Joe Biden, Président des États-Unis ; un rat quitte le navire

Il y a 538 Grands électeurs pour les 50 états des États-Unis d’Amérique : 306 ont voté Biden, 232 ont voté Trump. Il n’y a pas eu de surprise : les Grands électeurs de chacun des états ont voté en conformité avec le suffrage universel dûment constaté dans leur état. Le Maine et le Nebraska ont une vote proportionnel, il est majoritaire dans les 48 autres.

Pendant ce temps, un rat a quitté le navire : William Barr, ministre de la Justice, a démissionné. Il était temps pour lui, il a sans doute trouvé le moyen d’échapper de justesse à la prison (voir mon billet du 10 juillet : « Comment éviter la prison », où je rapporte que John Bolton, ancien ambassadeur, conseiller à la Maison-Blanche, dans ses mémoires, The Room Where it Happened, explique qui dans l’entourage de Trump fera de la prison).

Partager :

16 réflexions sur « Joe Biden, Président des États-Unis ; un rat quitte le navire »

    1. Vous êtes plus trumpiste que William Barr ! Pour lui le 14 décembre 2020 a suffi. Bravo : vous faites vraiment partie du dernier carré, ce n’est pas donné à tout le monde !

      5
  1. Si seulement l’élection de Biden pouvait enfin empêcher les Américains de jouer encore aux cow-boys, chez eux et surtout ailleurs.
    Mais j’ai comme un ” léger” doute !

  2. Le 14 décembre il ne s’est rien passé d’autre que de totaliser les grands électeurs validés par chaque état la semaine dernière. (Même Laurence Haïm est d’accord.)
    Ce n’est pas ce non évènement qui a pu provoquer la démission, ou le renvoi, de Bill Barr.

    4
    1. Vous êtes dans le déni. Soyez prudent : cela provoque souvent des dégâts psychologiques considérables. Il vient un moment où le monde réel doit choisir entre la manière dont il est et votre représentation décalée. Et à ce moment-là, il ne fait pas de cadeaux.

      4
  3. Beaucoup de Trumpistes sont encore dans le déni a attendre comme Eric ici, le dernier jour toujours a y croire et s’accrocher encore, c’est un peu pathetique ,je crois qu’il faudrait vraiment un electrochoc avec les affaires judiciaires de Trump apres le 21 janvier pour qu’ils se rendent compte de l’individu ignoble que Trump est.

    1
    1. Il n’est pas certain que Trump soit si incommodé que cela par des affaires judiciaires. On peut trouver des analyses divergentes sur le sujet – l’avenir le dira.

      A mon sens, reste à voir :

      1. Ce qui se passera au Parti républicain dans les mois qui viennent
      – Le courant conservateur – populiste affirmera t il sa domination (c’est le plus probable) ? D’autres courants ou nuances se feront-ils jour ?
      – Trump essaiera t il de se maintenir et de garder ce parti à sa botte, et si oui y parviendra t il ?
      – Si non, quelles personnalités vont-elles émerger, auront-elles un programme construit ou s’agira t il toujours de démagogie et de superficiel ?

      2. Ce qui viendra du gouvernement américain dans les mois qui viennent ?
      – Les principaux dégâts de la présidence Trump en matière internationale – les plus dangereux – seront-ils réparés ? Pensant avant tout au renouvellement du traité START de limitation des armements stratégiques (il y a des signes positifs), au retour dans le traité de Paris sur le climat (extrêmement insuffisant, mais mieux que rien) et au retour dans l’accord à 6 avec l’Iran (on peut voir des signes positifs et négatifs, et Israël, Arabie et Trump sont à l’œuvre pour l’empêcher, ainsi sans doute que certains membres de l’entourage de Biden)
      – Biden cherchera t il à “réparer” la fracture idéologique américaine, du moins à l’adoucir quelque peu, et si oui y parviendra-t-il ? Il y a au moins trois écueils :
      * Poursuivre la montée aux extrêmes idéologique, mode “ils n’ont rien oublié ni rien appris” et “piétinons l’infâme déplorable”, ce qui serait le moyen le plus sûr de préparer une embardée encore plus forte dans l’autre sens en 2024
      * Tenter une “voie moyenne”, type “un peu de Trump mais pas trop” ou “Bannon un jour Ocasio-Cortez le lendemain”, au mépris de toute cohérence
      * Tenter une restauration du “système d’avant”, alors que c’est bien ce système qui a mis assez d’Américains assez en fureur pour qu’ils décident d’utiliser Trump comme boule de démolition
      Autant dire que choisir et appliquer des politiques qui puissent améliorer la situation est une vraie gageure…

      1. Biden fera du Biden, c’est un vieux briscard de la politique , il connaît le système 8 huit ans de vice présidence. Il a recruté une équipe équilibrée , et ultra compétente. Et les aléas dans sa vie privée démontre une solidité et détermination a toute épreuve. Le 45 ème a eu bien tort de le sous estimé. Et puis le joker Kamala Harris , c’est une équipe qui va présidé et non pas un seul individu psychologiquement instable et démagogique. Il reste aussi l’echeance cruciale du 5 janvier. Paul avez vous un pronostic ?

        1. Avec 7 millions de voix d’avance au suffrage universel pour Biden et un score de 306 / 232 au collège électoral + la reconnaissance de sa victoire par Mitch McConnell chef de la majorité Républicaine au Sénat, c’est plié pour Trump au plan légal. Comme je le disais l’autre jour déjà : il ne lui reste que l’insurrection populaire.

Les commentaires sont fermés.