Covid-19 : Pourquoi n’a-t-on encore vacciné qu’un nombre aussi faible de personnes ?

Le Monde

[Au total] Près de 389 000 personnes ont reçu une première injection.

[…] Vendredi, 833 centres étaient « ouverts et accessibles à la réservation », a assuré le ministre de la santé, Olivier Véran. Pourtant, la prise de rendez-vous, possible depuis jeudi matin, s’apparente parfois à un parcours du combattant, même si « plus d’un million de rendez-vous ont été pris vendredi », selon le ministère de la santé.

[…] A Rennes, le service mis en place par la ville a ainsi reçu plus de 5 000 appels, et les 1 500 créneaux de vaccination disponibles sur les deux prochaines semaines ont été réservés.

Etc.

Qu’est-ce qui explique une telle lenteur ?
Partager :

191 réflexions sur « Covid-19 : Pourquoi n’a-t-on encore vacciné qu’un nombre aussi faible de personnes ? »

  1. Merci.
    L’immunité conféré par la maladie est nulle dans 30% des cas de première contamination. Et parmi ceux réinfectés le taux de mortalité est très élevés. Ainsi que le taux de morbidité infligée.

    Tous les ingrédients pour un désastre de première grandeur.

    Le paragraphe suivant n’est pas très clair:
    “Une maladie respiratoire a été diagnostiquée dans 14 140 des cas de Covid-19 (29,6 %) après la sortie de l’hôpital, 6 085 des diagnostics ayant été posés chez des patients n’ayant pas d’antécédents de troubles respiratoires.”
    Quelle différence entre “maladie respiratoire” et “troubles respiratoires” ?
    Doit-on comprendre : sur 14 140 cas, 8055 qui auparavant présentaient des troubles respiratoires ont vu ces troubles s’aggraver en maladie avec le virus?

    La Grande-Bretagne, avec un total de 90000 morts hier et des chiffres journaliers élevés paie un lourd tribut au fléau.
    Au niveau européen, il serait temps de comprendre que le lutte et la prévention chaque pays pour son propre compte n’est pas la hauteur de l’enjeu.

  2. Pendant ce temps-là, en Corée du Sud …

    https://bibbase.org/other/covid-19?sort={%22field%22:%22stats.confirmed%22,%22order%22:-1}&offset=0&filters={%220%22:true}&granularity=0&search-county=%22%22&search-Province/State=%22%22&search-Country/Region=%22Korea%22&log=null&deaths=0&confirmed=1&avg=1&big=true&perDay=true&regions=[%22country-,South%20Korea%22]

    1. @lit75 pas glop ! La 3ème vague y semble cependant maitrisée.
      Plus une vague monte haut plus elle est couteuse en décès (au carré ?).

      C’est quand même 20 à 50 fois mieux qu’en France.

      Intriguant le taux de mortalité de 1,7 %, alors que les coréens passent pour être performants et tester tracer isoler !

      Le 0,5 % souvent admis est-il sous estimé ?
      Ou ne laissent ils contaminer que des vieux ? (jeunes très observants).
      Leur système hospitalier est-il non performant (faute de cas à traiter).

      Comment peut-on confirmer le taux de 0,5 % avec des données françaises ?
      ou ce chiffre n’a-t-il de valeur que pour une population globalement beaucoup plus jeune ?
      voire même inférieur en afrique …

      A-t-on vraiment de données sérologiques pour comparer nombre de morts/nombre réel de contaminés ou ne dispose-t-on que de modélisations ?

      1. @Ruiz.

        D’après le site BiBaSE, il y a eu en France depuis le 1er octobre 2957547-591783 =2365764 et 71273-31817=39456 décès.

        Je prends le 1er octobre à dessein parce que je pense qu’à partir de cette date, il n’y avait plus vraiment de problème de capacité sur les tests PCR. (dans la première vague très peu de gens étaient testés, ce qui fait qu’on arrivait à un taux de mortalité de plus de 10 %).

        Ca fait un taux de mortalité de 1,7 %.

        Pour le numérateur (les décès), je pense qu’on peut avoir toute confiance dans la comptabilisation dstatistique par la France. : le nombre de décès en excès entre mars et mai est cohérent, et même légèrement inférieur au nombre de décès attribués au Covid. Mais il y a quand même eu quelques

        https://www.liberation.fr/france/2020/10/14/surmortalite-liee-au-covid-la-france-a-evite-le-pire_1802313

        Pour le dénominateur (les cas), c’est plus compliqué… J’avais lu un article à propos d’une étude de l’ARS qui estimait que plus de la moitié des cas étaient repérés en octobre, je crois, mais je retrouve pas. Et puis à partir de Novembre les tests antigéniques ont commencé à se généraliser, et quand même un peu cafouillé apparemment (tests antigéniques non comptés dans un premier temps, test antigénique et test PCR de vérification comptés en double, test antigénique compté parmi les positifs même si le test PCR de vérification était négatif). Des articles du Canard Enchainé en octobre et fin décembre s’en sont fait l’écho.

        Les tests massifs effectués à Roubaix, https://www.liberation.fr/france/2021/01/11/en-testant-massivement-roubaix-tente-de-debusquer-le-variant-anglais_1810896 Le succès n’a pas éété au rendez-vous (seule 5 % de la population cible est venue se faire tester), mais maintenant, mais la procédure était de faire à la fois des tests antigéniques et des PCR ; on devrait donc avoir enfin une indication sur la fiabilité de ces tests.

        1. @lit75 346 morts pour 23000 contaminés détectés (en régime quasi stabilisé) celà fait du 1,5 % de létalité.
          Alors d’où vient le 0,5 % ?
          est-il toujours valable ?
          comment le compare-t-on au 70 000 pour 10 000 000 soit 0,7 % ?

          ou alors ne détecte-t-on que 1 contaminé sur 2 voire sur 3 ?

          D’où l’échec du tester tracer isoler …

          Et le caractère inéluctable/inexorable de tout Variant plus performant ….

          Ou le virus actuel (mais c’est semble-t-il encore le même) est-il devenu 2 ou 3 fois plus létal ?

          1
          1. @Ruiz
            C’est exactement ce que je me disais, oui.
            Il faudrait enquêter sur le taux de létalité de 0,5 % et voir comment il a été évalué.

          2. ‘D’un autre côté … Si on a le même taux de létalité (et donc, éventuellement de détection) que les Sud-coréens, ça voudrait dire que notre système de tester – tracer est aussi efficace que le leur Dans cec cas pourquoi arrivent-ils à controller l’épidémie et pas nous ? Serait-ce simplement la partie “isoler” du typtique qui bloque chez nous ?

            1
          3. A l’origine (hors évaluation chinoises)
            Diamond Princess (7 morts) 1,2 %
            https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-un-seul-passager-sans-doute-a-l-origine-de-l-epidemie-du-paquebot-diamond-princess-6922029

            la planète est devenue depuis un vaste Diamond Princess. 2 10**6 plus grand
            (potentiel 14 millions-70 millions)

            ensuite
            c’est ici
            https://www.mdpi.com/2079-7737/9/5/97
            inrae
            https://www.cnews.fr/france/2020-05-12/quel-est-le-taux-de-letalite-reel-du-covid-19-956228
            https://www.lavoixdunord.fr/753842/article/2020-05-16/coronavirus-le-taux-de-letalite-du-covid-19-pourrait-etre-bien-inferieur-1

            aussi
            https://www.franceculture.fr/emissions/radiographies-du-coronavirus/epidemie-de-covid-19-linstitut-pasteur-sort-les-chiffres

            Le grand Modélisateur :
            https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/confinement/grand-entretien-covid-19-troisieme-vague-mortalite-erreur-de-pronostic-le-modelisateur-qui-oriente-le-gouvernement-detaille-le-dessous-de-ses-calculs_4202809.html

            En fait il y a une telle variabilité avec l’age, qu’un taux moyen n’a de sens que pour une répartition par age (et comorbidité) donnée.
            Les chiffres sont sans doute très différents entre la France, le Monde/l’Afrique.

            Il parait donc judicieux de protéger prioritairement les pays les pus riches.

          4. Désolé, c’est ridicule de se répondre à soi-même ;), mais je continue à réfléchir. Il faudrait voir aussi si la différence ne vient pas aussi du temps que le système français met pour détecter les cas positifs. Parce que s’il faut 1 semaine pour avoir le résultat du PCR (comme c’était le cas en septembre, ça ne ser pas à grand chose).

            1. Tester tracer isoler nécessite d’aller vite.
              En fait il faut idéalement isoler strictement avant de tester !

              L’incubation contaminante (ou pas) n’est pas testable !
              Une quarantaine minimale stricte est nécessaire entre 2 zones de contrôles distinctes.

              (le ridicule ne tue pas lui.)

        2. L’opération de Roubaix après celle du Havre est un fiasco. Les gens ne se sont pas déplacés.
          D’où l’idée entendue hier dans la bouche d’une épidémiologiste sur LCI, une certaine Mme Hill, que plutôt que de faire venir les gens dans des centres de test, il faut aller vers eux avec une politique ciblant les cas contacts, bien plus systématique que celle appliquée aujourd’hui, par exemple quand survient un cas de Covid, tester tout les gens d’un immeuble et les isoler.
          Entre parenthèses, dans la même émission il y avait l’inénarrable Jean Quatremer régulièrement invité pour donner son avis sur la politique sanitaire. IL a préconisé le confinement ciblé des personnes âgées, ce à quoi l’épidémiologiste lui a répondu que c’est infaisable et inutile puisque les personnes âgées même résidant à domicile se rendent régulièrement à l’hôpital où elles pourront être contaminées (d’après elle il y aurait des contaminations dans les hôpitaux dont on ne parle pas mais qui seraient bien réelles)

          1. @Pierre-Yves Dambrine
            Les opérations du Havre et de Roubaix, auraient permis d’étalonner/valider les tests transgéniques, par l’usage de 2 écouvillons, mais apparemment pas de séquençage.

            La démarche de Catherine Hill d’appuierait sur des tests salivaires (avec des risques de recueil incontrolé d’ADN ?) et des méhodes de “pooling”.

            Mais repose aussi essentiellement sur des contrôles (au moins temporaires) de circulation.

            Tout celà nécessite d’accepter et appliquer une quarantaine stricte en périphérie.

            1. Oui Ruiz, tout à fait, elle a évoqué les tests salivaires.
              Elle est également pour un reconfinement général dès maintenant.

  3. Pour la ville d’Angers, la population des + de 75 ans est de 14531, le seul centre de vaccination mis en place est situé au « Grenier Saint-Jean », il ne dispose que de 800 doses par semaine, ce qui ne permettra la vaccination de toute cette population que d’ici 20 semaines environ.
    Le CHU, où sont stockées les doses, ne vaccine que le personnel soignant !
    Un autre fait intervient, c’est que les médecins se sont rendus compte qu’en se débrouillant bien, avec un peu de précautions, l’on pouvait tirer 6 doses par flacon au lieu de 5 initialement prévues:le résultat a été la réduction du nombre de flacons livrés par le fabricant puisque le contrat d’achat portait sur un nombre de doses et non pas de flacons !
    Il n’y a pas de petits profits ; Pfizer va pouvoir vendre à d’autres pays les doses ainsi économisées…
    Résultat final pour la vaccination : pas d’accélération espérée grâce à la bidouille des 6 doses tirées par flacon !
    https://www.ouest-france.fr/sante/vaccin/angers-covid-19-le-centre-de-vaccination-dispose-de-800-doses-pour-la-semaine-9603a67c-5975-11eb-bdcf-d9388ad0ac50

    https://www.lci.fr/sante/la-baisse-des-livraisons-de-pfizer-est-elle-liee-a-une-nouvelle-strategie-de-vaccination-2176173.html

    1. Oui, curieux cette histoire de 6 pour 5, sauf à avoir pris en compte des pratiques de laborantins “spéciales”.
      Hypothèse gratuite : Peut-être liée à des connaissances des campagnes de vaccination d’urgence dans les pays pauvres (sanitairement…).
      Avec un protocole où les gens de la “maison sanitaire locale” n’étant pas super expert, doivent faire attention à ne pas prendre d’air
      dans la seringue, donc on donne une demi-dose de marge avant (à jeter ?) et après (le fond du verre !).
      Mais ça serait surtout pour des intraveineuses qu’on aurait à minimiser les risques de bulles.
      Je n’ai pas envie d’avoir une bulle d’air dans le deltoïde, mais je pense que ça se résorberait (les gaz sont solubles dans le liquide, peu à peu, il faut surtout que la bulle ne “migre” pas dans les tissus, et surtout pas dans un vaisseau…

      Des avis médicaux sur cette n-ième étrangeté de la vie réelle face aux idées préconçues ?

      1. @timiota
        seringue bien précise, geste précis, peut-être ne voulait on pas rajouter de contraintes supplémentaires (déjà les -80°), c’est pas pour les pharmacies …
        Si on corrige le nombre livré conformément à la documentation mise à jour, et aux contrats, ça fait une marge de 20 % (/16,6%).
        Mais à capacité de production égale on pourrait en commander 20 % de plus suivant le calendrier initial !

    2. Ah on fait des économies, et ça râle encore… Si c’était 4 doses à la place de 5, j’vous dis pas le scandale ! 😉

  4. Coucou,

    On a un début d’explication pour l’incroyable différence entre l’allemagne et les autres pays europeen au début de l’épidemie l’an passé.
    Cela ne venait pas d’une meilleure prise en charge, ni d’une meilleure politique, ni que les allemands appliquent mieux les consignes.

    C’est que le virus s’est moins propagé.

    Comment on dit déja, une histoire de bouses …

    Je suis un peu dubitatif concernant cette histoire de mutant plus contagieux.
    On entre manifestement pendant la période ou le virus est le plus virulent pour les organismes.
    Cà c’était prévisible, même période que l’an dernier, avec un “stock” de virus circulant beaucoup plus important. On verra fin avril en france si les contaminations sont reparties de façon exponentielle malgré le confinement N° 3, si il s’avère nécessaire.

    Après, cela peut-être une epidémie différente, comme le suppose l’huluberlu de marseille, avec des variants qui se manifestent toute l’année et qui créent une nouvelle epidémie à chaque fois.

    la çà se complique. va falloir trouver un remède invariant !

    Bonne journée

    Stéphane

    2
    1. @baloo
      Oui ! tout simplement.
      Une fois passées les fêtes de fin d’année (restreintes mais pas interdites en France) et la soupape psychologique, comment accepter de rester à un niveau de circulation du virus si élevé et ne pas chercher à se ramener comme en avril mai dernier à un niveau très faible avant d’aborder une période où la saisonnalité n’est sans doute pas favorable.
      C’est faire le choix de 100 jours par 400 morts = 40 000 supplémentaires

      Edouard Philpippe avec ses 80 km/h jouait vraiment petit !

      1. 40 000 décès sur cent jours, on y est déjà, du 12/10/20 au 21/01/21, 39268 décès; ou en Italie 47913.
        Royaume-Uni avec le variant, 21068 décès depuis le 1/01/21; et 17571 décès en Allemagne sur la même période. :-\
        Si ça ne se propage pas ailleurs en Europe, ce sera un mystère…

Les commentaires sont fermés.