Les États-Unis et leurs “Hispaniques”

Je vous ai déjà longuement parlé de la manière bizarroïde dont les États-Unis classent leur population en sous-populations, les “Anglos” étant qualifiés de “Caucasiens”, une référence lointaine au fait que dans les dernières années du XVIIIe siècle, Blumenbach, l’inventeur du mot “ethnologie”, considérait que le fleuron pour les “Blancs” de sa collection de crânes était celui d’une femme caucasienne, ou qu’un Iranien ou une Iranienne ne sera pas considéré comme “Asiatique”, le terme étant réservé aux Extrêmes-orientaux, chacune de ces dénominations dissimulant maladroitement un épisode particulièrement peu reluisant de l’histoire de la nation. Je vous ai aussi expliqué comment se redistribuait la catégorie “Hispanics”, en référence cette fois à une langue, l’espagnol :

Cette population-là donc, partant du chiffre de 12,5 % d’Hispaniques aux États-Unis, se partage en 47,9 % de “Blancs” et 42,2 % d’Amérindiens à proprement parler, lesquels sont appelés dans les recensements américains, « Some other » : quelque chose d’autre !

Que faire dans ce cadre-là d’un article du New York Times qui nous explique qu’en novembre dernier Trump a grignoté le vote des Hispaniques, sachant que la catégorie renvoie aussi bien aux descendants Blancs des “barons” d’origine espagnole exilés en Floride suite à la révolution de Fidel Castro, que des Amérindiens venus à pied du Guatemala ou du Honduras, les parias qualifiés de “quelque chose d’autre” ?

Partager :

26 réflexions sur « Les États-Unis et leurs “Hispaniques” »

  1. Merci, c’est important à dire!
    Il semble d’ailleurs (ci-dessous) qu’il n’y ait plus officiellement d'”hispaniques” pour l’administration des USA ? De toute façon, tout ça est délirant, et on se demande au prix de quelles arguties un Etat de droit peut classer ses citoyens dans des catégories aussi absurdes et aussi arbitraires, et en faire dépendre leurs droits. Pourquoi pas plutôt la forme des oreilles ou la taille du foie? Mais il est vrai que même chez nous, où tous les hommes sont censés naître libres et égaux en droit, autrefois dans les colonies, et aujourd’hui dans certains territoires d’outre-mer, nous n’avons jamais été capables d’appliquer vraiment ce principe à 100%; que même en Métropole, l’administration française a dérogé et inventé la catégorie de “gens du voyage”; que la page Wikipedia de ce titre illustre bien la gêne et les contradictions de cette catégorie, étant un festival de circonlocutions et de volte-faces, sur le thème: non-ce-n’est-pas-ceux-que-vous-pensez-mais-ça-l’est-quand-même…

    White – A person having origins in any of the original peoples of Europe, the Middle East, or North Africa.

    American Indian or Alaska Native – A person having origins in any of the original peoples of North and South America (including Central America) and who maintains tribal affiliation or community attachment.

    source: https://www.census.gov/topics/population/race/about.html
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Gens_du_voyage

    1. Intéressant, mais je me demande si “Some other” a bien disparu. Que se passe-t-il si vous venez d’Amérique centrale, ne passez pas le test d’être “Blanc” aux yeux d’un agent de l’immigration, mais ne pouvez pas faire la preuve d’un lien avec une “tribu” ou une “communauté”, quel que soit le sens de ce dernier mot ?

      1. En fait, il semble que ce soit l’Office of Management and Budget qui fixe ces standards (“Standards for the Classification of Federal Data on Race and Ethnicity”); ceux qui sont en vigueur aujourd’hui résultent d’une révision datée de 1997. Ladite révision, les attendus, propositions et débats sont expliqués dans une directive dont la lesture est intéressante (OMB Statistical Policy Directive No. 15).
        Il en est résulté cinq “catégories raciales” :
        American Indian or Alaska Native
        Asian
        Black or African American
        Native Hawaiian or Other Pacific Islander
        White
        … et une unique “catégorie ethnique” (nuance!)
        Hispanic or Latino
        J’imagine donc que si vous êtes originaire d’Amérique latine et, comme tout le monde chez vous, d’ascendance plus ou moins européenne et plus ou moins indienne (tout le monde n’ayant pas exterminé “ses” indiens), vous êtes prié de vous considérer racialement “white” (en contradiction avec l’existence d’une catégorie “american indian” où émargent des gens qui sont bien plus mâtinés d’européens que vous mais l’important est que vous n’ayez pas droit à vous reconnaître comme tel, parce que vous n’avez pas de relations avec une réserve répertoriée) mais ethniquement “hispanic or latino”, parce qu’il y a quand même des “whites” un peu moins “whites” que les autres…

        Je suis bien sûr fort intéressé à savoir ce que pense un anthropologue distingué de ces catégories officielles…

        https://orwh.od.nih.gov/toolkit/other-relevant-federal-policies/OMB-standards

        1. Cela confirme ce que je pensais : les Amérindiens d’Amérique centrale n’ont pas le droit de se déclarer “American Indian”, et ceci sous le prétexte futile qu’ils … parlent espagnol. Ils sont du coup “Hispanics”. Mais là ce n’est pas terminé : à l’intérieur de “Hispanic” ils sont subdivisés en “Blancs” et “Some other” : “Quelque chose d’autre”. Et il existe en plus des catégories transversales comme “Cuban/Puerto Rican”.

          Question subsidiaire : vous êtes Cubain d’origine et noir de peau, serez-vous considéré aux États-Unis comme “Cuban” au sein de la catégorie “Hispanic” ou trié “Black” avant même qu’on se préoccupe de la langue que vous parlez ?

          1
          1. Les cubains noirs seraient sans doute considérés comme black/Spanishs.
            Via le réseau des bibliothèques universitaires, il est possible de consulter un article intéressant sur le sujet (malheureusement accès payant pour les autres!) :
            Dixon, Heriberto. “Who Ever Heard of a Black Cuban?” Afro-Hispanic Review, vol. 1, no. 3, 1982, pp. 10–12. JSTOR, http://www.jstor.org/stable/23053883.

            1
      1. C’est souvent ce qu’on dit plus tard avec le recul du temps passé. Mais ça a bien fonctionné pendant des années de manière tout ce qu’il y a de plus officiel. C’est toujours plus difficile de lire le présent qui est le nôtre.

        1
  2. Bon, soyons sérieux, un bon test génétique avec une classification à la clé, permettrait de simplifier amplement le problème. On sait déjà faire ça depuis longtemps pour les espèces animales avec la classification phylogénétique.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_phylog%C3%A9n%C3%A9tique

    Ah mer… ! C’est une théorie évolutionniste ! A tous les coups, ça va nous refaire une classification avec des groupes d’arrièrés de l’arbre évolutif et des groupes de sommités évolutives avec justification génétique de la domination des uns sur les autres. S’en suivrait alors un trafic de profils génétiques pour être certain que M B. Arnaud et M Macron appartiennent bien aux sommités évolutives, avec corruption à la clé si besoin !

    Et si on abandonnait l’idée de classer les individus ? Hein !

    1. Abandonner?
      Quand on a la chance de compter au nombre des élus de Dieu et du Pognon, abandonner n’est pas une option. La destinée manifeste et la volonté de Dieu, c’est tout un.

      Dieu. Et le Pognon, bien entendu.

      1. Ce qui implique, la plupart du temps, l’alliance du sabre et du goupillon pour faire respecter cet ordonnancement… 🙂

  3. Cette fois, j’ai trouvé !
    Pourquoi ne pas utiliser le profilage algorythmique ?
    Profilage algorithmique
    “Bien qu’elle en soit encore à un stade expérimental, l’utilisation d’algorithmes d’apprentissage automatique dans les systèmes de justice pénale devient de plus en plus courante. Plusieurs pays européens, dont le Royaume-Uni, les Pays-Bas, l’Allemagne et la Suisse, testent cette méthode, notamment dans le domaine de la police « prédictive ».”
    Bon, il y a bien quelques inconvénients.
    ” Il est principalement à craindre que l’utilisation du profilage algorithmique n’entraîne, outre des discriminations, des atteintes au droit à la vie privée et à la protection des données”.
    https://www.coe.int/fr/web/commissioner/-/ethnic-profiling-a-persisting-practice-in-europe

      1. Remarquable K. DICK, 1956 et il avait déjà tout compris ! A croire que notre histoire est déjà écrite quelque part et que seulement de très rares esprits savent la lire.

    1. Merci de l’avoir signalé.

      De fait, attaque d’un solitaire à la voiture bélier et au couteau contre un barrage de police.

      Un policier mort, un autre blessé, l’assaillant a été abattu.

      Son profil média signalait sa colère contre le gouvernement qu’il accusait de contrôler son esprit ainsi que son approbation de Farrakhan, fondateur de Nation of Islam, un groupe pseudo-musulman raciste défendant la supériorité naturelle des Noirs sur les autres.

      Probablement acte isolé. Mais indicateur parmi d’autres d’un pays qui ne va pas bien

      1. @Toulet Alexis 2 morts au Capitole :
        Noah Green, un jeune homme noir de 25 ans diplômé en finance depuis 2019 de l’université Christophe Newport (AFP) avait perdu son emploi et souffrait de problèmes de santé.
        Sur les réseaux sociaux il aurait aussi confié se sentir “contrôlé mentalement” par le gouvernement fédéral.

        Les commentaires vont bon train pour classer en acte isolé comme en son temps les actions de Mohamed Mehra !

        Soit le gouvernement fédéral le contrôle réellement, soit l’IA mise en oeuvre pour contrôler la population a failli.

        A rapprocher de l’attaque en même temps à la bouteille enflammée sur l’Elysée, assez peu médiatisée et dont les auteurs ne sont pas nommés.

        Le message est-il passé ?

        Sur les 2 morts l’un est un policier du Capitole, mais curieusement 2 d’entre-eux se seraient suicidés après l’attaque précédente en janvier.

    2. Bonjour

      La Silicon Valley et l’IA
      Santa Cruz , California
      Encore un coin hispanique!!

      Avec la recherche sur l’efficacité de la Police , peut-être ce genre d’évènement sera prévisible !!!!

      https://geolitica.com/blog/are-we-at-a-tipping-point-in-police-community-relations/

      “Depuis le début, notre approche est basée sur des données. En analysant de grands ensembles de données anonymisés, nous avons constaté que nous pouvions prédire comment certains types de crimes – et, inversement, les taux de victimisation – se développaient et se déplaçaient dans une ville. En demandant aux agents de patrouiller dans ces endroits, nos organismes partenaires ont été en mesure de dissuader les crimes avant qu’ils ne se produisent. Aucun crime ne signifie pas de victime, pas d’enquête et d’arrestation, et personne à passer par le système de justice pénale. Tout le monde dans la société en profite.”

      https://geolitica.com/public-safety/

      https://geolitica.com/technology/

      Elle est vraiment partout l’IA !!!!!!

      1. Ce service n’est pas gratuit , bien sur.

        https://geolitica.com/blog/the-cost-of-geolitica-and-how-to-justify-your-investment/

        Par contre en retour d’investissement : bingo !!!!

        ex :
        Avec un investissement initial de seulement 60 000 $, cela a fonctionné à un retour sur investissement de 2 900 %. Cela signifie que pour chaque 1 $ qu’ils ont dépensé, ils ont reçu l’équivalent de 29 $ en temps supplémentaire d’officier.

        Geolitica basée à Santa Cruz /CA !!!!!

  4. Ces obsessions sur les couleurs de la peau, des langues, ces classifications maniaques en petites boîtes soigneusement étiquetées , n’est-ce-pas le signe d’une psychologie raciste?

    Je suis bien content que par chez nous les références à l’ethnie soient interdite dans les papiers officiels ou dans les sondages. Tout aussi satisfait que la religion ou les croyances reste une affaire strictement privée.
    Tout autre pratique des institutions mène à l’apartheid et donc à la violence sociale.

    Bien entendu, nous subissons une américanisation plus ou moins intense. (Ce qui permet de dire que nous faisons les mêmes conneries que les Usa avec 10 à 15 ans de retard.) Mais je serais désolé, et inquiet pour notre avenir, si nous en venions à épouser leurs relents de racisme, pas même déguisé.

    Nous sommes une race unique: l’humaine. Humain est notre unique marque distinctive. N’en rajoutons pas d’autres.

    1
  5. bonjour,
    La petite histoire
    A ce propos “les parias qualifiés de “quelque chose d’autre” ;
    Mon compagnon né en Algérie en juin 1961 en Algérie Française, parents fonctionnaires ,département 99.
    aujourd’hui est catalogué ” reste du monde”
    qu’en pensez-vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.