmené à Walter Reed, Trump n’arrêtait pas de demander à ses aides, « Est-ce que je suis en train de partir comme Stan Chera ? C’est ça ? » (Chera était son ami New Yorkais mort de la Covid en avril).

Partager :

13 réflexions sur « Selon le correspondant de Vanity Fair Trump craint pour sa vie »

  1. J’imagine la patience des medecins mise à rude épreuve face à un tel energumène.
    vont ils être obligés de l’attacher au lit ?

    1
  2. « ..TRUMP CRAINT POUR SA VIE… »
    et il a tout à fait raison :
    74 ans + obèsité + (semble-t-il) une HTA traitée certes , mais => fragilité cardiaque.
    en tout cas , l’hydroxychloroquine + azythromycine risques d’ètre difficile à manier (risque de fibrillation =>risque AVC)
    de toute façon s’ il a été contaminé il y a une semaine, positif depuis Mercredi , le risque maximal se situe en milieu de semaine prochaine , d’où , à mon avis cette surveillance médicale en milieu hospitalier.

    à suivre …
    de toute façon , il va en sortir au mieux d’içi quelques jours, au moins très très fatigué +++

    1. a113, Monsieur est en surpoids, il doit faire un régime pour maigrir et éviter l’AVC. En espérant qu’il ne fume pas.

  3. Bon, ce n’est peut-être finalement pas un faux vrai positif, ni un vrai faux positif.
    La suite va être haletante !

  4. Nous saurons bientôt… et lui aussi… s’il est réellement l’élu de Dieu… avant d’être celui du peuple Américain…

    1. C’est le problème s’il s’en sort… croire qu’il est l’élu de Dieu. Et avec un pays qui laisse sur ses billets « God bless America », ça peut lui faire ramener des voix, de nombreuses voix dans ce pays à peu près aussi fanatique que l’Iran…

Les commentaires sont fermés.