Covid-19 : Réanimations : ça va mieux ! par a113

la courbe bleue représente le taux de variation des admissions en réanimation (en comparant la moyenne des 7 jours courant à celle de la veille) appelé ici  : « dynamique » (d%)
si >0 , les services se remplissent
si=0 , situation en plateau
si<0 , les services se vident.

on est >0 depuis fin Juillet +++

la courbe rouge est la courbe en valeur absolue lissée sur une semaine des entrées en réanimations (multiplier par 100 pour obtenir le chiffre réel.)

Comme envisagé il y a 4 jours , la tendance est devenue claire :  baisse du taux d’admission et de la valeur brute des entrées en réanimation +++ .

un « pic épidémique » est envisageable dans une semaine->10 jours (quand d%=0) si les comportements ne changent pas.

les mesures visant à la diminution des contacts inter-humains (couvre-feu, confinement…) manifestent logiquement leurs effets.

reste à construire dès maintenant les bases d’un « déconfinement » .

Partager :

55 réflexions sur « Covid-19 : Réanimations : ça va mieux ! par a113 »

  1. https://www.rtbf.be/info/societe/detail_qu-est-ce-qui-a-reellement-permis-de-ralentir-la-seconde-vague-de-coronavirus-en-belgique?id=10629813
    Un article intéressant sur le recul de la 2e vague en Belgique (le meilleur en Europe, dit un autre article). Ce recul est antérieur aux mesures de confinement, et celles antérieures, de couvre feu. L’hypothèse est la fermeture des universités….
    Donc ne pas dire trop vite que ce sont les mesures, en France ? En fait, on n »a pas démontré le processus et les causes d’une 2e vague, et ici son recul.

    3
    1. cet article belge montre bien la complexité du problème.
      on peut y relever un certain nombres de biais qui rendent tout raisonnement comparatif hasardeux.
      je suis toujours très étonné par l’évocation d’un fonctionnement propre du virus , cela me rappele le concept de génération spontanée contre lequel a lutté Pasteur.
      un virus se developpe par interaction avec un hote , pas d’hote pas de virus +++
      donc impossible d’analyser son action independamment du comportement de l’hote qu’il souhaite infecter pour se reproduire .
      cet article dit : « toute épidémie finit par redescendre, le fait d’atteindre un pic ne permet pas a lui seul de conclure à l’effet des mesures »
      laissée sans mesures de prévention , toute épidémie effectivement finit par « resdescendre » , la peste « noire » en tuant près de la moitié de la population européenne au XIV eme en 5 ans , faute de combattant à disparu laissant quelques foyers qui survivent encore necessitant vaccins et antibiotiques de nos jours..
      dans la situation dans laquelle nous sommes , face à la morbidité du virus , l’absence de traitement antiviral specifique , il ne reste que les « mesures » de prévention afin d’éviter contacts entre porteurs et non-porteurs.
      dans les temps cours que nous observons depuis le début de l’année , seules ces « mesures » ont pu agir sur la progression de la pandémie.
      reste à se donner les moyens de déterminer quelles sont les plus éfficaces en étant les moins pénalisantes pour le fonctionnement de nos sociétés.
      certes une immunité est en train de se developper dans les organismes étant en contact avec le virus , mais son mecanisme est encore très mal connu (efficacité,durée…)
      rentre aussi en compte l »acceptabilité par une population en fonction de c=ses propres caractères ethniques de telles ou telles mesures…

      donc , si les choses semblent aller mieux à l’occasion de cette deuxième « vagues » , rien n’est règlé
      c’est pour celà qu’il me semble que le débat sur le déconfinement est important à mettre sur la table.

      1
      1. Coucou,

        Je n’ai jamais compris le raisonnement de certains qui parlent de ‘strategie’ concernant les virus. C’est un truc qui m’échappe. Comment un machin sans cerveau, qui n’est pas vraiment vivant peut il avoir une strategie ?

        Pour en revenir au virus qui nous concerne, peut-être que les informations, les images de l’afflux soudain de nouveaux malades dans les hopitaux a fait prendre conscience au gens qu’il fallait continuer de se proteger et que les gestes barrières ont été appliqué vraiment. UNe explication toute bête mais plausible qui concorderait avec une baisse non synchrone avec les dates de confinement ou de couvre feu.
        Dommage qu’il faille en arriver là, si c’est la bonne explication.

        Bonne journée

        Stéphane

      2. à Baloo
        merci de ce commentaire pertinent.
        des « mesures » qui ne sont pas appliquées sont bien sûr totalement inefficaces , c’est ce que l’on a vu cet été.
        il semblerait que sous nos « latitudes » , et « longitudes » également , l’on ai mis du temps à intègrer mentalement ces aspects d’une grande simplicité …. et ce n’est pas encore terminé … voire ce documentaire très médiatisé qui sévit sur le net en ce moment.
        prise de conscience qui peut expliquer sur le fond la regression de l’épidémie depuis quelques temps.
        mais malencontreusement , il est aussi facile de s’appuyer sur des communautés sinistrées (les petits commercants , les restaurateurs …..) pour obtenir une adhésion dont le mecanisme psychologique est redoutable ( type « injonction paradoxale » , « double bind »….:) créant des tensions violemment refoulées dans un premier temps , mais qui ne manqueront pas de se manifester un jour et là on sort de la dimension sanitaire pour aborder la dimension politique.
        bien sùr qu’un virus n’a pas de « stratégie  » , il ne cherche qu’à s’introduire dans une cellule qui puisse lui fournir le materiel Arn propre à se reproduire (à se « photocopier ») .
        les « techniques » de prévention propres à éviter de lui donner les conditions favorables à ce faire sont relativement simples : éviter les contacts physiques inter-humains (mesures dites barrières , bla-bla-bla …) ++++ entre personnes provenant des zones géographiques présentant des caractéristiques différentes quant à dispertion épidémique.
        il est possible de décliner ces « techniques  » de mille facon , qui peut aller de la prise de conscience individuelle induisant un comportement de distentation spontané à des contraintes « autoritaires » impliquant l’exercice de la violence légitime d’un état régalien acceptant son rôle .
        le problème , c’est que peut s’introduire dans ce dispositif , des dispositions dans lesquelles le régalien n’assume pas son rôle et utilise des solutions demandant aux individus d’assumer cette responsabilité.
        la caricature dans se domaine est « l’attestation dérogatoire » , où l’on demande à un individu de s’auto-infliger une restriction à sa propre liberté…. cette méthode est utilisé en psychologie expérimentale pour tester les capacités de chacun d’abdiquer de ses prérogatives individuelles.
        j’ignore quels dégats sur le plan psychologique voire psycho-pathologique ces attestations vont induires.
        ce qui est dommage , c’est que fort de comprendre les conséquences de ces pratiques , certains reussissent à rejetter globalement la réalité de cette pandémie (bêtement appelé « complotisme ») .

        2
      3. @baloo Pourquoi ne pas vouloir prêter une stratégie au virus ?
        Certains cherchent bien à en prêter au gouvernement
        alors qu’il n’en a pas, n’en a pas eu et ?
        De la tactique oui

        Mais lancer la production d’urgence de respirateurs mobiles pour équiper des lits supplémentaires pour lesquels on n’a pas le personnel ..
        Multiplier les tests couteux pour atteindre des chiffres annoncés sans s’assurer que ces tests sont rendus suffisamment rapidement et sans mettre les moyens et l’organisation nécessaire à réussir tester tracer isoler qui seul donne un sens au test !

        N’avoir jamais renoncé (sauf peut être en parole) à une stratégie de recherche de l’immunité de troupeau, en se cachant derrière un écrasement étalement de la courbe qui n’est en fait que son inéluctable aboutissement mais reculé dans le temos avec un coût économique significatif.

        Pourquoi prêter une stratégie à un tel comportement du gouvernement et ne pas faire de même avec le comportement du virus ?

        Ah oui le gouvernement a un cerveau !

        1
      4. On revient ainsi aux fondamentaux indiqués par l’OMS dès le début : testez, testez, testez, et confinez les cas positifs. Bref briser les chaînes de contamination, baisser le « R », etc.
        Ensuite, par prévention (ce qui n’est jamais absolu), gardez les distances, se laver les mains.
        Enfin, comme cerise sur le gâteau, porter un masque si le reste n’est pas possible.
        On a mis longtemps à convenir en plus : en plus des gouttelettes, il y a les aérosols, donc il faut le plein air et l’aération des locaux.
        Sauf l’Allemagne, nous avons mis huit mois (!) à :
        – avoir une organisation sérieuse de tests/résultats qui fonctionne de manière satisfaisante. On a en permanence des couacs au niveau tests (ils sont restreints en Belgique), au niveau labos d’analyse (qui cherchent des contrats d’analyse à l’étranger si c’est plus rentable) ;
        – avoir un système de « traçage » suivi des testés positifs qui fonctionne peu à peu. Et toujours une mauvaise connaissance du confinement des contacts (qui, s’il était rigoureusement appliqué et contrôlé remplacerait le confinement de tous).
        Sur ce double constat, on peut critiquer les gouvernements et administrations qui ont échoué à initier et piloter l’organisation, mais on peut aussi critiquer les nombreux acteurs qui ont eu des stratégies dispersées, plutôt que d’aider à faire aboutir la coordination, et enfin on doit critiquer la concurrence entre états au plan commercial (comportements de prédateurs).
        On n’a donc aucune assurance d’avoir à brève échéance une organisation sans couacs, qui permette de relâcher le confinement global (couplé à des mesures de protection des personnes fragiles).
        (Vous demandiez un débat sur les mesures — j’ai voulu l’alimenter)

      5. @a113 (14/11 à 10h20) écrit : … » les « techniques » de prévention propres à éviter de lui donner les conditions favorables à ce faire sont relativement simples : éviter les contacts physiques inter-humains (mesures dites barrières , bla-bla-bla …) ++++ entre personnes provenant des zones géographiques présentant des caractéristiques différentes quant à dispersion épidémique.  » …

        Voudriez-vous expliciter le morceau de paragraphe que j’ai souligné en grasses… Merci

      6. @Otromeros
        bien sûr , quand je parle de « ..entre personnes provenant des zones géographiques présentant des caractéristiques différentes quant à dispersion épidémique… » ,
        1- désolé j’ai omis « leur » , donc lire : « leur dispersion ». mais ce faisant ce n’est guère plus clair , donc je reformule :
        2- je veux ainsi generaliser que des personnes porteuse(s) du virus à des taux d’infection différent ( de 0 à des taux trouvé chez des super-spreaders) vivant dans des endroits différents puissent entrer en contact , donc provenant de localités géographiques différentes , se retrouver au même endroit.
        désolé de mon charabia ….

      7. @Otromeros
        plus simple :
        les « techniques » de prévention propres à éviter de lui donner les conditions favorables à ce faire sont relativement simples : éviter les contacts physiques inter-humains (mesures dites barrières , bla-bla-bla …) ++++ entre
        des personnes porteuse(s) du virus à des taux d’infection différent ( de 0 à des taux trouvé chez des super-spreaders) vivant dans des endroits géographiquement différents . .
        bof , ce n’est pas beaucoup mieux.

      8. @Otromeros @a113
        entre personnes provenant des zones géographiques présentant des caractéristiques différentes quant à leur dispersion épidémique.
        L’absence du leur ne m’a aucunement géné.
        Il s’agit au delà
        – d’éviter les contacts en général,
        – d’éviter les contacts avec les personnes connues comme contaminées/contaminantes (ffp2 isolement strict)

        d’éviter les contacts entre personnes dont on a connaissance que statistiquement de l’état de contagiosité et en particulier de mélanger des populations parmi lesquelles le niveau de circulation du virus seraitr différent (recontamination).

        La séparation entre les groupes peut être géographique si l’on dispose de données de ce type et peut controler les déplacements.
        La notion de géographie peut être par pays, département, zone de 100 km ou 1 Km, ou concerner telle aile d’un bâtiment.
        Il semble que les chinois on utilisé la notion de quartier et fait un suivi par test à ce niveau.

        La séparation pourrait aussi concerner des définitions non géographiques,
        activités, professions, tranche d’age …

    2. @a113 à 18h29 … :  » bof , ce n’est pas beaucoup mieux.  »

      A moi ça me paraît plus clair.. en tout cas dans la théorie de l’intention …
      Quant aux modalités pratiques , ça ne me paraît pas simple.
      Je ne croyais pas à la création d’un vaccin (efficace) à spectre suffisamment large pour inclure les plus probables champs de mutation de la saloperie d’origine.. Heureux de m’être trompé. N’empêche , vaccin ou pas , compte tenu de votre remarque , je ne vois plus revenir le « libre-échange » débridé , généralisé et internationalement connecté ( avion-bateaux-trains-cars-..etc..) . Sauf un contrôle continu en « passeport de négativité » à la slovaque ci-dessous.. ou une sorte de monopole réservé à certaines catégories..dans des moyens de transport nationalisés réduits.
      Qu’est-ce qui fera encore « société » pour un citoyen actif dans cet avenir en télé-travail , télé-conférences , robotisation sous I.A. ?

  2. Coucou,

    Ca va mieux et il n’y a pas d’explication pour le moment.

    En espérant que cela ne fasse pas comme au mois de septembre.

    Bonne soirée

    Stéphane

    2
    1. Améliorations, bon tant mieux . Mais les mensonges de Blanquer sur le nombre de jeunes contaminées sont alarmants. Les chiffres qu’il annonce et ceux affichés sur le site du gouv sont avec une différence de x5.
      Le récit des infirmières de l’hôpital de la ville proche sont alarmants.
      Réquisition des infirmières en formation réanimation sur les services Covid avec des infirmières du département qui n’ont aucun repère dans un grand hôpital, manque de matériel et de médicaments, ordres et contre ordres de l’ARS. Service Covid surchargé mais pas d’aide des autres services en sous régime alors que c’était le cas en première vague. Le sentiment d’un navire qui vogue sans capitaine compétent à bord.
      Vu et entendu de chez moi, de nuit l’hôpital évoque un navire toutes lumières allumées , de jour, le ballet des hélicos.

      1. Oui, mais je crois que le « ballet des hélicos » des grands hôpitaux est devenu assez commun, de jour et même de nuit, depuis pas mal d’années maintenant…

      2. @François Corre :

        C’est plutôt bon signe si effectivement le ballet des hélicos  » normaux  » se poursuit , c’est que le CHU en question continue à accueillir les  » tout venant » habituels . Il y a eu 4 évacuation sur d’autres régions , ces trois derniers jours à Annecy , et ce sont des hélico ou petit avion sanitaire spéciaux qui ont embarqué les évacués asse lourdement harnachés et accompagnés de 3 personnes soignantes , ce qu’un hélico courant du Samu ne permet pas toujours .

    2. On peut maintenant espérer raisonnable que nous passerons cette seconde vague sans saturer complètement les hôpitaux. Malgré tout il va quand même y avoir beaucoup de morts et de malades avec des séquelles. Pour la suite… le conseil scientifique a enfin l’air de vouloir prnendre le taureau par les cornes.

      https://www.lesechos.fr/economie-france/social/le-conseil-scientifique-plaide-pour-une-strategie-de-suppression-du-covid-apres-la-deuxieme-vague-1261031

      Reste à savoir si nos champions de la logistique seront cpables de mettre en oeuvre une telle stratégie. M. Jorion disat dans une video il y a quelque jours que c’était impossible… L’idéologie libérale ayrant rendu la possibilité même de mise en oeuvre de toue planification.

  3. Les écoles n’ont rouvert qu’il y a seulement onze jours, je pense qu’il est un peu tôt pour tirer des conclusions.
    On sera fixé fin novembre, en croisant les doigts.

    2
  4. bonsoir, bonne nouvelle mais je ne comprends pas comment la courbe rouge peut baisser si les admissions continuent a etre superieures à zero. pouvez vous m’eclairer ? merci

    1. la courbe rouge oscille depuis le 3 novembre autour d’ une moyenne de 420 patients/jrs, on arrive donc après la forte hausse depuis le 15/10 à un plateau ondulé concernant les entrées quotidiennes , mais il continue d’ y avoir des entrées (et des sorties aussi ) , on n’est donc pas arrivé au maximum de l’occupation des lits de soins intensifs.
      la courbe bleu met en évidence cette diminution de la progression de l’effectif de malades graves (sur la courbe d’hier , un peu plus de 2%/jrs , et ce soir ca tombe à 1.7% , on était à plus de 5% le 25/10 )
      comme déjà dit sur un autre fil il y a quelques jours , j’avais observé la même chose fin Mars-début Avril , et vers le 07/04 la courbe bleu atteignait la valeur 0 , ce qui correspondait au « pic » des hospitalisations.
      il est donc problable que cela se passe de la même manière , l’agent infectieux étant le même et toutes les « mesures » prises visent à réduire les interactions interhumaines et sont donc équivalente dans leur principe.
      après , il est surement possible d’imaginer des mesures plus adaptées à nos habitudes socioculturelles .

  5. Si le temps ne varie pas brutalement(vers plus de froid) dans les deux prochaines semaines et que ces deux courbes repartent brutalement à la hausse ,on pourra enfin  ”validé” l’hypothèse de l’importance de l’école(écoles,collèges ,lycées) dans la circulation du coronavirus (à la hausse ou à la baisse)et son impact sur l’hôpital (hospitalisations et réanimations) . variable indépendante à deux modalités (École) ouvertes ou fermées.Ou alors on nous dira que brutalement les gens en ont une marre du confinement,qu ils se sont relâchés etc etc 😏

    3
    1. c’est dommage de catégoriser ainsi les choses.
      car il n’y a pas de comparaison possible entre les différentes entités institutionelles (que l’on peut élargir à l’infini) que vous évoquez , et qui ne sont pas incompatibles avec les variations psychologiques dans l’investisssement des différentes « mesures » preconisées , de manière hybride.
      cette facon d’aborder le problème est de plus en plus ingérable (genre « usine à gaz » ) , justifiant , hélas, la mesure « radicale » du confinement .
      mais un abord plus réaliste (et plus simple dans son effectuation ) heurte de plein fouet les paradigmes de nos sociétés « dites libérales » .
      cela mériterait une analyse anthropologique des méthodes utilisées par les différentes sociétés humaines et leurs résultats sur la diffusion de la pandémie.

    2. Coucou,

      Si l’ecole est vecteur de la dissémination du virus, et bien paradoxalement, je suis contre la fermeture des écoles.
      Mon fils de 9 ans a bien supporté le premier confinement et pourtant l’ambiance etait lourde.
      Mais socialement, pour les enfants, un deuxième confinement serait terrible. Car l’ecole ne fait pas qu’apprendre aux enfants, c’est aussi l’ecole de la socialisation et c’est trés important.
      Il n’y a pas de risque pour les enfants, alors laissons les en dehors de tout çà.
      C’est mon point de vue, et sauf envolée apocalyptique, je n’en changerai pas.

      Bonne journée

      STéphane

      2
      1. Oui, mais dans ce cas il faut promouvoir les internats, sur des périodes longues (au moins un mois), et transformer les classes en classes de neige, de mer ou de n’importe quoi (retour aux champs à la chinoise) pour une durée au moins équivalente.
        Préconiser au foyer la chambre, l’aération, les repas décalés ou le port du masque en cas de personnes fragiles (> 65 ).

      2. @Ruiz :

        Les régions vont apprécier d’avoir à construire et installer en 8 jours quelques centaines d’internats avec le personnel et les cantines qui vont avec . Pour un mois au moins …

        Info : là où il y a des lycées avec internats assez costauds ( massif central en particulier ) , la semaine prochaine , les cours sont en charge 1/2 ( moitié chez eux en « télétravail » , moitié en présentiel ) et on change la semaine qui suit . Tout le monde présent la semaine précédent les congés de Noël .

  6. un « pic épidémique » n’aura lieu dans 10 jours que si on désigne par là l’occupation des réas, en fait si l’on s’intéresse à la circulation du virus dans la population c’est plutôt 10 jours avant qu’il a eu lieu !

    1
    1. bien sûr , il suffit de jetter un coup d’oeil aux courbes d’incidence , qui hormis les problémes de recueil de la semaine dernière , montre une chute (inégale sur le plan régional) depuis une semaine , pour confirmer les delais de latentes infection->hospitalisation->soins intensifs .
      ces latences n’ont pas changées depuis Janvier , donc les résultats étaient largement prévisibles +++

  7. Ce qui est malheureux dans ce graphe c’est que l’on voit la courbe elle même et la dérivée seconde. Si en première scientifique on rendait cela pour un devoir on n’aurait peut être même pas la moitié des points ! Par pitié pour pouvoir faire une analyse convenable mettez aussi aussi la dérivée première car même à 0 (point d’inflexion) la dérivée seconde n’empêche pas une courbe de croitre même si dans ce cas cette courbe devient linéaire mais en effet elle peut quand même rester croissante. C’est bien la dérivée première qu’il faut regarder pour savoir si une fonction est croissante ou non pas la dérivée seconde qui elle ne donne que les points d’inflexion !

    1. avant de noter mon « devoir » aussi négativement , vous devriez lire attentivement l’explication qui suit le graphe ci-dessus et vous apercevoir que je n’utilise plus ce que vous appelez « la dérivée seconde » et que je me contente des chiffres de la pente moyenne des données brutes d’entrées en réanimation (indiqués sur la courbe rouge) , ce qu’on peut assimiler à une « dérivée » première.
      je n’utilise plus la courbe en « dérivée » seconde , son interprétation étant délicate et complexe , comme je le constate dans vos explications .
      suggerez vous que je remette cette 3eme courbe en « dérivée » seconde ?

      1
      1. Dans tous les cas on ne peut pas considérer en réalité que les choses s’améliorent tant que votre courbe en bleu n’a pas une valeur négative, c’est ça qu’il faut regarder pas sa direction, la seule direction à vraiment observer est celle de la courbe en rouge ! Ce n’est pas la direction de la courbe en bleue qui importe : cette direction en l’occurrence est la dérivée seconde dont je parle c’est bien la valeur positive de cette courbe bleue qui indique que les choses empirent, la direction descendante de cette courbe en bleu indique juste que les choses « empirent mais moins vite »

        1
      2. @Jean B. Auxiètre
        pas d’accord avec vous.
        1-la baisse du taux d’entrée en réanimation (courbe bleu) est un indicateur précoce (quand il est lié à une stagnation-baisse de la courbe rouge) d’une amélioration future de la situation , qui bien sûr ne sera effective que quand le d% sera <0 , moment du début de la diminution des effectifs en soins intensifs.
        j'essaye avec cette méthode d'anticiper l'évidence que si le nombre de patients en soins intensifs diminue de facon durable , les choses vont mieux.
        comme dit précedemment , je retrouve la dynamique des courbes que j'avais faite en Mars-Avril.
        mais vous avez le droit de trouver cela ininteressant.
        2-je ne vois pas pourquoi vous parlez de dérivée seconde ? mes calculs pour tracer les courbes ci-dessus n'utilisent pas de pareille méthode.
        merci de m'éclairer.

        1
  8. @Auxietre Jean-Baptiste : La « dynamique » de l’épidémie me semble justement bien rendue par la courbe bleue, non ? Plutôt qu’estimer « à vue d’oeil » le rythme de montée de la rouge, plus fort ou moins fort qu’à mi-septembre par exemple ?
    Enfin, à chacun sa façon d’appréhender les variations des variations…. 🙂

      1. Me semble être ce qu’on appelle test antigénique
        « overall sensitivity of 76.8% for all PCR-positive individuals but detects over 95% of individuals with high viral loads »
        « can help drive down the R rate locally and save lives »
        Mais à ne pas utiliser pour allèger les mesures de sécurité que l’on prends et se sentir tout guilleret pour aller voir les grands-parents après un résultat négatif.

        1
    1. Attention :
      Un commentaire-réaction (( incontrôlable.. )) à l’article ci-dessus :
      …  » j’interviens au nom d’un ami slovaque qui m’a signalé que cet article de Bi.team est soumis à la « tutelle » de Nesta Foundation une ONG d’inspiration « openworld » à la George Soros avec le concours du gouvernement britannique et que la situation décrite ne reflète pas exactement ce que ressent toute la population ou ce que pense certains médecins slovaques sur l’efficacité de ces 2 opérations  » …

      Autant y réfléchir.

    2. Oui, « lateral flow test » antigéniques analogues aux tests de grossesse.
      Si la molécule à détecter est présente dans la goutte, elle migre avec le liquide jusqu’à la zone à bande où est fixée la molécule complémentaire. Il y a aussi de quoi faire apparaitre l’union des deux comme colorée et un produit de contrôle qui fait colorer l’autre barre, celle de contrôle.

      Image
      https://en.wikipedia.org/wiki/Lateral_flow_test#/media/File:Lateral_Flow_Assay.jpg

      wiki (pas en FR… 🙁 )
      https://en.wikipedia.org/wiki/Lateral_flow_test

  9. Bonjour à tous

    Indicateurs de létalité par tranche d’âge.
    Vaccination
    Vaccins

    le 14/11/2020

    Décès Hopital:
    0-9 : 3
    10-19: 6
    20-29: 32
    30-39: 128
    40-49: 353
    50-59: 1231
    60-69: 3406
    70-79: 6752
    80-89: 11960
    90 + : 6453

    Total: 30324

    Décès Ephad : 13739

    Total décès hôpitaux+ Ephad: 44063

    Taux de létalité : nombre de décès/nombre de personnes contaminées
    le taux de létalité estimé du Covid est très variable selon la catégorie d’âge :
    0,0004% pour les -de 20ans à 3% pour les + 70 ans
    Il a été estimé moyenné à :0,5 soit 1/200 soit 335.000 pour la population française contaminée.
    https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-02548181/document

    Soit 8,8 millions estimés de personnes ayant été contaminées à ce jour
    rapporté à la population française : 67 Millions => coef : 7,6 a appliquer à l’ensemble de la population

    Info population française (info Statista) :
    0-19 : 24 % soit 16 M
    20-29 : 11,1% soit 7,44 M
    30-39 : 12,3% soit 8,24 M
    40-49 : 12,8% soit 8,57 M
    50-59 : 13,1% soit 8,78 M
    60-69 : 11,9% soit 7,97 M
    70 et+: 14,8% soit 9,92 M

    Evaluation du nombre de personnes non décédées potentielles sur l’ensemble de la population vaccinée ( x par coef 7,6)

    0-19 : 68 sur 16 M soit 1/235300
    20-29 : 243 sur 7,44 M soit 1/30600
    30-39 : 973 sur 8,24 M soit 1/8470
    40-49 : 2683 sur 8,57 M soit 1/3200
    50-59 : 9355 sur 8,78 M soit 1/938
    60-69 : 25885 sur 7,97 M soit 1/308

    Les personnes en Ephad ont été ajoutées aux plus de 70 ans

    70 et+: 295670 sur 9,92 M soit 1/33

    Il y aura une analyse risques/bénéfices à faire par tranche d’âge et une comparaison par rapport aux autres vaccinations

    Ensuite il faut connaître les effets secondaires et les contre-indications et voir si elles concernent des personnes à co-morbidités particulièrement exposées au Covid.

    https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/vaccin/les-laboratoires-seront-ils-responsables-en-cas-d-effets-secondaires-lies-au-vaccin-contre-le-covid-19_4123587.html

    « Face à la nécessité d’un vaccin rapide, les laboratoires demandent à être moins exposés

    Comme tout médicament, un vaccin peut provoquer des effets secondaires et/ou indésirables qui peuvent être classés selon la fréquence à laquelle ils surviennent. A ces effets listés dans la notice du vaccin, peuvent, de manière très rare, s’ajouter, après la mise sur le marché du vaccin, des effets indésirables inattendus. Dans le cas du vaccin contre le Covid-19, les groupes pharmaceutiques sont contraints d’aller vite. Le délai allant de la période de la conception à l’autorisation de mise sur le marché est d’ordinaire de dix ans. Un délai raccourci de 12 à 18 mois peut conduire à ne pas pouvoir étudier l’ensemble des effets indésirables à long terme.

    Dans ce contexte, les laboratoires font pression ces dernières semaines sur les gouvernements européens pour que soient partagés les risques financiers en cas de plaintes ultérieures de patients pour effets secondaires. La Fédération européenne des associations et industries pharmaceutiques avait début septembre confirmé à l’Agence France Presse être « en discussion avec les autorités européennes » pour développer un système de compensation en cas d’effets secondaires. »

    L’Agence Européenne du Médicaments prévoit une vaccination début janvier.

    https://www.france24.com/fr/europe/20201114-covid-19-l-agence-europ%C3%A9enne-des-m%C3%A9dicaments-table-sur-un-vaccin-distribu%C3%A9-en-janvier

    Les vaccins états-uniens, chinois , russe seront prévus d’être distribués début janvier après 8 mois de conception, évaluation in-vivo , homologation , production.

    Les éléments chiffrés ci dessus montrent que :
    – les seniors ,et tout particulièrement avec co-morbidités ,seront les premiers à être vaccinés avec le personnel de santé.
    – les – de 20 ans ont un taux de létalité très faible.

    Pour lever le doute sur des vaccins développés rapidement, les laboratoires doivent s’engager sur leur fiabilité et sécurisation sans faire appel à l’Etat, et prendre en charge les éventuels problèmes ultérieurs.

    Lors du choix et de l’acceptation de mise sur le marché d’un vaccin, il en sera de la crédibilité de l’ANSM de montrer une totale transparence et de prendre toutes les précautions nécessaires pour une réussite de la vaccination contre le Covid.

    BioNTech/Pfizer : laboratoires germano/américain
    Gamalaya : laboratoire russe
    Sinopharm : laboratoire chinois
    Sinovac laboratoire chinois
    devraient être, à ce jour , les premiers à proposer des vaccins à partir de la fin d’année.

    BioNTech/Pfizer a déjà fait l’objet , depuis 1 semaine, d’une communication internationale sur l’avancement du vaccin.

    La Chine n’a plus de pandémie.
    Les tests randomisés en double-aveugle sont actuellement réalisés en Turquie,Brésil,Argentine,Maroc,Pérou, Indonésie , EAU .. qui permettront l’homologation à l’échelle internationale.
    Sans attendre les résultats internationaux finaux, la Chine en octobre avaient déjà permis et réalisé 350.000 vaccinations d’abord pour les militaires depuis le 22 juillet, puis pour les étudiants partant étudier à l’étranger , les personnes travaillant à l’étranger et tout particulièrement sur les chantiers internationaux des Routes de la Soie, les personnels impliqués dans le transport aéronautique international.

    http://french.china.org.cn/china/txt/2020-08/24/content_76630998.htm

    2
    1. Merci pour ce travail et cette mise en perspective :
      Le virus est 10 fois plus dangereux à 40 ans qu’à 20 ans.
      10 fois plus dangereux à 60 ans qu’à 40 ans.
      10 fois plus dangereux à 70 ans et plus qu’à 60 ans.

      Et bien entendu il n’y a toujours aucune mesure d’age …

      Serait-il possible de mettre en perspective le taux de mortalité lié au Covid par rapport au taux de mortalité hors Covid (par tranche d’age).
      par exemple pour les plus de 70 ans (je n’ai pas le chiffre exact) mais il doit être de l’ordre de 10 % soit une incidence du Covid de seulement un tiers !

      Comme si le temps s’accélérait et que la mortalité correspondait à 4 mois de plus par an.
      D’ailleurs l’age moyen de décès semble peu affecté.

      Ne vaudrait il pas mieux dans ce cas vivre plus intensément (restaurants voyages visites familiales) ?
      pour rentabiliser par des sollicitations positives le reste à vivre ?
      et non l’inverse ?

      1. Bonjour Ruiz

        « Ne vaudrait il pas mieux dans ce cas vivre plus intensément (restaurants voyages visites familiales) ?
        pour rentabiliser par des sollicitations positives le reste à vivre ?
        et non l’inverse ? »

        C’est une question de vivre en société et de solidarité intergénérationnelle.

        La grippe espagnole :
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_espagnole#Mortalit%C3%A9

        « Il est à noter, et c’est une spécificité de cette grippe, que le taux de mortalité est anormalement haut pour la tranche d’âge de 20 à 40 ans, qui représenta 50 % des décès, avec un pic anormal de la mortalité vers 30 ans, cette tranche d’âge étant habituellement et clairement la moins touchée. »

        Si la létalité du Covid avait touchée essentiellement les jeunes générations , je ne me vois pas , je ne vois les anciennes générations continuer, pour la plupart ,à vivre intensément pendant cette période.

        Face à une pandémie , il faut limiter son extension pour éviter une hécatombe ingérable.

        Le confinement aura duré
        – 2 mois stricts au printemps
        -1 ou 2 mois relativement souple en ce moment
        Les campagnes de vaccination devraient bientôt démarrer .

        1
      2. « Rentabiliser le reste à vivre ……. »

        Curieux comme la vie peut être assimilée à une marchandise , adoptant les paradigmes de la finance , et faisant du citoyen un consommateur et un  » rentier » pour qui la vie doit avoir un  » intérêt » , et ainsi permettre de vivre de ses rentes (surtout facile si on bénéficie d’une rente de situation ) .

        L’idéal capitaliste .

      3. @ilicitano
        Permettez d’être un peu moins optimiste.
        Tout d’abord 2 confinements en un an, deux fois 2 mois, pour les mesures les plus strictes (attestations pour sortir) mais en fait un an sans voyages, sans regroupement (repas) familiaux, ni restaurant pour des « vieux » ou fragiles (> 65) raisonnables.
        et ce n’est qu’un début car les vaccins (lesquels) ne seront pas là avant un an avec le recul nécessaire, et il faut encore avoir envie de se faire vacciner ou accepter de sombrer dans un régime sanitaro-totalitaire.
        Le fait de vivre plus intensément pour les vieux ne fait avec la covid semble-t-il courrir qu’un risque supplémentaire limité aux jeunes générations.

        Le coût élevé consenti ne semble donc plus l’être que pour éviter / masquer la saturation hospitalière, puisqu’il n’y a aucune volonté de mettre en place une organisation susceptible de contrôler la circulation du virus, comme Taiwan ou la Chine l’on réussi en un temps record.

        Passer 2 ans dans les conditions actuelles pour quelqu’un qui a une espérance de vie de 8 ans est-ce préférable à risquer la Covid avec un taux de 25 % ?
        Donc si pour les statistiques la stratégie suivie est en partie défendable pour la limitation du nombre de morts, il n’est pas certain que ce soit un avantage pour les principaux intéressés.

  10. A tout hasard.. dans un quotidien reconnu :

    https://www.lalibre.be/debats/opinions/monsieur-le-ministre-un-traitement-et-une-prevention-efficaces-sont-disponibles-contre-le-covid-19-5fb291889978e20e7059d651

    … » Il s’agit de l’ ivermectine , un médicament bien connu et bien compris, découvert en 1975 et qui est repris sur la liste des médicaments essentiels de l’OMS. Il est utilisé chez l’homme pour traiter des infections par de nombreux types de parasites et présente également une action antivirale. C’est un médicament qui aurait justifié de bénéficier d’essais cliniques pour tester son efficacité contre le Covid-19, comme je l’avais suggéré en avril dernier. Pourtant, il a été écarté chez nous comme il a été ignoré dans le reste de l’Europe !

    Mais, plus loin, ce médicament a été pris en considération : voici qu’une étude qui nous vient d’Égypte, pas encore publiée dans sa forme consolidée (preprint), s’est attachée à comparer les effets de l’ivermectine à ceux de l’hydroxychloroquine. Et les résultats sont spectaculaires!
    …(…)…
    Le traitement standard du Covid-19 dans plusieurs pays d’Afrique, dont l’Égypte, est la combinaison « hydroxychloroquine, azithromycine et Zinc ». L’étude en question compare ce traitement avec la combinaison « ivermectine, azithromycine et Zinc ». Elle comporte quatre bras de 100 individus chacun, où les formes modérées et les formes sévères de la maladie sont traitées avec l’une ou l’autre de ces deux combinaisons de médicaments.

    Dans cette étude les chercheurs mesurent le pourcentage d’amélioration des symptômes couplée à une diminution de la charge virale, d’une part, et le nombre de décès (qui revient à un pourcentage puisqu’il y a 100 patients par bras), d’autre part.

    Voici le résumé des résultats obtenus :

    Hydroxychloroquine, formes modérées: 74% amélioration, 4 décès
    Ivermectine, formes modérées: 99% amélioration, 0 décès

    Hydroxychloroquine, formes sévères: 50% amélioration, 20 décès
    Ivermectine, formes sévères: 94% amélioration, 2 décès

  11. @Tous
    les courbes de soir mettent en évidence un freinage brutal de l’épidémie ++++

    @ otromeros
    https://www.industriepharma.fr/covid-19-la-biotech-montpellieraine-medincell-demarre-son-evaluation-de-l-ivermectine-en-traitement-preventif,113014
    mais pâs de nouvelle de cette étude….
    par contre ce bémol en amerique du sud :
    https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-billet-vert/lutte-contre-le-covid-19-en-amerique-du-sud-le-succes-problematique-d-un-traitement-a-l-efficacite-non-prouvee_4137753.html
    même soucis que l’HCQ , efficace in vitro , mais c’est tout.

    1. Bonjour a113

      Le Maroc utilise l’HCQ depuis le début de l’épidémie .
      https://maroc-diplomatique.net/hydroxychloroquine-qui-peut-trancher%e2%80%89/
      https://www.bladi.net/hydroxychloroquine-inde-maroc,69075.html

      Il a un taux de mortalité de 131décès par million à comparer à la France (690) l’Espagne( (882) .

      L’Algérie fait de même : 49 décès/million

      Si on compare Cuba ( 12 décès/M), qui l’utilise , avec la Floride (818 décès/M) qui ont le même climat , c’est à n’y rien comprendre.

      Après tout , ce sont des résultats globaux par pays où d’autres facteurs pourraient intervenir.
      – précocité et strict respect du confinement ?
      – respect des mesures de protections ?
      – co-morbidités ( obésité..) ?

      C’est vraiment difficile de se faire une opinion.

      2
      1. @illicitano
        absolument , c’est pour cela que l’on demande une étude « randomisée » sur ces molécules , surtout qu’actuellement il y a , hélas , de nombreux patients qui pourraient participer à celle ci , pour clarifier une fois pour toute..
        mais , chez nous l’HCQ est volontairement « contigenté » !!!
        Cuba,le Vietnam ont une médecine centrée « prévention » , comme je l’ai déjà dit ;
        Donc , dès le début de l »épidémie , les controles sanitaires ont été mis en place.
        quand je repense à notre « débat » national sur le fait de savoir si le virus avait ou non besoin de passeport !!!!
        c’est notre bétise devrait nous inquièter +++ (le « complotisme » en est sûrement un indice)

        je ne sais si des pays du continents africains moins touchés à l’évidence (densité population plus faible,plus jeune, prise d’hcq cause paludisme ) pourraient le faire …. et avec des populations similaires aux notres.
        car l’HCQ est utilisé en « prévention » à des doses proches des doses « toxiques » induisant dèjà des effets secondaires cardiaques , plus fréquents en prenant de l’âge …. diificile d’adapter les doses .
        ….. ni comment ils comptabilisent leur patients Covid19.
        tout cela rejoint les points d’intérrogations sur cette pandémie .

  12. Lu sur Face Book :

    « Bientôt les suicides seront plus nombreux que les morts  »

    Ce qui me laisse perplexe…

    1
    1. Certains ratent !

      Mais d’après Hold-UP (citant des données officielles obtenues) sur les 2 morts attribués par la pharmacovigilance à l’Hydroxychloroquine, l’un d’eux est un suicide réussi !

      1. @Knight-Death-Devil Oups !
        50:06 Députée Vonner réclamant et obtenant auprès de Martin à l’ANSM les données officielles de pharmaco-vigilance concernant l’Hydroxychloroquine.

Les commentaires sont fermés.