Pourquoi Ruffin me semble une bonne idée, par Viv

Je suis un électeur traditionnel de la gauche depuis toujours, j’ai 40 ans. Je compte voter pour les Verts aux prochaines élections, comme je le fais depuis les législatives.

  • La candidature de Ruffin serait souhaitable pour remplacer celle de Mélenchon, qui suscite trop de rejet sur son nom, clairement.
  • Beaucoup de gens issus de milieux populaires dans mon entourage (« potentiellement » électeurs de gauche) que je connais vont voter RN, par xénophobie primaire, peur des migrants, peur de l’insécurité, rejet de Macron.
  • Les électeurs traditionnels LR, vont voter RN, par xénophobie, peur de l’insécurité, et comme personne à droite ne monte réellement.
  • J’ai posé la question aux gauchistes de mon entourage, ils ont TOUS répondu que si c’était Macron/Le Pen au deuxième tour, ils s’abstiendraient.

Pourquoi Ruffin me semble une bonne idée :

  • La gauche de la gauche l’apprécie
  • La gauche ira voter pour lui alors que si c’est Mélenchon, non ils n’iront pas.
  • Les écolos font trop peur ou suscitent du rejet de la part de certains viandards… (désolé de le dire comme ça, mais je n’arriverais pas à l’exprimer autrement),
  • Il a quand même une crédibilité certaine auprès des écolos non militants

Je pense qu’un candidat écolo pragmatique avec une position non dogmatique sur le nucléaire aurait de bonnes chances aussi, je pense à Hulot. Mais il a complètement disparu.

Clairement tous les voyants sont au vert pour Le Pen :

  • Les médias ne parlent que d’insécurité
  • La gauche lui a abandonné les pauvres (la candidature d’Hidalgo me fait clairement sourire)
  • La crise migratoire continue et n’est pas près de s’arrêter (cf. Ceuta)
Partager :

24 réflexions sur « Pourquoi Ruffin me semble une bonne idée, par Viv »

  1. La candidature de Ruffin n’est pas seulement une bonne idée, elle est indispensable.
    Je suis sûr qu’il l’envisage sérieusement, parfois. Il en a les moyens et l’énergie.

    La vraie question serait de savoir si les copains de son bord ne vont pas le mélenchoniser. Avec de tels amis, pas besoin d’ennemis… et ça concerne surtout les moyens d’information, caisse de résonance de l’insignifiant.

    Une fois élu (!) , le risquesuivant serait de se faire tsiprasiser. Une énorme déception qui tuerait pour longtemps la gauche. ( La goôoche ou l’extrême droite prendrait le relais…). Aucun doute que les bien-pensants ne lui feront pas de cadeaux et attendront rien moins qu’une capitulation, comme Tsipras. Dans tous les cas, la France a des moyens de lutte et de résistance qui peuvent l’appuyer.

    Tactiquement, il ferait mieux de rester dans le flou le plus longtemps possible en politique internationale. Des changements ( Europe, Otan…) sont à négocier. Inutile de jouer cartes sur table longtemps à l’avance. Garder sa liberté d’action est préférable.

    En cas de succès, il a tout pour rejouer Mendès-France (1954). Il en a l’étoffe.

    Une info en passant: la France Insoumise publie en petits fascicules son programme, un par sujet. J’ai juste feuilleté (Hier, Fnac Annecy). A première vue, très intéressant et bien pensé. Le grand capital ne va pas aimer.

    3
      1. Vous faites l’âne pour avoir du son?

        Je recopie ci-dessous ma bafouille de début avril ( j’ai changé ou ajouté trois mots et modifié la ponctuation):

        [début]
        J’ai pourtant tout tenté. [pour essayer de rompre la malédiction de Mélenchon.]

        En vrac:
        -Tribun de comice agricole,
        -Porteur de bretelles beaucoup trop larges (allusion transparente à Doriot, comme la précédente. Un flop total),
        -Fomentateur de coups d’Etat, attentatoire à l’intégrité de l’Etat et des institutions,
        -Bave écumeuse à la bouche, une constante,
        -Éructations, imprécations et autres, en rapport avec ses violents bruits de bouche,
        -Bouche sanguinolente à cause du couteau y placé,
        -Consommateur matinal effréné de bébés tibétains (très vieille, celle là),
        -Agent d’influence stipendié de Cuba, de la Chine, du KGB et d’autres,
        -Traitre à tout: à lui-même, au Prolétariat, à la France, à l’Europe, au Monde et à l’Univers,
        -Choix déplacé de la couleur de la cravate (pour mieux étrangler la République avec …),
        -Alternativement Brun et Rouge, en successions rapides très déconcertantes,
        -Primaire, populiste et démagogique,
        -Tenue négligée.

        Il me semble que les 2 dernières ont eu quelques succès, surtout la dernière, en effet fondamentale. Je peux me tromper, c’était bien avant le vote positif en bas d’article.

        Bien entendu, j’accompagnais ces textes d’exemples vidéo illustrant à la perfection mes propos, tout comme vous le faites. Souvent fournies par Dup.

        Une fois, dans mon désespoir, j’ai été jusqu’à dire, que l’intellectuel engagé Mélenchon était des nôtres. (J’en suis fier, c’était particulièrement osé); bien entendu, un flop. Qu’il volait les idées à Paul, mais pas toutes; comme on l’imagine, une bordée d’injures vengeresses. Et qu’enfin, le programme de la FI était le résultat d’une élaboration collective, bien pensé et équilibré. Il représentait ainsi un compromis intéressant; réactions: rien.

        Seul l’homme les intéresse afin de pouvoir l’assassiner. Comme dans Lucky Luke: “Pendons-le d’abord. Nous le jugerons ensuite.”
        [fin de citation]

        Mélenchonisé: c’est e qui précède.

        Vous aurez remarqué, je l’espère, que, réagissant à votre conseil (« l’ironie passe mal à l’écrit »), depuis milieu Avril, je suis beaucoup plus prudent question emploi de l’ironie.

        Vous pouvez aussi voir ci-dessous Otromeros. Il est beaucoup plus sérieux et fiable que ma pomme.

        @ Otromeros: j’en connaissais l’existence sur Internet mais pas sous cette forme de cahiers. Ouverture à saluer de la Fnac. Sentirait-elle le vent tourner?

        1. Hmm ça doit être les « copains de son bord » que j’avais mal situé dans ce cas. Je me demandais vraiment sans aucune ironie comment Corbière, Panot ou encore Bernalicis auraient pu « Mélenchoniser » Ruffin.

    1. @daniel qui écrit justement :

      …  » Une info en passant: la France Insoumise publie en petits fascicules son programme, un par sujet. J’ai juste feuilleté (Hier, Fnac Annecy). A première vue, très intéressant et bien pensé . Le grand capital ne va pas aimer.  »

      très intéressant et bien pensé…!!.. Tu parles..!!
      Et ça fait +deux ans que ça dure , dans l’indifférence générale.. (aux afficionados près)…!
      Même (et particulièrement) sur ce blog … » MélAnchon , MélAnchon ..au secours , help …l’est méchant , atrabilaire , excité , incontrôlable  » , bref.. égotique…suivez mon regard..! Comme s’il n’était pour rien dans la structuration du programme « l’Avenir en commun » , avec un A majuscule.. Un programme..quoi?..on s’en fout d’un programme.. c’est un mâle alpha qu’on cherche , qui cause bien , si possible surdoué.

      Le séisme d’un Mélenchon élu … un grand ministère des affaires économiques et sociales pour F. Ruffin…Bercy pour un Thomas.. (P*****y , ou P*****r ) … tout ça annoncé d’office …( à défaut de quoi ..le branle-bas de combat pour le contre-feu des Législatives).

      Bon. Je rêve.
      Pour revenir à la question , non , jamais François Ruffin ne sera candidat. Même si supplié à genoux.

      6
      1. Ok pour tout mais surtout pas un économiste à Bercy ! Même pas un atterré, sinon on ne sortira jamais du cadre.

      2. autre point de désaccord, le contre feu des législatives, aucun intérêt me direz vous et même handicapant pour la mise en application à la lettre du programme, certes, mais hélas un mal nécessaire car le pays à besoin d’urgence d’une intraveineuse de démocratie. Sans cela vous n’aurez jamais le consentement qu’exige un tel programme. Il faudra souffrir que les « connards » s’expriment aussi, voire même leur faire des concessions, qu’on le veuille ou non. Exercer le pouvoir dans la même configuration que la REM est la pire des choses qu’on puisse souhaiter à LFI.

        1
  2. « Un écolo pragmatique avec une position non dogmatique sur le nucléaire ». Vous en connaissez? Ça m’intéresse.

    1
    1. George Monbiot, si on l’exfiltre du Royaume-Uni et qu’on muni d’un « s » son prénom à la George Sand.

      1. Merci. J’avoue humblement que je connaissais son nom mais sans plus. Ah oui, The Guardian. Déjà un bon point… Sur Wikimachin je découvre ses affinités avec Terrasson, Hainard, Hallé, Guénot, Boisson. Que du très beau monde!
        Un vrai naturaliste, et pro-nucléaire. Espèce rarissime.
        Si vous parvenez à le convaincre de tenter une carrière politique en France…
        Je pensais plutôt à Jancovici. Mais pas du genre à plonger dans la grenouillère politique. Avec son Shift Project, il tente d’agir à sa façon. Ça permet de mesurer le degré abyssal d’incompréhension des défis à relever et de la façon de le faire de la part des politiques. Toutes tendances confondues.
        https://jancovici.com/publications-et-co/interviews/une-interview-dans-le-nouvel-obs-en-mars-2021/
        et surtout (en particulier pour la référence à Greta):
        https://jancovici.com/publications-et-co/interviews/une-interview-dans-la-revue-du-trombinoscope-en-mars-2021/

        1
        1. « Janco » est dans le juste comme physicien/ingénieur, mais un peu aveugle au flanc social des changements (ou si on veut parler « économie politique » au flanc économique).

          La stupeur qui survient lorsqu’on comprend qu’on est entouré de 100 esclaves (ordre de grandeur) grâce à l’énergie fossile n’est certes pas anodine, mais elle ne construit pas à elle seule une décision de changer tenable pour les auditeurs/récepteurs, qu’il faut transformer en acteur et en « sachant » à leur façon. Malheureusement ça pourrait prendre du temps, et il n’est pas faux qu’on ne l’a pas.
          Dans tous les cas, un élan sociétal aurait pour bienfait de limiter les dégâts de la fragmentation qui accompagnera nécessairement les « conflits de l’énergie », et dont le boxon un peu partout au sud de la méditerranée jusque vers l’océan indien via le Donbass, le Caucase, l’Iran et le Moyen-Orient donnent une petite idée.

          1. C’est dur de se vouloir œcuménique.

            On peut ou on doit aller dans l’océan Indien par le canal de Suez, auquel cas on passe pas loin du champ gazier au large de la côte palestinienne. Il y en a d’autres à proximité. Le palestinien a ceci de particulier que ce sont les israéliens qui l’exploitent…

            Le Donbass n’a pas grand chose à voir avec l’arc conflictuel de l’énergie, je pense. Sauf qu’ils produisent toujours le meilleur charbon de la région. Raison pour laquelle l’Ukraine bombarde les installations. Ainsi que d’autres équipements collectifs tel eaux, électricité et chauffage.

            L’Irak importe du gaz iranien grâce à des permissions délivrées par les USA. Or, les puits irakiens délivrent autant de gaz que les iraniens (continuité géologique). Les Irakiens torchent le gaz de leurs puits parce que les USA , premiers exploitants après guerre, ne voulaient pas de la concurrence de leur gaz. De plus, jusque dans les années 1970, le gaz était donné. Pourquoi perdre de l’argent avec des ingrats non solvables? Le torchage était donc plus rentable pour les actionnaires. Actuellement, les Kurdes d’Irak s’équipent en infrastructures gazières pour leurs puits.

            L’Iran ne demande qu’à vendre son pétrole… Le brut, pas le raffiné qu’ils produisent en très petite quantité. C’est bête, les USA, quand ils avaient leur mot à dire n’étaient pas chauds pour que l’Iran raffine son pétrole. On se demande pourquoi. Cela jusqu’à la fin du Shah, ensuite sont venues les sanctions.

            Il me semble que si boxon il y a, la responsabilité est d’origine unique, très au-delà et à l’ouest de ces zones de souffrances multiples. D’un autre coté, tous ces pays qui crèvent la dalle, et salement, sur les richesses de leur sous-sol, c’est bon pour nous. Imaginons le CO2 économisé. En plus, nous avons des réserves assez sûres, tant que ça dure.

        2. C’est ce que je voulais vous répondre, jancovici, mais ce n’est pas un politicien. En revanche c’est bien un « écolo ».
          Ce qu’il préconise semble être du bon sens.

  3. Il faut aussi anticiper, l’attaque reste la meilleure défense, la déferlante de fake news que les copains de Manu 1er vont déverser à titre préventif.
    C’est une entreprise guerrière, la tactique ne suffit pas, il faut tout l’attirail et des alliés indéfectibles.

    1. Ruffin aime aller au charbon, je pense qu’il faut privilégier la forme sur le fond. Le champ de bataille est clairement celui du néolibéralisme et de ses milliardaires. La cible c’est Manu. Le programme doit être hiérarchisé pour pouvoir concentrer son discours sur des thèmes qui affaiblissent Manu sur ses actes, qui exacerbe son combat pour les citoyens et qui verrouillent les coups-bas qui ne manqueront pas de lui être assénés. Je pense que la forme doit s’inspirer de la campagne Biden. Choisir ses combats, esquiver le secondaire et user du silence comme caisse de résonance.
      Je lis avec bonheur que Paul et Piketty se lancent dans la bataille avec leurs armes de prédilection.

  4. Faute de grives, on mange des merles. Donc en appeler à Ruffin, c’est admettre qu’à « gauche » il n’y a aucun candidat crédible. La faute à eux
    Choix Macron/LePen, c’est sur que ça peut être dur. Mais faudra pas se plaindre après.
    Et quand la gauche abandonnera sa posture de gardienne de la virginité morale, elle écoutera peut-être un peu plus la rumeur du monde.

  5. Voter pour un individu réellement de gauche , un député qui fait son travail de député et qui l’expose ( ce qui devrait aller de soi ) ? Vous n’y pensez pas ! Où irions nous ? Toutes les  » valeurs  » de la  » République  » en seraient mises à mal . Tous ces efforts pour faire croire que la députation représente les aspirations du bon peuple réduits à néant !

  6. Pouquoi il n’irait pas? Foutu pour foutu il ne ferait pas de tort à la gauche. De plus il a du coeur. Avec quel autre candidat potentiel aimeriez vous passer la soirée et partager simplement ce qui reste dans le frigo? De la compétence il n’en manque pas, reste à convaincre d’autres à être simplement ministres ( sinon c’est rien du tout pour tout le monde, Ruffin compris).

  7. Je ne pense pas que Ruffin (que j’admire) ait pour l’instant plus la stature présidentielle que Melenchon.
    Ce dernier est parfois détesté parce que les médias du CAC 40 ont décidé de casser son image parce qu ils le craignent. Faut-il entrer dans leur jeu ?
    Si Ruffin devenait présidentiable, ils lui feraient le même sort…

    2
    1. On pourrait faire un test « à gauche hors média » :
      Lequel des deux pourrait réunir un « shadow cabinet » un tant soit peu crédible ?
      (la crédibilité à gauche commençant à Batho et pouvant s’étendre jusqu’à Taubira (justice encore),
      et à Autain (éducation/ville), et pour l’éducation supérieure et la santé, la brochette de gens qu’on a vu
      tenir plus honorablement les manettes que d’autres pendant la période covid est un test assez valide,
      sans trop demander de passeport politique rouge vif.

      1. Delphine Batho a apporté son soutien à la récente manifestation des policiers, comme Roussel, Jadot, Faure, De Villers, Zemour et consort.
        Il arrive un moment où il faut choisir son camp camarade. C’est fait. Pour elle comme pour moi.
        Les défenseurs de la République ne se comptent plus que sur les doigt d’une main.

        1. Argh, tout ça pour ne pas laisser la une médiatique à Gauche à Olivier Faure qui lui-même ne voulait pas laisser la une au centre-gauche à Jadot, qui etc…
          (Et Faure ayant prouvé qu’il est contaminé au hollandisme avec ses propositions à la c…, ce qui m’arrache la réplique d’Audiard, « c’est à ça qu’on les reconnait » dont je ne cite pas le début).

        2. Pour Batho je ne savais pas. Elle n’était déjà pas bien haut dans mon estime, elle ne peut pas tomber plus bas.

  8. C’est certain que le moment de Mélenchon, c’etait 2017. C’est clair aussi qu’il est trop clivant pour l’emporter, aujourd’hui comme hier. Maintenant, il n’y en a aucun à sa hauteur à gauche, pas même Ruffin, qui aurait plutôt sa place dans un gouvernement de transition vers une sixième république. C’est beau de rêver…

Les commentaires sont fermés.