5 réflexions sur « Trends-Tendances – Le statu quo n’est pas envisageable, le 22 octobre 2020 »

  1. ”Profiterons-nous de la pandémie pour opérer les transitions nécessaires, pour infléchir les comportements dans la direction d’un avenir durable et renouvelable …..”

    NON!

    Prenez seulement conaissance de la nouvelle mouture de la politique agricole commune de l’UE!!!

    1
  2. Merci M. Jorion pour cette excellente mise en perceptive analytique de vers quoi ce « monde à voir » (propos de « Jupiter »)… nous plonge, et risque de submerger nos émotions, nôtre raison commune… Celui « d’après » quoi… nous promettait le « retour des jours heureux ». Alors que « Quoi qu’il en coûte »… nous piège à l’horizon d’un trou noir (de la finance ?), comme pourrait l’être tous canaux de sauvetage, entraînés vers le centre d’un tourillon dantesque, et repoussés d’un horizon échappatoire, par des vagues toujours plus grosses.

    A en croire les communications et commentateurs… médiatico-politiques, franchissant ces jours ci, tous les « murs »… voudrait-on « nous » faire croire, de façon « rassurante », que toute ressemblance de son « dessein », au « jour d’après »…. apparaissant à peine dans le reflet miroitant à la surface d’une eau agitée… avec le fond encore plus profondément mouvementé, n’est qu’une distorsion « naturelle », de la réfraction de la lumière cassant les lignes, « augmentée » des tumultes perturbateurs de circonstance, et d’une mauvaise compréhension de l’observation à faire, et de la déduction à opérer… qu’on ne serait pas plus quel cap prendre pour s’en sortir…

    Deux exemples de « distorsions »… parasitant les ondes ces dernières 24 heures, sont donnés dans cette phrase tentant de schématiser, de façon un peu trop simplifiée, causes et conséquences « naturelles », du phénomène « Pas de vague » (traité si dessous, en second plan)… dans le contexte tragique d’un attentat terroriste contre l’enseignement… qu’on peine toutes et tous à surmonter… lorsque certain.e.s envisagent de « libéraliser », déréguler même, plus encore l’expression cumulative d’un « multirécidiviste », condamné pour provocation à la haine raciale… et d’autres (traitée en premier plan)…

    « Le « pauvre » Pascal Praud… qui se sent « orphelin » d’audience…

    Reprochant aux rares supports audiovisuels publics, comparativement à la multitude « d’offres privées » du paf… de ne pas « accueillir » la « bonne parole »…de ne pas donner « refuge » à des débats publics avec son copain Zemmour…ce « juge et parti pris », polémiste…accuse ce service public de se « gauchiser », et « d’islamo-gauchiste » même…Critiquant ce service public d’avoir un rapport étrange avec la « liberté d’expression »…est rajoutée la « cerise sur la gâteau »…

    Ce n’est pas celle « cerise… » qu’on s’attendrait à voir apparaître…comme un nez rouge clownesque, au milieu du visage d’un « multirécidiviste », condamné pour provocation à la haine raciale…Non… Car ce qui choquerait le plus la subjectivité sans neutralité, sans impartialité, sans se soucier de respecter le droit de savoir de la citoyenneté, de cet arbitrage (et certain.e.s de ses invité.e.s) des « bas instincts » du « ras le bol fiscal », du « poujadisme », formatant tous les jours avec la chronique quotidienne de son copain, des « temps de cerveaux disponibles » qu’à ne vouer un « culte féroce », à la « DICTATURE des émotions » sondant leurs infantilisations, incertitudes, doutes… ce serait « qu’on en aurait pas pour notre argent, en tant que contribuable »…

    Nonobstant le fait que le management de ce service public de l’audiovisuel (« fait du prince » de la « start-up nation »…?) se confronte à une critique sociale visant sa gestion faite comme une entreprise du privé, sa « politique néolibérale du chiffre » (critique adressée par ailleurs à la gestion de l’État, de l’intérêt général, du pib, des services publics hospitaliers par exemple…), est-ce une omission volontaire de ce personnage sulfureux, déguisé en « Bisounours », d’éviter de parler des immiscions du privé dans le formatage des émissions de F5…du « Mercato » des cumulards…(émissions du genre « C à vous », « C dans l’air », C politique »…confectionnée par le groupe de presse du milliardaire Lagardère…Affaire Bygmalion et France Télévisions, des « Sondages de l’Élysée »…)… ?

    Comme si les chaînes d’info en continue, « chantres de la bonne parole » des milliardaires français… recueillant plus que de raison les audiences de M. Zemmour… étaient « immaculées » d’innocences, exemptées de responsabilités dans les montages financiers douteux abondant leurs caisses, et remplissant les cassiers des services publics judiciaires…ne reçoivent-elles pas de subventions publiques conséquentes peut-être, pour compenser (dans la redevance qu’on paie toutes et tous) « la déloyauté » d’une concurrence en rien « pure et parfaite » entre services publics et privés de l’audiovisuel… ?

    Enfin…Est-ce que cette polémique stérilisant la raison, la réflexion à minima.… sous le soit disant prétexte de faire respecter le pluralisme de partout… a conscience qu’elle ne questionne pas ce fait ; faut-il rajouter de la surface à l’audience d’un « multirécidiviste », condamné pour provocation à la haine raciale, lui permettre de faire campagne sur tous les murs quoi (comme la campagne récente d’affichage illégal pour Macron, à Paris), alors qu’il cumule déjà un temps de parole, tous supports privés confondus, inégalé comparativement à la présumée « parole islamo-gauchiste »…?

    Et encore faut-il aussi s’entendre sur ce qu’est de faire respecter le pluralisme (au sens ou s’additionnent à l’audience du « multirécidiviste », toutes celles des voix des extrêmes droites, voir de droite extrême et d’une partie de la macronie, par exemple, chassant sur le même « territoire électoral » par rapport à un thème donné… sur tous les supports ou elles se font entendre, lire, voir…), en opposant à force égale, des « représentativités/personnalisations/personnifications » d’idées, et pas le contraire constaté quotidiennement ou un.e candidat.e/candide – se rappeler de l’époque des gilets jaunes, par exemple – est en « compétitivité » avec le « professionnalisme » de tout le reste du plateau contre lui… ? »

    Une autre interprétation de « # pas de vague » en est donnée comme suit…:

    « Surtout « # pas de vague »… ?

    Si vous vous demandiez, comment des dirigeant.e.s du public et privé comptaient lutter contre ce qu’elles-ils estiment être la MENACE de justice sociale, et « sociétale »…

    « le taux moyen de non-recours au RSA est de 50% « . Mais « Ça s’était avant » (chiffre de 2015) ?… Rassurez vous alors… Surtout « # pas de vague »… ?

    https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/sept-personnes-sur-dix-ne-reclament-pas-le-rsa_1772231.html

    Plus de 50% depuis la gestion néolibérale de la crise sanitaire, sont en situation de NON RECOURS. Et donc contrairement à « l’idée reçue » d’extrême droite, droite extrême et macronienne, qui voudrait fusionner les aides sociales (allocations chômage, RSA, familiale, logement, retraite..) pour QU’EN LES IMPOSANT EN TANT QUE REVENU, il soit mieux contre les « FRAUDES SOCIALES » (proposition de l’IFRAP), ces cas ne touchent aucun « pognon de dingue mis dans les minimas sociaux, qui fait que les pauvres le restent et se déresponsabilisent ».

    https://www.humanite.fr/lheure-du-confinement-vers-une-aggravation-des-inegalites-22-687235

    https://france.attac.org/se-mobiliser/que-faire-face-au-coronavirus/article/inegalites-sociales-et-crise-sanitaire-entretien-avec-zoe-rollin-et-anne

    https://www.aide-sociale.fr/non-recours/

    86 % des embauches continuent (les dernières données datant de 2016) dans un contexte de gestion néolibérale « réconciliée » avec l’extrême droite, de l’assistanat sans contrepartie des propriétaires privés d’entreprises et leurs chantage à l’emploi… payés par le denier public pour « blanchir » l’impunité de leur illégalité, en embauchant leur victime… ces 86 % d’embauches continuent à ne proposer que des CDD très courtes durées, temps partiel subi, quand en terre du « Concordat » est expérimenté le « travail gratuit » « bénévolat subi » sur la soit disant « base du volontariat » pour les ayants droits à la solidarité, chômeur.e.s, contre le RSA, une indemnité chômage sous le seuil de pauvreté… Rassurez vous… ? Surtout « # pas de vague »… ?

    https://www.huffingtonpost.fr/philippe-deljurie/86-des-embauches-en-cdd-ce-qui-se-cache-derriere-ce-chiffre_b_9540550.html

    « Le Conseil d’Etat valide la possibilité de demander du bénévolat aux allocataires du RSA » https://www.atlantico.fr/pepite/3425398/le-conseil-d-etat-valide-la-possibilite-de-demander-du-benevolat-aux-allocataires-du-rsa

    hausse des inégalités territoriales, scolaires, de « destin » (cas des NON RECOURS cités précédemment) depuis le début de la pandémie, soulignant les risques croissants de saturations des services publics hospitaliers (mais pas que) dans les territoires plus pauvres, cumulant le plus de cas de facteurs multiples de comorbidité, pathologies chroniques… en soit disant « zones de non droits » quand la « République » y a abandonné les services publics, au profit de leur gestion comme une entreprise néolibérale.… Mais rassurez vous… ? « # pas de vague »… ?

    https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/rhone/lyon/coronavirus-covid-19-confinement-creuse-inegalites-scolaires-professeur-lyonnais-1811242.html

    https://www.lexpress.fr/actualite/societe/covid-19-en-outre-mer-un-taux-de-decrochage-scolaire-bien-plus-eleve-qu-en-metropole_2124338.html

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/04/30/covid-19-refuser-de-prendre-en-compte-les-inegalites-sociales-face-a-la-maladie-est-suicidaire_6038226_3232.html

    « Plus de 10 millions de Français sous le seuil de pauvreté en 2020 ». Mais rassurez vous, l’austérité, les « réformes structurelles » néolibérales du code du travail des protections sociales… n’y sont pour rien… La faute à la covid-19 alors « # pas de vague »…

    http://www.francesoir.fr/societe-economie/pauvrete-en-france-un-million-de-francais-ont-deja-bascule-sous-le-seuil-de

    « En France, il faut 6 générations pour qu’un enfant pauvre s’élève dans l’échelle sociale ». Mais rassurez vos doutes, incertitudes « bas instincts », de « temps de cerveaux disponibles » déléguant à la DICTATURE des émotions » le réconfort de leur « ras le bol fiscal », « poujadisme »… Surtout « # pas de vague »… ?

    https://www.ouest-france.fr/economie/social/en-france-il-faut-6-generations-pour-qu-un-enfant-pauvre-s-eleve-dans-l-echelle-sociale-5825757

    « Contrôle au faciès : l’Etat jugé pour «harcèlement discriminatoire». Mais rassurez vous… ? Ce n’est pas la faute à « Plus de ​50% des policiers et militaires ont voté FN en 2015 ». Surtout « # pas de vague » s’il ne vous est rien dit pour 2017 du taux d’abstention du reste de la population… ?

    https://www.liberation.fr/france/2020/10/01/controle-au-facies-l-etat-juge-pour-harcelement-discriminatoire_1801075
    https://www.liberation.fr/direct/element/plus-de-50-des-policiers-et-militaires-ont-vote-fn-en-2015_28175/

    « Enquête sur les discriminations dans l’accès au logement : »On appelle ça du racisme, en réalité » dénonce SOS racisme ». Rassurez vous… Surtout « # pas de vague »… si la promiscuité des logements insalubres, délabrés, n’opère pas un « tri sélectif » »naturel » dans la population cible…

    https://www.francetvinfo.fr/economie/immobilier/enquete-sur-les-discriminations-dans-l-acces-au-logement-on-appelle-ca-du-racisme-en-realite-denonce-sos-racisme_3432281.html

    « Discriminations à l’embauche: le Défenseur des droits estime qu’il y a «urgence à agir» » Rassurez vous… ? Surtout « # pas de vague »… puisque ce « défenseurs des droits » a quitté son poste…

    https://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/09/19/01016-20160919ARTFIG00148-discriminations-a-l-embauche-le-defenseur-des-droits-estime-qu-il-y-a-urgence-a-agir.php

    Surtout « # pas de vague »… quand on va avoir à faire à la conjugaison de « Solitons » combinant une crise sanitaire, une autre sociale, puis encore une « sociétale »…? »

    2
    1. Et aujourd’hui, ce sont les « chien.e.s de garde », « donneurs de leçons de morales », cumulant sur-exposition médiatique, salaires fixes et variables, et « réputations », auprès de la « peur d’avoir peur » du « déclinisme », auprès du « ras le bol fiscal », « poujadisme », « bas instincts » des « cons » ayant gagné 3 heures 37  » d’espérance de vie en plus, par jours… qui accusent leurs « temps de cerveaux disponibles » qu’à ne vouer un « culte féroce » qu’à la « DICTATURE des émotions », sondés tous les quatre matins par le soin de la justification des salaires et « qualités d’expertises » des premiers … de ne préférer croire désormais… que la presse indépendante d’internet, très présente sur les « réseaux sociaux », comme y sont présentes aussi les pires conneries… « Quand tu veux tuer ton chien, accuse le d’avoir la rage »…?

      Allez comprendre pourquoi la défiance à leur encontre, aux « influenceurs du paf », croisse plus vite que notre modèle consumériste d »un PIB, épuisant plus de trois planètes par an… met de temps à s’effondrer… alors qu’il cause avec d’autres… le dérèglement climatique, la perte de la biodiversité…. quand ils défendent avec connivence et complaisance la « présumée innocence » du « bon sens » de l’idéologie politicienne/apolitique, voulant reculer l’âge de départ à la retraite – dont l’espoir de la vivre en bonne santé, pour les pauvres, précaires (SDF, réfugié.e.s…), même devant la télé… n’existe quasiment plus – jusqu’à finir par l’aligner aux taux de létalité de certaines pathologies chroniques, et autres facteurs multiples de comorbidité de coronavirus… induits par la pénibilité au travail dégradations des conditions de vies, les inégalités cumulées…pour éviter d’encombrer les services publics hospitaliers presque saturés, mais toujours gérés comme une entreprise…?

      Allez comprendre pourquoi il est « méfié » leur « intentions » voulant que « notre productivité » augmente, puisque notre espérance de vie s’allonge (baisse de 20% des salaires, sacrifices des RTT, congés payés, jours fériés, majorations d’heures sup…) et s’aligne à celle d’automates, d’algo, de robots défiscalisés, désocialisés, quand ils auront complètement appris à nous remplacer, et seront enfin prêts pour le « grand remplacement » (à ne pas confondre avec la honte du fhaine)…?

      Serons, « nous », ou seront-ils, être meilleurs publics, ou du moins, infiniment moins « cons », les robots n’ayant pas à se soucier d’atteindre « l’immunité de groupe »… et celles et ceux des « transhumanistes » de « l’ubérisation et ordinisation » du travail segmenté à la tâche, des savoirs et services publics digitalisés, privatisés, technocratisés dématérialisés, et de l’emploi précarisé quand il ne disparait pas, devant craindre les séquelles et traumatismes graves en cas d’infection à la covid-19, et combien d’autres pandémies – s’il continue de se concentrer les richesses mal partagées, et redistribuées, mal accaparées, dans les mains pas invisibles des plus grosses fortunes mondiales (dont certaines se sont gavées à l’occasion de cette gestion de crise) possédant plus encore que ce que la moitié de l’humaine, peine à mettre de coté, pas de la rue, mais pour hypothéquer, ce qui manquera « demain, après demain », aux futures générations, et encore, si elles survivent aux guerres commerciales, monétaires, de « civilisations » et leurs ventes « d’armements patriotiques »… – quand il ne restera plus qu’eux pour regarder la télé…?

      https://www.facebook.com/FilosoFilles/videos/1199602780236521

  3. Et puis les profs choyés… avec un réforme, dans la foulée de la loi Blanquer du 26 juillet 2019, qui se met en place en catimini…
    http://www.cafepedagogique.net/LEXPRESSO/Pages/2020/10/22102020Article637389488646472230.aspx
    Petit extrait de l’article
    « La finalité pédagogique avancée par le ministre – une formation plus concrète – occulte, comme en 2008, l’objectif de réduction du nombre de fonctionnaires et la limitation des dépenses publiques. Au lieu des 1400 € nets mensuels perçus auparavant en tant que professeur stagiaire lorsque le concours était passé à la fin de la première année, les étudiants devraient percevoir 600 € net mensuels. Cette faible rémunération risque de poser des problèmes financiers (frais de déplacement et contrainte de logements) aux étudiants, spécifiquement ceux dont l’établissement scolaire sera éloigné des centres de formation de l’INSPE.

    Pour les étudiants, cette réforme présente un inconvénient considérable : elle se traduit par le report d’une année de leur premier salaire. De surcroît, comme il s’agit d’un Master, les étudiants devront réaliser au cours de leur deuxième année, outre un tiers-temps d’enseignement et la préparation de leur concours, un mémoire de recherche. Pour quiconque connaît la difficulté des concours du professorat, ces trois objectifs sont impossibles à mener en parallèle. Actuellement, les professeurs stagiaires parviennent déjà difficilement à concilier un enseignement à mi-temps et la rédaction d’un mémoire de recherche. »

    2
  4. La deuxième vague arrive.
    Bien évidemment comme tous les ans.
    Je suis intervenu régulièrement auprès du personnel infirmier des urgences qui étaient depuis de nombreuses années en épuisement et souffrance professionnelle et bien oui sans ma boule de cristal je peux vous le dire la deuxième vague arrive.
    Tous les automnes les réunions de régulation avec les membres du personnel étaient reprogrammées.
    Pas de temps, surcharge maximum.
    Tous les ans état d’alerte et cependant rien ne bougeait tout le monde était sourd.
    La différence cette année, c’est que la peur pour ne pas dire la terreur ce sont emparées de notre monde bien fragile.
    Puisque même sur ce blog des commentateurs ont la mémoire courte un petite vidéo va leur rappeler ce que vivent les soignants dans les hôpitaux toutes catégories confondues depuis des dizaines d’années.
    Elle ne dure que 3mm30, et elle est pleine d’enseignements.
    Portez-vous bien.
    https://youtu.be/oywOkAWwKWE

    2

Les commentaires sont fermés.